Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 novembre 2022 2 01 /11 /novembre /2022 06:00

Pourquoi Albert Einstein tire la langue sur sa légendaire photo ? - NeozOne

Attendu que chez la libraire d’en face de Georgette Café, le pourtour de la caisse est inondé des livres d’Annie Ernaux ;

 

Attendu que j’adore les petits livres que l’on peut glisser dans la poche intérieure de sa veste ;

 

Attendu que beaucoup de 68 hard exhibent sur leur tee-shirt délavé le portrait où Albert Einstein tire la langue ;

 

Attendu qu’Houellebecq a écrit les Particules Elémentaires mais a fait chou blanc pour le Nobel ;

 

Attendu que beaucoup pensent que la physique quantique est inabordable, alors LISEZ

 

 

Einstein et les révolutions quantiques

 

 

Alain Aspect, y raconte avec passion l'une des révolutions majeurs du XXe siècle, la mécanique quantique. Plus exactement, il décrit non pas une mais deux révolutions auxquelles Einstein a contribué. Elles font le charme de cette théorie qui, bien que s'appliquant à l'infiniment petit, a des répercussions à notre échelle : laser, disque dur, circuits imprimés...

 

La première révolution détaille comment des particules peuvent être à la fois des ondes et des objets matériels.

 

La seconde explique que des objets peuvent être dans plusieurs états en même temps. Cela peut sembler très bizarre, mais le talent du physicien et académicien, pas encore Nobel en 2012, est de parvenir à le faire comprendre assez facilement.

 

LA PREMIÈRE RÉVOLUTION QUANTIQUE ET LA DUALITÉ ONDE-PARTICULE

 

La première révolution quantique qui naît sous l’impulsion d’Einstein au début du XXe siècle, bouleverse notre vision du monde et fait émerger des concepts surprenants comme la dualité onde-particule.

 

LA DEUXIÈME RÉVOLUTION QUANTIQUE ET L’INTRICATION

 

Moins connu est le développement d’une deuxième révolution quantique initiée en 1935 par Einstein, Podolsky et Rosen et par Schrödinger, et rendue possible à partir de la fin des années 1960 par l’expérimentation sur des particules individuelles. Cette révolution, qui se déroule encore sous nos yeux, repose sur le principe étrange de l’intrication selon lequel deux particules qui ont interagi se comportent de manière extraordinairement similaire même lorsqu’elles sont éloignées.

 

L’INFORMATIQUE QUANTIQUE

 

Cette notion a été vérifiée expérimentalement par l’auteur au début des années 1980 et connaît déjà des applications concrètes, notamment en matière de cryptographie. Elle pourrait déboucher à terme sur des technologies nouvelles comme l’informatique quantique. Tourné vers une physique d’avenir, cet enregistrement raconte une magnifique histoire de science, dans laquelle l’expérimentation a permis de trancher des débats philosophiques.

 

Alain Aspect

Alain Aspect, prix Nobel de physique 2022 : « La deuxième révolution de la physique quantique ne fait que commencer »

Par Jean-François Haït le 04.10.2022

 

Le prix Nobel de physique 2022 a été attribué au Français Alain Aspect, à l’Américain John F. Clauser et à l’Autrichien Anton Zeillinger, pour leurs travaux en physique quantique. Il y a quelques jours seulement, Sciences et Avenir réalisait l'interview d'Alain Aspect pour son hors-série "Les indispensables" dédié à "La grande histoire de la physique" et en kiosque le 21 décembre 2022. Entretien à découvrir en exclusivité sur notre site.

 

REACTION. Sciences et Avenir a recueilli la réaction d'Alain Aspect après l'annonce de son prix : "Je pense à tous ceux qui ont rendu ce prix Nobel possible, à commencer par mon professeur de physique au lycée d'Agen, qui m'a donné le goût de cette discipline, ainsi qu'aux nombreux enseignants, collègues et étudiants. Aux étudiants en particulier, car lorsqu'on enseigne on doit expliquer, et ainsi on comprend mieux ce sur quoi on travaille. Et je pense également à John Bell, qui a écrit les inégalités qui ont permis de trancher la controverse Einstein-Bohr".

 

La suite ICI 

Partager cet article
Repost0
31 octobre 2022 1 31 /10 /octobre /2022 06:00

Hero banner

Je joue sur les C, coquin que je suis, certains seront peut-être tombés dans le panneau du roi du surgelés : Picard, dont le slogan est « pour le bon et le meilleur »

 

Ici c’est Vin&Cie et je me dois de signaler que l'histoire de la marque-enseigne commence en 1920, quand la famille Picard rachète Les Glacières de Fontainebleau. De la fabrication de pains de glace à celle de produits surgelés, il n'y avait qu'un pas qui est franchi en 1962 par Raymond Picard lorsqu'il prend la direction de l'entreprise familiale.

 

En 1973 Armand Decelle rachète l'entreprise et lance la vente par correspondance avec un catalogue. Il emploie 12 employés et dispose de 5 camionnettes pour les livraisons.

 

Le destin de Picard est si étroitement lié à celui des Decelle que, même lorsque Carrefour achète la société, en 1994 _ dans l'opération, la famille, propriétaire à 90 %, cède 70 % des actions à Carrefour, qui monte à 74 % dans le capital _, le PDG du distributeur, Daniel Bernard, se garde bien de changer qui ou quoi que ce soit. L'entreprise connaît, depuis, une réussite insolente, avec un résultat net multiplié par 4 entre 1993 et 2000, de 60 à 235 millions de francs (de 9,1 à 35,8 millions d'euros). Aucun concurrent ne résiste au rouleau compresseur de Picard, véritable énigme qui dément, année après année, toutes les études de marché. Et lorsque, meurtri par une douloureuse mésentente familiale, Olivier décide, en octobre dernier, de rendre son tablier, que fait Daniel Bernard ? Il met en vente l'entreprise de surgelés, cédée, il y a peu, à un groupe d'investisseurs.

 

Olivier Decelle, Jean Faure and others... Anthocyanes - Yohan Castaing

 

Olivier Decelle, un vigneron tardif mais offensif

 

L’ancien patron de Picard Surgelés ne cesse de s’imposer à la tête de vignobles : le Roussillon, le Bordelais, la Bourgogne, et maintenant le Rhône. Avec flair et un caractère trempé. ICI 

Bertrand Piccard (Solar Impulse Foundation): "Greta Thunberg et moi sommes  complémentaires" | L'Echo

Mais revenons à nos moutons, ici c’est de Bertrand Piccard, le suisse, dont il est question. à la tête de sa fondation Solar Impulse, espère convaincre les députés français, avec 50 propositions, « prêt à voter », pour protéger l’environnement et diminuer le gaspillage

 

Ecologie : « Bertrand Piccard ne propose pas de changer la société, mais d’en améliorer son efficacité »

 

CHRONIQUE

 

Philippe Escande

 

Son père et son grand-père ont sillonné les océans, il a préféré les hautes altitudes. Bertrand Piccard a tourné autour du monde en ballon, puis en avion solaire, et bientôt en zeppelin. Redescendu sur terre, il explore la jungle de l’Assemblée nationale à la tête de sa fondation Solar Impulse. A la main, un petit bréviaire de 50 propositions, « prêt à voter », pour protéger l’environnement et diminuer le gaspillage. Sa fondation avait, en 2021, identifié 1 000 solutions simples et rentables.

 

Il propose désormais aux politiques non pas de les financer, mais de créer le cadre légal qui leur permettrait de se développer. Cela tombe bien, puisque le gouvernement présente, vendredi 21 octobre, son projet de planification écologique et devrait débattre avec les députés, à la fin l’année, de sa loi sur la transition énergétique.

 

Alors que la France n’est pas en ligne avec les objectifs qu’elle s’est elle-même fixés en matière de transition climatique et environnementale, toutes les idées sont bonnes à prendre, surtout si elles existent déjà.

 

Par exemple,

 

  • imposer une étude sur les possibilités géothermiques pour toute construction neuve ;

 

  • encourager l’autoconsommation collective d’électricité ;

 

 

  • favoriser l’éclairage public autonome à partir de panneaux solaires et de batteries ;

 

  • permettre ou développer l’utilisation de dispositifs de stockage d’énergie, par batterie ou par réservoir d’eau ;

 

  • imposer l’usage de béton bas carbone…

 

Besoin d’un coup de pouce réglementaire

 

Toutes ces solutions existent en France à petite échelle, sont rentables, mais elles ont besoin d’un coup de pouce réglementaire pour se développer. « Je suis contre le fait d’utiliser l’excuse des technologies de demain pour ne rien faire aujourd’hui », explique-t-il.

 

Le Suisse volant profite de sa notoriété d’aventurier pour pousser ses idées. Elles reçoivent une oreille attentive au MoDem, chez Les Républicains, mais moins à gauche de l’échiquier politique.

 

Car Bertrand Piccard ne propose pas de changer la société, mais d’en améliorer son efficacité. Les trois quarts de l’énergie électrique sont gaspillés, assure-t-il, voilà la priorité. Il préfère donc cette notion à celle de sobriété, tout en rejetant le procès en technophilie béate que pourraient lui intenter les Verts, plus séduits par les envolées de l’astrophysicien Aurélien Barrau que par le discours plus terre à terre de l’explorateur.

 

« Mon but est de moderniser le monde, pas de le pousser vers le futur, juste ramener le monde du passé vers le présent », dit-il. C’est le vrai combat idéologique qui attend l’écologie.

 

50 propositions ‘Prêt à Voter’ ICI 

 

Le succès de la transition écologique dépend moins du développement de nouvelles solutions technologiques, que de la création de conditions permettant d’adopter les solutions actuelles et de profiter des bénéfices qui les accompagnent.

 

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2022 6 29 /10 /octobre /2022 06:00

Annie Ernaux : l'insoumise | Les Echosblague Annie Ernaux – Blagues et Dessins

Suis pas fan de Beigbeder mais il sait mettre le doigt où personne n’ose le mettre et c’est un vrai bonheur dans un monde si convenu.

 

Le portrait

 

Un barrage contre l'Atlantique” : mémoire d'un jeune homme rangé

 

Frédéric Beigbeder, l’écume des nuits

 

Retrouvailles avec l’écrivain éloigné de Paris et des festivités, qui tente d’édifier un barrage contre le temps qui passe.

 

En dix-sept ans, c’est le troisième portrait de Frédéric Beigbeder dans Libération. Ça fait beaucoup, mais il arrive un moment où la vie est comme ça, faite d’une curiosité relancée par les souvenirs, les répliques, les caricatures.

 

Donc, que devient-il ?

 

Le monde a changé, mais l’auteur de L’amour dure trois ans paraît ce qu’il a toujours été : faux insouciant enjoué, crispé, intéressé. Ceux qui l’ont côtoyé lui reprochent souvent d’être dur, jaloux, de ne rien oublier : la mondanité est un sport de combat.

 

Chroniqueur et publicitaire de lui-même, Beigbeder continue de surfer non sans talent sur l’écume des choses, dans la transparence des poses. Son nouveau livre, Un barrage contre l’Atlantique, est la suite d’Un roman français. Détournant le titre d’un roman de Duras, il y promène son miroir sur la route pour prolonger, en direct et dans le rétro, son personnage moitié Guermantes, moitié Gatsby. Comme d’habitude, ses phrases ont la saveur éphémère des formules « bouclées » :

 

« J’en veux à cette épidémie pour deux raisons : parce qu’elle gâche la jeunesse de ma fille aînée (Chloé, 22 ans) et parce qu’elle me fait regretter la mienne. »

 

Tentez cette expérience.

 

Balancez tranquillement au milieu d’une conversation un nom, un simple nom d’un ton badin : « Beig-be-der ». Inutile d’insister. L’effet produit sera celui d’un ballon lancé sur un terrain de foot : tous chercheront aussitôt à s’en emparer. Chacun aura un avis autorisé, criera son indulgente tendresse ou son dégoût viscéral, détaillera les rumeurs sur sa vie privée – « Laura Smet, c’est fini et bien fini… » –, clamera qu’il a été en classe avec lui, ou encore qu’il connaît quelqu’un qui connaît Machin qui faisait partie du Caca’s Club (1) …

 

ICI 

 

Bref, comme je n’ai pas son talent d’écriture mais que je suis, en plus de licher des vins nu qui irritent tant Michel Bettane, un lecteur compulsif de romans et autres genre de livres ; ce sont les deux postes les plus importants de mon budget de consommation, je profite du sien pour vous confier que je sature depuis qu’Annie Ernaux est nobelisée et portée en étendard par le Mélenchon sénateur à vie, toujours derrière au moment du sprint final.

 

Impossible de dire un mot de trop sur madame Ernaux sans se faire traiter de facho et pourtant, ses romans me sont toujours tombés des mains, elle est pour moi l’étendard du nombrilisme à la française que j’exècre. Les Nobel ont cédé à l’air du temps, c’est leur droit mais je ne céderai pas d’un seul pouce au concert de ses thuriféraires, surtout ceux étiquetés révolutionnaires en peau de lapin.

 

Partager cet article
Repost0
28 octobre 2022 5 28 /10 /octobre /2022 06:00

Il y a 10 ans 1 petit viticulteur métayer du Beaujolais m’écrivait : son père lui disait « le Beaujolais est perdu »  Qui sauvera le beaujolais ?

Gérard Bancillon, président de la Confédération des vins à Indication Géographique Protégée de France, ne fait pas dans la dentelle, il sort son 49.3 : la sébile tendue aux pouvoirs publics : « Il va falloir sortir le carnet de chèques »

 

La perfusion d’argent public, communautaire et national, fut pendant des décennies la recette des producteurs de vin de table.

 

Le 8 août 2007 j’écrivais à Mariann Fischer Boel

 

 

Madame la Commissaire,

 

 

 

Je suis déçu. En vous, femme du Nord soucieuse des consommateurs, j'avais placé des espoirs immodérés : j'espérais que votre réforme dégraisserait le mammouth viti-vinicole survivance d'un temps où le vin - le gros rouge colonial puis transalpin - se transportait par pinardiers, trains entiers pour être assemblé en plein cœur de Paris à Bercy. Notre divin nectar y était traité comme un vulgaire boisseau de blé, bref comme une commodité - commodity pour vous chère Mariann - avec ses contrats de stockage à court et long terme, sa garantie de bonne fin et sa palanquée de distillations en tout genre.

 

Ce fut ensuite la "guerre du vin" menée par une poignée d'irréductibles de notre Midi : Montredon, l'Ampelos à Sète, des morts et, en 1986, un comble pour des vins médecins, du méthanol assassin en provenance d'Italie...

 

Produire, produire, pour rien, alors nous avons, à Dublin, avec Michel Rocard, décidé de la double peine : l'arrachage et la distillation obligatoire à bas prix pour les hauts rendements (DO). En clair, on nettoie la base, on brise la productivité, et ce fut le triomphe des VQPRD. Notre Midi releva la tête et le défi.

 

La suite ICI 

 

Nous nous croyions sortis de l’auberge la presque totalité de nos vins accédaient à l’identification géographiques, enfermés dans un corpus de règles d’apparence qualitative : AOC-AOP, IGP, exit les vins sans origine ni qualité, et puis patatras, les consommateurs de beaucoup de ces vins ripolinés, peuplant les murs de vin de la GD, vendus 2 balles, n’étaient plus au rendez-vous, les boomers, gros acheteurs, pousseurs de caddies, comme tout un chacun, vieillissent, disparaissent, ne passent plus au tiroir-caisse.

 

Aux vieilles lamentations sur le bashing du vin par la loi Evin, se sont ajoutées la Covid, la guerre d’Ukraine, l’essoufflement de la demande chinoise, le retour de l’inflation, masquant la réalité pourtant prévisible : la saturation de notre marché domestique des petits vins, le ventre mou de notre production.

 

Retour à la politique de la main tendue dans l’urgence, l’absence d’analyse sérieuse de notre potentiel commercial. Pour beaucoup d’entreprises vigneronnes la faillite pointe son sale nez et je ne suis pas en train de plaider pour une politique qui les laisseraient tomber mais pour une prise en compte de la réalité.

 

Au passage, nous sommes loin des vapeurs de Michel Bettane sur ces vins vites fait, vite bu, ici nous sommes face à la masse des vins invendus. Le vrac, celui qui circule dans les gros camions : produits alimentaires, des vins boissons, des vins sans avenir.

 

Y'A PLUS QU'À

10 000 €/ha, la prime d'arrachage demandé par le vignoble de Bordeaux

Unie et mobilisée, la filière des vins de Bordeaux fixe ses demandes d’aide au gouvernement pour répondre à l’urgence de sa crise viticole. Reste à trouver une voie juridique et des financements pour passer au concret.

Par Alexandre Abellan Le 21 octobre 2022

 

ICI 

 

Sans arrachage ni distillation, "2023 sera l’année de tous les dangers pour le vin en vrac"

 

Le président des vins IGP de France s’alarme du manque d’avancées sur les dossiers structurant les surplus actuels de production dans le vignoble français. Il en appelle à de rapides réflexions régionales et nationales.

Par Alexandre Abellan Le 18 octobre 2022

 

À situation de crise, il faut des solutions de crise » pose Gérard Bancillon, le président de la Confédération des vins à Indication Géographique Protégée de France, en appelant au soutien financier du gouvernement français et de la Commission Européenne. Alors que les vendanges/vinifications s’achèvent, le viticulteur gardois appelle les pouvoirs publics à rapidement saisir les enjeux de la filière vin pour débloquer les tensions qui menacent toujours plus ses opérateurs. N’ayant pas eu écho d’avancées depuis la réunion estivale des représentants du vignoble et du négoce avec le ministre de l’Agriculture, Marc Fesneau, Gérard Bancillon milite pour une nouvelle réunion dans les prochaines semaines : « il faut aller très très vite et que les préfets de région se mobilisent pour étudier les situations selon chaque bassin » pointe Gérard Bancillon, soulignant la diversité de fortune d’un vignoble à l’autre.

 

« On a des régions en France où il y a de vraies dynamiques de demande et où il manque de la réserve (Bourgogne, Champagne…) qu’il faut soutenir (avec des rendements au-delà du butoir), il y a des régions où les marchés sont moins dynamiques et il y a des régions où les marchés sont plantés. Il va falloir sortir le carnet de chèques » prévient le président des vins IGP, qui veut rapidement la mise en place d’outils de distillation de crise et d’arrachage primé. Appelant à des actions différenciées selon les régions, il prône la distillation de crise pour apurer les stocks pâtissant de problèmes conjoncturels. « Comme certains vins IGP vendant beaucoup en Grande Distribution et faisant face, avec la guerre en Ukraine, à une inflation poussant les consommateurs à choisir produits de première nécessité pour leurs caddies. C’est un souci passager pour certaines IGP, avec des volumes à résorber par distillation » détaille Gérard Bancillon, précisant qu’il n’y aurait pas l’IGP du Vaucluse à être intéressée.

 

 

 

« D’autres auront des besoins. Que l’on soit clair, il y a des caves qui, malgré la petite récole de 2021 et son gel du siècle, sont encore à moitié pleines : il faut se dépêcher » alerte-t-il, rapportant que la France « vient de rentrer une récolte plutôt correcte, il faut réagir rapidement pour éviter la baisse des prix : que faire de tout ce vin ? 2023, c’est l’année de tous les dangers au niveau du vrac. Il faut donner une lueur d’espoir aux viticulteurs avec la distillation et l’arrachage, pour estomper la déconsommation, éviter que les marchés s’effondrent et donner espoir à ceux qui continuent. » Reste à convaincre la Commission Européenne de la nécessité de débloquer une nouvelle distillation de crise, après celle de la pandémie de covid-19. Les derniers retours de Bruxelles indiquent plutôt un refus, « Avec la guerre en Ukraine, on se trouve face à une inflation exceptionnelle et dans le cas d’une crise spécifique, grave, qui ressemble à celle du covid » réagit le président des vins IGP.

 

 

Expertiser les possibilités de financement de l’arrachage

 

 

Le ministère répond à côté de l'attente vigneronne sur le remboursement des PGE

 

En complément d’une distillation de crise conjoncturelle, Gérard Bancillon défend un arrachage structurel : « il y a des régions parmi les plus célèbres qui ont des problèmes structurels et devront arracher : il y a Bordeaux, mais pas que » note Gérard Bancillon, évoquant des cours ponctuellement trop faibles en AOP du Languedoc. Si la filière viticole française est unie devant le besoin et le principe d’un arrachage à Bordeaux (en témoigne le Syndicat des Vignerons de l’Aude, voir encadré), tout le défi est désormais de trouver un moyen de le financer pour passer au concret (la demande est vive en Gironde). « Il faut tout mettre à plat et expertiser les possibilités de financement de l’arrachage : entre piocher dans le Plan Stratégique National (PSN) et recourir aux fonds Feader (via les régions) » estime Gérard Bancillon.

 

Dossiers chauds

 

Dans tous les cas, peut importe le moyen tant que la filière arrive à ses fins pour le président des vins IGP, qui martèle l’urgence d’agir sur les autres dossiers vitivinicoles en souffrance : la révision de la moyenne olympique pour renforcer l’assurance climatique, modifier les critères de fertilisation de la certification Haute Valeur Environnementale (HVE), allongement automatique du remboursement des Prêts Garantis par l'Etat (PGE), modification fiscalité Dotation pour Épargne de Précaution (DEP)… De quoi peser sur le moral vigneron, déjà bien entamé par les hausses de tous les coûts de production (produits phytosanitaires, salaires, engrais… et GNR). En IGP Pays d’Oc, les frais fixes moyens de 3 500 €/ha augmentent de 750 €/ha indique Gérard Bancillon, notant qu’avec un rendement de 70 hl/ha, il faudrait une augmentation de plus de 10 €/hl des cours du vrac. « Je ne suis pas sûr que l’on y arrive d’après les premiers retours d’acheteurs... Je comprends qu’il n’y ait pas d’euphorie, les retiraisons ne se font pas parce que la consommation baisse. On observe une nouvelle déconsommation qui arrive sur une érosion chronique de la consommation » analyse-t-il. Ce qui appelle à d’amples réflexions au sein de la filière vin pour lancer une stratégie d’évolution sur la production et la consommation de demain.

Partager cet article
Repost0
27 octobre 2022 4 27 /10 /octobre /2022 06:00

Connaissant l’extrême susceptibilité de celui qui, ayant rêvé, en ses années de maturité, de connaître une notoriété internationale dans le difficile domaine de la prescription des grands vins, c’est un rustaud étasunien, avocat de profession, inconnu au bataillon des nez fins, qui lui volera la vedette, un certain Robert Parker propulsant certains GCC de Bordeaux au firmament de prix pharaoniques, en les parkérisant, diront certains, je me risquerai, avec la prudence d’un Sioux, à seulement m’étonner qu’il puisse penser que le débat qu’il lance, sur le papier glacé du magazine En Magnum, en fusse un.

 

Pourquoi y-aurait-il débat ?

 

N’en déplaise à Michel Bettane, le vin produit en notre vieux pays de terroirs, qu’il soit grand, petit, moyen, prestigieux, minable, mis en bouteille ou en vrac, est produit pour trouver une place, un prix sur le marché, sur son segment de marché, marché intérieur comme celui du grand large. Je sais, ce que j’écris choquera les esthètes, les « amoureux du vin », les dégustateurs patentés, oui je suis atrocement trivial, vulgaire, mais je ne vois pas au nom de quoi, celles et ceux qui font du vin, devraient suivre les vapeurs de bonnes sœurs de ceux qui se disent prescripteurs, des que plus grand monde suit, proches qu’ils sont de la cabine téléphonique chère aux défunts radicaux.

 

Enfin, j’ose conseiller aux plumitifs qui œuvrent pour Bettane&Desseauve, de sortir de leurs dégustations, d’aller à la rencontre, sur les nouveaux lieux de consommation, de ces drôles d’oiseaux que sont ces jeunes et nouveaux consommateurs. Les ignorer, les mépriser même, se moquer d’eux, les prendre pour des ignares sans vocabulaire qui se contentent de siffler des canons vite fait bien fait.

 

Je m’en tiens là, laissant Michel Bettane à ses accablements... ses regrets... à sa manière bien à lui de sermonner sur la montagne.

 

Le sermon sur la montagne – Regards protestants

 

Le vin à boire vite, cette illusion tragique

Michel Bettane –

6 octobre 2022

 

 

Le débat est lancé. il contient ce qu’il faut de bon sens pour qu’on s’y intéresse. entre techniques nouvelles et convictions d’expérience, qui aura le dernier mot ?

 

Il y a rarement de l’imprévu ou du nouveau dans le monde du vin et les débats d’aujourd’hui ressemblent diablement à ceux d’hier. Dans les années 1960, Alexis Lichine, qu’on surnommait dans tous les pays du monde le « pape du vin » – on n’avait pas attendu Robert Parker – remarquait dans son Encyclopédie pionnière que les grands vins blancs de Bourgogne madérisaient rapidement et qu’ils étaient meilleurs à boire vers leur cinquième année ou même avant. On ne connaît que trop aujourd’hui les ravages des oxydations précoces de beaucoup de vins blancs. Rappelons que les exceptions d’alors, capables de défier les décennies, provenaient de viticulteurs maniant avec dextérité le sulfitage ou l’acidification, comme Pierre Ramonet-Prudhon ou François Raveneau.

 

On n’accepte plus ces pratiques œnologiques aujourd’hui. De toute façon, le jeunisme de la nouvelle génération – son amour de la nouveauté et de l’immédiateté dans le succès, sa vision du temps souvent devant elle et rarement derrière – donne sa préférence au fait de boire les vins aussi vite que possible. On souhaitait aussi la même chose il y a un demi-siècle, avec d’autres arguments.

 

Ainsi, Max Léglise, directeur de la station œnologique de Beaune, expliquait dans La Revue du Vin de France que le manque de caves pour faire vieillir les vins dans les nouveaux immeubles justifiait une vinification courte et assouplissante. Avec un chauffage initial du raisin pour accélérer le processus et rendre moins nocive l’altération de nombreuses vendanges.

 

Le fameux docteur Dufaÿs, au château de Nalys, influençait toute une génération de producteurs du Vaucluse ou d’ailleurs avec sa dénonciation des lourdeurs et fragilités inacceptables, selon lui, des vins traditionnels. Il prônait, influencé par ses amis du Beaujolais, le recours à la macération carbonique, permettant de produire des vins fruités buvables dès la mise en bouteille. Presque tout le Languedoc et le Roussillon (rappelons que cette méthode de vinification a été codifiée à Montpellier) s’y mettra à son tour dix ans plus tard sous l’influence, chose amusante, d’un œnologue bordelais, Marc Dubernet. Déjà dans les mêmes années 1960 à Bordeaux, un négociant bien introduit dans tous les milieux de la restauration, Pierre Coste, avait popularisé les « petits bordeaux rouges des Graves », vinifiés souples et fruités pour une consommation immédiate, avec l’entière complicité de ses amis Pierre Dubourdieu (le père si inventif de Denis) et Robert Goffard, dégustateur et marchand hors pair. Ce type de vin a hélas fait flop, parallèlement au destin injuste de Pierre Coste. Mais Bordeaux ne s’en est jamais remis dans nos grandes villes, désormais malades du « bordeaux bashing ». Aujourd’hui, une génération nouvelle de buveurs aime toujours boire du vin parce qu’elle trouve dans les vins dits « naturels » une boisson souple et désoiffante, bien plus que moralement supérieure, même si quelques excités en sont persuadés. Donc on boit à nouveau jeune, vite, un peu moins cher, ce qui n’est pas négligeable, et sans chercher ce qu’une minorité de connaisseurs dans le monde a reconnu dans les bons vins français, c’est-à-dire une expression d’origine ou de millésime. Les mentions bio, le style rebelle et irrévérencieux, souvent drôle et inventif des étiquettes, contre-étiquettes et noms de cuvées passionnent plus que la réputation du millésime ou des hiérarchies nées de l’histoire.

 

Faisons quand même preuve de prudence devant ce retour cyclique qui favorise le vin jeune, alors que paradoxalement le vin dit « nouveau » a failli à sa mission. On est heureux que la souplesse de ces vins dits nature ne provienne pas d’un artifice œnologique, comme hélas s’était dévoyé le beaujolais nouveau coloré et standardisé des années 1980. On risque pourtant d’y perdre plus qu’on y gagne, comme cela n’est que trop évident dans l’usage de la langue, avec la simplification outrancière du vocabulaire, entraînant celle de la pensée, devenue incapable de nuancer ce qu’elle ressent ou veut communiquer.

 

Le monde binaire – comprenons c’est génial ou c’est nul – n’a rien à nous apporter, à nous apprendre ou pour nous permettre de progresser. Dans le vin, l’opposition simple « cela me plaît tout de suite ou sinon je fais autre chose » peut encore se comprendre sur le plan aromatique, mais conduit progressivement à ne plus percevoir, parce qu’on ne peut plus nommer, faute d’expérience ou de vocabulaire, les nuances aromatiques plus complexes d’un bouquet de vieillissement. Elle devient vraiment tragique si l’on accorde aux sensations tactiles l’importance qu’elles méritent. Quand un ancien disait plaisamment ce vin glisse « comme un petit Jésus en culotte de velours », il rendait simplement hommage à son sens tactile, habitué au toucher des tissus, au grain du bois, au contact direct avec la matière. Avec les mots pour désigner son ressenti et sa capacité à faire des distinctions. Quand on dit, en revanche, « ça glisse » ou « c’est gouleyant » sans précision, cela réduit la perception du vin boisson à celle de l’eau boisson. La matière interne du vin n’intéresse plus. On a vu les ravages du rosé, forcément plus souple et simple, par rapport aux rouges issus des vignobles du Sud. Et ce rosé, rouge moins coloré et moins tannique, se rapproche de plus en plus du blanc dans les évolutions les plus récentes, parce qu’on l’imagine plus aérien ou plus cristallin s’il perd toute marque de couleur. Pour les rouges de garde, qu’on consommera d’ailleurs sans les garder, à deux ou trois ans d’âge sur la table de la plupart des bistros à vins ou restaurants, le vinificateur cherchera à adoucir et à simplifier leurs contours : beaux arômes, belle et facile entrée de bouche, puis creux sans rebond dès le milieu de bouche.

 

Je suis accablé par le succès actuel de certains producteurs de Bourgogne, à la mode mondiale et au prix de vente inversement proportionnel à la dilution de la matière. Et tout aussi accablé devant le bashing des grands bordeaux récents qui n’ont jamais, avec la sévérité de plus en plus grande des sélections, présenté une matière aussi riche, aussi complexe et prometteuse. On les accuse même de manquer d’émotion ou d’être trop sophistiqués techniquement. On songe à ces jeunes bacheliers incapables de lire, de mémoriser une phrase de plus de deux lignes et qui seraient prêts à interdire aux écrivains de les rédiger. Les mêmes seront un jour prochain incapables de lire un « hashtag ».

 

Heureusement, on se console, si l’on peut, avec une minorité encore existante – pour combien de temps ? – de vins complets, sans doute les meilleurs jamais produits depuis un demi-siècle, meilleurs vins nature compris, au cœur, comme toujours, de notre magazine.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
24 octobre 2022 1 24 /10 /octobre /2022 06:00

C’est un opéra terriblement sexiste !

 

Faut-il clouer Mozart et son librettiste Schikaneder au pilori pour misogynie et racisme ou, au contraire, se servir de leur œuvre pour dénoncer les travers de notre temps ?

 

Comme je suis allé mercredi dernier, avec qui vous savez cher Pax, à l’Opéra Bastille, pour une représentation de la Flûte enchantée de Mozart, je me dois de poser la question pour être dans le sens du vent qui souffle à pleins poumons depuis la bouche de notre Sandrine Rousseau que le monde entier nous envie mais que ses électeurs de son arrondissement de Paris se disent « mais qu’est-ce qui nous à pris de l’envoyer au Palais Bourbon ? »

 

 

Jetons un œil sur trois passages du livret de La flûte enchantée : « Les femmes agissent peu mais parlent beaucoup » ; « Sans un homme, une femme tend à outrepasser ses limites » ou, s’agissant du serviteur noir Monostatos : « Toute la création connaît les joies de l’amour […] et moi seul, je fuirais l’amour parce qu’un homme noir est laid ! Ne m’a-t-on pas donné un cœur ? »

 

Le sexisme dans les opéras classiques

ICI

 

ANAIS PROUST

 

Majoritairement écrits aux XVIIIe et XIXe siècle il peut sembler absurde de s’étonner du sexisme présent dans les opéras classiques. Pourtant, étant admirés encore et toujours pour leur beauté musicale et théâtrale il est bon de revenir sur les livrets de ceux qu’encore aujourd’hui on considère « classiques »

 

La Flûte enchantée de Mozart

 

 

Les hommes sont les héros : Tamino, Papageno, même Sarastro est un grand sage plein de vertus. Papageno est le seul qui semble présenter des faiblesses.

 

Les femmes sont quant à elles maléfiques et manipulatrices comme la reine de la Nuit, du moins c’est une interprétation possible. Pamina dans toute sa pureté et innocence reste une part intégrante aux épreuves de Tamino qui ne doit absolument pas céder à la tentation de parler à la femme qu’il aime et qui devant son silence le croit indifférent.

 

 

Dans « Mozart’s Women » paru en 2006, Jane Glover montre combien Mozart était entouré de femmes : sa mère et sa sœur Nannerl, une grande musicienne, puis sa femme Constance et ses sœurs, dont Mozart fut très proche, sans oublier les musiciennes pour lesquelles il composait.

 

Mozart adorait les femmes, de l’impératrice à la servante, de la tendre à la manipulatrice. Sa relation aux femmes nourrit son œuvre...

La Flûte enchantée de Mozart, un opéra aux multiples facettes

RÉSUMÉ

 

Le Prince Tamino est chargé par la Reine de la Nuit d’aller délivrer sa fille Pamina des prisons du mage Sarastro, présenté comme un tyran. Guidé par les trois Dames de la Reine, le courageux Tamino est surtout accompagné de Papageno, un oiseleur froussard.

 

 

À Papageno revient un carillon et à Tamino une flûte magique – deux instruments qui les aideront dans leur périple. Mais Tamino découvre au cours de son voyage que ce n’est pas Sarastro qui est le tyran mais bien la Reine de la Nuit, qui est prête à tout pour se venger de Sarastro, qu’elle déteste. Tamino et Papageno sont mis à l’épreuve et leur aventure se double d’une véritable initiation spirituelle qui les mènera vers la lumière et vers l’amour.

 

 

 

Robert Carsen signe une mise en scène élégante et épurée, qui tisse une réflexion sur l’existence en explorant la nature au fil des quatre saisons.

La Flûte enchantée scintille à l’Opéra Bastille ICI

 

 

Le 18/09/2022 Par Lara Othman

 

La Flûte enchantée de Mozart, dans la mise en scène de Robert Carsen, revient sur les planches de l’Opéra Bastille, avec Mauro Peter et Pretty Yende dans les premiers rôles, accompagnés de l’Orchestre et des Chœurs de l’Opéra de Paris, respectivement dirigés par Antonello Manacorda et Ching-Lien Wu.

 

La Flûte enchantée, l’opéra franc-maçon de Mozart 

 

Lorsqu’il compose “La Flûte enchantée”, Mozart est franc-maçon depuis sept ans. Très attaché aux idéaux maçonniques, il a déjà écrit des petites pièces pour les loges. En 1791, Emanuel Schikaneder, un ami, directeur de théâtre et franc-maçon lui-aussi, lui propose de composer un opéra en allemand. Ensemble, ils racontent une aventure fantastique où se rencontrent un Prince, une homme-oiseau, une Reine de la nuit, un serpent... Et sous ces thèmes magiques et philosophiques, des clins d’œil à la franc-maçonnerie sont discrètement disséminés. “Mozart savait que s'il montrait ces symboles de façon trop évidente, l'opéra pourrait être interdit, explique Laure Dautriche, musicologue et auteur de "Ces musiciens qui ont fait l'Histoire" (ed.Tallandier). En revanche, ces symboles sont suffisamment éloquents pour que le public dans la salle, et en particulier les francs-maçons, puisse reconnaître immédiatement qu'il s'agissait là d'un hommage à la franc-maçonnerie.”

Partager cet article
Repost0
20 octobre 2022 4 20 /10 /octobre /2022 06:00

 

Total par ci, Total par-là, ses superprofits, la rémunération de Pouyanné, les salaires dans les raffineries, les piquets de grève de la CGT, les queues à la pompe, la France des autos au bord de la crise de nerfs.

Même que le sénateur à vie Mélenchon pense qu’après sa longue marche à Paris cette France est au bord de la Révolution.

« Le 5 et le 6 octobre 1789 les femmes marchent sur Versailles contre la vie chère. Elles ramènent le roi la reine et le dauphin de force à Paris sous contrôle populaire. Faites mieux le 16 octobre »

 

Paul Chopelin, maître de conférences en histoire moderne, a vu dans le tweet du tribun des « parallèles absurdes ». D'autre part, Jean-Luc Mélenchon semble commettre une seconde approximation dans son tweet. Il évoque en effet la "capture" de Louis XVI quand il apparaît, toujours selon l'encyclopédie Universalis, que le Roi s'est en réalité rendu de lui-même à la capitale, afin d'"apaiser la fureur des manifestants".

 

Pour faire bon poids, notre Robespierre non poudré convoqua aussi Le Front Populaire...

 

Plus c’est gros plus ça passe : enflure !

 

Suite à la levée en masse : entre 30 000 et 140 000 piétons venus à pied, à cheval et en autocars, le petit Boyard, député insoumis au QI riquiqui, sent poindre un nouveau Mai 68

 

Normal, quand y’a plus d’essence ça sent la répétition du fameux mois de mai jeté aux orties par le déferlement gaulliste sur les Champs Elysées. Faudra prendre de la graine petit Jean-Luc adorateur de Tonton.

 

Bref, votre serviteur, ce matin, va rafraîchir la mémoire du petit monde des profs de l’EN qui aiment tant battre le pavé de Paris.

 

Et si on rappelait l’histoire d’Elf-Aquitaine !

 

Elf Aquitaine était une société française d'extraction pétrolière.

D'abord publique, l'entreprise est privatisée en 1994 pour 33 milliards de francs. Alors qu'elle s'apprête à faire une offre publique d'achat (OPA) sur Total, Elf subit les contrecoups boursiers produits par l'enquête de la juge d'instruction Eva Joly. À la suite d'interminables démêlés politico-judiciaires, Elf est absorbé par le groupe Total pour former TotalFinaElf.

La campagne des “ronds rouges”, pionnière du “teasing”.

Un « Etat dans l’Etat », l’histoire du

 

groupe Elf-Aquitaine

par Frédéric Langer 

 

 

LES « émirs », ce sont ces potentats pétroliers qui, en prévision de l’épuisement futur de la source de leur soudaine richesse, placent leur argent en lieu sûr — c’est-à-dire surtout aux Etats-Unis.

 

Pour Pierre Péan et Jean-Pierre Séréni, qui consacrent un livre à l’histoire de la constitution du groupe français Elf, les « émirs de la République », ce sont ces hauts fonctionnaires-hommes d’affaires, ingénieurs des Mines et autres aristocrates de l’administration française qui, après avoir édifié avec l’argent des contribuables une vraie petite multinationale française du pétrole, en emploient aujourd’hui les bénéfices à investir aux Etats-Unis en se diversifiant.

 

L’achat récent par Elf-Aquitaine de la société Texas Gulf, pour laquelle le pétrole n’est qu’une activité marginale, correspond bien à cette image. Mais le parallèle s’arrête là. P. Péan et J.-P. Séréni ne laissent pas entendre que le flux de revenus d’Elf (au quatrième rang mondial des firmes non américaines pour la rentabilité) soit menacé de tarissement. De plus, alors que, pour un véritable émirat, un « après-pétrole » mal préparé, c’est le retour au sous-développement, une moindre richesse d’Elf-Aquitaine ou même sa disparition n’ébranleraient pas la société française.

 

Et c’est bien là qu’est le problème, comme le font sentir les auteurs malgré une tendance à céder parfois à des simplifications séduisantes. « Excroissance de l’Etat, chargée d’exécuter dans le secteur des hydrocarbures la politique gouvernementale », Elf-Aquitaine a réussi à influencer très largement cette politique dans le sens d’objectifs lui permettant de croître et de s’établir comme une véritable puissance économique et financière, voire un « Etat dans l’Etat ».

 

L’histoire des efforts de ceux qui voulurent après la seconde guerre mondiale permettre à la France de disposer de « pétrole français » de bout en bout, à partir de gisements prospectés et exploités dans les territoires de l’Empire, jusqu’au raffinage et à la distribution en métropole, présente les caractéristiques que l’on retrouve fréquemment dès qu’il s’agit de pétrole. Les trouvailles miraculeuses (Hassi-Messaoud) y alternent avec les épreuves de force à caractère impérialiste, peu glorieuses, (mise à genoux du Congo-Brazzaville), les catastrophes (Feyzin), les luttes à couteaux tirés avec les « majors », l’interpénétration des influences privées et politiques.

 

MAIS, après tout, on peut se demander si le jeu valait la chandelle. L’automobiliste français n’a pas payé son « super » moins cher que son voisin allemand, ravitaillé uniquement par les compagnies pétrolières internationales.

 

Le « contrat du siècle » avec l’Arabie Saoudite, qui, en 1974, mobilisait le gouvernement français sur le thème du « cavalier seul » dénoncé par M. Kissinger, a fait long feu. Et la C.F.P., dont l’Etat est actionnaire, fournit elle aussi du « pétrole français ».

 

Même si ces considérations peuvent paraître mesquines face à une entreprise qui « s’est toujours enveloppée du drapeau tricolore », le moment est opportun de les rappeler : comme le concluent justement les auteurs, « l’expérience d’Elf et de quelques autres entreprises publiques (...) est là pour témoigner qu’il ne suffit pas que l’Etat soit le propriétaire pour qu’il reste en permanence le maître ».

 

Notes :

 

Pierre Péan et Jean-Pierre Séréni : Les Émirs de la République — l’aventure du pétrole tricolore, Le Seuil, Paris, 1982, 224 pages.

Amazon.fr - La Putain de la Republique - DEVIERS-JONCOUR-C - Livres

L'affaire Elf en résumé

 

Voici ce qu`il faut savoir de l'affaire Elf :

 

- Les faits:

 

Une des plus grosses affaires de corruption, une affaire politico-financière qui a éclaté en 1994, suite à une enquête de l'ancêtre de l`Autorité des marchés financiers actuelle (AMF), sur le financement de l'entreprise textile Bidermann, par le groupe pétrolier, entre 1989 et 1993.

 

L'entreprise pétrolière française publique Elf fut dévalisée de plus de 305 millions d`euros par ses cadres dirigeants, surtout durant le second septennat du Président socialiste François Mitterrand (1988-1995).

 

Aujourd'hui privatisée sous le nom de Total, la société pétrolière a abrité un vaste système de corruption permettant non seulement l'enrichissement de ses cadres principaux, mais aussi la rémunération de dirigeants africains. La Cour de cassation a clos ce volet de l`affaire mercredi 31 janvier 2007.

 

Celui qui s`ouvre jeudi 8 mars concerne les "emplois fictifs" d'Elf, qui auraient permis à un panel de personnalités et de dirigeants de toucher un total de 2 millions d'euros.

 

Parmi les autres volets connus de l`affaire se trouvent celui dit "Dumas", ou encore "Bidermann".

 

 

- Les révélations de Loïk Le Floch-Prigent, lors d`un entretien au Figaro et Aujourd`hui en France en 2001, révèle tout un système mis en place en 1967, dès la naissance d'Elf:

 

"En créant Elf à côté de Total, les gaullistes voulaient un véritable bras séculier d'État, en particulier en Afrique (...). Une sorte d'officine de renseignements dans les pays pétroliers. Sous la présidence de François Mitterrand, le système est resté managé par André Tarallo (P-DG d'Elf Gabon), en liaison avec les milieux gaullistes (...). Les deux têtes de pont étaient Jacques Chirac et Charles Pasqua (...). L'argent du pétrole est là, il y en a pour tout le monde. (...)

 

Un grand nombre de personnes au sein de l'État étaient parfaitement au courant des sommes en jeu et des dangers de cette procédure. Tous les présidents de la République, tous les secrétaires généraux étaient informés des montants et des pays destinataires. Les ministres des Finances étaient également au courant des détails les plus importants. Au final, pour chaque opération, une quarantaine de personnes savaient tout, et en temps réel (...). Sur ce sujet, pas un homme politique, pas un, ne peut jouer les Saint-Just. Ça suffit. (...)

 

L'affaire Elf ne porte pas sur les années 1989-1993 mais sur la période 1973-2001. On ne peut réellement le comprendre qu'à la lumière des relations complexes entre la société pétrolière, le pouvoir politique en place et les différents États concernés. " Complexité réelle, mais dont la finalité est simple en ce qui concerne le continent africain : Elf fut et reste une pièce essentielle du dispositif néo-colonial mis en place par Paris, quelques années après les indépendances, afin de maintenir sa tutelle économique et politique sur les pays de son ancien pré carré formellement émancipés. Les "soleils des indépendances", pour reprendre le titre de l'écrivain africain Ahmadou Kourouma, étaient par avance brouillés."

 

 

 

- Les dates clefs:

 

- 1981: François Mitterrand reprend partiellement le contrôle d'Elf, qui obéit désormais à la fois à l`Elysée et au RPR (parti gaulliste). L'entreprise étend son influence dans toute l`Afrique francophone et même parfois anglophone, comme au Nigeria.

 

-1990: l`EAI est installée à Genève et dirigée par Alfred Sirven.

 

- 1994: début de l`instruction sur les détournements de fonds par les juges Eva Joly, Laurence Vichnievsky et Renaud van Ruymbeke.

 

- 1997: deux lettres anonymes mettent sur la piste les juges Eva Joly et Laurence Vichnievsky qui ordonneront une perquisition au siège d`Elf Aquitaine. Roland Dumas, ancien ministre des Affaires étrangères, sera vite impliqué par la découverte d'importants mouvements bancaires et de sa relation avec Christine Deviers-Joncour, lors de la vente des frégates de Taïwan.

 

- 1998: Roland Dumas est convoqué au cabinet des juges d'instruction, puis accusé d`"abus de biens sociaux" et de "complicité d'abus de biens sociaux". Sortie du livre de Christine Deviers-Joncour, "La Putain de la République". Elle y lève le voile sur sa relation avec Roland Dumas, et sur la rémunération qu`elle a perçue d`Elf pour le faire changer d'avis sur la vente des frégates.

 

- 23 janvier 2001: début du procès. Alfred Sirven, un des personnages clefs, a fui aux Philippines.

 

- 30 mai 2001: la chambre du tribunal correctionnel de Paris condamne Roland Dumas à six mois de prison ferme, deux ans avec sursis et 1 million de francs d'amende pour "recel d'abus de biens sociaux". Loïk Le Floch-Prigent est condamné à trois ans et demi d'emprisonnement, et Alfred Sirven quatre ans ferme. Christine Deviers-Joncour est condamnée à trois ans de prison dont dix-huit avec sursis. Tous interjettent appel, sauf Loïk Le Floch-Prigent.

 

- 29 janvier 2003: la cour d`appel acquitte Roland Dumas et réduit les peines des autres condamnés. Loïk Le Floch-Prigent est condamné à trente mois de prison ferme, Alfred Sirven à 3 ans de prison. Christine Deviers-Joncour est condamnée à 30 mois de prison dont 18 ferme.

 

31 janvier 2007: la Cour de cassation rejette les pourvois de dix des onze prévenus, clôturant le volet "corruption" de l`affaire.

 

Que devient Christine Deviers-Joncour, "la Putain de la République" ?

 

- Les principaux protagonistes:

 

 

- Loïk Le Floch-Prigent, P-DG d`Elf de 1989 à 1993, la période durant laquelle l`abus de biens sociaux a été commis (5 ans de prison et 375 000 euros)

 

- Alfred Sirven, ancien directeur des affaires générales, avait lui-aussi été condamné à 5 ans de prison ferme et 1 million d`euros d`amende en première instance. Il est décédé le 12 février 2005 avant que la cour d`appel ne se prononce sur son cas.

 

- Daniel Léandri, ancien conseiller de Charles Pasqua, et policier réputé (10 mois ferme)

 

-Yves Verwaerde, ancien député européen (PR). Fin janvier, la Cour de cassation a cassé la décision d`appel le condamnant à une peine de 18 mois d`emprisonnement dont 10 avec sursis.

 

- Jean-Jacques de Peretti, ex-mari de Christine Devier-Joncours et ancien ministre RPR délégué à l`Outre-mer. Il a été acquitté pour non-lieu en janvier 2006.

 

- André Tarallo, ex-numéro deux dans la hiérarchie et connu sous le nom de `M. Afrique` (7 ans de prison et 2 millions d`euros). Il avait lui-aussi formé un pourvoi en cassation, et s`est finalement désisté. Sa condamnation est donc elle-aussi définitive.

 

- Dominique Strauss-Kahn, ancien ministre de l`Economie, acquitté en octobre 2001 pour non-lieu. La juge Eva Joly avait considéré que le délit d`abus de biens sociaux dont il était accusé n`était pas constitué.

 

- André Guelfi, intermédiaire (3 ans dont 18 mois avec sursis)

 

- Dieter Holzer, intermédiaire (15 mois ferme)

 

- Pierre Lethier, intermédiaire ancien officier de la DGSE (15 mois ferme)

 

- Alain Guillon, ancien directeur du raffinage (3 ans et 3 millions d`euros)

 

- Jean-François Pagès, ancien directeur de l`immobilier (3 ans dont deux avec sursis, et 150.000 euros)

 

- Maurice Bidermann, industriel (3 ans dont 2 avec sursis, 1 million d`euros)

 

- Fatima Belaïd, ancienne épouse de Loïk Le Floch-Prigent (3 ans dont deux avec sursis, un million d`euros)

 

Au total, 37 cadres et intermédiaires ont été traduits en justice, 30 déclarés coupables, les chefs d`accusation étant `abus de biens sociaux et crédits`, `abus de pouvoir`, `complicité d`abus de biens sociaux` et `usage de faux documents`.

 

Le 4 Avril 1950, un puits de pétrole à Lacq.

Page

Page

Page

Page

Page

Page

Page

Page

Page

Page

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2022 1 17 /10 /octobre /2022 06:00

 

Jean-François Collin est un garçon sérieux, il publie dans A.O.C.

 

Votre serviteur, lui, ne l’est pas, les vieux dit-on « retournent en enfance ».

 

Le triste spectacle d’une Assemblée Nationale, version cour de récréation, d’un président qui se veut gaullien mais qui n’a pas pris ou qui ne veut pas prendre en compte qu’il ne dispose pour gouverner que d’une majorité relative dans cette assemblée, qui louvoie, qui fait louvoyer ses troupes, dans des « alliances de circonstance », adepte des beaux discours, pas très bon DRH d’un gouvernement pléthorique et amateur, font que j’ai perdu le goût de la chose politique, nouvelle agueusie, et que, n’ayant qu’un seul bulletin de vote à ma disposition, rangé sur le bas-côté, je ne vais pas me cailler le lait pour réfléchir sur les voies et moyens de gouverner mes concitoyens.

 

Bref, que Macron dissolve l’Assemblée m’irait bien au teint, ce serait très gaullien, quitte à ce qu’il démissionne s’il est cette fois-ci désavoué.

 

Un bonne leçon de réalité ne ferait pas de mal à la coalition des y’a qu'a et des faut qu’on…

 

 

Image

 

 

Avec ou sans majorité, Emmanuel Macron ne change pas sa façon de gouverner

 

 

Après les élections législatives, tout devait changer

 

 

Emmanuel Macron et sa Première ministre ont fait mine, après les élections législatives du mois de juin dernier, de prendre acte du message que leur avaient envoyé les Français : ils avaient certes réélu Emmanuel Macron faute d'alternative crédible, ni Marine Le Pen ni Jean-Luc Mélenchon ne leur apparaissant comme telle, mais cette élection ne signifiait pas adhésion à son programme où blanc-seing donné à son action.

 

 

Au mois de juillet, il n’était question que de co-construction, de concertation et de débats.

 

 

Pour manifester sa volonté de changer sa manière de gouverner et de dialoguer avec les Français, Emmanuel Macron inventa une instance consultative de plus, le Conseil national de la refondation, pensant qu'il suffirait d'usurper l'acronyme de son glorieux prédécesseur, le Conseil national de la résistance, pour changer le plomb de la division et du morcellement de la société française en or, le rassemblement des Français autour d’un projet de société partagé.

 

 

Il a, dans le même temps, lancé un grand nombre de concertations nationales, sur les retraites, la santé, l'école, ou l'énergie. à chaque fois, cela donna lieu à de grands discours et à d'innombrables commentaires permettant aux médias écrits ou audiovisuels d'alimenter le « robinet à actualités » et de donner l'impression qu'il se passait quelque chose.

 

 

Mais que se passa-t-il vraiment ?

 

 

En réalité, rien n'a changé.

 

 

Un Conseil national pour rien

 

Le Conseil national de la refondation est mort-né… pour de bonnes raisons.

 

Pour délibérer sur les orientations à donner au pays et adopter les lois, lorsqu'il en faut (et il n'en faut pas toujours), et pour contrôler l'action du gouvernement, il existe une institution élue, le Parlement, même lorsque sa composition ne convient pas au président de la République et au gouvernement qu'il a désigné.

 

Le Conseil national de la refondation n'est qu'une tentative d’affaiblir, encore plus qu’il ne l’est déjà, le Parlement. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si l'idée en a été lancée par Emmanuel Macron entre les deux tours des élections législatives, au moment où celui-ci pouvait déjà prévoir le très mauvais résultat du parti présidentiel.

 

La présidente de l'Assemblée nationale elle-même, pourtant membre du parti présidentiel, a fait part de ses réserves sur cette institution. Les partis d'opposition ont refusé d'y participer, tout comme les syndicats.

 

Il ne s'est trouvé qu'un nombre significatif d'associations pour se rendre à l'invitation du président de la République, ce qui donne à réfléchir sur la place occupée dans la vie politique du pays par ces « organisations de la société civile » dont les propositions sont rarement écoutées par les gouvernements, mais qui n'en participent pas moins avec une grande régularité aux multiples concertations qu’ils organisent, qui sont autant d'occasions pour ces associations de montrer qu'elles existent et qu'elles jouent un rôle dans la société. On peut aussi se demander si leur dépendance aux subventions publiques versées par les différents ministères, sans lesquelles elles disparaîtraient, explique ou non cette attitude « positive ».

 

 

Des décisions prises avant l’achèvement des concertations nationales

 

Les concertations nationales ont-elles été plus constructive que cette opération politicienne ?

 

 

Il faut bien, hélas, faire le même constat négatif.

 

 

Sur quoi peut déboucher une concertation sur les retraites qui se déroule alors que le Président de la République fait savoir qu'il souhaitait inscrire le report de l'âge légal du départ à la retraite et l’allongement de la durée des cotisations, dans un amendement au projet de loi de financement de la sécurité sociale ? Il en résulta un débat interne à la « majorité présidentielle » à l’issue duquel, pour donner satisfaction à François Bayrou, la solution retenue fut celle d'un projet de loi rectificatif portant sur le financement de la sécurité sociale, qui sera présenté au mois de janvier prochain et dont le contenu est déjà connu puisque le président de la République a réaffirmé sa volonté de voir mise en œuvre sa réforme au mois de juillet 2023.

 

Que reste-t-il donc en discussion dans ces conditions ? Il faut dire que cette énième réforme des retraites, personne n’en veut, pas plus le patronat qui ne la demandait pas, que les syndicats des salariés. E Macron n’a donc pas l’intention de perdre trop de temps en discussions pour obtenir au bout du compte, éventuellement, la neutralité de la C.F.D.T.

 

Image

 

Et la politique énergétique ?

 

En cette période de flambée des prix de l'énergie et de difficultés d'approvisionnement en pétrole et en gaz, la stratégie énergétique du pays doit être rediscutée et réorientée.

 

Dans ce domaine également, Emmanuel Macron considère qu’il lui revient de prendre les décisions sans attendre que les résultats des différentes concertations engagées ou à venir sur la programmation pluriannuelle de l'énergie, le plan national d'adaptation aux changements climatiques ou le bien-fondé de la construction de réacteurs nucléaires de type EPR 2 à Penly soient connus.

 

La commission nationale du débat public a été chargée de conduire une concertation nationale sur l’opportunité de construire un nouveau réacteur de type EPR 2 à Penly. Elle l’organise en ce moment même et la première réunion nationale devrait avoir lieu à la fin du mois d'octobre. Cela n'a pas empêché le président de la République d'indiquer à plusieurs reprises et dernièrement encore, à l'occasion de l'inauguration d'un parc éolien en mer, puis à la réunion de lancement du Conseil national de la refondation, qu'il avait décidé de développer une stratégie ambitieuse de développement de la production d'électricité d'origine nucléaire en France.

 

On peut discuter du bien-fondé de cette stratégie, mais nous ne le ferons pas dans cet article. Nous nous contenterons de discuter de la méthode par laquelle le gouvernement conduit un simulacre de concertation sur des décisions déjà prises.

 

Alors que le débat public sur l’opportunité de construire un réacteur nucléaire à Penly n'a pas encore véritablement commencé et qu'il devrait se dérouler jusqu'à l'année prochaine, le gouvernement a mis en consultation un avant-projet de loi « visant à accélérer la construction de nouvelles installations nucléaires à proximité de sites nucléaires existants ». Il a indiqué qu’il souhaitait adopter le texte définitif au milieu du mois d’octobre de cette année, après son examen par le Conseil national de la transition écologique et le Conseil d’État. Les dispositions prévues sont très importantes puisqu'elles permettraient notamment de déroger au droit de l'urbanisme, à la loi littorale, à la loi montagne, aux lois de protection des espèces protégées et d'alléger les contraintes pesant sur l'autorisation de prolongation de la durée d'activité des réacteurs nucléaire au-delà de 35 ans.

 

Il s’agit d’une remise en cause sans précédent du droit de l’environnement et du principe de « non-régression » qui signifie que les États ne peuvent normalement que renforcer le droit de l’environnement mais ne peuvent pas réduire le niveau de protection des milieux existant. On notera au passage à quel point le fait d’annexer à la constitution la charte de l’environnement n’a en rien amélioré le respect de l’environnement par le pouvoir politique, ce qui devrait faire réfléchir ceux qui demandent une extension permanente du champ des principes constitutionnels.

 

On comprend facilement que ces atteintes au droit de l’environnement ne seraient pas nécessaires si la perspective de ne pas construire de nouveaux réacteurs nucléaires restait ouverte et s’il était possible que nous en restions aux orientations fixées, notamment par la loi de 2015, de plafonner la part du nucléaire à 50% de la production totale d’électricité française et pour cela d'arrêter le fonctionnement d'une douzaine de réacteurs d'ici 2035, ce qui reste encore, à ce jour, le cadre législatif dans lequel nous vivons. Mais on voit que les lois peuvent être considérées comme un témoignage du passé abandonné aux nostalgiques, avant même d’être abrogées. Le secrétaire général adjoint de l’Élysée en 2015, devenu Président de la République considère que la loi de 2015 n’était pas une bonne loi ; il a décidé de relancer la construction de réacteurs nucléaires, comme il l’avait déjà indiqué lors d'une visite de l’usine d’Alstom au Creusot l'année dernière. Et il le fait. Le parlement suivra et modifiera la loi en conséquence.

 

Les raisons de la brutalité de l’exécutif

 

 

Au nom de quoi Emmanuel Macron agit-il de cette façon ?

 

Au nom de la légitimité qu'il considère tenir de sa réélection. Pour lui et pour ses porte-parole qui le répètent à l’envi dans les médias, les Français lui auraient donné, en le réélisant, un mandat pour réformer le régime des retraites qui faisait partie de son programme électoral.

 

 

Le Président de la République indique de cette façon que pour lui le résultat des élections législatives n'a pas une portée comparable à celui de sa propre élection. Les élections législatives n’ont été à ses yeux que l'expression d'un mécontentement sans fondement véritable et ce Parlement, divisé entre une NUPES coupée de ce que pense et ressent la majorité du peuple français et une extrême droite que les Français ne souhaitent pas porter au pouvoir, est certes bien ennuyeux au quotidien, mais ne l’empêchera pas de mettre en oeuvre sa politique et de gouverner comme il l’a fait au cours de son précédent mandat. Les moyens de contraintes dont dispose l'exécutif pour faire passer ses textes et discipliner les partis qui le soutiennent plus ou moins suffiront, jusqu’à ce que le moment opportun de prononcer une dissolution de l’assemblée nationale soit venu.

 

Il est sans doute un autre motif à cette détermination à passer en force, le plus rapidement possible, des « réformes » impopulaires, et toutes le sont puisque le mot réforme est devenu synonyme de régression sociale depuis les années mille neuf cent quatre-vingt.

 

Pensons à la réforme du régime d’indemnisation du chômage qui doit « devenir adaptable à la conjoncture économique » – c’est le motif officiel avancé par le gouvernement. Quand la croissance est plus forte et qu’il est plus facile de trouver un travail, il serait juste, pour le parti Renaissance et le gouvernement, de réduire l’indemnisation du chômage pour inciter les chômeurs à prendre un emploi, puisque, naturellement, dans leur conception du monde les chômeurs le sont par choix. L’ennui, c’est que la croissance ralentit en France et Europe et que les prévisions convergent pour nous dire que la récession sera là en 2023. Le gouvernement l’ignorerait-il ? Je ne le crois pas. Il tient un discours sans rapport avec la réalité pour justifier cette réforme et faire des économies. Nous sommes en présence de l’habituelle « Novlangue » de nos dirigeants.

 

Les économies espérées des « réformes structurelles » qui sont le mantra de la Commission de l’Union européenne, le gouvernement d’Emmanuel Macron les a promises à l’occasion de l’examen périodique de l’état de nos finances publiques conduit à Bruxelles dans le cadre des « semestres européens ». Ces promesses faites à la Commission, notre Président devra les tenir, d’autant plus qu’il ne cesse d’assenner aux Français son credo européen. Il n’a pas manqué de le faire encore récemment en expliquant qu’une taxation nationale des surprofits des entreprises qui profitent de la crise était une mauvaise chose et qu’il fallait une mesure concertée en Europe, mesure que nous allons attendre longtemps. Pendant ce temps-là, beaucoup d’autres pays européens ont mis en place des dispositifs de taxation nationaux de ces superprofits. En France, au contraire, on baisse les impôts sur les entreprises et pour les plus riches.

 

Emmanuel Macron s'était vanté en juillet 2020 d'avoir imposé au reste de l'Europe un programme de sauvetage qui ne coûterait pas un euro aux Français et leur permettrait de sortir plus rapidement de la crise économique provoquée par le COVID. J’avais écrit à l'époque en quoi ces déclarations ne correspondaient pas à la réalité (article publié par AOC le 17 septembre 2020). La France est le deuxième contributeur au budget européen, derrière l’Allemagne avec 26,4 Mds€ de contribution en 2021, soit 20 % des contributions des États membres au budget de l’UE. Elle a reçu au titre du plan de relance européen un premier versement le 19 août 2021 de 5,1 milliards d'euros, puis un second de 7,4 milliards d'euros en mars 2022. Pour chaque versement, elle doit démontrer qu'elle a réalisé suffisamment d'investissements et de réformes figurant dans son « programme national de relance et de résilience » présenté pour bénéficier des contributions du fameux plan de relance européen.

 

Si l’on résume de façon un peu brutale ce qui se passe, la France contribue au budget européen plus qu’elle n’en bénéficie, ce qui n’est pas en soi scandaleux pour autant que chaque État contribue à proportion de ses facultés contributives, ce qui n’est pas le cas en raison des rabais dont bénéficient l’Allemagne, l’Autriche, les Pays-Bas, le Danemark ou la Suède. Mais en plus, elle doit demander à la Commission européenne l'autorisation de dépenser ce qui lui est attribué et tailler dans son système social pour recevoir moins qu’elle n’a donné. Ce n’est pas une surprise, l’accès au plan de relance a toujours été conçu comme conditionnel et la première des conditions est de mener une politique économique conforme aux recommandations faites par la commission lors de leur examen annuel à Bruxelles.

 

Mais expliquer à Paris que l’on conduit des réformes que l’on s’est engagé à faire à Bruxelles a toujours été un aveu difficile pour nos gouvernements.

 

La conclusion de tout cela ? Majorité relative ou pas, ce n'est toujours pas au Parlement que sont conduites les délibérations sur notre avenir et que se prennent les décisions essentielles.

 

 

Le 7 octobre 2022 - Jean-François Collin

Image

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2022 7 16 /10 /octobre /2022 06:00

Bruno Latour Joel Saget AFP

 
@Joel Saget / AFP
 

J’étais au bon air d’Aix-les-Bains, sans mon ordinateur, et je n’ai pu, dans l’immédiateté si prégnante sur les réseaux sociaux, rendre hommage à ce penseur hétérodoxe.

 

Suis rentré, en train, puisque les pompes à essence de la cité étaient à sec, alors je vous propose celui de Télérama, la gauche bien-pensante, celui de Fr3 Franche-Comté centré sur ses origines beaunoises et enfin celui d’A.O.C la feuille de l’incandescence intellectuelle à la française ?

 

Pourquoi pas moi ?

 

Tout bêtement parce que contrairement aux peuplades qui sévissent sur Twitter je ne me sens pas à la hauteur de cet homme qui n’entrait pas dans les moules figés de nos maitres-penseurs des sciences molles qui l’ont ignoré pendant des décennies.

 

 

Cruelle ironie de l’histoire : c’est au moment où il est susceptible d’être le plus efficace, parce qu’il est à la fois pertinent et écouté, qu’il disparaît. Il s’absente de ce temps même dont il nous rend contemporains mieux que personne. Curieuse situation, tout de même ! Il n’est pas si facile d’être son propre contemporain : on passe au contraire sans effort à côté de ce qu’il y a de plus précis, de plus spécifique dans nos problèmes (et les décennies d’inaction climatique illustrent cela parfaitement). Latour au contraire nous a aidés mieux que personne à redevenir nos propres contemporains. Et voilà donc qu’au moment même où nous nous tournions de plus en plus vers lui pour ne plus perdre ce contact que nous commencions à établir avec nous-mêmes, nous le perdons, lui. Comme si nous ne pouvions décidément habiter qu’un présent déserté, désorienté, désaxé, comme si quelque chose de ce temps refusait obstinément d’être dans un rapport de plus grande rigueur, de plus grande clarté, avec lui-même.

 

Je crois qu’il ne saurait y avoir de meilleure manière de rendre hommage à Bruno Latour, qu’en étant fidèle à son esprit, qui n’était pas de déploration sur notre sort ou de critique du monde tel qu’il va, mais bien de mobilisation collective dans le traitement de problèmes réels, qu’il s’agit de mieux déterminer afin de mieux les prendre en charge, non parce qu’on a quelque devoir abstrait envers ces problèmes, mais parce que la seule vraie joie vient de ce qu’on agit ses problèmes au lieu de les subir. Latour ne voulait pas qu’on chante des louanges de sa personne ou de son œuvre. Il voulait qu’on contribue, en parlant de lui, à traiter le problème qui littéralement le faisait vivre. Si nous sommes en deuil aujourd’hui collectivement, si nous devons ressentir la cruauté singulière de cette mort à contre-temps, c’est qu’elle nous prive d’un des alliés les plus précieux que nous ayons eus ces derniers temps pour faire face au grand défi civilisationnel qui est le nôtre aujourd’hui, et auquel il avait donné un nom précis : faire atterrir la Modernité.

 

Tout ce que puis écrire à son propos c’est que mon ami Louis-Fabrice, fauché dans son bel âge, en était fier, et que nous étions, comme on le disait, au temps des conseils de révision, de la classe d’âge des fameux baby-boomers, jouisseurs et si peu soucieux de l’avenir de nos enfants.

9 mars 2020

 

Dans la famille Latour, je vous propose Bruno Latour « le philosophe français [actuel] le plus célèbre » selon le The New York Times Magazine ICI 

Bruno Latour

Jérôme Bonnet pour Télérama

Bruno Latour

Jérôme Bonnet pour Télérama

L’anthropologue, l’un des plus éminents penseur de notre temps, référence de l’écologie politique, est décédé dans la nuit du 8 au 9 octobre, à 75 ans. ICI

 

Avec “Face à Gaïa” ou “Où-suis-je ?”, il fut un véritable parrain pour une nouvelle génération dont l’écologie est au centre de toute notre modernité.

 

La postérité fera de Bruno Latour l’un des grands philosophes de l’écologie. Elle n’aura pas tort : pas un livre sur le sujet qui ne consacre au moins une note de bas de page à son œuvre. Ses derniers ouvrages – Face à Gaïa, Où atterrir ? Où suis-je ? – sont immédiatement devenus des références, alors que lui-même s’est mis à endosser le rôle de parrain de la nouvelle génération de penseurs de l’écologie : Pierre Charbonnier, Vinciane Despret, Baptiste Morizot, Émilie Hache, Emanuele Coccia ou encore Nastassja Martin. Une telle trajectoire n’avait pourtant rien d’évident il y a un demi-siècle, lorsque l’enfant de la maison Latour, né en 1947 dans cette grande famille bourguignonne de négociants en vins, découvrait l’anthropologie en Côte-d’Ivoire.

 

 

Décolonial avant l’heure, il y signait le deuxième article scientifique de sa carrière, sur les préjugés des cadres européens concernant les Ivoiriens – et leurs déficiences présumées pour occuper des postes dans l’industrie. Son tout premier article éclairait une autre facette de l’homme : consacré au style littéraire de Charles Péguy, il trahissait sa passion pour un écrivain catholique comme lui. Car Bruno Latour était croyant, et s’est toujours intéressé aux questions théologiques. Compagnon du Collège des Bernardins, lieu de débat où il anima des séminaires et des conférences mêlant questions environnementales et foi, il avait accueilli Laudato si’, l’encyclique du pape François sur l’écologie, en 2015, comme une « innovation prophétique » : elle réconcilie enfin « le cri de la terre et des pauvres », s’était-il réjoui. Reste que c’est loin de l’écologie et de la théologie que Bruno Latour s’était fait connaître. Loin de la France aussi : après Abidjan, le jeune anthropologue s’était exilé en Californie dans les années 1970.

 

 

Révolution chez les anthropologues

 

 

De l’autre côté de l’Atlantique, sa carrière prend alors un tournant décisif grâce à une idée fondatrice : l’anthropologie servait jusqu’à présent à étudier les autres peuples ? Lui, va l’appliquer aux Occidentaux, en étudiant les modernes que nous sommes. Et c’est même au cœur de notre modernité qu’il s’attaque d’emblée : son premier livre, La Vie de laboratoire (1979), ausculte la production des faits scientifiques, à travers une enquête de deux ans, dans un laboratoire de neuro-endocrinologie. Dès les années 1980, son travail est connu aux États-Unis. Mais en France, pendant longtemps, il ne passionne pas grand-monde. De 1982 à 2005, Bruno Latour poursuivra donc dans une relative marginalité ses recherches au Centre de sociologie de l’innovation de l’École des Mines. Creusant avec son collègue Michel Callon une nouvelle approche, « la théorie de l’acteur-réseau », qui tente d’insérer dans l’analyse des éléments non humains (comme les objets techniques). Sociologue des sciences et des techniques, Latour s’intéresse alors autant à Louis Pasteur (Les Microbes. Guerre et paix, 1984) qu’à la construction d’un métro automatique au sud de Paris (Aramis ou l’amour des techniques, 1992), ou au Conseil d’État (La Fabrique du droit. Une ethnographie du Conseil d’État, 2002).

 

 

Ces objets d’étude originaux, le chercheur les couronnera d’une pensée globale à partir des années 1990. Et plus particulièrement de 1991, année de parution de Nous n’avons jamais été modernes. Essai d’anthropologie symétrique, publié à La Découverte, son éditeur de toujours. Dans cet essai, Latour s’en prend au « grand partage », cette séparation entre ce qui relève de la nature et de la société. Admise depuis des siècles, elle bute pourtant sur ce qu’il appelle des « hybrides », comme le trou de la couche d’ozone ou le virus du sida : ces « objets »-là appartiennent à la nature, tout en étant politiques ; ils révèlent les contradictions de notre conception du monde. Si la contestation du « grand partage » est souvent attribuée à son ami et confrère Philippe Descola en 2005 (avec l’un de ses livres majeurs, Par-delà nature et culture), Bruno Latour écrivait déjà quinze ans plus tôt : « Nous sommes les seuls qui fassions une différence absolue entre la nature et la culture, entre la science et la société. »

 

 

Critique de la modernité et pensée écologique

 

De cette critique de la modernité émergera son écologie. Premier livre directement consacré à la question, Politiques de la nature. Comment faire entrer les sciences en démocratie (1999) amorce en effet un tournant : il y formule des propositions pour réintégrer la nature et les sciences dans le champ de la démocratie et du choix collectif. Il faudra toutefois attendre encore pour que Bruno Latour aborde de nouveau l’écologie de front... Entre-temps, il poursuit ses travaux anthropologiques (Enquête sur les modes d’existence, 2012) et rejoint Sciences Po en 2006. Il y monte le « Médialab », laboratoire consacré au rôle du numérique dans nos sociétés, ainsi qu’un programme d’expérimentation des arts politiques (SPEAP).

 

 

L’année 2015 sera celle d’un double aboutissement. D’une part, il organise le « Théâtre des négociations », une simulation des débats de la COP 21 de Paris, avec deux cents de ses étudiants ; et il y fait représenter les intérêts des non-humains, comme les espèces en danger, les océans ou les forêts. Ensuite et surtout, c’est au cours de cette même année qu’est publiée Face à Gaïa, son œuvre maîtresse, dans laquelle il réfléchit aux implications de ce qu’il nomme « le Nouveau Régime climatique ». Autrement dit, l’interaction nouvelle entre l’histoire humaine et celle de la Terre – « la géohistoire », pour reprendre ses termes. Devenu un penseur de l’écologie à la renommée internationale, il avait depuis consacré tous ses écrits à cette question centrale, lui conférant avec le temps une tonalité plus politique : dans Où atterrir ? (2017), il posait un clivage entre « les modernes », dont le mode de vie réclame plusieurs planètes, et « les terrestres », préoccupés par la réduction de leur empreinte écologique. Et dans Où suis-je ? (2021), inspiré par la pandémie de Covid-19, il réfléchissait à notre confinement dans « la zone critique », cette fine pellicule, sur l’écorce terrestre, qui est le seul lieu de l’univers à pouvoir abriter la vie. Nous y sommes confinés à jamais, prévenait un Bruno Latour qui, jusqu’au bout, aura plaidé pour la protéger.

 

Suite au décès de Bruno Latour, Arte rend hommage au philosophe et sociologue avec une série inédite de 11 entretiens menés par le journaliste du Monde Nicolas Truong à retrouver dès à présent sur arte.tv.

Disparition de Bruno Latour : le philosophe était originaire de Beaune

Publié le 09/10/2022

Écrit par François L (avec AFP)

 

Bruno Latour s'est éteint à l'âge de 75 ans dans la nuit du 8 au 9 octobre. Le sociologue, philosophe et anthropologue était une figure majeure du monde des idées et de la pensée écologiste. Issu d'une lignée de négociants en vins (la maison Louis Latour de Beaune), il était reconnu à l'étranger "comme le philosophe français le plus célèbre."

 

Cet intellectuel lu et encensé à l'étranger, notamment dans le monde anglo-saxon, est décédé à Paris à l'âge de 75 ans, a annoncé dimanche 9 octobre son éditeur, Les éditions La Découverte.

 

De nombreuses réactions à sa disparition

 

Le chef de l'Etat Emmanuel Macron a loué dans un tweet "un esprit humaniste et pluriel, reconnu dans le monde entier avant de l'être en France".

 

 

La Première ministre, Elisabeth Borne, a salué les travaux du philosophe, qui "continueront d'éveiller les consciences".

 

 

Du côté des personnalités politiques écologistes, les hommages sont aussi appuyés :

 

"La France, le monde et l'écologie perdent un immense intellectuel. Nous perdons un compagnon d'une extraordinaire humanité, un homme qui, à chaque échange, à chaque lecture, nous rendait plus intelligents, plus vivants !", a écrit sur le même réseau social l'ancien candidat écologiste à la présidentielle Yannick Jadot.

 

 

"C'était un homme ferme sur ses opinions mais ouvert à l'autre et j'ai pu l'apprécier dans un dialogue que nous avons eu", a encore loué l'ancienne ministre de l'Écologie Corinne Lepage.

 

"Immense respect et merci, cher Bruno Latour, vous avez tant apporté à l'écologie", a complété la députée Sandrine Rousseau.

Le Centre Pompidou a lui loué "un des philosophes français les plus influents dans le monde".

 

Un intellectuel inclassable

 

Né le 22 juin 1947 à Beaune (Côte-d'Or) dans une famille de négociants en vin de Bourgogne, Bruno Latour, qui a passé une agrégation de philosophie puis s'est formé à l'anthropologie en Côte d'Ivoire, a été l'un des premiers intellectuels à percevoir l'enjeu de la pensée écologiste.

 

Pourtant, c'est d'abord dans le monde anglo-saxon que Bruno Latour est reconnu. Il était "le plus célèbre et le plus incompris des philosophes français", selon le New York Times, dans un article paru en 2018.

 

Récipiendaire du prix Holberg (2013) et du prix de Kyoto (2021) pour l'ensemble de ses travaux, Bruno Latour était un intellectuel inclassable, soucieux de l'enquête de terrain.

 

Ce pilier de Sciences-Po, auteur de plusieurs essais parus en anglais avant d'être publiés en France, s'est longtemps intéressé aux questions de gestion et d'organisation de la recherche et, plus généralement, à la façon dont la société produit des valeurs et des vérités.

 

 

Il est l'auteur (seul ou en collaboration) d'ouvrages qui ne se bornent pas à la pure pensée de la crise climatique. Parmi eux: "La fabrique du droit. Une ethnographie du Conseil d'état", "La Vie de laboratoire", "Nous n'avons jamais été modernes", "Les Microbes. Guerre et paix" (sur Louis Pasteur). Il a aussi été l'initiateur de projets institutionnels visant à décloisonner les sciences, via la fondation du Medialab de Science Po.

 

 

En 2021, lors de la parution de son ouvrage "Où suis-je? - Leçons du confinement à l'usage des terrestres" (La Découverte), son dernier livre, il confiait que les crises du changement climatique et de la pandémie ont brutalement révélé une lutte entre "classes géo-sociales". "Le capitalisme a creusé sa propre tombe. Maintenant il s'agit de réparer".

 

Auteur de deux pièces de théâtre, Bruno Latour a aussi enseigné à l'étranger, notamment en Allemagne et aux États-Unis, où il a été professeur invité à Harvard.

 

Bruno Latour, à Paris, en janvier 2022.

Bruno Latour, à Paris, en janvier 2022. 

mardi 11 octobre 2022

 

HOMMAGE

Bruno Latour : une mort à contretemps, une œuvre pour l’avenir

Par Patrice Maniglier

PHILOSOPHE

Bruno Latour est mort, et cette mort, par la manière dont elle s’inscrit dans l’histoire, paraît à contre-temps tant elle arrive au moment même où ce grand penseur connaissait enfin la consécration qu’il avait méritée, et que son pays en particulier, la France, lui avait longtemps refusée. Elle arrive surtout au moment où nous avions le plus besoin de lui, et où nous en avions pris conscience.

 

Il n’y a jamais de bon moment pour mourir, certes. Mais la mort de Bruno Latour est une des plus inopportunes, des plus intempestives, qui soit, une de celles qui se trouve avec son temps dans le rapport le plus contrarié qu’on puisse imaginer, une mort décidément à contre-temps. .

 

D’abord par la manière dont elle est venue dans sa vie, dans nos vies. Il a beau l’avoir anticipée depuis plusieurs années, y avoir préparé les très nombreuses personnes (dont je faisais partie) pour qui il comptait personnellement – et je n’ai jamais vu quiconque mettre tant de soin et d’attention à adoucir sa propre mort à celles et ceux qu’il laissait –, il avait témoigné ces dernières années d’une capacité si étonnante à la tromper, cette mort, porté qu’il semblait être par une joie si vive de penser, un désir si intense d’infléchir autant qu’il le pouvait le cours du monde, que la mort même semblait reculer étonnée (beaucoup se souviendront de ces conversations, de ces conférences, de ces entretiens, où la joie de travailler un problème commun l’animait au point qu’il semblait oublier la maladie et la douleur, le désir de penser se confondant sous nos yeux bouleversés avec la vitalité même), il avait réussi à faire mentir déjà à tant de reprises les plus sombres pronostics médicaux, que nous avions fini par ne plus y croire qu’à moitié, de sorte que cette mort est arrivée finalement un peu par surprise. Comme, sans doute, il faut que la mort arrive : malgré tout.

 

Mais cette mort paraît surtout à contre-temps par la manière dont elle s’inscrit dans l’histoire tout court, dans l’histoire collective. Car elle arrive au moment même où Latour connaissait enfin la consécration qu’il avait méritée, et que son pays en particulier, la France, lui avait longtemps refusée. Elle arrive surtout au moment où nous avions le plus besoin de lui, et où nous en avions pris conscience. J’ai pu écrire que nous étions entrés désormais dans un « moment latourien », que cet adjectif, « latourien », permettait de dire quelque chose sur la texture spécifique de notre présent, sur la figure spécifique du présent qui est la nôtre, aujourd’hui, maintenant[1].

 

Cruelle ironie de l’histoire : c’est au moment où il est susceptible d’être le plus efficace, parce qu’il est à la fois pertinent et écouté, qu’il disparaît. Il s’absente de ce temps même dont il nous rend contemporains mieux que personne. Curieuse situation, tout de même ! Il n’est pas si facile d’être son propre contemporain : on passe au contraire sans effort à côté de ce qu’il y a de plus précis, de plus spécifique dans nos problèmes (et les décennies d’inaction climatique illustrent cela parfaitement). Latour au contraire nous a aidés mieux que personne à redevenir nos propres contemporains. Et voilà donc qu’au moment même où nous nous tournions de plus en plus vers lui pour ne plus perdre ce contact que nous commencions à établir avec nous-mêmes, nous le perdons, lui. Comme si nous ne pouvions décidément habiter qu’un présent déserté, désorienté, désaxé, comme si quelque chose de ce temps refusait obstinément d’être dans un rapport de plus grande rigueur, de plus grande clarté, avec lui-même.

 

Cela dit peut-être quelque chose de profond et d’essentiel de notre temps : que nous ne pourrions avoir qu’un rapport faux, décalé, bancal avec nous-mêmes. Et à vrai dire Latour n’a jamais cessé de soutenir ce point : la Modernité se caractérise par cette extraordinaire capacité qu’elle a de se donner d’elle-même une image mystifiée. Les Blancs ont la langue fourchue, s’amusait-il à répéter [2]. Et la tâche la plus constante de son œuvre peut bien être résumée par le sous-titre de son dernier grand ouvrage théorique, de son opus magnum : une anthropologie de la modernité[3].

 

Je crois qu’il ne saurait y avoir de meilleure manière de rendre hommage à Bruno Latour, qu’en étant fidèle à son esprit, qui n’était pas de déploration sur notre sort ou de critique du monde tel qu’il va, mais bien de mobilisation collective dans le traitement de problèmes réels, qu’il s’agit de mieux déterminer afin de mieux les prendre en charge, non parce qu’on a quelque devoir abstrait envers ces problèmes, mais parce que la seule vraie joie vient de ce qu’on agit ses problèmes au lieu de les subir. Latour ne voulait pas qu’on chante des louanges de sa personne ou de son œuvre. Il voulait qu’on contribue, en parlant de lui, à traiter le problème qui littéralement le faisait vivre. Si nous sommes en deuil aujourd’hui collectivement, si nous devons ressentir la cruauté singulière de cette mort à contre-temps, c’est qu’elle nous prive d’un des alliés les plus précieux que nous ayons eus ces derniers temps pour faire face au grand défi civilisationnel qui est le nôtre aujourd’hui, et auquel il avait donné un nom précis : faire atterrir la Modernité.

 

C’est une des grandes leçons de ce que les historiens et les historiennes de la pensée appelleront sans doute le « denier Latour » que d’avoir œuvré inlassablement pour nous aider à comprendre l’événement qui constitue notre présent, et dont le bouleversement climatique est une des manifestations les plus spectaculaires, mais non la seule, puisque l’effondrement de la biodiversité, la réduction de la surface terrestre non artificialisée, la pollution aux microplastiques, etc., en font aussi partie. Or le problème est, comme toujours, de bien comprendre le problème. L’urgence du présent est de comprendre quel problème particulier, spécifique, singulier, pose ce présent. Et Latour avait fini par avoir sur ce point un énoncé clair : il s’agit de savoir comment faire revenir dans les limites planétaires un certain mode d’habitation terrestre qui s’est appelé Modernité.

 

Au fond, toute son œuvre aura consisté en ceci : relativiser les Modernes. On pourra douter de la pertinence de ce mot : Modernité. On se souviendra sans doute que de très nombreux et très grands esprits ont tenté de dire quelque chose de clair sur ce point (de Baudelaire à Foucault, en passant par Weber, Durkheim, Heidegger, Arendt, Blumemberg, Habermas, Lyotard, Koselleck, Beck, etc. – pour ne mentionner que les plus explicites) et qu’on ne peut pas dire qu’ils soient arrivés à quelque chose de très convaincant. On peut donc être tenté de laisser tomber le terme pour parler d’autre chose : du capitalisme, du monde industriel, de la colonisation, voire de tel ou tel processus ou événement historique bien identifié… Latour se distingue dans ce concert par la fermeté paradoxale avec laquelle il a tenu finalement sur l’énigme du moderne.

 

 Nous n’avons jamais été modernes voulait dire deux choses à la fois : premièrement, nous (les « modernes) ne sommes pas exceptionnels, radicalement différents de tout ce qui a eu lieu, mais nous sommes néanmoins différents ; deuxièmement, « modernité » est un mot qui empêche de décrire correctement cette différence, cette spécificité, les traits propres de cet événement qui est arrivé d’abord dans certaines sociétés avant de s’étendre, par le biais de la colonisation – puis de la décolonisation ! –, à l’ensemble des terres habitées, puis d’emporter finalement la planète Terre elle-même dans ses propres emportements précipités.

 

Car c’est un fait : on pourra douter tant qu’on voudra de l’existence d’un grand événement venant couper l’histoire en deux, avec d’un côté les « modernes », de l’autre toutes les autres formes d’existence humaine (the West and the rest, comme on dit en général ironiquement en anglais), on sera forcé de reconnaître qu’un grand événement, de nature planétaire, est bien arrivé récemment. Il suffit de regarder les courbes de ce qu’on appelle la Grande Accélération, ou de s’intéresser aux discussions des géologues autour de la datation exacte de la notion d’Anthropocène, pour constater que quelque chose s’est bien passé récemment (entre la fin du xviiie siècle et le milieu du xxe siècle) qui a entraîné une discontinuité radicale dans l’existence non seulement de certaines sociétés humaines, mais de tous les êtres terrestres, humains et non humains.

 

Là encore, le bouleversement climatique en est le symbole désormais le plus clair pour la conscience collective. Mais l’expression même de « sixième extinction » pour caractériser ce qui arrive aujourd’hui à la biodiversité mondiale dit quelque chose de l’espace de comparabilité de cet événement dont nous sommes contemporains : notre présent se distingue des autres d’une manière qui n’est comparable qu’à cinq événements ayant eu lieu sur les 5 milliards d’années d’histoire de la Terre. Certes, on discute de la pertinence du mot de « sixième extinction », mais le fait même qu’on en discute donne déjà une idée du cadre de la discussion : il se mesure en milliards d’années.

 

L’originalité de Latour dans le champ intellectuel contemporain tient à ce qu’il n’a jamais cédé sur la conviction profonde que quelque chose avait bien eu lieu, mais qu’on ne savait pas le décrire. Le mot « modernité » est au fond pour lui plutôt le nom d’une question que d’une réponse. S’il est préférable à d’autres termes (capitalisme, anthropocène, industrialisme, technoscience, etc.), c’est qu’il est plus obscur, plus discutable, plus controversé, et nous oblige de ce fait à ne pas croire trop vite que nous avons compris la question. C’est aussi, comme je l’ai dit, que ce terme a tendance à bloquer de l’intérieur les descriptions correctes qu’on pourrait en donner. Pour une raison simple : « modernité » veut dire « qui s’impose si on veut être contemporain de sa propre histoire ».

 

C’est cette évidence du moderne que Latour n’a jamais cessé d’interroger. Qu’il y ait modernisation, cela est sans doute un fait, encore énigmatique. Mais qu’elle soit nécessaire, qu’elle soit une simple réponse à des besoins intrinsèques du cœur humain ou à des nécessités inévitables du « développement », voilà qui est une propagande, discutable d’un point de vue normatif, mais surtout inacceptable d’un point de vue descriptif, parce qu’elle nous empêche de décrire correctement cet événement en le rapportant à sa contingence. Nous n’avons jamais été modernes veut dire : il n’a jamais été nécessaire que nous le devenions.

 

Tel est le sens de l’expression que j’ai utilisée (bien qu’elle ne se trouve peut-être pas comme telle dans le texte de Latour) : relativiser les modernes. C’est-à-dire : décrire quel choix précis caractérise la modernité, en le contrastant avec d’autres, possibles aussi, consistants dans leur ordre, susceptibles, peut-être, de coexister avec celui-là. C’est ainsi qu’il faut comprendre son travail inaugural sur les sciences. La grande légende sur l’invention des sciences modernes consiste simplement à dire que des gens très intelligents et très libres intellectuellement (comme Galilée ou Newton) auraient trouvé les moyens de décrire la réalité telle qu’elle est sans nous laisser parasiter par nos préjugés ou nos superstitions.

 

Faire une anthropologie des sciences, comme Latour l’a proposé dans son premier livre, avec Steve Woolgar, La vie de laboratoire, publié pour la première fois en anglais en 1979[4], c’est mettre de côté cette légende pour décrire ce que font les scientifiques au travail[5]. Et, surprise, on ne voit pas tant des gens qui tentent de se débarrasser de leurs préjugés pour faire face à la réalité nue, mais au contraire des gens qui dépensent beaucoup d’ingéniosité et d’énergie à produire des réalités d’un genre très spécifique, très particulier : des objets et des faits scientifiques. La formule moléculaire de l’hormone que cherchait à identifier le professeur Guillemin dans le laboratoire où Latour a fait son premier terrain d’ethnographie des modernes est une entité d’un genre tout à fait différent des esprits d’abeilles qui est « instauré » par les pratiques du shaman amazonien Davi Kopenawa[6]. Il n’est pas plus réel, mais autrement réel. Cette différence lui donne certainement une prise sur le monde que nulle autre ne peut donner, lui permet éventuellement de faire alliance avec plus d’intérêts de toutes sortes et donc d’acquérir puissance et autorité, mais pas avec tous les intérêts cependant, et donc au prix d’un choix, d’une sélection, parfois, souvent même, d’une destruction : toute la question de Latour aura été, jusqu’à la fin de sa vie je crois, de savoir si on pouvait faire coexister ces réalités différentes. Et au-delà de cette question de savoir si cette pluralité de réalités ne permettait pas d’avoir un rapport plus juste à la réalité en général, en renonçant à croire qu’elle puisse être autre chose que la matrice de cette pluralité. C’est là l’horizon proprement métaphysique de son œuvre, au sens où elle répond à une bien vieille question philosophique : en quoi consiste donc être[7]?

 

Le grand malentendu sur l’expression « relativiser » consiste à croire qu’en relativisant quelque chose on cherche à lui enlever une partie de sa dignité, alors qu’on cherche simplement à le décrire plus précisément, à spécifier avec plus de rigueur précisément cette dignité même, en la caractérisant par contraste avec d’autres manières alternatives de faire. C’est par amour des sciences et d’une certaine manière par amour des modernes que Latour a cherché à les relativiser : montrer ce qui en elles étaient si singulier, si original, si irremplaçable, sans qu’il soit nécessaire pour cela de penser que tous les savoirs devraient devenir scientifiques ou que toutes les formes de vie devaient devenir « modernes ».

 

Il ne faut pas oublier que Latour a forgé ce projet intellectuel d’une anthropologie de la Modernité en Afrique, et plus précisément dans la Côte d’Ivoire en pleine décolonisation permanente, puisqu’il l’a fait pendant sa coopération, alors qu’il devait rédiger un rapport pour l’ORSTOM sur les difficultés que rencontraient les entreprises à « ivoiriser » leur personnel[8].

 

Ce texte est une formidable enquête sur le racisme et sur les apories de la « modernisation », qui montre à quel point celle-ci est inséparable de la question coloniale. Relativiser les modernes, c’est aussi se rendre compte à quel prix la modernisation s’implémente dans les vaisseaux capillaires d’une forme d’existence collective, par quelles opérations de traduction, de violence, de malentendus, elle s’impose comme le seul avenir possible d’une société. Il a lui-même souvent raconté qu’il avait forgé son projet d’une anthropologie des modernes en réalisant qu’on pouvait retourner les outils que les anthropologues utilisaient pour décrire des sociétés « non-modernes », leurs « rituels », leurs « croyances », leurs « coutumes », sur les grandes institutions de la modernité elle-même : les sciences, les techniques, le droit, la religion, la politique, etc. On peut dire que le présupposé fondamental de toute l’œuvre de Latour (comme d’ailleurs de celle de Lévi-Strauss, avec laquelle elle partage bien des traits), est la décolonisation : comment aller jusqu’au bout de la décolonisation de nos modes de pensée[9].

 

Tel est donc le premier contexte du projet de relativisation de la modernité : la question coloniale. Mais l’œuvre de Latour n’aurait pas été ce qu’elle est pour nous aujourd’hui s’il n’avait pas pris acte très tôt qu’un deuxième contexte justifiait l’urgence d’une telle entreprise (une anthropologie des modernes) : la question « écologique », et plus exactement la question « éco-planétaire ». Il faut ici rappeler que c’est dans Nous n’avons jamais été modernes, publié juste après la chute du Mur de Berlin, au tout début des années 1990, que Latour explique que la prise de conscience du réchauffement climatique (avec le début du cycle des négociations climatiques internationales qui aboutira au Sommet de Rio) constitue désormais le cadre problématique inévitable de toute réflexion sur la Modernité : « La tenue à Paris, à Londres et à Amsterdam, en cette même glorieuse année 1989, des premières conférences sur l’état global de la planète symbolise, pour quelques observateurs, la fin du capitalisme et de ces vains espoirs de conquête illimitée et de domination totale de la nature[10]. » Au moment même où le monde cesse d’être divisé en deux blocs et où le « modèle » euro-américain semble n’avoir plus d’obstacle interne, une frontière externe apparaît : celle de ce qu’on n’appelait pas encore les « limites planétaires ». La promesse moderne bute sur un mur, qui ne divise pas deux portions terrestres, mais la Terre elle-même de sa propre fragilité : on dira plus tard qu’il faudrait 5,2 planètes pour que les modes de vie étatsunien puisse être étendu à tous les êtres humains – il n’y a pas de place pour le projet « moderne ».

 

Désormais l’expression relativiser les modernes change de sens : il ne s’agit plus de savoir quelles sortes de réalités particulières ou d’agencement d’humains et de non-humains les modernes fabriquent par contraste avec les autres, et comment les définir de manière plus réaliste par ce biais, mais quelle sorte de terrestres ils sont, comment ils s’insèrent dans les chaînes terrestres pour construire leur mode de vie et ce que cela fait à cette Terre même qui est à la fois la condition et l’effet de toute habitation terrestre. Il faudra encore plusieurs décennies pour que Latour aboutisse à une formulation claire de ce problème, et on ne peut pas dire que le dernier état de sa réflexion sur le sujet soit celui auquel il se serait arrêté s’il lui avait été donné de continuer son travail, ses enquêtes, sa réflexion. Mais il ne fait guère de doute qu’il aura consacré son intense énergie intellectuelle lors des 15 dernières années à élaborer aussi rigoureusement que possible ce problème, en alliance avec un nombre considérable d’autres personnes autour de lui, comme il savait toujours le faire. Il aura fini par élaborer une formule de ce genre : l’enjeu du présent est de réencastrer les modes de vie modernes dans les limites terrestres. Pour employer une expression de mon cru, les Modernes sont les terrestres déterrestrialisés, qui habitent la Terre en ne cessant d’impenser, de négliger, leur propre condition terrestre, et l’enjeu du présent est de les reterrestrialiser.

 

Mais il faut bien être attentif à ne pas interpréter cette formule comme si elle impliquait que la Terre était une réalité finie, aux frontières fixes comme les murs d’une maison, qu’on ne pourrait pas déplacer. La Terre, ce qu’il a appelé Gaïa, est une entité active, dynamique, historique, qui réagit aux actions des terrestres qui y vivent et en vivent[11]. La question n’est donc pas de se résigner à l’existence de limites externes, mais plutôt de devenir plus intensément et précisément sensibles à notre propre condition terrestre, c’est-à-dire à la manière dont nous infléchissons les dynamiques planétaires par la manière même dont nous occupons la Terre, dont nous nous faisons un séjour terrestre. Car la situation présente est certes angoissante et pleine de deuils présents et à venir : les espèces se meurent, les paysages se modifient plus vite que les vivants ne peuvent le supporter, les forêts brûlent, la guerre revient tambouriner à nos portes… Mais elle a aussi quelque chose d’une chance – et cette ambivalence est typiquement moderne.

 

Pour la première fois peut-être dans l’histoire de l’humanité nous avons la possibilité de vivre dans un rapport plus étroit, plus intime, avec cette condition planétaire qui est de fait la nôtre, qui l’a toujours été, qui l’a été depuis qu’il y a de la vie sur Terre (car Latour n’a jamais raté une occasion de rappeler que ce sont les vivants qui ont climatisé la Terre, que ce sont les bactéries qui ont modifié l’atmosphère terrestre de telle sorte que d’autres vivants puissent y proliférer, et c’est la leçon qu’il a tirée de James Lovelock et de Lynn Margulis à qui il a repris le mot de « Gaïa », pour désigner précisément cette interaction circulaire entre le tout et ses parties, la Terre et les terrestres). Nous savons désormais qu’en choisissant un séjour terrestre pour nous, nous choisissons une Terre. Quelle Terre ? Telle est la question.

 

Il y eut beaucoup d’incompréhensions lorsque Latour s’est mis à parler récemment d’une pluralité de Terres, disant par exemple que la Terre de Trump était différente de la nôtre[12]. « Comment ? », s’est-on indigné, « n’y a-t-il pas une seule planète ? N’est-ce pas un fait astronomique et même une leçon précisément des sciences du Système-Terre dont vous dites faire grand cas ? Voilà donc où nous mène votre relativisme ! On avait cru que vous vous étiez calmé avec ces âneries et vous revoilà à nous tenir des propos aberrants. Pas plus qu’il n’y a plusieurs réalités, il n’y a plusieurs Terres. Il n’y a qu’une réalité : la réalité scientifique. Et une seule Terre : celle qu’étudient les sciences de la Terre. » Pourtant, Latour était bien plus proche de l’enseignement même de ces sciences en disant que ce que la Terre était non pas un état fixe défini par un certain nombre de paramètres biogéochimiques, mais bien un système loin de son propre équilibre et qui n’existe finalement qu’à travers une histoire, de sorte que chaque état doit bien plutôt être décrit comme un ensemble d’avenirs alternatifs possibles coexistant les uns avec les autres.

 

Bien sûr il n’y a qu’une seule Terre, mais cette unicité de la Terre est précisément celle de la coexistence sur place de plusieurs devenirs alternatifs, donc certains sont incompatibles avec les autres. Être terrestre, c’est avoir à choisir sa terre. Nous sommes toujours en train de terraformer la Terre. Le problème est qu’aujourd’hui nous la terraformons à l’envers, ou plutôt le problème est qu’une manière d’habiter la Terre détruit aujourd’hui les possibilités pour d’autres terrestres de projeter d’autres perspectives d’avenir pour la Terre, d’autres lignes de terraformation. Car une Terre réchauffée de 3 ou 4 degrés non seulement détruira un très grand nombre de terrestres, humains et non-humains, mais en plus imposera une condition d’existence déterminée à de très nombreuses générations de terrestres, pendant des centaines, voire des milliers ou des dizaines de milliers d’années. Les gaz à effet de serre répandus dans l’atmosphère prendront beaucoup de temps à en disparaître, les déchets radioactifs le resteront parfois pour des centaines de milliers d’années, les molécules de synthèse modifieront peut-être substantiellement les structures chimiques terrestres d’une manière indélébile et avec des conséquences imprévisibles, etc. Les Modernes ont préempté l’avenir de la Terre.

 

Faire atterrir les Modernes, c’est donc rouvrir la pluralité des projections terrestres. C’est aussi réfléchir aux conditions sous lesquelles la modernité pourrait coexister sur la même Terre avec d’autres formes d’habitation terrestre, sans les éradiquer ou les soumettre : l’unicité de la Terre est une unicité diplomatique. La Terre, c’est justement ce qu’une pluralité de projections terrestres doivent nécessairement partager. Faire revenir les Modernes sur Terre c’est savoir ce qu’il faut modifier de leurs institutions pour qu’ils cessent de préempter l’intégralité de l’espace et de l’avenir de la planète. Cela aussi est une manière de les relativiser : les modernes apprendront quel genre de terrestres ils sont quand ils sauront à quelles conditions ils peuvent coexister, avec leur différence ou leur particularité propres, avec d’autres manières d’être terrestres. Ils se connaîtront quand ils connaîtront  ils sont sur Terre, c’est-à-dire quel genre de terrestres ils peuvent être une fois qu’ils ont cessé de croire qu’ils peuvent se déterrestrialiser…

 

Je le répète : cet atterrissage n’est pas triste, il n’est pas frustrant. Il est difficile, certes, mais il offre aussi une opportunité unique : l’opportunité de se rendre plus sensibles à une certaine vérité de notre condition, la condition terrestre. On parle en anglais d’une « once in a lifetime opportunity » (une chance qui n’arrive qu’une fois dans la vie). Je crois qu’on peut bien dire que la catastrophe écoplanétaire dont nous sommes contemporains est une sorte de « once in a species-time opportunity » : la chance unique qui nous est donnée de nous rapprocher au plus près de notre propre condition terrestre, à la fois au sens général (puisque nul n’est plus branché sur les dynamiques terrestres que ce mode de vie moderne qui a « réveillé Gaïa », chaque particule de gaz à effets de serre que nous émettons désormais dans l’atmosphère contribuant à accélérer le réchauffement) et au sens particulier (puisqu’on comprendra mieux les terrestres que nous sommes en nous comparant avec les autres avec qui on coexiste).

 

Se réencastrer dans les limites planétaires ne consiste donc pas du tout à se limiter, à se priver, mais à gagner, gagner en vérité, gagner en intensité, gagner en précision : en nous réappropriant notre propre condition terrestre, nous ajoutons au monde… Certes, tout cela peut mal tourner, et les probabilités tendent plutôt à modérer l’optimisme, mais je crois qu’il serait contraire à l’esprit de Latour, du moins à ce que j’ai perçu de ses textes et de sa fréquentation, que de se contenter des légitimes angoisses et tristesses que suscite cette situation pour encourager à le lire. Il faut lire Latour parce qu’il nous donne des outils pour vivre mieux. Nul mieux que Latour n’a réalisé à mes yeux la grande leçon de Spinoza : il n’y a pas de vérité sans joie. Latour est un penseur joyeux.

 

Un seul projet donc, une anthropologie des modernes en vue de les relativiser, projet qui s’est déplié dans de très nombreuses enquêtes (sur les sciences, les techniques, le droit, la religion, l’économie, la politique, etc.), a traversé de nombreuses communautés (la sémiologie des sciences, les Science and Technology Studies ou STS, la « Théorie de l’Acteur-Réseau » ou ANT, la sociologie pragmatique, le tournant ontologique en anthropologie, les théories de Gaïa… la liste complète serait très longue), qui en a fondé certaines d’ailleurs, éventuellement pour aller ensuite ailleurs, renouvelant les manières de penser un peu partout où il passait, mais cependant avec un fil cohérent, qu’il a su mettre en évidence dans son grand œuvre (Enquête sur les modes d’existence, en 2012). Et cependant deux conditions historiques qui se sont à la fois succédées et ajoutées l’une à l’autre pour définir la nature du problème auquel ce projet répond et qui scande en somme cette trajectoire : la décolonisation d’abord, puis l’écologisation ensuite, ou peut-être peut-on dire en reprenant les termes d’un des nombreux alliés de Latour, le grand historien Dipesh Chakrabarty, la globalisation d’un côté et la planétarisation de toutes les questions sociales et politiques de l’autre[13], deux conditions qui obligent à développer des outils différents pour décrire la relativité des modernes et forment donc les deux temps de cette œuvre…

 

 

Voilà en somme comment je proposerais de décrire schématiquement l’impressionnante trajectoire intellectuelle de Latour, afin de donner une petite carte portative à celles et ceux qui voudraient s’y lancer : une immense entreprise de relativisation interne de la Modernité qui est passée d’un côté par une anthropologie décoloniale des modes d’existence et de l’autre par une diplomatie des manières d’être terrestres.

 

Mais il faudrait ajouter à ce croquis un aspect important : la philosophie. Latour me semble avoir toujours eu à la philosophie un rapport d’une extrême subtilité. Il lui arrivait de refuser de se décrire comme philosophe, ou de se présenter comme un philosophe amateur, alors qu’il avait bien sûr une formation de philosophe professionnel (agrégation et thèse, professorat) et que sans doute son véritable amour intellectuel était quelque part par là. Il semble avoir fait un effort ces derniers temps pour revendiquer plus nettement un statut philosophique pour son œuvre, et c’est un des enjeux de l’Enquête sur les modes d’existence. Mais l’originalité profonde de sa démarche philosophique est qu’elle s’est toujours voulue empirique (n’existant qu’à travers des enquêtes de terrain) et pluraliste (se refusant à réduire ce qu’il étudiait à autre chose qu’à ce que cet objet d’étude proposait comme son horizon de réalité). Cela a pour conséquence que la philosophie n’a plus de terrain en quelque sorte séparé : elle existe à travers des enquêtes anthropologiques, sociologiques, historiques, artistiques… Et pourtant elle est partout dans cette œuvre. Et il finira lui-même par reconnaître que son projet s’y inscrit intégralement.

 

 

J’ai la profonde conviction qu’on n’a toujours pas pris la mesure de ce que son travail apporte à la philosophie, non seulement du point de vue des contenus, des thèses qu’on est susceptible d’en tirer, mais aussi du point de vue de la compréhension du statut de cette discipline. Il est si vrai que Latour est philosophe qu’on ne pourra pas philosopher de la même manière après Latour.

 

De toutes manières, je ne peux terminer ce texte écrit dans le feu du deuil sans dire tout simplement que cette œuvre est interrompue, certes, mais qu’elle n’est en rien achevée. Il se trouve que cette force d’agir si singulière qui avait pour nom Bruno Latour est désormais dispersée dans ses livres, dans ses propos, dans ses images, dans les souvenirs que nous avons de son exemple, dans l’inspiration qu’il laisse à celles et ceux qu’il a mis au travail, et qui seront sans cesse toujours en nombre croissant. Mais bien que Bruno Latour continue d’une certaine manière à exister parmi nous, du fait de son décès, quelque chose est perdu, qui est irremplaçable, perdu non pas seulement pour celles et ceux qui l’aimaient et vivaient avec lui et à qui bien sûr je ne peux m’empêcher de penser à chaque ligne de ce texte, mais perdu pour tout le monde, perdu pour tous les contemporains, qui deviennent encore plus contemporains les uns des autres dans cette perte même. Les deuils collectifs sont étranges et difficiles à comprendre. Je voudrais donc dire pourquoi nous devons être en deuil aujourd’hui, même quand on ne connaissait pas Latour.

 

Un aspect frappant de la fréquentation de Bruno Latour et de son œuvre est son caractère imprévisible : il suffisait de ne pas l’avoir vu pendant un mois pour découvrir de nouvelles idées, des champs de recherche inconnus dont le caractère crucial pour son propre travail sautait soudain aux yeux, repartir avec plein de livres à lire et de choses à découvrir. Il y a des pensées qui, l’âge arrivant, semblent avoir donné tout ce qu’elles pouvaient. Ce n’était pas le cas de celle de Latour. S’il y a un deuil à faire, s’il y a lieu d’être triste, c’est qu’on perd beaucoup de choses que précisément on ne connaît pas car seul Latour sans doute nous aurait permis de les découvrir. Il avait une capacité extrêmement rare à aller dans les angles morts de notre pensée et de notre existence, à nous faire voir soudain qu’il existait un autre point de vue d’où les horizons changeaient, d’où les questions se simplifiaient, fût-ce en se multipliant, où aussi le désir se réveillait, le courage de penser et d’agir. La joie caractéristique de la pensée de Latour tient beaucoup à cela : on sort toujours augmenté de sa fréquentation.

 

Avec Latour, nous perdons un peu de notre vue, collectivement, nous perdons un formidable appareil optique. Il a déclaré récemment que le grand événement de l’année à ses yeux était le lancement du James-Webb Telescope. Il y avait en Latour quelque chose d’un James Webb Telescope tourné vers nous. La mort de cet homme est comme le crash de ce formidable instrument.

 

Nous ne pourrons faire mieux pour honorer sa mémoire que de continuer à travailler avec joie, ardeur, enthousiasme, passion, rigueur, humour, inventivité, solidarité, sororité, à pallier tant bien que mal cette perte, en nous inspirant de ce qu’il a nous laissé pour mieux deviner ce qu’il aurait pu encore nous donner. Cet inconfort, entre deuil et gratitude, entre solitude et survivance, entre conscience de nos angles morts et détermination à ouvrir nos horizons, me semble, après tout, une manière assez juste de caractéristiser notre présent. Nous sommes et nous restons dans un moment latourien.

 

Patrice Maniglier

PHILOSOPHE, MEMBRE DU COMITÉ DE RÉDACTION DES TEMPS MODERNES

11 mai 2020

 

Pendant que JF. Collin répondait au questionnaire de Bruno Latour proposé dans AOC je pensais à mai 68 ICI 

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2022 5 14 /10 /octobre /2022 07:00

 

J’ai lu avec plaisir Alto Braco de Vanessa Bamberger.

Alto braco

L’Aubrac, l’Alto Braco, le haut lieu, il est rare que dans un roman, en l’occurrence Alto Braco de Vanessa Bamberger chez Liana Levi, on écrive avec autant de justesse, de précision, avec finesse et humour, les réalités de l’élevage dans cet Aveyron plus connu pour ses exilés parisiens que pour ses vaches.

ICI 

 

En passant du côté des filles suis allé marauder à la librairie d’en face où, sans même consulter la 4e de couverture j’ai acquis L’Enfant parfaite de Vanessa Bamberger, que ce patronyme me rappelle son précédent livre. Le cerveau est vraiment une étrange machine, guidant mon choix sans référence explicite.

 

Si, il y en avait une : le titre L’Enfant parfaite

 

Couverture du livre « L'enfant parfaite » de Vanessa Bamberger aux éditions Liana Levi

 

Dès l’école primaire et pis encore dans le secondaire : l’impératif de réussite, pour les adolescents du haut du panier des couches éduquées, est tel qu’aucune imperfection n’est plus tolérée.

 

Terrifiant !

 

« Roxane assume sans se leurrer : soutien de sa mère, responsable de la conservation de cette foutue perfection, léguée par son père, Roxane bien seule face à des adultes-enfants qui en font un accessoire de leurs fantasmes de lignée, Roxane victime de la bêtise, d’un système qui proclame « marche ou crève », mais soit belle, aussi, lisse, transparente. Roxane, héroïne tragique de l’indifférence ordinaire.

 

Quel formidable et émouvant roman ! Féroce, acide, vrai, utile. Un monde d’adultes absents, dévots du culte de la perfection par procuration, celle de leur progéniture, incapables d’assumer leurs manquements... »

 

On vole aux enfants leur enfance…

 

Je viens de découvrir sur la Toile un Entretien avec Vanessa Bamberger : la souffrance à l’école est-elle un passage obligé ?

 

"L’Enfant parfaite", l’itinéraire glaçant d’une bonne élève comme les autres ICI

 

La souffrance à l’école est-elle un passage obligé ?

 

C’est en tout cas le sentiment de François, chirurgien, l’un des deux protagonistes de L’Enfant parfaite de Vanessa Bamberger (Liana Levi). Il partage le livre avec Roxane, une excellente élève qui entre en classe de première S dans un lycée parisien réputé. L’un et l’autre ne se connaissent pas vraiment, François est un vieux copain du père de Roxane, exilé dans le Sud de la France après son divorce. L’un et l’autre seront toutefois unis par le drame. La musique et la médecine sont comme une portée sur laquelle s’inscrit l’histoire, de Bach à Nekfeu, des classiques joués par la mère altiste de Roxane et écoutés par François, jusqu’au rap qui berce et épaule Roxane dans son quotidien sous pression.

 

Une petite musique tendre ou féroce sur laquelle se déclinent les variations de l’amitié entre ados, avec, en miroir, l’amitié des hommes mûrs, la peur de l’échec de la mère musicienne en parfaite symétrie avec celle de Roxane, et l’immense solitude qui contient chaque personnage dans la fiction de la vie qu’il se fait.

 

L’ouverture du roman n’est autre que le Serment d’Hippocrate et donne le ton : aussi banale que soit devenue la consultation chez un médecin, une prescription engage la vie et la responsabilité non seulement du patient mais du médecin. Sur le papier, cela semble très solennel et d’une solidité imparable, mais Vanessa Bamberger sait à merveille ébranler les fondements de ce mur déontologique, soumis à l’épreuve du quotidien.

 

Un médecin peut respecter le serment qu’il a prononcé et se retrouver pourtant dans une zone grise, entre responsabilité et culpabilité. Dans L’Enfant parfaite, l’impératif de réussite est tel qu’aucune imperfection n’est plus tolérée. La vie de nos ados est devenue si exigeante, si stressante, que la crise d’acné qui frappe Roxane fait basculer la jeune fille dans une vraie détresse psychologique. Qu’est-ce qui, dans ce roman, est à l’origine du drame, la prise d’un médicament aux effets secondaires douteux ou un contexte social et personnel ?

 

Vanessa Bamberger invite à répondre à cette question par une réflexion sur la nuance et les fragilités. Un roman qui ne juge pas, mais qui excelle à raconter une histoire qui nous ressemble.

 

Karine Papillaud

 

 

 

Entretien avec Vanessa Bamberger : « L’enfant parfait, ça n’existe pas »

 

 

- L’Enfant parfaite raconte le crash d’une jeune fille de 17 ans qui subit une pression scolaire intense et les bouleversements de son âge. Comment ce sujet vous est-il venu ?

 

Il y a quelques années, ma fille aînée a fait sa rentrée en première S. Elle avait toujours été excellente élève. Tout d’un coup, elle n’y arrivait plus, en maths en particulier. Ça a été le drame : la boule au ventre, les insomnies, le stress absolu. Le discours du corps enseignant accentuait son angoisse.  Le premier jour de classe, les profs avaient dit aux élèves : « attention, dès maintenant toutes vos notes comptent ; si vous ratez votre premier trimestre, vous n’aurez aucune chance d’entrer dans une bonne prépa ». Je me suis demandé ce qui se serait passé si elle n’avait pas été entourée, suivie, si elle n’avait pas réussi à remonter ses notes. Quant à la crise d’acné dont est victime Roxane, mon héroïne, j’ai pu observer autour de moi à quel point cette maladie impactait la psychologie des ados qui en sont victimes. Ils n’osent même plus croiser le regard des autres.

 

 

- L’Enfant parfaite, est-ce La Boum version 2020 ? Les ados ont-ils changé ?

 

Ce qui continue de caractériser les ados, c’est cette frontière entre deux mondes sur laquelle ils se tiennent en équilibre. Leur fragilité, leur besoin d’être aimés, regardés. Bien sûr, avec les époques, leur comportement se modifie… leur apparence, leur langage, leur sexualité. L’environnement influe.  En ce moment, on ne peut pas dire qu’ils sont gâtés. Entre la crise écologique, le terrorisme, la crise économique, la montée des extrêmes, et maintenant la crise sanitaire… L’horizon semble bouché. Et on leur demande de se projeter dans un monde dont on ne sait pas comment il va évoluer. Alors oui, je pense qu’ils ont changé au sens où ils ont perdu de leur insouciance.

 

 

- La solitude des adolescents tient-elle aux nouveaux modes de vie ou est-ce un invariant ?

 

Avant les réseaux sociaux, à condition que tout se passe bien à la maison, celle-ci avait valeur de refuge. Aujourd’hui, à cause des smartphones, les ados continuent d’être sous le feu du regard des autres, même après l’école, ça ne s’arrête jamais. C’est la comparaison permanente. Je crois que cela peut contribuer à renforcer le sentiment de solitude que tout adolescent expérimente à un moment donné.

 

 

- L’école est un lieu de violence, entre harcèlement et pression scolaire. Est-ce pour vous un fait nouveau et quelle responsabilité prennent les adultes ?

 

L’école a toujours été cruelle. Mais c’est vrai que le phénomène du harcèlement prend de l’ampleur. Il y a aussi ces votes organisés sur les réseaux sociaux par certains élèves qui publient anonymement deux photos en demandant aux autres de décider qui est le plus beau, le plus « stylé » … C’est très violent. Quant à la pression scolaire… Elle a toujours existé dans les filières d’élite car le système français est concurrentiel, compétitif.  Mais il l’est de plus en plus car il n’y a pas assez de place pour tout le monde, alors la pression augmente.  Les parents ont peur pour leurs enfants, peur qu’ils ne trouvent pas de travail, donc ils en rajoutent.

 

 

- Vous n’avez pas 16 ans, comment avez-vous travaillé pour vous couler dans cette langue et ce regard sur le monde ?

 

Je voulais que la voix de Roxane ait l’accent de la vérité. J’ai rencontré beaucoup d’ados et de jeunes adultes, en individuel et en groupe. J’essayais de me faire oublier pour qu’ils se parlent entre eux naturellement. C’est assez étonnant, d’ailleurs, entre la vitesse d’élocution et le vocabulaire, par moments je ne comprenais rien du tout à ce qu’ils racontaient !

 

D’ailleurs j’ai ajouté un lexique à la fin du livre. Ce qui est surprenant aussi, c’est la façon avec laquelle ils passent d’une langue à l’autre dès qu’ils sont en présence d’adultes. Quand je me risquais à employer leur vocabulaire pour « faire genre », ils me regardaient de travers. Pour eux, j’étais la daronne ! À chaque fois que je terminais un chapitre Roxane, je le lisais tout haut à ma fille et ses amis. Ils me disaient alors ce qui n’allait pas, « on ne dirait pas ça comme ça », « on ne réagirait pas comme ça ». Ils m’ont beaucoup aidée.

 

 

- Il y a une alternance de langues et de focalisations. La langue de Roxane et la langue de narration utilisée pour raconter François. Comment ces choix se sont-ils imposés à vous ?

 

J’ai eu de la difficulté à trouver la voix de Roxane. Je m’étais fait une play-list de rap que j’écoutais en boucle, puisque pour connaître un peuple il faut écouter sa musique, et à un moment donné j’ai eu l’idée de slamer la parole de Roxane, de la faire rimer. On ne s’en rend pas forcément compte en lisant le texte mais si on le lit à voix haute cela apparaît. Je voulais jouer sur l’oralité. C’est comme si il y avait une voix du dessus, celle de Roxane, et une voix du dessous, celle de François. Comme une partition. La langue de Roxane est une langue étrangère pour François. Les jeunes et les adultes ne se comprennent pas toujours. Ils n’écoutent pas la même musique. En juxtaposant, chapitre après chapitre, les voix de Roxane et François, je cherchais à juxtaposer des univers musicaux dissonants.

 

 

- Le traitement d’un tel sujet peut rapidement tourner au document, surtout quand l’un des personnages parle au « je ». Quels partis pris narratifs ont été les vôtres ?

 

Je me suis documentée, certes, mais Roxane est un personnage fictif, prise dans une histoire inventée qui ressemble à un fait divers. Je cherche toujours à raconter des histoires de fragilité humaine.

 

 

- La question de la responsabilité draine tout le roman et se décline sous plusieurs angles : scolaire, parental, médical. Êtes-vous attachée à ce sujet en particulier et comment résonne-t-il avec l’époque ?

 

C’est juste, la question de la responsabilité sous-tend le roman. Qui est responsable de ce qui arrive à Roxane ? Ses parents ? Ses professeurs ? Ses amis ? Quelqu’un aurait-il pu l’empêcher ? La problématique du bouc émissaire m’intéresse beaucoup. Et celle de la liberté de prescription. Dans le contexte actuel, cette question prend de plus en plus d’importance. Les médecins sont-ils responsables des effets secondaires des médicaments qu’ils prescrivent ? La question du bénéfice-risque se pose. Mon titre de travail a longtemps été « Les effets secondaires », en lien avec cette chaîne de responsabilités.

 

 

- La peur des parents se reporte sur les épaules des enfants. Dans ce roman, on sent l’infinie fragilité des parents, entre inconséquence et projection. Qu’est-ce que le mal-être de la jeunesse dit de la société contemporaine ?

 

Nous vivons dans une société de la perfection individuelle et de la peur. Comme le dit François Sureau, chacun a peur pour la protection de sa propre vie que tous, médias, réseaux sociaux, présentent comme quelque chose de désirable. Tout se passe comme si on n’avait plus le droit à l’erreur, à l’échec, à la moyenne. Dans ce contexte, nous, parents, avons de plus en plus peur pour l’avenir de nos enfants. C’est une peur primale. Nous avons l’impression d’être un bon parent (ce qui nous soulage) quand notre enfant réussit bien scolairement, ou dans un autre domaine, qu’il exploite son « potentiel ».

 

Ce qui est paradoxal, c’est qu’on voudrait que notre enfant soit autonome et épanoui, bien dans sa peau, et en même temps obéissant et bon à l’école. Mais l’enfant parfait, ça n’existe pas. Et le parent parfait encore moins.

 

Propos recueillis par Karine Papillaud

 

lecteurs.com

EXTRAITS

« Rose se jette sur moi. Je la regarde et je la trouve fraîche. J’aime sa dégaine. Bien qu’elle soit blanche et blonde, elle a tressé ses cheveux à l’africaine. Une coiffure qui, si je devais y soumettre ma fine chevelure châtain, me défigurerait, vu la taille de mon nez. Je suis grande, ni belle ni moche, physique basique classique.

 

Aujourd’hui je porte un T-shirt blanc et un jean slim, rien d’extravagant. Un peu de mascara, deux bracelets dorés qui tintent doucement. Rose a revêtu sa carapace, petit haut court et bas de jogging, banane en bandoulière, créoles en or, grosses baskets Adidas. Résultat, on crève toutes les deux de chaud mais, comme dit Rose, pas question qu’on montre nos jambes aux frérots.

 

Rose s’habille et parle comme une fille de la tess, sauf qu’elle habite un duplex sur le parc Monceau avec son père banquier et sa mère qui travaille chez BP. Elle méprise ses parents, en particulier Delphine, sa mère, qui s’habille comme une cagole, mange des steaks et jette ses mégots par la vitre de sa Mini Cooper. Rose a déjà essayé le sexe avec une fille, le plan à trois, la cons’, l’alcool défonce. Demandez-moi la liste de mes exploits, je ne vous donnerai pas la réponse.

 

Lyna nous rejoint avec son joli visage brun, ses cheveux frisés, sa nonchalance séduisante, son aisance. Je l’observe tournoyer les bras levés dans sa robe d’été à petits pois bleutés. Elle est fine et c’est une vraie fille, Lyna. La plus girly de nous trois. Elle vit à Montmartre, son père est réalisateur et sa mère prof de yoga, tellement flippé que Lyna se fait géolocaliser quand elle prend un Uber en rentrant de soirée. Si sa mère savait comment on les passe, nos soirées.

 

Vous vous interrogez peut-être sur ce qui nous réunit, Rose, Lyna et moi. Nous étions dans la même classe en seconde, à Sully, et sommes toutes les trois très, mais vraiment très bonnes élèves. Nous partageons nos centres d’intérêt, nos rêves. Petite, je dépensais mon argent de poche en dictionnaires et livres scolaires supplémentaires. À dix ans, j’ai lu Les Misérables et ma mère l’a raconté à toutes ses amies. Du coup, je me suis sentie obligée de lire Le Comte de Monte-Cristo, L’Assommoir et Le Père Goriot. Ça avait l’air de lui faire tellement plaisir. Aujourd’hui Mélanie me chante sans cesse la même rengaine, ma chérie tu ne me poses aucun problème, ma vie est déjà si difficile, ta solidité me fait tenir. C’est vrai, je ne pose aucun problème, c’est pour ça qu’on m’aime. » (p. 20-21)

« Je n’ai pas bien dormi cette nuit. Ma mère l’avait prédit. Je n’ai jamais bien dormi de ma vie, alors la veille d’une rentrée scolaire à Sully, imaginez le souci. Quand je me suis réveillée, elle était déjà partie. Mélanie, c’est parfois plus simple de l’appeler ainsi, Mélanie, ma furie ma mélodie, elle est altiste. Vous ne savez pas ce que c’est ? Normal, personne ne le sait au lycée. Personne n’est intéressé, la musique classique c’est mort. Un parent concertiste égale un passeport pour la recale sociale. »

 

« Devant moi, Ferdinand lève la main pour poser une question. Intimidé, il se met à bégayer. Chareau écarquille les yeux pour bien montrer sa surprise, et son agacement. Elle l’arrête. Attendez, je ne comprends rien à ce que vous racontez, il faut vous calmer ! Après ça Ferdinand ne dis plus rien. Sur la feuille la prof a imprimé un cours succinct, une poignée de formules, et maintenant elle se lance dans une démonstration bon train. À la fin de l’heure elle nous donne une liste d’exercices à faire pour le lendemain. Il y en a pour trois heures au moins. On se regarde, affolés. On ne sait pas très bien si on doit rire ou pleurer. Ferdi place son index sur sa tempe pour signifier que cette prof-là est donc, tout comme Perrier, complètement fêlée, puis rejette sa tête en arrière et éjecte sa main. Il fait mine de se flinguer. »

 

« C’est qu’il faut avoir le cœur bien accroché pour faire prof. En réalité, il faut être taré. Insultés agressés mal payés, mal considérés maltraités mal encadrés, pas formés rudoyés bousculés. Les profs entrent en classe avec leur mine pitoyable de boucs émissaires de l’Éducation nationale, chargés de nous faire ingurgiter dans l’année des programmes de plus en plus lourds, de plus en plus techniques, sous format numérique. Dire que la plupart sont complètement nuls en informatique ! Du coup, ce qu’ils ont à faire, ils le font n’importe comment, en mode totalitaire. »

 

 

Partager cet article
Repost0

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents