Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 août 2021 2 03 /08 /août /2021 06:00

Les vignes semi-larges sont expérimentées par le Comité Champagne à Plumecoq depuis une vingtaine d’années ainsi que dans 16 autres parcelles en Champagne.

Journal L'Union abonné - L'Union
Ce que donnent les vignes semi-larges expérimentées par le Comité Champagne

Je suis une canaille, en publiant le point de vue de Burtschy je me doutais bien que j’allais agiter le marigot, mais comme je suis un ignare total j’ai préféré jouer les innocents, jeter le pavé dans la mare pour voir les éclaboussures.

 

Je vous en livre provenant de gens compétents, deux vignerons, l’un bordelais qui a un bon carnet de santé vigneronne, l’un bourguignon dont le savoir-faire a fait ses preuves pour hisser ses vins au firmament, le troisième est un bon buveur qui sait être iconoclaste.

 

Mon grain de sel sur la plaie : le champagne des BRSA, ses vins clairs à partir de hauts rendements, c’est de l’industrie, une histoire psalmodiée depuis toujours, des marques iconiques, du marketing, des buveurs ignares.

 

 Peut être une image de 1 personne et intérieur

 

  • Philippe Betschart Vigneron, à Les Graves de Viaud château Les Graves de Viaud, l'émotion Nature.

Fine organic/biodynamic and Vegan Bordeaux wine.

Grand Vin de Terroir biologique et biodynamiques (Demeter). Vins Vegan, Bordeaux - Côtes de Bourg

 

Fantasme total... il n'y a aucune différence de qualité entre 10000 ou 5000 pour des rendements équivalent et d'un point de vue écologique 10000 est une catastrophe.

Revenons à des vignes hautes et larges avec culture inter rang.

Ce qui est certain c'est qu'à 7000 10000 tu es certain de faire tes 80 hl/ha

 

Les Gouttes de Dieu

  • Un vigneron bourguignon qui connait la chanson

 

 

Son laïus et ses arguments sont très bons, ou l'étaient. Enfin disons qu'on nous l'a servi en boucle depuis 40 ans. Un peu daté disons.

 

Je milite aussi pour un abaissement des densités de plantation. 10 000 pieds par ha relèvent du mythe. La Bourgogne, et en partie seulement, très peu de Bordeaux.... quant aux arguments rationnels qui les accompagnent, ils sont établis à posteriori, pour justifier d'un choix qui n'est que pratico-pratique. Une description plutôt qu'une analyse.

 

En fait, toute l'histoire de la Viticulture, ou rien ne se fait par hasard, c'est bien connu. Voir les terroirs, les climats et leurs limites. Quelque chose qui ressemble à une analyse littéraire,  rien d'autre. Une scientisation.

 

On peut faire de très grands vins à faible densité. Claire doit pouvoir en convaincre beaucoup. On peut faire aussi des merdes à très hautes densité. Mais on associé trop souvent la grâce à la peine. Une forme de morale étriquée qui veut que tout se gagne ds et par  la douleur. En fait, encore une fois, la densité n'est qu'un moyen. Ce qui compte, c'est l'intention.

 

Dive.png

 

  • Denis Boireau le lundi 02 août 2021, 09:58 sur Les vignes semi-larges en Champagne : les fossoyeurs de la qualité par Bernard Burtschy…

 

Les vignes larges ont de nombreux avantages en terme de sante de la vigne. Diminuer par deux la densité diminue d'autant, sinon plus, l'effet "camp de concentration" dont souffrent les vignes en monoculture. Elles se portent mieux en faible densite de plantation, et donc ca permet de diminuer les traitements.

 

La question de la qualité, effectivement essentielle pour la survie du modèle économique du Champagne, devrait se concentrer sur la limitation du rendement par pied. La haute densité de plantation est une des solutions pour atteindre ce but, mais surement pas la meilleure d'un point de vue écologique. Par contre du point de vue économique, au prix de l'hectare en Champagne, ça se comprends...

 

9 février 2014

 

 

Partager cet article
Repost0
2 août 2021 1 02 /08 /août /2021 06:00

 

 

C’est qui Bernard Burtschy ?

 

Biographie

 

Bernard Burtschy est Docteur en Statistique Mathématique et Professeur à Télécom Paris-Tech et à L’Ecole Centrale de Paris depuis plus de 30 ans. A ce titre, il a beaucoup travaillé à la recherche fondamentale du data-mining et du big-data en collaboration avec les plus grandes universités américaines. Il a également aidé nombre de ses élèves à des projets de création d’entreprises liées à ce secteur.

 

Bernard Burtschy est alsacien et sa famille a toujours produit son vin tant rouge que blanc. Il est passionné par les jardins et les cultures potagères. Il a cultivé son premier potager à l’âge de trois ans avec l’aide de son grand-père.

 

Passionné par le vin, il agrémente ses loisirs en suivant les cours de dégustation de l’Académie du Vin à Paris en 1977 puis en devenant rapidement professeur de dégustation et, dès le début des années 1980, collaborateur principal de la Revue du Vin de France, puis de Gault & Millau. A ce titre il rédigera nombre de millésimes des guides éponymes. Il est à l’origine de nombreuses découvertes de producteurs aujourd’hui incontournables mais inconnus à l’époque. Depuis les années 2007, il est le dégustateur et chroniqueur vin du quotidien Le Figaro et du Figaro Magazine. C’est lui qui a créé le site internet l’Avis du Vin, premier site français du vin en termes de trafic. Il est aussi Président de l’Association de la Presse du Vin et membre du conseil d’administration de la Fédération Internationale des Journalistes et Ecrivains du Vin. ICI 

 

Au temps premiers de mon blog où je suivais les « ébats » des grands dégustateurs, je l’ai souvent croisé, c’est un homme courtois, pondéré, qui n’a pas cédé aux sirènes du biseness comme ses illustres confrères, suivez ma plume !

 

Comme je suis un ignare patenté, ce n’est pas moi qui vais gloser sur la densité des plantations en général, et en Champagne en particulier.

 

 

C’est d’actualité : par 34 voix sur 50, le conseil d’administration du Syndicat Général des Vignerons de Champagne (SGV) adopte l’intégration de 4 mesures agro-environnementales dans le cahier des charges de l’AOC Champagne.

 

« C’est une journée importante, se félicite Maxime Toubart, président du SGV. Ce vote net montre que la Champagne avance sur les sujet environnementaux ». Outre les emblématiques et clivantes vignes semi-larges (VSL pour les intimes), d’autres mesures structurantes ont été votées ce matin : la possibilité de densifier la plantation, l’introduction à titre expérimental du cépage Voltis, une variété résistante au mildiou et à l'oïdium*, dans la limite de 5 % des surfaces d’une exploitation, l’obligation de traiter les plants à l’eau chaude et l’interdiction de détruire les couverts hivernaux du 30 novembre au 31 janvier. ICI 

 

Mon seul commentaire, ironique bien sûr, c’est que le tout puissant SGV assis sur ses kg de raisins, vient de se situer au-dessous des autres AOC effervescentes, à mon sens c’est la fin de l’illusion champagne, les BRSA tirent tout le monde vers le bas. L'industrie du champagne, quoi !

 

Les vignes semi-larges vont pouvoir être utilisées par les viticulteurs de Champagne.

 

La parole est à Bernard Burtschy ?

 

La densité de plantation des vignobles de haute qualité en France est de 10 000 pieds à l’hectare, soit pour faire simple avec un écartement entre les pieds de 1 mètre fois un mètre. Par comparaison, la densité moyenne de plantation est de 4000 pieds à l’hectare.

 

Pourquoi une telle densité ? Rappelons que plus la densité est élevée, plus l’épaisseur du feuillage est faible. À partir de trois épaisseurs, une feuille consomme autant pour sa physiologie qu’elle ne produit de sucre, ce qui explique le système à 10 000 pieds. La qualité d’une vigne plantée à 10 000 pieds est donc très nettement supérieure à celle plantée à 5000 pieds. De très nombreuses études le démontrent depuis fort longtemps.

 

Évidemment, il est plus cher de planter et d’entretenir un vignoble à 10 000 pieds qu’à 5000. Le choix de la densité de plantation, un critère essentiel car il influe pendant de très longues années, dépend très largement de l’objectif de production. Pour un grand cru classé de Bordeaux et même pour un cru bourgeois, pour une appellation village en côte de Nuits ou en côte de Beaune et même en côte chalonnaise, la question ne se pose pas. La haute densité s’impose.

 

En Italie, l’appellation d’effervescent Franciacorta est confrontée à la terrible concurrence des effervescents à bas prix de prosecco. Comme sa seule solution est de monter en qualité, tous les producteurs passent leur vignoble de la densité traditionnelle de 4000 pieds à 10 000. Un exemple à méditer, d’autant que Franciacorta s’est déjà donné des objectifs élevés pour son haut de gamme avec pour le Riserva un vieillissement sur lies d’au moins soixante mois.

 

Pendant ce temps, certains producteurs de Champagne pensent que la solution est de baisser la densité de plantation pour baisser leurs coûts de production. Quelle erreur ! Rappelons que la densité de plantation en Champagne est d’environ 8000 pieds à l’hectare et qu’elle est le résultat d’une longue gestation historique et de son ambition d’élaborer un effervescent de haut vol. La haute réputation du champagne dépend très largement de cette haute densité de plantation.

 

Le choix de vignes dites semi-larges avec des densités comprises entre 4000 et 5000 pieds est l’exemple type de la fausse bonne idée, car il faudrait en même temps pour ne pas dégrader la qualité baisser les rendements qui sont, rappelons-le, nettement plus élevés qu’ailleurs et ne sont pas pour rien à l’économie somme toute florissante de la région. Étrangement personne n’en parle.

 

Diviser la densité de plantation par deux sans rien toucher par ailleurs paraît très attractif à court terme pour le coût de production. Pourtant, clairement, ce n’est pas la solution parfaite pour lutter contre le changement climatique, loin de là. Elle n’est pas non plus la réponse pour l’enjeu environnemental de la Champagne qui est le grand défi des années à venir. Et la qualité ? Même s’il paraît que le « raisin est beau », on peut d’ores et déjà prédire que ce sera la fin de l’exception champenoise avec un effervescent très banal.

 

La qualité d’un vin et encore plus d’un effervescent se mesure par son ambition. Renoncer à l’ambition est la mort assurée du champagne et même d’une certaine idée de la France et de son art de vivre.

Partager cet article
Repost0
1 août 2021 7 01 /08 /août /2021 06:00

Bonne nouvelle, la misère recule dans le monde selon l'ONUDécouvrez les 10 des pays les plus pauvres d'Afrique en 2018Afrique - Le classement 2015 des 25 pays les plus pauvres du monde dévoilé

Ce texte a le mérite d’exister, c’est pour cela que je le publie, même si, à aucun moment, il ne définit ce qu’est l’agriculture paysanne, aussi bien dans les pays dit développés que dans les autres, en développement ou les plus pauvres.

 

Sans surprise, la très grande majorité des vingt-cinq pays les plus pauvres du monde en 2021 se situe sur le continent africain. Ces économies totalisent un produit intérieur brut (PIB) de 401 milliards de dollars, d'après les dernières estimations du Fonds monétaire international (FMI), soit un peu moins que le produit intérieur brut d'Israël (409 milliards de dollars). Les 25 pays les plus pauvres du monde affichent un PIB par habitant moyen de 633 dollars. A titre de comparaison, le PIB par habitant de la France s'élève à 44 770 dollars en 2021.

 

Les 25 pays les plus pauvres du monde en images ICI 

 

Qu’il y’a-t-il de commun entre un paysan du Burundi et un paysan adhérent à la Confédération Paysanne ? Font-ils le même métier ? Agriculture ou élevage de subsistance ou agriculture ou élevage ou viticulture marchande de petits producteurs ? Les mettre dans le même panier est commode politiquement,  un petit côté romantique et passéiste, mais c’est bien loin de la réalité.

 

Thomas Ribémont, président d'Action contre la faim, l'écologiste Yannick Jadot et le socialiste Olivier Faure.

 

Le 24 juillet 2021

 

Des ONG dont Action contre la faim et Greenpeace France ainsi que des responsables politiques, parmi lesquels l'écologiste Yannick Jadot et le socialiste Olivier Faure, appellent la France à résister aux pressions des multinationales et à sauver l'agriculture paysanne, dans la perspective du prochain sommet international sur les systèmes alimentaires.

 

« Un Sommet international sur les systèmes alimentaires aura lieu en septembre 2021, organisé par l'ONU en étroit partenariat avec le Forum Économique Mondial. D'ici quelques jours, le pré-sommet de cette initiative se tiendra à Rome. En dépit de l'inquiétude et des remarques formulées par une grande partie de la société civile, par de nombreux acteurs du monde académique, mais aussi par certains Etats, ce sommet et ce pré-sommet se caractérisent par un manque criant d'inclusivité et un refus de tout dialogue quant aux modalités d'organisation. Les premières orientations prises nous font craindre le pire.

 

Alors que la FAO et de très nombreuses recherches ont montré le rôle essentiel de l'agroécologie paysanne pour répondre aux défis sociaux, alimentaires et environnementaux contemporains, les organisateurs du sommet promeuvent au contraire principalement une agriculture "de technologies de pointe", centrées sur des solutions prétendument révolutionnaires et faussement vertes.

 

Avec l'approbation de l'ONU, se met ainsi en œuvre la stratégie d'influence des principaux groupes agroalimentaires, de technologies de pointes et financiers mondiaux. De plus en plus présents dans des instances alimentaires internationales qu'ils financent largement ou créent de toute pièce, ces groupes ont donné l'illusion d'un consensus salutaire autour des solutions faisant leur fonds de commerce : nouvelles techniques de modification du vivant/nouveaux OGM, numérisation de l'agriculture, viande in vitro, drones-pulvérisateurs, agriculture de précision, agriculture 'intelligente face au climat' etc.

 

L'insécurité alimentaire dans le monde n'est plus liée à un manque de production mais à des inégalités croissantes

 

Dans chacun des cas, les solutions proposées se font au détriment du droit à l'alimentation et de l'autonomie des petits producteurs et étendent l'emprise de ces multinationales sur les terres, eaux, semences, gènes animaux et végétaux. Illustration de cette mainmise, l'envoyée spéciale des Nations Unies pour le sommet n'est autre que la présidente de l'alliance pour une révolution verte en Afrique (AGRA), Mme Kalibata. AGRA est une initiative cofondée par les Fondations Bill et Melinda Gates et Rockefeller dans le but d'orienter l'agriculture africaine vers des solutions technologiques avec une prédominance des intrants chimiques et de la biotechnologie. Elle est ardemment décriée par les ONG et organisations de producteurs locales pour son manque de résultats et sa proximité avec certaines multinationales agroalimentaires cherchant des débouchés sur le continent.

 

Au contraire, l'agroécologie paysanne a fait ses preuves. Les fermes familiales du monde entier, de même que les pêcheurs artisanaux et les communautés indigènes, produisent plus de 70% de la nourriture consommée dans le monde tout en utilisant moins de 20% des ressources productives. Les pratiques de polyculture-élevage ont une efficacité énergétique beaucoup plus élevée que les monocultures et l'élevage industriels. Tandis que les pesticides, les engrais chimiques et les monocultures ravagent les sols et la biodiversité, les techniques agro-écologiques ont montré leur capacité à les restaurer.

Alors que l'insécurité alimentaire dans le monde n'est plus liée à un manque de production mais à des inégalités croissantes, les choix politiques au niveau international sont décisifs pour orienter l'agriculture et les systèmes alimentaires. Malgré leur manque d'efficacité et leurs multiples impacts, les "innovations technologiques" des multinationales agricoles et agroalimentaires bénéficient de centaines de milliards d'aides publiques tandis que l'agroécologie est sous-financée. Avec ce sommet, un nouveau pas va être franchi dans l'accaparement de la gouvernance mondiale de l'alimentation par une poignée de multinationales déjà en situation de monopole.

 

Nous demandons à la France de retirer son soutien politique à ce sommet des Nations unies

 

Nous affirmons que pour nourrir sainement les populations de tous les pays, la priorité devrait être une plus juste répartition des ressources agricoles et piscicoles (les terres, l'eau, les semences…) et la promotion d'une souveraineté alimentaire. Cette dernière doit être entendue comme la capacité pour chaque pays, groupes de pays, peuples ou communautés de décider démocratiquement comment, et par qui, leur alimentation est produite et transformée. Les politiques agricoles et alimentaires ne doivent pas être dictées par la toute puissante règle du libre-échange qui entraîne une course au moins-disant social, économique et environnemental.

 

Nous demandons des systèmes alimentaires et agricoles durables, résilients et justes. La France, à travers l'ensemble de ses politiques publiques et ses engagements internationaux, doit soutenir l'agroécologie paysanne. Nombreuses sont les solutions que les citoyens et citoyennes appellent de leurs vœux. Mais pour les mettre en œuvre il faut impérativement que les Etats prennent leurs responsabilités et cessent d'abdiquer face aux sirènes de l'agro-industrie.

 

Nous, signataires de cette lettre, demandons donc à la France de retirer son soutien politique à ce sommet des Nations unies sur les systèmes alimentaires et de construire, au sein de la FAO et du Comité de la Sécurité Alimentaire mondiale (CSA), avec les nombreux Etats qui y sont favorables, les conditions pour une véritable agroécologie paysanne."

 

Les signataires (organisations et personnalités politiques ou scientifiques) :

 

  1. Action Contre la Faim
  2. CCFD Terre Solidaire
  3. Confédération Paysanne
  4. Greenpeace France
  5. Oxfam France
  6. ActionAid France
  7. Agter
  8. Alofa Tuvalu
  9. Artisans du Monde
  10. Attac
  11. Bio Consom’acteurs
  12. CARI (Centre d'Actions et de Réalisations Internationales)
  13. CMR (Chrétiens dans le Monde Rural)
  14. FADEAR (Fédération Associative pour le Développement de l'Emploi Agricole et Rural)
  15. Filière Paysanne
  16. FNAB (Fédération Nationale d’Agriculture Biologique)
  17. Gret
  18. Générations Futures
  19. Ingénieur·es sans frontières groupe Agricultures et souveraineté alimentaire (ISF Agrista)
  20. Les Amis de la Terre
  21. MIRAMAP (Mouvement Inter-régional des AMAP)
  22. RAC (Réseau Action Climat)
  23. Réseau Environnement Santé
  24. RESOLIS
  25. SOL - Alternatives Agroécologiques et Solidaires
  26. Terre & Humanisme
  27. Union syndicale Solidaires
  28. WWOOF France
  29. François Alfonsi, Député européen
  30. Eric Andrieu, Député européen
  31. Benoît Biteau, Député européen
  32. Manuel Bompard, Député européen
  33. Damien Carême, Député européen
  34. David Cormand, Député européen
  35. Gwendoline Delbos-Corfield, Députée européenne
  36. Karima Delli, Députée européenne
  37. Claude Gruffat, Député européen
  38. Yannick Jadot, Député européen
  39. Michèle Rivasi, Députée européenne
  40. Caroline Roose, Députée européenne
  41. Mounir Satouri, Député européen
  42. Marie Toussaint, Députée européenne
  43. Salima Yenbou, Députée européenne
  44. Clémentine Autain, Députée de Seine-Saint-Denis
  45. Joël Aviragnet, Député de Haute-Garonne
  46. Marie-Noëlle Battistel, Députée de l’Isère
  47. Gisèle Biémouret, Députée du Gers
  48. Jean-Louis Bricout, Député de l’Aisne
  49. Alain David, Député de la Gironde
  50. Jennifer De Temmerman, Députée du Nord
  51. Laurence Dumont, Députée du Calvados
  52. Lamia El Aaraje, Députée de Paris
  53. Olivier Faure, Député de Seine-et-Marne
  54. Guillaume Garot, Député de la Mayenne
  55. Chantal Jourdan, Députée de l’Orne
  56. Marietta Karamanli, Députée de la Sarthe
  57. Jérôme Lambert, Député de la Charente
  58. Sandrine le Feur, Députée du Finistère
  59. Gérard Leseul, Député de Seine-Maritime
  60. Josette Manin, Députée de Martinique
  61. Paul Molac, Député du Morbihan
  62. Philippe Naillet, Député de la Réunion
  63. Mathilde Panot, députée du Val-de-Marne
  64. Christine Pirès-Beaune, Députée du Puy-de-Dôme
  65. Dominique Potier, Député de Meurthe-et-Moselle
  66. Loïc Prud'homme, Député de la Gironde
  67. Claudia Rouaux, Députée d’Ille-et-Vilaine
  68. Isabelle Santiago, Députée du Val-de-Marne
  69. Hervé Saulignac, Député de l’Ardèche
  70. Bénédicte Taurine, Députée de l'Ariège
  71. Sylvie Tolmont, Députée de la Sarthe
  72. Cécile Untermaier, Députée de Saône-et-Loire
  73. Hélène Vainqueur-Christophe, Députée de la Guadeloupe
  74. Michèle Victory, Députée de l’Ardèche
  75. Guy Benarroche, Sénateur des Bouches-du-Rhône
  76. Thomas Dossus, Sénateur du Rhône
  77. Jacques Fernique, Sénateur du Bas-Rhin
  78. Hervé Gillé, Sénateur de la Gironde
  79. Guillaume Gontard, Sénateur de l’Isère
  80. Joël Labbé, Sénateur du Morbihan
  81. Pierre Laurent, Sénateur de Paris
  82. Monique de Marco, Sénatrice de la Gironde
  83. Raymonde Poncet Monge, Sénatrice du Rhône
  84. Daniel Salmon, Sénateur d'Ille-et-Vilaine
Partager cet article
Repost0
31 juillet 2021 6 31 /07 /juillet /2021 06:00

Amazon.fr - Le Châtiment de l'Ombre jaune (Bob Morane) - VERNES Henri -  Livres

Bob Morane l'Intégrale Tome 17. Les dents du... - Henri Vernes - Livres -  Furet du Nord

Henri Vernes n'est plus.

 

Henri Vernes, créateur de Bob Morane, est décédé

 

De son vrai nom Charles-Henri Dewisme, le créateur de Bob Morane s'est éteint à l'âge de 102 ans ce dimanche 25 juillet.

 

Sous de très nombreux pseudonymes (Cal W. Bogar, Gaston Bogart, Pat Richmond, Ray Stevens, Jacques Seyr ou encore Jacques Colombo), il a signé plus de 230 romans d'aventure et de science-fiction.

 

En 2018, à l'occasion de ses 100 ans, il nous avait reçus pour évoquer son parcours à la longévité exceptionnelle. À l'époque, le temps ne semblait pas avoir de prise sur l'auteur. Certes, Henri Vernes se déplaçait à petits pas dans son appartement, appuyé sur une béquille. Mais, à 100 ans, cet Athois de naissance, qui vécut ensuite à Tournai, s’apprêtait à recevoir la visite des édiles saint-gillois pour son anniversaire. Il n'en revenait pas lui-même.

 

Il n'avait pas manqué pas de planter quelques piques et bons mots à ceux qui devaient l'honorer ce jour-là tant son langage était vert et fleuri. Des mots, il en a commenté une vingtaine avec nous, retraçant son parcours…

 

Avant-Bob

 

« J’ai été renvoyé de toutes les écoles où je suis passé. J’étais un mauvais élève, sauf en français. J’avais quatre amis étrangers, notamment un juif russe qui habitait Shanghai, un Turc d’origine espagnole, un Roumain d’origine persane et un Portugais. Je suis parti fin 1936 en Chine, et revenu en 1937. J’ai repris l’école et en 1938, j’ai rencontré ma fiancée, fille d’un gros diamantaire. Une fois marié, j’ai été diamantaire durant un an. Puis j’ai divorcé. J’ai été espion pour un service secret britannique par l’intermédiaire d’une dame, Alice, puis, à la fin de la guerre, je me suis retrouvé à Paris comme journaliste pour des journaux du Nord et pour une agence de presse, l’Overseas News Agency. De retour en Belgique, j’ai bientôt rencontré Jean-Jacques Schellens. »

 

Les 5 meilleurs livres de Bob Morane - 5livres.fr

 

Naissance

 

« Bob Morane est né de la volonté de Jean-Jacques Schellens, des éditions Marabout, lequel cherchait quelqu’un pour écrire des romans pour la jeunesse et s’en était ouvert à un de mes amis, Bernard Heuvelmans (le père de la cryptozoologie, NdlR). »

 

 

 

Stakhanovisme

 

« Si peu ! Il se fait que le courant est bien passé avec Schellens qui voulait une production soutenue; et je me suis lancé dans l’aventure, à raison d’un livre tous les deux mois, soit six par an, soit encore jusqu’à trente pages d’écriture par nuit. Pour tenir le coup, je prenais un cocktail fait de Coca et d’aspirine; ça secouait. Et je suis toujours là malgré tout ! »

 

Écriture

 

« J’écris comme je respire. Et quelques fois, j’y ai même pris du plaisir. Parfois, vu le rythme effréné des parutions, je me mettais en mode écriture automatique, surtout s’il fallait que je ponde 20 ou 30 pages par nuit. Là, j’étais en état second. Au total, roman plus BD, j’ai dû publier 220 livres. Mais tout n’était pas bon, loin de là. »

 

Originalité

 

« À l’époque, contrairement à ce qui se faisait en matière de bande dessinée et de littérature jeunesse où les héros sans peur et sans reproche ne côtoyaient jamais la gent féminine, je n’ai pas hésité à coller à Bob Morane de belles petites amies. Tout cela restait bien sage dans les pages, au grand désespoir de Bob (rire). En revanche, le lecteur rajoutait les éléments du récit que je ne pouvais pas écrire… J’ai aussi écrit la série DON, pour les adultes (sous le pseudonyme de Jacques Colombo, NdlR)… »

 

Méchant la suite ICI 

 

BOB MORANE] Dino ATTANASIO & Henri VERNES - Bob Morane (Marabout). 10  volumes. [...] | lot 24 | Bandes Dessinées - Cartes Postales, Imagerie,  Affiches, Plans cadastraux, Topographie, Livres, Documents chez Morel de  Westgaver | Auction.fr

l'aventurier - Vinyle | Rakuten

Indochine

 

"Bob Morane a fait beaucoup pour Indochine et Indochine a fait beaucoup pour Bob. Un jour, j’étais dans mon salon, en train de regarder la télé quand ma petite amie haïtienne de l’époque me téléphone pour me dire d’écouter Radio Luxembourg. ‘ Écoute, ils diffusent une chanson sur Bob Morane’, et c’est ainsi que j’ai entendu L’Aventurier. Étant en Belgique, j’ai vite renoncé au procès; au contraire, je me suis dit qu’il valait mieux s’entendre avec les jeunes gens du groupe. Ils ont fait beaucoup pour la notoriété de Bob Morane et aujourd’hui encore, L’Aventurier est leur chanson fétiche."

Bob Morane - L'intégrale Tome 8 - Intégrale Bob Morane nouvelle version -  Vance, Henri Vernes - cartonné - Achat Livre | fnac

(Bruxelles) À 101 ans, Henri Vernes, père de Bob Morane, revient sur la série qui l’a rendu célèbre

 

Publié le 26 avril 2020

Jean-Christophe Laurence

 

« Si j’écrivais un Bob Morane aujourd’hui, je dirais que le coronavirus est une invention de l’Ombre jaune. Et c’est d’ailleurs une invention de l’Ombre jaune, puisque c’est né en Chine ! »

 

Bien calé dans le canapé mou de son appart bruxellois, Henri Vernes regarde vers la fenêtre. La voix est rocailleuse, mais à 101 ans, le père de Bob Morane n’a manifestement rien perdu de son esprit… même s’il a perdu la vue il y a un an, après une opération des cataractes qui n’a pas fonctionné.

 

« Je n’ai jamais bu, jamais fumé et j’ai toujours fait du sport » lance-t-il, quand on lui demande le secret de son étonnante condition physique et mentale. « Mais pour une photo, tout de même, je préférerais que vous en preniez une de moi un peu plus jeune… »

 

La suite ICI

Partager cet article
Repost0
30 juillet 2021 5 30 /07 /juillet /2021 06:00

 

La bataille fait rage, la mêlée est confuse, on en vient aux mains, des familles se déchirent, les anti-vac., les anti-passe sanitaire, sont dans la rue menés par les Dupont-Aignan, Philippot, Lalanne, Bardot, Binoche, Bigard… même Ruffin… les gilets jaunes reprennent du service…

 

Mais qui compose le gros de la troupe, même si le nombre des manifestants reste modeste au  regard de l’ensemble de la population ?

 

Les réduire à un tas d’abrutis, de fous, d’illuminés, est bien trop simplificateur, dans la liste de mes amis Face de Bouc, certains vignerons biodynamiques sont dans leurs rangs,une étude réalisée en décembre 2020 par deux sociologues et mise en ligne sur MedRxiv ICI  Un Français sur quatre environ serait particulièrement hésitant face à la vaccination.

 

 

Le mouvement anti-vaccin ne date pas d’aujourd’hui, comme en témoigne cette manifestation de 1973 dans les rues de la cité de Pasteur. ICI

 

 

Les plus modestes, les jeunes, et les femmes

 

Les personnes les plus méfiantes face au vaccin sont en réalité celles qui sont souvent les plus exposées, résume l'étude. Il s'agit, par exemple, des catégories sociales les plus modestes qui hésitent à se rendre dans les centres. Or, ce sont elles qui ont travaillé sans relâche pendant les différents confinements et qui occupent souvent des emplois nécessitant beaucoup de contacts humains.

 

Les jeunes sont eux aussi surreprésentés, même s'ils sont plus résistants face au virus. Le virus circule énormément parmi eux, car ils sont souvent moins enclins à respecter les gestes barrières. Les femmes sont également parmi les plus méfiants (27% se disent résolues à se faire vacciner), notamment en raison de la crainte de prendre un risque lors d'une éventuelle grossesse. Cette méfiance semble diminuer à partir de 45 ans.

 

La réflexion de Jacques Rancière dans AOC à propos des partisans de Trump « Après l’assaut du Capitole, on a pu s’étonner de voir les partisans de Trump s’acharner à nier les faits au point de sombrer dans une violence fanatique. Certains les ont vus comme des esprits crédules trompés par des fake news. Mais comment croire encore à cette fable quand on vit dans un monde où surabondent l’information et les commentaires qui « décryptent » l’information ? En fait, si l’on refuse l’évidence, ce n’est pas parce qu’on est bête, c’est pour montrer qu’on est intelligent. Signe d’une perversion inscrite dans la structure même de notre raison. » est intéressante.

 

BALLAST | Jacques Rancière : « Le peuple est une construction »

Les fous et les sages – réflexions sur la fin de la présidence Trump

Par Jacques Rancière

PHILOSOPHE

 

Après l’assaut du Capitole, on a pu s’étonner de voir les partisans de Trump s’acharner à nier les faits au point de sombrer dans une violence fanatique. Certains les ont vus comme des esprits crédules trompés par des fake news. Mais comment croire encore à cette fable quand on vit dans un monde où surabondent l’information et les commentaires qui « décryptent » l’information ? En fait, si l’on refuse l’évidence, ce n’est pas parce qu’on est bête, c’est pour montrer qu’on est intelligent. Signe d’une perversion inscrite dans la structure même de notre raison.

 

Il est facile de se moquer des errements de Donald Trump et de s’indigner de la violence de ses fanatiques. Mais le déchaînement de l’irrationalité la plus pure au cœur du processus électoral du pays le mieux formé à gérer les alternances du système représentatif nous pose aussi des questions sur le monde que nous partageons avec lui : un monde que nous pensions être celui de la pensée rationnelle et de la démocratie paisible. Et la première question est bien sûr : comment peut-on mettre tant d’acharnement à ne pas reconnaître les faits les mieux attestés et comment cet acharnement peut-il se trouver aussi largement partagé ou soutenu ?

 

Certains voudraient encore s’accrocher à la vieille planche de salut : ceux qui ne veulent pas reconnaître les faits seraient des ignorants mal informés ou des esprits crédules trompés par des fake news. C’est l’idylle classique d’un bon peuple qui se laisse prendre par simplicité d’esprit et auquel il faudrait seulement apprendre à s’informer sur les faits et à les juger avec un esprit critique. Mais comment croire encore à cette fable de la naïveté populaire quand on vit dans un monde où les moyens d’information, les moyens de vérifier l’information et les commentaires qui « décryptent » toute information abondent et surabondent à la disposition de tous ?

 

Il faut bien alors renverser l’argument : si l’on refuse l’évidence, ce n’est pas parce qu’on est bête, c’est pour montrer qu’on est intelligent. Et l’intelligence, c’est bien connu, consiste à se méfier des faits et à se demander à quoi sert cette énorme masse d’information déversée sur nous chaque jour. À quoi la réponse se propose tout naturellement que c’est bien évidemment pour tromper le monde, car ce qui s’étale à la vue de tous est généralement là pour couvrir la vérité, qu’il faut savoir découvrir cachée sous l’apparence fallacieuse des faits donnés.

 

La force de cette réponse est de satisfaire en même temps les plus fanatiques et les plus sceptiques. Un des traits remarquables de la nouvelle extrême droite, c’est la place qu’y tiennent les théories conspirationnistes et négationnistes. Celles-ci présentent des aspects délirants, comme la théorie du grand complot international des pédophiles. Mais ce délire n’est en dernier ressort que la forme extrême d’un type de rationalité qui est généralement valorisé dans nos sociétés : celui qui commande de voir en tout fait particulier la conséquence d’un ordre global et de le replacer dans l’enchaînement d’ensemble qui l’explique et qui le montre au final bien différent de ce qu’il semblait être d’abord.

 

La possibilité de tout nier ne relève pas du « relativisme ». Elle est une perversion inscrite dans la structure même de notre raison.

 

On sait que ce principe d’explication de tout fait par l’ensemble de ses connexions se lit aussi à l’envers : il est toujours possible de nier un fait en invoquant l’absence d’un lien dans la chaîne des conditions qui le rendent possible. C’est ainsi, on le sait, que des intellectuels marxistes radicaux ont nié l’existence des chambres à gaz nazies parce qu’il était impossible de déduire leur nécessité de la logique d’ensemble du système capitaliste. Et aujourd’hui encore des intellectuels subtils ont vu dans le coronavirus une fable inventée par nos gouvernements pour mieux nous contrôler.

 

Les théories complotistes et négationnistes relèvent d’une logique qui n’est pas réservée aux esprits simples et aux cerveaux malades. Leurs formes extrêmes témoignent de la part de déraison et de superstition présente au cœur de la forme de rationalité dominante dans nos sociétés et dans les modes de pensée qui en interprètent le fonctionnement. La possibilité de tout nier ne relève pas du « relativisme » mis en cause par les graves esprits qui s’imaginent être les gardiens de l’universalité rationnelle. Elle est une perversion inscrite dans la structure même de notre raison.

 

On dira qu’il ne suffit pas d’avoir les armes intellectuelles qui permettent de tout nier. Il faut encore le vouloir. C’est tout à fait juste. Mais il faut bien voir en quoi consiste cette volonté ou plutôt cet affect qui porte à croire ou à ne pas croire.

 

Il est peu probable que les soixante-quinze millions d’électeurs qui ont apporté leur suffrage à Trump soient autant de cerveaux faibles convaincus par ses discours et par les fausses informations qu’ils véhiculent. Ils ne croient pas au sens où ils tiendraient pour vrai ce qu’il dit. Ils croient au sens où ils sont heureux d’entendre ce qu’ils entendent : un plaisir qui peut, tous les quatre ou cinq ans, s’exprimer par un bulletin de vote, mais qui s’exprime bien plus simplement tous les jours par un simple like. Et ceux qui colportent les fausses informations ne sont ni des naïfs qui les imaginent vraies ni des cyniques qui les savent fausses. Ce sont simplement des gens qui ont envie que ce soit comme ça, envie de voir, de penser, de sentir et de vivre dans la communauté sensible que tissent ces paroles.

 

Comment penser cette communauté et cette envie ? C’est là que guette une autre notion produite par la paresse satisfaite, celle de populisme. Celle-ci n’invoque plus un peuple bon et naïf, mais, à l’inverse, un peuple frustré et envieux, prêt à suivre celui qui sait incarner ses rancœurs et en désigner la cause.

 

Trump, nous dit-on volontiers, est le représentant de tous les petits Blancs en détresse et en colère : les laissés-pour-compte des transformation économiques et sociétales, qui ont perdu leur emploi avec la désindustrialisation et leurs repères identitaires avec les nouvelles formes de vie et de culture, ceux qui se sentent abandonnés par les élites politiques lointaines et méprisés par les élites diplômées. La chanson n’est pas nouvelle : c’est déjà ainsi que le chômage servait dans les années 1930 d’explication au nazisme et ressert indéfiniment pour expliquer toute poussée de l’extrême droite dans nos pays. Mais comment croire sérieusement que les soixante-quinze millions d’électeurs de Trump répondent à ce profil de victimes de la crise, du chômage et du déclassement ? Il faut alors renoncer à la seconde planche de salut du confort intellectuel, la seconde figure du peuple traditionnellement chargée du rôle de l’acteur irrationnel : ce peuple frustré et brutal qui fait pendant au peuple bon et naïf.

 

Il faut, plus profondément, mettre en question cette forme de rationalité pseudo-savante qui s’attache à faire des formes d’expression politiques du sujet-peuple des traits appartenant à telle ou telle couche sociale en ascension ou en déclin. Le peuple politique n’est pas l’expression d’un peuple sociologique qui lui préexisterait. Il est une création spécifique : le produit d’un certain nombre d’institutions, de procédures, de formes d’action, mais aussi de mots, de phrases, d’images et de représentations qui n’expriment pas les sentiments du peuple mais créent un certain peuple, en lui créant un régime spécifique d’affects.

 

La passion à laquelle Trump fait appel n’a rien de mystérieux, c’est la passion de l’inégalité.

 

Le peuple de Trump n’est pas l’expression de couches sociales en difficulté et à la recherche d’un protecteur. C’est d’abord le peuple produit par une institution spécifique où beaucoup s’entêtent à voir l’expression suprême de la démocratie : celle qui établit un rapport immédiat et réciproque entre un individu censé incarner le pouvoir de tous et un collectif d’individus censé se reconnaître en lui. C’est ensuite le peuple construit par une forme particulière d’adresse, cette adresse personnalisée permise par les technologies nouvelles de la communication, où le leader parle tous les jours à chacun et à tous, à la fois comme homme public et comme homme privé, utilisant les mêmes formes de communication qui permettent à chacun et à tous de dire quotidiennement ce qu’ils ont dans la tête ou sur le cœur.

 

C’est enfin le peuple construit par le système spécifique d’affects que Donald Trump a entretenu à travers ce système de communication : un système d’affects qui n’est destiné à aucune classe particulière et qui ne joue pas sur la frustration mais au contraire sur la satisfaction de sa condition, non pas sur le sentiment de l’inégalité à réparer mais sur celui du privilège à maintenir contre tous ceux qui voudraient y attenter.

 

La passion à laquelle Trump fait appel n’a rien de mystérieux, c’est la passion de l’inégalité, celle qui permet également aux riches et aux pauvres de se trouver une multitude d’inférieurs sur lesquels ils doivent à tout prix conserver leur supériorité. Il y a en effet toujours une supériorité à laquelle on peut participer : supériorité des hommes sur les femmes, des femmes blanches sur les femmes de couleur, des travailleurs sur les chômeurs, de ceux qui travaillent dans les métiers d’avenir sur les autres, de ceux qui ont une bonne assurance sur ceux qui dépendent de la solidarité publique, des autochtones sur les migrants, des nationaux sur les étrangers et des citoyens de la nation-mère de la démocratie sur le reste de l’humanité.

 

La coprésence, dans le Capitole occupé par les nervis trumpistes, du drapeau des treize États fondateurs et du drapeau du Sud esclavagiste illustre assez bien ce singulier montage qui fait de l’égalité une preuve suprême d’inégalité et de la pursuit of happiness un affect haineux. Mais, pas plus qu’à une couche sociale particulière, cette identification du pouvoir de tous à la collection innombrable des supériorités et des haines n’est assimilable à l’ethos d’une nation particulière. Nous savons le rôle qu’a tenu ici l’opposition entre la France travailleuse et la France assistée, entre ceux qui vont de l’avant et ceux qui restent crispés sur les systèmes de protection sociale archaïques, ou entre les citoyens du pays des Lumières et des droits de l’homme et les populations arriérées et fanatiques qui menacent son intégrité. Et nous pouvons voir tous les jours sur Internet la haine de toute forme d’égalité ressassée jusqu’à plus soif par les commentaires des lecteurs de journaux.

 

De même que l’entêtement à nier n’est pas la marque des esprits arriérés mais une variante de la rationalité dominante, la culture de la haine n’est pas le fait de couches sociales déshéritées mais un produit du fonctionnement de nos institutions. Elle est une manière de faire-peuple, une manière de créer un peuple qui appartient à la logique inégalitaire. Il y a près de deux cent ans que le penseur de l’émancipation intellectuelle, Joseph Jacotot, avait montré la façon dont la déraison inégalitaire faisait tourner une société où tout inférieur était à même de se trouver un inférieur et de jouir de sa supériorité sur lui. Il y a seulement un quart de siècle, j’avais, pour mon compte, suggéré que l’identification de la démocratie au consensus produisait, à la place du peuple déclaré archaïque de la division sociale, un peuple bien plus archaïque fondé sur les seuls affects de la haine et de l’exclusion.

 

Plutôt qu’au confort de l’indignation ou de la dérision, les événements qui ont marqué la fin de la présidence de Donald Trump devraient nous inciter à un examen un peu plus approfondi des formes de pensée que nous appelons rationnelles et des formes de communauté que nous appelons démocratiques.

 

Cet article a été publié pour la première fois le 14 janvier 2021 dans le quotidien AOC.

 

 

 

Jacques Rancière

 

PHILOSOPHE, PROFESSEUR ÉMÉRITE À L'UNIVERSITÉ PARIS VIII​​​​​​​

 

akg-images - The Cow-Pock – or – the Wonderful Effects of the New  Inoculation!

Le vaccin, le droit et la liberté

Contenue jusqu’alors, la véhémence des anti-vaccins, communément appelés antivax, est montée d’un cran en lendemain de l’intervention du Président de la République, le 12 juillet dernier, quand celui-ci ouvrait la voie à une possible obligation vaccinale à l’endroit de certaines branches professionnelles. Dès lors, nombreuses furent, et sont, les manifestations de contestation à l’égard de la décision présidentielle, manifestants et opposants arguant du fait que cette obligation entravait la liberté individuelle et plus largement les libertés fondamentales Or, les arguments avancés par ces groupes d’opposants, globalement minoritaires dans la population, mettent en évidence deux lignes de forces que le développement de la pandémie, et les conséquences qui l’accompagnent, ont révélé. La première est la crainte, que l’on croyait dans l’ensemble apaisée, voire éradiquée, nourrie à l'endroit de la vaccination. Ainsi, il apparaît que le principe d’une protection immunitaire, via l’injection d’une souche virale à la virulence atténuée pour combattre cette dernière par la production d’anti-corps, n’est pas partagée par tous et que la pédagogie mais aussi l’information sur les bienfaits de cette pratique sont encore à travailler.

La suite ICI 

Partager cet article
Repost0
29 juillet 2021 4 29 /07 /juillet /2021 07:00

Sentia: il serait maintenant possible de prendre un coup sans alcool... et  sans lendemain de veille | 24 heures

Nous sommes, là, loin du vin, sang de la terre, de l’univers des amateurs, dégustateurs, licheurs de vin nu, de la sociabilité, pour chaluter dans le caniveau des boissons alcoolisées industrielles, celles ingurgitées, sans retenue, pour se murger, oublier les soucis de la vie, sombrer dans l’ébriété…

 

Le professeur David Nutt, psychopharmacologue de renom, travaille depuis 30 ans à la réduction des risques de l'alcool. « Je dirais que l'alcool est la drogue la plus dommageable pour la société, dit-il. Je ne pense pas qu'il y ait une seule famille sur terre qui n'ait pas été affectée par l'alcool, ou dont l'un des proches n'ait pas été victime de quelqu'un qui a bu. C'est l'une des principales causes évitables d'hypertension artérielle : il y a plus de personnes qui meurent d'hypertension à cause de l'alcool, parce qu'il provoque des accidents vasculaires cérébraux ou des crises cardiaques, que de cirrhose. »

 

« L’alcool a un impact sur différents systèmes de récepteurs dans le cerveau, m’explique Nutt via Zoom. Aux niveaux les plus bas du cerveau, il fonctionne par le biais du système GABA. Nous savons maintenant qu'il existe 15 récepteurs GABA différents dans le cerveau et qu'ils contrôlent différentes choses. Avec Sentia, nous avons décidé de cibler les récepteurs qui contrôlent la sociabilité et la relaxation, qui se trouvent dans les parties avant du cerveau, et nous avons évité les récepteurs qui causent des problèmes, comme l'instabilité, les chutes, l'irritabilité, la colère et la gueule de bois. »

 

Pour créer Sentia, Nutt et l'équipe de GABA Labs ont consulté des milliers de bases de données et « ont trouvé un certain nombre de plantes qui produisent des substances agissant sur le système GABA », ainsi que d'autres plantes qui accélèrent leur absorption. Si ces ingrédients ne tombent pas sous le coup de la loi sur les substances psychoactives, c'est parce qu'ils sont depuis longtemps approuvés comme aliments ou compléments alimentaires.

 

« Nous avons fini par mettre au point ce cocktail : il est constitué de quatre herbes qui produisent des substances similaires au neurotransmetteur GABA, et de trois ou quatre herbes qui les font pénétrer plus rapidement dans le cerveau, explique Nutt. Enfin, nous utilisons la mûre qui, en plus d’être un joli colorant, facilite aussi l'absorption des substances dans le cerveau. »

 

Peut être une image de une personne ou plus et texte qui dit ’SEN TIA’

 

On a envoyé à l’auteur de l’article, Simon Doherty, quelques échantillons à essayer, et je n'ai pu m'empêcher d'être sceptique. Une boisson à base de plantes peut-elle vraiment rendre quelqu’un pompette ?

 

La suite ICI Sentia, la boisson qui « rend pompette sans donner la gueule de bois » 

 

L’inconvénient du Sentia est qu’il n’est pas bon marché. À 35 euros les 50 cl

David Nutt: inventing the alcohol antidote | The Times

Qui est le professeur David Nutt ? ICI 

 

Le prof. David Nutt est l’un des protagonistes les plus compétents, et controversés, du débat sur les drogues psychédéliques et leur rôle en médecine. Très impliqué dans la recherche sur les produits psychédéliques comme le cannabis, le LSD et la psilocybine, c’est également un fier défenseur d’une réforme politique au bénéfice de la science et du savoir.

 

Partager cet article
Repost0
28 juillet 2021 3 28 /07 /juillet /2021 06:00

Sorg og citroner | Information

C’est moi qui me suis mélangé les pinceaux dans l’abondante production de ciné papy, « Le discours d’un roi » (2012) annonçait à sa suite « Un dimanche comme les autres» : Sunday Bloody Sunday » en vo mais, peu importe, aucune de ses critiques n’est passée à la trappe, elle sera publiée mercredi prochain.

 

Le film d’aujourd’hui est une découverte pour mois.

Love is all you need - film 2011 - AlloCiné

 

 

Aujourd’hui c’est « Love Is All You Need» (2012)

 

Non, Ciné Papy ne s’est pas mélangé les pinceaux. Ce n’est pas parce qu’à l’époque des « quatre garçons dans le vent » plus connus que Jésus Christ, il écoutait plutôt Brel, Brassens, Ferré, Barbara ou encore Jean Ferrat qu’il ne sait pas qu’un de leur succès est « All You Need Is Love » et non le titre du Film d’aujourd’hui.

 

Mais c’est bien de « Love Is All You Need » que nous allons parler.

 

Pourquoi ce film ?

 

Pour changer un peu. Marre peut être du sérieux et du sentimentalisme des dernières fiches. Il s’agit d’une comédie mais non dépourvue de charme, de ravissement ni bien sûr de fantaisie quelque peu burlesque. Mais attention, on ne se refait pas, le romantisme est aussi de la partie même si le titre original « Den skaldede frisør » signifie, en danois, « la coiffeuse chauve ».

 

 

Quelle est l’histoire ?

 

Ida, est une coiffeuse danoise. Ce n’est pas son cancer qui est en phase terminale mais son traitement. Elle est en attente des résultats et bien sûr espère sa guérison.

 

Philip, lui, est un homme d'affaires anglais installé au Danemark. Il apparaît sérieux et sans joie pour avoir perdu sa femme. Il semble inconsolable, désabusé mais résigné. Il a réussi sur le plan professionnel et peut tout prendre avec détachement sauf les petites contrariétés quotidiennes ou perce alors son agacement. Lors d’un accrochage dans un parking, drôle d’endroit pour une rencontre, il fait la connaissance d’Ida. Il lui annonce qu’il se rend en Italie (Sorrente, en Campanie) où son fils Patrick va épouser Astrid qui se révèle, quelle chance, merci les scénaristes être la fille d'Ida. Tout le film est la suite de cette rencontre de deux être de milieu social très différent.

 

Réalisation

 

Suzane Bier est derrière la caméra. Je ne connais pas cette réalisatrice qui semble dotée d’un sacré tempérament au regard de son parcours jonché de récompense, de reconnaissance de toutes sortes et bien sur de très nombreux succès dans tous les genres abordés, de la comédie au thriller. Ici elle se paye le luxe d’une pointure comme Pirce Brosnan entouré d’un casting entièrement danois.

 

 

Qui fait quoi      

                                                                                                                                               

Trine Dyrholm est Ida. C’est une chanteuse, actrice, auteur-compositeur danoise. Elle bénéficie  d ‘une reconnaissance internationale pour sa présence dans des films récompensés tel «Royal affaire» ou comment la noblesse frileuse et conservatrice s’oppose à des réformes directement inspirées par Les Lumières, un siècle avant la révolution française. Dans « Love is all you need » elle interprète son rôle avec une fausse ingénuité, un peu comme Mélanie Griffith. Elle joue avec beaucoup de subtilité ce rôle d’une simple coiffeuse qui possède cependant une intelligence du cœur et beaucoup de finesse. C’est cette finesse que percevra Philip et qu’il permettra à Ida de développer.

      

                                                                                                                 

                       

Pierce Brosnan  est Philip. Encore une vedette qu’on ne présente pas. Après une série télévisée à succès « Les Enquêtes de Remington Steele » il est le cinquième acteur à interpréter James Bond dans quatre films. Bien que déjà très apprécié au théâtre, sa carrière cinématographique décolle. Il tient le rôle du méchant dans « Le quatrième protocole » au côté de Michael Caine. Il reprend, plus qu’honorablement, le rôle de Thomas Crown dans le remake de 1999. Il est tout aussi convaincant dans « Le Tailleur de Panama » (2000) ou dans  « November Man » (2014) thriller palpitant ou il tient de rôle d’un ancien tueur à gage retraité.

 

 

Temps forts

 

Le froissage de tôle, rencontre de Philip et d’Ida dans un parking.

 

La manière dont Philip remet à sa place sa principale collaboratrice, amoureuse de lui et qui ne cesse de tenter sa chance d’accrocher ce veuf beau et riche.

 

Quand Ida surprend son connard de mari entrain de la tromper alors qu’elle sort de sa dernière séance de chimio puis la suite dans le salon de coiffure ou elle travail.

 

L’arrivée à la noce à Sorrente de cet ex-mari qui est quand même le père de la futur mariée. Il arrive accompagnée d’une nana sans même percevoir d’indécence de la situation.

 

Mais surtout, toutes les séquences en Italie dans cette Campanie sublime ou je ne m’aventurai jamais sans précaution trop craintif d’être frappé par le syndrome de Stendhal. Celui-ci nous fait part de son expérience extatique à Florence dans la basilique Santa Croce. Je n’ai plus l’âge d’aller là-bas ni sur les bords du lac de Côme. Je n’en reviendrai pas.

 

On comprend qu’Hannibal qui pouvait aisément ne faire qu’une bouchée des Romains, ait succombé aux délices de Capoue pour finir vaincu.

 

La réalisatrice filme ces lieux enchanteurs avec naturel et simplicité les rendant plus ravissant encore au sens propre du terme.

 

Conclusion

 

« Un film simple et beau » peut-on lire parmi les critiques

 

Pax

Partager cet article
Repost0
27 juillet 2021 2 27 /07 /juillet /2021 06:00

 

Enfant, au Bourg-Pailler,  le vendredi nous faisions « maigre ». Ma sainte mère, mémé Marie, la tante Valentine, gardiennes de la règle, y veillaient. Pour les impies, les mécréants, je rappelle que Jésus, fils de Dieu, ayant été crucifié le vendredi Saint, tous les vendredis étaient décrétés maigres. Il était interdit de manger de la viande, du lard, de la crème et du beurre les jours maigres.

 

Nous mangions donc du poisson, et ce n’était pas une punition car le poisson faisait partie de notre ordinaire, il provenait en direct des ports des Sables-d’Olonne et de Saint-Gilles-Croix-de-Vie. Les criées, où les mareyeurs approvisionnaient nos poissonniers les Mousseau et l’Églantine.

 

Vente directe du poisson : Les criées devront faire avec

 

Le mode principal de vente du poisson frais est la criée qui met face à face l’offre des pêcheurs et la demande du marché dans un lieu portuaire spécifique. Autrefois, les enchères étaient données à la voix dans la halle à marée, d’où le terme « criée » qui, par extension, a fini par qualifier aussi le lieu où se déroule cette vente.

 

 

Le mareyage est un métier, celui de mareyeur, consistant à acheter du poisson en gros sur les côtes, à les apprêter (tri, élimination des viscères ou des têtes, découpe des filets), les conditionner, les transporter et à les revendre à un grossiste ou à un commerçant de détail (poissonnier, restaurateur, grande surface).

 

Vendredi dernier, à midi, suis allé chez Passerini.

 

Je me suis assis en terrasse face à la mer, je plaisante à peine car la carte que me présenta Justine fleurait bon le poisson.

 

 

J’y lis :

 

  • Thon obèse de ligne, scrocchiarella romana, stracchino, tomates et ponzu.

 

  • Encornets snackés et en friture, mayonnaise à l’encre, grenailles, courgettes et salicorne.

 

Je choisis.

 

L'avenir du thon obèse, au coeur des préoccupations du monde de la pêche -

 

Le thon obèse (Thunnus obesus) appelé également « patudo », est présent dans les eaux tropicales et subtropicales des océans Atlantique, Indien et Pacifique. Le thon obèse est une des plus grandes espèces de thonidés. Il peut atteindre une longueur maximale de 230 cm, un poids de 210 kg et une longévité d’environ 15 ans. Le thon obèse atteint sa maturité sexuelle quand il mesure entre 100 cm et 130 cm dans l’océan Indien, et aux alentours de 130 cm dans l’océan Pacifique central (à l’âge de 3 ou 4 ans). Il peut fréquenter des eaux plus profondes que les autres espèces de thon. Les juvéniles se regroupent en bancs avec d’autres juvéniles de thons albacore et de thons listao notamment sous les DCP (dispositifs de concentration de poissons). Les tailles capturées sont comprises entre 40 et 180 cm (soit entre 1,4 kg et 130 kg). Il est classé comme espèce vulnérable par l’UICN.

 

La suite ICI 

 

Pizza scrocchiarella - la ricetta per farla in casa

 

La scrocchiarella romana Délicieuse, croustillante est une préparation typique du Latium, en particulier de la ville de Rome, la recette de la scrocchiarella romaine est une pizza dont a pâte de base est très hydratée avec très peu de levure de bière, la levée est assez longue, mais le résultat est croquant, digeste et savoureux.

 

Stracchino di soia: la ricetta fatta in casa

 

Le Stracchino, aussi appelé Crescenza, est un fromage Italien originaire de Lombardie, dans le Nord de l’Italie. C’est un fromage frais à pâte molle au lait de vache qui se présente sous la forme d’un cube de couleur blanche, sans croûte. Le nom de ce fromage vient du mot « stracch » qui signifie « fatigué » dans le dialecte Lombard. Le Stracchino était à l’origine produit à la fin de l’été, une fois que les vaches étaient retournées dans la plaine lombarde après un été dans les pâturages. Ces vaches étaient fatiguées (d'où le nom du fromage) et donnaient un lait particulièrement adapté à la production de fromages tels que le Certosa et le Robiola, faisant tous partie de la famille du stracchino.

 

Le ponzu (ポン酢?, littéralement « vinaigre pon ») est une sauce de la cuisine japonaise à base d'agrumes acides japonais sudachi, yuzu, kabosu, etc.

 

1280px-Loligo_vulgaris.jpg

2 août 2014

Les chipirons n’aiment pas la turlutte, ils se font un sang d’encre… n’attendez pas que ça seiche…avant de boire votre Hegoxuri

 

Le chipiron du sud-ouest est un petit encornet, voisin de la seiche, « encré » pour échapper à ses prédateurs, et là que l’encornet ([ ɑ̃kɔʀne ]) est en principe le nom vernaculaire du calmar lorsqu'il est pêché ou cuisiné, et là encore que le chipiron se nomme supion en Méditerranée…

 

Je m’y perds puisqu’on me dit aussi que l’encornet est le nom vernaculaire du calmar ou calamar et que ce mot peut parfois désigner par analogie d'autres céphalopodes comme la seiche et parfois le poulpe.

 

Voici, j’ai fait mon devoir, je vous ai rendu une copie nickel chrome, ne me reste plus qu’à vous dire que ce vendredi, Giovanni était au sommet de sa forme, du beau dans l’assiette, plaisir des yeux, du bon, du très bon, l’excellence, dans la becquée, exaltation  des papilles, une belle montée vers les sommets de la satiété.

 

 

Et, bien sûr, la buvaison, elle aussi, se hissait sur les mêmes crêtes.

 

 

J’ai terminé par un baba au rhum napolitain, glace vanille, fraises et un excellent café.

 

 

Giovanni Passerini

Partager cet article
Repost0
26 juillet 2021 1 26 /07 /juillet /2021 06:00

 

Vincent Van Gogh : les Mangeurs de pommes de terre 

Cette chronique de JP Géné est dédiée à ma petite patate chérie.

 

Quel beau titre !

 

Qui était JP Géné ?

 

photo-jpg-3.jpg

 

16 novembre 2010

JP Géné, traçabilité, l’esprit du Libé des origines, pour le « quatre heures » il y avait toujours du mauvais saucisson, de la Vache qui rit et un verre de piquette mouillé d’eau ICI  

 

« Fin 1974, je suis entré à Libération. J’y suis resté jusqu’en 1995 avec une parenthèse de 1981 à 1985. J’y ai vécu les plus belles années de ma vie de journaliste. Plusieurs se sont essayés à raconter la naissance et le succès de ce journal, privilégiant rapport de force, querelles idéologiques ou rivalités personnelles mais négligeant l’essentiel : Libé c’était le bordel le plus total où tout était possible. »

 

JP Géné, non daté

 

Mort de J.P. Géné, critique gastronomique du « Monde » depuis 2004 ICI 

 

Le chroniqueur glotte-trotteur était un adversaire acharné de la malbouffe, et un défenseur de la dépénalisation du cannabis.

Par Bruno Philip

Publié le 23 mars 2017 

 

« Ne soyons pas esclaves de nos sens ! », répétait comme un mantra Jean-Paul Généraux – qui se serait offusqué que l’on puisse l’appeler autrement que par son surnom de toujours : Géné. Il n’est pas anodin que cette affirmation énoncée comme une injonction soit l’une des premières qui viennent à l’esprit à l’heure où vient de filer à l’anglaise, entre la poire et le fromage – et sans demander l’addition –, ce chroniqueur gastronomique, par ailleurs singulier représentant de l’espèce bien plus vaste des plumitifs-globes-trotteurs-omnivores.

 

Affolé par les gémissements de l’intime, Géné aura refusé jusqu’au bout de céder à la tendance de l’apitoiement sur soi. Toujours au nom de sa fameuse allergie à se laisser aller à l’émotion : « les sens », donc. Il vient ainsi de faire une sortie discrète, attendant presque l’ultime moment pour révéler à ses confrères du Monde et à ses amis du deuxième cercle l’implacable avancement d’une maladie sans rémission. C’est dire que, décidément, s’il cédait volontiers à ses « sens », question bonne chère, il n’était pas question pour lui de se laisser circonscrire par le pire des sens : celui de l’impudeur. La suite ICI

 

Revenons à la « Mata-Hari du tubercule » 

 

Tableau sur toile Vincent van Gogh - Pommes de terre dans un plat jaune •  Pixers® - Nous vivons pour changer

 

JP.Géné présentait Le Dictionnaire littéraire et érotiques des fruits et légumes de Jean­-Luc  Hennig Albin Michel, 1994

 

Amazon.fr - Dictionnaire littéraire et érotique des fruits et légumes -  Hennig, Jean-Luc - Livres

 

Pour Hennig « La pomme de terre a tous les vices… soit qu’elle est voulu jouer la Mata Hari de la tubercule, soit que décidément elle fut trop moche, trop fade ou trop dangereuse… elle eut toujours le chic pour se faire prendre pour une autre, si bien qu’on l’appela tantôt Petite Truffe (L’Écluse 1588), tantôt Petite Patate ( par confusion avec la patate douce, la Convolvulus Batata de Linné, qui n’a rien à voir. Et il fallut attendre, en France, le milieu du XVIIIe siècle pour qu’enfin on sache à qui l’on avait affaire. La pomme de terre, c’est-à-dire quelque chose d’aussi affreux, mais elle acceptait d’être ce qu’elle était. Et c’est déjà beaucoup. »

 

Jean-Luc Hennig ne manque pas de secours dans la littérature pour dresser son réquisitoire :

 

«  C’est un manger fade, insipide et fort à charge dans l’estomac, mais il a un certain goût qui plaît à ses amateurs ; que peut-on objecter contre ? » (L’École du jardin potager, 1749)

 

« On reproche avec raison à la pomme de terre d’être venteuse : mais qu’est-ce que les vents pour les organes vigoureux des paysans et des manœuvres ? » (Venel dans l’Encyclopédie, 1765)

 

« La pomme de terre est singeuse »

 

La mauvaise ambiance qui entoure le mot patate  ne lui évidemment pas échappé. Femme habillée comme un sac de patate, être dans la purée, « la merde étant ce qu’on pourrait appeler le dernier état du bouilli de pomme de terre ».

 

Patate bouillie !

 

Finalement, la pomme de terre trouvera une issue de secours en quittant le bouilli pour se livrer à la friture. « L’immense chance de la frite c’est sa fermeté, car la frite ragaillardit la pomme de terre. Elle la virilise. Estar frito en espagnol signifie précisément être excité sexuellement, c’est avoir la frétillante. Et  puis la frite chatouille aussi le palais gourmand : c’est un mot apparenté au friand, à la fricassée, au fricot, au fricandeau ainsi qu’au fric qui fait oublier la triste purée. Bref, la frite a sauvé la pomme de terre de la débâcle du bouilli. »

 

6a00d8341c75a253ef012876669b0a970c-500wi.jpg

 

15 mai 2012

Le succès de la pomme frite doit beaucoup plus à l’huile d’arachide qu’aux belges et aux français : un pot tavernier avec mon cornet! ICI

 

Des frites de McDonald's

 

Découvrez les 19 ingrédients que contiennent les frites de McDonald’s ICI 

Deux paysans plantant des pommes de terre de Vincent van Gogh -  Reproduction d'art haut de gammeFichier:Millet-les-planteurs-de-pommes-de-terre.jpg — Wikipédia

Partager cet article
Repost0
25 juillet 2021 7 25 /07 /juillet /2021 06:00

bonnet d'ane | École d autrefois, École vintage, Image pour enfant

Ma fierté est de bien sourcer mes chroniques afin d’éclairer la lanterne de mes fidèles lecteurs. Je pioche dans les tréfonds de Google, je croise, je vérifie, et je publie.

 

J’adore utiliser l’expression « enduire en erreur… »

 

« Induire quelqu’un en erreur », c’est l’amener, volontairement ou non, à se tromper. On se gardera de remplacer incorrectement le verbe « induire » par son paronyme « enduire » dans cette expression.

 

Cette semaine, par 2 fois, je me suis vautré.

 

  • Tout d’abord à propos de la sauce des patatas bravas d’Angel ICI 

 

Originale Gravure Affiche Le Paresseux Au Bonnet D âne Fin XIX Eme Debut XX  Eme Tres Frais école encadré | BolezArt

 

POUR LA PETITE HISTOIRE…

 

S’il existe de nombreuses variantes de la sauce « brava » qui accompagne ces frites cubiques, l’originale nous vient de Madrid et elle ne comporte pas de tomate. Ses caractéristiques principales étant d’être fortement aromatisés avec l’épice Espagnole par excellence (bon une des 2 avec le safran…), le pimentòn et relevée à votre discrétion de piments de Cayenne.

 

BONNET D'ÂNE AUTREFOIS

 

  • Ensuite je me suis pris les pieds dans le tapis à Propos des frères Conticini.

 

22 juillet 2021

 

Le 12 juillet 1994 Christian Conticini dézingue le culte du produit sain, authentique et naturel : nous en reparlerons avec Bruno Verjus. ICI 

 

J’ai reçu ce mail le  jeudi 22 juillet 19:30

 

Salut Jacques,  ne pas confondre Philippe (sur la photo) très bon pâtissier et qui avait fait l’objet de docs télé sur les « gros »  qui se faisaient maigrir… Christian, son frère, était le chef de la Table d’Anvers et c’est lui qui détenteur d’étoiles Michelin et de fortes notes et c’est lui qui démystifiait « les bons produits » donnait des recettes avec une boîte de thon au naturel notamment. C’était un chef qui s’intéressait beaucoup au vin. Je ne sais pas ce qu’il est devenu.

Amitié JD

 

À La Table d’Anvers, où je travaillais avec mon frère, j’ai commencé à donner des noms à mes créations: Total régal (clin d’œil au film Total Recall), Plaisir caché… Elles avaient beaucoup de succès mais je pensais que je devais tout à Christian, qui n’aimait jamais mes idées. En 1989, j’avais imaginé un dessert à base de coing, pomme et radis noir. Il m’a dit: «Aucun intérêt»…

 

Savez-vous manger les choux? Christian Conticini détaille quelques recettes de son cru. par Sibylle Vincendon publié le 18 avril 1998

 

Non, le chou-fleur ne se mange pas qu'en gratin, noyé sous une béchamel qu'on aurait tournée debout pendant une heure, les jambes en compote. Oui, il peut sortir du menu type des cantines. Ce légume a d'autres débouchés culinaires, qui, à défaut d'absorber les surproductions, permettent de s'en faire une idée neuve. Christian Conticini, chef de la Table d'Anvers, à Paris, dessine en quelques recettes les voies de la réhabilitation.

 

 

En entrée Faire un carpaccio avec du thon ou du saumon (on coupe le poisson cru en tranches très fines). L'assaisonner avec de l'huile d'olive, du citron, des câpres, du poivre vert, du cerfeuil, de la ciboulette, de l'estragon. Couper un chou-fleur en deux. Le débiter en tranches très fines (si possible avec une petite machine à trancher) qu'on posera sur le carpaccio. Parsemer de quelques grains de fleur de sel. Accompagner de toasts imbibés d'huile d'olive et parsemés de ciboulette.

 

Avec du poisson Faire bouillir, une minute à une minute et demie, de gros morceaux de chou-fleur pour les attendrir. Les faire sauter ensuite à l'huile juste pour colorer, arroser de jus de citron, poudrer avec du curcuma et des zestes de citron vert. Servir avec des maquereaux grillés. Le chou-fleur doit rester croquant.

 

En purée Cuire le chou-fleur à l'eau 10 à 15 minutes. 3 ou 4 minutes avant la fin de la cuisson, mettre des morceaux de pomme fruit (une pomme pour un chou). Mixer le tout en ajoutant de la muscade, de la crème fraîche, du sel, des feuilles de coriandre. Servir avec une daurade, soit rôtie au four, soit poêlée en filets, et toujours assaisonnée à la fleur de sel.

 

Avec un gigot Couper le chou-fleur en petits morceaux (taille balle de ping-pong). Les griller cinq minutes légèrement, arroser d'huile d'olive sur un grill ou, mieux, sur une pierre genre pierrade. Parsemer de thym citron et de fleur de sel et assaisonner d'un filet d'huile d'olive. Cinq minutes avant la fin de la cuisson du gigot, placer les morceaux grillés dans le plat avec une goutte de vinaigre balsamique. Rajouter des lamelles d'ail cru au dernier moment. Le chou-fleur doit rester ferme.

 

Avec du porc Cuire le chou-fleur trois minutes à l'eau. Le faire revenir ensuite à l'huile, en ajoutant une cuillerée à café environ de caramel blond. Ajouter quelques gouttes de sauce soja et quelques graines de sésame. Le chou-fleur doit devenir presque noir. Servir avec des côtes ou un rôti de porc et, à part, du riz sauvage (riz noir).

 

Et quand même, le fameux gratin Bien cuire le chou-fleur 12 à 15 minutes, à l'eau ou à la vapeur. L'égoutter puis le faire dessécher dans une casserole en tournant et en veillant à ce qu'il ne colore surtout pas. Faire une sauce béchamel un peu épaisse, parfumée à la muscade. Rajouter une noix de beurre au chou-fleur, le disposer dans un plat à four, napper de béchamel avec, au choix: du gruyère dessus; du jambon en dessous; du jambon dedans et du parmesan dessus. Mais que faire de l'odeur" Il semblerait qu'avoir écrit que le chou-fleur «puait» ait causé quelque émotion en Bretagne. A juste titre pour Christian Conticini, qui estime que c'est là un mauvais procès qu'on fait à ce légume. «Pour moi, dit-il, ce n'est pas un problème. Tout ce qui cuit sent quelque chose, et ce n'est pas bien de diaboliser les odeurs. Elles restent un référent très fort, dont nous aurons de plus en plus besoin, nous qui vivons dans le béton et sans jardins.» Cela dit, les pas convaincus doivent savoir que le combat contre l'odeur de cuisson du chou-fleur est voué à l'échec. «J'ai entendu parler de trucs pour que ça ne sente pas: mettre un morceau de pomme fruit, un morceau de pain, un clou de girofle" J'ai tout essayé mais tout ça ne marche pas», explique le cuisinier. Donc, ouvrez les fenêtres, faites fonctionner la hotte et acceptez que la cuisine se fait aussi avec le nez.

 

 

Attention il ne  s’agit ni d’Errata ou d’erratum

 

 

Les noms errata et erratum peuvent prêter à confusion, car ils ont tous deux en latin le sens d’« erreur, faute », la forme errata étant le pluriel latin du singulier erratum.

 

 

 

En français toutefois, ces deux mots ont pris des sens distincts mais voisins : un erratum est une faute survenue dans l’impression d’un ouvrage, signalée au lecteur avec sa correction; tandis qu’un errata est une liste des fautes d’impression, avec les corrections.

 

 

 

Exemples :

 

 

 

- Il a signalé un erratum à l’éditeur.

 

- L’errata figure à la fin du livre, en annexe.

 

 

 

Toutefois, il n’y a pas d’unanimité chez les lexicographes et les grammairiens quant au pluriel de ces emprunts au latin. Certains présentent errata et erratum comme deux noms invariables, étant donné leur origine latine : un errata, des errata, un erratum, des erratum. D’autres font d’errata un nom invariable mais proposent pour erratum le pluriel errata, selon les règles du latin : un errata, des errata, un erratum, des errata. Cette non-adaptation aux règles de grammaire du français est source d’ambiguïté, surtout en raison du sens d’errata. Si l’on peut dire qu’un errata est une liste d’errata, de quel errata parle-t-on?

 

 

 

Comme pour tous les autres mots empruntés à d’autres langues, il est préférable de franciser errata et erratum, et par conséquent d’appliquer la règle générale du singulier et du pluriel des mots français. On y gagne en clarté, en logique et en simplicité. De la même façon qu’on dit aujourd’hui un maximum, des maximums (et non plus des maxima), un référendum, des référendums, on dira un errata, des erratas, un erratum, des erratums. Cette préférence est d’ailleurs conforme aux propositions de rectifications orthographiques.

 

 

 

Exemples :

 

 

 

- A-t-on répertorié cet erratum dans l’errata?

 

- Un errata est une liste d’erratums.

 

- Nous avons dû faire quelques erratums dans la seconde édition.

 

- Malheureusement, les erratas ne sont pas près de disparaître dans le monde des livres.

Partager cet article
Repost0

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents

  • Hubert de Boüard à la barre !
    Philippe Castéja (à g.) et Hubert de Boüard, à l’ouverture du procès, le lundi 20 septembre 2021 à Bordeaux. © Crédit photo : Guillaume Bonnaud / SUD OUEST En raison de l’actualité judiciaire d’Hubert, Ciné Papy du mercredi est repoussé à demain jeudi. Hubert...
  • Parlons peu mais parlons vin, et de quel vin : La Romanée-Conti où Aubert de Vilaine passe la main…
    Le reproche récurrent que me font certains, chroniquer rarement sur le vin, est justifié, en défense ma réponse est simple : j’ai le sentiment d’avoir fait le tour de la question et que perdurer ce serait tourner en rond. Bien sûr, je pourrais à la manière...
  • L’ÉCHALIER
    Henry Pierre Troussicot L’échalier, petite barrière fixe, dans une haie, entre deux champs, permettant d’aller de l’un à l’autre. Combien de gars de ferme ont fait sauter les échaliers aux filles en les empoignant par la taille, pour aller danser ou autres...
  • Un dimanche ordinaire au Bourg-Pailler…
    Le dimanche au Bourg-Pailler c’était les habits du dimanche pour aller à la grand-messe de 10 heures. Au Bourg-Pailler, la tante Valentine, était le maître des horloges, elle rappelait tout le monde à l’ordre avec une injonction ritournelle « ça monte...
  • Je m’insurge l’âne bâté n’est pas stupide…
    Rien ne vaut l’expérience, les grands auteurs cités plus bas, n’ont jamais mené de leur vie un âne bâté, moi si pendant 8 jours dans les Cévennes sur le sentier Stevenson, c’était une ânesse, et je peux affirmer qu’elle était bien plus intelligente, plus...