www.berthomeau.com

    Vin&Cie,

             l'espace de liberté

berthomeau1.jpg

Un peu de douceur, de convivialité, de plaisir partagé, dans ce monde de brutes...

Pour recevoir mes chroniques chaque matin abonnez-vous à la newsletter, colonne de droite, c'est gratuit. 

Merci pour votre fidélité et n'hésitez pas à faire des commentaires.

Bonne journée à tous, ceux qui ne font que passer comme à ceux qui me lisent depuis l'origine de ce blog.   

 

 

 

 

 




 

Mardi 16 septembre 2014 2 16 /09 /Sep /2014 09:30

vignetteb72a47d62fb85ffaa9a518fbe182bb3c--1-.jpg

 

« Dominique Techer le vigneron-paysan de Pomerol cette année, les viticulteurs vont crever, mais les vendeurs de peur vont se faire des couilles en or… » link lorsque j’ai commis cette chronique le 20 février 2014, suite à la lecture de ce qui allait devenir le brûlot de l’été : VinoBusiness d’Isabelle Saporta, elle a fait un score de lectorat très modeste et j’étais vénère du peu d’intérêt de mon lectorat pour un homme droit, sincère qui, contrairement à beaucoup, ose aborder des sujets qui fâchent sur le plateau de Pomerol.


Hier au soir, au Lapin Blanc, nous avons visionné sur France3 le reportage d’Isabelle Saporta, puis le débat, qui prit au départ des allures du Droit de Réponse du regretté Michel Polac, puis nous avons bu et mangé  en nous disant mais pourquoi donc le Norbert avait-il autant harcelé la réalisatrice ?


10514732_10203353868180915_5474871734276160253_n.jpg

 

Mais l’objet de cette chronique n’est pas là. En effet, je suis rentré dans mon XIVe à vélo, je me suis couché et je me suis levé tard comme Marcel Proust. Après avoir petit-déjeuner j’ai ouvert mon écran comme chaque jour. En bon Taulier je suis allé jeter un œil embrumé sur les résultats de la veille.


Là j’ai cru tomber par terre le thermomètre du lectorat montait au ciel : 5503 visiteurs uniques !


Score jamais atteint.


Alors je me dis chez Overblog ils se sont pris dans le tapis et je vais voir le détail de ce chiffre.


Que vois-je alors ?


Qu’au millier de lecteurs habituels la chronique sur Dominique Tescher avait vue par 4515 lecteurs.


Incroyable mais vrai, sitôt le docu vu les internautes se sont précipités sur leur clavier et « Dominique Techer le vigneron-paysan de Pomerol cette année, les viticulteurs vont crever, mais les vendeurs de peur vont se faire des couilles en or… » s’est affiché.


Le score s’est réalisé entre 22 heures et minuit.


Viralité du Net, rien ne se perd, à tout moment une chronique qui avait fait un bide peut revivre.


Complémentarité entre deux médias qui devrait faire réfléchir les grands esprits des organisations professionnelles qui pompent des CVO (pas vrai Dominique !)


Je suis heureux pour Claire, Olivier et Dominique car je suis persuadé que leur visibilité en sera améliorée car leur vin il leur faut bien le vendre.

 

Belle journée à eux et à vous…


Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : berthomeau
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Mardi 16 septembre 2014 2 16 /09 /Sep /2014 00:09

SG1L6288_redimensionner.JPG

 

L’anticyclone des Açores a enfin pointé le bout de son nez et s’est installé pour nous protéger du vent, de la pluie, redonnant à notre été pourri une gueule de circonstance. Votre Taulier se prélasse, visite les petits poissons, n’en fout pas une rame, crame sous le soleil.

 

Pour vous abreuver, il ne lui reste plus qu’à aller puiser dans son cabinet des curiosités pour vous gratifier d’une chronique mise en ligne le 25 janvier 2007sous le titre « Le vin français c'est pourtant pas compliqué ! »


images--14-.jpg

 

Depuis cette date quelques châteaux bordelais se sont peut-être compactés, je laisse le soin aux grands experts d’apporter toutes les corrections nécessaires. Moi j’ai la flemme.


« Texte retrouvé dans mes archives signé Jérôme David. Reproduit tel quel, sous sa responsabilité, si des erreurs ou des approximations s'y sont glissées je laisse le soin aux spécialistes de les signaler et rectifier. Vous pouvez aussi contribuer à l'édification des foules ignares des subtilités de nos belles appellations en brodant sur ce texte...


Si Bordeaux et Bourgogne sont des appellations, Bordeaux est le nom d'une ville et Bourgogne est le nom d'une région. La Corse est une île qui produit aussi des vins d'appellations.


Le Premier Cru est le top de la hiérarchie bordelaise devant le Deuxième Cru. En Bourgogne c'est le Grand Cru qui tient le haut de l'échelle devant le Premier Cru. Il n'y a pas de Deuxième Cru bourguignon mais il y a des Troisièmes Crus à Bordeaux et à St Emilion les Premiers Grands Crus classés A et B, dominent un classement où le Grand Cru Classé n'arrive qu'en troisième position. Jusque-là c'est logique et donc facile à retenir, surtout si vous n'êtes pas français.

 

L'Hermitage est à la fois une appellation de la vallée du Rhône et une colline avec une petite chapelle alors que L'Hermitage est la marque d'un vin de St Emilion proche de L'Angélus. Le Clos de l'Eglise est un Côtes de Castillon mais le clos de l'Eglise est aussi un Pomerol, tout comme le Domaine de l'Eglise et le clos du Clocher. Heureusement Figeac, Yon-Figeac, petit Figeac, La Croix Figeac, Lamarzelle Figeac et La Tour Figeac sont des St Emilion. Si Latour est un Pauillac et Le Pin un Pomerol, La Tour du Pin Figeac des Giraud-Bélivier est un St Emilion. La Tour du Pin Figeac des Moueix aussi d'ailleurs alors que le clos de Latour n'est qu'un Bordeaux supérieur. Le Moulin Rouge et Lautrec avaient mauvaise réputation mais le Moulin Rouge est un Haut-Médoc tout à fait respectable.

 

Le Clos des Jacobins et le Couvent des Jacobins sont des St Emilion, tout comme Canon, La Gaffelière et Canon-La-Gaffelière. Si Canon de Brem et la Croix Canon sont des Canon Fronsac, par chance Corbin, Haut Corbin, Grand Corbin, Grand Corbin Manuel, Grand Corbin-Despagne, Corbin Michotte et Croque Michotte sont tous des St Emilion. On ne présente plus Petrus mais Lafleur, La Fleur Petrus, La Fleur de Gay, Lafleur-Gazin et Gazin sont aussi des Pomerol. La Fleur de Boüard n'est pas un Pomerol mais un Lalande-de-Pomerol et Pichon Comtesse de Lalande un Pauillac. Si Lagrange est à la fois un St Julien et un Pomerol, heureusement Léoville las Cases, Léoville Poyferré, Léoville Barton et Langoa Barton sont tous des St Julien et le Clos St Julien un vin de St Emilion. La Tour d'Argent est un restaurant parisien onéreux mais la Cour d'Argent est un Bordeaux tout à fait abordable.


Sans être un cas unique, Plaisance est néanmoins un cas particulier puisque c'est à la fois un Bordeaux supérieur, un Premières Côtes de Bordeaux, un St Emilion et le nom d'une villa sans la banlieue d'Arcachon.


L'Alsace est une région française qui produit le meilleur et le pire des Riesling et Moenchberg, Muenchberg, Pfingstberg, Pfersigberg, Hatschbourg, à vos souhaits, Zinnkooepflé et Wiebelsberg sont des Grands Crus alsaciens dont les noms sont imprononçables même par de nombreux français.


Chablis, Petit Chablis et Chablis Grand Cru sont trois appellations mais Blanchot, Bougros, Les Clos, Grenouilles, Preuses, Valmur et Vaudésir sont des "climats" classés en Appellation Chablis Grand Cru par l'INAO. La Moutonne est un "climat" qui n'a pas été classé dans l'appellation Chablis Grand Cru mais qui est reconnu comme un Grand Cru de Chablis par l'INAO.


Perrières est un premier cru de Meursault qui mériterait le statut de Grand Cru mais La Perrière est un Premier Cru de Gevrey-Chambertin qui ne mérite pas son classement. Par chance, le clos des Perrières est un premier cru de Meursault qui mérite bien son rang. Corton, Charlemagne et Corton-Charlemagne sont trois appellations bien distinctes mais Charlemagne et Corton-Charlemagne ne produisent que des blancs. Si un Charlemagne peut aussi revendiquer l'appellation Corton-Charlemagne, l'inverse n'est pas vrai. Heureusement le Corton n'est pas une appellation mais un "climat" au sein de l'appellation Corton, qui, elle, produit à la fois du blanc et du rouge.


 

En dépit des apparences, le Grand Echezeaux n'est pas supérieur à l'Echezeaux puisque les deux sont des Grands Crus d'Appellation d'Origine Contrôlée, tout comme la Romanée-Conti, Romanée-Saint-Vivant et la Romanée. Cependant, La Romanée, est aussi un Premier Cru d'Appellation Communale Gevrey-Chambertin. Par chance, Chapelle-Chambertin est un Grand Cru d'Appellation d'Origine Contrôlée et Petite-Chapelle est un Premier Cru d'Appellation Communale Gevrey-Chambertin.


 

N'oubliez pas que les Côtes de Bourg, Côtes de Francs, Côtes de Blaye et Côtes de Castillon sont des appellations bordelaises, que le Côte de Beaune et la Côte de Nuits sont les deux secteurs qui composent la Côte d'Or en Bourgogne, que Côte Rôtie est à la fois une appellation de la vallée du Rhône et le nom d'un Premier Cru Bourguignon de Morey-Saint-Denis, que la Côte de Boeuf est une appellation très commune pour un restaurant en Champagne, que Cailleret est un blanc d'appellation Chassagne-Montrachet, Le Cailleret un blanc d'appellation Puligny-Montrachet et Les Caillerets un Volnay rouge qui tire parfois sur le rosé.

 

Heureusement pour le consommateur, Cheval Blanc est un vin rouge, Rolland Maillet un St Emilion et Michel Rolland un œnologue à Pomerol.

 

No comment » 

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : cabinet des curiosités
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Lundi 15 septembre 2014 1 15 /09 /Sep /2014 09:00

10556539_10203060128239421_2346004682189342391_n.jpg

 

Ce matin je me suis levé de bonne heure car longtemps je me suis levé de bonne heure… je sais, la phrase la plus célèbre de toute la littérature française, la première phrase de la Recherche, la première phrase de Du côté de chez Swann, c’est « Longtemps, je me suis couché de bonne heure » mais face aux ignares et au ramasseur de miettes de Norbert j’ai décidé de me payer leur fiole. C’est l’âge je sais mais pourquoi se priver d’un menu plaisir.


Donc levé tôt j’ai lu.


1-      J’ai commencé par la lettre de Paul Quilès car « Mal nommer les choses, c’est ajouter au malheur du monde »


Chaque jour, dans un paysage politique assez désolant, de nouveaux propos viennent nous désoler un peu plus. Je me contenterai de prendre quelques exemples dans l’actualité récente.  


   - Un ancien conseiller du Président se dit victime d’une « logique d’épuration ethnique » après avoir été chassé de l’Elysée, en raison de liens avec l'industrie pharmaceutique laissant entrevoir un possible conflit d'intérêts. C'est, dit-il « les Hutus contre les Tutsis » !


       - Une ancienne compagne du Président remercie « pour le moment » et, en guise de remerciement (indépendamment de son gain sur les ventes de 1,2 à 1,4 millions d’euros), déverse avec indécence un flot d’horreurs sur celui qui lui a accordé ce moment.


      - Un député, devenu ministre pendant quelques jours et révoqué pour malhonnêteté financière, tente d’excuser ses fautes en plaidant la « phobie administrative »


      - Un ancien socialiste compare le trader compulsif Kerviel au capitaine Dreyfus, en invoquant Jean Jaurès et en oubliant que Dreyfus, condamné à tort, a été la victime d’un complot antisémite, tandis que Kerviel a fauté!


« Mal nommer les choses, c’est ajouter au malheur du monde », disait Albert Camus. Comme il avait raison !

 

 

2 -          Puis je suis passé à Michel Onfray : Valérie Trierweiler, jalouse et méchante


Comme tout philosophe qui se respecte, Michel Onfray a un avis sur tout et ne manque pas de le partager. Sur l'expression des sans-dents, qui aurait été utilisée par François Hollande pour qualifier les pauvres, il a ainsi déclaré : « On n’a pas l’impression que le discours vienne de quelqu’un en particulier, mais que c’est une vérité. Or, cela vient de quelqu’un qui se venge, qui est jaloux, qui est méchant. »


Pour l'intellectuel, cette expression ne serait qu'une « plaisanterie sortie de son contexte » et « une plaisanterie sortie de son contexte peut devenir une méchanceté ».


-          Enfin je suis allé sur le blog de Luc Charlier


« De toute façon, je refuse de pulvériser quoique ce soit si près de la vendange. Les « vrais » professionnels, qui ont des comptes à rendre à leurs actionnaires, me traiteront d'imbécile. Moi, quand je vois le nombre de cancers des voies digestives (pancréas et estomac surtout), et le nombre de maladies d'Alzheimer ou de Parkinson qui affligent mes collègues, je me dis que je n'ai pas le droit d'infliger cela à mon collaborateur sur son tracteur ou à mes clients. Chacun son éthique. »

 

La suite ICI link


-          Pour mémoire Biodynamie viticole : quel bon vin vous amène ?link 

 

2 Infos


-          Tirer les vers de terre L'émission "Continent Science" reçoit l'agronome et chercheur Marcel Bouché pour son ouvrage Des vers de terre et des hommes. Découvrir nos écosystèmes fonctionnant à l'énergie solaire (Actes Sud). France Culture, 14h. et lire link


- Le vin s’offre une exposition à la galerie Glénat link

  

 

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : Billet
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Lundi 15 septembre 2014 1 15 /09 /Sep /2014 00:09

petillon-003.jpg

 

Tout juste de retour de Corse, le verdict est tombé, pas de très haut, vu la hauteur de vue du qui a pleuré le jour où le Monsignore du quai des Chartrons s’est élevé dans les cieux du bas de Saint-Emilion, si humide que la brume peina à se lever au-dessus des cloches, le docu qui va passer à la Télé ce soir est un docu qui ne vaut pas la peine d’être vu. Pour ce faire, notre peine à jouir du clavier a annexé 3 brillants bloggeurs, dont la surface médiatique, certes moindre que la sienne qui, chacun le sait, à un côté désert de Gobi, fait frémir le cercle de leurs amis, afin de jeter un opprobre définitif sur ce film que le susdit, jamais en reste d’élégance, avait qualifié de merde. Pour faire bon poids, le petit sous-traitant, le magistral jeteur d’appât, a annexé le Jacques Dupont. J’adore ce recours ultime a quelqu’un qui le tient en très haute estime, moi, si j’étais le Jacques, je ferais comme Pierre Mendès-France avec les voix du PC stalinien : à la poubelle !


Mais, à toute chose malheur est bon, ce qui me réjouit profondément dans tout ce tintouin, je ne fais pas ici référence au bas-bruit des 3 blogueurs émérites, c’est le tas de pognon dépensé par le tonton pour que France 3 ne diffuse pas ce « docu à la con ». Vous savez ce genre d’exercice ce n’est pas donné, ça douille sec. Que de salive dépensée en pure perte, sauf pour ceux qui l’ont dispensée. Moi je serais vraiment vénère, d’abord de m’être fait rouler dans la farine par une « gourgandine », puis de me retrouver passer à la télé dans un état de ridicule achevé. C’est dur à avaler lorsqu’on a pris la bonne habitude de tout contrôler sans l’air d’y toucher. Je trouve qu’il est très mal entouré cet homme, il devrait se préoccuper de l’efficacité de ses porte-serviettes qui ne sont pas à la hauteur de leur seigneur, surtout le petit qui fait des moulinets.


Les blogueurs sont comme la pile Wonder, ils ne s’usent que si l’on s’en sert en des mains viles. 


Pour les éminents blogueurs et commentateurs d’un article des INROCKS link sur le fameux documentaire que l’expression « et des poussières » ne signifie pas que les vins de Norbert contiennent des poussières mais « Indique qu’une quantité, une valeur, un montant est arrondi à la baisse. » pas la peine d’en faire des tonnes pour disqualifier l’auteur. Parfois je me dis que Michel Onfray a raison sur les ignares mais bon ça a au moins le mérite de se faire une idée de la qualité des auteurs.


C’est à peine à un kilomètre et des poussières d’ici.


Le trajet prend généralement deux heures et des poussières.


Je me suis couché vers minuit et des poussières.


Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : berthomeau
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 14 septembre 2014 7 14 /09 /Sep /2014 07:00
Pour un étranger tel que moi, doté d'un CV sulfureux, monter au village rendre visite à un résident, surtout un résident de fraîche date, de plus résident épisodique, le continent ça dilue la corsitude, constitue un exercice qui peut se révéler périlleux. Le FNLC a certes déposé officiellement les armes mais les vieilles histoires de famille, de clan ou de corne-cul peuvent causer des dégâts collatéraux difficilement maîtrisables. Comme je ne suis pas né de la dernière pluie j'avais pris toutes les précautions nécessaires pour que ma venue passe le plus inaperçue possible : mon ami Antoine, haute figure de Patrimonio, avait accepté au débotté de m'y conduire. Dans les temps anciens ma discrétion, lorsque je souhaitais voir un éleveur, passait par les hélicoptères de la Protection Civile qui font partie du paysage de l'île. Aujourd'hui, adoubé par la plaque minéralogique pur sucre d'une figure emblématique du terroir, je devenais intouchable et je ne risquais pas de causer des désagréments à la personne à qui je rendais visite. Pour ne rien vous cacher j'étais dans mes petits souliers, allait-il me prendre pour un fêlé ou un vieux grigou lubrique en mal de jeunesse ? Comme à l'ordinaire je n'avais réfléchi à ce que j'allais dire et à la manière de le dire, j'improviserais !

Le soleil se pointait. Je nageais seul dans la piscine de l'hôtel, Erbaluga  hâvre de paix, pépite nichée au flanc droit du doigt de la Corse, et si j'achetais la belle bâtisse face à la mer ? « L’omniprésence familiale renforce le sentiment de propriété qu’on éprouve, sur les plages de Lavasina et d’Erbalunga, exploitées par presque personne et fréquentées par une poignée de familles locales, ou sur les rives délaissées du golfe de Saint-Florent : le village homonyme se résume à vingt maisons de pêcheurs, une citadelle en ruine et un littoral semé d’algues offert au premier venu, avec ses tours génoises que mes frères et moi partons explorer à mains nues. Les côtes paraissent encore appartenir à tous les Corses, comme l’immense territoire âpre et sauvage que délimite le maquis, à l’intérieur de l’île. » Sous les palmiers, nos amis les guêpes tourbillonnaient au-dessus des sucres du petit déjeuner. La journée s'annonçait belle, ça allait cogner dur sur la Castagniccia, il nous fallait profiter de la fraîcher matinale pour monter au village en espérant pouvoir déjeuner chez notre hôte qui devait, à juste raison, se demander pourquoi je venais le visiter en urgence.

photoErba.jpg
En montant au village avec Antoine nous évoquions le portrait de  Paul Marcaggi dans le Monde ciselé par Antoine Albertini. Comme lui nous nous inquiétions « d'une démocratisation de la violence que certains ici feignent encore d'ignorer » et nous ne pouvions qu'acquiescer à son esquisse du profil glaçant du tueur des années 2010 dans l'île : « Un jeune adulte avec un travail bidon ou qui pointe au RSA, son polo Ralph Lauren, sa grosse moto achetée à crédit, un peu de deal. Le genre qui tue juste pour exister dans un monde microscopique où personne n'assume plus ses responsabilités. »

Nous qui en avions tant vu mourir dans les années de folie « le tropisme corse n'est pas une vue de l'esprit. Quel praticien, dans une ville de 50 000 habitants, a déjà réalisé quatre autopsies d'affilée en moins de vingt-quatre heures, dans quatre affaires criminelles différentes ? Quel autre médecin légiste s'est retrouvé penché sur le corps d'une connaissance invitée à dîner le soir même ? Robert Feliciaggi, élu de l'Assemblée de Corse, tué en 2006 ; François Santoni, ex-leader indépendantiste, abattu en 2001 ; le capitaine René Canto, policier du RAID, victime d'une fusillade en 1996 : quel légiste aura eu à autopsier, sous une pression judiciaire et médiatique intense, le Who's Who corse de la politique, des affaires, des flics et des voyous ?»

Et Ange Mancini, l'ancien patron de la PJ en Coorse et préfet de police jusqu'en 2002, de rappelr « sa connaissance très fine de tous les milieux fait justement sa force ». Les deux hommes se sont rencontrés à la fin des années 1990. « Parce qu'il est corse jusqu'au bout des ongles, se souvient le flic à la retraite, Paul a su désamorcer des situations explosives où tout pouvait dégénérer. » Comme l'épisode traumatisant qui a vu Marcel Lorenzoni – figure historique du nationalisme corse – et son fils s'entre-tuer à coups de couteau au cours d'une randonnée en montagne, en juin 2000.

Rappelle-toi le débat sur France3 entre Marcel Lorenzoni et Lucien Tirroloni, ils en étaient venus aux mains... Morts tous les deux.

Témoin à un mariage, Paul Marcaggi s'envole devant les invités médusés à bord d'un hélicoptère qui le dépose à Bastelica, le village des Lorenzoni, où les corps du père et du fils ont été transportés dans la maison familiale. Ange Mancini :

« C'était très tendu, les proches affluaient, ils refusaient que les dépouilles soient transférées à la morgue d'Ajaccio. Paul a calmé les esprits, est parvenu à un compromis : les autopsier sur place. Sans lui ce jour-là, on avait droit à un drame de plus. »

Le drame, toujours le drame, cette île se complaît dans une dramaturgie sanglante, indescriptible car elle puise ses racines dans un terreau identitaire où se mêlent une histoire ressassée, fantasmée, enjolivée, un clanisme encore puissant, un nationalisme dévoyé, une incapacité à regarder en face la réalité. Le FLNC venait de déposer les armes dans une totale indifférence mais les meurtres égrenaient toujours leur sanglante litanie sur la base d'un scénario quasi-immuable : les tueurs opéraient à moto. Corse-Matin titrait Le Sartenais entraîné dans la spirale meurtrière, l'ordinaire. Antoine et moi parlions des enfants, je me disais dans mon fors intérieur que j'étais un vieux père indigne. 
Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : Roman
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 14 septembre 2014 7 14 /09 /Sep /2014 00:09
carte-5-denier-debutxix--1-.jpg
Non il ne s'agit pas d'une variante de la partie carrée avec un porteur de chandelle en sus mais d'un jeu de cartes italien qui se joue avec des cartes italiennes dont les couleurs sont : denier, coupe, épée, bâton. link qui sont les cartes de l'aluette chère aux vendéens.link
 
La bricola à cinq est aussi un succulent roman policier de Marco Malvadi que je suis en train de lire sur mon île d'exil.

briscola.jpg
La scène est la suivante, l'un des joueurs, Aldo, qui est restaurateur au Boccaccio, parle des jeunes qui aiment frimer, montrer qu'ils ont du fric, il s'adresse à Massimo le narrateur, taulier du BarLume, un bar où se joue la partie de briscola à 5 et bien d'autres choses...

«La mode aujourd'hui consiste à faire semblant d'être connaisseur en vins. Si tu voyais tous ces morveux qui se pointent après le dîner, empoignent la liste des vins et te lancent «Je boirais bien un... » en confondant par exemple le nom du vignoble et celui du cépage, ou en réclamant un chianti de 1987 alors qu'il suffit de s'y connaître un peu pour savoir qu'un chianti de 1987 peut servir tout au plus de carburant... Et comme si ça ne suffisait pas, ils mangent le fromage avec du miel. J'en pisserais de rire.

- Tu devrais leur dire qu'ils piges que dalle et leur expliquer deux ou tois trucs pour qu'ils apprennet tout doucement, intervint Pilade avec son élégance habituelle.

- Pour qu'ils apprennent doucement à déguerpir, ouais ! Ces gosses ne veulent ni bien boire ni bien manger : juste montrer qu'ils s'y connaissent et qu'ils sont des petits malins. Ils n'ont qu'à faire ce qui leur plaît. Moi je vends de la nourriture pas des discours.»

(...)
Aldo alluma une cigarette et reprit :

«Personnellement, je déteste les restaurants où, quand vous commandez du vin qui détonne un peu avec les plats, ou que vous sortez un peu des règles de la gastronomie avec un grand G, on vous triate de plouc et on s'esclame : « Mais noooon ! ça gâcherait la selle de lapin désossée, servie avec le flan de haricots verts et de noix d cajou! Faites-moi confiance...», ou pire encore. Dans certains établissements, il n'y a pas de demi-mesures. Soit vous êtes un connaisseur, et dans ce cas le patron vous adore et vous déroule le tapis rouge comme à Hollywood, soit vous êtes un bouseux qui n'y connaît fichtrement rien, et alors on vous fait comprendre sans prendre de gants qu'un type de votre espèce ferait mieux de rester chez lui, au lieu de venir casser les pieds alors que d'autres attendent. Votre argent est le bienvenu, pas vous.»

Le silence accueillit ses propos.»
Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : Billet
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 13 septembre 2014 6 13 /09 /Sep /2014 08:00

photo72.jpg

 

1-    Soit des raisins de sciacarellu qui est un « cépage noir spécifique de Corse-du-Sud qui signifie « craquant ». Il représente 38,5% du vignoble avec 4,57 ha. Adapté aux vins rouges comme aux vins rosés, il présente une originalité et une typicité marquées. Son profil aromatique puissant est parfois exubérant, avec ses arômes de poivre, d’épices et de maquis. Moyennement coloré, bien charpenté, ayant de la finesse et une saveur particulière, le Sciaccarellu est un grand cépage, qui a fait la renommée des vins du Sartenais. Ses grosses grappes aux baies croquantes apportent au vin finesse et favorisent l’épanouissement d’un bouquet poivré. »link


2-   Soit Pierre Bianchi corse de Balagne installé au Sud possédant quelques ceps de sciacarellu qui se dit : pourquoi je ne ferais pas du vin à la main ?


3-   Il se documente, lis et passe à l’action en achetant des raisins (plusieurs cépages) dans le vignoble d’Ajaccio. En 2012 il fait goûter sa production nature au Taulier qui l’encourage vivement à continuer car c’est du bon.


4-   Pour le millésime 2013, le choix est monocépage : sciacarellu, 50kg de ses vignes et 200kg achetés.


5-   Égrappage.


6-   Foulage manuel avec un pilon.


7-   Pressurage manuel avec une presse à levier bricolée, vin de goutte et vin de presse : 105 litres de moût.


8-   Fermentation alcoolique et macération en container pendant 10 jours avec pigeage.


9-   Mise en bonbonnes obturées par un bouchon de caoutchouc muni d’un dispositif pour surveiller l’évolution du vin.


10-         Mise en bouteilles au printemps avec numérotage de la provenance du vin : n° de la bonbonne sans ajout. Degré alcoolique entre 14 et 15.


Bianchi.jpg

 

11- Dégustation par le Taulier de 2 bouteilles : n°2 et n°3 en plusieurs phases et consommation au cours du repas.


Bianchi2.jpg   Bianchi3.jpg Bianchi4.jpg

 

Couleur : beau rubis pour le n°3, plus clairet pour le n°2.

Bianchi5.jpg

 

Nez : franc pour les 2 sans grande expression aromatique avec un soupçon  de volatile.


Bianchi6.jpg

 

Bouche : très agréable à l’attaque pour le n°3, fraîche et charnue, finale mettant en valeur des notes poivrées. Le n°2 gazouille à l’attaque, acidulé, avec une finale astringente.  


Choix du Taulier le n°3 sans hésitation. C’est un gentil vin nature, agréable, sans prétention, et ne venez pas me demander le pourquoi du comment des différences entre la bonbonne 2 et la bonbonne 3, ce n’est pas écrit œnologue sur l’enseigne du Taulier, plus nul que lui : tu meurs ! 

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : berthomeau
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 13 septembre 2014 6 13 /09 /Sep /2014 00:09

« Vous l'avez sans doute remarqué si vous ne rentrez pas à l'instant d'un séjour prolongé dans un pays qui a fait main basse sur l'anticyclone des Açores, l'été est pourri. Cela est bien sûr consternant et affecte le moral de ceux qui sont obligés de se fader les vagues successives de nuages poussés par une dépression qui campe à notre porte.


Comme le disait Kinky Friedman dans l'un de ses premiers bouquins, « le mauvais temps, c'est comme la connerie, tout le monde s'en plaint mais personne n'y peut rien » écrit Pierre Sérisier sur son blog du Monde.


Nous étions prévenus : « Si le mois de juillet vous a déçu, le mois d’août va vous énerver. En effet, la tendance pour les neuf prochains jours ne va pas changer et va rester sur la lignée de ce que nous a proposé juillet. Soit des averses et peu de soleil… »


Dépression, dépression quand tu nous tiens, y’a de la déflation dans l’air, récession, récession qu’ils disaient, y-a-t-il quelque chose de pourri dans le royaume de France ?


Loin de se laisser gagner par ce flot de morosité votre Taulier se dresse, s’oppose, s’impose, fait don de son corps à la collectivité nationale, affiche un optimisme en acier inoxydable, prend tout le monde à contrepied pour crier vent debout sous la pluie : à la soupe !


Quoi de meilleur pour vous réchauffer le corps et le cœur en ces temps difficiles qu’une bonne soupe fumante ?


Nos voisins espagnols, qui adorent se restaurer à pas d’heure, nous ont exportés pour la chaleur de l’été leur soupe glacée : le gaspacho !


Leur soupe elle est rouge vif comme le jabot de notre râleur national qui nous a fait un brin de dépression : j’ai nommé Mélanchon !


Bvi5JKJIYAEuJyx

 

Moi je suis vert !


Oui, pour mon âge, je suis très vert, pas écolo tendance Duflot mais dans la filiation de feu René Dumont.


Bref, je vais cesser de faire l’andouille pour vous proposer une soupe radicale, sans allusion aucune à feu les radicaux de gauche comme de droite, qui allie la nature à l’état pur et la quintessence de ce qui pue dans notre beau terroir national :


-         L’oseille.

-         L’andouille.


« Malgré son apparence, des feuilles couleur vert franc à la forme ovale à oblongue formant une touffe, l'oseille n'est pas un cousin de l'épinard ; elle appartient à la famille des polygonacées et au genre rumex. Mais, contrairement à Rumex obtusifolius ou Rumex crispus, l'oseille commune (Rumex acetosa) n'est pas considérée comme une mauvaise herbe ; bien au contraire : elle est cultivée comme plante potagère. En effet, ses feuilles au goût légèrement acidulé sont utilisées pour aromatiser de nombreux plats.


Il en existe plusieurs variétés dont l'oseille « Belleville », la plus cultivée pour ses feuilles larges, ou bien encore l'oseille « Verte de Nonay », très rustique.


L’andouille s’inscrit dans une longue histoire.


« Déjà en 1393, l’auteur du Ménagier de Paris révèle sa recette d’andouille.


On trouve également, dès le Moyen Age, trace de la présence d’andouille à Jargeau (Loiret).


Une spécialité tout particulièrement appréciée par le tourangeau Rabelais.


En effet, dans Pantagruel, Rabelais la présente comme l’un des mets préférés de ses contemporains et la met en scène dans « La guerre des Andoyles et de Quaresmeprenant ».


Selon l’histoire, les Andouilles et Quaresmeprenant (Carême prenant) étaient en guerre depuis déjà de longues années, lorsque Pantagruel décida qu’il serait bon de mettre fin à cette querelle. Avertie de l’approche de Pantagruel et de sa troupe, la Reine des Andouilles le prit pour un allié de Quaresmeprenant. Elle lança immédiatement l'offensive, menée par 42 000 Andouilles à la fière allure, armées de piques bien pointues et acérées.


Convaincu qu'il s'agissait d'une « bataille culinaire », Pantagruel rallia ses 161 cuisiniers. Cachés dans une truie géante - engin équipé de canons - ils approchèrent avec succès les Andouilles. Le combat débuta. Rapidement le champ de bataille fut recouvert d'Andouilles mortes ou navrées ». Soudain, apparut dans les airs un gros pourceau aux ailes immenses, qui jetait de la moutarde du ciel. Il s'agissait, en réalité, du premier fondateur de toute la race Andouillisque. En l'apercevant, les Andouilles abandonnèrent les armes et s'agenouillèrent en levant leurs mains jointes. Le combat cessa, la Reine des Andouilles comprenant qu'elle s'était mépris sur l'identité de Pantagruel. Afin de s'excuser, elle lui promit qu'elle et ses « successitres » lui obéiraient toujours en tout, ainsi qu'à ses successeurs et que chaque année, 78 000 Andouilles royales, destinées à être servies en entrée, lui seraient remises.


Dès le lendemain, six navires chargés d'Andouilles étaient envoyés à Gargantua, le père de Pantagruel. Hélas, durant le transport et faute de moutarde, remède à toutes les Andouilles mortes ou mourantes, elles périrent presque toutes en chemin. Elles furent enterrées dans un endroit que l'on baptisa, en leur hommage, Pavée d'Andouilles*. »


Lire la suite ICI link


Donc chaud devant je vous propose une Soupe d’oseille à l’andouille croustillante.


oseille1

 

C’est simple et rapide pour 4 : 10 mn de préparation et 25 mn de cuisson.


-         Un saladier de feuilles d’oseille

-         Une petite patate

-         ¼ de litre d’eau

-         ¼ de litre de lait

-         1 échalote ou 1 petit oignon frais

-         25 g de beurre

-         10cl de crème fleurette

-         Une douzaine de tranches de l’andouille de votre choix

-         Sel, poivre.

 

Préparation :


-         Epluchez votre petite patate et coupez-la en dés puis votre échalote ou votre petit oignon que vous émincez.


-         Dans une casserole à fond épais faites fondre le beurre puis faire blondir votre échalote ou votre oignon, ajoutez les dés de patate, l’oseille soit en l’état, soit tranchée, l’eau et le lait, salez.


-         Laissez cuire doucement 20 mn


-         Dans une poêle de Buyer faire rissoler vos  tranches d’andouille pour qu’elles soient croustillantes.


-         Mixez dans un Blender la soupe.


-         Servez votre soupe dans de belles assiettes.

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : berthomeau
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Vendredi 12 septembre 2014 5 12 /09 /Sep /2014 08:00

shoeshine_sm.jpg

 

Ça suffit, la coupe est pleine après la folie domestique du couple Thévenoud link voilà t’y pas que le répudié, comme une vulgaire Trierweiler, Aquilino Morelle, s’épanche sur le divan de madame Cabana du Point.  Reliant son départ et celui de son ami Arnaud Montebourg, il affirme (« en privé », écrit Le Point): « la logique qui est en œuvre est une logique de purification ethnique. C'est les Hutus et les Tutsis. Tout cela est limpide. Cela a commencé par moi et maintenant Arnaud. Là ils ont signé leur crime. C'est d'une pureté ! ».


On rêve, on se frotte les yeux, pas de honte ce petit mec là !


L’amnésique devrait demander à ses obligés des laboratoires pharmaceutiques de lui prescrire pour services rendus un médoc susceptible de lui rafraîchir sa mémoire défaillante.


Notre bel Arnaud, tombeur de ces dames, couvaient dans son beau sein de beaux spécimens de petits prédateurs pressés, par bonheur piégés par leur inconséquence pour le Thévenoud et son incommensurable arrogance pour le Morelle.


De grâce politiques de tout poil débarrassez-vous de cette engeance vous n’en avez nul besoin.


specta11.jpg

Philippe Noiret link

 

Souvenir d’un Ministre qui voulait à tout prix recruter pour son cabinet un brillant élément de la Cour des Comptes, il l’eut, puis déchanta ; souvenir d’un autre me demandant d’arbitrer entre ses proches conseillers, dont l’un par la suite s’illustra comme un préfet chargé de recouvrer des contraventions et qui ne payait pas les siennes ; souvenir toujours de ce garçon qui portait beau, maire de la ville nouvelle L'Isle d'Abeau, exigeant d’être le premier nommé dans la liste du cabinet en tant que conseiller auprès du Ministre et qui finira, après un passage calamiteux à la Sopexa dans le style Aquilino Morelle, dans les bras de Longueurs&Pointes en virant sa cuti ; j’en ai vu défiler des membres de cabinet au 78 rue de Varenne, de droite comme de gauche, avec son contingent du premier cercle du Ministre à l’affut de la première circonscription venue ou d’un beau parachute. Des bons, des compétents, des sympathiques mais aussi des grandes ratiches rayant le parquet pas forcément les meilleurs. Rue de Solferino aussi, se côtoyaient, le meilleur et le pire.


La nouveauté du moment c’est que le petit peuple des cabinets ministériels, comme celui des soupentes des partis politiques est de plus en plus jeune, de plus en plus pressé, de plus en plus déconnecté de la réalité. Ils savent se rendre utiles, indispensables, auprès des nouvelles éminences qui découvrent avec horreur l’ampleur de leur tâche ministérielle, ils pallient aux manques, font écran, ne vivent que pour et par la politique.  Ce n’est pas nouveau mais comme face à eux c’est morne plaine, c’est la Cour du Ministre, plus personne pour allumer des contre-feux, dire on se calme, on redescend sur terre, vous n’êtes que des CDD, rien ne vous est dû, c’est vous qui, là où vous êtes, n’avez que des devoirs. Ça fait vieux con, je sais, mais lorsque je fus en charge de la direction du cabinet du Ministre aucun de mes collaborateurs, ni moi-même, n’avons fait l’objet d’une nomination à un poste de direction. C’est simple, c’est sain, facile à mettre en œuvre.

 

Aux actes !

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : berthomeau
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Vendredi 12 septembre 2014 5 12 /09 /Sep /2014 00:09

pub76831.jpg

 

Ma mémé Marie je vous en parle souvent

.

Si j’ai acheté Mémé le dernier livre de Philippe Torreton c’est pour son titre.


Bonne pioche, c’est un portrait tendre et sincère de sa mémé, j’ai beaucoup aimé comme si j’y étais.


En effet, sa Normandie, celle de Triqueville tout près de Beuzeville et de Pont-Audemer, dans l’Eure a joué dans ma vie un rôle important. Lorsque je présidais l’Interprofession des AOC de la pomme et de la poire j’ai habité à Selles, tout près d’Épaignes, une petite maison basse au milieu d’un pré tout près de chez les Macaire éleveurs laitiers qui livraient chez Nestlé. C’est un morceau de mon histoire liée à celle de Jean Pinchon.


Selles-mairie-2.jpg

 

Mais bien avant l’Eure (j’adore l’homonymie) avait joué un rôle déterminant dans mon choix scolaire. Mon père gérait les fermes du docteur Louineau qui exerçait à Évreux bastion communiste et, deux fois par an, accompagné de sa gouvernante mademoiselle Charbonneau, grande résistante, et parfois de sa superbe fille Marina, il nous rendait visite pour faire les comptes et visiter ses métayers. J’accompagnais mon père et le docteur dans la visite des borderies et, dans ma petite tête de gamin de 7 ans, la Normandie c’était, à côté de ma Vendée crottée, un eldorado. Ainsi, sans préavis, j’annonçais à mes parents qu’aller au lycée au Sables d’Olonne c’était exclu pour moi, j’irais à l’École d’agriculture à 500 mètres de la maison pour ensuite m’installer comme « gentleman-farmer » (sic) en Normandie. Dernier détail d’importance, en dépit de mon jeune âge, j’en pinçais pour Marina.


Comme à mon habitude je raconte ma vie alors que c’est de la « lieuse » dont je voulais vous parler ce matin.


« Mémé gardait tout, car tout pouvait resservir un jour,…la ficelle à botteler le foin – on appelait ça de la « lieuse » – une grosse ficelle jaune qui se vendait en rouleaux et se retrouvait pendue à un clou dans l’étable lorsque l’Opinel avait tranché l’affaire. Avec cette ficelle nous construisions nos cabanes dans les têtards, nos échelles de corde, nos arcs, nos épées de chevalier, elle servait aussi de ceinture pour retenir les bleus de travail de notre père que l’on enfilait pour aller à la guerre dans les talus. Parfois lorsque la pluie l’emportait, on la tressait, elle devenait alors bracelet-qui-gratte. Cette lieuse sentait le végétal, imbibée d’huile, elle devenait mèche, elle nous servait à tout, cette ficelle nous rapprochait des Indiens d’Amazonie. »


952358603.jpg

 

Oui ça me parle « la lieuse » de Torreton car chez mon entrepreneur de battages de père après les moissonneuses-lieuses McCormick du plan Marshall j’ai vu après arriver les premières botteleuses Rivière&Casalis pour mettre le foin et la paille en bottes au cul de la batteuse Société Française Vierzon et enfin celles des moissonneuses-batteuses Claas.


bf65dcb9.jpg

 

J’ai coutume d’écrire que j’ai vécu dans le fil à faufiler de ma couturière de mère mais il est aussi un sport périlleux que j’ai pratiqué sur les botteleuses de la moissonneuse-batteuse de mon père consistant à réenfiler dans le chat le fil de la lieuse lorsque celui-ci s’était rompu. Tout ça dans la poussière de la balle de blé, mon frère Alain a manqué un jour d’y laisser un doigt.


« Mémé » de Philippe Torreton L’Iconoclaste un livre qui m’a touché au cœur, à lire…


meme2.jpg

Télécharger Mémé De Philippe Torreton Ebook Gratuit PDF EPUB MOBI link

 

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : Billet
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Articles récents

Derniers Commentaires

Archives

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés