Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 juin 2017 2 27 /06 /juin /2017 15:59
Repost 0
Published by Berthomeau
commenter cet article
27 juin 2017 2 27 /06 /juin /2017 14:58
Repost 0
Published by Berthomeau
commenter cet article
27 juin 2017 2 27 /06 /juin /2017 12:27
Repost 0
Published by Berthomeau
commenter cet article
27 juin 2017 2 27 /06 /juin /2017 06:00
Faut-il refonder, comme le souhaite Me Morain, les appellations d’origine en convoquant des Assises ?

C’est le vœu d’Eric Morain, Cabinet Carbonnier Lamaze Rasle & Associés, « le célèbre avocat naturiste au Barreau de Paris, la diva des chais indemnes des poudres de perlin pinpin, le défenseur inlassable des causes perdues des vignerons rebelles terroiristes, de la lignée des stars du Barreau, tels les Floriot (1), Moro-Giafferi, grand amateur de bonne chère, de jus nus aux fragrances étranges et de barreau de chaise roulés sur les cuisses d'ardentes cubaines… » notice du Who's who

 

Lire ICI 

 

Ce cher Éric Morain souhaite qu’aux Assises on « Invite l'ensemble des acteurs de la filière viticole (et pas seulement ceux qui peuvent payer des stands ou venir en délégation...), les petits comme les grands, les bloggeurs, les cavistes, les associations de consommateurs, les restaurateurs, les mouvements culinaires. Donnons-leur la parole, écoutons-les si possible et prenons les bonnes décisions pour l'avenir. »

 

Le vieux blogueur que je suis, doublé d’un mécano qui a plongé ses mains dans le cambouis des appellations d’origine, s’il trouve méritoire d’en appeler à la refondation, reste perplexe sur la capacité et la volonté des nouveaux arrivants aux manettes du pouvoir à se mettre En Marche pour déconstruire et reconstruire l’appellation d’origine.

 

Trop tard !

 

C’est mon côté Douglas MacArthur.

 

L’affaire est pliée depuis que l'administration française a vendu à la Commission sa conception normative dans le règlement d'application de l'OCM sur les AOP IGP.

 

Et ce n’est pas faute d’avoir tiré en son temps la sonnette d’alarme.

 

Mais foin de regrets, ce matin je vais me contenter de rappeler comment : D’objet juridique non identifié l’INAO a muté en chambre d’enregistrement de signes de qualité…

 

À l’origine de l’appellation d’origine il y eut le protectionnisme : il s’agissait pour les vignerons de se défendre de l’usurpation par d’autres, des négociants principalement, du nom du lieu où étaient produits leurs vins.

 

Pour vous en convaincre je vous propose de lire Comment naquit L'INAO (chronique du 30 novembre 2006), première partie du rapport du Baron LE ROY, Président de l'INAO au 1er Congrès de l'Origine à Deauville juin 1948, la lecture en est instructive appliquée au temps présent :

 

« Cette création, contrairement à ce qu'on pourrait croire, n'a pas été une simple conception de l'esprit transformée ensuite en texte législatif. Elle est le fruit d'une longue entreprise de persuasion des Associations viticoles de producteurs de vins fins, conseillées et guidées, à partir de 1930, par mon regretté et éminent prédécesseur, le Président Capus, qui fut, en outre, leur interprète convaincant auprès du Parlement et du Gouvernement.

 

Quelle fut la genèse de cette institution ?

 

Elle prit naissance lorsque fut établie la solidarité de tous les producteurs de vins fins de France.

 

C'est à Alphonse Perrin, l'apôtre Champenois, que revient le mérite d'avoir songé à convoquer à Paris, en 1923, les présidents des syndicats de protection des appellations les plus agissantes. Il y avait là, autour de Perrin : d'Angerville, Laligan, Doyard, Checq, un ou deux autres dont j'ai oublié les noms, et votre serviteur, tout frais élu président du syndicat de Châteauneuf-du-Pape qu'il venait de créer. Le but principal de la réunion était de dégager les principes généraux du droit de l'appellation qui permettraient de trancher le conflit champenois opposant la Marne(Perrin) à l'Aube(Checq). C'est dire qu'il y fut longuement question des cépages et que la discussion y fut vive. En dépit de l'opposition de l'Aube, le rôle capital du cépage fut retenu. On peut affirmer que c'est là que naquit la loi du 22 juillet 1927 et l'arbitrage du président Barthe sur le problème champenois.

 

Mais il y eut un autre résultat constructif. Les présidents décidèrent d'adhérer à la Fédération des Associations Viticoles de France et d'Algérie et de s'y grouper en une section spéciale qu'ils dénommèrent plus ou moins heureusement : la section des Grands Crus. Pourquoi en ai-je été désigné le Secrétaire général, fonctions que j'ai exercées pendant douze ans ? Je me le demande encore.

 

En tout cas, la solidarité était née. Tous les syndicats de défense des appellations se firent inscrire à la Section des Grands Crus dans les deux années qui suivirent. Elle ne tarda pas à arrêter unanimement les grands principes indispensables et à élaborer une doctrine commune.

 

Mais, une fois ce résultat obtenu, il fallait encore arriver à convaincre les viticulteurs de la nécessité d'un effort de discipline et d'un effort financier, convaincre le Gouvernement qu'une organisation nouvelle était indispensable pour maintenir la qualité et la réputation mondiale des Grands Vins de France. Cinq autres années furent nécessaires... »

 

12 septembre 2007

 

Objet juridique non identifié : O comme INAO...

 

« L’INAO étant un établissement public sui generis, doté d'un personnel sous statut Gaillard (du nom de Félix, l'autre charentais, le plus jeune président du Conseil de la IVe.

 

Tout ça pour dire que l'INAO, en ce temps-là, avait quelque chose d'exotique : un étrange cocktail d'autogestion professionnelle et de gestion publique qui m'a fait le qualifier d'objet juridique non identifié, ce qui pour moi était un compliment.

 

Avec une telle approche, face au goût immodéré des anglo-saxons pour le droit non écrit donnant aux tribunaux et aux lawyers des espaces infinis, nous dressions une muraille immatérielle qui s'opposait à l'uniformisation du monde. Un bel avantage, dix longueurs d'avance, pour parler vulgairement, ils y bitaient que dalle nos petits Paganini des prétoires avec Votre Honneur incorporé comme à la télé. Une grande part de la réussite incontestable de l'AOC tenait à ce mariage heureux du droit privé et du droit public.

 

Les professionnels français pilotaient une multitude de chouettes conduites intérieures, gentiment désuètes, indémodables, inimitables et, par une forme prononcée de suffisance, d'inconséquence, ils se sont engouffrés dans des cars pour voyages organisés.

 

Bien évidemment, comme toujours dans ce type de périple, le micro du cicérone était tenu par le commissaire du gouvernement. À partir de là, on ne savait plus qui faisait quoi, ou si, plus exactement, les fonctionnaires se piquaient de faire dans le stratégique, ils pensaient, et les professionnels du Comité National, tout en poussant des cris d'orfraies sur l'insupportable mainmise publique, s'occupaient de l'intendance du quotidien qui plaisait tant à la base et le Ministre disait amen (le mien y compris). Certains ont tenté de ruer dans les brancards, de proposer, de choisir. On leur demanda d'aller exercer leurs talents ailleurs.

 

Face à cette dérive, les nouveaux entrants : produits laitiers et autres, suite à la réforme de 1990, que j'ai défendu au Conseil d'Etat, après un temps d'observation, constatant la cécité des représentants du vin et ne se laissant pas éblouir par leurs faux-semblants, petit à petit ont pris le pouvoir, puis profitant de leur entregent dans les allées du Pouvoir ils ont fait prévaloir une conception normative de l'AOC. En clair, face à une production agro-alimentaire de masse, formatée, incolore, inodore et sans saveur, l'AOC devient la pointe de la pyramide des signes de qualité.

 

Le tour est joué. On se noie dans les logos : rouge, vert et je ne sais quelles autres couleurs. On érige le contrôle extérieur en principe fondateur.

 

Le directeur du CIVB a raison de confier à Jacques Dupont dans le Point : « C'est en quelque sorte une OPA amicale mais ferme, qui donne le sentiment que tout continue comme avant, alors qu'il n'en est rien »

 

Est-ce pour autant une « nationalisation » de l'INAO ?

 

Une mainmise de la machine étatique sur le secteur ?

 

La réponse est clairement non. Il s'agit tout bêtement de la pure insertion du vin dans le grand Meccano de l'agro-alimentaire.

 

Bien plus que les débats récurrents sur l'opposition entre vins artisanaux et vins industriels, les nouveaux tuyaux, si aucun tri n'est fait en amont, vont plus que jamais formater les vins d'AOC.

 

Faut-il le regretter ?

 

Oui, si la nouvelle mécanique confiée à des « experts extérieurs » – l'externalisation ne règle rien si on ne se met pas d'accord sur les règles du tri - exclut les originaux, les non typiques, les francs-tireurs, les inventeurs au profit du gros du peloton et des éternels trainards.

 

Non, si les patrons du gros du peloton assument le statut d'un peloton en acceptant de reconnaître qu'il n'est pas homogène. En clair, avant de mettre le vin dans les tuyaux préoccupons-nous de la vigne et du raisin : la ressource ; laissons la responsabilité première à ceux qui font le vin pour le vendre sous leur signature ou ceux qui le font faire pour le vendre sous leur nom pour traiter ceux qui font leur vin sans souci de ceux qui l'achètent...

 

9 juin 2008

 

Le CAC 51 : le croskill de la qualité des vins AOC

 

« Le pire du pire était peut-être à venir », car dans le règlement d'application de l'OCM sur les AOP IGP, l'administration française a vendu son idée de « vérifier l'appartenance à la famille » et la Commission, bonne fille et elle aussi adoratrice des normes, l'a reprise dans son texte.

 

Ce n’est pas encore plié mais il va falloir batailler sec. Moi qui suis mauvaise langue je ne peux m’empêcher de penser à haute voix, et de l’écrire, que le biseness du contrôle a de beaux jours devant lui et que ça va douiller dans les caveaux. Après le système 100% passoire voilà le système 1000% croskill : où comment écraser les libellules avec un marteau-pilon.

 

Je reste bouche bée d'admiration devant l’expression la plus «raffinée» de notre génie national pour inventer, non des usines à gaz, mais des essaims de tamponneurs en blouse blanche accumulant des liasses sur des paillasses de salles de dégustation high-tech… »

Repost 0
Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article
26 juin 2017 1 26 /06 /juin /2017 15:10
Que du bleu : de la trop facile victoire de Nicolas Hulot sur Stéphane Travert à propos de l'interdiction des insecticides de la famille des néonicotinoïdes

Il est incontestable que Nicolas Hulot, et plus encore Stéphane Travert sont des « bleues bites » de l’interministérielle mais j’ai des doutes sur le fait que suite à une fuite, à mon sens bien à propos, un document interministériel prévoyant en effet de revenir sur l'interdiction de l'épandage aérien et l'utilisation de certains pesticides « tueurs d'abeilles », les néonicotinoïdes, le tout nouveau Ministre de l’Agriculture soit monté au créneau, toujours sur RMC, pour affirmer que la porte restait ouverte à des aménagements. La législation française « n'est pas conforme avec le droit européen » qui est plus souple, a déclaré Stéphane Travert sur RMC-BFMTV, le ministre estimant que certains pesticides « n'ont pas de produit de substitution ».

 

Aussitôt sur les réseaux sociaux les « on vous l’avait bien dit », les pourfendeurs patentés ou non des oligarques, du néo-libéralisme, les adorateurs du leader maximo qui, par son simple verbe chasserait tous les pesticides de notre beau terroir, s’en donnèrent à cœur joie.

 

Nicolas Hulot (@N_Hulot) sur Twitter répliquait :

@RMCinfo les interdictions de neonicotinoides & épandage aerien ne seront pas levées, les arbitrages ont été rendus en ce sens

 

12h29 : Le gouvernement ne reviendra pas sur l'interdiction des pesticides néonicotinoïdes à partir de septembre 2018, annonce un communiqué du Premier ministre Edouard Philippe

 

 

 

Fin de la séquence, qui pour moi n’a rien de cacophonique, ne relève pas d’un disfonctionnement, d’un défaut de communication entre Ministres, leurs cabinets, mais relève à mon sens de la méthode Macron.

 

Ce n'est que mon point-de-vue mais je le partage.

 

Le petit soldat Travert selon moi est monté au créneau pour montrer aux dirigeants agricoles officiels, plus particulièrement ceux des grandes cultures, que leur bon Ministre de tutelle n’était pas sourd, qu’il prenait en compte leurs revendications.

 

Le Hulot, lui, campant sur son Olympe ne pouvait que se mettre en travers, si je puis dire, des irresponsables demandes de son collègue de la rue de Varenne.

 

Rappelons au bon peuple que le 9 février, le directeur général de l'ONG environnementale WWF, Pascal Canfin, posait au candidat d'En marche une  question très précise sur les néonicotinoïdes :

 

  • Est-ce que vous revenez sur la règle actuelle, c’est-à-dire l’interdiction en 2020 ?
  • Non, répondait Emmanuel Macron.
  • Est-ce que vous la confirmez ? relançait Pascal Canfin.
  • Oui, assurait le futur président de la République.

 

Sauf à ce que brave Travers eut des intentions suicidaires je ne le vois pas mettre en doute la parole présidentielle, il a simplement joué son rôle de « Ministre des agriculteurs » en marchant sur des œufs.

 

Nos chers journalistes, pour la plupart ignorants du cambouis de l’interministérielle sont tombés dans le panneau. Il va falloir qu’ils se penchent d’un peu plus près sur le pragmatisme macronien.

 

Pour ce faire il leur faudra se faire envoyer par des gorges profondes des bleus de Matignon, qui ne sont pas une variété de patates ou un fromage persillé mais le marbre de la décision interministérielle.

 

Dans le jargon administratif, le bleu de Matignon est le document qui rend compte de l'arbitrage du Premier ministre rendu à l'issue d'une réunion interministérielle. Le bleu est le symbole de l'autorité d'un chef de gouvernement. C'est son sceau. C'est également ce qui marque sa capacité à trancher. Une fois publié, plus rien ne peut le changer. La décision du Premier ministre s'impose à tous: aux ministres, à leurs cabinets, aux directeurs d'administrations centrales. C'est une incarnation du pouvoir.

 

Concrètement, en cas de désaccords, et ils sont fréquents, entre Ministres, le cabinet du Premier Ministre convoque les cabinets des Ministres concernés à une réunion dans une soupente de Matignon. Selon l’importance du sujet, ce sont des conseillers techniques ou le directeur de cabinet en personne, entourés des spécialistes de leur administration qui s’y rendent. Un membre du cabinet du Premier Ministre préside la réunion. Chacun expose son bout de gras, ferraille, défend son point-de-vue, le verbatim de la réunion est tenu par un membre du Secrétariat Général du Gouvernement, instance méconnue, non politique, qui est au cœur du fonctionnement du gouvernement.

 

Suite à cette réunion, le cabinet du Premier Ministre présente à celui-ci, ou à son directeur de cabinet, la proposition d’arbitrage qui, une fois entérinée par le Premier Ministre fera l’objet du fameux bleu de Matignon.

 

Entre les mains du SGG, toujours dans sa relation directe avec le Premier ministre et les membres de son cabinet, figure un instrument déterminant : le monopole du bleu. Ainsi exprimée, l’expression a de quoi surprendre. Elle fait référence à la couleur du papier sur lequel sont présentés et diffusés les relevés de décision. « Bleuir » est donc devenu une expression courante. Elle est celle de l’authentification.

 

 

Rien n’existe, rien n’est définitif, qui n’ait été « bleui ». Même un accord formel et personnel entre des ministres et leur chef ne produira d’effets qu’une fois enregistré sous cette forme. C’est dire le pouvoir qui s’attache à ce monopole que Matignon détient seul, et dont le SGG est le lieu d’exercice.

 

Lire LES NOUVEAUX BLEUS DE MATIGNON

 

Serge Lasvignes , Secrétaire général du Gouvernement ICI

 

 

GUY CARCASSONNE CE QUE FAIT MATIGNON ICI

 

Repost 0
Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article
26 juin 2017 1 26 /06 /juin /2017 06:00
Le cornouiller mâle (Cornus mas)

Le cornouiller mâle (Cornus mas)

Je suis né dans un pays de haies, de buissons profonds enserrant terres labourées et pâtis, bordant des chemins creux sur lesquels nous esquintions nos bicyclettes.

 

La haie, les buissons surtout, car la haie dans nos temps moderne est disciplinée, sont le paradis des ronces. La ronce est un arbuste fruitier de la famille des Rosacées. Ce buisson épineux croît très rapidement, s’étale sur des mètres et des mètres en peu de temps, de plus, ce fruitier est résistant au froid. En été, de délicieuses baies comestibles, les mûres, viendront colorer ce buisson.

 

Les mûres, lorsque nous étions gamins, lors de nos vagabondages nous désoiffaient tout en barbouillant nos lèvres de noir. Accessoirement elles nous permettaient de masquer le goût du tabac de nos P4 que nous fumions en cachette.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour les parigots têtes de veaux, lorsqu’ils pointent leurs museaux au-delà du périphérique, trouver les bons coins, où les ronces croulent sous le poids des mûres, pour les ramasser par seaux entier afin d’en faire des confitures, des tartes… c’est de l’ordre du possible.

 

Ils peuvent aussi succomber à la tentation de toutes les manger sur place ! Ça les changera de celles qu’ils peuvent acheter sur les marchés, issues de croisements et de sélections, aboutissant à des fruits plus gros et moins acides.

 

Parmi ces sélections, citons la «Black Diamond», la «Dirksen» arrivant à maturité fin Juillet, la «Jumbo» ou encore la «Perle Noire». La «Loganberry» est née des amours d’un roncier et d’un framboisier, dans le jardin du juge Logan en 1881.

 

La mûre sauvage, petite, juteuse, parfumée et acidulée, «Rubus fruticosus», est un fruit rouge puis noir à maturité, sœur de la framboise, elle se trouve aussi dans la mythologie grecque, elle serait née du sang versé par les Titans lors de leurs guerres contre les dieux. Dans la Bible, on trouve aussi de nombreuses références à la mûre.

 

Pascal Garbe, dans Tout se mange dans mon jardin, évoque la haie gourmande qui serait une extension des buissons de mon enfance sous une forme domestiquée sans pour autant lui ôter son côté sauvage et proliférant.

 

Il avait dans son jardin une haie composée de cornouillers mâles (Cornus mas) derrière laquelle des framboisiers s’étaient installés et se faufilaient au milieu des cornouillers. Tel est le principe de la haie gourmande, laisser ronces, amélanchiers, framboisiers, cassissier, groseillier, cornouiller, argousier se mélanger dans un beau fouillis.

 

L’été il pouvait aller picorer quelques fruits qui mûrissent çà et là mais quand venait l’automne il lui fallait tout de même jouer du sécateur afin d’éviter qu’une espèce prenne le dessus sur les autres.

 

Avec l’agriculture urbaine que je pratique avec l’association Veni Verdi, sur nos toits nous pouvons laisser des buissons gourmands se développer.

 

Amélanchier

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Venu d'Amérique du Nord, l'amélanchier est un merveilleux arbuste qui se couvre en avril-mai d'une neige de fleurs étoilées. L'été le pare de baies aussi savoureuses que décoratives et l'automne est son plus beau spectacle, flamboiement de cuivre et de pourpre.

 

En avril-mai apparaissent les petites fleurs étoilées, blanc pur ou teintées de rose. Chez certaines variétés, elles dégageant un parfum assez doux, légèrement vanillé.

 

Après la floraison printanière, l'arbuste se couvre de petites baies sucrées et riches en vitamine C, les amélanches. Elles feront en été les délices des oiseaux et des petits mammifères … sauf si, plus rapide, vous les cueillez pour en faire de délicieuses tartes ou confitures.

 

Cornouiller

 

Le cornus ou cornouiller est un arbuste à développement rapide, mais dont les feuilles sont caduques. Les fleurs souvent étoilées blanc clair sont parfumées, mais certaines espèces ont des fleurs jaunes ou roses.

 

Apparaissant de juillet à octobre, les fruits du cornouiller sont de minuscules baies globuleuses comprenant des graines oléagineuses. Ils passent d'une couleur blanc crème, bleuté, rouge ou noir lors de la maturité. Les feuilles ondulées et à nervures sont opposées. De couleur gris vert, le revers des feuilles vire au rouge orangé, offrant de somptueuses et chatoyantes couleurs pendant l'automne.

 

Certains cornouillers ont des fruits comestibles qui peuvent servir en cuisine pour obtenir de la confiture à l'aide des fruits acides dont le goût rappelle celui de la cerise, mais d'autres arbres produisent des baies qui peuvent provoquer de légers troubles digestifs. Les abeilles butinent ses fleurs qui apparaissent juste à la fin de l'hiver et les oiseaux se régalent, un peu plus tard, des fruits sucrés.

 

Argousier

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avec son feuillage léger et ses fruits colorés et comestibles, l’argousier est décoratif une bonne partie de l’année. Très résistant, il est adapté aux conditions les plus difficiles et devient vite très beau sans soin particulier.

 

L'argousier, un arbuste qui pousse partout ou presque.

 

L’argousier (Hippophae rhamnoides) – à ne pas confondre avec l'arbousier- encore appelé saule épineux ou argousier faux nerprun, est un arbuste de 3 à 5 m de haut de la famille des Eléagnacées. Il pousse spontanément dans les zones tempérées ou subtropicales d’Europe et d’Asie où on le rencontre aussi bien dans les zones montagneuses, que sur les dunes littorales.

 

C’est un arbuste très ramifié au port dense et un peu évasé dont les rameaux gris très épineux portent des feuilles étroites et allongées au revers gris argenté qui sont assez semblables à celles du saule.

 

De petites fleurs jaunes qui éclosent en avril ou en mai avant la sortie des feuilles donnent des baies rouge orangé uniquement sur les sujets femelles car l’argousier est dioïque.

 

Les fruits, très nombreux, sont groupés le long des rameaux. Ils apparaissent en septembre mais sont surtout visibles après la chute des feuilles. Ils constituent un bel ornement tout l’hiver si ne vous ne les récoltez pas pour en faire des confitures, des compotes ou des jus très riches en vitamine C.

 

Le framboisier, cassissier, groseillier, sont plus connus de vous alors je ne prends pas la peine de vous faire un petit topo sur eux.

Repost 0
Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article
25 juin 2017 7 25 /06 /juin /2017 08:00
CHAP.19, temps suspendu, depuis le début de sa résistible ascension Emmanuel Macron a « le cul bordé de nouilles »

Dieu que c’est élégant me direz-vous mais, entre nous soit dit, la vulgarité se niche bien plus dans les façons d’être que dans les mots, surtout dans les mots du populo.

 

Qui peut contester que notre nouveau Président n’ait pas de bol, du pot, de la veine, du cul pour revenir au langage populaire, mais que viennent faire les nouilles dans cette expression appliquée à une personne bénéficiant d’une chance insolente ?

 

La nouille, en argot, c’est l’attribut viril des mâles, et dans l’argot des prisons, un détenu qui a le cul bordé de nouilles est celui qui a le plus d’avantage.

 

Dans notre belle langue faubourienne, les expressions désignant les chanceux et chanceuses sont légion... et généralement toutes situées au-dessous de la ceinture avoir de la chatte, avoir de la moule, avoir une veine de cocu ou une veine de pendu, en l'occurrence, ce n'est pas le pendu qui a de la chance, mais la corde avec laquelle il a été pendu qui serait un porte-bonheur, selon une croyance populaire.

 

Ça énerve notre leader maximo, lui qui rame depuis des décennies pour atteindre les sommets, lui qui a dû passer des années dans le mouroir du Sénat, subir l’horreur de la bannière étoilée au Parlement Européen, lui qui n’a pu accrocher à son CV qu’un minable maroquin de secrétaire d’État, lui qui a échoué à la pire des place : la quatrième, lui qui va passer le cap des 65 balais alors que le Macron va sauter la quarantaine à cloche-pied.

 

L’horreur absolue !

 

Notre Mélenchon, héraut auto-proclamé du peuple, les gens comme il dit, est le mètre-étalon de la vulgarité surjouée que l’on devrait déposer au Pavillon de Sèvres. Il y a chez lui du Georges Marchais, une faculté de masquer son passé de pur apparatchik, pensez-donc il lui a fallu attendre ses 65 ans pour être élu au suffrage universel sous nom, sous une logorrhée populiste, flatteuse pour ses seuls thuriféraires.

 

Il ne recule devant rien sous les roucoulements de ses disciples, dernier exploit en date, sa sortie sur Cédric Villani, nouveau député du mouvement de Macron :

 

« J'ai vu le matheux, je vais lui expliquer le contrat de travail »

 

Cédric Villani (@VillaniCedric) l’a de suite taclé :

Cher @JLMelenchon, Directeur de l'IHP, j'en ai vu des contrats de travail... mais c'est tjs un plaisir de recevoir des cours particuliers !

 

La toile a pris le parti de Villani

Padre_Pio (@Padre_Pio):

"Le matheux". 😐😐😐

Prix Fermat et médaille Fields.

Et Albert Camus, c'est le mec qui se débrouille en rédac'?

 

Clémentine Autain, nouvelle députée de la France insoumise déclare ne pas avoir compris la polémique. Elle développe :

 

Monsieur Villani... Il y a des polémiques qui prennent comme ça des proportions surréalistes. J'entends qu'il y a une polémique et j'ai déjà mis un petit peu de temps à comprendre. Une fois que j'ai bien démêlé quel était le sujet, j'en ai parlé avec Jean-Luc Mélenchon, il est meurtri à l'idée qu'on pourrait imaginer qu'il aurait le moindre mépris pour lui, un fort en maths, très fort, exceptionnel en maths. Il n'y a aucun mépris de la sorte. En revanche, j'ai entendu Monsieur Villani nous expliquer que sur la loi Travail il n'avait pas encore de point de vue. Je peux vous dire que si j'étais dans la majorité parlementaire qui soutient le gouvernement, je pense quand même que j'aurais une petite idée de ce que je vote.

 

Passons, tout cela n’est que gesticulation politicienne !

 

Revenons à Macron, et à son insolente chance, pour souligner que son étonnant parcours, et surtout le résultat, c’est-à-dire l’immense champ de bataille où gisent les victimes de son blitzkrieg. En faisant ce constat je ne verse pas dans une quelconque macronmania, je me contente de faire un constat. Il a renversé la table, envoyé au tapis les tenants de l’ancienne donne, les battus comme les spécialistes de la chose politique ont toujours un coup de retard. Ils ne comprennent rien au film.

 

Jusqu’à quand ?

 

Là n’est pas encore la question, décortiquons le présent.

 

De l'angoisse des journalistes politiques qui sont (eux aussi) noyés par la vague Macron

 

Claude Askolovitch, prototype même du journaliste à la française, vivant en concubinage notoire avec la gente politique, mais qui ne s’en cache pas, l’assume, observe avec la gourmandise de ceux qui aiment l’excès, les soubresauts du vieux monde, face à Macron, qui ne va pas s’effondrer si facilement…

 

Il est une pièce majestueuse dans le palais médiatique, qui le lundi 12 juin sentait le fantôme et c’en était poignant. Avant neuf heures, depuis que le monde est monde et la politique se calfeutre de mots, l’interview politique, déclinée de chaîne en station, est l’instant stratégique des pouvoirs, où les importants donneront le ton du jour et de l’époque, et comment le rater ? Ce lundi 12 juin, de chaîne en station, défilait un monde aboli, et qu’on l’invita encore semblait une cruauté crépusculaire. Le macronisme se déversait sur la législative comme une flaque fraîche de renouveau, mais seuls ou presque s’exprimaient des réchappés de l’ordre ancien, leur vie derrière eux, leur carrière en suspens, leurs mots, leurs codes, leur dignité balayée par l’inimaginable. Que faisaient-ils encore à cette heure, et que leur demander ?

 

Jean-Michel Aphatie, sur France Info, interrogeait Nathalie Kosciusko-Morizet sur l’abstention, comme si cette femme qui avait longtemps figuré l’espérance d’une droite moderne pouvait encore nous indiquer le chemin. Elle était douce, condamnée par avance dans sa circonscription parisienne, décrivait un renouvellement dont elle ne serait pas, niait en riant qu’elle put se perdre dans l’aigreur, ne savait plus si elle était dimanche soir ou lundi matin et puis lançait son message comme une bouée, « est-ce que voulez-vous qu'il y ait encore quelques voix libres et indépendantes à l’Assemblée nationale » demandait-elle. C’était horrible. Sur France Inter, Léa Salamé recevait Brice Hortefeux. Qui donc ? Il avait été un blazer bleu rieur et de droite au-dessous d’une figure rose et déplumée, installé à l’Intérieur sous un président nommé Sarkozy. Il trouvait que l’on votait trop dans ce pays et cela expliquait l’abstention. « Appartenez-vous au monde ancien ? », interrogeait la cruelle Salamé, et la question aurait pu clore la journée. Sur BFM, Jean-Jacques Bourdin interrogeait Xavier Bertrand, et on comprenait que c’eut été important, puisque Bertrand serait peut-être président de la République un jour, quand la droite reviendrait à l’Élysée, si seulement il la dirigeait alors, mais il ne voulait pas déclarer ce matin sa candidature à la présidence des Républicains. Bon. On s’en moquait un peu. On se moquait de tous ces gens, en somme, qui ne gouvernaient pas, ne gouverneraient plus, pas de sitôt, ne pouvaient rien pour nous, puisque les électeurs n’avaient rien fait pour eux. La vie était ailleurs, En Marche était partout, sauf sur nos ondes. C’était la journée de trop du monde ancien. Le journalisme avait décroché. Il s’accrochait à ses habitudes, et traitait avec déférence ces personnages dont la défaite le laissait démuni. Il les prolongeait. Les autres, nous ne les connaissions pas.

 

À la mi-journée, je vis sur Twitter une apostrophe rieuse. « #Astuce Les futurs députés n'étant pas très connus des journalistes politiques, changeons aussi les journalistes politiques et éditorialistes », twittait la patronne du Bondy Blog, Nassira El Moadem, et comment lui donner tort ? Il n’y avait rien, dans ce que nous montrions, qui éclairait la nouveauté du jour. Nous étions vieux. Macron avait fait sans nous. Ses troupes prenaient le contrôle de l’Assemblée. On nous en annonçait quatre-cent, plus encore… Ils étaient dorénavant le pouvoir, disons la réalité de sa représentation, ils feraient nos lois, ils s’étaient imposés par la grâce de leur parrain, par la tenue de leur marche, sur des comptes Facebook, des vidéos Youtube, des réunions où nous n’étions pas. Nous ne savions rien de nos nouveaux maîtres. Nous parlions des anciens. Encore une petite minute, monsieur le bourreau ?

 

La suite ICI

 

Même si je n’étais qu’un gamin le deuxième tour des élections législatives de novembre 1958, j’ai le souvenir que dans ma vieille Vendée, les élus Indépendants et Paysans, le parti des maîtres, furent balayés comme des fétus de paille par des inconnus étiquetés gaullistes.

 

Y compris, Boux de Casson qui bravache déclarait qu’il pourrait présenter son âne en ses lieux et place ; ça renvoie à cette petite ordure de Zemmour qui balance la même vanne à Aurore Berger, jeune élue macroniste, en parlant de chèvre, vieille homothétie avec notre Mélenchon qui déclarait que face à MLP une chèvre aurait élu.

 

Un mois avant les élections, le Conseil des ministres décide de substituer au scrutin proportionnel le scrutin uninominal majoritaire à deux tours censé créer des majorités stables. La campagne électorale voit toutes les grandes formations politiques se réclamer du gaullisme, depuis la SFIO jusqu'à l’Union pour la Nouvelle République, créée à la veille des élections pour rassembler les gaullistes. En face, le parti communiste et les candidats de l'Union des forces démocratiques ont du mal à faire entendre leur voix.

 

Le paysage politique français sort transformé de ces élections. En premier lieu, on est frappé par l'importance de l'abstention (23%) qui révèle que les Français demeurent méfiants envers les partis politiques, alors qu'ils font une large confiance au général de Gaulle. Le deuxième fait marquant est la défaite du Parti communiste qui, avec 10 députés (contre 150 en 1956), apparaît comme le grand perdant de la nouvelle loi électorale. Les partis qui s'étaient identifiés à la IVe République (MRP, SFIO, radicaux) le paient cher, comme le montre l'hécatombe des sortants : sur les 475 élus de 1956 qui se représentent, 334 sont battus et parmi eux Pierre Mendès France, Edgar Faure, Gaston Defferre, François Mitterrand. En revanche, les grands vainqueurs sont les gaullistes (198) et les modérés (133).

 

Qui peut nier que nous ne retrouvons pas dans un cas de figure identique ?

 

Ce qui ne signifie pas pour autant que l’Histoire va se répéter mais, ce Macron, réduit par ses adversaires à un petit banquier aux dents longues, a chaussé les bottes de 7 lieux du général pour se dresser une stature sur la scène internationale.

 

Pour l’heure il a réussi, et ce crédit qui a permis à ses troupes immatures de tout balayer, d’être majorité à l’assemblée nationale, relève bien d’une stratégie gaullienne.

 

Son offensive, à la veille de son premier Conseil Européen en est la preuve :

 

Emmanuel Macron: «L’Europe n’est pas un supermarché. L’Europe est un destin commun»

 

«Le Temps» a fait partie du groupe de huit journaux européens conviés par Emmanuel Macron à l'Elysée, pour son premier entretien comme président. Il s'exprime sur l'Europe et la diplomatie française revisitée, à la veille de son premier sommet européen ce jeudi à Bruxelles.

 

Sur l’organisation de cette interview: A l’Elysée, un président côté jardin

 

Deux jours après la nette victoire de «La République en marche» aux législatives du 18 juin, la politique intérieure n'a pas été évoquée. Tout le reste, en revanche, était à l'agenda. Y compris la candidature parisienne aux JO 2024, que le président français viendra défendre en personne à Lausanne devant la commission d'évaluation du CIO, le 11 juillet prochain.

 

Le Soir était aussi du lot voici son analyse :

 

Le pari mégalo mais surtout bluffant d’Emmanuel Macron

 

Alors qu’il participera ce jeudi à son premier sommet européen de chefs d’Etats et de gouvernement à Bruxelles, le locataire de l’Elysée n’a voulu expressément parler que d’Europe et de diplomatie. Pas un mot de politique française.

 

Le décalage est spectaculaire mais 100 % assumé. Nous avons été reçus mardi à l’Elysée alors que la ministre des Armées Sylvie Goulard venait tout juste de démissionner, anticipant un remaniement plus large qui verrait le lendemain les deux autres ministres du Modem affaiblis par les affaires, celui de la Justice François Bayrou et celle des Affaires européennes, Marielle de Sarnez, prendre le large. Mais d’une sérénité absolue, Emmanuel Macron a disserté dans les jardins de l’Elysée pendant près d’une heure et demie sur les grandes affaires de ce monde.

 

La séquence illustre de manière saisissante la présidence qu’il veut incarner. Bien sûr, il est au cœur du remaniement et rien de la situation politique intérieure n’échappe à son contrôle. Il a été le grand ordonnateur de cette année électorale folle dont s’achève la dernière séquence. Mais il ne sera ni ce président de l’anecdote qu’a fini par devenir François Hollande, commentant sa propre action, ni cet hyperprésident débordant d’énergie tempétueuse parfois incontrôlée qu’était Nicolas Sarkozy. Gaullien, Emmanuel Macron entend rien moins que se hisser au-dessus des partis et pour tout dire au-dessus même de la France pour guider l’Europe et pourquoi pas le monde vers un futur plus désirable.

 

De la crise des démocraties occidentales aux déséquilibres et aux inégalités qui ont plongé la planète dans une instabilité historique, du terrorisme dont les causes profondes relèvent notamment à ses yeux de nos propres erreurs, Emmanuel Macron dresse le portrait d’une Europe et d’un monde auxquels il veut redonner du sens. Il se battra pour une Europe «qui protège» , et qu’il ne faudra pas confondre avec l’Europe protectionniste des souverainistes. Au contraire : il veut une Europe qui refonde son bien commun : un alliage unique entre la liberté, la démocratie et le progrès social.

 

Après un gros mois à peine passé à l’Elysée, le président français se sent prêt à abattre des murs. A ramener Donald Trump à la raison sur le climat. A conduire Vladimir Poutine à une solution politique sur la Syrie. Rien que ça. Titanesque rôle que s’est assigné un président de 39 ans surgi de «nulle part».

 

On peut juger le pari mégalo. Il est surtout bluffant. Dans un monde sclérosé et pétri d’inquiétudes, Emmanuel Macron fait souffler un vent nouveau. En Mai 68, il était interdit d’interdire. Cinquante ans plus tard, on pourrait paraphraser. Il est interdit de ne pas au moins essayer.

 

Revenons à l’interview

Le Temps: Vous venez d’acquérir une légitimité nouvelle après la victoire de «La République en marche» aux élections législatives. C'est un atout au service de votre leadership en Europe?

 

Emmanuel Macron: Le leadership ne se décrète pas. Il se construit en entraînant d’autres pays, d’autres acteurs et il est constaté au vu des résultats qu’on obtient. Il serait présomptueux de dire dès à présent que la France exerce un nouveau leadership européen. La vraie question est celle de l’objectif de notre action. Et le point de départ, c’est la crise que traversent les démocraties occidentales qui se sont construites au 18ème siècle sur un équilibre inédit entre la défense des libertés individuelles, la démocratie politique et la mise en place des économies de marché.

 

Un cycle vertueux a permis aux libertés individuelles d’être reconnues, au progrès social de se développer et aux classes moyennes d’avoir une perspective de progrès. Depuis la fin des Trente Glorieuses, le doute s’est installé. La France en a fait la cruelle expérience, elle qui avait sans doute le modèle social le plus élaboré. Quand nous regardons la planète aujourd’hui, que voyons-nous? Une montée des démocraties illibérales [c'est-à-dire dire contraires au libéralisme, ndlr] et des extrêmes en Europe, la réémergence de régimes autoritaires qui mettent en cause la vitalité démocratique et des Etats-Unis d’Amérique qui se retirent en partie du monde.

 

La question première n’est donc pas de savoir s’il y a ou non un leadership français, de savoir si nous bombons le torse plus fort que les autres. Elle est d’abord de savoir comment défendre notre bien commun à tous, c’est-à-dire la liberté et la démocratie, la capacité des individus et de nos sociétés à être autonomes, à rester libres, à assurer la justice sociale et à préserver notre planète à travers le climat. Sans ces biens communs, il n’y a pas d’avenir souhaitable ni durable. Notre défi est de savoir comment nous allons gagner cette bataille dont l’Europe, j’en suis convaincu, porte la responsabilité. Pourquoi? Parce que la démocratie est née sur ce continent. Les Etats-Unis d’Amérique aiment autant que nous la liberté. Mais ils n’ont pas notre goût pour la justice. L’Europe est le seul endroit au monde où les libertés individuelles, l’esprit de démocratie et la justice sociale se sont mariés à ce point. Va-t-elle réussir à défendre ses valeurs profondes, dont elle a irrigué le monde pendant des décennies ou va-t-elle s’effacer devant la montée des démocraties illibérales et des régimes autoritaires? Telle est la question.

 

  • Qu’est-il possible de faire concrètement pour relancer l’Europe? Quel est votre projet pour refonder la zone euro? Comment convaincre les Allemands du bien fondé de votre projet?

 

  • Si nous n’avons pas conscience du défi qui est le nôtre, nous pouvons continuer à passer des nuits entières à nous interroger sur l’endroit où se trouvera la prochaine agence européenne ou la manière dont sera dépensé tel ou tel budget… Nous nous placerions alors hors de l’histoire. Je n’ai pas fait ce choix. Angela Merkel non plus. La question est de savoir comment nous arriverons à restaurer une dynamique, une capacité à entraîner. La France n’aura aucune capacité motrice si elle ne porte pas un discours clair et un regard lucide sur le monde. Mais elle ne l’aura pas non plus si elle ne renforce pas son économie et sa société. C’est pourquoi j’ai demandé au gouvernement d’enclencher les réformes fondamentales qui sont indispensables pour la France. Notre crédibilité, notre efficacité, notre force sont en jeu. Mais la force de quelques-uns ne peut pas se nourrir longtemps de la faiblesse des autres. L’Allemagne, qui s’est réformée il y a une quinzaine d’années, constate aujourd’hui que cette situation n’est pas viable. Mon souhait est donc que nous puissions construire une force commune. Ma méthode pour le couple franco-allemand, est celle d’une alliance de confiance. Je souhaite que nous revenions à l’esprit de coopération qui existait jadis entre François Mitterrand et Helmut Kohl. On ne se rend pas à un conseil européen sans avoir de position commune. Cela ne veut pas dire que nous sommes d’accord sur tout. Mais que nous ne voulons pas perdre de temps à demander aux autres d’arbitrer nos désaccords.

 

  • Cette Europe-là doit continuer à protéger?

 

Oui, parce que dans toutes nos sociétés les classes moyennes se sont mises à douter. Elles ont l’impression que l’Europe se fait malgré elles. Cette Europe-là se tire elle-même vers le bas. Il faut créer une Europe qui protège en se dotant d’une vraie politique de défense et de sécurité commune. Il faut être plus efficace face aux grandes migrations en réformant profondément le système de protection de nos frontières, la politique migratoire et le droit d’asile. Le système actuel fait porter à quelques-uns toute la charge et ne pourra pas résister aux prochaines vagues migratoires. C’est la première étape. Il ne peut pas y avoir d’approfondissement institutionnel tant que nous n’aurons pas restauré la cohérence de l’Europe. Si nous voulons passer ensuite passer à l’étape suivante, il faut au sein de la zone euro avoir une intégration plus forte. D'où l’idée, que je défends avec vigueur, d’un budget de la zone euro, doté d’une gouvernance démocratique. C’est le seul moyen de recréer un mouvement de convergence entre nos économies et nos pays. Si on ne fait pas ça, on affaiblira la zone euro. Il faut pouvoir articuler le pilier de la responsabilité et celui de la solidarité. Mon sentiment est que l’Allemagne n’est pas bloquée là-dessus.

 

  • Vous pensez que les Allemands sont prêts eux aussi à changer?

 

J’en suis persuadé. En matière de sécurité et de défense, la chancelière allemande a fait bouger les choses profondément. Elle est revenue sur des tabous profonds hérités de la Seconde Guerre Mondiale. L’Allemagne va dépenser plus que la France en matière de défense dans les années à venir. Qui l’eut cru ? Mais l’Allemagne est lucide sur les limites d’une action qui ne soit pas pleinement européenne, notamment en matière d’intervention militaire. Elle sait que notre destin est redevenu tragique. Elle a besoin de la France pour se protéger, pour protéger l’Europe et assurer notre sécurité commune. Je crois par ailleurs que les dynamiques que j’évoque traversent aussi la société allemande. Notre devoir en tant que dirigeants est d’en faire la pédagogie. Les égoïsmes nationaux sont des poisons lents qui entretiennent l’affaiblissement de nos démocraties et notre incapacité collective à relever le défi historique qui est le nôtre. Je sais que la chancelière en a conscience.

 

  • L’Europe se présente aujourd’hui en ordre dispersé. La division entre l’est et l’ouest est réapparue. Comment gérer une Europe aussi divisée?

 

Je ne crois pas à ce conflit entre l’est et l’ouest de l’Europe. Il y a des tensions car nos imaginaires et notre histoire récente ne sont pas les mêmes. Je n’oublierai jamais cette phrase de Bronislaw Geremek, que j’avais rencontré il y a une vingtaine d’années au moment de l’élargissement européen: «L’Europe ne mesure pas tout ce qu’elle nous doit». Pour sa génération, attachée à l’Europe des Lumières, l’Europe occidentale avait trahi en laissant s'ériger le mur et le continent se diviser. Quand j’entends aujourd’hui certains dirigeants européens, ils trahissent deux fois. Ils décident d’abandonner les principes, de tourner le dos à l’Europe, d’avoir une approche cynique de l’Union qui servirait à dépenser les crédits sans respecter les valeurs. L’Europe n’est pas un supermarché. L’Europe est un destin commun. Elle s’affaiblit quand elle accepte qu’on rejette ses principes. Les pays d’Europe qui ne respectent pas les règles doivent en tirer toutes les conséquences politiques. Et ce n’est pas uniquement un débat est-ouest. Je parlerai avec tout le monde et avec respect, mais je ne transigerai pas sur les principes de l’Europe, sur la solidarité et sur les valeurs démocratiques. Si l’Europe accepte cela, c’est qu’elle est faible et qu’elle a déjà disparu. Ce n’est pas mon choix.

 

  • Le dialogue, mais pas de sanctions?

 

Le dialogue, mais il doit être suivi de décisions concrètes. Je souhaite que tout le monde ait à l’esprit la responsabilité historique qui est celle des Européens. Nous devons promouvoir une Europe qui aille vers un mieux-être économique et social. L’objectif d’une Europe qui protège doit aussi s’imposer dans le domaine économique et social. En raisonnant comme on le fait sur le travail détaché depuis des années, on prend l’Europe à l’envers. Il ne faut pas s’y tromper. Les grands défenseurs de cette Europe ultralibérale et déséquilibrée, au Royaume-Uni, se sont fracassés dessus. Sur quoi le Brexit s’est-il joué? Sur les travailleurs d’Europe de l’Est qui venaient occuper les emplois britanniques. Les défenseurs de l’Europe ont perdu car les classes moyennes britanniques ont dit stop! Le souffle chaud des extrêmes se nourrit de ces déséquilibres. On ne peut pas continuer à faire l’Europe dans des bureaux, à laisser les choses se déliter. Le travail détaché conduit à des situations ridicules. Vous pensez que je peux expliquer aux classes moyennes françaises que des entreprises ferment en France pour aller en Pologne car c’est moins cher et que chez nous les entreprises de BTP embauchent des Polonais car ils sont payés moins chers? Ce système ne marche pas droit.

 

  • Quel modèle pour la future relation entre le Royaume Uni et l’Union Européenne? La porte est-elle ouverte à une marche arrière?

 

La porte est ouverte jusqu’au moment où on la franchit. Ce n’est pas à moi de dire qu’elle est fermée. Mais à partir du moment où les choses s’engagent avec un calendrier et un objectif, il est très difficile de revenir en arrière, il ne faut pas se mentir. Je souhaite que la discussion qui vient de s’engager soit parfaitement coordonnée au niveau européen. Je ne veux pas de discussions bilatérales car il faut préserver l’intérêt de l’UE à court, moyen et long terme. La France compte en revanche poursuivre et renforcer sa forte relation en matière de défense et de sécurité avec le Royaume-Uni. Le traité de Lancaster House reste le cadre de cette coopération. Nous allons aussi davantage coopérer en matière de sécurité et de lutte contre le terrorisme. Nous avons déjà arrêté un plan d’action commun en matière de lutte contre la radicalisation sur internet. Car nos destins sont liés: les filières terroristes ne connaissent pas les frontières de l’Europe. Enfin, en matière de migration, je souhaite que l’on fasse évoluer notre coopération. Il faut absolument éviter la création de nouveaux abcès de fixation que sont les camps de migrants. C’est le pragmatisme qui régira nos relations.

 

  • Faut-il remettre à plat l’espace Schengen, dont la Suisse fait partie ? Faut-il forcer les pays qui refusent les migrants de les accepter?

 

  • Je suis attaché à l’espace Schengen qui permet la libre-circulation des personnes au sein de l’Union européenne, et qui est des éléments constitutifs de notre citoyenneté européenne. Si nous voulons garantir cette libre circulation, il faut renforcer les contrôles aux frontières extérieures de l’Union européenne. Je souhaite que nous donnions rapidement tous les moyens nécessaires à l’Agence européenne des gardes-frontières et des gardes –côtes pour gérer notamment les crises à ces frontières.

 

Il y a ensuite la question des réfugiés. Les réfugiés sont des gens qui demandent l’asile dans notre pays. Nous parlons de femmes et d’hommes qui risquent leur vie dans leur pays, qui la risquent pour venir jusqu’à nous, qui fuient des pays en guerre. Nous leur devons hospitalité et humanité. Le problème est que dans de nombreux pays, dont la France, l’instruction de la demande d’asile prend trop de temps entre le dépôt, l’enregistrement, l’instruction des dossiers, sans parler des délais induits par la complexité administrative et les recours devant différentes juridictions. Toutes ces procédures peuvent durer jusqu’à deux ans. Or, pendant cette période, on ne peut pas vivre de manière transitoire dans un pays. On s’installe, on tisse des liens familiaux… On voit donc que face à cette pression migratoire le système actuel n’est plus satisfaisant.

 

J’ai donc demandé une réforme en profondeur du système d’asile en France, pour le déconcentrer et pour accélérer considérablement les délais d’instruction des demandes d’asile. L’objectif est que nous divisions ces délais moyens par deux, en passant à six mois toutes procédures comprises.

 

Il y a ensuite les migrants qui ne relèvent pas de l’asile, qui n’ont donc pas vocation à s’établir en France, et dont il faut régler la situation conformément à notre droit avec humanité, et dans le cadre d’une plus grande coopération internationale. Il faudra assurer l’effectivité de leur reconduite à la frontière et travailler étroitement avec les Etats d’où sont originaires ces personnes, avec les pays de transit, et lutter plus efficacement contre les filières mafieuses qui exploitent la détresse humaine. Sur toutes ces questions, je suis favorable à des réformes en profondeur qui permettent d’avoir une même philosophie européenne. Il faut notamment remédier à la situation ubuesque que qu’on observe avec «les dublinés», ces personnes qui passent d’un pays à l’autre en espérant enfin obtenir l’asile.

 

  • Après le Brexit et l’élection de Trump, votre élection donne-t-elle un coup d’arrêt aux populismes en Europe ? Le modèle macron est-il exportable ailleurs?

 

  • Je me méfie du terme populisme car il a plusieurs colorations. Beaucoup, à droite et à gauche, m’ont dit que j’étais populiste. Quand les partis sont fatigués, on s’étonne qu’on puisse parler au peuple! Si c’est ça être populiste, ce n’est pas un mal. Moi je ne crois pas dans la démagogie, qui consiste à flatter un peuple pour lui dire ce qu’il attend, lui parler de ses peurs. Je n’ai pas l’arrogance de penser que mon élection marque un coup d’arrêt. Les Français ont toujours été comme ça: au moment où on ne les attend pas, il y a un sursaut. La France n’est pas un pays qu’on réforme, c’est un pays qui se transforme, un pays de révolution. Donc aussi longtemps qu’il est possible de ne pas réformer, les Français ne le font pas. Là, ils ont vu qu’ils étaient au bord du précipice et ils ont réagi. Mon élection, comme la majorité obtenue à l’Assemblée, ne sont pas un coup d’arrêt: elles sont un début exigeant. Le début d’une renaissance française et je l’espère européenne. Une renaissance qui permettra de repenser les grands équilibres nationaux, européens, internationaux, de retrouver une ambition, une capacité à regarder les choses en face, à ne pas jouer sur les peurs mais à les transformer en énergie. Car les peurs sont là et donc ce qui divise les sociétés demeure. Il n’y a pas de recette miracle, c’est un combat de chaque jour. J’ai parié sur l’intelligence des Françaises et des Français. Je ne les ai pas flattés mais j’ai parlé à leur intelligence. Ce qui épuise les démocraties, ce sont les responsables politiques qui pensent que leurs concitoyens sont bêtes. En jouant avec démagogie de leurs peurs, de leurs contrariétés et en s’appuyant sur leurs réflexes. La crise de l’imaginaire occidental est un défi immense et ce n’est pas une personne qui le changera. Mais j’ai la volonté de retrouver le fil de l’histoire et l’énergie du peuple européen. Pour endiguer la montée des extrêmes et la démagogie. Car c’est ça, le combat de civilisation.

 

  • Comment gérer le risque que représente Donald Trump?

 

Donald Trump est d’abord celui qui a été élu par le peuple américain. La difficulté est qu’aujourd’hui il n’a pas encore élaboré le cadre conceptuel de sa politique internationale. Sa politique peut donc être imprévisible et c’est pour le monde une source d’inconfort. Concernant la lutte contre le terrorisme, il porte la même volonté d’efficacité que la mienne. Je ne partage pas certains de ses choix, avant tout sur le climat. Mais j’espère qu’on pourra faire en sorte que les Etats-Unis réintègrent l’Accord de Paris. C’est la main que je tends à Donald Trump. Je souhaite qu’il change d’avis. Car tout est lié. On ne peut pas vouloir lutter efficacement contre le terrorisme et ne pas s’engager pour le climat.

 

  • Si la ligne rouge de l’utilisation des armes chimiques est franchie en Syrie, la France est-elle prête à frapper seule ? Et peut-elle le faire?

 

Oui. Quand vous fixez des lignes rouges, si vous ne savez pas les faire respecter, vous décidez d’être faible. Ce n’est pas mon choix. S’il est avéré que des armes chimiques sont utilisées sur le terrain et que nous savons en retracer la provenance, alors la France procédera à des frappes pour détruire les stocks d’armes chimiques identifiés.

 

  • Il y a un problème de zones de défense aérienne. Il faut une coopération indispensable avec les autres pays de la coalition…

 

Oui, mais qu’est-ce qui a bloqué les choses en 2013? Les Etats-Unis ont fixé des lignes rouges mais ont fait le choix in fine de ne pas intervenir. Qu’est-ce qui a affaibli la France? De définir politiquement une ligne rouge et de ne pas en tirer les conséquences. Et qu’est-ce qui a du coup libéré Vladimir Poutine sur d’autres théâtres d’opérations ? Le fait d’avoir constaté qu’il avait face à lui des gens qui avaient des lignes rouges mais ne les faisaient pas respecter.

 

Je respecte Vladimir Poutine. J’ai eu avec lui un échange constructif. Nous avons de vrais désaccords, sur l’Ukraine en particulier, mais il a vu aussi ma position. Je lui ai parlé longuement en tête à tête des sujets internationaux ainsi que de la défense des ONG et des libertés dans son pays. Ce que j’ai dit en conférence de presse, il ne l’a pas découvert. C’est ça, ma ligne. Dire les choses avec beaucoup de fermeté à tous mes partenaires mais leur dire d’abord en tête à tête. Aujourd’hui, nous avons avec Vladimir Poutine le sujet ukrainien, que nous continuerons à suivre dans le cadre du processus de Minsk et du format «Normandie». Nous aurons avant le G20 de Hambourg, au début juillet, une réunion sous ce format avec l’Ukraine et l’Allemagne. Et il y a la Syrie. Sur ce sujet, ma conviction profonde, c’est qu’il faut une feuille de route diplomatique et politique. On ne règlera pas la question uniquement avec un dispositif militaire. C’est l’erreur que nous avons collectivement commise. Le vrai aggiornamento que j’ai fait sur ce sujet, c’est que je n’ai pas énoncé que la destitution de Bachar el-Assad était un préalable à tout. Car personne ne m’a présenté son successeur légitime!

 

Sur la Syrie, mes lignes sont claires. Un: la lutte absolue contre tous les groupes terroristes. Ce sont eux, nos ennemis. C’est dans cette région qu’ont été fomentés des attentats terroristes et que se nourrit l’un des foyers du terrorisme islamiste. Nous avons besoin de la coopération de tous pour les éradiquer, en particulier de la Russie. Deux: la stabilité de la Syrie, car je ne veux pas d’un Etat failli. Avec moi, ce sera la fin d’une forme de néo-conservatisme importée en France depuis dix ans. La démocratie ne se fait pas depuis l’extérieur à l’insu des peuples. La France n’a pas participé à la guerre en Irak et elle a eu raison. Et elle a eu tort de faire la guerre de cette manière en Libye. Quel fut le résultat de ces interventions? Des Etats faillis dans lesquels prospèrent les groupes terroristes. Je ne veux pas de cela en Syrie. Trois: j’ai deux lignes rouges, les armes chimiques et l’accès humanitaire. Je l’ai dit très clairement à Vladimir Poutine, je serai intraitable sur ces sujets. Et donc l’utilisation d’armes chimiques donnera lieu à des répliques, y compris de la France seule. La France sera d’ailleurs à cet égard parfaitement alignée avec les Etats-Unis. Quatre: je veux une stabilité syrienne à moyen terme. Cela veut dire un respect des minorités. Il faut trouver les voies et moyens d’une initiative diplomatique qui fasse respecter ces quatre grands principes.

 

  • Alors que le groupe Etat islamique perd des territoires en Syrie et en Irak, un terrorisme dit «low cost» défie nos démocraties. Comment placer le curseur entre une législation d’exception et la nécessité de protéger les libertés?

 

  • Parlons d’abord de l’état d’urgence en France. L’état d’urgence était destiné à répondre à un péril imminent résultant d’atteintes grave à l’ordre public. Or la menace est durable. Il faut donc s’organiser sur la durée. Je prolongerai l’état d’urgence jusqu’au 1er novembre, le strict temps nécessaire pour permettre au Parlement d’adopter toutes les mesures indispensables à la protection des Français.

 

Un texte est présenté ce jeudi en conseil des ministres. Quel est son esprit ? Il prendra en considération toute les formes de menaces et notamment les actes d’individus isolés que nous avons pu constater récemment. Nous prévoyons des procédures spécifiques pour lutter contre ce terrorisme islamiste. Ce n’est en rien un affaiblissement de l’Etat de droit, ni une importation de l’état d’urgence dans l’Etat de droit. Il faut construire les instruments pour lutter contre ce risque nouveau, sous le contrôle du juge, administratif ou judiciaire. Il faut des réponses inédites et propres à la lutte contre ce terrorisme islamiste. C’est ce dont notre société a besoin pour sortir de l’état d’urgence permanent.

 

Il faut ensuite renforcer la coordination de l’ensemble de nos services face à la menace terroriste. C’est dans cadre que j’ai souhaité la création de la coordination nationale du renseignement et de la lutte contre le terrorisme, avec la création en son sein d’un centre national de contre-terrorisme.

 

Cela suppose enfin d’avoir une politique internationale cohérente et de savoir parler avec toutes les parties. Mon principe diplomatique est celui-là. J’ai parlé cinq fois au président Erdogan depuis que je suis là. J’ai eu deux fois le président iranien Rohani. J’ai reçu Vladimir Poutine. La France n’a pas à choisir un camp contre l’autre. C’est sa force et son histoire diplomatique. Nous devons retrouver la cohérence et la force d’une politique internationale qui nous redonne du crédit.

 

  • Vous parlez d’un dialogue franc avec Vladimir Poutine. Mais il ne bouge sur rien. Il y a encore des combats en Ukraine, dans le Donbass, la Crimée est toujours occupée… Cherchez-vous une nouvelle méthode?

 

  • Quand je parle de dialogue franc avec Vladimir Poutine, je ne dis pas qu’il est miraculeux. Qu’est-ce qui motive Vladimir Poutine? C’est de restaurer un imaginaire russe puissant pour tenir son pays. La Russie elle-même est victime du terrorisme. Il a lui-même à ses frontières des rebellions et des identités religieuses violentes qui menacent son pays. Tel est son fil directeur, y compris en Syrie. Je ne crois pas qu’il ait une amitié indéfectible à l’égard de Bachar el-Assad. Il a deux obsessions: combattre le terrorisme et éviter l’Etat failli. C’est pour cela que sur la Syrie des convergences apparaissent. Longtemps nous avons été bloqués sur la personne de Bachar el-Assad. Mais Bachar, ce n’est pas notre ennemi, c’est l’ennemi du peuple syrien. L’objectif de Vladimir Poutine, c’est de restaurer la Grande Russie, parce que c’est selon lui la condition de survie de son pays. Est-ce qu’il cherche notre affaiblissement ou notre disparition? Je ne le crois pas. Vladimir Poutine a sa lecture du monde. Il pense que la Syrie est une question de voisinage fondamental pour lui. Que peut-on faire? Réussir à travailler ensemble sur la Syrie pour lutter contre le terrorisme et déboucher sur une vraie sortie de crise. Je pense que c’est faisable. Je continuerai à être un interlocuteur très exigeant en matière de libertés individuelles et de droits fondamentaux. Ce qui est sûr, c’est que nous avons un devoir: la protection de l’Europe et de ses alliés dans la région. Là-dessus, nous ne devons rien céder.

 

  • Et la Turquie, comment gérer les relations avec ce pays qui ne partage pas nos valeurs?

 

  • La Turquie heurte en ce moment certaines de nos valeurs. Mais elle partage certains de nos intérêts. Nous sommes d’abord liés à la Turquie par le conflit syrien. La Turquie est un élément clé de notre politique régionale puisque c’est à la fois un voisin de la Syrie, un pays qui accueille un grand nombre de réfugiés et qui coopère dans la lutte contre le terrorisme. J’ai un dialogue exigeant et lucide avec le président Erdogan. Nous avons besoin de ce dialogue avec la Turquie. Je souhaite qu’en matière de migrations, ce dialogue soit européen et coordonné. Quand l’Europe a conclu un accord, elle l’a fait tard et de manière subie, même si celui-ci a donné des résultats. Il ne faut pas reproduire cette erreur. Pour le reste, compte tenu des positions actuelles de la Turquie, il est évident qu’aller plus loin vers une intégration européenne n’est pas une évolution envisageable.

 

  • Le sport concourt à la diplomatie. Vous avez décidé d’aller vous-même défendre la candidature de Paris aux Jeux olympiques de 2024 devant le CIO. Pour vous, cette candidature va bien au-delà de la candidature d’une ville?

 

  • C’est l’engagement de tout un pays que je veux manifester en me rendant les 11 et 12 juillet à Lausanne puis à Lima en septembre. Pourquoi? Parce que c’est un événement sportif, mais bien plus que cela: il correspond notamment à la politique que nous voulons mener sur le handicap; ce sont des jeux olympiques et paralympiques! C’est un élément de fierté nationale et de mobilisation, un événement économique considérable. C’est également un geste qui montre que, dans notre bataille de long terme face au terrorisme, on n’arrête pas les grands événements. Et puis c’est une candidature européenne et francophone. Ce n’est pas simplement celle de Paris, ni de la France. Cela partie de ces éléments d’engagement, de fierté, de projection dont un pays a besoin. Cela n’a rien d’anecdotique à mes yeux. C’est un élément fort qui démontre qu’on n’embrasse pas un monde fait uniquement de violence, mais un monde de valeurs partagées, de réconciliation, de joie, de compétition pacifiée.
Repost 0
Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Roman
commenter cet article
25 juin 2017 7 25 /06 /juin /2017 06:00
HAJDU, Georges Pompidou

HAJDU, Georges Pompidou

Avec notre sémillant et habile Président de la République, longtemps raillé pour avoir servi à la Banque Rothschild, aujourd’hui qualifié de Jupitérien après une arrivée en force sur la scène internationale, nous vivons un retour en force d’une forme d’adulation des années fondatrices de la Ve République : la référence au coup de balai de 1958 qui avait vu la chute de Parlement, de Gaulle parlant de la grandeur de la France et puis, un beau jour l’arrivée sur la scène politique d’un parfait inconnu du grand public, Georges Pompidou, nommé Premier Ministre en remplacement de Michel Debré.

 

« Hissé par la volonté du prince à l’un des postes les plus importants de l’État, l’homme qui s’installe à Matignon en ce mois d’avril 1962 est en tout cas un inconnu pour l’immense majorité des Français. À plusieurs reprises, on l’a vu, la presse a évoqué son rôle d’éminence grise, mais pour l’employé, le cadre, l’ouvrier, la ménagère ou l’agriculteur, le nouveau chef de gouvernement est un être sans visage, presque un fantôme, l’ombre portée du personnage historique qui préside, depuis maintenant quatre ans, aux destinées de la France. »

 

« Bien que certains journaux insistent lourdement sur le passé à la banque Rothschild du nouvel hôtel de Matignon, beaucoup de Français, au vu de ses photos et à la lecture de ses premières déclarations, ont tout à coup le sentiment qu’en dessous du géant qui les gouverne il y a désormais, en seconde ligne, un mortel à qui ils peuvent s’identifier et qui partage leurs préoccupations. »

 

« Mélange assez exceptionnel de fils du peuple et d’intellectuel très brillant, Georges Pompidou était, tout comme Édouard Herriot, l’archétype de ces hommes politiques que les Français aiment spontanément parce qu’ils peuvent se connaître en eux. » dira François Mitterrand, grand expert de la France profonde.

 

Mondoudif, une famille d’instituteurs, des attaches paysannes, le professorat, le goût des belles lettres… À Orvilliers, petite commune des Yvelines, le week-end, le banquier donne libre cours à son vice impuni, la lecture, et plus particulièrement celle des poètes. Il publiera, en 1961, chez Hachette une anthologie de la poésie française.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Voilà bien une anthologie de banquier : un portefeuille de valeurs sûres. » raillera l’éditorialiste Joseph Barsalou.

 

Raminagrobis pour François Mauriac, premier non-parlementaire à accéder depuis des lustres à la charge de chef de gouvernement, Georges Pompidou, va surprendre dans un domaine où l’on n’attend pas les politiques : l’art.

 

Georges Pompidou, amateur d'art contemporain, il a acheté à 18 ans, lorsqu'il faisait ses études à Paris, « La Femme 100 têtes », un « roman-collages » de Max Ernst. Une vingtaine d'années plus tard, employé à la banque Rothschild, il devient un collectionneur de plus en plus avisé.

 

Nommé Premier ministre en 1962, Georges Pompidou fait décrocher un portrait de Colbert pour y mettre à la place, dans son bureau, une huile sur toile de Pierre Soulages qui montre les contrastes avec les aplats de noir et les effets de blanc, roux et bleu lumineux.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« L'art abstrait n'est pas du tout admis à l'époque par le grand public. On rapporte que sa femme Claude a dit bien plus tard que ce choix à l'époque était une véritable tempête politique car le tableau pétrifiait ses visiteurs »

 

Georges Pompidou s’est nourri de l’émotion que lui procurait l’art.

 

Il a en effet passionnément regardé, collectionné et accroché chez lui, puis à Matignon et à l’Elysée, les grands artistes modernes, mais également ceux des avant-gardes des années 50 à 70. Son regard va se former progressivement grâce notamment à Raymond Cordier, fondateur de la galerie L’œil qui jouera un rôle plus qu’essentiel dans le désir artistique de Georges Pompidou puis aux diverses visites auprès de galeristes renommés comme la Galerie de France, Iris Clert, Denise René ou encore Karl Finher et Mathias Fels.

 

Les achats consacrés à l’art se font de plus en plus nombreux et sa collection devient alors plus conséquente… L’ensemble prend alors forme, se précise, devenant plus audacieux il se concentre ensuite sur les abstraits avec les œuvres des artistes De Staël ou Soulages et les cinétiques avec Agam et Soto. Pour l’anecdote, il fera accroché à Matignon, derrière son bureau, une toile de Soulages de 1957, geste esthétique mais aussi politique puisque tous ceux qui y entrent reste bouche bée par l’impressionnante présence de ce tableau et devant la place fracassante que constitue l’art contemporain dans la vie de Georges Pompidou !

 

Premier Ministre, il assume ses responsabilités tout en conjuguant son amour irréductible pour l’art en visitant expositions et galeries très tôt le matin. De Staël, Braque et Ernst rejoignent Matignon et la collection s’enrichit de nouveaux artistes comme Arman, Raysse, Klein ou encore Niki, représentants de la vague des Nouveaux Réalistes. Puis c’est en 1969, lors de son élection à la tête du pays, que la France suit et découvre l’attrait du couple présidentiel pour une modernité plus audacieuse, au salon Paulin ou encore au salon Agam.

 

C’est de cette forte passion pour l’art que naît l’envie de créer un espace totalement dédié à la culture et pour tous ! Le Centre Pompidou ouvre ses portes pour la première fois en 1977 sous l’impulsion de ce Président visionnaire et qui sait s’ouvrir à l’art de son temps ! Une première, puisque le centre est aujourd’hui l’un des plus importants musées au monde, dont la collection compte plus de 120.000 œuvres avec quelques vingt-cinq expositions temporaires chaque année !

 

Du jamais vu à Chambord !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Domaine national de Chambord vous propose de découvrir dans ses murs une exposition inédite intitulée « Georges Pompidou et l’art : une aventure du regard » composée d’œuvres qui pour la plupart n’ont jamais été vues par le public !

 

La suite ICI

Repost 0
Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article
24 juin 2017 6 24 /06 /juin /2017 06:00
Jean-Michel Gravier - BENJAMIN BALTIMORE/ÉCRITURE

Jean-Michel Gravier - BENJAMIN BALTIMORE/ÉCRITURE

Se lever tôt présente bien des avantages, en ce moment ça me permet de profiter de la fraîcheur du matin, tout particulièrement d’écouter à la radio des gens que l’on n’entend pas autrement ou d’écouter des chansons qui ne passent aux heures de grande audience.

 

C’est ainsi que j’ai pu découvrir le livre de Lisa Vignoli Parlez-moi de lui chez Stock, où elle extrait de l’oubli un garçon que j’ai connu lors d’une soirée à Grenoble, en 1974, Jean-Michel Gravier, « qui n’était personne… il était tout »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mardi j’ai aussi découvert une superbe interprétation de l’Aigle Noir de Barbara par Juliette Armanet.

 

C’est l’une des 13 “femmes qui chantent” Barbara dans l’album “Elles & Barbara” sorti le 9 juin.

 

  1. La solitude – Zazie
  2. Nantes – Jeanne Cherhal
  3. Göttingen – Julie Fuchs
  4. Si la photo est bonne – Dani
  5. Le soleil noir – Angélique Kidjo
  6. Dis, quand reviendras-tu ? – Nolwenn Leroy
  7. Mon enfance – Louane
  8. Marienbad – Daphné
  9. Gueule de nuit – Olivia Ruiz
  10. Cet enfant-là – Virginie Ledoyen
  11. L'aigle noir – Juliette Armanet
  12. Parce que je t’aime – Élodie Frégé
  13. C’est trop tard – Melody Gardo

 

Jamais dans l'imitation stérile, mais dans la ferveur heureuse des retrouvailles, chacune à sa façon, chacune à sa manière, avec grâce et gourmandise, “Elles” célèbrent Barbara. »

 

« Un album comme une célébration de celle dont la poésie et la justesse des mots touchent en plein cœur aujourd’hui encore, 20 ans après sa disparition.

 

Ses chansons sont d'hier, de toujours et à jamais. Elle disait «ma vie de femme, c'est peut-être la vie des femmes. Ma vérité se trouve bizarrement être la leur ».

 

Elle chantait : « Dis, quand reviendras-tu ? Dis, au moins le sais-tu ? »

 

Avec ce disque, avec ces femmes d'aujourd’hui qui la saluent, Barbara est revenue »

 

Comme un trait d’union entre Barbara et Jean-Michel Gravier : j’en profite pour citer un passage du livre de Lisa Vignoli :

 

« Est-ce qu’il faut tant souffrir pour réussir ? Pour sortir ça de soi ? Il n’y arrivera jamais alors. Oui, sa famille a été déracinée, déplacée, déménagée, ce que vous voudrez. Comme s’ils étaient les seuls pieds noirs après 1962 ! Que fait-on, dans une vie, de parents aimant, d’un frère complice et d’une sœur maternante, d’un appartement bourgeois dont chaque recoin croit en nous ? Son public ? Il a le sien depuis toujours.

 

Depuis Bobino, en septembre 1965, où elle a entamé sa tournée et touché le succès Barbara ne s’est pas remise de l’amour qu’elle reçoit. Elle en a fait un morceau qu’elle a chanté pour la première fois dans les semaines qui ont précédé sa venue à Grenoble.

 

Ce fut un soir en septembre

Vous étiez venus m’attendre,

Ici même, vous en souvenez-vous ?

À vous regarder sourire,

À vous aimer, sans rien dire…

 

Alors, dans cette selle, au milieu des briquets qui, d’émotion, ne trouvent plus leur rythme, i la regarde et il se dit qu’un jour il sera là, derrière le rideau. Prêt à l’interviewer. Elle, transie de succès, ui, la voix plus chevrotante encore. Un relais. Un admirateur utile. Ce serait peut-être comme ça qu’il se ferait connaître. Un vecteur, un passeur.

 

« Grenoble 1966 » ? Elle le reconnaîtrait. Il lui dirait qu’elle fait partie des femmes qui l’ont arraché à cette vie qui aurait pu être simplement heureuse, s’il n’avait pas décidé de l’extraire de l’ordinaire. »

 

Jean-Michel Gravier, avec Anouk Aimée.

Jean-Michel Gravier, avec Anouk Aimée.

Repost 0
Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article
23 juin 2017 5 23 /06 /juin /2017 06:00
«Les vins nature n’ont aucune obligation, à part l’interdiction du soufre. Et certains ne se privent pas de mettre du Roundup»  Nicolas Joly

Nicolas Joly cultive le mépris de ce qui n’est pas lui, bien assis sur la réputation de sa Coulée de Serrant le président de l’association Renaissance des Appellations pontifie, délivre ses «sourates» à ses adulateurs, trie de son auguste main le bon grain de l’ivraie…

 

En fait, sans rien lui retirer de ses mérites de vigneron, qui sont grands, précurseur certes, monsieur Joly est aussi et surtout un idéologue.

 

Libre à lui, mais qu’il ne vienne pas nous casser les burettes à propos des vins nature qui, d’après lui, se réduiraient (j’adore la réduction) à l’interdiction du soufre.

 

Pire encore, le pérorant Nicolas Joly, balance que certains vins nature ne se privent pas de mettre du Roundup, en bon français que certains vignerons se rattachant au naturisme ne se privent pas d’asperger de Roundup leurs vignes.

 

L’accusation est grave, l’opprobre est jetée, sous ce certain se cache qui ? Nul ne le sait, pas même j’en suis certain le sieur Joly.

 

En réduisant le nature à l’absence de soufre et en insinuant que dans les vignes de certains naturistes le chimique règne, le Savonarole Joly poursuit un but d’une simplicité biblique : déconsidérer un mouvement qui fait de l’ombre au sien.

 

Tout le reste n’est que litres et ratures, que monsieur Joly aille jouer les conférenciers, dans le Temple des vins de grand commerce : Vinexpo, si peu respectueux de la nature, même si certains bios y sont venus jouer le rôle d’alibi, faut bien se faire une raison : c’est tendance, sur un thème digne de sa haute stature «biodynamie et vérité du goût d’un vin » pourquoi pas ?

 

Moi ça ne me dérange pas, surtout vu l’audience de ce genre de petite messe entre soi, que cet homme qui ne se veut « ni sectaire, ni agressif », double négation bien révélatrice, affirme, que « la question des sulfites dans les vins n’est pas celle de l’ajout, mais de leur qualité. »

 

Il s’en explique : La vraie question est quel sulfite ajoute-t-on ?

 

« L’anhydride sulfureux est dénaturé, il a impact sur le goût. Un peu comme si vous regardiez avec des lunettes de soleil un tableau de Vincent van Gogh » estime-t-il. Il ne prône pas pour autant le zéro sulfite : « on peut faire l’apologie du soufre… S’il est d’origine volcanique ! C’est un soufre »

 

Lire la suite ICI 

 

Un bémol tout de même « Ce soufre d’origine volcanique n’étant pas pur à 100 %, son utilisation alimentaire est cependant illégale. Tandis que son recours est éthiquement contestable, ses conditions de production en Indonésie semblant d’un autre âge. « Ce côté ne passe pas, c’est vrai. Mais je l’utilise en petites doses, et s’il y avait une demande européenne forte, on pourrait envisager de relancer les mines du Vésuve » balaie Nicolas Joly.

 

C’est du Joly « pur soufre »

 

Mon ironie à son égard, jugée sans doute par certains facile, ne remet pas en cause sa militance pour la transparence : je suis pour à 100%.

 

Informer le consommateur curieux des ingrédients entrant dans la composition et l’élaboration d’un vin en fait partie. Nul besoin pour ce faire d’encombrer la contre-étiquette d’une liste en petits caractères illisibles, il suffit d’orienter le consommateur averti vers le site du vigneron. La digitalisation balaie les arguments spécieux de la filière officielle.

 

La vertu, comme l’écrivait Mark Twain « Il y a beaucoup à dire sur la vertu, mais le reste est tellement plus intéressant. »

 

Ou, monsieur Joly vous avez raison de souligner que « tous les vins en bio et en biodynamie ne sont pas excellents » mais de grâce abstenez-vous de cracher, sans apporter de preuves, sur la tribu des « cheveux sales ». Elle n’est certes pas indemne de toute critique mais la réduire à ce que vous dites se rapproche des vieilles pratiques des procès de Moscou.

 

Enfin, vous êtes, en partie, à côté de la plaque lorsque vous affirmez que « Le consommateur a soif d’un retour à la nature. Mais sûrement plus par envie de santé que par recherche de la vérité du goût »

 

Faut sortir du petit cercle de vos adeptes Nicolas Joly pour venir au contact de ces jeunes louves et jeunes loups qui lichent des vins nature. Vous constaterez que c’est la vérité du goût, le leur certes, mais il en est toujours ainsi, qui prime pour eux, et que leur démarche est plus éthique que purement hygiéniste.

LIRE

Je suis un « italien » de Paris qui dit à ses amis naturistes l’excès de sulfures fait bander ! 

 

Giuseppe Cirino, doyen de la faculté de pharmacie de Naples, cinquantenaire, est un chercheur qui s’intéresse au rôle des solfatares dans la thérapie de l’impuissance masculine.

 

Le Pr Cirino est le spécialiste du mécanisme occlusif des veines qui irriguent les «petites cavernes» du pénis.

 

 

Notre chercheur avait lu « qu’en 1870, le médecin propriétaire de la Solfatare de Pouzzoles avait cherché à vendre à ses patients des bouteilles remplies d’air soufré, et que ces derniers s’en étaient trouvés satisfaits. »

 

 

Donc il décide avec son équipe d’étudier le phénomène des solfatares et comprend vite que les « enzymes logés dans les corps caverneux, sollicités par de fortes émanations de soufre, se transforment en cystéine vasodilatatrice, laquelle a un rôle déterminant dans l’érection. »

 

 

L’expérimentation en labo le confirme. Âmes sensibles attachez vos ceintures « en exposant à des solutions d’hydrogène sulfureux un pénis coupé au cours d’une intervention chirurgicale de changement de sexe, on obtient et une vasodilatation et une érection. »

 

 

Comme le professeur est de gauche, son médicament est surnommé le « Viagra Rouge » (il faut tout de même signaler que l’hydrogène sulfureux change de couleur à l’air libre).

 

 

Découverte homologuée, les résultats publiés dans la revue américaine des Sciences PNAS en mars 2009, bénie par le Nobel américain Louis Ignarro qui en a vérifié l’applicabilité sur les rats.

 

 

Alors pourquoi ce Viagra Rouge, écologique et peu coûteux, reste-t-il dans les limbes ?

Repost 0
Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents