Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 novembre 2014 5 14 /11 /novembre /2014 00:09

10606278_10203418330834262_915930614354186072_n.jpg1505356_10203418320954015_3528647080470467479_n.jpg

 

L’éditorialiste anonyme de Vitisphère, dont tout le monde connaît le nom et le prénom, déclarait récemment que Berthomeau avait encore frappé parce que j’avais estimé dans une chronique que la vente du vin par Internet en France n’avait guère bouleversé le paysage du secteur.


« La part de marché du Net, certes conséquente, n’a rien d’extraordinaire, d’autant plus que les plus gros sites de ventes sont aussi présents physiquement avec des magasins ou sont des généralistes qui ont ajouté le vin à leur offre Ventes Privées et Cdiscount bâtis sur le modèle GD. Enfin, cette même GD emboîte la tendance et ouvre des sites de vente via Internet, c’est le cas de système U. »


Ce n’était de ma part qu’un simple constat, non une critique de la pertinence de ce mode de commercialisation du vin.

 

Je posais 2 questions simples :


-         L’e-commerce a-t-il en France étendu la part de marché du vin ?


-         L’e-commerce génère-t-il de la valeur pour les vignerons ?

 

Bien évidemment elles n’ont reçu aucune réponse de la part de ceux qui estiment que je ne suis qu’un vieux ronchon qui ne comprend rien à la magie du Net.


Sauf que ma petite entreprise est sur le Net depuis 10 ans, qu’elle s’est développée sans publicité ni moyens autres que ma persévérance, que je ne me suis pas vendu à un grand groupe de presse. Je fais du commerce à ma manière et j’ai acquis une bonne connaissance des attentes et des demandes de mes « clients ». Je crois donc à la force et à la puissance de la Toile, mais encore faut-il ne pas se contenter d’y croire, d’avoir la foi, mais de mettre en œuvre une  stratégie adaptée  au but que l’on s’est fixé.


Pour chroniquer, je m’informe et je tente de comprendre les ressorts profonds de ce que l’on nomme d’un terme générique : le marché.


Celui du vin visé par l’Internet en est un qui attire de plus en plus d’intervenants puissants. Phénomène normal qu'il faut quantifier en volume, en valeur pour savoir s'il agit sur le niveau global de la consommation.


Pour preuve les Vignerons Indépendants s’y mettent à leur tour : ils ont profité de l’ouverture de leur Salon de Reims pour annoncer l’ouverture de leur site de vente en ligne à partir de janvier 2015.


Il s’agira, selon Jean-Jacques Jarjanette le Directeur Général du syndicat, de la plus importante plate-forme de vente en ligne de vins en France. L’objectif n’est pas de prendre la relève des salons visités chaque année par  près de 600 000 amateurs mais au contraire de poursuivre ce lien avec les exposants, vignerons eux-mêmes présents. Il faut prendre acte de l’évolution du marché. Aujourd’hui, la vente en ligne de vins représente 5 % des ventes, demain ce sera 20 % !


500 à 600 vignerons seront présents sur le site à l’ouverture. Ils proposeront chacun 5 à 6 vins et tous les vignobles français seront représentés de façon équilibrée.  Les commandes seront traitées dans un centre logistique installé à Mâcon en Bourgogne et surtout en bordure de l’axe autoroutier Nord-Sud. Les clients bénéficieront d’une seule livraison quels que soient les vins commandés.


Le site www.vigneron-independant.com  a une vocation européenne. Il sera ouvert en 5 langues dans un premier temps avant de passer à 10 fin 2015. L’objectif de chiffre d’affaires à moyen terme est de 60 millions €. »


Affaire à suivre de près par le boss de Vitisphère et par les cavistes indépendants…


Dans le même ordre d’idée, horreur, malheur, j’osais aussi écrire : « Tous ensemble, têtes baissées, c’est la ruée dans l’océan rouge de la vente du vin sur la Toile, on baptise allègrement start-up des boutiques créées par de jeunes gens qui se contentent de faire financer leur business par des braves acheteurs qui payent d’avance des box qui ne cassent pas 3 pattes à un canard et qui, à l’instar de 1855, lèvent des fonds pour assurer disent-ils leur fabuleuse croissance. Moi je veux bien tout ce que l’on veut mais je ne suis pas convaincu, ni de la novation, ni du modèle économique. »


Je ne croyais pas si bien dire :


-         Et voilà que le petit Nicolas sort lui aussi sa BOX link


 p1413191863.jpg

p1412764586.jpg

p1410333891.jpg

 

-         Y’a aussi la méthode Coué ceux qui se tresse des couronnes de lauriers genre Phileas Wineclub : le plus beau catalogue de vin du web


« Il sort de sa box. Et mérite la pleine lumière.


Dans l'offre -plutôt touffue- du vin en ligne, Phileas, l'avatar-gentleman-œnophile du site Phileas Wineclub, fondé par le duo franco-italien Castelli-Foradori, propose une vision différente, pointue, ambitieuse. Et hautement buvable.


Ce qui le classe à part ?


Le plus beau catalogue du web ! Des vins rares (ce qui ne veut pas dire chers), des vins 'étrangers' autant que français, des prix tirés proches du prix à la propriété, une souplesse d'achat grâce aux possibilités d'abonnement (type box) ou d'achat simple façon e-caviste. »link

 

Y’a de la rumba dans l’air !


Le marché domestique va-t-il se réveiller sous l’effet de l’e-commerce et de la vente par abonnements ?


« Un marché français atone ? demande-t-on à Bernard Farges le président du puissant CIVB (Le budget annuel du CIVB oscille entre 35 et 40 M€ en fonction des cotisations volontaires obligatoires réglées par les membres.) link


Réponse de l’intéressé : « Pardon, mais non ! Il a beaucoup bougé. La consommation en bag in box est une évolution fondamentale, celle du rosé est une révolution. Le rosé a dépassé le blanc, c'était inenvisageable il y a quelques années et Bordeaux cherche à progresser sur ce marché. Les bars à vins se multiplient. Les jeunes reviennent dans ces lieux, ce qui était moins le cas il y a dix ans. »


Mais pourquoi diable Bernard Farges ne parle-t-il pas du boom de la vente de vin en ligne ? Michel Remondat ne va pas être très content…


J’oubliais le discours en défense : l’Internet du vin n’en est qu’à ses débuts en France, il faut laisser du temps au temps, ça prête un peu à rire, mais admettons, cependant je ne vois pas en quoi la simple prise de commandes via le Net, tout comme un nouveau contenant type Bag-in-Box, où l’explosion du rosé, constitueraient des facteurs permettant l’extension du domaine du vin en France. Ils contribuent surtout à une moindre dégradation mais il ne s’agit que de strictes substitutions qui ne boostent pas la demande. La facilité d’accès à une offre très large et diversifiée c’est pratique mais la grande majorité des portefeuilles des acheteurs potentiels ne sont pas extensibles et le nouveau vieillit si vite.


À mon sens c’est sur les marchés neufs en développement qu’il nous faut utiliser à plein la force du Net.


La bataille de la prise de contrôle de l’e-commerce sur le marché domestique va faire rage. Il va y avoir de la casse, c’est dans la logique d’un marché en construction : à la phase des 1000 fleurs succède celle de la cueillette par les dominants…


Affaire à suivre… 

 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article
13 novembre 2014 4 13 /11 /novembre /2014 00:09

10675768 10203407742009548 8808346325229684510 n

 

Suite à ma récente virée naturiste aux Subsistances de Lyon c’est une très bonne question.


En effet, dans toute trajectoire personnelle, à un moment ou à un autre, il n’est jamais inutile de faire le point : d’où viens-je ou suis-je ou vais-je ?


Virer sa cuti, est une locution, dont le sens premier est médical (1) : avoir une réaction positive à un test cutané (cuti-réaction) qui comme très souvent a donné naissance à un sens plus familier : changer radicalement de mode de vie, de comportement...


cuti-reaction.jpg

 

Ai-je changé mon comportement d’achat et de consommation de vins ?


La réponse est oui.


Pour autant je n’ai pas viré ma cuti.


Je m’explique.


C’est très simple : mon approche, mon analyse du monde du vin n’ont rien à voir avec mes goûts personnels de consommateur. Je ne suis, et je n’ai jamais été adepte d'une chapelle, militant d’une cause, sauf celle de l’extension du domaine du vin vecteur de convivialité, de bien vivre ensemble. Avec plus ou moins de réussite je m’efforce toujours de me placer à ce que j’estime être la bonne distance et de m’y tenir.


N’étant ni expert, ni critique patenté, je me contente  de chroniquer sur le vin, le monde du vin, mais pas que… je suis aussi et surtout un amoureux des bons produits.


Si j’ai exprimé un réel enthousiasme à propos du salon « sous les pavés la vigne » de Rue 89 aux Subsistances à Lyon c’est que j’y ai trouvé tous les ingrédients, au-delà de l’aspect marchand, tout à fait normal, d’une façon d’être qui me convient. Loin des chichis, du paraître, d’une communication soit filandreuse, soit en béton armé, j’ai tout au long de ces deux journées croisé, observé, écouté, dans les travées, un public concerné, attentif, pas ramenard pour deux sous. Que du bonheur !


Au-delà des polémiques récurrentes, des postures, des faux-débats, des oukases, comme je suis un vieux cheval blanchi sous le harnois j’étais très heureux de voir une vraie génération aimant le vin pour ce qu’il est et non pour des raisons liées à son étiquette, à sa prétendue notoriété ou à sa fonction de marqueur social. C’était plein de vie, de vraie vie, bien loin de l’ambiance d’autres salons officiels où j’ai le sentiment d’assister à une course au savoir.


Ceci écrit, je ne suis pas idolâtre, je me suis tapé tout le « débat » animé, de manière bien conventionnelle, par Dominique Hutin. Pas de débat, pas d’échanges avec l’auditoire, peu de contradictions entre les intervenants. Gentiment chiant, sauvé par les interventions de Lilian Bauchet, les illuminations de Denny Baldin et l’envie de mettre de l’ambiance du camarade Dominique Derain. Sans faire un mauvais jeu de mots c’était bien conventionnel dans cet univers de joyeux naturistes.


debat.jpg

 

Voilà, c’est dit. Je ne sais si je me suis fait bien comprendre mais je n’ai ni à justifier ou défendre ou tenter d’imposer mes goûts personnels, même si bien sûr il m’arrive parfois, pas très souvent, de faire référence aux vins que j’aime.


Au risque de décevoir certains de mes lecteurs le vin n’est pas toute ma vie, loin de là, écrire une chronique quotidienne n’implique pas une immersion totale. Je suis bien plus éclectique et, si je puis l’écrire, je suis avant tout un amateur du vin social. Je ne le détache pas de son environnement. Je ne le place pas sur un piédestal. Mes causes et mes engagements vont en priorité vers la cité, vers ce qui nous aide à vivre et nous fait vivre ensemble. Le vin y tient une place privilégiée bien sûr mais sans occuper tout l’espace.


Pour les petites louves et les petits loups qui n’ont jamais connu le vaccinostyle des médecins scolaires un petit résumé de ce qu’était la cuti-réaction.


985_001.jpg

 

(1) La cuti-réaction était naguère très utilisée pour connaître la réponse d'un sujet à la tuberculine ou, en allergologie, pour explorer les dermites de contact.


image_Plume_Vaccinostyle_large.jpg

 

La peau scarifiée, généralement sur la face externe du bras et à l'aide d'un vaccinostyle, était mise en contact avec une préparation de tuberculine. Une bague à multipunctures dont les dents étaient imprégnées de tuberculine a ensuite remplacé la cuti-réaction.


Un test négatif (absence de réaction cutanée locale) indique que le sujet n'a jamais été en contact avec le bacille tuberculeux.


Un test positif (rougeur et induration locale de 2 millimètres au moins) signifie que le sujet a été en contact, à un moment de sa vie, avec le bacille tuberculeux, qu'il s'agisse d'une primo-infection naturelle ou d'une vaccination par le B.C.G.

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article
12 novembre 2014 3 12 /11 /novembre /2014 00:09

2846_72952222012_5925724_n.jpg

 

Hubert, le nôtre, l'unique, l'irremplaçable, pas Hubert Bonnisseur de la Bath, excellemment campé par Jean Dujardin dans le film le Caire nid d’espions de Michel Hazanavicius :


 - Hubert : Vous voyez ce groupe de musiciens folkloriques ?

- Larmina : Traditionnel.

- Hubert : Je connais pas le terme arabe. Comment s’appelle cette guitare en forme de gros tourteau fromager ?

- Larmina : ... L’al-aoud...


Hier, sur Face de Bouc, alors que je m’étais contenté de relayer l’ire de Vincent Pousson à l’endroit de notre Hubert de Boüard de Laforest qui, sur les bords du lac de Côme, lors d’un pince-fesses de grands amateurs éclairés, s’en était pris à un sans-grade l’ayant gentiment brocardé via une caricature, je fus moi-même pris à partie par l’un de ses adorateurs.link


Verdict : je cultiverais la haine, aigre et bilieux que je suis comme tous les anciens rocardiens.


Brocarder Hubert, se moquer de ses travers, de son goût du paraître, oser mettre le doigt là où ça lui fait mal, relèverait de la pure vindicte d’envieux, de bilieux, d’aigres,  de ratés quoi !


Moi je veux bien tout ce que l’on veut mais je trouve la parade un peu courte.


Au cours de ma longue vie professionnelle : 47 ans de cotisations, 5 caisses de retraite MSA, Régime Général, AGIRC-ARCCO, IRCANTEC, j’ai croisé des grands patrons : Antoine Riboud, Georges Besse, Pierre-Louis Dreyfus, Jean-Noël Bongrain… j’ai eu de grands patrons Bernard Auberger, Thierry Jacquillat… j’ai dialogué avec de grands syndicalistes agricoles : Bernard Lambert, Bernard Thareau, Michel Teyssedou, Raymond Lacombe… j’ai eu la chance de rencontrer de grands dirigeants de ce monde tel Olof Palme, Indira Ghandi… je compte parmi mes amis de grands patrons tel Pierre Pringuet… j’ai eu aussi le grand bonheur de servir pendant 10 ans Michel Rocard…


Cette énumération simplement pour vous dire que j’ai de quoi étalonner la grandeur des grands de ce monde et que le respect, l’admiration ne se jaugent pas au statut des gens. Les gens de peu sont tout aussi admirables dans leur courage et leur fierté au quotidien.


J’ai aussi croisé dans ma vie professionnelle, dans le privé comme dans le public beaucoup de courtisans, de quémandeurs, de ceux qui pensent que tout s’achète et tout se vend, eux y compris, que chaque homme à un prix, de ceux qui exigent, qui profitent de leur position pour mêler joyeusement affaires privées et soi-disant intérêt général. Les conflits d’intérêts ils ne connaissent pas ces gens-là. La lecture du courrier adressé à un Ministre est une bonne école pour mesurer l’importance réelle ou supposée de ceux qui disent avoir le bras long.


Alors vous pensez bien que je suis vacciné et immunisé contre cette engeance. Mon dédain à leur égard n’est pas de la haine, sentiment qui m’est étranger.  Ce n’est qu’un juste retour des choses dans un océan de flagornerie.


Je préfère les chiens qui aboient, c’est leur manière de s’exprimer, à ceux qui se couchent. Avoir la dent dure avec Hubert ce n’est pas médire sur le monde du vin, car Hubert, ne lui en déplaise, il n’en est pas le phare.


Ma vésicule biliaire, ma prostate et autres organes sont au dernier bulletin annuel de santé au mieux de leur forme. Je fais chaque jour du vélo avec casque, je me nourris sainement, bois gentiment, suis d’un naturel enjoué, j’ai plein de belles amies avec qui je ris comme un vieil homme indigne.


Je n’ai rien à envier à qui que ce soit, je suis très bien dans mes Veja et  jamais au grand jamais, pour tout l’or du monde, je ne troquerais ma vie pour celle d’Hubert, la réciproque est sûrement vraie, c’est mieux ainsi, chacun dans son pré et les vaches seront bien gardées…


 

Hubert [à Slimane] : Pour célébrer notre amitié, je... Je vais te donner quelque chose. [Il lui tend une carte postale avec la photo de René Coty] Regarde, c'est notre Raïs à nous. C'est monsieur René Coty. Un grand homme, il marquera l'histoire. Il aime les Cochinchinois, les Malgaches, les Marocains, les Sénégalais... C'est donc ton ami. Ce sera ton porte bonheur.

 


846_38947922012_6217_n.jpg

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article
11 novembre 2014 2 11 /11 /novembre /2014 09:50

 

Ce matin, le sieur Pousson, taille un costard sur-mesure à la star des cloches, Norbert Le Forestier, en goguette du côté du lac de Côme pour un bouzin qu’il sponsorise via sa Fleur. Ça se voulait le Davos du vin selon son promoteur. Avez-vous avez lu une ligne sur ce machin dans la presse internationale ? Au mieux, vous aurez droit au CR habituel du valet cireur de pompes du Mondovino, invité aux frais de la princesse comme il se doit. Ça attise l’objectivité bien sûr !


Re_my_Bousquet.jpg

 

Donc, je cite Vincent Pousson « L'offusqué du lac de Côme, avec sa vindicte de petit-bourgeois, concentre en lui toute la morbide tristesse, toute la médiocrité plaqué or d'un univers qu'il a la prétention de croire parfait. »


La suite ICI link


Pour tous renseignements complémentaires prière d’appeler le 22 à Asnières.

 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article
11 novembre 2014 2 11 /11 /novembre /2014 03:57

josenteur.jpg

 

Mon cher tonton,


Comme tu le sais je ne suis pas un gars très futé. J’ai tendance à prendre des vessies pour des lanternes et je me brûle.


Quand en avril dernier tu m’as dit au téléphone que le premier lot de 200 hectos que t’avais présenté aux gars chargés de le goûter avait été jugé non conforme par eux car présentant un défaut non critique qui était présence d'acescence, j’ai entravé que dalle.


Je t’ai rétorqué : « C’est quoi un défaut non critique tonton ? »


-         Un truc à la con !


-         Ha, bon ! Et l’acescence tonton donne-moi la définition ?


Silence.

 

-          Tu marches sur des oeufs tonton...

 

-           ...


Comme je suis un bon garçon je n’ai pas insisté. Pour te faire plaisir je me suis contenté de parler de la pluie et du beau temps. Tu m’as simplement dit « on va retravailler les lots. »


Dans ma petite Ford intérieure j’ai pensé « Tonton va encore toucher le gros lot ! »


Malgré ma vue basse, je n’avais pas tout faux  puisque t’as représenté, en juin, un gros lot de plus de 1 000 hectos et un petit  lot de 45 hectos.


Le gros est passé comme une lettre à la poste alors que le tout petit s’est encore vautré dans l’acescence.


T’es bon tonton ! Le meilleur car t’avais encore le droit de retravailler ta petite cuve tonton.


Tu ne l’as pas fait. T’as préféré prendre le mors aux dents pour envoyer baller tout ce petit monde qui venait te chercher des poux sur la tête.


Même si je ne suis pas très futé tonton j’ai bien saisi la manœuvre : c’est l’histoire du pâté d’alouette « Pour faire du pâté d’alouette, prenez un cheval et une alouette… »


-         Pourquoi tu tousses tonton ?


-         J’ai avalé de travers…


-         À cause du vinaigre ?


-         …


-         T’as poussé loin le bouchon tonton !


-         …


-         Pour t'éviter de m'envoyer des noms de "volatile" je vais te chanter une chanson ça te déridera tonton ?

 

PS. Pour ceux qui n'auraient rien compris, ils peuvent appeler le 22 à Asnières...


Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article
10 novembre 2014 1 10 /11 /novembre /2014 00:09

hamster-jovial.jpg

 

Et soudain, surgissant du diable vauvert, telle une bise tranchante venue de l’Est, 4 commentaires  du sieur Axelroud s’affichaient sur l’écran noir de mes nuits blanches.


Le joyeux luron de Strasbourg, hamster jovial, assoupi depuis bien des jours, portait l’estoc sur ma chronique à la noix à 7 h 04 précises selon mes services :


« Et le brou Taulier ? Et le brou, quand on se veut exhaustif on n'oublie pas le brou sinon ce n'est plus de chronique à la noix dont on parlera mais de chronique à la gomme ! »


Passing-shot de revers du rédacteur-en-chef « le dénommé PAX est condamné à écrire une chronique sur le Brou de Noix »


À 18 h 28 retour dans le cour :


brou_de_noix_0_640.jpg

 

 

à l'austère devoir, pieusement fidèle.

 

En Brou illamini


L’impair tinance se paye et me voilà con damné.


Le Taulier, en bon responsable de la publication, m’inflige une punition . Méritée ou pas ce n’est pas la question, il faut s’exécuter.


Une chronique sur le Brou de noix !


Pour avoir, père siffleur, glosé sur l’exhaustivité de son premier papier dominical ! Quel regret que la liaison « interlope », pour une fois, ne fut pas Brou illé et que je ne fus pas dans le Brou illard malgré ma lecture des plus matinales pour un jour normalement consacré à la grasse matinée.


Allons-y pour le Brou de noix dont chacun peut, sur le oueb, et plus particulièrement en consultant WIKIPEDIA trouver tout ce qu’il faut savoir.


Qu’il est fait avec des noix vertes ou la bogue enferme la noix dont la coque dure n’est pas encore présence. Attention cela tache tout : vêtements, sols, meubles, mains et comme Lady Macbeth vous aurez beaucoup de mal à les retrouver propres.


Qu’il ne sert à rien de courir la Brou sse pour trouver la matière première.


Qu’il est inutile de vous munir d’une Brou ette pour la récolte : 750 g suffisent à faire une quantité utile sauf à encombrer cagibis placards, et caves : « au cas où !….on ne sait jamais !… et puisqu’on y est ! »


Le Brou grâce à cette fonction colorante est utilisée en ameublement, en teinture, en lavis, en cosmétique.


Attention, la préparation n’est pas la même que pour le vin de noix.


Pour celui-ci il faut cueillir les noix à la saint Jean d’été où leur maturité correspond la mieux à sa destination semble-t-il ; mais cela peut varier d’une région à l’autre. Ce ne sont pas les habitants de Brou en Eure-et-Loire ou près de Bourg en Bresse ni ceux de Brou age en Charente-Maritime qui me contrediront.


Pensée mélancolique en ce dimanche d’automne, pour ce lieux étonnant non dénué de charme ou le jeune Louis XIV appelé à d’autres alliances du rompre avec son amour de jeunesse Marie Mancini, nièce de Mazarin. Cette rupture inspira Racine.


« Vous êtes empereur, Seigneur, et vous pleurez ! »

— Bérénice, Acte IV, scène 5


Assez avec le vin de noix, ce n’est pas le propos. Nous nous saoulons déjà assez de mots pour aller au bout de la chronique imposée et ma foi, préférons un coup de Brouilly. On ne se refait pas.


Attention quand même : recourir à des bogues de châtaigne ne donnera pas plus de piquant à votre mixture ! Ce n’est pas par ironie ou taquinerie que le commentaire qui me vaut le présent pensum m’est venu à l’esprit mais des souvenirs d’enfance.


Chez les louveteaux, quand les sizaines se devaient d’aménager leur coin, où la touche finale était donnée par le coup de Brou de noix, produit bien meilleur marché que tout autre.


Souvent les souvenirs, comme les taches de ce colorant, persistent longtemps.


Nous comptons sur l’indulgence du Taulier, à présent coutumière à l’égard de mes écrits et des éventuels lecteurs pour ce papier quelque peu Brou illon.


Il est vrai que je tire à la ligne, comme tout bon feuilletoniste, mais après tout, Balzac, Eugène Sue…


Terminons cependant en beauté, mais si, mais si, en beauté, par une pire ouette car finalement tout cela n’est que Brou tille !


Strasbourg le 9 novembre 2014

 

pax

pax4

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans écrits des autres
commenter cet article
9 novembre 2014 7 09 /11 /novembre /2014 07:00

Maigre vapeur saisi en aller-retour à la poêle, carottes et navets de variétés oubliées rôtis à feu doux, câpres de Pantelleria, ciboule à fleurs, mince filet d’huile de cumbava, Claire au piano fut impeccable. Le catalan, un peu crispé à son arrivée, se détendit un peu lorsque je lui proposai ce dîner frugal. À table Émilie se tenait à ma droite, le premier Ministre nous faisant face. Ses sbires s’installèrent sur le canapé de l’entrée face à l’écran plat, par bonheur Canal+ diffusait un match de la Champion League. Un bref instant, Manuel et moi évoquâmes nos souvenirs de week-end de Pentecôte, chez Catherine et Jean-Paul, en Normandie. Filiation rocardienne devenue certes lointaine mais fil rouge de la fameuse ouverture du temps de la France unie de Mitterrand. Si Simone Veil avait basculé en 1988, le panorama politique aurait vraiment changé mais Antoine veillait au grain, Rocard dû se contenter de seconds couteaux à l’exception notable d’un Jean-Pierre Soisson suffisamment caméléon pour accepter l’aventure au Ministère du Travail. Le catalan m’écoutait. Émilie lui proposait une larme de chenin de Jo Pithon qu’il acceptait. Nous mangeâmes en silence sous le regard attendri de Claire qui préparait une compotée de rhubarbe vanille bourbon- riz au lait cru de vache Jersiaise.

 

La conjonction d’un excellent dîner, léger et rapide, et de mon introduction perche tendue, confortait l’animal politique, renforçait son capital de confiance en moi. Il n’avait rien à craindre, ce qui allait se dire autour de cette table nichée dans la Mouzaïa ne se retrouverait pas dans la presse ou dans un futur livre de confidences. La grande maison lui  avait tiré mon portrait, rétif mais loyal, et il savait à quoi s’en tenir. Manuel prit la peine de se lever pour aller remercier Claire. Émilie servit le café. Réendossant ses habits de Premier Ministre Manuel nous gratifia d’une analyse assez sombre de l’état  de la majorité présidentielle. « L’extrême-gauche tient le même  discours économique que l’extrême-droite, incantatoire, irresponsable, elle joue la carte du retour d’une droite dure pour faire fructifier sa pelote contestataire ; les Verts sont du purin d’orties, puant et inefficace, à évacuer à l’égout ; le temps est donc venu d’enfoncer un coin dans la brèche ouverte entre les nouveaux mollétistes du PS et la gauche réformatrice. La recomposition du paysage politique est possible. Les synthèses molles à la Hollande ont fait la preuve de leur dangerosité. Je ne suis pas un homme pressé mais déterminé. Es-tu prêt à m’aider ? » Ce tutoiement tirait un léger sourire Émilie.


Ma réponse fit ciller Manuel « Oui car j’aime Émilie… C’est une reine même si je ne suis pas son roi. Elle est mon oxygène. Tu peux compter sur moi si elle est à mes côtés. Ce sera mon dernier combat… » Un ange passa avant que je ne reprenne la parole pour exposer mon plan de bataille. Objectif : faire passer à Juppé la barre des primaires de l’UMP afin de renvoyer talonnettes agité à la géhenne.

« La frange d’électeurs de la gauche modérée qui, à la fois, éprouve une répulsion persistante et ravivée envers un Sarkozy qui n’a pas changé, mais aussi une déception profonde envers François Hollande, doit se mobiliser pour aller voter Juppé aux primaires, un chiraquien modéré qu’ils choisiraient après que Chirac lui-même eut fait le choix de Hollande, radical chiraquien de Corrèze, afin  de s’éviter un deuxième tour Le Pen-Sarkozy. Le maire de Bordeaux présente deux atouts majeurs pour toi : son âge et son alliance de fait avec Bayrou. Tu dois faire l’impasse sur la prochaine présidentielle, tout à perdre, sauf à ce que la déliquescence du PS fasse de toi le seul recours face à un désastre électoral annoncé. Reste la mobilisation, le passage à l’acte de ces électeurs qui ne sont pas des militants. Il faut partir de loin, les travailler au corps avec doigté, ne pas donner des munitions à l’homme pressé qui va tout faire pour torpiller les primaires dès qu’il  aura mis la main sur le parti. Nous risquons d’être face à la même configuration que pour le duel entre Fillon et Copé. Tous les coups, toutes les turpitudes seront permis, Sarkozy fait le pari que son écrasante élection, le mois prochain, à la tête de l’UMP, suffira à le rendre incontestable. «Ils ont intérêt à me bloquer sur la bretelle Quand je serais sur l’autoroute, personne ne pourra m’arrêter», fanfaronne-t-il devant ses lieutenants. Il va falloir jouer fin, en sous-main avec des gens sûrs et déterminés. Il hors de question de faire jouer un quelconque rôle aux semelles de crêpes de la grande maison afin de refaire le coup des Irlandais de Vincennes. Carte blanche, si ça merde c’est de ma faute, si c’est gagnant tu me donneras une médaille en chocolat avant que  je ne parte vivre en ermite à Syracuse. » Manuel affichait un sourire satisfait « Tu as carte blanche, moyens illimités et tu ne réfères qu’à moi… » J’acquiesçais, il enfilait son affreux imperméable bleu marine, enroulait son écharpe rouge autour de son cou, me saluait avant de claquer des bises à Claire et Émilie. Ce petit intermède à la Mouzaïa l’avait rasséréné.


Nous sommes allés nous coucher. J’ai lu au lit une tribune dans L'Obs. du journaliste Philippe Boulet-Gercourt répondant à Éric Zemmour qui défend Pétain pour avoir sauvé des juifs français, en racontant l'histoire de son aïeul...

 

 Comment Albert Boulet, acteur, devint juif


« A l'été 1941, écrit Philippe Boulet-Gercourt, mon grand-père a été juif pendant trois mois. Albert Boulet, que tout le monde appelait de son nom de scène, Gercourt, était acteur de profession, un second rôle qui a joué au théâtre et dans une vingtaine de films. Après la débâcle, Albert, son épouse et leur fils unique — mon père — avaient quitté Paris pour Marseille, où Gercourt avait trouvé un emploi à la radio. Les temps étaient durs, ceux qui avaient un job faisaient des envieux. Un courageux anonyme dénonça mon grand-père aux autorités de Vichy : Gercourt était juif. Un régime soucieux de sauver les juifs français jetterait une telle lettre au panier. C'est tout le contraire qui se produit ».


Comment Vichy a « sauvé » le « juif » français Albert Boulet


« Juif, Gercourt est immédiatement menacé de perdre son travail, étant soumis à la loi du 2 juin 1941 « portant statut des juifs », qui interdit à ces derniers l'accès à une multitude d'emplois publics, poursuit le journaliste. (...) Le 24 juin, il écrit au maréchal Pétain et au commissaire général aux questions juives, indiquant qu'il s'agit d'une dénonciation calomnieuse.


C'est le commissaire en personne, Xavier Valla, qui répond à la deuxième lettre, demandant à Gercourt de fournir toutes les pièces d'état-civil nécessaires « afin qu'après examen je puisse, s'il y a lieu, vous répondre que vous n'êtes pas juif ». (...) Le 10 juillet, nouvelle lettre du chef de cabinet de Valla (...). Il demande à Gercourt de lui faire parvenir « une copie de votre acte de baptême ainsi que de celui de Mme Boulet et me donner toutes les précisions nécessaires quant à la religion de vos grands-parents ». Ce n'est que le 27 août 1941, raconte Philippe Boulet-Gercourt, que son grand-père « reçoit enfin son certificat de non-appartenance à la race juive. Fin du suspense, dont mon père garde un souvenir indélébile : « Cela n'a duré que trois mois, mais on a vécu trois mois d'angoisse ». 

 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Roman
commenter cet article
9 novembre 2014 7 09 /11 /novembre /2014 00:09

oknoixhochet3-l425-h310-c.jpg

 

« Et si ma tante en avait ce serait mon oncle, et si mon oncle en était ce serait ma tante.  » Pierre Dac


« Et si l'administration militaire était bien faite, il n'y aurait pas de soldat inconnu.  » Louis Jouvet


« Et si tout n’était qu’illusion et que rien n’existait ? Dans ce cas, j’aurais vraiment payé mon tapis beaucoup trop cher.  » Woody Allen


Mon « et si » à moi est pure spéculation, aussi vaine qu’inutile car, comme vous le savez, Avec des si on mettrait Paris en bouteille et la bouteille ça me connaît.


Trêve de spéculation à la con, en fait je saute sur l’occasion de la récolte des noix, que l’on peut consommer fraîches, pour ressortir de derrière les fagots une bonne vieille expression : « à la noix » qui désigne une chose sans valeur ou une quantité minime.


Pas si vieille que ça pourtant l'expression puisqu’elle ne serait apparue qu'à la fin du XIXe.


« Ah ! Ne nous en faites pas un plat avec 70. Tu parles d'une guerre à la noix. Ils se battaient une journée tous les mois et ils croyaient avoir tout bouffé. » Roland Dorgelès - Les croix de bois


Afin d’éclairer votre lanterne, pas à l’huile de noix (voir plus loin), permettez-moi de distinguer entre noix et noix.

 

-         Tout d’abord en argot « Les noix » du côté masculin désignent les bonbons et pour le féminin les 2 composantes du popotin.


noix-patissiere-veau-1-sd.jpg

 

-         Ensuite le veau (ne pas confondre avec Français) est plein de noix :


La noix muscle interne de la cuisse, très tendre et le grain de sa chair est très fin. La noix de veau offre de belles tranches et des escalopes à poêler.


La noix pâtissière, située sur le devant de la cuisse, est un morceau très tendre également mais ses escalopes sont plus petites que celles prises dans la noix. La noix pâtissière fut longtemps réservée aux pâtissiers qui la pilaient et en faisaient des quenelles pour leurs vol-au-vent et timbales. La noix pâtissière offre les meilleurs rôtis de veau.


La sous-noix, muscle postérieur de la cuisse qui possède un grain de chair un peu plus gros. Elle est aussi découpée en escalopes. Pour la rôtir ou la braiser, il est préférable de la faire barder.


noix3-74c32.jpg

 

-         Enfin, bien sûr, il y a la noix tout court, celle de Grenoble, le premier fruit à avoir obtenu une AOC le 17 juin 1938 et reconnu AOP en 1996, et celle du Périgord, AOC depuis 2002.


Pour la première, seules 3 variétés locales sont reconnues : la franquette, la plus ancienne créée en 1784, la mayette et la parisienne, développées il y a plus d'un siècle. Son terroir : l'Isère ainsi qu'une partie de la Drôme et de la Savoie. Les zones de plantations les plus denses se trouvent dans la basse vallée du Grésivaudan en aval de Grenoble entre le Voironnais et le Royans, au pied du Vercors.


Pour la seconde, le Sarladais se spécialisait dans le cerneau avec une variété à coque tendre, la grandjean alors que le Dauphiné exportait des noix en coques. En 1950, les producteurs du Périgord se mobilisaient pour créer, suivant l'exemple grenoblois, de nouvelles noyeraies à partir de variétés traditionnelles ainsi la franquette, originaire du Dauphiné y fut introduite. Autres variétés corne et marbot. Le terroir est réparti entre la Dordogne, le Lot, la Corrèze et la Charente.


Un peu d’histoire :


« On retrouve la noix de Grenoble sur le site archéologique du lac de Paladru en Isère et la noix du Périgord dans les habitations de l'homme de Cro-Magnon et à l'époque azilienne dans un gisement de Peyrat à côté de Terrasson en Dordogne. »


Mais c’est à ce stade où l’expression « à la noix », sans valeur, est démentie par l’histoire :


En effet la valeur des noix était telle qu’au Xe siècle, « les paysans acquittaient leurs dettes en setiers de noix. En Périgord, au XIIIe siècle, les baux étaient versés en huile de noix à l'abbaye cistercienne du Dalon. L'huile de noix était considérée comme un bien aussi précieux que l'or.


L'huile de noix contribua tout d'abord à la fortune de la région. Son utilisation multiple : l’éclairage aussi bien des plus humbles masures que des plus majestueuses cathédrales. Elle faisait le bonheur des peintres ou celui des belles qui se savonnaient le corps au savon mou. En 1730, pour les trois-quarts des paysans de la France (à part au Sud-Est où poussaient des oliviers), il n'y a que le noyer qui permettait d'obtenir de l'huile et ils n'utilisaient que celle-ci pour la cuisine. «L'huile de noix donne l'apparence de bouillon à l'eau chaude qui trempe la soupe» disait-on à l'époque.


Dès le XVIIe siècle, le commerce de l'huile de noix se développe, via les villes de Bordeaux ou Grenoble, vers la Hollande, la Grande-Bretagne et l'Allemagne. Sur la Dordogne, le commerce est intense. Les gabariers transportent non seulement l'huile mais aussi les grumes de noyers et les noix, du port fluvial de Souillac jusqu'à Libourne, donnant ainsi son nom à l'un des quais «le port des noyers».


 

Donc, l’expression « à la noix » sans valeur, n’a rien à voir avec la valeur des noix et, selon Émile Chautard, dans « la vie étrange de l'argot », cette expression pourrait être une déformation de « alénois » qu'on trouvait dans l'expression « cresson alénois », qui désignait une variété de cresson amer et piquant employé pour relever les salades. Cette déformation aurait donné naissance à la locution « salade à la noix » ou salade très âcre, puis à la noix aurait désigné une chose mauvaise, au figuré. 


noix10.jpg

 

Affaire classée, je pourrais en rester là mais, dans le cadre de ma mission culturelle, comment pourrais-je passer sous silence « le dénoisillage » près du cantou, les longues veillées passées à casser les noix et extraire le cerneau, ponctuées de chants et proverbes.


« Alors nous commencions à dénoisiller. Il y avait le « crocaïre » (le casseur). Il fallait prendre une poignée de noix, on les plaçait comme il fallait, et on frappait sans trop les écraser, pour ne pas abîmer les cerneaux. Il y avait un casseur pour 9 ou 10 dénoisilleurs. Ceux qui étaient près du casseur, nous commencions à observer, car il fallait  frapper les noix sans trop les écraser. Ce n'était pas facile. »  link


-_2.JPG

 

Et puis, du côté des chineurs, des écumeurs de brocante, je ne puis passer sous silence le bois de noyer dont on faisait les buffets Louis-Philipe  ou les armoires provençales : lire dans la REVUE FORESTIÈRE FRANÇAISE de mars  1953 link

 


Enfin pour les amateurs de chiffres des chiffres :


-         Pour la noix de Grenoble link


-         La noix de Grenoble, un marché porteur link


-         Pour la noix du Périgord link


Et puis encore pour les amateurs de Vin de Noix :


Vin_de_Noix__Copier_.JPG

 

« Qui n’a pas dégusté un jour le vin de noix de tante Jeanne ou celui de mémé Catinou ? C’est par excellence l’apéritif traditionnel de campagne. Dans les régions du Sud-Ouest, on le rebaptisait même “porto”. Mais qu’il était bon ce pseudo-porto fait avec les noix du verger, le vin de la vigne – parfois de la piquette ! – et la gnôle du grand-oncle bouilleur de cru. Certes, c’était le temps où la France était paysanne et vivait beaucoup en autarcie. Mais pourquoi abandonner le meilleur de nos traditions ? Préparé dans les règles de l’art et avec des ingrédients de qualité, ce vin de noix vaudra tous les apéritifs du commerce. » link


Et puis pour finir une petite leçon de l’origine par la revendication d’appellation d’origine :


« Les noix furent toujours présentes dans le département de l'Isère mais de nombreuses épidémies de phylloxera se déroulant au cours du XVIIIe siècle permirent à ce fruit à coque de remplacer peu à peu les vergers de la région voisine de Grenoble. Ce fruit acquit vite sa renommée et à la fin de XIXe siècle, 80 % des 8 500 t produites chaque année était exporté vers les États-Unis qui représentaient le principal débouché pour la noix dauphinoise.


Au début du XXe siècle, un scandale éclata dans le milieu de la nuciculture dauphinoise. Certains négociants peu scrupuleux se permirent de mélanger des noix mal triées et originaires de l'étranger avec des noix locales afin de les exporter outre-Atlantique.


La réaction des producteurs isérois fut rapide du fait qu'ils étaient déjà organisés en groupements professionnels afin d'écarter les tentatives de dumping et tenir les cours du produit. Dès 1908, s'appuyant sur la loi du 1er août 1905 qui sanctionnait les fraudes et falsifications en matière de produits, ils créèrent à Saint-Quentin-sur-Isère un premier syndicat professionnel de défense de l’origine.


Dans les années 1920, bien que tous les nuciculteurs de la région fussent d'accord sur le fait d'obtenir une reconnaissance, de vifs débats eurent lieu pour savoir si on devait l'appeler « Noix de Grenoble » ou « Noix de Tullins ». Tullins est le centre historique de la noyeraie mais le nom de noix de Grenoble fut jugé plus vendeur pour l'étranger. De plus, à cette même époque, les élus des villes de Morette, La Rivière, Tullins et Vinay exigèrent une délimitation géographique claire de l’aire de production de la noix dauphinoise. Celle-ci fut farouchement discutée mais par décret la noix de Grenoble fut le premier fruit à avoir obtenu une AOC le 17 juin 1938. » Wikipédia


Si  vous êtes allés jusqu’au terme de cette chronique à la noix en l’ayant lue et ouvert tous les liens je vous tire mon chapeau car vraiment j’ai chargé à mort ma « coque de noix » (1)


(1) Annexe utilisée par les marins pour gagner un navire mouillé au large, actuellement employé pour désigner un petit bateau.

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article
8 novembre 2014 6 08 /11 /novembre /2014 00:09

1875643009.JPG

 

Comment peuvent-ils oser aligner de telles niaiseries me dis-je toujours ?


Oui, je n’en finis pas de m’étonner lorsque je lis la prose de certains conseilleurs en herbe qui ont encore du lait derrière les oreilles. Les voici, à peine sortis d’une vague école de commerce, au sigle en général pompeux, en anglais of course, nous abreuvant  des dites niaiseries du haut de leurs cours de marketing-packaging à peine assimilés.


Sur le site Winebusiness j’ai déniché une pépite du genre : 5 conseils pour concevoir une étiquette de vin efficace par Camille Franc datée du 4 novembre 2014.


L’entame est gentiment besogneuse :


« Si vous êtes dans l’industrie du vin depuis déjà un certain temps, il est très probable que vous ayez vu passer devant vos yeux plus d’étiquettes que de personnes ! Il est donc possible que vous ayez une idée très précise du « pourquoi » et « comment » habiller votre bouteille. Néanmoins la réalisation d’une étiquette de vin est toujours épineuse pour les viticulteurs qui ne savent pas toujours comment jouer avec les codes imposés par cette industrie traditionnelle. Il arrive également que l’importance de cette étape, essentielle et obligatoire pour la commercialisation d’un vin, effraie les moins initiés d’entre vous. Il est donc nécessaire de ne pas rendre cette tâche plus compliquée qu’elle ne l’est.

 

Vous n’avez pas besoin d’être un entrepreneur chevronné ou un designer professionnel pour réaliser l’étiquette parfaite. Il vous suffit de connaître les composants de base qui la constituent et d’avancer méthodiquement en prenant soin de transmettre au designer les informations dont il a besoin pour transcrire vos idées en un univers visuel. Voici donc quelques éléments clés qui vous permettrons d’appréhender plus sereinement cette étape. »


Vigneronnes et vignerons, les autres aussi, lisez la suite ICI link :


-         Par bonheur c’est gratuit ;


-         Les visuels d’étiquettes valent leur pesant de cacahuètes ;


-         C’est une bonne thérapie par le rire.


Pour vous inciter à lire ce morceau de bravoure je ne résiste pas au plaisir de vous offrir l'une des pépites :


« Voilà à quoi pourraient ressembler vos trois principaux arguments de vente:


« Mon mari et moi avons quitté nos emplois respectifs afin de nous lancer dans la fabrication du vin et de vivre notre passion. »


« Nous fabriquons un vin chaleureux et accessible à tous, qui puisse être apprécié autant par les débutants que les spécialistes. »


« L’exploitation de nos vignes est purement organique. »


Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article
7 novembre 2014 5 07 /11 /novembre /2014 00:09

10712857_10203406628141702_1963150077679831010_n.jpg

 

Sous la lumineuse verrière des Subsistances, en observant de mon œil acéré de journaliste d’investigation : face à moi le petit Edwy peut aller se rhabiller vite fait bien fait, la joie et la bonne humeur des visiteurs du premier salon « Sous les pavés la vigne » je repensais à l’inimitable, l’incomparable, l’inoxydable, l’indéboulonnable Norbert le Forestier avec son carillon mondialisé, ses bottes de caoutchouc non crottée, son habit de pingouin d’un kitch achevé, sa nacelle sponsorisé par l’évêché dissipant les brumes de son marais…


Je riais sous cape : VinoBusiness vous avez dit Vino gros tiroir-caisse !


Le vin est fait pour être bu et non pour être thésaurisé en des caves aux portes blindées, ignoré par des amateurs d’étiquettes, gâché et méprisé en des lieux de paraître.


Fixer de la valeur au plus près de la terre nourricière c’est magnifier ce fameux terroir, insuffler de la vie, redonner du sens à la vie, reconnaître l’intelligence de ce que fait la main. Foin des polémiques stériles, loin des chroniques fumeuses d’anciennes gloires sur le reculoir, des lazzis des bien-assis, de la cohorte de ceux qui ne comprennent rien au film, des arcqueboutés sur leurs certitudes je me souvenais de ce Vin de France espace de liberté couché dans notre petit rapport stratégique : les défis des vins français…


Avoir une vision ce n’est pas être visionnaire mais simplement ouvrir les yeux sur les évolutions, même celles qui déplaisent, et tenter de mettre les tendances en perspective. Les comprendre en les analysant, les intégrer à sa réflexion, s’en nourrir pour prendre ses décisions.


La diversité est aussi une richesse dans l’univers économique, vouloir la réduire, la détruire, revient à s’amputer, à rejoindre la masse uniformisée laminée par la toute-puissance de la GD.


Ces hautes pensées défilaient dans ma tête embrumée alors que j’étais le préposé au gardiennage du stand d’un certain Dominique Derain, vigneron bourguignon de son état, parti courir la peurtantaine.


C’est alors qu’une fulgurance jaillit du dit esprit soudain éveillé : femmes je vous aime !


Une forme de Pentecôte païenne sorte de bras de d’honneur aux esprits chagrins qui ne peuvent pas souffrir les naturistes…


Ma réponse pleine de grâce et de beauté les laissera sans doute pantois : un peu de douceur dans ce monde de brutes ne saurait nuire ni à la santé, ni à l’extension du domaine du vin…


Femmes je vous aime Sophie Bauchet& Severine Dubois vigneronnes


10696350_10203406674862870_1615110739087540757_n.jpg

 

Femmes je vous aime Cristelle Champier vigneronne Raphaël Champier Wines 


10801539_10203406692503311_5332285889154262410_n.jpg

 

Femmes je vous aime Emeline Calvez vigneronne domaine Bobinet


1383039_10203406773225329_3695761731635844820_n.jpg

 

Femmes je vous aime la comtesse aux pieds nus dans ses vignes Catherine Leconte des Floris


1390520_10203406787345682_7442754251481283082_n.jpg

 

Femmes je vous aime Julie Brosselin vigneronne le Petit Domaine

 

10397989_10203406795185878_1508716208018083451_n.jpg

 

Femmes je vous aime Gentiane Large David Large


1379905_10203406907588688_3547392382715122149_n.jpg

 

Femmes je vous aime Ingrid Boucher Clos des Moures


10404333_10203406967990198_4960961670272552183_n-copie-1.jpg

 

Claire Deville aimante 2 beaux vignerons Frédéric Palacios et Ludovic Engelvin


10696354_10203407077952947_3210877929758656153_n.jpg

 

Femmes je vous aime Valérie Frison vigneronne Champagne Val Frison


10675509_10203407098993473_2885940979747367892_n.jpg

 

Isabelle et Catherine duo de charme vu par moi 


10345808_10203407792690815_2943846285060742728_n.jpg

 

Vu par Isabelle


10616301_10204160714251644_781705744530145753_n.jpg

 

Dominique&Claire l'osmose


1622668_10203408094738366_8641544393016792541_n.jpg

 

En bonus 

Dalya rue 89 Lyon et Mathieu Rostaing le Café Sillon


1478905_10203408001976047_5305900475302352668_n.jpg

 

Hichem salon des Débouchées


10649765_10203408010096250_7033992858531577394_n.jpg

 

Pause ou pose selffie


10675768_10203407742009548_8808346325229684510_n.jpg

 

Apéro post salon Rue89 Lyon ! à En Mets Fais ce qu'il te Plaît.


10615351_595714527222354_7872341668805520455_n.jpg


Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents