Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 mars 2015 5 06 /03 /mars /2015 09:43
La culture c’est comme la confiture moins on en a plus on l’étale : Robert Parker : « Le vin est une boisson culturelle, la France l'a oublié » en collaboration avec Michel Rolland

Le duo a du charme, le mano a mano dans le Figaro du riant Michel Rolland, qui ne manque jamais d’oxygène, et de Robert Parker, le verre-étalon de l’expert déposé au Pavillon de Sèvres, a de quoi vraiment réjouir : ils ne prennent pas de gants pour parfaire leur belle image de gourous du vin. Ce sont de vrais artistes à la mode d’un certain art contemporain où la cote se bâtit, se cultive, pour le plus grand triomphe des mercantis. Nos deux larrons ont inventé l’or rouge, le fleuve rouge qui s’écoule entre les 2 rives de l’estuaire. Qu’ils s’en congratulassent avec gourmandise, rouerie, espièglerie quoi de plus compréhensible, je les vois mal se battre la coulpe et se flageller pour expier les fautes qu’ils auraient commises contre le « bon goût ».

 

Leur jouissance me plaît, elle a un petit côté strauss-khanien, une forme de lubricité hautaine, de libertinage sympathique, qui leur permet de se congratuler, de briller tels les gros bijoux de la place Vendôme, d’exhiber tel l’ostensoir pendant les processions des Rogations : « le goût Parker »

 

Le chiffon rouge, la muleta, la provocation à deux balles pour faire luire leur image de marque. C’est du grand art, des Paganini de l’exécution d’un opéra-bouffe surjoué pour le plus grand plaisir des buveurs d’étiquette.

 

Bravo les « artistes », tout y est, pas une fausse note, et il n’y a plus d’après, non pas à Saint-Germain des Prés mais aux vins « parkérisé»

 

Allez Bob j’accorde un 100/100 à l’échange qui suit où se glisse un troisième larron Jeffrey Davies, négociant à Bordeaux.

 

R. P. - La question est de savoir s’il existe un goût international ? Oui, en principe, car c’est une question de qualité intrinsèque. Bien sûr, l’éducation, la formation sont différentes, mais, quand les consommateurs du monde entier boivent, par exemple, Château Pavie, ils lui trouvent le même goût.

 

M. R. - Il y a tout de même une évolution du goût à travers le temps. Je vais aller un peu plus loin : avant Robert Parker, il y avait le goût anglais !

 

R. P. - Étonnante évolution. Quand j’ai débuté, les vins étaient un peu minces, secs et astringents. Et lorsque j’ai dégusté la première fois avec Michel Rolland, j’ai compris. Voilà un homme qui cherche le fruit et qui n’a pas oublié cette évidence : le vin est un produit issu du fruit. La viticulture est devenue plus soignée, la vinification plus contrôlée. Si davantage de personnes aiment le vin, c’est parce qu’il donne plus de plaisir que dans les années 1950 ou 1960. Quelle est l’explication des grands millésimes comme 1947, 1949, 1959, 1961 ? Une seule : les raisins étaient mûrs.

 

J. D. - Oui, c’est la compréhension de la maturité. Aujourd’hui, les grands vins sont bons à l’écoulage, en barrique, à la mise en bouteille, et longtemps après. La plage de plaisir s’est élargie.

 

Tout va donc pour le mieux dans le meilleur des mondes mondialisé…

 

Pourquoi pas, c’est ce qui a fait la fortune de Coca-Cola ou de Nike, nous sommes dans un autre univers où le process prime sur la main de l’homme, une viticulture soignée au sens pharmaceutique et une vinification maîtrisée et contrôlée par des Diafoirus modernes. Tous cousins germains comme la gueule des bagnoles post-modernes !

 

Bonjour tristesse !

 

« Beauté » sur papier glacé avec Photoshop !

 

Antoine Gerbelle ‏@AGerbelle Twitte il y a 3 minutes Paris, Ile-de-France

 

« Tjrs #LeFigaro hier Itrw auto congratulation de Bob #Parker & M. Rolland par... sa compagne Isabelle Bunisset #cirage »

 

Celle-ci pourtant tente une molle relance : « Puisque tant de défauts ont été corrigés, n’est-il pas plus difficile d’établir une échelle de qualité ? »

 

Les retours sont mollassons, plus exactement lourdingues, on sent que la ventripotence des deux compères prendre le dessus, comme un coup de vieux :

 

R. P. - Le niveau de qualité moyenne est très haut. Les écarts se resserrent. Le grand défi d’aujourd’hui est d’expliquer les nuances entre un bon vin et un très bon vin.

 

M. R. - Les principaux vainqueurs sont les consommateurs, qui n’en ont jamais bu d’aussi bons qu’en ce moment.

 

R. P. - Une génération de consommateurs gâtés ! Je me souviens de la médiocrité des vins en 1966, en 1978. Michel a tout changé. Il a eu la plus grande influence sur la qualité du vin dans le monde, tant auprès des étudiants que des professionnels. Voilà pourquoi il est tant critiqué, comme moi, d’ailleurs.

 

Mais le pire était au tout début lorsque les compères nous ont gratifiés de leur petit numéro culturel à deux balles non remboursé par la Sécurité Sociale.

 

Michel ROLLAND. - La France, pourtant berceau de la production mondiale et référence de qualité, a voté les lois Évin, scélérates et stupides. Voilà la grande différence avec les États-Unis, qui considèrent le vin comme un produit culturel.

 

R. P. - Le vin est une boisson culturelle, une boisson de modération. La France, je pense, l’a oublié.

 

C’est ça Bob, tu sais ce qu’elle te dit la France ?

 

Devine !

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article
6 mars 2015 5 06 /03 /mars /2015 00:09
Les bas-fonds du baroque : Bacchus dieu de l’ivresse est associé à l’obscurité de la nuit et à ses mystères, aux pulsions et à l’extase, aux excès et à la démesure…

Vous pédalez courbé sous les giclées des giboulées de mars et soudain vous tombez nez à nez avec les bas-fonds de Rome placardés sur les colonnes Morris. Stupéfaction d’y voir deux ivrognes se murger grave. Mais que font nos amis de l’ANPAA ? Sont-ils KO debout après le choc du Salon de l’Agriculture, le « c’est de la bombe ! » du Président qu’aime tant Bernard Farges ? Je ne sais mais ce que je sais : « C’est bien dans une débauche de peintures « ignobles » que se vautrent les visiteurs du Petit Palais, entrainés, à l’occasion d’une nouvelle exposition, dans les bas-fonds de Rome. « Ignobles » au sens propre (si l’on peut dire) : car certains artistes qui séjournèrent dans la cité au début du XVIIe siècle renversèrent les codes et remplacèrent les dieux et les héros par des gueux et des mendigots. Sous l’égide de Bacchus, ils plongèrent dans le monde licencieux des tavernes et dans la misère patibulaire des quartiers mal famés ou des campagnes alentours… »

 

Renverser les codes voilà un beau geste que les hérauts des vins nus devraient méditer« Et puis il y a celui qui « de son pinceau en arriva à peindre truanderies et gueuseries […], nuées d’ivrognes et de scélérats, gitans […], souillons, vauriens, traîne-misère : l’un s’épouille et l’autre se gratte […], un qui pisse, un qui chie […], un musicien ambulant qui joue […], et le peintre aujourd’hui ne pense faire rien de bon s’il ne peint pas un groupe de loqueteux, si sa peinture n’est pas vile. » Salvator Rosa

 

Oui, cher Antonin, tes nuits du vin nu de la rue Saint-Sabin se doivent d’être orgiaques et voluptueuses…

 

Puise à pleines mains dans Baudelaire pour que :

 

« Les tables d’hôte, dont le jeu fait les délices,

S’emplissent de catins et d’escrocs, leurs complices,

Et les voleurs, qui n’ont ni trêve ni merci,

Vont bientôt commencer leur travail, eux aussi

 

Charles Baudelaire, « Le Crépuscule du soir », Les Fleurs du Mal.

 

« Si le viol, le poison, le poignard, l’incendie,

N’ont pas encore brodé de leurs plaisants dessins

Le canevas banal de nos piteux destins,

C’est que notre âme, hélas ! N’est pas assez hardie. »

 

Charles Baudelaire, « Au lecteur », Les Fleurs du mal.

 

Oui, Antonin, face aux hordes de visages pâles, aux bandes de bien-pensants, aux processions de culs-bénis, à toutes les engeances qui veulent nous passer le licol, opposons les joies de nos corps, mélangeons nous dans les bas-fonds de Paris.

Les bas-fonds du baroque : Bacchus dieu de l’ivresse est associé à l’obscurité de la nuit et à ses mystères, aux pulsions et à l’extase, aux excès et à la démesure…

Tous ensemble, tous ensemble, célébrons « Bartolomeo Manfredi qui peignit Bacchus et un buveur. Dans un jeu de miroir le dieu mythologique et un homme au costume du XVIIe se font face : le mythe et la réalité sont dans la même espace. Peut-être s’agit-il simplement d’une réunion d’artistes déguisés afin de composer un tableau vivant. La pratique était courante chez les Bentvueghels ou les Schildersbent. Ce groupe, qui se forma à Rome autour de 1629 et s’opposa souvent à l’Académie de Saint-Luc, réunit des peintres de différentes origines, hollandais et flamands pour la plupart, représentatifs de plusieurs courants stylistiques, l’une des grandes figures étant Pieter van Laer, il Bamboccio. Ils avaient pour divinité tutélaire Bacchus et se faisaient baptiser dans le vin

Les bas-fonds du baroque : Bacchus dieu de l’ivresse est associé à l’obscurité de la nuit et à ses mystères, aux pulsions et à l’extase, aux excès et à la démesure…
Les bas-fonds du baroque : Bacchus dieu de l’ivresse est associé à l’obscurité de la nuit et à ses mystères, aux pulsions et à l’extase, aux excès et à la démesure…

Mais qui donc est ce Bacchus ?

 

« Fils de Jupiter et de la mortelle Sémélé, Bacchus, poursuivi par la jalousie de Junon, passe son enfance caché dans une grotte dont l’entrée est dissimulée par une vigne. Il y est élevé par des nymphes au caractère espiègle, avant de recevoir l’instruction des Muses et du vieux Silène, un satyre personnifiant l’ivresse.

 

Dieu de la fécondité de la nature, de l’abondance et de l’allégresse, Bacchus passe pour être l’inventeur du vin, et c’est à ce titre qu’il est sollicité par nos artistes. Depuis la Renaissance, dans la continuité des auteurs antiques (Platon, Horace, Aristophane…) les mytholographes et les théoriciens décrivent les effets de l’ivresse bachique comme le fondamentalement ambigus. Si l’ivresse libère en effet l’homme de ses maux, si elle le réconforte et le console, elle peut aussi être à l’origine d’une folie des sens et d’un furor créateur qui s’apparentent à la révélation d’un savoir occulte et à une intensification de la puissance imaginative.

 

Ce pouvoir d’inspiration artistique prêté à Bacchus se distingue de celui que l’on attribue à Apollon, dieu solaire, dieu de la mesure et de l’harmonie mélodieuse qui vit parmi les Muses sur le mont Parnasse. Le dieu de l’ivresse est quant à lui associé à l’obscurité de la nuit et à ses mystères, aux pulsions et à l’extase, aux excès et à la démesure. Il n’est pas étonnant que Caravage, et après lui ses émules et les artistes turbulents de la Bent, se soient placés sous les auspices du dieu de l’inspiration créatrice et représentés sous ses traits ou sous ceux de ses acolytes, satyres, silènes ou Pan. Ces tableaux sont à la croisée de plusieurs genres : autoportraits, portraits mythologiques, allégories de l’excès comme de l’inspiration artistique dionysiaque. Placés sous le signe de Bacchus, ce sont aussi des manifestes, de la part d’artistes exerçant leur art dans la capitale pontificale du Seicento, du lien entre une autre culture antique, une Antiquité païenne, orgiaque et voluptueuse, celle également du théâtre et plus particulièrement de la comédie. »

Les bas-fonds du baroque : Bacchus dieu de l’ivresse est associé à l’obscurité de la nuit et à ses mystères, aux pulsions et à l’extase, aux excès et à la démesure…

Voilà, encore une fois j’ai accompli mon devoir en célébrant le vice bien plus que la vertu et avec le poète je chante :

 

L’esclat des verres seulement,

Plus brillants que le firmament,

Y rendoit la veue esblouye ;

On n’y vomissoit que du vin,

Et rien n’y possedoit l’ouye

Qu’un chant bachique et tout divin.

 

Extrait de Saint-Amant, « la vigne » 1629

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article
5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 00:09
1972 l’Anti-OEdipe de Gilles Deleuze et Félix Guattari, 2015 l’Anti-Œnologique d’Antonin Iommi-Amunategui et Guillaume Nicolas-Brion « Ça chie, ça baise »

Il y a quelques jours je suis tombé sur cette annonce : « Ce vendredi 27 Février 2015, Caroline Deschamps vous présente le monde du vin et de l’œnologie online. Avec plus de 400 blogs francophones sur les vins et des milliers de posts sur les réseaux sociaux, l’émission « La politique c’est net » se penche sur le thème du vin sur internet.

 

Comme la cuisine, le vin, ses professionnels et ses amateurs investissent à plein le web et les réseaux. Au programme de l’émission « La politique c’est net »,  l’œnologie online avec 2 blogueurs invités spécialistes du vin sur internet !

 

- Ophélie NEIMAN, Journaliste et blogueuse (« Miss Glouglou » sur Lemonde.fr)

- Antonin IOMMI-AMUNATEGUI, Auteur et blogueur (« No Wine is Innocent » sur Rue 89)

 

Et l’Antonin n’a rien dit, et pourtant l’œnologie c’est de la chimie, le DNO vient en droite ligne de la Faculté de Pharmacie.

 

Le vin nature c’est l’Anti-Œnologique

 

Reste à écrire le pendant de L'Anti-Œdipe de Gilles Deleuze et de Félix Guattari : libérer les flux du désir livre symbole de l'après-68.

 

 

* Du même tonneau percé : Œnologie: trois stages pour devenir un expert en vin par Nicolas Alamone publié le 03/03/2015 à  09:36

 

Pour devenir incollable en vin et épater votre entourage, la meilleure solution est de multiplier les dégustations et les stages d'œnologie. Nous vous présentons nos trois cours favoris. 

1972 l’Anti-OEdipe de Gilles Deleuze et Félix Guattari, 2015 l’Anti-Œnologique d’Antonin Iommi-Amunategui et Guillaume Nicolas-Brion « Ça chie, ça baise »

L'Anti-Œdipe est un ouvrage iconoclaste « En 1969, Gilles Deleuze le philosophe rencontre Félix Guattari le psychanalyste. Trois ans plus tard, ils publient L'Anti-œdipe, un livre étrange écrit à quatre mains. Premier fruit d'une collaboration atypique, L'Anti-Œdipe est un ovni dans le ciel philosophique. Par son style déjà : grossier, diront certains, en tout cas ébouriffant et bien loin du lourd esprit de sérieux qui pèse sur la production philosophique universitaire. « Ça chie, ça baise », lit-on dès la troisième ligne. Par ses idées surtout : L'Anti-œdipe constitue une manière révolutionnaire de penser le désir. Ah ! Cela sent mai 1968, rétorquera-t-on. Sans nul doute. Et même l'échec de mai 68 : porté par le souffle de cette folle équipée et par une soif inextinguible de liberté, L'Anti-œdipe cherche aussi à comprendre ce qui n'a pas marché... »

 

« Le désir n'est donc pas intérieur à un sujet, pas plus qu'il ne tend vers un objet : il est strictement immanent à un plan auquel il ne préexiste pas, à un plan qu'il faut construire, où des particules s'émettent, des flux se conjuguent. Il n'y a désir que pour autant qu'il y a déploiement d'un tel champ, propagation de tels flux, émission de telles particules… » 

1972 l’Anti-OEdipe de Gilles Deleuze et Félix Guattari, 2015 l’Anti-Œnologique d’Antonin Iommi-Amunategui et Guillaume Nicolas-Brion « Ça chie, ça baise »

Vignerons de vins naturels : rebelles !

 

Nossiter parle « de douce révolte contre une société en panne d’éthique (…) de la révolution spontanée de ces paysans, néo-paysans et anciens agitateurs (ou conformistes !) ayant fui la vie urbaine, a réussi en une décennie à accomplir tant de choses dont nous rêvons tous… »

 

Pas très bandant tout ça Antonin !

 

« En vérité, la sexualité est partout : dans la manière dont un bureaucrate caresse ses dossiers, dont un juge rend la justice, dont un homme d'affaires fait couler l'argent, dont la bourgeoisie encule le prolétariat, etc. »

 

Les vins qui ont de la gueule ont besoin de quelqu’un qui gueule !

 

Pas de petits débats gentillets sur la chaîne du Sénat. Le Sénat, Antonin, cénacle des amortis, réceptacle des assoupis, symbole de la débâcle des notables buveurs d’étiquettes sulfités…

 

Franchement ça faisait très promotion du tome 2 des Tronches de Vin

1972 l’Anti-OEdipe de Gilles Deleuze et Félix Guattari, 2015 l’Anti-Œnologique d’Antonin Iommi-Amunategui et Guillaume Nicolas-Brion « Ça chie, ça baise »

L’heure est à passer à la vitesse supérieure, la levée en masse, Valmy… hier Charles-François Dumouriez et François-Christophe Kellermann… aujourd’hui Antonin Iommi-Amunategui et Guillaume Nicolas-Brion

 

« Camarades, voilà le moment de la victoire ; laissons avancer l’ennemi sans tirer un seul coup de fusil, et chargeons-le à la baïonnette. » Kellermann

 

« Tous ceux qui ont été les contemporains de la sortie de L’Anti-Œdipe en 1972 aux Éditions de Minuit s’en souviennent : ce fut un événement. L’un des événements intellectuels et éditoriaux les plus considérables des années 1970. Au point qu’on a pu dire, non sans exagération sans doute, mais cette exagération était portée par l’enthousiasme, qu’il y avait un « avant » et un « après » L’Anti-Œdipe. »

 

Alors les deux Tronches de Vin, AIA et GNB vous savez ce qui vous reste à faire : écrire l’Anti-Œnologique pour qu’on puisse écrire un jour qu’il y avait un « avant » et un « après » l’Anti-Œnologique.

 

Putain ça aurait d’la gueule ! Ça décoifferait l’establishment du vin ! Ça exhalerait le parfum du cul des vaches ! Ça exploserait les snifeurs de sulfites ! Ça mettrait en transes les buveurs d’étiquettes ! Ça me procurerait une jouissance extatique !

 

Vous péteriez tous les scores de vente, passeriez au petit Journal et à ONPC : Amour, gloire et beauté…

1972 l’Anti-OEdipe de Gilles Deleuze et Félix Guattari, 2015 l’Anti-Œnologique d’Antonin Iommi-Amunategui et Guillaume Nicolas-Brion « Ça chie, ça baise »

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article
4 mars 2015 3 04 /03 /mars /2015 00:07
À la recherche du temps perdu avec JC. Ribaut : « Bordeaux qui rit, Bordeaux qui pleure » Château Pavie 2003 12/20 «ridicule, plus proche d’un zinfandel de vendanges tardives que d’un bordeaux.» J. Robinson

De l’intérêt d’envelopper ta vaisselle stockée dans des cartons au fond de ta cave avec des feuilles de journal : dans le cas présent Le Monde. En effet, lorsqu’un jour il te prend d’aller y jeter un coup d’œil pour voir si cette vaisselle ne te serait pas d’une quelconque utilité tu te retrouves nez à nez avec l’actualité d’il y a 10 années.

 

C’est le rouge du dessin qui a attiré mon œil de lynx à lunettes puis le titre barrant toute la page « Bordeaux qui rit, Bordeaux qui pleure ». Vous avez bien lu, ne vous frottez pas les yeux : toute une page consacrée au vin dans un grand journal généraliste.

 

L’œuvre du sieur Jean-Claude Ribaut.

 

À propos de Pierre Lurton, nommé le 18 mai 2004 par Bernard Arnault en remplacement d’Alexandre de Lur-Saluces à la tête d’Yquem, qui assurait « Je resterai le jardinier du temple… je ne veux pas changer la signature d’Yquem… » il notait « Ici au moins, le regretté Raymond Dumay a été entendu : « Le vin est d’abord fierté. Seul grand produit inutile de la planète, il ne peut survivre qu’adosser à son orgueil. »

 

Retour au mercanti : « La campagne des primeurs 2003 s’est achevée dans la frénésie. La vente en primer, à Bordeaux ne concerne que cinq-cents vignobles environ, qui représentent 5% de la production en volume. Les prix de certains châteaux, parmi les plus prestigieux, se sont envolés, tandis que la hausse est de 30% pour un cinquième des vins présentés.

 

« Dans le même temps, deux-mille vignerons manifestaient, lundi 5 juillet, place des Quinconces, à Bordeaux, contre l’effondrement des cours du tonneau (900 litres) des vins en vrac. La bouteille de Château Cheval Blanc 2003 trouve preneur – en primeur – au prix record de 220€ la bouteille tandis que le tonneau de vin générique en vrac est payé seulement 1,10€ le litre par le négoce. Deux cents fois moins ! »

 

Jean-Claude Ribaut parle de 500 vignobles pour ceux du haut et de 2000 vignerons pour ceux du bas, c’est tout à fait Bordeaux.

 

Critique aussi le Jean-Claude :

 

« Chez beaucoup le manque d’acidité et les premières difficultés de l’élevage ont conseillé la prudence. Les meilleurs vignerons se refusent aux méthodes d’acidification. Le Château Le Pin, minuscule vignoble à Pomerol, ancêtre des « vins de garage » et dont les prix sont toujours élevés, ne produira aucune cuvée en 2003, estimant que les raisins avaient été malmenés par la chaleur estivale. »

 

Et puis une petite bisbille anglo-américaine qui ne manque pas de sel au vue de la nouvelle gloire de classé A du Château Pavie et de son propriétaire depuis 1997 Gérard Perse :

 

« Parker ayant, comme à l’habitude, bien noté le millésime 2003. Jancis Robinson (critique anglaise) n’a accordé qu’un médiocre 12/20 à ce vin « ridicule, plus proche d’un zinfandel [cépage américain] de vendanges tardives que d’un bordeaux. »

 

« Les vins de Gérard Perse, conseillé par l’œnologue Michel Rolland, sont à la pointe de cette évolution (ndlr. extraction-boisé). La main du vinificateur a-t-elle été un peu lourde, au point de dominer et déprécier l’expression du terroir ? »

 

Bonne question Jean-Claude, je n’ai pas la réponse mais ce que je sais c’est que la main des classificateurs des 1er GC de Saint-Émilion, elle, l’a été.

 

Mais Jean-Claude Ribaut, en fine gueule qu’il est, n’avait manqué de faire une halte à l’Hostellerie de Plaisance au cœur de Saint-Émilion, à deux pas de l’Envers du Décor de mon ami François des Ligneris.

À la recherche du temps perdu avec JC. Ribaut : « Bordeaux qui rit, Bordeaux qui pleure » Château Pavie 2003 12/20 «ridicule, plus proche d’un zinfandel de vendanges tardives que d’un bordeaux.» J. Robinson

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article
3 mars 2015 2 03 /03 /mars /2015 00:09
I have a dream : Mybettane+desseauve déclarait leur flamme aux Tronches de Vin épisode 2

Avant tout il faut que je vous avoue qu’avant de tomber dans les bras de Morphée, et les draps tout court, j’avais glosé et carburé toute la soirée aux old GCC dans le terrier d’altitude de Ménilmontant ; un truc à chambouler tous les codes de la bienséance des dégustateurs ayant pignon sur rue : pensez-donc, introduire dans la cantine d’altitude vouée aux vins nus des châteaux blanchis sous le bois et les dorures c’est un peu comme postuler au Grand Tasting pour faire une Masters Class sur les vins de Gérard Marula ou de Floréal Romero.

 

C’était un rêve genre roman-photo des années 60, déjeuner sur l’herbe avec nappe à carreaux et panier d’osier, cuisses de poulet, bouteilles rafraichies dans le ruisseau, femmes en jupe vichy et débardeur échancré, hommes en futals pat d’eph et sabots suédois, les petits oiseaux chantaient, le soleil brillait, je me régalais en feuilletant ma tablette. Ô grande surprise Mybettane+desseauve déclarait sa flamme aux Tronches de Vin épisode 2. Je me disais que ce brusque retournement de chemise était la conséquence de l’attribution du 7 d’or du meilleur blogueur par l’odieuse RVF au naturiste débridé Antonin Iommi-Amunategui.

 

Et puis patatras, surgissant de nulle part, juché sur son scooter, l’homme préposé aux petites œuvres de la maison en question, mise en plis déstructurée au vent, richelieu lustrées, lançait à la cantonade : « Les tronches de vins, le guide des vins qui puent de la gueule… »

 

J’aurais dû m’en douter, le coup de pied de l’âne, alors toute affaire cessante j’ai relevé le gant pour laver l’insulte faite aux 6 blogueurs du vin « indépendants et réputés », ce n’est pas moi qui l’écrit mais la dame du 4ième, de couverture bien sûr.

 

5 gars et une fille, une saine parité, pas blasés du buccal ni inféodés au grand capital, des manieurs de missile sol-verre comme l’écrit Nossiter le grand révolutionnaire de notre époque post-moderne en mal d’appellations sulfureuses, des alternatifs aux antipodes des « critiques professionnels établis… empêtrés dans des contraintes financières et publicitaires », des tenants de la contre-culture du vin, des picoleurs coudes sur table aussi, « libres, humbles, passionnés et désintéressés » sic le Jonathan, à mon avis d’ex-enfant de chœur bons pour la béatification.

 

Trêve de vannes, j’ouvre les vannes de mon éminente fonction de critique autoproclamé. Qu’ai-je à déclarer sur ce second opus :

 

  1. Y’a mes découvertes à moi : l’Alonso, Alice et Olivier de Moor, Thomas Pico, Philippe Valette, Catherine Bernard, Vincent Caillé, les Puzelat, Sébastien Poly, Gérard Marula… etc. ce qui, vu mon grand âge, est la preuve irréfutable que j’ai piqué du nez, sans le savoir comme Mr Jourdain, dans les vins à poils depuis un petit bout de temps.

​2. Y’a plein de vignerons que je ne connais pas ce qui est la preuve indéniable de l’extrême faiblesse de ma culture naturiste. J’ai décidé de me soigner.

 

3. Que je suis bien incapable de dire qui a écrit sur qui sauf pour Pascal Simonutti car Antonin à l’œil rivé sur Brigitte Lahaie et Jean Van Roy brasserie Cantillon car Patrick lorsqu’il quitte son officine prescrit de la lambic sans ordonnance.

 

4. Que je me suis toujours demandé si un blogueur répondant au doux nom de Nicolas-Brion pouvait avoir une once de crédibilité pour vanter les mérites de vins roturiers produits en infime quantité pour le plus grand plaisir des nez aimant le poulailler.

 

5. Que la vallée de la Loire est le plus grand berceau des belles quilles nues avec comme nounou la belle Eva qui a eu la drôle d’idée de nous quitter pour crécher à Angers la ville du roi René.

 

6. Qu’Olivier habite Pontarlier où je ne suis jamais allé et Philippe la Vendée où j’ai usé mes fonds de culotte d’écolier… Ce qui vous fait une belle jambe mais vous donne une info sur leur terroir d’origine. 

 

7. Que je suis bien emmerdé car mes chers collègues de la presse officielle, ceux qui pratiquent le journalisme de promenade et leurs adorateurs, affublés de pseudo prétentieux ou la con, qui sont venus barbouiller du commentaire culturel chez moi, vont me taxer de copinage.

 

8. Que je vais me racheter de toutes les fautes que j’ai commises aux yeux de la corporation paysanne menée par son héraut bordelais : l’intraitable Bernard Farges de CNAOC&CIVB réunis, en choisissant dans la cuve de mes amis les vins nus : Vincent Ginestet, un nom qui sonne encore aux oreilles des maîtres des Chartrons et du Médoc profond.

 

9. Ce choix, pour ne rien vous cacher, me permet aussi de faire fructifier ma petite entreprise qui ne connaît pas la crise, en vous plaçant 2 chroniques où la parole était donnée à feu Bernard Ginestet.

 

 

« …je préfère me référer aux analyses d’un négociant de la place, fort pertinent et impertinent : feu Bernard Ginestet dans sa Bouillie Bordelaise datée de 1975. En effet, la bonne question est de savoir identifier les causes de ce grand écart, d’oser se demander : ça vient du haut, ça vient du bas avant d’en tirer des conclusions qui se veulent définitives mais qui ont de fortes chances d’être caduques à courte échéance. Le CIVB vient de rendre public, le 19 juillet dernier, son plan « Bordeaux demain » : la reconquête... Je prends le temps de le lire : 120 pages et je me permets de conseiller à mes chers « confrères » de tenter de sortir le nez de leur verre pour nous délivrer leurs commentaires.

 

La plume à Bernard Ginestet, voilà 35 ans déjà... à mon sens un millésime encore plein de fraîcheur et de vigueur, à méditer...

 

« Lorsqu’un homme du cru, Bernard Ginestet, ici d’un grand cru puisque les Ginestet furent les propriétaires du Château Margaux (de 1950 à 1977), après avoir trempé sa plume dans la fameuse « Bouillie Bordelaise » en 1975 se glisse dans la peau du romancier pour brosser le portrait de l’archétype du courtier bordelais du milieu des années 60, c’est l’assurance pour le lecteur de savourer un texte dans lequel la fiction n’est qu’une manière élégante de mettre en scène la réalité. Son héros, « Edouard Minton est l’un des plus illustres représentants de cette caste privilégiée de la bourgeoisie bordelaise, enracinée depuis des siècles dans le quartier qui porte son nom : les Chartrons. » Bernard Ginestet qui fut maire de Margaux de 1973 à 1995, pur médocain, grand dégustateur est décédé le 29 septembre 2001.

 

Revenons à Vincent Ginestet, « … médocain pur fruit ! De ceux qui marchent dans la campagne en levant les yeux au ciel pour observer ce vol d’oiseaux, ou le regard rivé devant ses bottes, afin d’être certain d’identifier les traces de lièvre dans la terre brune. Chasseur, pêcheur sans doute, bon vivant, hâbleur parfois, comme savent l’être les Bordelais certains jours, mais nourri de cette atmosphère propre au Médoc, où la pierre blanche de l’Histoire côtoie les palombières. »

 

I have a dream : Mybettane+desseauve déclarait leur flamme aux Tronches de Vin épisode 2

Château Boston, appellation Margaux, connais pas !

 

Pour cause c’est un château en devenir sis « sur l’un des plus beaux terroirs de Margaux. Un lieu unique, une lentille de graves formée par les dépôts du fleuve ancien. Il faut le parcourir à pied pour se rendre compte que l’endroit est hors du commun. »

 

Vincent Ginestet renoue le fil d’une histoire « en 1826, il (ce terroir) figure au cadastre napoléonien. Douze ans plus tôt, le général Palmer s’était porté acquéreur de ce qui allait devenir un 3e GCC en 1855. Plus tard, en 1938, la crise et la guerre se profilant, accélèrent le destin du secteur, jugé trop éloigné de château Palmer et vendu à un maquignon, qui s’empresse d’arracher les vignes, pour y faire pâturer ses vaches. »

 

C’est dans le début des années 2000 que Vincent Ginestet acquière ce lieu et dès 2002 il le replante, 12 ha, en cabernet et merlot. Pour en savoir plus vous vous rendez ICI  le camarade Philippe vous dira tout sur ce Boston.

 

« Si l'ensemble est planté à 80% de cabernet sauvignon (notons qu'une des plus belles parcelles de Château Margaux, la croupe Campion, ressemble fort à ce terroir de Boston et est aussi planté de ce cépage), les 20% restant le sont de merlot, qui a parfois du mal à trouver sa place dans un terroir si reposé et généreux. Pas de cabernet franc, qui se plaît davantage dans les zones argilo-calcaires, plus proches de la rivière. En moyenne, les rendements ne dépassent pas 40 ou 41 hl/ha. »

 

« Dégustation minimaliste au domaine d'un échantillon du millésime 2012, que Vincent Ginestet considère d'ailleurs peu représentatif (sic!), mais qui propose cependant une belle dynamique. A revoir donc, dans d'autres circonstances peut-être!... »

 

Tronches de Vin le seul guide de vins qui vous propose un château qui n’a pas de vin à vendre c’est un luxe que ne peuvent pas se payer B&D !

 

J’adore !

 

Je plaisante bien sûr j’ai trouvé un site proposant du château Boston OFFRE SPÉCIALE -20% : 23.20€ TTC la bouteille 75CL. (29.00€) Offre valable jusqu’au 30 septembre 2014 inclus, dans la limite des stocks disponibles. 

 

 

I have a dream : Mybettane+desseauve déclarait leur flamme aux Tronches de Vin épisode 2

L’opus de la bande des 6 sera en librairie le 13 mars et aujourd’hui disponible ICI 

 

Après avoir fait ma BA je suis retourné au lit en espérant faire de beau rêves plein de vins nus…

 

Ne cédant pas à la facilité du blogueur obsédé d’au-delà des Pyrénées, qui adore les gros nénés, vous n’aurez pas droit à la poitrine dénudée de Brigitte Lahaie… Prière de s’adresser à Vindicateur !

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article
2 mars 2015 1 02 /03 /mars /2015 00:09
Le Lapin Blanc chasseur de beaux vins nus sur les hauts de Ménilmontant : « mais oui madame c'est là que je viens retrouver mon âme, toute ma flamme, tout mon bonheur… »

J’suis pas poète/Mais je suis ému/Et dans ma tête/Y a des souvenirs jamais perdus…

 

Vous n’êtes pas sur radio Nostalgie, la fréquence préférée de Claire, mais chez votre Taulier qui a convoqué le fou chantant, Charles Trenet, pour vous chanter : «  Ménilmontant mais oui madame/C'est là que j'ai laissé mon cœur/C'est là que je viens retrouver mon âme/Toute ma flamme/Tout mon bonheur…

La rue de Ménilmontant, dans le 20e arrondissement, doit son nom à l'ancien village de Ménilmontant et, auparavant, à son sommet il y avait un moulin à vent.

 

Sommet en effet, même si ce n’est pas le Mont Ventoux, il faut savoir la monter au train à vélo puisqu’elle culmine à 104 m lorsqu’elle atteint la rue des Pyrénées. Longue de 1,230 km la rue de Ménilmontant est l'une des rues les plus abruptes de Paris. On l’enfile dans la prolongation de la rue Oberkampf, au métro Ménilmontant, où l’altitude est de 54 m, puis on la grimpe sans trop de difficulté jusqu’à la petite place de la rue Sorbier où elle atteint 75 m, ensuite la pente est très rude dans le dernier tronçon où se situe la cantine d’altitude qu’est Le Lapin Blanc.

 

Aller au Lapin Blanc ça se mérite, y’a pas de voiturier, il faut avoir du cœur et de bons mollets pour y accéder à pied ou à vélo mais, une fois entré dans le terrier, ce n’est que du bonheur à toute heure du jour et de la nuit, ou presque.

Le Lapin Blanc chasseur de beaux vins nus sur les hauts de Ménilmontant : « mais oui madame c'est là que je viens retrouver mon âme, toute ma flamme, tout mon bonheur… »
Le Lapin Blanc chasseur de beaux vins nus sur les hauts de Ménilmontant : « mais oui madame c'est là que je viens retrouver mon âme, toute ma flamme, tout mon bonheur… »

Claire, l’une des 2 taulières derrière son piano, vous accueille comme si vous étiez le roi d’Abyssinie et du Calvados réunis, c’est la fée du logis, elle sourit, elle rit, quelques mots gentils, avec trois petits riens elle sait rassasier les petites et les grandes faims. Point !

 

Z’avez qu’aller voir sur Face de Bouc le programme des réjouissances de la cantine d’altitude.

 

Cette semaine au Lapin Blanc

 

Cantine d'Altitude & Vins Naturels

(Ménilmontant - Paris XXème) 

 

Bon je ne vais pas me contenter de vous faire de la réclame pour le Parmentier de Canard mais de suite passer au bar où officie l’autre taulière, Gaëlle, la reine de la nuit électrique et des images de derrière les fagots, avec elle aussi le sourire est compris dans le service, et en sa compagnie, le Monsieur Déloyal du Blind test, Stéphane, imperturbable dans la tempête, une dégaine d’enfer et un côté inoxydable qui cache un gros cœur.

 

Le bar, c’est au Lapin le trait d’union, l’isthme entre les deux espaces de restauration, car, comme vous vous en doutez, on ne saurait manger sans boire et boire sans manger.

Le Lapin Blanc chasseur de beaux vins nus sur les hauts de Ménilmontant : « mais oui madame c'est là que je viens retrouver mon âme, toute ma flamme, tout mon bonheur… »

Et là, y’a pas photo, la carte des vins du Lapin est l’une plus belle de la nuit parisienne, que des vins nus, des 3 couleurs, avec des bulles, 48 références, de quoi étancher la soif d’un pensionnat de jeunes filles en goguette et un régiment de morts de soif lâchés dans les marges de Paris après avoir visité le salon de l’agriculture.

 

C’est du bon, c’est du lourd, c’est du beau vin…

 

Attention, ne sortez pas votre bobo de votre gibecière pour me l’envoyer dans les gencives, ce n’est pas le style de la cantine d’altitude même si dans le commerce on ne demande jamais aux clients de montrer patte blanche.

 

Le Lapin est donc un haut-lieu imprévisible, improbable, de bric et de broc, que l’on peut facilement s’approprier, faire comme chez soi, refaire le monde, se saouler de musique, se nourrir sous les 2 formes, et c’est ce qui fait son charme et sa chaleur.

 

Mais la chaleur ça donne la pépie : place aux vins nus !

 

Claire et Gaëlle sont tombées dans les vins nus comme on tombe amoureux, comme ça, sans fla-fla, le coup de foudre, la sidération, l’addiction, le péché mortel sans acte de contrition, l’amour fou et depuis elles écument les quilles nues comme des grandes filles. Comme un bonheur n’arrive jamais seul, elles ont bénéficié d’un mentor de haute cuvaison et d’Aveyron, d’un guide pour les amener au royaume des 100 fleurs, le Grand Philippe, sis au Lieu du Vin , caviste de cœur et de passion. Reste le Stéphane, branché sur 100 000 volts, un oiseau dans la tempête, qui lui fut, de prime abord un peu sceptique, avant d’être touché par la grâce des vins nus et de se révéler un redoutable manieur des mots qu’il faut poser sur le jaja qui ne pète pas plus haut que son cul nu : chapeau ! « C’est propre ! »

 

Avant de vous présenter la carte de la cantine d’altitude qui m’est chère j’ai tendu mon microphone aux tenancières et à quelques piliers de bar pour leur demander leur coup de cœur dans cette belle palette :

 

  • Gaëlle « Je n’ai pas un vin favori ; ni sur la carte du Lapin Blanc, ni dans le fabuleux monde des milliers de bouteilles que je n’ai pas encore dégusté. Ou alors, ce vin préféré change chaque jour : j’apprends depuis deux ans le vin, sans idées préconçues, en refusant les chapelles. Au Lapin, nous sommes venues au vin nature par le gré des rencontres, des échanges. Et ça nous a plu. Je n’ai aucune envie d’enfermer cette passion nouvelle dans des cases, encore moins d’y apposer des étiquettes. Je travaillais avant dans la musique, un milieu de petites stars et de castes. Je veux garder le plus longtemps possible la fraîcheur et l’échange humain dans cette nouvelle vie professionnelle.

 

Pour illustrer ce côté sain que nous recherchons, j’ai donc choisi Fred Rivaton et sa cuvée Tombé du Ciel, pour te répondre, Jacques.

 

Nous travaillons avec Fred depuis l’ouverture du Lapin, j’adore ce vin et il s’adresse au plus grand nombre. C’est un vin généreux et bienveillant : accueillant. C’est ainsi le premier sur notre carte des rouges, un vin qui peut être un passage pour les non-initiés au nature. »

 

  • Claire, elle, est en voyage d’affaires, mais je sais que dans sa bulle elle adore les bulles, un de ces 4 elle nous confiera où ses amours, du vin bien sûr, la portent. C’est une fine bouche.

 

  • Émilie qui ne prise guère les forts effluves d’écurie de certains vins nus en revanche aime beaucoup Les Gruches le Touraine 2011 de Gérard Marula, elle lui trouve un très joli nez, avec des réminiscences de l’immortelle de Corse, et en bouche elle apprécie sa souplesse, sa finesse et sa fraîcheur. Du fruit, une explosion de fruits murs !

 

  • Philippe nous confie « Vous reprendrez bien un peu de Vie ? C'est simple, la vie, il suffit de respecter, d'imaginer, de partager... Là, c’est Pierre-Nicolas Massotte qui assemble cinsault, grenache, syrah et carignan pour élaborer un vin vivant, riche et puissant mais complexe et surprenant. Il faut reprendre un peu de vie, en lui laissant le temps de respirer, pour que ce vin naturel partage avec vous tout ce que ce modeste, discret mais décidé et doué vigneron a voulu y mettre. Laissez-vous surprendre. Puis séduire... »
Le Lapin Blanc chasseur de beaux vins nus sur les hauts de Ménilmontant : « mais oui madame c'est là que je viens retrouver mon âme, toute ma flamme, tout mon bonheur… »
Le Lapin Blanc chasseur de beaux vins nus sur les hauts de Ménilmontant : « mais oui madame c'est là que je viens retrouver mon âme, toute ma flamme, tout mon bonheur… »
Le Lapin Blanc chasseur de beaux vins nus sur les hauts de Ménilmontant : « mais oui madame c'est là que je viens retrouver mon âme, toute ma flamme, tout mon bonheur… »

LA CARTE DES VINS DU LAPIN BLANC

 

Blancs:

 

Mathias Marquet - L’écorce - Vin de France (Bergerac)

Jo Pithon - Les pépinières - Anjou 2010

Floréal Romero - Maeva - Vin de France (Gers)

Frédéric Renoux - Pur Jus - Ventoux 2013

Alexandre Coulange - Esprit Vendangeur - Vin de France (Aude)

Pierre Nicolas Massotte - Ondine - Vin de France (PO)

Domaine Inebriati - Oréa - Vin de France 2012 (Gard)

Sylvain Jougla - Claire - Duras 2011

Le Conte des Floris - Ares - 2012 Languedoc

Vincent Caillé - La part du Colibri -Muscadet

Maison Thomas - Sec de rhubarbe Vosges

Gérard Marula - Ange - Touraine 2011

 

Bulles:

 

Romain Paire - Bulles - effervescent naturel

Vincent Caillé - Z bulles - vin mousseux ½ sec

Massimo Coletti - vino frizzante Via Larghe 01 -Italie

Gregory Leclerc - Nid de guêpes - Vin de France (37)

Sébastien Fleuret - Sitting Bulles - Vin de France 2013 (49)

Laurent Herlin - Cintré - Vin de France 2012 (37)

Vincent Fleith - Crémant d’Alsace -

Frédéric Rivaton - Panoramix - Vin de France (PO)

François Diligent - Champagne Brut, pinot noir -

 

Rouges:

 

Frédéric Rivaton - Tombé du ciel - Vin de France (PO)

Floréal Romero - Sang Chaud - Vin de France (Gers)

Floréal Romero - Sang Froid - Vin de France Merlot 2011 (Gers)

Jeff Coutelou - Sauvé de la citerne - Vin de France 2013 (Hérault)

Jeff Coutelou - La Buvette à Paulette - Vin de France 2013 (Hérault)

Jeff Coutelou - La Vigne haute - Vin de France (Hérault)

Alban Michel - Liberterre - Corbières 2012

Alban Michel - Pas de bla blah - Vin de Table 2012

Alban Michel - L’alternapif - Vin de Table 2013

Raphael Champier - Buissonnante - Beaujolais-Villages 2013

Mathias Marquet - Va te faire boire - Vin de France (Bergerac)

Grégory Leclerc - La Mule Magnum - Vin de France (37)

Grégory Leclerc - La Mule - Vin de France (37)

Pierre Nicolas Massotte - Vie - Vin de France 2012

Gérard Marula - Que votre joie demeure - Chinon 2013

Gérard Marula - Clos des baconelles - Chinon 2012

Gérard Marula - Les Gruches - Touraine 2011

Jacques Broustet - Autrement - Vin de France (33)

Olivier Techer - Pom’n Roll - Pomerol

Laura Pepi Angiolini - Rosso Miscianello (Toscane) - 2011

Clos des Cimes - Fée des vignes côte du Rhône 2011-

Château Renaissance - Cuvée Dix Thyrambique (Bordeaux) -

Karim Vionnet - Beaujolais Villages - 2011

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article
1 mars 2015 7 01 /03 /mars /2015 07:00
CHAP.15 opération Chartrons, « C'est de la bombe, ça… c'est dans les industries d'armement» Hollande fait le buzz un verre de bergerac à la main
CHAP.15 opération Chartrons, « C'est de la bombe, ça… c'est dans les industries d'armement» Hollande fait le buzz un verre de bergerac à la main

De suite, sitôt reçue, j’ai posé sur mon bureau la photo qu'elle venait de me poster, alors j'étais gai « comme un italien quand il sait qu'il aura de l'amour et du vin… tu ressemblais un peu à cet air d'avant, où galopaient des chevaux tous blancs, ton visage était grave et ton sourire clair, je marchais tout droit vers ta lumière, aujourd'hui quoi qu'on fasse, nous faisons l'amour, près de toi le temps parait si court… » La chanson de Nicole Croisille, annexée à mon seul profit, tournait en boucle dans ma tête. Je me surprenais même à la chanter mezzo voce. Dans la foulée je donnais congé à ma petite troupe en l’invitant gentiment à aller arpenter les allées du Salon de l'agriculture afin de laisser traîner leurs grandes oreilles pour me rapporter leur moisson d’informations de première main. Ils se marraient tous plus ou moins discrètement, et c’était Ducourtioux qui se dévouait en leur nom en plaçant une bourre qui m'allait droit au cœur  « Putain que c’est bon d’avoir un patron amoureux… » Je souriais. Avant qu’ils ne partent je sortais de ma réserve personnelle une belle bouteille de champagne d’Emmanuel Brochet. Nous levions nos verres. Ducourtioux sur sa belle lancée portait un toast en trinquant avec moi « à vos amours qu’ils durent toujours… » Sur un petit nuage, aux anges j'étais, la semaine allait me paraître un peu moins longue. En dépit de mon allergie pour le grand barnum je m’embarquais guilleret sur la ligne 12, cap sur le salon qui sent la bouse !  

 

 

 

CHAP.15 opération Chartrons, « C'est de la bombe, ça… c'est dans les industries d'armement» Hollande fait le buzz un verre de bergerac à la main

Là-bas c’était la ruée. Ils sont venus, ils sont tous là, pelotant le cul des vaches, flattant la nuque laineuse des moutons, grattant les têtes de biquettes belliqueuses, verre à la main pour certains, avalant cochonnailles grasses et fromages qui puent avec des cris d’extase, tentant à tout moment de présenter au bon peuple leur meilleur profil, les carnassiers souraient, faisaient de bons mots, dans un décor de carton-pâte à la porte de Versailles. Comme on l’écrivait à tout bout de champ, c’est le cas de le dire dans ce terroir image d’Epinal, le salon de l’Agriculture est devenu un évènement incontournable de la gente politique. Avec l’irruption de Twitter c’est la mitraille permanente, ça tombait comme à Gravelotte, l’immortalisation du foirail était si fugace que je ne savais à quoi servait ce flux interrompu. L’exécutif à deux têtes – souvenir de l’aigle à deux têtes de Cocteau, avec Edwige Feuillère et Jean Marais – jouait sa partition en avant-première, à la Corrézienne pour le boss, à la catalane pour le fondé de pouvoir comme l’aurait dit Fillon le cocker. Face à eux la cohorte des Présidents de tout ce que la France des vaches, cochons, couvées, et autres joyeusetés, défile, courbe l’échine, fait le beau, n’en pense pas moins, flatte, c’est le bal des faux-culs dans toute sa splendeur agraire. Comme avait fait dire à Pétain, Emmanuel Berl, la Terre ne ment pas, ses représentants si. Ils me sortaient par les yeux, les trous de nez, je les fuyais pour aller faire des photos des animaux.

 

De ce salon deux informations de la plus haute importance surnagaient : tout d’abord un François Hollande à son aise, samedi, lors de son inauguration marathon, alors qu’il faisait station au Pavillon des Vins, subissait le lamento d’un Président que je ne connaissais ni d’Eve ni d’Adam, face à un sommelier bavard et verbeux comme à l’ordinaire, quand les fera-t-on taire, a réussi à placer, un verre de bergerac rouge à la main : « C'est de la bombe, ça… c'est dans les industries d'armement» Bien évidemment, les éternels ramenards de la Toile ont poussé des hauts cris en dénonçant un affreux coup de com ! Jamais contents, quand l’autre n’en buvait pas c’était l’horreur absolue, et quand celui-ci en boit ils le traitent de menteur. Bande de cons !

 

La seconde, fait exceptionnel, Nicolas Sarkozy a bu un verre à la santé de la filière viticole, le 25 février au Salon. Un crémant d’Alsace et un mercurey attendaient Nicolas Sarkozy sur le pavillon des vins au Salon de l’agriculture, ce 25 février... Ainsi qu’une brochette de responsables professionnels. But de la visite pour la filière : lui faire part de ses revendications, mais surtout le voir trinquer à la santé de la viticulture, alors qu’il ne boit pas. Je me régale :

 

« Il est 11 h 45 lorsque le président de l’UMP arrive sur le stand. Jean-Marie Barillère, président du Cniv, Jérôme Despey, président du conseil des vins de FranceAgriMer, et une dizaine d’autres présidents ou directeurs d’interprofessions ou de syndicats l’accueillent. Rapidement, les deux responsables l’invitent dans l’espace fermé du stand, dédié aux réceptions, plutôt qu’au bar ouvert au public où François Hollande puis Manuel Valls s’étaient prêtés au jeu de la dégustation quelques jours plus tôt. « Nous avons préféré discuter au calme », explique Jérôme Agostini, directeur du Cniv. » Bien sûr, ils n’ont que ça à la bouche la loi Évin. Jean-Marie Barillère, Audrey Bourolleau, directrice de Vin et Société, et Jérôme Despey prennent tour à tour la parole pour lui rappeler que la filière refuse toute nouvelle restriction de la publicité pour le vin et qu’elle demande une définition de la publicité. Le petit Nico n’en a rien à cirer. Impatient de prendre la parole, il a répondu en noyant le poisson : « Vous, les viticulteurs, vous avez fait quelque chose que les autres secteurs de l’agriculture n’ont pas su faire : garder le contact avec le consommateur. » Puis il a soutenu que l’administration et les tribunaux français produisent trop de normes. « La première mesure que nous prendrons (sous-entendu, si nous revenons au pouvoir) sera : toute la réglementation européenne, mais seulement la réglementation européenne. Ce sera une façon de repenser à la loi Évin. Je sais que les ravages de l’alcool chez les jeunes, c’est la bière et les alcools forts, pas le vin, pas le champagne. » Une déclaration qui a piqué le président et la directrice du BNIC, présents dans l’assistance. » Pendant ce temps, le crémant ne cessait de se dégazer. Revenant à l'essentiel, Jérôme Agostini a invité le sommelier à le servir. Nicolas Sarkozy a levé son verre à la santé de ses hôtes, sans plus de commentaire. Il l’a bu en deux ou trois gorgées. Puis, d’un coup, il a bondi de son siège comme si l’épreuve avait assez duré ! Apparemment, il était hors de question pour lui de boire un second verre, fût-ce du mercurey. »

 

Pour le reste notre poulain conforte sa place au zénith des sondages : le tableau de bord politique Ifop-Fiducial pour Paris Match et Sud Radio JUPPÉ ET BAYROU, ENSEMBLE AU SOMMET

 

« C’est le duo choisi par les Français. Alain Juppé et François Bayrou trônent, pour la première fois, respectivement à la première (66%, +1) et à la deuxième place (57%, stable) Certains y verront peut-être l’équation magique de la prochaine présidentielle. Les compères bordelais et béarnais disposent en tout cas d’un atout : ils sont populaires auprès de l’ensemble des Français et, surtout, ils dépassent leurs camps naturels. Alain Juppé bénéficie d’une bonne opinion auprès de 61% des sympathisants de gauche et François Bayrou auprès de 65% quand Nicolas Sarkozy en réunit 19%. Attention toutefois à ne pas tout focaliser sur le pourcentage de bonne opinion. Quand Nicolas Sarkozy et Alain Juppé sont testés en duel par l’IFOP auprès de l’ensemble des Français, le maire de Bordeaux l’emporte largement (61/34), mais moins fortement que précédemment (64/30 en janvier). Lorsque la mesure ne concerne que les sympathisants UMP, l’ex-président devance toujours le maire de Bordeaux et dans les mêmes proportions : 62% pour Sarkozy contre 38% pour Juppé. Preuve donc que le patron de l’UMP –malgré un retour moins flamboyant que prévu– reste toujours le favori incontestable de la primaire. »

 

Vivement mardi ! Je t'attendrai à la porte du garage dans ma superbe auto !

CHAP.15 opération Chartrons, « C'est de la bombe, ça… c'est dans les industries d'armement» Hollande fait le buzz un verre de bergerac à la main

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Roman
commenter cet article
1 mars 2015 7 01 /03 /mars /2015 00:09
Le donneur de recettes adore les poissons droitiers comme les poissons gauchers et il n’en fait pas tout un plat
Le donneur de recettes adore les poissons droitiers comme les poissons gauchers et il n’en fait pas tout un plat

Je suis droitier mais ambidextre sur le clavier, ne pratique jamais le ni-ni en politique, ai toujours pensé que le centrisme était un simple cache-sexe pour les mous et comme le soutenait, à contre-courant, dès 1954 dans son livre La Droite en France, René Rémond, je crois toujours que la dualité gauche/droite structure la vie politique française, que la droite comme la gauche est plurielle, que la droite est composée de trois familles nées de la Révolution : le légitimisme droite contre-révolutionnaire, l’orléanisme droite libérale et le bonapartisme droite césarienne. La gauche, depuis la scission du Congrès de Tours, pendant très longtemps se scindait en communiste et non-communiste, cette dernière, après un long temps d’émiettement, s’assemblait autour du PS avant que l’émergence des extrêmes menace son leadership. Le même phénomène menace la droite traditionnelle, avec la renaissance et la montée en puissance du FN héritier du nationalisme et populisme qui avait pris corps, dès 1882, dans le mouvement antisémite, xénophobe, antidreyfusard. Rien de nouveau sous le soleil d’Austerlitz !

Le donneur de recettes adore les poissons droitiers comme les poissons gauchers et il n’en fait pas tout un plat

Tout ça pour vous causer des poissons plats droitiers et gauchers.

 

Dans les océans et les mers, comme en Angleterre et sur le continent, il est des poissons qui conduisent à gauche et d’autres à droite. Je plaisante à peine, en effet si l’on observe attentivement certains d’entre eux, on voit que les soles donnent toujours l’impression de regarder à droite, tandis que d’autres, semblent regarder à gauche.

 

Pourquoi ?

 

Tout simplement parce que leurs yeux changent de place.

 

« Ces poissons naissent comme les autres, avec une symétrie bilatérale verticale et donc un œil de chaque côté de la tête. Mais quand le jeune poisson plat atteint de 1 à 2 cm de long, l’un de ses yeux se met à migrer par-dessus sa tête pour se rapprocher de l’autre, et il doit alors nager sur le côté pour maintenir les deux yeux vers le haut.

 

Ensuite, la forme du poisson s’aplatit progressivement et ses nageoires se structurent tout autour du corps, de sorte que ses flancs droit et gauche – à la naissance – deviennent sa face « dorsale », qui porte les yeux, et sa face « ventrale », qui est devenue aveugle.

 

En outre, la pigmentation du poisson se différencie : elle prend une teinte foncée, souvent bariolée ou tachetée au-dessus, et claire et unie au-dessous, ce qui assure au poisson un bon camouflage, aussi bien sur les fonds marins, que lorsqu’il est vu du dessous, nageant sur le fond clair du ciel. »

 

Le mystère c’est que ce basculement du corps au cours de la croissance se fait, d’un côté ou de l’autre selon les familles : les Scophthalmidés (environ 8 espèces) le turbot, la barbue et la cardine qui regardent à gauche, et les Soléidés (environ 130 espèces) la sole, le céteau, les Pleuronectiformes (60 espèces environ) la limande, la limande-sole, la plie, le carrelet, le flet, le flétan, qui regardent à gauche.

Le donneur de recettes adore les poissons droitiers comme les poissons gauchers et il n’en fait pas tout un plat

Toute ma science je la tire de la somme d’Henriette Walter et Pierre Avenas « la fabuleuse histoire du nom des poissons » chez Robert Laffont

Le donneur de recettes adore les poissons droitiers comme les poissons gauchers et il n’en fait pas tout un plat

Ce phénomène est vraiment extraordinaire.

 

« Cette perte du plan de symétrie de la naissance chez les poissons plats est un phénomène unique, non seulement parmi les poissons, mais aussi parmi les vertébrés : on ne connaît pas de cas semblables, ni chez les mammifères, ni chez les oiseaux, ni non plus chez les reptiliens et les amphibiens. »

 

Mon goût va vers les poissons droitiers : sole et céteau mais j’aime aussi le turbot et la barbue

Le donneur de recettes adore les poissons droitiers comme les poissons gauchers et il n’en fait pas tout un plat

Table le restaurant où le produit est roi propose une magnifique sole de roche de l’Ile d’Yeu.

 

J’y mange de temps à autre à midi au bar pour 25€ entrée + plat + dessert

 

Buvez avec ça un vin de Paul Reder par exemple Grigri : vin postmoderne

Le donneur de recettes adore les poissons droitiers comme les poissons gauchers et il n’en fait pas tout un plat
Le donneur de recettes adore les poissons droitiers comme les poissons gauchers et il n’en fait pas tout un plat
Le donneur de recettes adore les poissons droitiers comme les poissons gauchers et il n’en fait pas tout un plat

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article
28 février 2015 6 28 /02 /février /2015 00:09
La piadina de la mama de Pier Giorgio Parini Osteria Del Povero Diavolo à Torriana Émilie-Romagne :  sa madeleine de Proust

« On ne peut pas ne pas raconter la scène où la mère de Pier Giorgio a ouvert fièrement un placard dans la cuisine de son enfance. C’était un nécessaire à piadina, une sorte de galette réalisée à base de farine de froment, de saindoux, de sel et d’eau, spécialité d’Émilie-Romagne. Elle se façonne traditionnellement sur une plaque de pierre. On l’a goûté quelques heures plus tard dans une petite échoppe de Rimini. Elle était fourrée d’épinard, de mozzarella et de chair à saucisse, une nourriture rassurante, un délice. L’une des nombreuses madeleines du cuisinier. »

 

La piadina, pida en dialecte romagnol, est un aliment lié à la tradition étrusque connu depuis le XVIème siècle. On raconte qu’en 1839, une bande de voleurs s’étant introduit de nuit dans une maison et n’ayant trouvé rien de valeur, se consolèrent en mangeant de la piadina qu’ils trouvèrent dans la cuisine. C'est l'ancêtre de la focaccia. Contrairement à la pizza qui a fait le tour du monde, la piadina est restée en Italie. Pendant longtemps elle a été le pain des pauvres de cette région car elle avait l'avantage de coûter peu, de cuire rapidement et surtout de couper la faim.

La piadina de la mama de Pier Giorgio Parini Osteria Del Povero Diavolo à Torriana Émilie-Romagne :  sa madeleine de Proust
La piadina de la mama de Pier Giorgio Parini Osteria Del Povero Diavolo à Torriana Émilie-Romagne :  sa madeleine de Proust
La piadina de la mama de Pier Giorgio Parini Osteria Del Povero Diavolo à Torriana Émilie-Romagne :  sa madeleine de Proust

Nous sommes en Emilia-Romagna région alliant deux provinces historiques l'Émilie au nord et la Romagne la Romagne comprise dans le delta du Pô, de Bologne à Rimini, patrie des belles italiennes avec plein de chevaux sous le capot : Ferrari à Maranello, Maserati à Bologne et Modène, Lamborghini à Sant'Agata Bolognese. C’est l’une des régions les plus fertiles d’Europe située entre l’Apennin ligure et toscan et la rive gauche du Pô : elle est bordée à l’est de la mer Adriatique, à l’ouest du Piémont et de la Ligurie, au nord de la Vénétie et de la Lombardie, au sud de la Toscane, des Marches et de la République de Saint Marin. Bologne est la ville-capitale.

 

C’est un annuaire de grands cinéastes : Michelangelo Antonioni, Marco Bellocchio, Bernardo Bertolucci, Federico Fellini, Pier Paolo Pasolini y sont nés.

 

C’est aussi une superbe brochette du bel canto Arturo Toscanini, Giuseppe Verdi, Renata Tebaldi, Luciano Pavarotti y sont nés.

 

Certes, il y a aussi Benito Mussolini né à Dovia di Predappio dans la province de Forlì-Cesena.

 

C’est Ferrare qui resta sous la domination de la famille d'Este jusqu'à la fin du XVIe siècle. Elle fut une grande ville d'art sous les Este, réputée dans toute l'Europe dès le bas moyen-âge et pendant la renaissance. A la fin du XVe siècle, elle connaît un des plus grands projets urbains de l'Europe moderne, entrepris par son duc Hercule Ier d'Este, et le premier de planification raisonnée des espaces citadins. Son enceinte et sa belle forteresse médiévale sont très bien conservées et de nombreux édifices et palais datant de la Renaissance sont particulièrement intéressants. Ce patrimoine lui a valu d'être inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco pour d'une part son centre historique et en outre pour son delta sur le Pô.

 

C’est Bologne dont les origines remontent au moins à un millénaire avant Jésus-Christ. Elle a toujours été un important centre urbain, d'abord sous les Étrusques (Felsina), ensuite sous les Romains (Bononia), puis au Moyen-âge, en tant que une importante commune indépendante (pendant un siècle elle fut la cinquième ville européenne par sa population). Très ancienne ville universitaire célèbre pour ses tours et ses portiques en arches (plus de 38 Km dans le centre historique), dont le plus long au monde (Portique de San Luca, 3.500 m pour 666 arches), elle possède le centre historique médiéval le plus grand d'Europe après celui de Venise. La sauce bolognaise massacrée par les mauvais fabricants de pizzas et de conserves y trouve son origine.

 

C’est aussi un superbe garde-manger de luxe :

 

  • Le Parmigiano-Reggiano DOP (Dénomination d’origine protégée), appelé « Parmesan » dans le langage courant français.

  • Le Jambon de Parme, Prosciutto di Parma Appellation d’Origine Protégée, exclusivement élaboré dans le sud de la province de Parme; 5 kms au sud de l’antique via Emilia, entre les rivières Enza et Stirone, dans les collines - les Apennins - à 900 mètres d’altitude maximum.

  • Le vinaigre balsamique produit en Italie, dans les provinces de Modène et de Reggio d’Emilie.

 

​Mais revenons un instant à Pier Giorgio Parini, l’ami Bruno Verjus, le 22 mai 2010 nous demandait « Connaissez-vous la tomate de Pier Giorgio Parini ? » et s’exclamait Tomatissime !

La piadina de la mama de Pier Giorgio Parini Osteria Del Povero Diavolo à Torriana Émilie-Romagne :  sa madeleine de Proust
La piadina de la mama de Pier Giorgio Parini Osteria Del Povero Diavolo à Torriana Émilie-Romagne :  sa madeleine de Proust
La piadina de la mama de Pier Giorgio Parini Osteria Del Povero Diavolo à Torriana Émilie-Romagne :  sa madeleine de Proust

« Ouh là, là, quelle découverte ce Pier Giorgio. Un véritable talent pour un plat déjà emblématique, sa tomate.

 

Imaginez, des tomates italiennes séchées tendrement au four durant 6 heures. Pendant ce temps l'on confectionne un bouillon de viandes et d'herbes aromatique. Corsé à ce point que les arômes tambourinent au palais. Et puis ? L'on réhydrate les tomates dans ce jus de baptême. Elles reprennent forme et paressent en miroir.

 

Une crème onctueuse de fromage de frais et de citron comme un lac apaisant pour contenir toute leur vie incandescente. Une poudre d'agrume (comme un Niac de Michel bras) pour seul fard et voilà la belle rouge sans autre artifice. »

 

Je sais, vous m’attendez au tournant : et les vins d’Emilia-Romania ils sont où ?

 

Réponse L’Emilie Romagne a 1 DOCG l’Albana di Romagna, 19 DOCS dont le célèbre Lambrusco sous 3 dénominations et 10 IGT.

 

« En Emilie, le vin principal est donc le Lambrusco, tout en nuances mousseuses du pourpre au rosé, fait à partir de raisins élevés dans de hautes treilles, essentiellement dans les plaines au sud du Pô. Les vins de Romagne sont surtout issus de Sangiovese, Trebbiano et Albana, le cépage qui contribue à la première DOCG de blanc d’Italie.

 

Le Lambrusco est produit en volume dans les quatre zones DOCs autour de Modène et de Reggio. La majeure partie du Lambrusco expédié à l’étranger est demi-doux (amabile) ou doux alors que ce qui est consommé sur place est sec, et pas toujours issu d’une DOC. En effet, le sec authentique est considéré comme l’accord parfait avec la riche cuisine régionale, mais il faut noter que bien peu d’amateurs à l’étranger ont eu l’occasion de goûter ce vin dans ce style. »

 

Vous me connaissez je ne suis pas très amateur de grosses bombasses fardées alors je suis allé puiser chez mon ami Alessandra une petite IGT Emilia produit dans l’Azienda Agricola Al di là del Fiume Dagamó rosso 2013

 

  • Vin de culture biodynamique
  • 100% Barbera
  • Macération sur peaux en amphores en terre de Toscane de 8 hl pendant 3 à 4 mois
  • Gabriele aime la terre, Danila aime les gens, ensemble, ils ont décidé de changer leur vie :

« Créer des liens?

Bien sûr, dit le renard. Tu n'es encore pour moi qu'un petit garçon tout semblable à cent mille petits garçons. Et je n'ai pas besoin de toi. Et tu n'as pas besoin de moi non plus. Je ne suis pour toi qu'un renard semblable à cent mille renards. Mais, si tu m'apprivoises, nous aurons besoin l'un de l'autre. Tu seras pour moi unique au monde. Je serai pour toi unique au monde… »

Saint-Exupéry 

La piadina de la mama de Pier Giorgio Parini Osteria Del Povero Diavolo à Torriana Émilie-Romagne :  sa madeleine de Proust
La piadina de la mama de Pier Giorgio Parini Osteria Del Povero Diavolo à Torriana Émilie-Romagne :  sa madeleine de Proust
La piadina de la mama de Pier Giorgio Parini Osteria Del Povero Diavolo à Torriana Émilie-Romagne :  sa madeleine de Proust

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article
27 février 2015 5 27 /02 /février /2015 09:53
Modérer les commentaires ce n’est pas les censurer… non au «journalisme de l’encens…»

Longtemps sur mon espace de liberté j’ai laissé les commentaires se mettre en ligne sans en consulter le contenu jusqu’au jour où l’un d’entre eux a mis en cause, très gravement et nommément, une personne connue dans le monde du vin. Par bonheur j’étais face à mon écran et, de suite, j’ai pris la décision de modérer les commentaires.

 

Pour autant modérer les commentaires ne signifie pas les censurer.

 

Ce filtre qu’est la modération a un fondement juridique : c’est moi qui suis responsable de tout ce qui se publie sur mon blog y compris les commentaires : jurisprudence Free/Libération. En conséquence toute attaque, dénonciation, insulte et autres joyeusetés passent à la trappe sans autre forme de procès.

 

En revanche, le débat vif, argumenté, surtout s’il me met en cause, est immédiatement relayé.

 

Ce billet est motivé par ce qu’a écrit Jérôme Perez de la LPV en commentaire sous ma chronique relais de celle de Michel Bettane où je faisais mon travail d’information vis-à-vis de mes lecteurs. J’ignorais qui était l’auteur de l’appellation « journalisme de promenade », en effet je lis beaucoup mais n’étant pas un grand amateur je ne suis pas le fil de la LPV de manière assidue.

 

« Chacun vient tirer la couverture à soi, c'est vraiment navrant.

 

Je tiens quand même à préciser certaines choses puisque mon propos est déformé et que je suis censuré sur le site de Bettane qui ne peut s'empêcher de publier un éditorial me fustigeant ces derniers temps, l'un après l'autre. »

 

Sans entrer dans une quelconque polémique ou mettre de l’huile sur le feu l’accusation, qui doit sans doute être fondée, mérite une réponse circonstanciée car elle décrédibilise ceux qui pratiquent un tri basé sur le contenu des commentaires en laissant accroire, en ne choisissant que l’encens, à une approbation des propos publiés.

 

Même si le Figaro papier l’a banni de sa manchette « Sans la liberté de blâmer, il n'est pas d'éloge flatteur…

« Il n'y a que les petits hommes, qui redoutent les petits écrits.»

 

Le mariage de Figaro (1784), V, 3

Pierre Augustin Caron de Beaumarchais

 

Ma maison, qui est une petite entreprise qui ne connait pas la crise, est grande ouverte, ni verrous, ni volets, quiconque peut y venir y discuter même en s’envoyant des volées de bois vert mais, tout à la fin, dans le respect des convictions de chacun, on s’y salue, on peut même prendre un verre en commun et partager le pain et le sel…

 

Modérer les commentaires ce n’est pas les censurer… non au «journalisme de l’encens…»

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute liberté pour l'Extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents