Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 janvier 2016 7 03 /01 /janvier /2016 06:00
Lettera a Daniele de Michele della Puglia : la famosa massa salentina o massa di San Giuseppe e i vermicelli di Donata

Cher Daniele,

 

Tu te fais rare en notre vieux pays de France et, comme tu le sais, j’aime cultiver avec soin mes amis et je ne fais pas mien l’adage « loin des yeux loin du cœur ».

 

Pour te rappeler à mon bon souvenir d’Italien de cœur je me suis risqué à titrer dans ta langue maternelle. Évoquer les Pouilles, ton pays, ton terreau, tes racines, est, je le sais un moyen infaillible de raviver ton inépuisable enthousiasme.

 

Aimer les gens de peu, ceux qui tiennent encore entre leurs mains notre héritage commun du vivre ensemble.

 

Deux femmes : une vieille paysanne du Salento, le talon de la botte italienne et Donata une aïeule de quatre-vingt ans et quelques.

 

Deux textes glanés dans un superbe livre : TRANSMISSIONS de Tiziana & Gianni Baldizzone publié aux éditions du Chêne.

 

« La rencontre avec l’autre est au cœur de notre démarche photographique, prendre le temps de la rencontre… » 

Lettera a Daniele de Michele della Puglia : la famosa massa salentina o massa di San Giuseppe e i vermicelli di Donata

« D’un regard sévère, une vieille paysanne du Salento inspecte l’assiette de sa belle-fille, qui s’apprête à goûter la massa qu’elle vient de sortir du feu. Cette soupe traditionnelle de pâtes aux pois chiches et au chou noir saupoudrée de cannelle constitue aussi un rite médiéval qui remonte à la corporation des menuisiers, dont les statuts prévoyaient des œuvres caritatives comme la distribution de repas le jour de la saint-Joseph. Préparée à domicile par les dévotes dans le silence et la prière, et servie aux pauvres, la massa a gardé son secret : la recette est transmise de femme en femme et perpétue une coutume qui célèbre les valeurs de solidarité. »

Lettera a Daniele de Michele della Puglia : la famosa massa salentina o massa di San Giuseppe e i vermicelli di Donata

« Donata a quatre-vingt ans et quelques. Elle habite dans les Pouilles, au sud de l’Italie. Elle dit que les pâtes sont un rite sacré. Toute la famille y participe les voisines aussi, car elle n’a plus la force de pétrir la grosse boule de farine de blé dur, pouvant atteindre vingt kilos, avec laquelle on prépare les vermicelli, ces fines pâtes dont était friand le poète latin Horace. On fait sécher les pâtes partout, même sur les lits. Donata dit que personne ne lui a vraiment appris. Tout simplement, elle est née dedans. Elle a ça dans le sang. »

 

Je m’en tiens là cher Daniele toi qui tout simplement tombé dedans, tu as ça dans le sang, toujours en quête de la transmission.

 

Reçois ma fidèle amitié en attendant de te revoir chez toi dans les Pouilles où à Paris chez notre amie commune Alessandra.

Partager cet article
Repost0
3 janvier 2016 7 03 /01 /janvier /2016 06:00
Lettera a Daniele de Michele della Puglia : la famosa massa salentina o massa di San Giuseppe e i vermicelli di Donata

Cher Daniele,

 

Tu te fais rare en notre vieux pays de France et, comme tu le sais, j’aime cultiver avec soin mes amis et je ne fais pas mien l’adage « loin des yeux loin du cœur ».

 

Pour te rappeler à mon bon souvenir d’Italien de cœur je me suis risqué à titrer dans ta langue maternelle. Évoquer les Pouilles, ton pays, ton terreau, tes racines, est, je le sais un moyen infaillible de raviver ton inépuisable enthousiasme.

 

Aimer les gens de peu, ceux qui tiennent encore entre leurs mains notre héritage commun du vivre ensemble.

 

Deux femmes : une vieille paysanne du Salento, le talon de la botte italienne et Donata une aïeule de quatre-vingt ans et quelques.

 

Deux textes glanés dans un superbe livre : TRANSMISSIONS de Tiziana & Gianni Baldizzone publié aux éditions du Chêne.

 

« La rencontre avec l’autre est au cœur de notre démarche photographique, prendre le temps de la rencontre… » 

Lettera a Daniele de Michele della Puglia : la famosa massa salentina o massa di San Giuseppe e i vermicelli di Donata

« D’un regard sévère, une vieille paysanne du Salento inspecte l’assiette de sa belle-fille, qui s’apprête à goûter la massa qu’elle vient de sortir du feu. Cette soupe traditionnelle de pâtes aux pois chiches et au chou noir saupoudrée de cannelle constitue aussi un rite médiéval qui remonte à la corporation des menuisiers, dont les statuts prévoyaient des œuvres caritatives comme la distribution de repas le jour de la saint-Joseph. Préparée à domicile par les dévotes dans le silence et la prière, et servie aux pauvres, la massa a gardé son secret : la recette est transmise de femme en femme et perpétue une coutume qui célèbre les valeurs de solidarité. »

Lettera a Daniele de Michele della Puglia : la famosa massa salentina o massa di San Giuseppe e i vermicelli di Donata

« Donata a quatre-vingt ans et quelques. Elle habite dans les Pouilles, au sud de l’Italie. Elle dit que les pâtes sont un rite sacré. Toute la famille y participe les voisines aussi, car elle n’a plus la force de pétrir la grosse boule de farine de blé dur, pouvant atteindre vingt kilos, avec laquelle on prépare les vermicelli, ces fines pâtes dont était friand le poète latin Horace. On fait sécher les pâtes partout, même sur les lits. Donata dit que personne ne lui a vraiment appris. Tout simplement, elle est née dedans. Elle a ça dans le sang. »

 

Je m’en tiens là cher Daniele toi qui tout simplement tombé dedans, tu as ça dans le sang, toujours en quête de la transmission.

 

Reçois ma fidèle amitié en attendant de te revoir chez toi dans les Pouilles où à Paris chez notre amie commune Alessandra.

Partager cet article
Repost0
3 janvier 2016 7 03 /01 /janvier /2016 06:00
Lettera a Daniele de Michele della Puglia : la famosa massa salentina o massa di San Giuseppe e i vermicelli di Donata

Cher Daniele,

 

Tu te fais rare en notre vieux pays de France et, comme tu le sais, j’aime cultiver avec soin mes amis et je ne fais pas mien l’adage « loin des yeux loin du cœur ».

 

Pour te rappeler à mon bon souvenir d’Italien de cœur je me suis risqué à titrer dans ta langue maternelle. Évoquer les Pouilles, ton pays, ton terreau, tes racines, est, je le sais un moyen infaillible de raviver ton inépuisable enthousiasme.

 

Aimer les gens de peu, ceux qui tiennent encore entre leurs mains notre héritage commun du vivre ensemble.

 

Deux femmes : une vieille paysanne du Salento, le talon de la botte italienne et Donata une aïeule de quatre-vingt ans et quelques.

 

Deux textes glanés dans un superbe livre : TRANSMISSIONS de Tiziana & Gianni Baldizzone publié aux éditions du Chêne.

 

« La rencontre avec l’autre est au cœur de notre démarche photographique, prendre le temps de la rencontre… » 

Lettera a Daniele de Michele della Puglia : la famosa massa salentina o massa di San Giuseppe e i vermicelli di Donata

« D’un regard sévère, une vieille paysanne du Salento inspecte l’assiette de sa belle-fille, qui s’apprête à goûter la massa qu’elle vient de sortir du feu. Cette soupe traditionnelle de pâtes aux pois chiches et au chou noir saupoudrée de cannelle constitue aussi un rite médiéval qui remonte à la corporation des menuisiers, dont les statuts prévoyaient des œuvres caritatives comme la distribution de repas le jour de la saint-Joseph. Préparée à domicile par les dévotes dans le silence et la prière, et servie aux pauvres, la massa a gardé son secret : la recette est transmise de femme en femme et perpétue une coutume qui célèbre les valeurs de solidarité. »

Lettera a Daniele de Michele della Puglia : la famosa massa salentina o massa di San Giuseppe e i vermicelli di Donata

« Donata a quatre-vingt ans et quelques. Elle habite dans les Pouilles, au sud de l’Italie. Elle dit que les pâtes sont un rite sacré. Toute la famille y participe les voisines aussi, car elle n’a plus la force de pétrir la grosse boule de farine de blé dur, pouvant atteindre vingt kilos, avec laquelle on prépare les vermicelli, ces fines pâtes dont était friand le poète latin Horace. On fait sécher les pâtes partout, même sur les lits. Donata dit que personne ne lui a vraiment appris. Tout simplement, elle est née dedans. Elle a ça dans le sang. »

 

Je m’en tiens là cher Daniele toi qui tout simplement tombé dedans, tu as ça dans le sang, toujours en quête de la transmission.

 

Reçois ma fidèle amitié en attendant de te revoir chez toi dans les Pouilles où à Paris chez notre amie commune Alessandra.

Partager cet article
Repost0
2 janvier 2016 6 02 /01 /janvier /2016 06:00
Voir un ami pleurer… de Montaigne et La Boétie en passant par Arno chantant Brel !

Chaque matin mon écran me dit que j’ai beaucoup d’amis sur face de bouc… mais mon petit doigt me dit « sur combien pourrais-tu compter » ? Les doigts d’une main y suffiraient ! Ceux-là j’y tiens comme à la prunelle de mes yeux. Les yeux de ma mère comme chante ce déjanté d’Arno.

 

Arno qui sait si bien redonner vie aux mots du grand Jacques Brel.

 

L’amitié de Montaigne et de La Boétie qui pourtant ne se sont connus et fréquentés que pendant les quatre dernières années de la vie du dernier. Ils avaient, en ce qui concerne l’amitié, des attentes sensiblement différentes.

 

« Ces deux textes se situent l’un en amont, l’autre en aval de la rencontre qui a vu éclore l’amitié entre les deux hommes. Cette rencontre a lieu vers 1558. A cette date, le Discours sur le servitude volontaire, est écrit depuis plus de 9 ans. Quant à l’Essai De l’Amitié, sa rédaction débute en 1572 et se poursuit avec les ajouts de l’exemplaire de Bordeaux jusqu’en 1588. Lorsque Montaigne en commence la rédaction, La Boétie est mort depuis presque 10 ans. L’idéal exigeant défini par le jeune homme et les regrets de l’homme mûr penché sur le souvenir d’une rencontre qui a beaucoup marqué sa jeunesse et que le temps écoulé idéalise peut-être, ont tous deux assez de force de conviction pour donner aux deux textes un accent différent. »

 

Montaigne et La Boétie : Deux images de l’amitié par Daniel Lefèvre Agrégé de lettres classiques Professeur honoraire 7 allée de La Pléiade 14200 Hérouville Saint Clair

 

La différence le ciment d’une vraie amitié !

 

 

« Au demeurant, ce que nous appelons ordinairement amis et amitiés, ne sont qu’accointances et familiarités nouées par quelque occasion ou commodité par le moyen de laquelle nos âmes s’entretiennent. En l’amitié de quoi je parle, elles se mêlent et se confondent l’une en l’autre, d’un mélange si universel qu’elles s’effacent et ne retrouvent plus la couture qui les a jointes. Si l’on me presse de dire pourquoi je l’aimais, je sens que cela ne se peut exprimer qu’en répondant : « Parce que c’était lui, parce que c’était moi ».

 

Montaigne Essais, 1-28, De l’amitié.

 

Etienne de la boétie © Radio France - 2012

 

« C’est cela que certainement le tyran n’est jamais aimé ni n’aime. L’amitié, c’est un nom sacré, c’est une chose sainte : elle ne se met jamais qu’entre gens de bien et ne se prend que par mutuelle estime, elle s’entretient non pas tant par bienfaits que par bonne vie. Ce qui rend un ami assuré de l’autre, c’est la connaissance qu’il a de son intégrité : les répondants qu’il en a c’est son bon naturel, la foi et la constance. Il ne peut y avoir d’amitié là où est la cruauté, là où est la déloyauté, là où est l’injustice ; et pour les méchants, quand ils s’assemblent, c’est un complot, non pas une compagnie ; ils ne s’entraiment pas, ils s’entrecraignent, ils ne sont pas amis, mais ils sont complices.

 

Or, quand bien cela n’empêcherait point encore, serait-il malaisé de trouver en un tyran un amour assuré, parce qu’étant au-dessus de tous et n’ayant point de compagnon, il est déjà au-dessus des bornes de l’amitié, qui a son vrai gibier en l’équalité, qui ne veut jamais clocher, ainsi est toujours égale. Voilà pourquoi il y a bien entre les voleurs (ce dit-on) quelque foi au partage du butin, pour ce qu’ils sont pairs et compagnons et, s’ils ne s’entraiment, ils s’entrecraignent et ne veulent pas, en se désunissant, rendre leur force moindre, mais du tyran, ceux qui sont les favoris n’en peuvent jamais avoir aucune assurance, d’autant qu’il a appris d’eux-mêmes qu’il peut tout, et qu’il n’y a droit ou devoir aucun qui l’oblige, faisant état de compter sa volonté pour raison, et de n’avoir compagnon aucun, mais d’être de tous maître ».

 

La Boétie Le discours sur la servitude volontaire rédigé en 1549, La Boétie a juste 19 ans.

 

Bien sûr il y a les guerres d'Irlande

Et les peuplades sans musique

Bien sûr tout ce manque de tendres

Il n'y a plus d'Amérique

Bien sûr l'argent n'a pas d'odeur

Mais pas d'odeur me monte au nez

Bien sûr on marche sur les fleurs

Mais voir un ami pleurer!

Bien sûr il y a nos défaites

Et puis la mort qui est tout au bout

Nos corps inclinent déjà la tête

Étonnés d'être encore debout

Bien sûr les femmes infidèles

Et les oiseaux assassinés

Bien sûr nos cœurs perdent leurs ailes

Mais mais voir un ami pleurer!

 

HUMAN INCOGNITO

 

 

Partager cet article
Repost0
1 janvier 2016 5 01 /01 /janvier /2016 06:00
« Si le monde explosait, la dernière voix que l’on entendrait serait celle d’un expert expliquant que la chose est impossible. » BONNE ANNÉE !

Ce bon mot de Peter Ustinov constitue pour moi une arme de dissuasion massive contre la formulation de vœux pour l’année qui commence.

 

L’an passé je m’y étais risqué et aux deux bouts de l’année : l’horreur, qui nous semblait lointaine, rien que pour les autres, nous a rattrapé !

 

«Quarante-sept années de vie commune fracassées. J'oscille entre insomnies et cauchemars, sidération et déni, enfermement et colère, obsédée par cette question : comment une scène de guerre a-t-elle pu se produire, en France, dans les locaux d'un journal satirique ?» Maryse Wolinski.

 

 

  • Le Vendredi 13 Novembre 2015 à 19h30 EAGLES OF DEATH METAL EN CONCERT LE VENDREDI 13 NOVEMBRE 2015, BATACLAN, PARIS 50 Bd Voltaire. Y aller en covoiturage avec Blablacar…

« C’était un supplice interminable » 

 

« Quand nous sommes arrivés en face de la salle de concert, on pouvait distinguer la scène illuminée du dehors. Au Bataclan, tu passes cinq mètres et tu atterris directement dans la salle… Les tirs ont commencé à retentir à la septième chanson, “Kiss the Devil”, environ 35 minutes après le début du concert. On a entendu des coups de feu, les gens ont commencé à crier et étaient pris de panique. Il y avait des flashs, des éclairs, derrière lesquels se dessinaient des silhouettes. Il était difficile de s’apercevoir du nombre de blessés ou tués. Le noir emplissait la salle. Le public s’est allongé par terre dès les premiers tirs. On s’est ensuite relevé, il y a eu un deuxième mouvement de foule. Les gens disaient ” Il faut se barrer”, certains se sont précipités vers la sortie la plus proche et on eut la chance de pouvoir s’échapper… Les tirs ont repris, la foule s’est jetée à nouveau à terre. C’est à cet instant que l’attente interminable a débuté. La tête contre le parquet, on a évité d’émettre le moindre son et mouvement pendant plus d’une heure pour éviter de se faire repérer »

 

Et il eut, bien sûr, un après… un bien étrange après qui me trouble, me déconcerte, me fait douter de notre capacité à retrouver, en notre vieux pays, le vivre ensemble, le bien vivre ensemble par-delà nos différences et nos convictions.

 

Cédant à nos peurs, serions-nous devenus des handicapés du cœur ?

 

Tout devient prétexte à déchirures, à invectives, à exclusion, au repli sur soi… les réseaux sociaux charrient des tombereaux d’ordures… les urnes débordent de bulletins nauséabonds… les médias courent après l’audience en tendant leurs micros à ceux qui font le plus de bruit… nos intellectuels se mirent dans leur miroir… nos dirigeants ne pensent plus, ils se vautrent… et nous que faisons-nous ?

 

Vivre en bonne intelligence !

 

Votre serviteur qui se dit que le bout de la route se rapproche a bien du mal à vous souhaiter, à nous souhaiter, une bonne année 2016.

 

 

Et dire qu’en 2008 je chantais l’année des mots bleus… 

 

Partager cet article
Repost0
31 décembre 2015 4 31 /12 /décembre /2015 12:15
La version vin de « Comment ça va ? »

Comme je suis un bon garçon en ce dernier jour de l’année j’ai décidé d’amorcer la pompe de votre jeu « comment ça va ? » en vous proposant les réponses des plus hautes personnalités du monde du vin. Si j’en ai oublié vous pouvez compléter.

 

Bien sûr, avec les people, les politiques, l’ami Onfray vous aurez sans souci du grain à moudre pour le gui l’an neuf…

 

Michel Rolland : « Je manque d’oxygène. »

 

Pierre Lurton : « Comme un Cheval ! »

 

1 caviste alternatif : « Ça goûte bien ! Ça sent le purin...»

 

Stéphane Derenoncourt : « Comme un rock ! »

 

Denis Saverot : « Demandez à ma belle-mère »

 

Hubert de Boüard de Laforest : « Comme une cloche ! »

 

B&D : « 100/100 »

 

Isabelle Saporta : « Demandez à mon avocat ! »

 

Bernard Magrez : « Comme un Pape ! »

 

Alexandre Bain : « Ça baigne. »

 

Jacques Dupont : « Je m’Invigne ! »

 

Le blogueur de l’année 2015 de la RVF : « Je MANIFESTE… »

 

Pierre Castel : « Comme un Vieux Pape ! »

 

Le futur blogueur de l’année 2016 de la RVF : « Je jouis ! »

 

Philippe Sereys de Rothschild : « C’est le Cadet de mes soucis.»

 

1 buveur de vin nu : « Pile, poils ! »

 

La blogueuse de l’année 2014 : « ELLE va bien ! »

 

Partager cet article
Repost0
31 décembre 2015 4 31 /12 /décembre /2015 09:41
Au réveillon si vous vous ennuyez jouez donc à « Comment ça va ? »

« Expression simple et quotidienne de salutation, « comment ça va ? » revêt originellement un sens que l’on ne soupçonne pas. On se doute aisément que la question à trait à la santé de son interlocuteur.

 

Celle-ci serait originaire de la fin du moyen âge avec les débuts de la médecine grand public. À l’époque l’indicateur essentiel de la santé étaient les selles. La question « comment allez-vous? » renvoyait directement à la consistance, l’odeur et autres qualificatifs de la défection de l’interlocuteur.

 

Pour les derniers sceptiques tentez de traduire l’expression anglo-saxonne « How do you do? », littéralement « comment fais-tu? ».

 

« La dame (...) ajouta (...) qu'elle faisait à présent des vents en allant à la selle, que c'était comme un vrai feu d'artifice... Qu'à cause de ses nouvelles selles, toutes très formées, très résistantes, il lui fallait redoubler de précautions... Parfois elles étaient si dures les nouvelles selles merveilleuses, qu'elle en éprouvait un mal affreux au fondement... Des déchirements (...) »

 

Louis-Ferdinand Céline - Voyage au bout de la nuit – 1932

 

Dans un exercice de style original, Umberto Eco, imagine, dans Comment voyager avec un saumon les réponses obtenues d’un certain nombre de personnages mythiques ou célèbres à la question « comment ça va ? »

 

Shakespeare : « Comme il vous plaira. »

 

Franklin Benjamin : « Du tonnerre ! »

 

Marat : « Ça baigne ! »

 

Casanova : « Tout le plaisir est pour moi. »

 

Paganini : « Allegro ma non troppo. »

 

Kafka : « J’ai le cafard»

 

Marguerite Duras : « Bien. Forcément bien… »

 

Dracula : « J’ai de la veine. »

 

Freud : « Et vous ? »

 

Lazare : « Ça marche. »

 

De Gaulle : « Excusez-moi, J’ai un appel. »

 

Agatha Christie : « Devinez. »

 

Einstein : « relativement bien. »

 

Passez une bonne journée et à l’année prochaine sur mes lignes…

Partager cet article
Repost0
31 décembre 2015 4 31 /12 /décembre /2015 06:00
Au gui l'An neuf ! Sous le gui dans la forêt, les ennemis devaient déposer leurs armes et observer une trêve…

« O Ghel an Heu »

 

Panoramix, le druide vénérable du Village des irréductibles gaulois Astérix et Obélix, détenteur du savoir, et notamment du secret de la potion magique dont il a lui-même créé la recette, a popularisé la cueillette du gui dans la forêt des Carnutes.

 

Pline dans son Histoire Naturelle écrit :

 

« Les druides n'ont rien de plus sacré que le gui et l'arbre qui le porte, pourvu que ce soit un rouvre. Le rouvre est déjà par lui-même l'arbre qu'ils choisissent pour les bois sacrés, et ils n'accomplissent aucune cérémonie sans son feuillage (...) On trouve très rarement du gui et, quand on en a découvert, on le cueille en grande pompe religieuse… »

 

« … on le cueille dans une grande cérémonie religieuse, le 6e jour de la lune, car c’est par cet astre que les Gaulois règlent leurs mois et leurs années, de même que leurs siècles de 30 ans. On choisit ce jour parce que la lune y a déjà une force considérable, sans être cependant au milieu de sa course. Ils appellent le gui d’un nom qui signifie « qui guérit tout ». Après avoir préparé un sacrifice au pied de l’arbre on amène deux taureaux blancs dont les cornes sont liées pour la première fois. Vêtu d’une robe blanche le prêtre monte à l’arbre, coupe avec une faucille d’or le gui, qui est recueilli dans un linge blanc. Ils immolent alors les victimes en priant la divinité de rendre ce sacrifice profitable à ceux pour qui il est offert. »

 

Petite précision la faucille n’était point d’or, la serpe était d’airain alliage à base de cuivre contenant de l’or et de l’argent.

 

La cueillette du gui se faisait donc au solstice d'hiver, c'est à dire aux environs de Noël. Depuis cette époque, le gui est toujours présent chez nous à Noël et au jour de l'An. En tranchant la touffe de gui, l'officiant clamait en celtique : O ghel an hem, c'est à dire : Le blé germe. Le solstice d'hiver étant le point de départ de la renaissance où le soleil et de la nature avec lui.

 

C'est donc cette expression qui, de déformation en déformation a donné au Moyen Age, lorsque le sens profond du rite s'était perdu, le célèbre au gui l'An neuf !

 

Le Chêne à gui c'était le plus sacré des arbres, représentant du maître des dieux, chez les Romains, les Celtes ou les Germains : « Lorsqu'au détour d'un sentier dans la forêt, on se trouve face à un Rouvre plusieurs fois centenaire, on peut comprendre le sentiment qui conduisit les hommes à rendre un culte à ce géant, tant s'imposent sa majesté,..., la force de ses branches noueuses, grosses comme des arbres, la puissance de sa cime »

 

Le chêne à gui était donc l'arbre des druides qui croyaient que cette plante était semée sur le chêne par une main divine et voyaient dans l'union entre leur arbre sacré et ces rameaux toujours verts un symbole d'immortalité. Le gui était considéré comme une plante sacrée. Car selon eux, il avait des propriétés miraculeuses, dont celles de guérir certaines maladies, d'immuniser les humains contre les poisons, de leur assurer la fertilité et de les protéger des méfaits de la sorcellerie.

 

Lorsque des ennemis se rencontraient sous le gui dans la forêt, ils devaient déposer leurs armes et observer une trêve jusqu'au lendemain. C'est de là dit-on que proviendrait, la coutume de suspendre une boule de gui au plafond et d'y échanger un baiser en signe d'amitié et de bienveillance.

 

Chez les anglo-saxons cette coutume fort répandue est rattachée à la légende de Freya, déesse de l'amour, de la beauté et de la fécondité, selon laquelle un homme devait embrasser toute jeune fille qui, sans s'en rendre compte, se trouvait par hasard sous une gerbe de gui suspendue au plafond.

 

Curieuse plante, en vérité, que le gui ! C’est une espèce hors-sol puisque cet arbrisseau est incapable de vivre dans le sol, faute de racines, et qu’il est donc condamné à vivre accroché à un arbre, ses boules « ornent » un grand nombre d'arbres, le pommier et le peuplier tout particulièrement, mais il se fixe rarement sur le chêne et le châtaignier.

 

Plante parasite ?

 

« On devrait plutôt dire qu’il est semi-parasite « précise Anicet. « C’est vrai que le gui puise de la sève brute à l’arbre sur lequel il s’est fixé, mais contrairement aux végétaux totalement parasites, cette espèce contient - et en grosse quantité - de la chlorophylle qui lui permet de réaliser la célèbre photosynthèse ».

 

« Alors qu’une feuille d’arbre ordinaire vit environ six mois, la feuille de gui vit un an et demi. Elle ne tombe que pendant l’été de l’année qui suit sa naissance. À l’époque, de nouvelles feuilles ont déjà pris la relève depuis au moins quatre mois et c’est pourquoi le gui, arbrisseau à feuilles caduques, reste perpétuellement vert. À l’âge de trente ans, un arbre mesure 10 à 20 m de haut... Le gui, lui, ne fait encore que 80 cm à 1 m de diamètre. »

 

 

« Une boule de gui peut vivre jusqu’à l’âge de trente-cinq ans. Elle fabrique pendant cette période plus de 30 000 baies, petits fruits ronds d’abord verdâtres qui prendront, après sept mois environ, une étonnante coloration qui les feront ressembler à des globes lumineux en verre opalin dont une ou deux seulement - et grâce à la dissémination effectuée principalement par la fauvette à tête noire la fauvette à béret vert et la grive draine - donneront naissance à de nouvelles boules de gui. »

 

Dans la médecine d'autrefois, il était l'antispasmodique type, spécifique de l'épilepsie, des convulsions, de l'apoplexie. Actuellement il est utilisé dans le traitement de l'hypertension artérielle, dans l'artériosclérose, les troubles nerveux du cœur, les hémorragies, l'hémoptysie ( 20 grammes de feuilles coupées en morceaux pour un demi litre d'eau ; faire macérer à froid toute la nuit et boire dans la journée 2 à 3 verres par jour avant les repas ). À l'extérieur, les cataplasmes chauds de feuilles et de baies, bouillies quelques minutes dans de l'eau ou du lait, calment les douleurs de la goutte et des rhumatismes. »

 

HISTOIRE DU GUI : UN PARASITE GUERISSEUR

 

Intérêt apicole

 

Les fleurs mâles et femelles du gui produisent du nectar en quantité relativement modérée, ainsi qu’un pollen assez abondant au niveau des fleurs mâles seulement. Du fait de leur floraison très précoce, ils constituent une source de nourriture utile à la colonie pour préparer la reprise du couvain, et ce d’autant plus que les floraisons mellifères sont encore bien rares à cette époque de l’année.

 

Le gui a fait don de deux adjectifs à la langue française :

 

  • gluant vient de glu ;

  • visqueux dérive de viscum, le nom latin du gui.

En fait, sous l’enveloppe nervurée de la baie du gui, se cache une substance pulpeuse et limpide : la viscine. C’est avec ce composant naturel que l’on fabriquait jadis la glu ... servant à capturer les petits oiseaux. Plaute, écrivain latin, constatait : « La grive, en répandant le gui, aide à la production de la glu grâce à laquelle elle sera capturée... » À bon entendeur salut...

 

 

À propos de grive dans son bel album « Anthologie du Petit Gibier » de la bécasse à l’ortolan chez Albin Michel, Jean-Jacques Brochier, en évoquant la Grive – celle qui « sauve le chasseur de la bredouille ? » écrit : « La meilleure est la grive de vigne, ou musicienne, c’est elle qui chante le mieux. Particulièrement à l’époque des vendanges, quand elle de gorge de raisins bien mûrs, qui la rendent pompette. De là la légende de ces grives soûles qu’on poursuivait entre les rangs de vigne et qu’on prenait à la main, ou d’un revers de casquette, treize à la douzaine. On a lu ça cent fois dans les livres, mais que celui qui a assisté personnellement à la chose me fasse signe. Je promets de le régaler d’une fricassée dont il se souviendra. Dans les mêmes livres, on dit aussi que les grives s’abattaient en si grand nombre sur les ceps qu’il fallait battre le tambour jour et nuit pour sauver la vendange ! C’était, sans doute, du temps que les bêtes parlaient. »

Partager cet article
Repost0
30 décembre 2015 3 30 /12 /décembre /2015 07:00
Et si la Romanée-Conti faisait des bulles de Bourgogne ?

Pure provocation ou simple interrogation ?

 

Ce qui m’a décidé à écrire cette chronique ce sont les délires des journalistes suite à la mise en place au 31 décembre 2015, des autorisations de plantation qui remplacent les droits de plantation. La mesure s’accompagne du dézonage du vignoble français : il devient donc possible de planter des vignes sur tout le territoire.

 

Fin décembre, les professionnels de FranceAgriMer ont validé officiellement cette décision européenne prise en 2007 et entrée en vigueur vendredi.

 

Rien de vraiment nouveau sous le soleil puisqu’il s’agit de donner l'autorisation aux vignerons d'étendre leurs vignes déjà existantes ou d'en planter de nouvelles dans un contingent : chaque année, la surface viticole nationale pourra ainsi croître de 1 %. Soit 8 057 ha supplémentaires pour 2016.

 

Je signale à la gente journalistique qu’en France on a toujours planté, parfois à l’excès dans de grandes appellations Bordeaux et Cognac, de nouvelles surfaces de vignes. Donc vraiment je ne vois pas où est le loup dans la bergerie.

 

Alors écrire comme dans la Croix que «Pour la première fois en 2016, les viticulteurs français vont pouvoir étendre leurs vignes ou en planter de nouvelles.» en dit long sur la capacité des journalistes à travailler leur dossier. C'est faux. mais bon qui lit encore dans la presse ce type d'article ? Pas grand monde !

 

Et tout le monde reprend en boucle la même antienne : crédibilité zéro...

 

La novation c’est que théoriquement il sera possible de le faire partout en obéissant aux règles édictées pour les AOP, les IGP et les VSIG.

 

Oui, oui chers journalistes les VSIG ça existait déjà...

 

« Dans certaines régions, les plantations de nouvelles vignes seront automatiques. Dans d'autres, nous déciderons de les limiter», prévient Jean-Luc Dairien, directeur de l'Inao (Institut national de l'origine et de la qualité) qui, avec FranceAgriMer, instruira les demandes. Les conseils régionaux des zones concernées pourront aussi imposer un plafond de développement des surfaces plantées. »

 

Bref, le risque de voir la vigne coloniser les nouvelles régions fait partie des fantasmes que certains aiment à cultiver.

 

Je cite :

 

« Mais en Champagne, où les viticulteurs sont très sourcilleux en ce qui concerne leur territoire, des guerres de tranchées s'annoncent pour que la Picardie et son vin blanc ou rosé ne viennent pas piquer la vedette au renommé vin effervescent. » Le Parisien

 

« Ce qui inquiète le monde viticole français, c'est qu'on puisse planter des vignes n'importe où sans tenir compte du terroir, du sol ou de l'ensoleillement. Cela conduirait à abaisser la qualité de la production nationale et à écorner l'image de marque des vins français, notamment à l'export. Dans le vignoble champenois, on s'étrangle déjà de voir arriver de mauvais vins effervescents sur le marché. » France 3 Bourgogne.

 

Moi je m’étrangle de rire.

 

Il suffit de se promener dans la capitale pour contempler les publicités de 2 marques d’effervescents sans indication géographique : Kriter et Charles Volner.

 

La maison Castel vient de lancer des bulles d’Oc sous sa marque La Roche Mazet

 

 

Les bulles ont la cote : « En cette période de fêtes de fin d'année une boisson ne manque sur aucune table de France et de Navarre : le Champagne. Traditionnelle boisson du Réveillon, notamment, avec laquelle on trinque, elle est de plus en plus menacée par son "équivalent" italien, le Prosecco. Ce dernier se vend beaucoup plus en termes de quantité, mais ne dépasse pas son grand frère en valeur. » 

 

Bref, à force de jouer à se faire peur on raconte des grosses bêtises.

 

S’il suffisait de planter des vignes n’importe où pour bien vendre du vin effervescent ou non ça se saurait !

 

L'important c'est de boxer dans sa catégorie et, dans un marché ouvert, la frilosité à la française augure bien mal de l'avenir... Nous nous payons de mots et ce ne sont pas des contingents nationaux qui nous préserveront du dynamisme de nos concurrents italiens et espagnols.

 

Mais laissons les soucis d'avenir de côté, nous adorons les lignes Maginot, pour arriver là où je veux en venir depuis le début. 

 

Et si la Romanée-Conti faisait des bulles de Bourgogne ?

 

Pourquoi poser une telle question quasi-sacrilège ?

 

Explication :

 

 

Pour étayer ma démonstration je vous propose de consulter une publicité d’un site de vente de vin en ligne que j’ai reçu hier.

Et si la Romanée-Conti faisait des bulles de Bourgogne ?
Et si la Romanée-Conti faisait des bulles de Bourgogne ?
Et si la Romanée-Conti faisait des bulles de Bourgogne ?

Louis Picamelot Crémant de Bourgogne Un magnifique crémant aux bulles persistantes ! 13,00 euros

 

Janisson Baradon Champagne Brut Beaucoup de raffinement pour cette cuvée ! 22,50 euros

 

Brimoncourt Champagne Extra Brut Équilibre et générosité pour cette cuvée extra brut ! 40,00 euros

Qu’est-ce qui justifie une telle différence de prix entre un Crémant de Bourgogne et le Champagne ?

 

La notoriété de ce dernier, ses marques mondiales, et comme la notoriété ça ne se bâti en profitant de l’opportunité d’une libéralisation encadrée de l’extension du vignoble c'est la démonstration en vrai grandeur de l'inanité des craintes évoquées par nos gratte-papier.

.

Et pourtant la Champagne et la Bourgogne se touchent via le plus grand village en nombre d'ha de Champagne : les Riceys.

 

Et pourtant Chardonnay et Pinot noir règnent dans les deux régions en maîtres.

 

Et pourtant la méthode traditionnelle utilisée pour élaborer le crémant c’est la méthode champenoise que les Champenois ont exigé de détenir en exclusivité.

 

Et pourtant je ne parle pas des rendements, ça pourrait fâcher.

 

Et pourtant la Bourgogne est aussi prestigieuse que la Champagne.

 

Bref, sans offenser la fierté champenoise j’affirme tranquillement qu’il y a sur le marché un nombre, que je ne saurais évaluer, de champagnes sans intérêt et un nombre de crémant de Bourgogne excellents.

 

Mais Louis Bouillot ça fait un peu péquenot face à la Veuve Clicquot.

 

Alors, si vous voulez bien vous reporter, chers journalistes, à ma chronique sur la fixation des prix j’espère que vous aurez enfin compris que vos craintes sont de purs fantasmes.

 

On ne vend pas du vin comme des choux et des navets ou comme du blé : prière de lire Braudel !

 

Et j’en reviens à mon titre, certes, provocateur : Et si la Romanée-Conti faisait des bulles de Bourgogne ?

 

Qu’Aubert de Vilaine me pardonne ce ne serait en rien déchoir que de faire des bulles de Bourgogne en ce terroir prestigieux mais tout simplement remettre les pendules à l’heure légale. Donner des lettres de noblesse à un produit qui, sans les avoir eu de naissance, les a acquise par son excellence.

 

Merci à Carole Colin du restaurant Les Climats, la meilleure ambassadrice des bulles de Bourgogne, de m’avoir soufflé cette question qui dérange…

 

Démonstration magistrale de l'excellence des Crémants de Bourgogne par Carole sur des plats de Julien Boscus le chef des Climats et de Grégory Mourer, le pâtissier dans la vidéo ci-dessous :

 

 

Partager cet article
Repost0
30 décembre 2015 3 30 /12 /décembre /2015 06:00
« Faire bombance braconnière est un plaisir interdit dont il est difficile de se passer. »  Les ortolans de Mitterrand et de Juppé… le futur blogueur de l’année 2016 de la RVF exulte !

Le 9 janvier 1997 Catherine Coroller écrivait dans Libération :

 

« La Ligue de protection des oiseaux (LPO) ne décolère pas. Elle n'admet pas que l'ancien président François Mitterrand et l'actuel Premier ministre, Alain Juppé, aient pu manger des ortolans, oiseaux en théorie protégés. Elle vient d'ailleurs d'adresser une plainte à la Commission européenne afin que celle-ci engage une action juridique auprès de la Cour de justice de La Haye.

 

C’était après que Georges-Marc Benamou, auteur du Dernier Mitterrand, tout juste paru chez Plon, rapporte que François Mitterrand aurait mis des ortolans au menu de son réveillon du 31 décembre 1995, une semaine avant sa mort. «Pas de réveillon sans ortolans, avait fait savoir le président avant de partir pour l'Egypte, rapporte Benamou.

 

 

Faux réplique Jack Lang dans son Dictionnaire amoureux de Mitterrand : « J’aurais aimé qu’il en fût ainsi. Mais ce jour-là, Mitterrand n’est pas en état de faire honneur aux mets habituels. Il soutient comme il peut la conversation avec les uns et les autres qui viennent à ses côtés. »

 

Du côté d’Alain Juppé, alors Premier Ministre, dans une interview au magazine Elle du 23 décembre dernier, il met les pieds dans le plat. Non seulement il reconnaît, non sans une certaine complaisance, avoir mangé, dans une palombière, des pinsons à l'ail et au persil et des ortolans, mais il se justifie en arguant qu'il s'agit de «rites typiquement landais». «Ce qui est amusant au sujet des ortolans, c'est qu'il est interdit de les chasser et de les commercialiser, continue le ministre, mais, dans les bons endroits, on en trouve toujours»

 

Deux incises contemporaines :

 

- 16 % des Français souhaitent réveillonner avec Alain Juppé et le place en tête (16%) et s’il leur servait des ortolans ça ferait plaisir à un autre Alain, Bougrain-Dubourd bien sûr… 

 

L’actuelle chroniqueuse vineuse du magazine ELLE, lauréate 2014 de la RVF pourrait alors proposer un accord ortolans-vins...

 

Le Jack, amoureux fou de Tonton, avoue lui que « se délecter de produits en voie de disparition fait saliver. » et s’interroge : «Qui après nous pourra encore en manger? »

 

Égoïsme culinaire… très antiécologiquement correct… détestable et délectable à la fois… « … et Mitterrand ne boude pas ses plaisirs-là, ripailleurs et transgressifs, frondeurs et jouisseurs. »

 

Le portrait-robot tout craché du futur blogueur de l’année 2016 de la RVF !

 

Notre Jack conte :

 

« Au réveillon du premier de l’an, à Latché, il y a parfois des ortolans au menu. On est au cœur de la Gascogne. Il convient de sacrifier ces pauvres petits passereaux, migrants capturés alors qu’ils rejoignent pour l’hiver les terres chaudes du Proche-Orient et de l’Afrique, après un été en Europe. Ces volatiles pépieurs sont piégés par des matelotes et des appelants. Puis, on les engraisse pendant trois semaines avant de les estourbir à l’armagnac. »

 

Le « dealer » d’ortolans est Henri Emmanuelli, président du Conseil Général des Landes, qui a ses réseaux, ses fournisseurs et qui adore braver la sensiblerie parisienne qui s’offusque des mœurs des ensauvagés planqués dans leur palombière. » dixit Jack.

 

À cette lecture le futur blogueur de l’année 2016 de la RVF jouit !

 

François Mitterand peint par Derek Kostab Acrylic on canvas: 505mm x 505mm

 

« Ensuite, au de la table, les nez plongent dans les cassolettes. On ne se met pas à couvert d’une blanche serviette pour mieux exalter les saveurs. Cela fait un peu trop couleur locale et terroir immémorial pour la société savante et l’assemblée de civilités qui se réunissent dans la résidence secondaire du Président. »

 

Là, le futur blogueur de l’année 2016 de la RVF, tord le nez

 

« Malgré tout, les fumets se concentrent, mêlant air de la forêt et ardeur du gibier. Il faut ensuite saisir à mains nues l’oisillon tiède qui pèse tout juste 25 grammes. Et tout manger, bec et viscères, ramures et ramages sans plumages. Il faut tout ingurgiter. »

 

Notre futur blogueur de l’année 2016 de la RVF entre en épectase !

Partager cet article
Repost0

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents

  • Hubert de Boüard à la barre !
    Philippe Castéja (à g.) et Hubert de Boüard, à l’ouverture du procès, le lundi 20 septembre 2021 à Bordeaux. © Crédit photo : Guillaume Bonnaud / SUD OUEST En raison de l’actualité judiciaire d’Hubert, Ciné Papy du mercredi est repoussé à demain jeudi. Hubert...
  • Parlons peu mais parlons vin, et de quel vin : La Romanée-Conti où Aubert de Vilaine passe la main…
    Le reproche récurrent que me font certains, chroniquer rarement sur le vin, est justifié, en défense ma réponse est simple : j’ai le sentiment d’avoir fait le tour de la question et que perdurer ce serait tourner en rond. Bien sûr, je pourrais à la manière...
  • L’ÉCHALIER
    Henry Pierre Troussicot L’échalier, petite barrière fixe, dans une haie, entre deux champs, permettant d’aller de l’un à l’autre. Combien de gars de ferme ont fait sauter les échaliers aux filles en les empoignant par la taille, pour aller danser ou autres...
  • Un dimanche ordinaire au Bourg-Pailler…
    Le dimanche au Bourg-Pailler c’était les habits du dimanche pour aller à la grand-messe de 10 heures. Au Bourg-Pailler, la tante Valentine, était le maître des horloges, elle rappelait tout le monde à l’ordre avec une injonction ritournelle « ça monte...
  • Je m’insurge l’âne bâté n’est pas stupide…
    Rien ne vaut l’expérience, les grands auteurs cités plus bas, n’ont jamais mené de leur vie un âne bâté, moi si pendant 8 jours dans les Cévennes sur le sentier Stevenson, c’était une ânesse, et je peux affirmer qu’elle était bien plus intelligente, plus...