Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 mars 2014 2 04 /03 /mars /2014 00:09

032-copie-2

 

Vendredi dernier messire le soleil ayant enfin consenti à sortir le bout de son nez j’ai de suite enfourché ma flèche d’argent pour rattraper le temps perdu. Marre de la pluie même si le ciel se pare parfois de superbes arc-en-ciel. Pour m’accompagner j’ai sorti Shaun le mouton héroïque de Wallace et Gromit de son étagère, il est tout content de prendre l’air.


002-copie-1.JPG


Moi aussi, ça me donne faim, une faim de tartare et en voilà un qui vaut le détour je vous l’assure de quoi défroquer une tribut de vegan des plus enragée ! Mon estomac en rit encore en se souvenant aussi de cet Avis de Vin Fort ce Bourgueil clairet de printemps même si nous ne n’y sommes pas encore.


012-copie-1.JPG

013014.JPG

018-copie-2.JPG023-copie-1.JPG

 

Shaun gentiment m’attendait pendant que je me prenais pour un grand reporter avec mon Leica C en bandoulière.


026-copie-1.JPG

 

Bien sûr j’ai pris aussi une entrée et un dessert avec le liquide qui va avec mais ce sera pour une autre fois. Faut pas gâcher la matière à chronique !

 

Le ciel perdait son sourire, des bubons noirs masquaient le Dieu soleil, et voilà que ça « guenassait » (pluie fine et collante caractéristique du climat breton). Je craignais le pire. Mes lunettes prenaient l’allure d’un pare-brise sans essuie-glaces. Ça se calmait ou plus exactement ça n’empirait pas et j’arrivais à bon port un peu humide.


Faire des courses, savoir faire ses courses, constitue la première marche pour qui veut cuisiner bon. C’est comme un bon raisin pour nos amis vignerons.


Sous l’œil indulgent d’Alessandra RAP ici link je prenais mon temps. Je cherchais et bien sûr je trouvais.


Certains esprits caustiques vont dire que je suis à l’Ouest (avoir un petit vélo dans la tête) puisque je m’écriais « Est ! Est !! Est !!! » en exhibant une fine quille aux reflets jaune paille.


036-copie-1.JPG

 

Qu’est-ce-à-dire ?


Je l’ai déjà dit en 2007 :


064-copie-1.JPG

 

L'Est ! Est !! Est !!! est un vin blanc de Montefiascone, près du lac de Bolsena. 


Les points d'interrogation ne sont pas toujours portés sur les étiquettes mais c'est un vin célèbre à Rome, sec ou plus souvent doux, jaune foncé, même si ce n'est pas un grand il faut le goûter rien que pour sa légende.


Sa légende veut qu'il remonte à l'an 1111 au cours duquel un certain évêque Fugger fit un voyage d'Allemagne à Rome. le prélat très pointilleux sur le chapitre du vin envoya un de ces hommes de confiance goûter les vins dans toutes les auberges et les tavernes de la route. S'ils lui semblaient bons l'homme devait écrire près de la porte « est » et dans le cas contraire « non est ».

Bref tout se passa normalement jusqu'à ce qu'il atteigne Montefiascone. Là, à peine eut-il goûté le vin qu'il ressortit en trombe écrire sur le mur : « Est ! Est !! Est !!! ».


Selon la légende, lui et son maître en burent, heureux jusqu'à leur mort.


En prime dans cette chronique une belle nouvelle de Frédérique Echard : Le balcon link  et link 


Tout content de cette belle prise : imaginez mon bonheur que cet Est ! Est !! Est !!! avec ses 6 points d’exclamation, je sentais que je devais pousser plus loin mon avantage. Du doigt, ce qui est malpoli aurait dit ma mémé Marie, je montrais à Alessandra un fromage qui me semblait nimbé de rouge.


1319023067-35335900.jpg

 

Bonne pioche : l’ubriaco-di-rabioso est un fromage au lait de vache affiné au vin produit uniquement dans la région de Trévise.


Je goûtais.


046.JPG

 

Ubriaco signifie ivre être en état ​​d'ivresse.


Selon la légende les origines de ce fromage remontent à la Première Guerre mondiale lorsque les paysans italiens de la région du fleuve Piave cachaient leurs meules de fromage dans des fûts de fermentation du jus de raisin pour empêcher les armées d'invasion de les voler.


C'est donc un fromage de lait de vache cru demi-dur qui est pressé mais pas cuit. Il est plongé dans du Raboso, du moût de raisins pendant plusieurs semaines. Au cours de cette immersion le fromage absorbe la saveur du moût, son arôme et sa croute se teinte d’une couleur rouge rubis profond. Il est affiné pendant six mois dans les caves du  maître affineur Mr. Carpenedo.


La pâte du fromage obtenu est jaune pâle avec des petits trous et des notes de couleur rouge à la surface interne de sa croute. Sa saveur  forte, puissante même laisse en bouche des notes de fruits noirs et de cerises acides avec des notes poivrées. Il a du caractère.


047.JPG051.JPG052-copie-1.JPG

 

Alessandra me proposait aussi de compléter mon plateau de fromage avec un BLU’61 Raboso qui est un fromage bleu au lait pasteurisé ensemencé vieilli dans du mout de vin de Vénétie (raboso) et des myrtilles (canneberges). Comme il est enveloppé et sous poche car il baigne dans son jus je ne l’ai pas goûté. Depuis je l’ai fait c’est  un fromage parfaitement équilibré en saveur et en  texture, assez La vinosité n’est jamais envahissante, elle se marie à merveille avec  les notes de lactées et les marbrures.


Pour mettre un peu de baume sur notre susceptibilité de vieux pays qui produit plus de 365 sortes de fromages et qui, selon de Gaulle, ne peut pas perdre la guerre ! Je vous propose un Roquefort le Vieux Berger de la maison COMBES  fondée en 1923.


RAP-003.JPGRAP-001.JPG

 

« C’est avant tout une histoire de famille profondément attachée aux valeurs de son terroir et à celle de la fabrication manuelle du Roquefort.


 Ainsi depuis trois générations, la famille COMBES apporte sa sensibilité particulière à l’élaboration du Vieux Berger en s’inspirant de principes simples et immuables.


Des méthodes traditionnelles à la fabrication


Un savoir-faire incomparable à l’affinage


Pour faire du Vieux Berger un produit gastronomique de très haute qualité. »


-        Et avec le bleu vous boirez-quoi monsieur ?

-        Quelque chose de fort comme avec le Roquefort !

-        Alors un blanc macéré sur peau…

-        J’ai ce qu’il vous faut mais je vous ferai aussi découvrir le Bel Hazard issu d’une saignée de Merlot fait de raisins très mûrs qui a passé 4 ans en barrique et développé naturellement son voile…


020-copie-1.JPGRAP-008.JPG

 

Je remontais sur ma flèche d’argent, descendais la rue Rodier qui luisait, le ciel restait menaçant, je pédalais de bon cœur mon cabas plein de provisions accroché au guidon ce qui est le gage de futures chroniques…


035-copie-1.JPG

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article
3 mars 2014 1 03 /03 /mars /2014 09:33

Les vignes impeccables désherbées « au laser » qui faisaient autrefois la fierté de leurs propriétaires sont maintenant montrées du doigt et vilipendées. L’heure est à l’enherbement et au labour, les adventices ne sont pas toutes des herbes folles.


Comparaison n’est pas raison mais, en nos temps post-modernes, alors que « les barbus » attirent en certains lieux des regards soupçonneux « les barbiers repoussent à Paris. Comme le poil, qui fait son retour sur les joues et les mentons de la gent masculine.


barbe_1244732.jpg

 

«Depuis deux ou trois ans, le poil est réhabilité», note Laurent. Barbier depuis dix ans, il a ouvert son salon Le Barbier des Faubourgs, dans le 18e, il y a un an et demi. » La barbe est redevenue à la mode. L’avènement des hipsters et la mode du vintage ont scellé ce come-back.


Bien sûr nous sommes loin des chevelus-barbus type hippie, peace and love, et tout l’attirail sur musique de Rhavi Shankar… Les stars de cinéma qui étaient toutes impeccablement rasées ont lancé la mode de Brad Pitt à George Clooney, en passant par Ryan Gosling, Jack Gyllenhaal et Ben Affleck pour n'en citer que quelques-uns.


Les mentalités ont évolué. «Moi qui bosse dans la finance à la Défense, c’est de mieux en mieux accepté», explique Ben, trentenaire à la barbe fleurie. «J’étais le premier, mais maintenant, même le PDG de la boîte en a une».


Côté tendance, Sarah, la seule barbière de la capitale, confirme d’ailleurs que, «même si la barbe de trois, quatre jours reste très demandée -car plus simple à entretenir- en ce moment la mode est à la barbe « à la hipster»».


Première conséquence logique : en janvier, le géant américain de la grande distribution Procter&Gamble nous apprenait que les ventes de rasoirs avaient été freinées par la tendance à la pilosité faciale fournie chez les hommes.


Plus étonnant « le 25 février, le site scientifique américain dnainfo.com affirme que les New-Yorkais sont de plus en plus nombreux à demander des implants de barbe, en raison notamment du succès du style hipster.

 

Une opération longue et onéreuse

 

« La greffe de barbe implique le plus souvent de retirer des cheveux pour les implanter sur le visage par micro-incisions, sous anesthésie locale. 


L'opération peut durer huit heures, et n'est pas donnée: le patient doit débourser 3 000 dollars (environ 2 200 euros) pour combler un trou dans sa pilosité faciale et jusqu'à 7 000 dollars (environ 5 100 euros) pour la création d'une barbe totale. »

 

Voilà une bonne reconversion pour Jérôme Cahuzac...


«30 à 35% de ces jeunes gens entre 26 et 40 ans entrent dans la catégorie hipster. Ce n’est pas un terme très précis, mais ils représentent probablement le groupe le plus important», ajoute-t-il. Ils vivent dans les quartiers ultra-branchés de Brooklyn à New York mais, selon les chirurgiens, viennent aussi de tous les États-Unis, de Grande-Bretagne ou même d’Australie.


Le tourisme pileux en Turquie


« Les Etats-Unis ne constituent pas le seul eldorado de la greffe de barbe. Au Moyen-Orient, où la pilosité faciale est signe de virilité, la Turquie est devenue une destination phare de l'implant de poils au visage grâce à des tarifs très compétitifs (de 1 500 à 2 000 euros). Un chirurgien esthétique d'Istanbul affirme ainsi réaliser pas moins de cinquante opérations de ce type... par mois ! »


Plus étonnant encore porter la barbe serait bon pour la santé :

 

« Selon Mother Nature Network, la pilosité faciale possède des bienfaits concernant de nombreux symptômes. »


-        les risques liés à l’exposition au soleil. Dans une étude publiée par le Radiation Protection Dosimetry journal, on apprend que la barbe freinerait les rayons UV à 90% voire 95%.


-        la barbe préserverait l'état de la peau qui, lorsqu’elle est trop exposée aux rayons de soleil, est amenée à vieillir.


-        La barbe et, par extension, la moustache seront aussi très utiles pour prévenir les formes d’asthme et d’allergies. Les poils filtrent l’air et ne laissent alors aucune chance aux allergènes d’entrer dans les narines.


-        Le rasage à blanc accentue l’apparition de boutons et les infections bactériennes de la peau comme la folliculite.


-        Face aux rhumes et aux maladies chroniques, la barbe a aussi son petit effet. En réchauffant le cou, la nuque et les bronches, les poils constituent une véritable muraille aux températures hivernales les plus rudes. Le docteur Felix Chua, cité par MNN, parle là d’un «isolant», d’une «barrière physique au froid».


Des arguments économiques aussi : plus de besoin d’écharpe.


Des arguments sanitaires ensuite: si on ne se rase plus, on ne risque plus de se couper et on évite aussi le risque de piqûre par les insectes. Tout simplement parce que les insectes sont davantage attirés par la chaleur de la peau que par une montagne de poils.


Des arguments de séduction enfin « les hétéros peuvent draguer plus facilement les filles qui voudront toucher leur barbe par curiosité; une longue barbe leur donne un côté dur-à-cuire ou alors vous confère un air intellectuel... »


Les blogueurs s’y sont mis aussi, pour l'heure à la barbe de 3 jours, Pousson, Smith, Antonin, Guillaume… mais pas le rin-rin… seuls les politiques sont, comme toujours, à la traîne… sauf ce diable de Sarkozy… à quand un Président de la République doté d’une barbe à la Gambetta ? Bon vous me direz : à quand une femme à ce poste, ce serait sans aucun doute une plus grande novation que le système pileux de ces messieurs…

 



Retour de la barbe en France, 20 Minutes teste... par 20Minutes

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article
3 mars 2014 1 03 /03 /mars /2014 00:09

Le seul vin qui a droit de cité  dans le n° de Régal mars-avril l’est sous la forme d’une publicité en vis-à-vis de la première page (au dos de la couverture donc).


060.JPG

 

Étrange publicité puisque ce Commandeur s’affiche comme « Le rosé d’hiver ».

 

Question : est-il un rosé fait en hiver (c’est possible) ou est-il à boire en hiver ce qui convenez-en à la veille du printemps me semble quelque peu décalé.


Il est issu d’une vigne historique franc de pied nous indique l’étiquette.


P1080864.JPG

photo papilles et papotes

 

Qu’est-ce donc « le franc de pied » ?


La réponse est donnée par les gars de B&D : « L’histoire de la viticulture française (et européenne) a eu ses heures sombres. La tragique épidémie de phylloxera qui a sévi dès 1863 en fait partie, qui a décimé le vignoble et transformé à jamais le visage de ses vins. Le fléau passé, et il a fallu près de trente ans pour s’en débarrasser, c’est à partir de greffes de pieds de vignes sains venus d’Amérique que tout a pu recommencer. Dans les sables de Camargue, l’insecte ravageur n’a pas pu se propager, la fragilité du terrain l’empêchant d’y creuser des galeries.


Grâce à cela, les parcelles de grenache désormais «historiques» du domaine Commandeur de Jarras ont été épargnées. »


Mais ce n’est pas tout, ce n’est pas tout ce « grenache d’autrefois » est apprécié par ces fins nez : « Ses ceps non greffés produisent un vin qu’on peut qualifier d’exception viticole, au nez plein de vie, d’arômes de fruits rouges, de pêches de vigne et d’abricots. En bouche, son charme délicat est amplifié par une rondeur et un gras parfait. Témoignage du passé élaboré avec les techniques d’aujourd’hui, ce gris de gris a une longueur et une consistance peu communes » disponible au prix conseillé de 18 euros chez les cavistes et auprès du domaine (tél. : 03 26 61 62 63).


058-copie-1.JPG

 

Les gars du Point sont plus concis et précis :


IGP sable-de-camargue

15/20

- Listel

Vin disponible en grande distribution et chez les cavistes.

 

« Commandeur de Jarras. Vigne historique franche de pieds (issue de vignes non greffées). Nez groseille, rose, floral, bouche tendre, élégante, bien parfumée, équilibrée, finement épicée, finale griotte. Environ 18 €. »


Les sieurs Bettane&Dessauve parle de domaine sans plus, au Point on dit Listel et qui dit Listel dit Vranken un petit vigneron bien connu en Camargue. SAS Domaines Listel - Château de Villeroy BP 126 - 34202 - Sète


Mais ce n’est pas tout mais ce n’est pas tout ce Commandeur de Jarras est vendu chez Nicolas qui lui aussi donne son avis : « Robe saumonée lumineuse, nez finement épicé avec des notes marines, iodées et de noisette. Bel équilibre, franc, fin, plein, ample, bien typé, nerveux avec une finale longue, ferme et enrobée. Réussi. » et  aussi son prix 13.40 € TTC


Ben dit-donc il casse les prix le père Nicolas, la maison Castel sait acheter…


Donc vous l’aurez compris ce Commandeur de Jarras a tout pour déplaire aux naturistes, il cumule tous les handicaps même si comme l’écrit une blogueuse en visite au domaine « les vieux pieds qui sont toujours récoltés à la main et qui donneront la cuvée « Commandeur ». On cultive par-contre le plus possible en bio ou tout au-moins le plus naturellement possible. Hors saison, des moutons sont lâchés entre les vignes pour désherber, et les lapins, nombreux ici, sont heureux de leur habitat ! »


Moi, même au prix discount de Nicolas je n’achète pas car je trouve ça cher pour un rosé d’hiver…

 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article
2 mars 2014 7 02 /03 /mars /2014 07:00

Comme tous les jours depuis que nous nous sommes réfugiés à Sainte Anne je me suis levé de bonne heure, Adeline aussi, un peu avant moi pour préparer le jus d’orange et le café. Emmitouflés dans nos gros pulls, silencieux, nous aimons cet instant où, assis sous la loupiotte jaunasse de la cuisine, pelotonnés l’un contre l’autre, le  nez au-dessus de nos bols fumants, nous sortons de la ouate du sommeil. Ça peut paraître idiot mais c’est un moment de pur bonheur que ce sentiment de renaître chaque jour à la vie. J’aime dormir. Je dors comme un bébé. L’insomnie connaît pas ! Je rêve comme tout le monde sans doute mais je n’ai aucun souvenir de mes rêves sauf d’un qui m’assaille dans les moments de forte tension. À mon âge, et même si Adeline déteste que je fasse référence à mon âge, mon sentiment de finitude me rend serein. Chaque jour qui naît est un beau jour. J’adore le café brûlant. C’est mon premier choc du jour alors que le jus d’orange se contente d’ouvrir la voie. Nous faisons rarement l’amour le matin, sauf si nous nous offrons une grasse matinée, mais très souvent au cœur de la nuit et c’est toujours Adeline qui en prend l’initiative. S’épandre en elle dans le cocon de la nuit ajoute à ma plénitude. Je suis bien. Le matin mon estomac refuse toute nourriture solide alors je m’installe à ma table de travail pour écrire. Lorsque mon estomac crie famine, avec une régularité de métronome, je le calme avec un vrai déjeuner. Adeline me sert. J’adore me faire servir c’est reposant. Pourtant je fais souvent la cuisine, ça me détends. Nous papotons.


-         Dis-donc mon grand tu as l’art et la manière de fourrer ton nez là où c’est chaud…

-         Oui je suis un vrai truffier…

-         Ça, je sais, tu es un gros cochon…

-         Qui s’accouple avec…

-         Une grosse cochonne…

-         Non une belle…

-         Flatteur !

-         Je le pense…

-         Vil séducteur, je vais te faire passer sous tous mes désirs…

-         Revenons à mon nez beauté !

-         T’as vu Copé le petit roquet, il les collectionne les casseroles…

-         Un as, avec ses potes dont Grégoire Chertok, le meilleur banquier de Paris, qui n'a aucun sens politique. « La preuve, il prend Copé pour un homme d'Etat », plaisante le gnome sarkozyste Alain Minc.

-         T’aurais dû rester à l’UMP !

-         Pour quoi faire mon amour ?

-         Ce que tu sais si bien faire, foutre encore plus la merde !

-         Non, ce n’est plus de mon âge…

-         La prochaine fois que tu parles de ton âge, je te flanque un gage !

-         Quel type de gages ?

-         Les plus raffinés…

-         Mais encore…

-         Tu verras…

-         Tu me lècheras le dos !

-         Non, tu adores ça…

-         C’est toi qui devrait prendre ta carte à l’UMP tu ferais une concurrence sauvage à « Longueurs et Pointes »…

-         Salaud !

-         Tu n’aimes pas NKM mon cœur !

-         Bof, ce n’est qu’une poseuse et puis que veux-tu une nana qui épouse un gros connard comme son JPP ne saurait éveiller mon intérêt.

-         Tu n’as pas tort…

-         J’ai raison c’est une maniérée qui se la pète !

-         Je la trouve un peu maigre…

-         Tu phantasmes sur les grandes tiges maigres mais méfie-toi ce temps-là est fini…

-         Normal j’suis vieux…

-         Au piquet !

-         J’veux mon gage !

-         Tu vas l’avoir. Debout !

 

Elle m’a mis son casque sur mes oreilles puis a enclenché un podcast d’une interview de Jean-Michel Apathie et s’est étendue sur la table. L’horreur absolue :


-         C'est donc un prolongement de votre chronique de mercredi sur RTL ?

 

-         Oui. En fait j'ai publié ce tweet hier soir en voyant la Une de Paris Match sur Laurent Delahousse et Alice Taglioni. Des photos qui, j'imagine, sont volées. Si les personnes photographiées portent plainte, Paris Match sera sans doute condamné pour atteinte à la vie privée. Mais qu'est ce qu'on s'en fout dans le journalisme de ne pas respecter la loi ? On s'en fout totalement ! Il y a des lois qui existent et on ne les respecte pas sciemment. Personne dans la société ne fait ça et aucun journaliste ne réfléchit à ces questions. C'est incroyable !

 

-        Est-ce que les journalistes ont tous les droits ? Cette critique prolonge-t-elle celles formulées au moment de l'affaire Cahuzac, à l'encontre de "Médiapart" notamment ?

 

-         Oui, mais pas seulement. Dans l'émission de Benoît Duquesne, Complément d'Enquête par exemple, des journalistes ont infiltré des réunions du Front national et de l'UMP. Vous imaginez un peu la forme de scandale que ça représente ? On infiltre des partis politiques, on les espionnes, voilà. Est-ce que les journalistes ont tous les droits ? Apparemment oui. Est-ce que c'est étonnant ? Apparemment non. C'est un constat qui me stupéfie totalement. J'ai l'impression qu'il n'y a personne à part quelques hurluberlus qui se disent : « C'est incroyable cette profession. Quelle arrogance ! ». Au-dessus de toutes les lois, de toutes les règles morales, en permanence, parce que nous avons une mission supérieure, celle d'informer. Les bouchers, ils ont aussi une mission supérieure, celle de nourrir. Pourtant, ils respectent les lois… »


 

Ce fut au-dessus de mes forces je n’ai pas pu. 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Roman
commenter cet article
2 mars 2014 7 02 /03 /mars /2014 00:09

Je ne sais je ne les ai pas comptés car pour tout vous dire je ne sais pas vraiment ce qu’est un bobo. Pour faire court, comme pour les cons, c’est l’autre.


41KuV-CGs5L._.jpg

 

Bobo qui es-tu s’interroge deux bobos assumés Laure Watrin et Thomas Legrand, deux journalistes, dans leur livre BO BO La République bobo chez Stock 19€.


laure-watrin-et-thomas-legrand-auteurs-de-la-republique-bob.jpg

 

J’aime beaucoup la jolie phrase d’Engels revue et corrigée par Dominique Voynet maire de Montreuil un des hauts lieux du boboland « La preuve du pudding, c’est qu’on en mange… La preuve du bobo c’est qu’on en parle »


Suis-je moi-même un bobo ?


Sans doute un peu sur les bords mais dans sa version old versus post-soixante-huitard rocardien ce qui ne colle pas bien à l’image traditionnelle.


Bref, le bobo bashing est un sport national dont l’une des stars est sans contestation Fabrice Lucchini. « Dans les quartiers où il vit, il est très « pote », très « brunch », mais il peut te dézinguer grave ! [..] Le bobo est dur, le bobo aime sa famille, vote écolo mais ne pense qu’à sa pomme. » in Paris-Match du 13 octobre 2012.


Il est aussi l’un des exégètes et interprètes de Murray, le père spirituel de l’exécration du bobo. Nos deux auteurs le passe à la toile émeri « Il vomit sur les bobos à longueur d’interviews alors que lui-même vit dans le 18e arrondissement (où il a grandi certes, mais qu’il aime pour les mêmes raisons que les bobos), arborant une barbe de trois jours et des lunettes d’écaille, n’est jamais plus heureux que quand il fait la une de Télérama, et arrive tout gentil et ravi quand il est invité à la matinale de France Inter, messe vespérale, s’il en est, de la population bobo. »


Vous allez me dire pourquoi cet intérêt pour les bobos ?


Tout bêtement parce qu’on y recrute une grande population de picolos, des licheurs qui ne lésinent pas sur la dépense et qu’on aurait tort de ranger en vrac dans le grand sac des naturistes. Donc ces bobos sont de bons clients alors faut pas gâcher.


Texte de Philippe Muray « Tombeau pour une touriste innocente » Minimum de respect, Les Belles Lettres, 2003.


2251442294.jpg

 

« Tout y est ! Muray décrit une face du bobo avec un acharnement et une cruauté drôles, un talent littéraire et sociologique  indéniable. On y retrouve toute la moquerie du réactionnaire, misanthrope, sexiste, méfiant de tout, ne considérant l’altruisme et la curiosité de l’autre comme des niaiseries de mal-baisée. Le monde est glauque, sans espoir, et en bon célinien pour qui la « confiance » est une faiblesse coupable, il cache sa trouille de la différence et de l’avenir dans un dénigrement du bon sentiment et de l’ouverture. » Laure Watrin et Thomas Legrand.

 

Rien n'est jamais plus beau qu'une touriste blonde

Qu'interviouwent des télés nipponnes ou bavaroises

Juste avant que sa tête dans la jungle ne tombe

Sous la hache d'un pirate aux façons très courtoises

 

Elle était bête et triste et crédule et confiante

Elle n'avait du monde qu'une vision rassurante

Elle se figurait que dans toutes les régions

Règne le sacro-saint principe de précaution

 

Point de lieu à la ronde qui ne fût excursion

Rien ici ou là-bas qui ne fût évasion

Pour elle les pays étaient terres de passion

Et de révélation et de consolation

 

Pour elle les pays étaient terres de loisirs

Pour elles les pays n'étaient que communion

On en avait banni les dernières séditions

Pour elle toutes les terres étaient terres de plaisir

 

Pour elle les nations étaient lieux d'élection

Pour elle les nations n'étaient que distraction

Pour elle les nations étaient bénédiction

D'un bout du monde à l'autre et sans distinction

 

Toute petite elle disait avoir été violée

Par son oncle et son père et par un autre encore

Mais elle dut attendre ses trente et un balais

Pour revoir brusquement ce souvenir éclore

 

Elle avait terminé son second CDD

Mais elle envisageait d'autres solutions

Elle voulait travailler dans l'animation

Pour égayer ainsi nos fêtes de fin d'année

 

Elle cherchait à présent et pour un prix modique

À faire partout régner la convivialité

Comme disent les conseils en publicité

Elle se qualifiait d'intervenante civique

 

Elle avait pris contact avec plusieurs agences

Et des professionnels de la chaude ambiance

Elle était depuis peu amie d'un vrai artiste

Musicien citoyen jongleur équilibriste

 

Grand organisateur de joyeuses sarabandes

Le mercredi midi et aussi le samedi

Pour la satisfaction des boutiques Godassland

Créateur d'escarpins cubistes et nabis

 

Elle aussi s'entraînait à des tours rigolos

En lançant dans les airs ses propres godillots

Baskets bi-matières à semelles crantées

Les messages passent mieux quand on s'est bien marré

 

Au ministère social des Instances drolatiques

Elle avait exercé à titre de stagiaire

L'emploi de boîte vocale précaire et temporaire

Elle en avait gardé un souvenir érotique

 

Elle avait également durant quelques semaines

Remplacé une hôtese de chez Valeurs humaines

Filiale fondamentale de Commerce équitable

Où l'on vend seulement des objets responsables

 

Elle avait découvert le marketing éthique

La joie de proposer des cadeaux atypiques

Fabriqués dans les règles de l'art humanitaire

Et selon les valeurs les plus égalitaires

 

Tee-shirts Andrée Putman et gabardines de Storck

Et pendentifs Garouste et pochettes d'Aristorque

Soquettes respectueuses amulettes charitables

Objets de toutes sortes et toujours admirables

 

Étoles alternatives et broches-tolérance

Et bracelets-vertu et tissus-complaisance

Et blousons-gentillesse et culottes-bienveillance

Consommation-plaisir et supplément de sens

 

Café labellisé bio-humanisé

Petits poulets de grain ayant accès au pré

Robes du Bangladesh jus d'orange allégé

Connotation manouche complètement décalée

 

Sans vouloir devenir une vraie théoricienne

Elle savait maintenant qu'on peut acheter plus juste

Et que l'on doit avoir une approche citoyenne

De tout ce qui se vend et surtout se déguste

 

Et qu'il faut exiger sans cesse et sans ambage

La transparence totale dedans l'étiquetage

Comme dans le tourisme une pointilleuse éthique

Transformant celui-ci en poème idyllique

 

À ce prix seulement loin des sentiers battus

Du vieux consumérisme passif et vermoulu

Sort-on de l'archaïque rôle de consommateur

Pour s'affirmer enfin vraiment consom’acteur

 

Elle faisait un peu de gnose le soir venu

Lorsqu'après le travail elle se mettait toute nue

Et qu'ayant commandé des sushis sur le Net

Elle les grignotait assise sur la moquette

 

Ou bien elle regardait un film sur Canal-Plus

Ou bien elle repensait à ses anciens amants

Ou bien elle s'asseyait droit devant son écran

Et envoyait des mails à des tas d'inconnus

 

Elle disait je t'embr@sse elle disait je t'enl@ce

Elle faisait grand usage de la touche arobase

Elle s'exprimait alors avec beaucoup d'audace

Elle se trouvait alors aux frontières de l'extase

 

Dans le métro souvent elle lisait Coelho

Ou bien encore Pennac et puis Christine Angot

Elle les trouvait violents étranges et dérangeants

Brutalement provocants simplement émouvants

 

Elle aimait que les livres soient de la dynamite

Qu'ils ruinent en se jouant jusqu'au dernier des mythes

Ou bien les reconstruisent avec un certain faste

Elle aimait les auteurs vraiment iconoclastes

 

Elle voulait trois bébés ou même peut-être quatre

Mais elle cherchait encore l'idéal géniteur

Elle n'avait jusqu'ici connu que des farceurs

Des misogynes extrêmes ou bien d'odieux bellâtres

 

Des machistes ordinaires ou extraordinaires

Des sexistes-populistes très salement vulgaires

Des cyniques égoïstes des libertins folâtres

Ou bien des arnaqueurs elle la trouvait saumâtre

 

Elle se voyait déjà mère d'élèves impliquée

Dans tous les collectifs éducatifs possibles

Et harcelant les maîtres les plus irréductibles

Conservateurs pourris salement encroûtés

 

Qui se cachent derrière leur prétendu savoir

Faute d'appréhender un monde en mutation

Qui sans doute a pour eux l'allure d'un repoussoir

Quand il offre à nos yeux tant de délectations

 

Comme toutes les radasses et toutes les pétasses

Comme toutes les grognasses et toutes les bécasses

Elle adorait bien sûr Marguerite Durasse

De cette vieille carcasse elle n'était jamais lasse

 

Elle s'appelait Praline mais détestait son nom

Elle voulait qu'on l'appelle Églantine ou Sabine

Ou bien encore Ondine ou même Victorine

Ou plutôt Proserpine elle trouvait ça mignon

 

Elle faisait un peu de voile et d'escalade

Elle y mettait l'ardeur qu'on mettait aux croisades

Elle se précipitait sous n'importe quelle cascade

Elle recherchait partout des buts de promenade

 

Chaque fois qu'elle sortait avec une copine

Elle se maquillait avec beaucoup de soin

Soutien-gorge pigeonnant et perruque platine

Encore un coup de blush pour rehausser son teint

 

Orange fruité Fard Pastèque de chez Guerlain

Bottines en élasthane blouson cintré zippé

Sac pochette matelassé et bracelet clouté

Ou alors pour l'hiver une une veste en poulain

 

Ou un top manches fendues en jersey de viscose

Jupe taille élastiquée en voile de Lurex

Tunique vietnamienne décorée de passeroses

Sans rien dessous bien sûr pas même un cache-sexe

 

Elle disait qu'il fallait réinventer la vie

Que c'était le devoir d'un siècle commençant

Après toutes les horreurs du siècle finissant

Là-dedans elle s'était déjà bien investie

 

De temps en temps chez elle rue des Patibulaires

Elle mobilisait certains colocataires

Afin d'organiser des séances de colère

Contre l'immobilisme et les réactionnaires

 

Elle exigeait aussi une piste pour rollers

Deux ou trois restaurants à thème fédérateur

L'installation du câble et d'un Mur de l'Amour

Où l'on pourrait écrire je t'aime sans détour

 

Elle réclamait enfin des gestes exemplaires

D'abord l'expulsion d'un vieux retardataire

Puis la dénonciation du voisin buraliste

Dont les deux filles étaient contractuelles lepénistes

 

Le Jour de la Fierté du patrimoine français

Quand on ouvre les portes des antiques palais

Elle se chargeait d'abord de bien vérifier

Qu'il ne manquait nulle part d'accès handicapés

 

Qu'il ne manquait nulle part d'entrées Spécial Grossesse

Qu'il ne manquait nulle part d'entrées Spécial Tendresse

Qu'on avait bien prévu des zones anti-détresse

Qu'il y avait partout des hôtesses-gentillesse

 

Faute de se faire percer plus souvent la forêt

Elle avait fait piercer les bouts de ses deux seins

Par un très beau pierceur sans nul doute canadien

Qui des règles d'hygiène avait un grand respect

 

Avec lui aucun risque d'avoir l'hépatite B

Elle ne voulait pas laisser son corps en friche

Comme font trop souvent tant de gens qui s'en fichent

Elle pensait que nos corps doivent être désherbés

 

Elle croyait à l'avenir des implants en titane

Phéromones synthétiques pour de nouveaux organes

Elle approuvait tous ceux qui aujourd'hui claironnent

Des lendemains qui greffent et qui liposuccionnent

 

Elle avait découvert le théâtre de rues

Depuis ce moment-là elle ne fumait plus

Elle pouvait à nouveau courir sans s'essouffler

Elle n'avait plus honte maintenant de s'exhiber

 

Elle attendait tout de même son cancer du poumon

Dans dix ou quinze années sans se faire trop de mouron

Elle préparait déjà le procès tâtillon

Qu'elle intenterait alors aux fabricants de poison

 

Faute de posséder quelque part un lopin

Elle s'était sur le Web fait son cybergarden

Rempli de fleurs sauvages embaumé de pollen

Elle était cyberconne et elle votait Jospin

 

Elle avait parcouru l'Inde le Japon la Chine

La Grèce l'Argentine et puis la Palestine

Mais elle refusait de se rendre en Iran

Du moins tant que les femmes y seraient mises au ban

 

L'agence Operator de l'avenue du Maine

Proposait des circuits vraiment époustouflants

Elle en avait relevé près d'une quarantaine

Qui lui apparaissaient plus que galvanisants

 

On lui avait parlé d'un week-end découverte

Sur l'emplacement même de l'antique Atlantide

On avait évoqué une semaine à Bizerte

Un pique-nique à Beyrouth ou encore en Floride

 

On l'avait alléchée avec d'autres projets

Une saison en enfer un été meurtrier

Un voyage en Hollande ou au bout de la nuit

Un séjour de trois heures en pleine Amazonie

 

Cinq semaines en ballon ou sur un bateau ivre

À jouir de voir partout tant de lumières exquises

Ou encore quinze jours seule sur la banquise

Avec les ours blancs pour apprendre à survivre

 

Une randonnée pédestre dans l'ancienne Arcadie

Un réveillon surprise en pleine France moisie

Une soirée rap dans le Bélouchistan profond

Le Mexique en traîneau un week-end à Mâcon

 

Elle est morte un matin sur l'île de Tralâlâ

Des mains d'un islamiste anciennement franciscain

Prétendu insurgé et supposé mutin

Qui la viola deux fois puis la décapita

 

C'était une touriste qui se voulait rebelle

Lui était terroriste et se rêvait touriste

Et tous les deux étaient des altermondialistes

Leurs différences mêmes n'étaient que virtuelles


Luchini lit Tombeau pour une touriste innocente... par Axiogene2007

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article
1 mars 2014 6 01 /03 /mars /2014 10:09

Pourquoi ?


-        Pas sûr que chez ce Leclerc de Lanester il y ait 1 rayon poissonnerie tellement il est petit.


-        Si oui y’a sûrement pas de céteaux !


-        En effet le céteau ne fait pas partie du panier-type défini par l'UFC-Que Choisir, composé de 78 produits de consommation courante (65% de marques nationales et 35% de marques de distributeurs) parmi lesquels figurent par exemple de la crème fraîche Yoplait, un shampoing L'Oréal et de la farine fluide Francine…


C’est qui ou quoi le céteau ?


Vous ne savez pas ce que c’est… Vous donnez votre langue au chat ?


800px-Dicologlossa_cuneata.JPG

 

Le céteau est si minuscule, 10 à 20 cm, si plat, qu’on le prendrait facilement pour une langue de chat, toute brune, je ne plaisante pas, à Bordeaux, on le nomme aussi langue d’avocat (peut-être que la Saporta va en avoir besoin d’un du côté de Saint et Millions). On dirait une petite sole mais ce n’est pas, n’en déplaise aux eurocrates, une petite sole (1) c’est un céteau.


Ce petit poisson aime nager en eaux troubles, se vautrer dans la vase et sa tiède chaleur, dans les fonds marins entre les Sables d’Olonne et le bassin d’Arcachon. Le coquin a la peau toute bronzée et la chair d’une blancheur nacrée. Il est fragile et fin. On le pêche à partir du mois de mars lorsque les eaux se réchauffent et qu’il s’approche des côtes jusqu’à novembre où il s’en éloigne pour s’envaser. Pour le cuisiner c'est ICI link

 

Si j’ai associé Lanester, Leclerc et cette petite langue de… qui se vautre en des eaux pas très nettes c’est parce que c’est un petit poisson bien de chez moi dont la pêche commence en mars et non parce que j’y verrais une allusion au frétillant Michel-Edouard Leclerc le roi du moins cher du moins cher.


Pour sûr pourtant qu’il sait y faire le Michel-Edouard Leclerc sur les plateaux, mémé Marie aurait de lui que c’était un bavout c’est-à-dire quelqu’un qui cause beaucoup. Et ça marche puisque ce cher garçon, qu’à jamais eu de magasin, est me dit-on l’un des chouchous des Français. Ça dit bien plus qu’un long discours le niveau auquel nous sommes tombés.


N’en concluez pas que j’ai une dent contre les épiciers, MEL n’en est pas un, il se contente de nous saouler avec son baratin. Le débat entre une économie de la demande et celle de l’offre montre lui aussi que nous n’avons rien compris à la création de richesse en notre pays. « Tu seras caissière au supermarché ma fille… Tu tireras un transpalette mon fils… » Y’a pas de sot métier mais beaucoup de CDD.


Bon comme le disent nos brillants économistes « Les prix restent sous très haute surveillance dans la grande distribution en France, avec une hausse de 0,2% sur un an, selon une enquête de l'UFC-Que Choisir, dans laquelle Leclerc reste l'enseigne la moins chère et Casino effectue une remontée notable.


201409_france_prix_panier_supermarche.png

 

Cette enquête a été effectuée à partir de relevés de prix dans 3.048 magasins de grande distribution, à partir d'un panier-type défini par l'UFC-Que Choisir, composé de 78 produits de consommation courante (65% de marques nationales et 35% de marques de distributeurs). Même en prenant en compte les fortes disparités locales, Leclerc reste l'enseigne la moins chère, avec un panier moyen à 295 euros.


La nouveauté cette année est qu'il est suivi de près par Géant Casino (hypermarchés), qui gagne neuf places par rapport à l'an dernier, avec un panier moyen à 300 euros. » Les supermarchés du distributeur stéphanois "restent chers", avec un panier à 329 euros, note l'UFC.


Hyper-U est 3e (307 euros) et la Vendée est le département le moins cher de France.


Monoprix (qui appartient également à Casino)  a le bonnet d’âne bon dernier place du classement, avec un panier moyen à 362 euros, soit un écart de près de 30 euros sur celui qui le précède.

 

Intermarché Hyper et Carrefour se partagent la quatrième place (311 euros).

 

Auchan (9e place, panier à 320 euros) a perdu quatre places entre les deux classements.


« L'effort est très net et porte préjudice aux hard-discounters, dont la part de marché a reculé en 2013, retombant à 12% contre 14% en 2010", indique l'UFC-Que Choisir. »


Donc faire les courses à Paris, jusqu'à 40% plus cher que dans l'ouest. Pour un même panier de 78 produits, il y a 121€ de différence entre la grande surface la plus chère de France et la moins chère. Le panier-type coûte 273€ dans le Leclerc de Lanester (Morbihan), contre 394€ au Monoprix de Sceaux, dans les Hauts-de-Seine.


Question : y’a-t-il des céteaux à Sceaux ?

 

D'une région à l'autre, les prix varient clairement dans la grande distribution : l'ouest de la France est le moins cher (avec par exemple un panier moyen à 306€ en Loire-Atlantique contre 314€ en moyenne nationale). Paris en revanche fait exploser les prix : 358€ en moyenne pour le panier-témoin, soit près de 50€ de plus que la moyenne.


L'enquête montre aussi le développement considérable des services de Drive. En cinq ans, ils sont passés de presque rien à 400 structures en France, plus 1.800 magasins qui proposent un service similaire. Là encore, selon l'UFC, c'est Leclerc qui dispose du plus de services de ce genre, suivi par le groupe Système U (Super U, Hyper U et U express).


Question : Est-ce qu’on peut acheter des céteaux en Drive ?

 

 

Morale de l’histoire : allez donc en Vendée acheter des céteaux chez un poissonnier…

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article
1 mars 2014 6 01 /03 /mars /2014 00:09

chr_cam_03_42.gif

 

J’ai reçu d’une main amie le « Rapport d’étape à la réflexion stratégique sur les perspectives de la filière viticole à l’horizon 2025 » daté du 18 décembre 2013. Je l'ai gardé au chaud en me disant que j'avais mieux à faire qu'à revenir sur le sentier de la guerre mais au moment où la grande foire agricole du SIA va fermer ses portes et les réseaux sociaux frémissent encore de l'affaire Giboulot, une petite piqure de rappel ne saurait faire de mal à nos brillants stratèges en chaise longue... 

 

Commande ministérielle : « Lors de la présentation du projet de loi d’avenir pour l’agriculture devant le Conseil Supérieur d’Orientation et de Coordination de l’Economie Agricole et Alimentaire (CSO), le 17 septembre dernier, le Ministre de l’agriculture a annoncé qu’il confiait à FranceAgriMer et à son Conseil d’administration la mission de conduire une réflexion sur l’avenir des filières agricoles et agroalimentaires. »


L’objectif de co-construire une stratégie à moyen terme permettant aux filières agricoles et agroalimentaires de relever les défis majeurs qui engagent leur pérennité, dans une approche intersectorielle.


NDLR : la filière vin n’est pas au sens propre une filière agro-alimentaire mais un couple production-commerce et une approche intersectorielle me semble peu pertinente. 


 Avertissement « La contribution du conseil spécialisé de la filière viticole de FranceAgriMer étant attendu pour la fin de l’année 2013, les membres du conseil spécialisé de la filière viticole ont souligné que l’exercice de réflexion demandé était difficile avec la contrainte calendaire imposée. »


Étonnement d’un ancien petit rapporteur et questions : attendre et voir, reculer pour mieux sauter ou tout bêtement ne pas choisir alors que tous les éléments des choix stratégiques sont sur la table depuis bien longtemps.

 

Donnez-moi 6 mois de plus M'sieur le bourreau, pardon M'sieur le Ministre « Néanmoins, compte tenu que la filière viticole était à un moment «charnière» et que des questions d’importance se posaient actuellement, les membres du conseil spécialisé ambitionnent d’établir un plan stratégique complet, pertinent et nourri d’un plan d’actions. Ce plan stratégique pourrait être présenté pour avis au conseil spécialisé de la filière viticole en juin 2014 »


NDLR : ces messieurs les anglais vont-ils enore tirer les premiers pour nous vanner ?


« Avec les faits du passé lorsqu’il s’agit de répondre à la question : pourquoi n’avons-nous rien fait ou presque rien, face à une situation donnée qui, avec le recul du temps, apparaît comme ayant dû provoquer une prise de conscience, déclencher un sursaut, impliquer des choix clairs, générer des décisions courageuses, deux attitudes sont à proscrire : les occulter et s’en exonérer pour ceux qui étaient en charge de décider, les ressasser et en tirer avantage pour ceux qui, sans être des visionnaires, avaient fait l’effort minimal d’analyse afin de proposer une stratégie pour tenter de relever les défis. 


Pour faire simple « AGIR, plutôt que RÉAGIR... »

 

« J’ai toujours voulu que l’avenir ne soit plus ce qui va arriver mais ce que nous allons faire » Henri Bergson.


Fermez le ban !


Ce n’est pas moi qui repasse le plat mais le magazine US Harpers qui titre « First Berthomeau, now it’s plan B »

 

 

Chronique du 28/10/2009link

 

Alors, 10 ans après allons-nous avoir ce fameux plan B ?


« Le travail présenté ci-après sous forme d’un rapport d’étape à la réflexion stratégique sur les perspectives de la filière viticole à l’horizon 2025 ne se veut volontairement complet et exhaustif. Il tente de dresser un état des lieux et un constat les plus partagés possible et hiérarchise les principaux enjeux. Les objectifs et le plan d’action complets seront intégrés dans le plan stratégique final. »


NDLR : Nous les Français sommes les champions du monde des états des lieux, des constats, des analyses complètes et exhaustives mais ça ressemble  beaucoup à la stratégie du trou du sapeur Camember.

 

1-      L'adjudant-major interpelle le sergent Bitur : « Que signifie, sergent, ce tas d'ordures dans la cour de la caserne ? Si dans une heure ce n'est pas enlevé, je vous ferai savoir comment je m'appelle ! »


2-      Bitur fait venir Camember : « Sapeur, lui dit-il, je vous imprime l'ordre de creuser un trou pour à seule fin d'y mettre ces ordures et autres, si non je vous fera-z-un peu voir comment j's'appelle ! »


3-      Camember, qui ne tient pas à savoir comment s'appelle le sergent Bitur, a creusé un trou et y a délicatement déposé les ordures. Puis il demeure perplexe : « Oui, se dit-il, mais, maintenant, la terre du trou,… ousque j'vas la fourrer ? »


4-      « Sergent ! interroge Camember, et la terre du trou ? — Que vous êtes donc plus herméfitiquement bouché qu'une bouteille de limonade, sapeur ! Creusez un autre trou !… — C'est vrai ! » approuve Camember.


5-      Camember creuse donc un deuxième trou et y dépose la terre du premier, puis il redevient perplexe : « Oui, mais la terre de ce deuxième trou, se redit-il… qu'est ce que j'en vas faire ? »


6-      « Sergent ! réitère Camember,… ousque j'vas la mettre celle-ci ? — S'pèce de double mulet cornu ! m'ferez quatre jours pour n'avoir pas creusé le deuxième trou assez grand pour pouvoir y mettre sa terre avec celle du premier trou.


Conclusion : ça fait 10 ans qu’on attend alors à quoi bon se presser vu que pendant ce temps-là les affaires continuent et qu’apparemment tout le monde est content en campant sur les fameux bons chiffres du commerce extérieur de la branche vin&spiritueux.


Nos stratèges de Montreuil continuent de s’interroger après leur beau constat et de l’excellence de état des lieux, ne riez pas SVP : une question centrale et stratégique se pose « La France viticole a-t-elle vocation à être présente sur tous les segments de marché tant en France qu’à l’international : du vin destiné à un second usage au vin « icon ».


Et bien sûr suit une batterie de 7 questions d’importance qui « nécessitent des réponses claires de la part de la filière viticole (et pour certaines des pouvoirs publics) pour formaliser une stratégie cohérente. »


AFFLIGEANT !

 

Le père Killy, ravi, d'un p'tit tonneau lui fit

Une paire de planches, et dit : « aller, vas-y mon p'tit »

« Vas doucement, c'est tout bon,

C'est tout bon bon bon, c'est tout bon

Killy, c'est bon, c'est bon, c'est tout bon

Vas doucement, c'est tout bon ! »

 

D’où mon titre volontairement provoquant : EXPLICATION

 

C’est le film Patton sorti en 1970, et qui  remporta sept oscars, qui m’a fait découvrir ce personnage haut en couleurs. Georg Smith Patton fut un général très controversé, fort en gueule, brutal mais courageux, mais unanimement considéré par ses pairs comme un grand stratège capable d’élaborer et d’exécuter des plans audacieux et gagnants. Proche du terrain il a fait émerger de nouvelles méthodes de commandement De même, ses tactiques basées sur des offensives rapides et agressives se sont traduites par le développement de nouvelles doctrines dans le domaine de la guerre mécanisée.


MV5BMTI5ODQ5MDgzNV5BMl5BanBnXkFtZTYwMzA5NzE5._V1_SY317_CR7-.jpg

 

Lors de l’invasion de la Sicile, l’opération Husky, Patton fut affecté au commandement de la 7e armée américaine devant débarquer au sud-ouest de l'île pour soutenir la 8e armée britannique du général Montgomery qui elle attaquait par l'est. Le 1er corps blindé et ses 90 000 hommes débarquèrent le 10 juillet 1943 repoussant les contre-attaques des allemands devant Gela et Patton mena personnellement ses troupes contre les renforts allemands.


Rapidité et sens de la décision, alors qu’initialement Patton devait couvrir le flanc gauche des forces britanniques mais comme celles-ci était  en difficulté devant Messine il força la main d’Alexander il fut autorisé à prendre Palerme. La 3e division d'infanterie du major-général Lucian Truscott avança de 160 km en 72 heures et arriva à Palerme le 21 juillet. Patton se tourna alors vers Messine qu’il investit le 16 août dans la soirée juste avant l'arrivée des forces britanniques.


« Oublier Palerme » d’Edmonde Charles-Roux, épouse de Gaston Deferre  Prix Goncourt 1966


Charles-Roux-Edmonde-Oublier-Palerme-Livre-222694530_ML.jpg

 

« Babs travaille dans la rédaction d'un magazine à New York et semble prise au piège de ce petit univers, soumis aux règles de l'arrivisme et de l'hypocrisie. Ce monde, Gianna Meri, une Palermitaine amie de Babs, le refuse. Contrainte à s'exiler après la guerre, elle ne parvient pas à s'insérer dans cette ville trop grande, trop symétrique. Face à elle, Babs et Carmine Bonnavia cherchent à oublier leurs racines et à s'assimiler à cette société américaine. Pourtant, la Sicile est plus forte et parvient toujours à reprendre les siens. »

 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article
28 février 2014 5 28 /02 /février /2014 10:00

RB.jpg

 

 

Sérieux il est LeRouge&leBlanc, un petit peu trop à mon goût de chroniqueur frivole et léger, mais en dépit de cette légère restriction c’est un compliment sous ma plume. Dans notre univers de cireurs de pompes, de dégustateurs autoproclamés et même d’une floppée de stipendiés, les contributeurs de cette revue représentent l’un des rares souffles d’air pur. Pour ne rien vous cacher je les lis ce qui n’est pas le cas des autres petits torchons plus ou moins prétentieux.



Avant de nous conter son histoire, qui s’identifie à un combat pugnace et sans faille, nos amis citent Francis Ponge :



« Comme de toutes choses, il y a un secret du vin ; mais c’est un secret qu’il ne garde pas. On peut le lui faire dire : il suffit de l’aimer, de le boire, de le placer à l’intérieur de soi-même. Alors il parle. En toute confiance, il parle. »

 

Francis Ponge (Le grand recueil, Pièces, 1961)



« Né en novembre 1983, LeRouge&leBlanc a 30 ans ! 30 ans et toutes ses dents, parfois pour mordre, quand il le faut, et plus souvent pour croquer les fruits de la vigne : « Être au plus près du vin, avec un mélange – le plus juste possible – de passion dans l’approche et d’esprit critique dans l’analyse, en toute indépendance, sans complaisance injustifiable ni agressivité injustifiée », écrivions-nous pour nous présenter. Nous poursuivions : « Ce qui justifiait en 1983 la création de LeRouge&leBlanc – œuvrer pour la défense des vins de terroir menacés par des pratiques mortifères – justifie aujourd’hui plus que jamais, oh combien !, la poursuite de la tâche. Plus que jamais, parce que les menaces n’ont fait que grossir et se multiplier. Mais aussi parce que, face à cela, les vignerons – une certaine part d’entre eux, notamment toute une frange passionnante de la jeune génération – ont refusé de plier et de céder, et que nous sommes de ceux qui les soutiennent en suivant avec attention leur travail et leur production.

Motifs de pessimisme – il n’y en a que trop – et motifs d’optimisme – il n’en manque pas –, entre les deux, nous pensons avoir un rôle à tenir encore longtemps… » Pas un mot à changer aujourd’hui. »

 


Fort bien les gars et une fille, comme il se doit vous allez à l’occasion des 30 ans de votre revue, organiser à la Cartonnerie à Paris le dimanche 27 avril 2014 de 11 h à 18 h une dégustation-rencontre LeRouge&leBlanc avec « une sélection – représentative, mais très loin d’être exhaustive – de vignerons de la génération qui porte l’ébauche ou les prémices d’une nouvelle approche de la viticulture dans leurs appellations respectives. Des vignerons qui n’ont pas connu les moments les plus sombres du “tout chimique” de la viticulture mais en connaissent, en critiquent et en refusent les dégâts. »


 

C’est bien mais, sans vouloir me mêler de ce qui ne me regarde pas, nous pourrions aussi fêter ça autour du verre de l’amitié, trinquer, pas seulement déguster. Je suis partant pour contribuer à cet arrosage qui ne s’apparentera pas à une irrigation sauvage mais à une fenêtre sur les 30 années à venir qui seront sans nul doute, comme vous le dites « un combat pour les vins de terroir dignes de ce nom, plus que jamais, et LeRouge&leBlanc – avec sa bande de guetteurs et goûteurs de vins – en sera. Qu’on se le dise ! »



Bon anniversaire à vous, large soif et à bientôt… 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article
28 février 2014 5 28 /02 /février /2014 00:09

Marie Chaillot a épousé Louis Berthomeau, ils n'ont eu qu’un seul fils Arsène mon père non qu’ils eussent voulu qu'un fils unique pour préserver leur patrimoine du partage – ils étaient métayers des de Lézardière à la Célinière commune de Saint-Georges de Pointindoux – mais tout simplement parce que le pépé Louis a passé la bagatelle de 7 ans sous les drapeaux : 3 de service militaire plus 4 de guerre au front dans les tranchées de 14-18. Ça relativise les temps durs évoqués par nos contemporains.



Arsène Berthomeau a épousé Berthe Gravouil. Ils ont eu 3 enfants, Alain, Marie-Thérèse, qui sont nés à la Célinière, et ma pomme le petit dernier qui est né au Bourg-Pailler à l’entrée de La Mothe-Achard où le pépé Louis avait acheté une petite métairie et où mon père exerçait la profession d’entrepreneur de battages et de travaux agricoles.



Je ne vais pas aller plus loin dans l’arbre généalogique des Berthomeau mais simplement vous indiquer que seul Alain, mon frère aîné, a eu un garçon, son aîné : Vincent Berthomeau qui est aussi mon filleul.



abelia.jpg

 

Dans l’une de mes toutes premières chronique du 5 décembre 2005 : L’autre Berthomeau link, de façon brève, oui je faisais court en ce temps-là, j’avais dressé le portrait de ce jeune chef installé à Nantes.




Bref, vous me voyez venir avec mes gros sabots du gars né au Bourg-Pailler des mains de Marthe Regnault la sage-femme qui fut maire de La Mothe-Achard (avant-gardiste les Mothais). Oui, profitant de mon séjour à Nantes je suis allé déjeuner à l’Abélia link avec le camarade Patrick Baudouin vigneron à Chaudefonds-du-Layon.



Mais comme je ne fais rien comme tout le monde je vais commencer par la fin. Lorsque Patrick m’a déposé à la gare de Nantes pour mon retour le haut-parleur annonçait que le TER 858823 de 16h34 terminus Les Sables d’Olonne s’arrêtait à La Mothe-Achard. Pincement au cœur, hésitation, je serais à 17h37 à La Mothe-Achard. J’ai, même si ça peut vous paraître étrange, pensé aux Pompiers de la Mothe-Achard.

 

 

Pourquoi ?

 

 

Tout simplement parce qu’Henri-Pierre Troussicot m’avait fait parvenir récemment  3 photos de ceux-ci : 1943, 1953, 1973 et qu’au petit jeu de savoir qui était qui seul mon frère Alain saurait mettre des noms sur les visages.



pompiers1.jpgpompiers2.jpg

 pompiers3

 

 

Alain n’a jamais été pompier mais il jouait de la grosse caisse à la clique de La Mothe-Achard. De tout cela nous avons parlé avec Vincent après notre excellent repas à l’Abélia.



C’est Pascale, l’épouse de Vincent qui nous a accueilli et a pris notre commande. Je suis allé faire un petit coucou au chef en cuisine avant. L’impression du comme chez soi est rassurante et cosy. Il y a en plus une très belle terrasse ouverte dès les beaux jours. De la lumière, c’est sobre et de bon goût.


017.JPG

 

En entrée même plat Patrick et moi : Timbale de seiche et rouget barbet aux pointes d’asperges vertes.


018-copie-1.JPG

 

En plat : Beau lieu jaune de la Turballe et risotto crémeux à la truffe pour Patrick et Trio de lotte, bar et St Jacques avec le risotto pour bibi.


021-copie-1.JPG

 

En dessert le même : Gâche vendéenne rôtie aux pommes, glace riz au lait.


022.JPG

 

Afin de ne pas me faire accuser de favoritisme, je laisse à Patrick le soin de porter un avis sur le déjeuner « c'était très bon, la cuisson du poisson parfaite… »



C’est Patrick qui a choisi le vin, du Muscadet bien sûr, un excellent et pur Muscadet de son ami Vincent Caillé. Clin d’œil de l’histoire Pascale l’épouse de Vincent est née Caillé et ce vin un raccourci de celle-ci. Belle carte de Muscadet à l’Abélia. Nous avons parlé vin car Vincent prend grand soin de sa carte de vins. L'Abélia est une belle et grande maison, si vous passez par Nantes n'allez pas à Montaigu (je ne poste pas la vidéo même si ça plaîrait beaucoup à Vincent, la digue, la digue...) mais vous restaurer à l'Abélia...



020.JPG

 

Moi je me réserve pour vous dire que la gâche du dessert de Vincent est le fruit de la transmission familiale lire ICI linkallez-y il y a les photos de mémé Marie et de sa sœur la tante Valentine. La gâche de Vincent c’est de la vraie, goût d’enfance et si au lieu d’un moderne TER la SNCF avait ressorti une Micheline je crois que j’aurais fait un saut même qu’elle se serait arrêtée aux Clouzeaux et à Sainte-Flaive des Loups…


153114micheline.jpg

 

Souvenir, souvenir, et pendant ce temps-là Jules le petit dernier de Pascale et Vincent était en sortie scolaire à Paris et plus particulièrement au mémorial de la Shoah


024.JPG026.JPG

028.JPG030.JPG031-copie-1.JPG032-copie-1.JPG033.JPG036.JPG035.JPG

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article
27 février 2014 4 27 /02 /février /2014 10:11

 

Les amis de Face de Bouc, les followers de Twitter, essaimés sur la Toile, qui trop souvent ressemble à une scène sur laquelle se joue le ballet des ego, sont aussi des êtres de chair avec lesquels, par le hasard de rencontres, il est possible de créer des liens qui vont au-delà d’échanges échevelés de commentaires.


040.JPG

 

Ainsi, dans le terrier du Lapin Blanc, où notre Claire revenue des Amériques tisse sa toile avec son sourire resplendissant tout en nous nourrissant, aux heures profondes de la nuit, autour de verres, j’ai pu rencontrer les jeunes gens de Socialter link  


001Socialter3_COUV_web.jpg

 

Socialter se définit comme étant le premier magazine papier et digital consacré à l'économie nouvelle génération et aux créateurs de solutions innovantes. L’origine du lien avec le Lapin c’est Antonin le Vindicateur au nom imprononçable Iommi-Amunategui car il en a fait un repaire de naturistes, les vins nus bien sûr. Le second maillon fut Claire « je vais te présenter le garçon le plus drôle du monde ». Ils sont là jeunes, souriants et avenants. J’écoute. Même qu’il y a le frère de l’Antonin : Nicolas. Le grand Philippe Cuq, le meilleur caviste de Paris fait du prosélytisme vinique. Nous échangeons sous la haute de protection de Claire tout juste tombée du ciel de Los-Angeles. Un ange passe…


010.JPG

 

Lundi avant de m’embarquer pour Rennes, où mes vaches Prim’Holstein les F1 du lait m’attendent, je suis allé acheter le n°3 de Socialter qui est un Spécial Éducation : Allumer le Feu.


« En 30 ans, les technologies ont bouleversé nos sociétés et notre accès au savoir. Pourtant nos systèmes éducatifs sont restés figés sur des pédagogies qui briment les enfants plus qu’elles ne les émancipent. Développer la créativité, l’interaction, la coopération, valoriser l’erreur et la recherche… Autant de pistes que l’école doit s’approprier pour remplir ses missions dans un monde qui change en profondeur. Dans ce dossier spécial, Socialter vous invite à explorer de nouvelles voies et à découvrir de nombreuses innovations éducatives. Pour nos enfants socialterriens, réallumons le feu ! »


Vaste et excitant programme qui m’enflamme !


Encadrant ce dossier une foultitude d’articles passionnants : made in Japon l’archipel au 20 millions de consommateurs coopérateurs, un Face à face entre 2 philosophes sur le thème Philo et entreprise, l’avenir est dans le pré des fleurs bio pour l’insertion, les maisons closes quand un maquereau de la Belle Epoque nous met en boîte… entre autres.


« Quand on me dit qu’il faut améliorer l’image de marque, (ndlr de l’entreprise) il faut déjà se demander ce qu’est une marque et se mettre d’accord sur une définition ainsi que sur les critères qui vont définir son évolution. Le monde des marques est finalement un monde de mots. En cela il est éminemment philosophique. » Jean-Michel Besnier


« Cela me fait penser à la question : peut-on rire de tout ? Pour moi il y a une différence entre l’humour et l’ironie. L’ironie est une arme et une position de combat qui éloigne les interlocuteurs les uns des autres, alors que l’humour nous rapproche et nous rend  complice. Dans l’entreprise on peut faire de l’humour pas de l’ironie. C’est une sorte de discernement que le philosophe doit conserver. » Luc de Brabandere.


socialter

 

 

Et les MOOCs dans tout cela ?

 

À qui profitent-ils s’interroge Socialter ?

 

C’est quoi un MOOCs ?

 

Massive Online Open Courses soit Ouverts, en ligne  et massifs…

 

Est-ce une révolution éducative ces cours en ligne gratuits qui réunissent en moyenne 10 000 à 50 000 participants par session ?


Les enthousiastes : « Pour certains, les MOOCs sont une vraie chance. Regardez cet étudiant mongol de 15 ans qui a pu suivre brillamment un cours du MIT (Massachussetts Institute of Technologie) sur edX ! » Catherine Mongenet chargée de mission de la plate-forme française FUN (France Univesité Numérique) link 


Les plus nuancés : « Il ne s’agit pas d’une révolution mais d’une nouvelle étape dans l’histoire de l’apprentissage en ligne » Tony Bates consultant canadien.


« On parle beaucoup des MOOCs parce qu’ils sont ouverts à tous et gratuits, et également parce qu’ils comptent dans leurs rangs des universités  prestigieuses. Mais le concept n’est pas si neuf » ajoute-t-il.


« Pour Sir John Daniel,  ancien président de l’Open University « les MOOCs ont surtout remué le monde de l’enseignement supérieur comme peu d’outils l’ont fait depuis 40 ans. Grâce aux MOOCs, l’enseignement en ligne a acquis une sorte de respectabilité, et le monde universitaire est plus enclin à développer de nouvelles approches pédagogiques. »


Pour autant les MOOCs sont-ils réellement accessibles à tous ?


Selon une étude de l’Université de Pennsylvanie menée sur 1 millier de « Moocers », 80 % de ceux qui  achèvent un MOOC possèdent déjà un diplôme d’enseignement supérieur. Et selon cette même étude, le taux de complétion d’un MOOCs  (c’est-à-dire de le suivre jusqu’au bout) ne dépasse pas 3% »


La suite à lire sur Socialter, passionnant !


Achetez-le en kiosque ou dans votre magasin de presse, pas seulement pour soutenir une jeune entreprise mais parce que vous vous secouerez les méninges et vous retrouverez foi en l’avenir….

 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents