Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 avril 2021 6 17 /04 /avril /2021 08:00

Avec le confinement j’ai le sentiment, en pondant des chroniques, tel une poule en batterie, de faire du vélo d’appartement, je me lasse comme le disait le Colonel de Guerlasse dans Bons baisers de partout de Pierre Dac et Louis Rognoni, en clair de faire du surplace.

Avec le confinement j’ai le sentiment, en pondant un journal qui n’en est pas un, tel une poule en batterie, de faire du vélo d’appartement, je me lasse comme le disait le Colonel de Guerlasse dans Bons baisers de partout de Pierre Dac et Louis Rognoni, en clair de faire du surplace.

 

Aux grands maux les grands remèdes, alors barre toute, pour le supplément à ma chronique de 6 heures, publié à 8 heures, je change de cap sans trop savoir où je souhaite aller, mais, du fond de mon arrière-cuisine j’ai envie de mettre plus de piments et d’épices dans ma tambouille, du saignant, profiter du marigot politique si fade, si minable, qui va se mettre en ébullition pour la succession de Macron, touiller dans mon gros faitout, avec je l’espère la réouverture des terrasses et des restaurants, la barbaque et les vins nu, étriller les vaches sacrées, déconner mais aussi toujours aborder sérieusement des sujets sérieux sans esprit de sérieux…

 

Vaste programme !

 

Faire court, incisif, pertinent, impertinent…

 

De l'extrait sec !

 

« Un long discours n’avance pas plus les affaires qu’une robe traînante n’aide à la marche »

Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord

 

À demain…

 

Je vous offre l’intégrale du Barbier de Séville

Partager cet article
Repost0
17 avril 2021 6 17 /04 /avril /2021 06:00

 

Avec le confinement, sur mon balcon je me suis remis au jardinage, la preuve :

 

Dans l'imaginaire collectif, le nain de jardin ressemble fortement aux nains qui entourent Blanche-Neige : de petite taille (20 à 70cm environ) mais ventripotent, bonnet en pointe fréquemment rouge, barbe blanche, joues rebondies bien roses, veste avec ceinturon, chaussures coquées, etc.

 

nains de jardin traditionnels

 

L'origine de ces petits gnomes se situerait au XVème siècle, au début de la Renaissance : ils se présentaient alors sous la forme de petites statuettes taillées dans le bois servant d'amulettes pour protéger du danger les travailleurs des mines de Cappadoce en Turquie qui portaient un bonnet garni de paille pour se protéger des chocs, comme les statuettes ! Elles furent ensuite sculptées dans le marbre au XVIIème siècle, ce qui permet d'en avoir encore quelques précieux exemplaires. ICI

 

Un siècle plus tard, ce sont alors les suisses et les allemands qui se lancent dans la fabrication quasiment industrielle de personnages pour jardin en argile cuite (céramique) : les petits lutins qu'on n'appelait pas encore "nains" vont alors gagner les pays et régions alentours tels que l'Alsace, la Rhénanie, l'Autriche.

 

C’est l'Angleterre, elle va jouer un rôle important dans l'engouement généralisé pour ces sortes de korrigans puisque Sir Charles Isham, propriétaire terrien et jardinier anglais installé à Lamport Hall, en rapporta une vingtaine d'exemplaires au milieu du XIXème siècle pour décorer son jardin !

 

La mode fut alors lancée et orner son jardin d'un ou de plusieurs nains de jardin devint le "must".

 

 

« Nous n’avons malheureusement pas vu de nains depuis six mois ! », s’est exclamé Ian Byrne qui dirige un magasin de jardinage en Angleterre, et ce « quel que soit leur type : plastique, pierre ou céramique ».

Alors que le nombre de jardiniers en herbe a considérablement augmenté avec les confinements successifs instaurés au Royaume-Uni, l’offre en nains de jardin n’a pas suivi. Pire, elle s’est réduite : en raison de l’embouteillage du fret maritime créé le mois dernier par le blocage du canal de Suez, de nombreux petits gnomes attendent encore d’arriver au Royaume-Uni, enfermés dans leurs conteneurs.

 

Selon la société de données maritimes Lloyd’s List, le blocage du canal de Suez a empêché chaque jour le passage de cargaisons estimées à 9,6 milliards de dollars (8 milliards d’euros) entre l’Asie et l’Europe.

 

Recherche nains désespérément

 

Comme de nombreuses jardineries, Ian Byrne a contacté des fournisseurs à travers l’Europe et la Chine pour les aider à expédier des nains de jardin au Royaume-Uni. Sans succès.

 

BLANCHE NEIGE par GRIMM (Les frères): bon Couverture souple (1942) | Le -Livre

 

Le nain de jardin ancré dans la culture populaire

 

Dès 1797, Goethe écrivit Hermann et Dorothée où il évoquait un jardin magnifique que les passants admiraient pour ses nains colorés.

 

goethe - hermann et dorothee - AbeBooks

 

Peu de temps après, en 1812, le conte des Frères Grimm Blanche Neige et les 7 nains mettait en scène la princesse Blanche-Neige accueillie dans la petite maison des sept nains qui la cachèrent et la protégèrent de la méchante reine. Lorsque les studios Disney adaptèrent cette histoire en dessin animé, en 1937, le succès fut alors immédiat et ne se démentira jamais.

 

A Paris, le cinéma de Jean-Pierre Jeunet dévoile ses objets

 

En 2001, le nain de jardin redevint populaire avec le film de Jean-Pierre Jeunet Le fabuleux destin d'Amélie Poulain dans lequel un nain de jardin volé voyage. L'année suivante, Renaud sortira une chanson intitulée Mon nain de jardin.

 

Carte géographique de l'Angleterre

 

Le quart d’heure géopolitique du Taulier

 

« L'Angleterre est une ancienne colonie française qui a mal tourné »

 Georges Clemenceau

 

« Il n'est pas interdit de penser que si l'Angleterre n'a pas été envahie depuis 1066, c'est que les étrangers redoutent d'avoir à y passer un dimanche. »

Pierre Daninos

 

« L'Angleterre, c'est un pays extraordinaire. Tandis qu'en France nous donnons à nos rues des noms de victoires : Wagram, Austerlitz..., là-bas on leur colle des noms de défaites : Trafalgar Square, Waterloo Place. »

Alphonse Allais

 

« L'Angleterre s'écroule dans l'ordre, et la France se relève dans le désordre. »

Winston Churchill

 

Le professeur André Siegfried, père de l’analyse politique en France, commençait son cours au Collège de France et à l’École libre des sciences politiques par ces mots: «La Grande-Bretagne est une île, une île entourée d’eau de toutes parts, et je devrais m’arrêter là

 

L’insularité n’est-elle pas censée expliquer les singularités de ce qui était au début du XXe siècle la première puissance mondiale ? Outre que l’Empire britannique a perdu depuis belle lurette son leadership au profit des États-Unis, le grand politologue français ne pourrait plus s’exprimer ainsi. Car la Grande-Bretagne n’est plus une île au sens strict de «pays n’ayant aucune frontière terrestre avec une autre nation»!

 

Voir les problèmes causés par les Unionistes suite au Brexit à la frontière entre l’Irlande du Nord, britannique, et l’Irlande tout court. ICI 

 

Partager cet article
Repost0
15 avril 2021 4 15 /04 /avril /2021 12:00

 

Tout a commencé lorsque je me suis retrouvé, pour la première fois, face à une copie d’examen : ce que l’on nommait alors la première partie de bac. C’était l’épreuve de français, grande pourvoyeuse, grâce à son lourd coefficient, d’une note apte à vous faire passer aisément l’obstacle.

 

La veille de l’examen j’avais dormi comme un loir, nulle angoisse, j’allais enfin affronter un bel obstacle. Il en sera de même lors de l’élimination au laser, de mon syndrome de Kent, à Lariboisière, « non merci, je n’ai besoin de rien pour m’endormir ».

 

À l’appel, le B de mon patronyme me faisait asseoir dans la salle d’examen parmi les premiers. L’attente qui suivit me laissa le temps de rêvasser, puis vint la distribution des copies et enfin celle des sujets. Mon choix fut rapide. « Si vous aviez à choisir un rôle quelle œuvre choisiriez-vous et, comment l’interpréteriez-vous ? »

 

Molière !

 

Le Misanthrope !

 

ARNAVON JACQUES LE MISANTHROPE DE MOLIERE INTERPRETATION COMEDIE CLASSIQUE  1930 - EUR 12,00 | PicClick FR

 

3 heures…

 

Et partir de là me voilà parti à la recherche de ma première phrase, l’entame est essentielle, elle conditionne l’envoi, je passai donc une petite heure à me laisser féconder sans souci de l’horloge.

 

Et puis, me saisissant de ma plume je me lançais dans la rédaction sans brouillon.

 

Je n’ai nul souvenir de cette première phrase et, je ne pense pas avoir remis, au bout des trois heures, plus un peu de rab, un chef-d’œuvre. Ce fut un accouchement sans douleur. Mon interprétation du Misanthrope plu aux correcteurs, ils me notèrent grassement.

 

Pour l’épreuve de philo, l’année suivante, plus encore dotée en coefficient, « Pourquoi les animaux ne parlent-ils pas ?», 4 heures, je suivis le même chemin. Les correcteurs furent généreux à l’endroit d’un gamin dont le bagage philosophique tenait dans une petite musette.

 

Par la suite, propulsé « plume à discours de Ministre » il en fut encore ainsi : il me fallait affronter l’absolue nécessité de rendre ma copie en temps et en heure tout en la rédigeant au tout dernier moment.

 

Aux premières heures de mon blog je rédigeais mes chroniques à l’arrache comme le disent les jeunes d’aujourd’hui.

 

Pour mon roman, dit du dimanche, même modus operandi.

 

Je n’écris que sous l’empire de la nécessité.

 

Le problème c’est que, là où j’en suis arrivé dans ma vie, je n’ai à faire face à aucune impérieuse nécessité si ce n’est, sur mon espace de liberté, de continuer à aligner des phrases, tel un cycliste qui sait que s’il cesse de pédaler il se cassera la gueule.

 

Pour autant, pourquoi diable me mettrais-je en tête d’affronter les affres de l’écriture d’un roman ? Se lever tôt, mettre sur le métier son ouvrage, affronter ses personnages, souffrir, produire de la bouillie pour chat ou contempler sa page blanche, non merci. Autre obstacle majeur, je lis beaucoup de bons auteurs : c’est le meilleur antidote à la prétention de vouloir accoucher d’un premier roman qui finirait dans la poussière suite au retour des éditeurs en état de saturation dû au Covid 19.

 

Mais, comme toujours avec moi, il y a un mais, et ce mais c’est que le virus de l’écriture me tombe dessus tel la vérole sur le bas-clergé. C’est ce qui m’est arrivé lorsque j’ai pondu ma chronique sur les soi-disant restaurants clandestins. Tout s’est enchaîné à la vitesse d’un TGV et je me suis retrouvé avec un bébé sur les bras.

 

Qu’allais-je en faire ?

 

Le confier dans un couffin, tel Moïse, aux eaux noirâtres de la Seine ?

 

En assumer la paternité, l’élever ?

 

Pour ne rien vous cacher je ne savais que faire de ce projet de m’exfiltrer de Paris, sans être inquiété par la maréchaussée.

 

Le vivre et écrire, au jour le jour, le scénario d’un road-movie ? J'aurais sans douté été un bon scénariste.

 

Ou, rester bien au chaud chez moi et pondre, soyons modeste, une petite nouvelle, sur ce périple ?

 

Pour meubler ce temps d’incertitude j’ai tenté d’embrouiller le commentateur en chef avec des signes de piste imbitables : la filière blanche, deux extraits de mon fameux roman du dimanche…

 

J’ai réussi mais, bon prince, je me suis attelé à cette 3e chronique * pour éclairer sa lanterne, technique du lamparo, si je suis capable de trouver une première phrase qui me convienne je conterai mon périple déjà tout tracé dans ma vieille tête fatiguée.

 

Pour faire genre, je cite en chute Fernando Pessoa« Chacun de nous appareille vers lui-même et fait escale chez les autres.»

 

L’écriture est un voyage incessant et immobile, elle nécessite la solitude et même l’isolement

 

*Dans l'émission Historiquement vôtre, Stéphane Bern se penche sur les racines d'une expression du quotidien. Il nous emmène sur les traces de la locution pas très mathématique jamais deux sans trois, qui puise son origine au XIIIe siècle. ICI 

 

 

Partager cet article
Repost0
15 avril 2021 4 15 /04 /avril /2021 06:00

WWII German Motorcycle R75 Lion Roar L3509 1/35ème maquette char promo

La nuit porte toujours conseil.

 

La Toile étant scannée par nos limiers du boulevard Mortier, ceux de la DGSI de Levallois-Perret, nos douaniers chers à Fernand Raynaud, nos as de Tracfin, je risquais gros de révéler les dessous de la filière blanche, j’ai donc renoncé à lever le voile sur elle, même si l’opération était bouclée.

 

Bref, allais-je pour autant mettre fin à mon projet fou de m’exfiltrer de Paris sans être inquiété par la maréchaussée ?

 

L’opération Petite Vadrouille aurait-elle lieu ?

 

P’tète bien que oui, p’tète bien que non…

 

Tout est prêt, le scénario bouclé, l’itinéraire minuté, le chat confié aux bons soins de madame Gomes, les plantes du balcon aussi, mon sac à dos au pied de mon lit, alors si c’est oui je vais devoir choisir l’une des branches de l’alternative que la situation m’offre, si je puis m’exprimer ainsi.

 

Mon choix est fait mais, comme je souhaite maintenir le suspens, je fais comme si j’hésitais encore…

 

Comme je suis bon prince je vous livre deux indices

 

N°1

 

L’autorail se traînait, de gare en gare, à chaque démarrage le diesel exhalait des remugles acides, hoquetait, la carlingue vibrait. Les loupiotes jaunasses donnaient à mon reflet sur la vitre piquée des contours mous, fienteux. Nous étions, en tout et pour tout, trois : une grosse femme sans âge qui tricotait avec une obstination mécanique, un jeune type au faciès de cheval somnolant la bouche grande ouverte, et moi. Le contrôleur devait avoir couché avec son uniforme. Il dégageait un mélange de tabac froid, de slip ancien et d'huile de friture. Lorsqu'il poinçonna mon ticket je remarquai ses ongles longs, bombés et incurvés, sales. On aurait dit des serres d'aigles. Ça me donnait envie de gerber. Il fallait que j'en grille une. Je fourrageai dans mon sac à la recherche de ma boîte à rouler. Mes calbars, mes chaussettes se mêlaient avec tout un fatras de papiers que je trimballais en permanence. Officiellement pour écrire, des notes, ça faisait un sacré temps que je n'avais pas aligné une phrase. Le petit bouquin, que j’avais récupéré dans la salle d’attente, me tomba dans la main. Je le caressai.

 

Dans un craillement de freins notre équipage stoppait en gare d'Evreux. Les néons du quai lâchaient dans l'habitacle une lumière crue de scialytique. Deux bidasses montaient en parlant fort. La tricoteuse nous quittait. Dans ma main droite le titre du petit bouquin m'étonnait : « Extension du Domaine de la lutte », ça sonnait comme du pur jus d'intello post-soixante-huitard non révisé, prétentiard. Si je l'ai ouvert c'est qu'il était édité par Maurice Nadeau. J'ai toujours eu un faible pour Nadeau. Y’avait un nom écrit au crayon au revers de la couverture : Chantal Dubois-Baudry. Les patronymes à tiret m'ont toujours fasciné, à la manière de la transmutation d'un vil métal en or. Mon doyen de fac s'appelait Durand-Prinborgne et, comme raillait mon pote Bourrassaud, quand je m'extasiais sur un Moreau-Chevrolet ou une Debrise-Dulac « et mon chauffe-eau c'est un Saunier-Duval... »

 

La Dubois-Baudry était la reine du soulignage, j'ai survolé les phrases soulignées du petit bouquin fripé, y'en a une que j'ai relu trois fois « Au métro Sèvres-Babylone, j'ai vu un graffiti étrange : « Dieu a voulu des inégalités pas des injustices » disait l'inscription. Je me suis demandé qui était cette personne si bien informée des desseins de Dieu. » J'ai fait machine arrière et je me suis plongé dans le petit bouquin fripé au titre étrange.

 

Arrivé à St Lazare j'ai trouvé refuge dans un café graisseux où un garçon aux cheveux pelliculeux et aux ongles sales, c'était le jour, m'a gavé de demi de bières tiédasses. Quand j'eus fini de lire le petit bouquin j'allai pisser. Les toilettes étaient à la hauteur du standing de l'établissement ce qui ne m'empêcha pas de me poser sur la lunette. C'est alors que j'ai découvert le nom de l'auteur : Houellebecq. Étrange, ça sonnait comme un nom d'abbaye. Ce Houellebecq me dérangeait, son style atone, minimal, s'élevait parfois jusqu'à devenir Bovien, son Tisserand, l'un de ses personnages, venait de détruire mon postulat de la laideur. Ce type « dont le problème - le fondement de sa personnalité, en fait - c'est qu'il est très laid. Tellement laid que son aspect rebute les femmes, et qu'il ne réussit pas à coucher avec elles. Il essaie de toutes ses forces, ça ne marche pas. Simplement elles ne veulent pas de lui… » Grotesque, lamentable…

 

N°2

 

« C’est mon drame, j’ai un beau cul mais je suis plate comme une limande Par bonheur je suis entière et avec une bonne douche, un ravalement de façade et un broc de café je serai d’attaque pour vous faire passer les Andes... » Une bonne heure après nous enfourchions la R 75 qui, elle, ne s’offrait pas une gueule de bois et feulait doucement sous le poignet ferme de Marie-Amélie. Elle me bluffait. La route 765 traversait des prairies verdoyantes où paissaient des vaches qui ressemblaient aux vaches normandes de mon grand-père. La comtesse ménageait notre monture dans la perspective des rampes rudes et les lacets que nous allions devoir affronter à El Juncal. Son plan de vol, si je puis dire, elle me l’avait délivré avant notre départ : nous roulerions jusqu’aux environs de midi pour atteindre le pied de la Cordillère puis, afin de ne pas affronter les pentes sous le soleil, car le refroidissement de notre monture n’est pas son fort, nous ferions une halte afin d’attendre le déclin du soleil. Prévoyante la comtesse avait fait préparer un panier de pique-nique au service d’étage. Cette femme m’étonnait vraiment et, alors que dans la tenue d’Ève elle venait de passer commande elle trouvait le moyen de me balancer « Je suis sûre que vous allez me regretter »

 

En quittant Los Andes nous passâmes sous les bras d’une statue de la Vierge juchée sur une rocaille et, comme nous n’avions pas mis nos casques, je hurlai dans les oreilles de Marie-Amélie « Avec ce qu’elle a vu hier au soir, nous sommes bons pour l’Enfer ! » Relâchant un peu les gaz elle se tournait vers moi pour me répondre « Vous ne perdez rien pour attendre. La maison ne fait pas crédit. L’air des cimes vous redonnera de la vigueur... » À Rio Colorado nous passions à côté d’une Centrale électrique et le paysage devenait de plus en plus lunaire. Nous nous arrêtâmes au confluent des rios Juncal et Bianco. Marie-Amélie se défaisait de sa combinaison de cuir, enfilait un pull de laine et pieds nus dans ses croquenots étendait un plaid sur un petit promontoire herbeux.

 

Nous déjeunâmes de poulet froid et de fruits accompagnés d’un Carménère d’assez bonne composition. Les eaux tumultueuses et pures chantaient. Le café lui aussi se révélait à la hauteur. « C’est le mien ! » me fit remarquer la comtesse en constatant mon ravissement. J’en restais pantois et je n’eus pas le temps de me remettre que Marie-Amélie ôtait son pull et sa lingerie fine « Si ça vous dit moi je me baigne. L’eau glacée va me purifier des miasmes de cette nuit. » Mon air horrifié lui tirait un rire chevalin. « Rassurez-vous, vos cojones ne risquent rien ! Venez, je vous les réchaufferai en sortant ! » Je pris le parti d’y aller tête baissée sans réfléchir. Passé la brutalité de la morsure première le plaisir fut au rendez-vous après des jeux de mains qui n’avaient rien d’enfantins. La comtesse me comblait. La comtesse m’épuisait. La comtesse m’émouvait. La comtesse me murmurait des mots de gamine. La comtesse adorait l’écho de ses égarements

 

Voilà, comprenne qui pourra… à demain…

Partager cet article
Repost0
14 avril 2021 3 14 /04 /avril /2021 08:00

 

 

Au Bourg-Pailler, nous nous couchions tard, « y’a encore de la lumière chez les Berthomeau », après dîner papa lisait la presse, ma maman cousait, et moi je profitais de ce temps ajouté pour éplucher la page des sports de la Résistance de l’Ouest : j’étais dans ma phase « je veux être radioreporter sportif » ce qui désespérait ma mère, « ce n’est pas un métier », elle voulait que je fasse curé et, comme j’étais bien élevé je ne lui rétorquais pas « que ce n’était pas un métier », en revanche nous n’étions guère du matin ce qui faisait jaser dans le pays où l’on se couchait comme les poules et on se levait avec le soleil…

 

Mon horloge biologique ne s’est pas calée sur ce rythme : je suis un couche-tard, passé le cap des 22 heures je peux tenir jusqu’au cœur de la nuit, ça m’aidait lors des fameux marathons de négociations à Bruxelles, pour le matin : j’aime, aux beaux jours, me lever comme le soleil, l’hiver, je flemmarde, je fais la grasse matinée, ce que je déteste ce sont les heures de réveil imposées, en revanche si dans la nuit une idée surgit je suis de suite d’attaque, je me rue sur mon clavier et je suis capable d’écrire jusqu’au petit jour, enfin, j’adore faire la sieste, 20 mn chrono sans chrono et de dormir en tout lieu, même en réunion.

 

Les confinements et maintenant le couvre-feu me font vivre quasiment hors du temps, je n’ai plus d’heures, je me lève, je me couche à pas d’heure, je mange à n’importe quelle heure, il m’arrive de ne pas sortir de chez moi pendant deux ou trois  jours, s’il fait beau je niaise sur mon balcon, je me suis même mis au jardinage, le chat trouve ça extra, je vis comme un moine, tout ça pour vous redire que j’ai folle envie de sortir de Paris. Mais c’est interdit au-delà d’un rayon de 10 km et la milice macronienne veille.

 

Que faire ?

 

Hier, après avoir évoqué une hypothétique remontée de la Marne tel JPK, baguenaudant sur la Toile, je suis tombé en arrêt : Les Riceys, j’avais trouvé le fil rouge de mon périple, tout se maillait, restait le plus compliqué : sortir en loucedé de Paris, passer au travers des mailles du filet de la police sanitaire.

 

J’ai alors procédé par élimination, sur ma short-liste des moyens de sortie de Paris j’ai rayé :

 

  • à pied : incompatible avec le temps qui m’est imparti, et la météo évoquée pour remonter la Marne n’est pas idéale pour marcher…

 

  • à cheval : je n’ai pas de cheval.

 

  • en voiture : contrôle possible de plus je ne souhaite pas divaguer en carbonant. 

 

  •  en Vae : pas assez d’autonomie…

 

  • en RER, ils ne vont pas assez loin et je ne veux pas me retrouver dans une rame serré comme une sardine.

 

  • En train via la gare de Paris-Bercy, j’y suis allé voir, pas un képi en vue, un côté gare provinciale, ç’est jouable…

 

Mais avec votre serviteur il y a toujours un mais, et ce mais ce sont mes souvenirs de mai 68 où la pénurie d’essence m’avait mis dans l’obligation, pour quitter Nantes, afin d’aller rassurer mes pauvres parents effarés par mon nouveau statut de révolutionnaire, on m’avait vu aux infos régionales un micro à la main dans un amphi enfumé, de me débrouiller en empruntant un véhicule prioritaire, pourvu en essence : une ambulance.

 

Et si je sortais de Paris en ambulance ?

 

Mais comment emprunter, plus exactement me faire transporter par, une ambulance lorsqu’on n’est pas malade ?

 

Tout simplement en activant la filière blanche.

 

Qu’est-ce la filière blanche ?

 

Pour faire court et maintenir le mystère : une combine type Pieds Nickelés qui devrait plaire à la mouche du coche.

 

À demain si vous le voulez bien…

Partager cet article
Repost0
14 avril 2021 3 14 /04 /avril /2021 06:00

 

C’est  dans les DNA cher au cœur de Pax

Le roman vrai de Gorbatchev, débordé par l’histoire en marche

 

S’il est un personnage marquant de la seconde moitié du XXe siècle, le parcours de Mikhaïl Gorbatchev n’en fut pas moins paradoxal. Admiré en occident pour avoir puissamment contribué à l’effondrement de la redoutée Union Soviétique, il est, pour la même raison, unanimement détesté dans la Russie de Poutine.

Par Stéphane BUGAT - 20 févr. 2021

 

On connaît sa méritoire volonté de réformer, en jouant simultanément sur les leviers politiques et économiques. À la différence de la Chine de Deng Xiaoping qui a concilié son essor avec la mainmise du parti communiste. Ce faisant, Gorbatchev a provoqué un mouvement brownien qu’il fut incapable de maîtriser. Plus qu’une biographie détaillée, c’est cette dimension que Vladimir Fédorovski décrit.

 

De plus, lui qui a vécu ces événements comme diplomate, puis comme porte-parole d’un parti d’inspiration social-démocrate, met en exergue le rôle joué par Alexandre Yakovlev, son ami et proche conseiller de celui qui était alors le maître du Kremlin. Ce récit se lit bien comme un roman, tout en révélant certains aspects pas toujours très notoires du personnage Gorbatchev.

 

La suite ICI 

 

Je viens de lire le livre.

 

Excellent « Fédorovski esquisse une réhabilitation du terrible Béria, aux dépens du trouble Khrouchtchev, quitte à prendre le contre-pied de leurs réputations respectives. »

11 septembre 2019

« Le KGB est arrivé à la conclusion que Gorbatchev est le meilleur candidat » Margaret Thatcher partageait cet avis. « Sa personnalité n’a rien à voir avec les ventriloques figés que sont les apparatchiks moyens. » ICI 

« Le KGB est arrivé à la conclusion que Gorbatchev est le meilleur candidat » Margaret Thatcher partageait cet avis. « Sa personnalité n’a rien à voir avec les ventriloques figés que sont les apparatchiks moyens. »

 

Mikhaïl Gorbatchev, fils d’un conducteur de moissonneuse-batteuse, s’était élevé rapidement dans la hiérarchie communiste en devenant à moins de 50 ans un membre à part entière du Politburo. Le KGB avait reconnu en lui le chef énergique qu’elle espérait : un réformateur, un visionnaire qui avait voyagé en dehors du bloc soviétique, le contraire de la gérontocratie étroite d’esprit.

 

Avec le recul, les trente mois (novembre 1982-mars 1985) qui séparent la mort de Leonid Brejnev de la nomination de Mikhaïl Gorbatchev à la tête du PCUS apparaissent comme une période d’immobilisme, d’attente indécise d’une « gérontocratie au pouvoir » incapable de prendre les mesures urgentes qu’imposait une situation dégradée, tant sur le plan économique que sur le plan international.

 

Toutefois, la nomination de Iouri Andropov avait suscité sinon l’espoir d’une nouvelle « détente », du moins de très nombreuses interrogations sur le « cours nouveau » que ne manquerait pas d’impulser le chef du KGB. Était-ce le signe que la police politique était en train de prendre le dessus sur le parti ? Le KGB allait-il remettre en cause la légitimité d’un appareil politique gangrené par la corruption et les mafias ? Toutes ces spéculations allaient faire long feu. Non seulement I. Andropov ne resta au pouvoir qu’une quinzaine de mois (novembre 1982-février 1984), mais, après sa mort, le pouvoir suprême revint à Constantin Tchernenko, le rival malchanceux qui avait été évincé de la succession de L. Brejnev au profit d’Andropov. Les treize mois au cours desquels C. Tchernenko occupa le poste de secrétaire général ne se distinguèrent guère de l’« épisode Andropov ». L’interrègne commença et s’acheva dans l’immobilisme.

12 juillet 2015

« Les paysans s’en foutent, les transports sont désorganisés, les fonctionnaires paresseux et incompétents… », Gorbatchev à Tchernenko le 21 juin 1984 devant Mitterrand ICI 

 

« Les paysans s’en foutent, les transports sont désorganisés, les fonctionnaires paresseux et incompétents… », Gorbatchev à Tchernenko le 21 juin 1984 devant Mitterrand

 

Entretien de Mitterrand avec Konstantin Tchernenko le 21 juin 1984 (Verbatim Attali Vol. I) 

 

 « Un communiste français qui faisait partie de la délégation fit remarquer que Tchernenko « avait l’air d’un cadavre ». Pour briser la glace Mitterrand demanda à Gorbatchev, qui venait d’arriver et était assis à la gauche de Tchernenko, pourquoi il n’avait pas fait partie de la délégation lors de la réunion plénière du matin. « Cela ne dépend pas de moi, Monsieur le Président », répond Gorbatchev. À la question de Tchernenko, qui demanda pourquoi il était en retard, il expliqua qu’il venait d’une réunion sur la production agricole. « Tout le monde dit toujours que [notre agriculture] va bien, continua-t-il, mais c’est faux, ça n’a jamais marché. » Déconcerté, Tchernenko lui demanda ce qu’il voulait dire. « Les paysans s’en foutent, les transports sont désorganisés, les fonctionnaires paresseux et incompétents… », commença Gorbatchev. « Depuis quand ? » l’interrompit Tchernenko. La réponse fusa : « Depuis 1917 » L’interprète russe, comprenant soudain l’énormité de ce qui venait de se dire, s’arrêta au milieu de la phrase. »

 

 

BONNES FEUILLES

"Le roman vrai de Gorbatchev" : l’histoire secrète de la chute du mur de Berlin ICI 

 

Vladimir Fédorovski publie "Le Roman vrai de Gorbatchev" aux éditions Flammarion. Glorifié en Occident pour avoir mis fin à la guerre froide et libéré le monde du communisme, Gorbatchev est aujourd'hui haï par les Russes qui le rendent responsable de toutes leurs difficultés. "Le Roman vrai de Gorbatchev" est une enquête nourrie d'archives inédites et de témoignages encore jamais révélés sur l'une des plus grandes figures du XXe siècle. Extrait 1/2.

Vladimir Fédorovski

Nationalité : Russie

Né(e) à : Moscou , le 27/04/1950

Biographie :

 

Vladimir Fédorovski (russe : Владимир Федоровски) est un écrivain et ancien diplomate russe.

 

Vladimir Fédorovski a d'abord été élève à l'Institut d'État des relations internationales de Moscou (MGIMO). Ayant acquis une parfaite connaissance des langues anglaise, française et arabe, il a commencé par travailler comme attaché à l'ambassade soviétique de Mauritanie, avant d'être nommé dans les années 1970 interprète au Kremlin, assistant Léonid Brejnev dans ses rencontres avec les dirigeants des pays arabes. En 1977, il est nommé à l'ambassade soviétique à Paris et en 1985, passe un doctorat d'État en histoire sur le rôle des cabinets dans l'histoire de la diplomatie française.

 

De retour à Moscou, il travaille au ministère des affaires étrangères comme chef de cabinet du vice-ministre Vladimir Petrovski (qui écrit les discours de Léonid Brejnev et du ministre Gromyko), et fait la connaissance d'Alexandr Iakovlev, émince de Gorbatchev et futur inspirateur de la perestroïka ; Fédorovski sera ensuite nommé conseiller diplomatique pendant la période de la glasnost. Partisan de Gorbatchev, il est porte-parole du Mouvement des réformes démocratiques pendant le putsch de Moscou d'août 1991, s'opposant à la ligne « dure » du Parti communiste.

 

Devenu écrivain, il enseigne à HEC depuis 1992, a été fait officier des Arts et des Lettres et a obtenu la nationalité française en 1995. Membre de la Société des auteurs de Normandie, il est également conseiller historique au Mémorial de Caen pour la période de la guerre froide, et a été distingué de plusieurs prix littéraires dont le prix d'histoire André Castelot en 2006. Il a publié son premier roman en 1997, Les Deux sœurs (Lattès), puis une série romanesque de l'histoire russe en trois volumes (Le Roman de Saint-Petersbourg, Le Roman de Moscou, et Le Roman de la Russie insolite) de 2003 à 2004 ; il dirige par ailleurs la collection « Le Roman des lieux magiques » des Éditions du Rocher et est Président d'honneur de la Fédération Française des Salons du livre.

Récipiendaire de plusieurs prix littéraires, il a dernièrement publié Le Roman de la perestroïka (éd. du Rocher, 2013) ; Poutine, l'itinéraire secret (éd. du Rocher, 2014) et Dictionnaire amoureux de Saint-Pétersbourg (éd. Plon, 2016).

 

Source : lefigaro.fr

Partager cet article
Repost0
13 avril 2021 2 13 /04 /avril /2021 08:00

 

Vélo cargo, Bullitt,

Mon rêve, prendre le grand air, me déconfiner, vacciné, masqué, sans mettre en danger la santé des autres…

 

Je m’interroge, comme le disait avec son accent rouergat Mgr Marty archevêque de Paris.

 

Et si, tel JPK, je remontais la Marne ? Bien sûr je ferais une entorse à l’interdiction gouvernementale de circuler de province à province mais je ne risquerais guère de croiser du monde et ne serais donc en quoi que ce soit vecteur de transmission du foutu virus.

 

9782213654713-G.jpg

12 février 2013

J’ai remonté la Marne avec Jean-Paul Kauffmann jusqu’à ce qu’elle se désincarcère de sa chape urbaine, que la ville recule… ICI 

 

Faut pas rêver mon vieux Taulier, ce genre de périple ça se prépare, tu ne peux pas prendre ton sac demain matin pour mettre tes pas dans les pas de JPK, t’es un peu rouillé, ta hanche en céramique tiendra-t-elle le coup ? Je pense que oui mais l’obstacle le plus dirimant : la météo, ça caille, il pleut, bref, continue à cogiter pour trouver une fenêtre sur par laquelle tu pourras te calcer en loucedé.

 

Et, à ce stade, comme toujours chez moi, mon esprit folâtre, je me laisse aller à des envies d’échappée belle, je pianote sur mon clavier : acheter un vélomoteur.

 

Dans les nombreux résultats dans Paru/Vendu : celui-ci

 

 1975 occasion 10340 Les Riceys

PEUGEOT, Essence 2 temps, 1975, 200 Km, 150 €. Venir la chercher au village de Riceys dans l’Aube et paiement en espèces. 2 phares cassés 1 fuite au réservoir c’est pour ça que je la vends. Pas grave à refaire mais roulait très bien il y a 2 ans.

 

Le gars ne manque pas d’air, 150 € pour une épave faut le faire, mais le hasard, qui est toujours mon allié pointe le doigt sur Les Riceys.

 

Les Riceys, je connais, j’y trouve le premier fil de ma future pelote, je tire et je commence à tricoter mon ouvrage…

 

Vous en saurez plus demain, du moins je l’espère…

 

Partager cet article
Repost0
13 avril 2021 2 13 /04 /avril /2021 06:00

 

J’apprécie beaucoup mes rencontres avec JPK, au détour de pages d’un grand auteur, ici avec David John Moore Cornwell, dit John le Carré, alors que dans la vie mes rencontres avec lui se comptent sur moins des doigts d’une seule main.

 

Dans son livre : Histoires de ma vie, Le tunnel aux pigeons, au chapitre 32 Déjeuner de prisonniers, John le Carré évoque sa rencontre avec JPK au début du nouveau millénaire, chez François Bizot qui « reste le seul Occidental à avoir été fait prisonnier par les Khmers rouges de Pol Pot et à avoir survécu. »

 

Le portail - François Bizot - Babelio

 

Le Carré, note : « Nous étions tous suspendus aux lèvres de Bizot pendant l’exposé de son raisonnement, sauf un convive qui restait étrangement impassible. Il était assis juste en face de moi. C’était un petit homme nerveux au front large dont le regard sombre et vif ne cessait de croiser le mien. On me l’avait présente comme étant l’écrivain Jean-Paul Kauffmann. J’avais lu son dernier livre, La Chambre noire de Longwood, avec un grand plaisir.

 

 

Le Carré, n’ayant pas été prévenu qu’il allait le rencontrer exprima, selon ses dires, sa joie de façon très spontanée, alors « pourquoi diable me regardait-il donc avec une telle sévérité, alors ? Avais-je commis un impair ? Etc.

 

« Je dus lui poser la question, ou bien mon attitude la lui posa indirectement pour moi. Et un soudain renversement des rôles, ce fut à mon tour de le dévisager. »

 

« S’il m’avait dévisagé pendant tout le déjeuner, c’est que, dans l’une de ses caches où il était confiné, il était tombé sur un de mes livres en édition de poche tout abîmé et l’avait dévoré à de nombreuses reprises, l’investissant sans doute d’une plus grande profondeur qu’il n’en avait jamais contenu. Il m’expliqua tout cela de ce ton neutre que j’avais déjà entendu chez d’autres victimes de torture, dont le quotidien inclus à jamais cette expérience indélébile. »

 

La vérité, version John Le Carré

 

Le Carré se replongea, après le déjeuner dans La Chambre noire de Longwood, et a fait le lien qui lui avait échappé à la première lecture « il s’agissait là d’un prisonnier traumatisé qui écrivait sur une autre, peut-être le plus grand de tous les temps. » Il en garda un souvenir marquant même si ils ne revirent jamais ni entretinrent une correspondance.

 

Amazon.fr - La Chambre noire de Longwood. Le Voyage à Sainte-Hélène -  Kauffmann, Jean-Paul - Livres

 

Lorsque le Carré se lance dans l’écriture des Histoires de sa vie, il cherche sur internet comment le contacter. Il obtient son adresse mail assortie d’un avertissement sur le fait qu’il était possible qu’il ne réponde pas.

 

Je ne sais si JPK lit encore mes graffitis mais, pour la première fois, à propos de Napoléon, il n’a pas saisi la perche que je lui avais tendue.

 

« Avec moult précautions, je lui écrivis, et au bout de quelques semaines me parvint la généreuse réponse ci-dessous :

 

Jean-Paul Kauffmann « j'ai toujours aimé l'entre-deux. Tous les mondes que j'ai  visités étaient flottants, situés à la limite.» - Le blog de JACQUES  BERTHOMEAU

 

Pendant ma captivité, j’ai manqué cruellement de livres. Nos geôliers nous en apportaient parfois. L’arrivée d’un livre constituait un bonheur sans nom. J’allais non seulement le lire une fois, deux fois, quarante fois, mais aussi le relire en commençant par la fin ou au milieu. Je prévoyais que ce jeu allait m’accompagner au moins deux mois. Pendant mes trois ans de malheur, j’ai connu d’intenses instants de joie. L’Espion qui venait du froid en fait partie. J’y ai vu un clin d’œil du destin ; nos geôliers apportaient n’importe quoi : des romans bon marché, le deuxième tome de Guerre et Paix de Tolstoï, des traités illisibles. Cette fois un écrivain que j’admirais… J’avais lu tous vos livres dont l’Espion mais dans ma condition ce n’était pas le même livre il n’avait même plus rien à voir avec le souvenir que j’en avais. Tout était changé. Chaque ligne était lourde de sens. Dans une situation comme la mienne, la lecture devenait une affaire grave et même dangereuse car le moindre fait se trouve relié à ce quitte ou double, qui l’existence même de l’otage. La porte de la cellule qui s’ouvre annonçant un responsable du Hezbollah signifie la délivrance ou la mort. Tout signe, toute allusion deviennent présages, symboles ou paraboles. Il y en a beaucoup dans L’espion.

 

Amazon.fr - L'espion qui venait du froid - Le Carré, John - Livres

 

Avec ce livre, j’ai ressenti dans mon être le plus profond ce climat de dissimulation et de manipulation (la taqqiya chiite). Nos ravisseurs étaient des experts en paranoïa : méfiance maladive, interprétation délirante, agressivité systématique, goût névrotique du mensonge. L’univers aride de Leamas, où les vies humaines ne sont que des pions, était le nôtre. Que de fois me suis-je senti comme lui un homme abandonné, désavoué. Et surtout usé. Cet univers de duplicité m’a appris aussi à réfléchir sur mon métier de journaliste. Finalement nous sommes des agents doubles. Ou triples. Il nous faut entrer en empathie pour comprendre et se faire accepter, puis nous trahissons.

 

Votre vision de l’homme est pessimiste. Nous sommes des êtres dérisoires ; individuellement nous ne pesons pas lourd. Heureusement, tout ne se vaut pas (voir le personnage de Liz).

 

J’ai puisé dans ce livre des raisons d’espérer. Le plus important c’est la voix, une présence. La vôtre. La jubilation d’un écrivain qui décrit un monde terne et cruel et se délecte de parvenir à le rendre si gris et désespérant. On le ressent presque physiquement. Quelqu’un vous parle, vous n’êtes plus seul. Dans ma geôle, je n’étais plus abandonné. Un homme entrait dans ma cellule avec ses mots et sa vision du mode. Quelqu’un me communiquait son énergie. J’allais m’en sortir…

 

2015 JPK

 

Le Carré note : « Voilà ce que c’est. Voilà comment fonctionne la mémoire, celle de Kauffmann, la mienne, les deux. J’aurais juré que le livre dont il m‘avait parlé au déjeuner était Les Gens de Smiley, et non L’espion qui venait du froid, et mon épouse en garde le même souvenir. »

 

De mon côté je penche pour la version JPK et ce pour deux raisons :

 

  • L’espion qui venait du froid best-seller devait plus sûrement traîner au Liban que Les Gens de Smiley…

 

  • La mémoire de JPK à propos de sa captivité me semble plus fiable que celle de le Carré, et de madame…
Partager cet article
Repost0
12 avril 2021 1 12 /04 /avril /2021 08:00

 

La clandestinité, pour moi qui n’est jamais connu l’occupation c’était L’armée des ombres, et dans ma prime jeunesse, les porteurs de valises pour ceux que le pouvoir qualifiait de fellaghas, dans une guerre qui cachait son nom.

 

Ces ombres, ces résistants, ces minoritaires, au nom d’une cause, qu’ils estimaient juste, en marge de la majorité silencieuse voire hostile, mettaient leur vie en danger…

 

Alors, la moutarde me monte au nez lorsque, suite à l’affaire dites Chalençon-Leroy, reportage douteux de M6, on présente ces soi-disant restaurants de clandestins, alors qu’ils ne sont que le bling-bling de mauvais gâte-sauces, exploitants la bêtise d’une prétendue élite en lui servant, à des prix pharaoniques, des mets et des vins ringards.

 

Et, bien sûr pour pimenter la tortore, faire le buzz, ces « résistants », glissent, tels des conspirateurs « on a même croisé des Ministres… »

 

Horreur, malheur, sus au laquais de Macron, sauf que le Ministre en question était un ex-Ministre de l’Intérieur Brice Hortefeux et, piégé par celui-ci, ce pauvre Alain Duhamel qui n’a pas besoin de voiturier pour garer son Solex.

 

Tempête dans un mauvais verre de Ladoucette, alors pourquoi tartiner sur le sujet ?

 

Tout bêtement parce que ces fameux clandestins tombent sous l’inculpation de «mise en danger de la vie d'autrui et travail dissimulé», le pognon, le pognon…

 

Bref, cet épisode, est très représentatif de l’état d’esprit de certains de nos concitoyens qui érigent l’incivilité au rang d’une soi-disant résistance à la « dictature sanitaire » des gouvernants.

 

Moi aussi j’ai une folle envie de m’attabler, avec Claire, chez Giovanni Passerini, de licher des godets de vin nu, et plus encore de quitter le confinement de la ville-capitale pour aller prendre une bonne goulée d’air.

 

Alors, étant en voie d’acquérir la fameuse immunité puisque vacciné, une folle idée me traverse la tête : et si…

 

Et si, quoi ?

 

Je ne sais pas encore vraiment quoi mais la petite graine de folie va peut-être germer et, bien évidemment, vous serez les premiers à être mis au parfum si elle a germé…

 

À demain pour de nouvelles aventures…

  

«Il faut bien continuer à voir ses contacts» : dans le Paris chic, un restaurant discret tourne à plein régime

Alors que les établissements de restauration sont fermés depuis de longs mois, une table installée dans un espace de coworking reste ouverte depuis le début de la crise du Covid-19. Cuisiniers et serveurs sont aux petits soins pour des clients triés sur le volet. Nous y avons déjeuné mardi.

Cet établissement, qui rappelle les bistrots d'avant la crise, est installé au sein d'un luxueux espace de coworking. La société explique qu'il sert les salariés de ses entreprises clientes. DR

Deux verres de vin blanc – un bourgogne et un saumur –, une daurade sauvage accompagnée de son risotto aux légumes, un faux-filet de simmental sauce béarnaise avec ses pommes de terre et carottes rôties, un crumble pomme-caramel et un café. Le tout dégusté en tête à tête, serrés autour d’une toute petite table ronde de bistrot. Montant de l’addition : 75,50 euros, payés par carte bancaire. A l’heure où la polémique enfle autour de dîners parisiens clandestins organisés malgré la pandémie de Covid-19 et que le procureur de Paris a ouvert dimanche une enquête pénale après un reportage de M 6 sur des agapes interdites, le Parisien - Aujourd’hui en France a réussi à déjeuner, mardi 6 avril, dans un restaurant VIP de Paris.

 

L’affaire est très discrètement établie au cœur d’un espace de coworking haut de gamme des quartiers chics, situé à deux pas du Triangle d’or, un secteur du quartier des Champs-Elysées, et d’ambassades. Le restaurant qui, selon nos informations, tourne à plein régime depuis le début de la crise, est invisible depuis la rue. Dans ces nouveaux lieux de travail hybrides mêlant espace de travail partagé, salle de sport et conciergerie, l’argument culinaire fait mouche après de clients prêts à débourser près de 500 euros par mois pour un abonnement qui leur donne un accès privilégié aux tables en tant que membre.

L’atmosphère d’un club privé

 

« Avec la fermeture des restaurants, ce service est devenu prisé et ce modèle de restaurant destiné à des clients triés sur le volet, se développe dans plusieurs espaces de coworking qui se tournent habilement vers une activité d’hôtellerie », explique, sous couvert d’anonymat, un responsable d’un autre espace de travail partagé qui propose le même type de services dans le centre de Paris.

 

Ici, il n’y a d’ailleurs pas de porte dérobée, rien n’est caché. Mais l’endroit est feutré et le bouche-à-oreille fonctionne si bien qu’il ne faut pas chercher longtemps pour pouvoir y faire ripaille. L’accès est simple : il suffit de passer l’accueil, prétexter un rendez-vous, emprunter un petit couloir qui mène dans une cour et nous y voilà. A l’intérieur, l’atmosphère est celle d’un club privé, avec une déco années 1950 soignée, une cuisine professionnelle, avec ses cuistots dans le jus.

 

A peine entrés, on découvre une vingtaine de clients en grande conversation, des quadras bon chic bon genre, attablés sans aucun respect des gestes barrière malgré un affichage qui recommande le contraire. Le risque d’attraper le Covid semble avoir disparu et on admire ici, stupéfait, mais avec un plaisir coupable, la valse des serveurs et des cuisiniers les bras chargés de plats, tout comme les clients, collés les uns aux autres, à portée de postillons.

« 35 couverts maximum, deux convives par table »

 

Assaillis par les odeurs de plats mijotés qui se mêlent aux effluves du « jambon cuit à la truffe » découpé par un serveur en direct au milieu de la salle, on doit l’avouer : on salive. Le tintement des couverts qui s’entrechoquent, les bouteilles élégamment disposées derrière le zinc et puis, surtout, le brouhaha des conversations rappellent à la mémoire des bruits familiers et un monde d’avant la crise que l’on croyait en suspens.

 

On découvre ensuite le saint des saints : une terrasse intérieure qui permet d’accompagner son café d’une cigarette. « Un pur bonheur », glisse un client régulier. A en croire une serveuse, il y a foule toute la semaine et depuis des mois. D’ordinaire, dit-elle, « on compte environ 80 couverts le midi, mais on est récemment monté à 150 en une journée, notre maximum ». Hésitante, la jeune femme s’interroge sur son travail et dit craindre « de bosser dans l’illégalité depuis une semaine et les dernières recommandations du gouvernement qui imposent de déjeuner seul à table. »

 

Partager cet article
Repost0
12 avril 2021 1 12 /04 /avril /2021 06:00

 

 

Gelée noire !

 

Ce n’est pas un terme météo mais l’illustration très parlante d’une différence d’intensité entre la gelée blanche moins forte et surtout associées à de l’humidité, ce qui donne cette couleur blanche qui est de la rosée gelée ; la gelée noire est équivalente en force à la gelée d’hiver. L’effet d’une gelée noire en plein printemps est dévastateur sur des végétaux en pleine croissance mais encore très fragiles : Elle brûle les supports des futurs fruits, feuilles et tiges qui sont déjà sortis.

 

Dans mon souvenir, je me rappelle une descente éclair, en 1985, au lendemain d’une gelée noire sur les rives, pourtant réputées pour la douceur de son climat, de la Côte d’Azur, les champs de fleurs carbonisés, les roses des serres froides grillées, mais c’était en janvier et ce n’était que des fleurs me dira-t-on, impressionnant et surtout le désarroi des producteurs face à un tel sinistre.

 

Le 6 janvier 1985, -11°C à Hyères dans le Var. À Cannes, il fait -12°C le 9.

 

Au début de ma carrière, petit contractuel au Ministère, avec mon collègue et ami Claude Sauser, avec un petit ordinateur Wang dressé des cartes de l’intensité de la grande sécheresse de 1976 que nos IGREF ignorèrent avec superbe. Ça m’a aussi beaucoup marqué, Chirac légua à Barre un impôt sécheresse, qui alla dans des poches céréalières guère sinistrées. Par la suite, le Fonds des calamités fut mis à contribution de façon quasi-permanente et devint un fonds sans fonds. Il a été plusieurs fois réformé et fonctionne ainsi ICI 

 

Après un épisode extrême de gel, Jean Castex promet « des enveloppes exceptionnelles » pour aider les agriculteurs

 

Gel: Castex promet "des enveloppes exceptionnelles" à l'agriculture, le  Fonds des calamités "déplafonné" - Nice-Matin

 

Le gel qui a couvert une large partie de la France cette semaine s’annonce comme l’un des pires de ces dernières décennies.

 

Le Monde avec AFP

 

Face à un épisode de gel extrêmement difficile qui a touché cette semaine dix des treize régions métropolitaines, le premier ministre, Jean Castex, a promis, samedi 10 avril, « des enveloppes exceptionnelles » pour aider les agriculteurs, annonçant dans l’immédiat le déplafonnement du régime d’indemnisation des calamités agricoles.

 

Le gouvernement compte également « utiliser tous les moyens dont [il] dispos[e] en pareilles circonstances, notamment par rapport aux charges », pour répondre à cette crise, a ajouté M. Castex après la visite d’une exploitation dans l’Ardèche. Le premier ministre a annoncé qu’il allait à cet effet « réunir les banquiers, les assureurs et l’ensemble des acteurs qui [peuvent] être mobilisés ».

 

De son côté, le chef de l’Etat, Emmanuel Macron, a fait part dans un tweet de son « soutien plein et entier » aux agriculteurs

 

La suite ICI 

 

 

Les mains dans le cambouis mais pas un genou à terre 2019 – Hommage à La Canaille signé Valentin Morel vigneron du Jura

 

La métaphore « Les mains dans le cambouis mais pas un genou à terre » s’approprie particulièrement au contexte actuel de dérèglement climatique appliqué à la vigne.

 

Disons-le, « la galère est journalière » pour les vignerons aussi ! Les gels de printemps se répètent et risquent de s’intensifier. En été, les canicules sont plus virulentes allant jusqu’à brûler les vignes. Les raisins, malgré un ensoleillement exceptionnel ne sont pas mûrs puisque la vigne bloque ses mécanismes de maturité pour résister au chaud. Simultanément, le degré de sucre augmente par concentration et desséchement, ce qui entraîne des taux d’alcool plus élevés. Le tout engendrant des vinifications plus complexes.

 

L’exceptionnel va-t-il devenir la règle ?

 

Faut-il en rester au curatif étatique, guère adapté à un produit comme le vin car c’est le futur raisin qui est détruit, ou d’hypothétique assurances, fort coûteuses et elles aussi pas à la hauteur ?

 

Bien sûr que non, en restez-là ne répondra pas aux enjeux présents et futurs, réfléchir, se projeter, mobiliser des fonds importants, investir dans de nouveaux modes de conduite de la vigne, dans son environnement, accepter d’envisager des inflexions pour sortir de la vision purement productiviste, le volume faisant le revenu, et revenir à des pratiques commerciales, le vin est produit stockable qui peut vieillir, qui ne s’en tiennent plus à l’écoulement d’un millésime, rappelons que le secteur du vin d’appellation a distillé massivement en 2020.

 

S‘en tenir à des rustines, certes nécessaires pour panser, d’ailleurs fort mal, les plaies, c’est condamner à terme toute une frange de viticulteurs, mettre à mal un secteur qui depuis deux décennies vit dans le déni de la réalité de son métier.

 

Et, la fameuse opinion publique, sur les fameux réseaux sociaux, n’est pas toujours dans l’empathie, on peut le regretter, mais les appels à la tolérance ne changeront rien à l’affaire, pour beaucoup de nos concitoyens le vin n’est pas un produit essentiel.

  

Je laisse la plume à Catherine :

 

Bernard Catherine | rouergue

 

Le coup de gel, l’indemnisation et l’impunité

 

Chers tous, que je connais et ne connais pas, vignerons et pas vignerons,

 

Vous êtes nombreux à avoir manifesté votre compassion ou votre émoi, souvent les deux à la fois, après le coup de froid qui a gelé les espoirs du printemps, tué dans l’œuf les vendanges de l’année.

 

Il vous a été donné de vivre quasiment en direct la lutte des vignerons contre le gel, et nul n’a pu ignorer les images spectaculaires de milliers de points lumineux dans les nuits d’avril comme un ciel étoilé d’août, tragiquement belles comme peuvent l’être celles des incendies.

 

https://static.lexpress.fr/medias_12307/w_1019%2Ch_570%2Cc_crop%2Cx_5%2Cy_113/w_640%2Ch_360%2Cc_fill%2Cg_north/v1617957115/gel-vigneron-chablis_6301338.jpg

 

Puis, au matin du 8 avril, vous avez appris que le froid, de la Bourgogne à Bordeaux, du Languedoc au Muscadet, a été plus puissant que les vignerons, comme les incendies géants de Californie, d’Australie, du Portugal ont été plus puissants que les pompiers pendant des jours et des semaines, laissant les uns et les autres épuisés, désarmés après des nuits de vain courage. Face aux jeunes rameaux brûlés gelés, les vignerons ont sorti le grand mot, calamité agricole, et l’Etat le grand remède, la reconnaissance, c’est-à-dire l’indemnisation pour perte de récolte.

 

Ce même jeudi 8 avril, à 13 heures, le philosophe italien Roberto Esposito était l’invité de « La grande table idées » sur France Culture à l’occasion de la parution en français de son livre  Immunitas : protection et négation de la vie  paru en Italie en 2002. Notons au passage qu’il a fallu attendre presque vingt ans et probablement le Sars-Cov 2 pour qu’il soit traduit et devienne pour nous d’actualité. J’ai posé ma fourchette et vite pris un stylo pour noter : « Communauté et immunité, puisent à la même racine latine, munus, don, devoir. L’Immunité c’est le mot clé de notre époque ». J’ai immédiatement associé les vignes en feu de la nuit précédente à notre quête d’immunité, contre les virus couronnés, le gel et tous les fichus aléas que la vie nous réserve.

 

Une société du tout-immunisé est-elle souhaitable ?

 

En réalité, à bien regarder ces vues aériennes, on peut aussi voir dans la reproduction terrestre d’une nuit d’août étoilée offerte par les milliers de bougies, l’emprise de la monoculture sur le territoire. Depuis plus d’un siècle, la vigne est seule dans ses parcelles, sans arbres ni arbustes, glyphosatée, dénudée d’adventices, sans culture intercalaire, sans cochons ni poules, bientôt sans oiseaux et sans insectes. Elle a mangé et continue à manger des terres qui avaient, ici vocation à cultiver des céréales, là des légumes, ici et là un troupeau. Nous vignerons sommes tout autant prisonniers de la pensée productiviste que les éleveurs ou les céréaliers. Nous sommes tout autant des bourreaux de la monoculture qui mène à mal les défenses immunitaires de la vigne, et en revers, ses victimes amères. Seule l’auréole du vin nous préserve (encore) de l’agribashing.

 

Dans les baux ruraux, héritage et survivance du Théâtre d’agriculture et ménage des champs d’Olivier de Serre, il est toujours stipulé que le fermier s’engage à conduire la terre « en bon père de famille ». L’expression « mettre tous ses œufs dans le même panier » nous vient d’une vieille prudence paysanne qui, considérant l’aléa comme la règle en agriculture, consiste justement à ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier.  Que nous reste-t-il de la gestion « en bon père de famille » ? De la sagesse proverbiale qu’il y a à ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier ?

 

Le 28 juin 2019, un coup de chalumeau avait brûlé les vignes du Midi. Le 8 avril 2021 le gel a touché presque tous les vignobles, conséquence pas tant d’un phénomène exceptionnel, que de journées exceptionnellement chaudes et ensoleillées en mars, l’un et l’autre énièmes symptômes du dérèglement climatique à l’oeuvre. Néanmoins, nous continuons à faire comme si nous pouvions tout, bougies, feux de paille, chaufferettes, hélicoptères, aspersion, tours anti-gel, éoliennes, fils électriques chauffants, et comme si nous n’y étions pour rien, implorant l’indemnisation qui est une forme d’impunité.

 

Hypnotisés par la beauté cruelle des images, pris dans l’étau de l’émotion, nous versons des larmes de crocodile sur ce que nous croyons avoir perdu, mais demeurons aveugles à ce que nous avons réellement perdu. Par exemple, cette scène peinte par Jakob Philipp Hackert que je partage avec vous.

 

 

 

Texte de Valentin Morel publié sut Facebook 

 

Les Pieds sur Terre

Chers clients et amis,

 

C'est avec le cœur lourd que je m'adresse à vous aujourd'hui pour vous faire part de l’état de mes vignes à la suite des trois nuits où un gel intense (et même de la neige !) s'est abattu cette semaine. Je profite également de ce courriel et de la gravité de cette situation pour vous faire part de mes questionnements au sujet de cette belle plante que nous chérissons tant.

 

Les dégâts sont considérables, plus graves qu'en 2017 et 2019, et nous avoisinons sans doute un taux de perte aux alentours de 80%.

 

De toute évidence, ces enchaînements d'intempéries nous questionnent et nous font douter, voire nous découragent parfois. D'un point de vue météorologique, un gel début avril ne semble pas spécialement anormal. Ce qui l'est davantage est plutôt l'anormale douceur de la fin février et un temps estival durant 10 jours fin mars qui ont fait débourrer la vigne bien trop tôt.

 

D'un point de vue plus viticole, une vision un peu critique me conduit de plus en plus à assimiler notre façon de pratiquer notre viticulture comme ce que les soignants appellent un acharnement thérapeutique. Par une ironie mordante dont seule la vie a le secret, j'ai passé une bonne partie de l'hiver à lire des ouvrages et réfléchir à la question de la « dégénérescence de vitis vinifiera », notre famille de vigne européenne si fragile et que nous nous évertuons à faire pousser malgré tous les signes de faiblesse qu'elle nous renvoie. Ce débat anime en effet un certain nombre de vignerons et de chercheurs. Finalement, par une action bassement revancharde, pour adopter un point de vue anthropomorphique décalé et, certes, absurde, cette vigne, en milieu de printemps, nous fait comprendre que "nous n'avions qu'à pas" penser qu'elle était dégénérée et se sacrifie face à une vague de froid venue de l'arctique ! Singulier retour de bâton…

 

Plus sérieusement, notre conduite de la vigne interroge et il suffit de remonter au mitan du XIXe siècle pour s'en rendre compte, époque où l'oïdium est identifié en Europe. Depuis lors, ce champignon dévastateur ne sera combattu qu'au prix de nombreux traitements à base de soufre. Petit bonus de notre époque, l’oïdium semble être de plus en plus virulent ces dernières années caniculaires. Deuxième petit bonus pour nos confrères conventionnels, l'oïdium réussit régulièrement à contourner les nouveaux produits de synthèse de lutte chimique forçant ces confrères à revenir à la bonne vieille lutte biologique au soufre !

 

Ensuite, l'arrivée du phylloxera nous conduit à greffer nos vitis vinifera sur porte greffes américains. Pratique totalement contre-nature mais cruellement nécessaire dont nous ne sommes jamais sortis et qui nous cause de nouveaux ennuis : Fin de la plantation par bouturage surplace, au début greffage de qualité par les vignerons puis industrialisation des pépinières : sélection clonale, traitement à l'eau chaude, greffage, forçage, plantation en pépinières, arrachage, passage en chambre froide, replantation à la vigne... Malgré tous les points de vigilance, les virus se développent tout de même et aujourd'hui la flavescence dorée est une épée de Damoclès planant au-dessus des vignobles.

 

Je passe sur l'arrivée du mildiou, le manque de renouvellement génétique lié à la reproduction par la seule voie végétative, la plantation à 6000 pieds/ ha (voire 12 000 ) d’une plante qui s'épanouissait en poussant sur des arbres dans des forêts alluviales (biotope primaire de vitisvinifera) etc. Malgré tout, et parce que nous aimons tout de même boire du vin, il nous faut encore et toujours nous adapter et chercher de nouvelles pistes. Et de mon point de vue, feu de paille, bougies, hélicoptères, tour antigel, autant de pratiques que je respecte mais qui s’apparentent à un énième acharnement thérapeutique, ne peuvent constituer la panacée. Comme certains d'entre vous le savent, les variétés résistantes ou dites interspécifiques (inexactement appelées hybrides) soulèvent chez moi de nombreux espoirs en même temps qu’elles charrient aussi des questionnements. Outre qu'elles résistent aux principaux champignons (ne nécessitant donc aucun traitement) et virus qui frappent vitis vinifera, les variétés interspécifiques ont aussi l'atout majeur de résister au gel. Plus précisément, elles ne résistent pas au gel car elles gèlent comme vitis vinifera. En revanche, lors de la repousse après un gel, elles sont capables de refaire des fruits, ce dont n'est pas capable vitis vinifera. M'interrogeant sur ces cépages avec quelques confrères, j'ai réalisé récemment à quel point ceux-ci étaient controversés. Étrangement, ils parviennent à unir contre eux du vigneron productiviste le plus conservateur au vigneron biodynamiste pionnier le plus pointu de son domaine. Le productiviste leur reprochant l’atteinte au terroir et aux AOC, et le biodynamiste dénonçant des tripatouillages génétiques (pourtant totalement naturels puisqu’issus de croisement sexuels et non pas de manipulation génétique de type OGM) et le sang américain de cette vigne venue de l’ouest et produisant des breuvages qui ne seraient jamais de grands vins de terroir…

 

Au-delà de ces deux visions caricaturales, se trouvent de nombreux collègues et clients dont vous êtes, curieux et intéressés par cette question. Ces variétés résistantes ont représenté en France des proportions considérables de notre vignoble entre les deux guerres mondiales avant d’être abandonnées. Sans doute que les vins n’étaient pas à la hauteur de ce que pouvait permettre la qualité de ces cépages probablement en raison de la sous maturité mais aussi des mauvaises conditions de vinification de l’époque. Deux problèmes aujourd’hui résolus et qui nous incite à penser qu’il est grand temps de réaccorder à ces variétés, injustement mises sur la touche, la place qu’elles ont eue et qu’elles méritent.

 

Il me paraît important de ne pas reproduire à l’envers la même erreur qu’il y a 80 ans où l’on a imposé l’arrachage des variétés interspécifiques. Ainsi, il serait absurde de se débarrasser définitivement de vitis vinifera, et tous les essais de régénération, de sélection massale, de différentes façons de greffer etc. doivent être précieusement poursuivis et encouragés. Mais, parallèlement, si nous avions tous 25 % d’interspécifiques dans nos parcellaires, cela constituerait une assurance gel/mildiou/oïdium non négligeable. Puis, lors des belles années viticoles, elles offriraient un vin d’entrée de gamme populaire écologique et sain.

 

En outre, la perspective d’une vigne qui ne serait pas « phytodépendante» et, ne nécessiterait absolument aucun traitement, ne peut nous laisser indifférent à une époque où l’on parle tant d’agro écologie et où notre pays demeure l’un des plus gros consommateurs de pesticides.

 

Je sais que la situation est difficile pour nombre d’entre vous en raison du contexte sanitaire et que je vous adresse également tout mon courage et toutes mes pensées chaleureuses.

 

Vivement que reviennent les jours heureux où nous pourrons nous revoir et déguster de bons vins, même issus de vignes « dégénérées » !

 

Chaleureusement,

 

Roberto Esposito - Alchetron, The Free Social Encyclopedia

Une société du tout-immunisé est-elle souhaitable ? ICI 

 

Se protéger oui, mais à quel prix?  Le philosophe italien Roberto Esposito est notre invité à l'occasion de la parution de "Immunitas : protection et négation de la vie" (Seuil, 2021), traduction d'un de ses ouvrages paru en 2002, où il se penche sur le lien entre "communauté" et "immunité".

Partager cet article
Repost0

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents