Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 juillet 2020 5 17 /07 /juillet /2020 06:00

Affiche " le rat et l'abeille " | Selency

" le rat et l'abeille " - planche originale issue de 'la semaine de suzette' de 1905

Casser du sucre sur le dos des politiques fait partie de notre ADN national, c’est facile ils ont le dos large et, comme ils sont nos élus, nous pouvons si nous le souhaitons leur botter le cul pour nous en débarrasser.

 

Dans l’univers de la haute-cuisine, au temps où la presse écrite régnait sur l’information, les critiques gastronomiques, qui n’avaient pas tous le nez et les mains propres car ayant fricotés sous le règne du Maréchal décati, avaient souvent la dent dure. Robert Courtine dit La Reynière, qui a tenu la chronique gastronomique du « Monde » quarante ans durant, une signature fameuse et crainte de toute la crème de la restauration d’après-guerre…

 

Et pourtant… il s’est vautré dans la pire des aventures, celle de la presse de collaboration ». Ses chroniques littéraires publiées dans L’Appel, le Pariser Zeitung, Au pilori ou La Gerbe, ses contributions au premier numéro des Cahiers de la France nouvelle intitulé Les Juifs en France, publié en 1941 sous la direction d’Henry Coston. Son adhésion à l’Association des journalistes antijuifs et ses critiques de spectacles écrites pour le Bulletin d’information antimaçonnique ou dans Je vous hais, une publication de propagande antisémite, où l’on peut lire ses avis d’expert : « Mademoiselle Levy, qui manque singulièrement de talent, comme son nom le laissait déjà présager… »

 

couritne

 

« JE N’AI JAMAIS PONDU D’OEUF, MAIS JE GOÛTE UNE OMELETTE MIEUX QU’UNE POULE. »

 

Tout ça c’est de l’histoire ancienne me direz-vous, j’en conviens mais sans vouloir mettre tout le monde dans le même panier, la profession de critique gastronomique glissa doucement dans une sorte d’entre-soi mollasson, de copinage, de retour d’ascenseur, faut pas fâcher les grands chefs étoilés même s’ils gagnent leur pognon plutôt du côté de Fleury&Michon que sur leurs casseroles, ça ronronnait à l’ombre du Guide Rouge et du Gault-Millau...

 

Et puis patatras, quelques blogueurs flingueurs, la gratuité des infos sur la Toile, la prolifération des empoignades sur les réseaux sociaux, la presse papier coule inexorablement et les critiques de tous poils avec elle.

 

L’heure est donc au racolage, l’important c’est de faire le buzz pour tenter de drainer le client payant. Je reçois à jet continu des propositions d’abonnement soi-disant pour 2 balles des anciens grands magazines et des petits nouveaux qui tentent de faire leur trou.

 

Certains de ces plumitifs gastros se sont reconvertis tel le Périco qui a eu de la promotion grâce à madame pour aller faire tautologue sur les plateaux télé.

 

D’autres, tel Pudlowski, régurgitent des critiques au rythme infernal d’une machine à fabriquer des saucisses.

 

Je laisse de côté les stipendiés, afin de garder pour la bonne bouche le dénommé Franck Pinay-Rabaroust et son site ATABULA

 

Longtemps laudateur, brosseur dans le sens du poil, ce Pinay qui n’est pas de Saint-Chamond et qui n’a donc pas inventé un célèbre emprunt pour passer à côté des droits de succession, a soudain compris qu’il était mou du genou et qu’il lui fallait trouver des têtes de turc pour doper l’audience. Profitant du confinement, ce piètre plumitif, nous a noyés sous un flot saumâtre, genre tout à l’égout. Par l’odeur alléchée, bien évidemment, les amateurs de ragots se sont précipités. Les soufflés s’abaissant vite, le sieur FPR lance, ne riez-pas, un  think tank AtabuLab.

 

Le boss commente :

 

C'est du lourd : 315 pages, plus de 50 entretiens et un beau livre blanc sur les mutations de la restauration en France post-Covid-19. Y a de quoi lire tout l'été !

ICI 

  

Pour lire faut payer bien sûr, c’est presque donné 1,100.00 €

 

Faut bien faire bouillir la marmite.

 

Ça sent le sapin…

 

Le rat et l abeille Court traité de gastronomie préhistorique ...

 

Mais laissons de côté ces gribouillis sans beaucoup d’intérêt pour nous pencher sur Raymond Dumay le Vialatte Bourguignon : Le Rat et l’Abeille, court traité de gastronomie historique

 

Raymond Dumay, si je puis l’écrire, fait partie des meubles de Vin&Cie…

 

30 juin 2010

Terrot, terroir, un Replongeard sur la route des vignes : Dumay Raymond ICI 

 

2 juillet 2010

« La vigne de Bourgogne ressemble à ces femmes de 40 ans que l’on dit mûres... » ICI  

 

25 avril 2014

« Boire est le premier besoin de l’homme… Jamais personne ne fait la grève de la soif. Elle, elle tue. » un très beau texte de Raymond Dumay. ICI  

 

Ça vole plus haut que le gloubiboulga du vendeur de vent…

 

Photos de Raymond Dumay - Babelio.com

 

DE LA GASTRONOMIE PRÉHISTORIQUE

 

Pareil thème risque de surprendre. Tout soupçon de provocation doit cependant être exclu. Les préhistoriens conduisent d’ordinaire leur réflexion à partir de documents privilégiés, palpables, tels les outils, les œuvres d’art. Méthode descendante et déductive, qui a fait ses preuves et dont nous ferons notre profit.

 

[…]

 

… si l’on s’en tient à la définition de la première recette connue – « Tout est dans la bouche » –, la cuisine est depuis toujours la compagne de l’homme le biface, le chaudron ? Autant interroger le micro-ondes !

 

À court terme cramponnée au silence, la première activité humaine se révèle intarissable sur le long tapis des millions d’années…

 

[…]

 

L’importance de la cuisine à l’époque préhistorique est attestée par la Chine, le pays du monde qui a le plus massivement entretenu la tradition, sans rupture ni renouvellement. Que ce soit dans le souci d’exploiter au mieux les aliments dont elle dispose en leur consacrant le temps nécessaire ou dans les choix d’aliments eux-mêmes, la préhistoire est si présente dans la cuisine chinoise que l’on peut se demander s’il y a eu un changement depuis ce jour de l’an 10 000 avant notre ère où les Croisés de la Civilisation, partis de Lascaux, se sont installés dans les grottes de l’Ordos, sur les rives du fleuve Jaune.

 

La voix des experts :

 

« La très grande cuisine chinoise n’est préparée que sur commande, plusieurs semaines à l’avance, et dans quelques restaurants de Hong-Kong ou par les cuisiniers officiels de la Chine. ?Encore faut-il préciser que l’antique tradition doit s’adapter à la raréfaction de certains produits. Ainsi  les anciens textes énumèrent les huit trésors : la paume d’ours, les lèvres d’orang-outang, le foie de dragon, la moelle de phénix, la cervelle de singe, la langue de paon, le bar de Shen-Kiang et les babines de panthère. Ne voulant pas être en reste, les Vietnamiens y ajoutaient la peau de l’aisselle du rhinocéros et la plante de pied de l’éléphant : aujourd’hui ces raffinements ne sont plus de mise et il faut se contenter de nids d’hirondelles, ailerons de requins, tendons de cerf, lèvres de poissons et langue de canard… »

 

Lorsque deux chinois se rencontrent, ils ne s’abandonnent pas à de vaines considérations sur le temps, ils vont tout de suite à l’essentiel : « Avez-vous mangé ? ». À l’autre bout de la planète répond l’écho de nos cuisinières : « Qu’est-ce que je vais faire aujourd’hui ? »Pareilles préoccupations apparaissent rarement sous la plume des intellectuels occidentaux. Vous avez dit cuisine ? Tout ce qui nous a été communiqué sur l’alimentation semble avoir été écrit par les Femmes Savantes. Leurs étoiles ne sont pas celles de Chrysale qui réclame en vain sa soupe et son rôti.

 

Cette indifférence et parfois ce mépris pour la vie quotidienne persistent au XXe siècle. Tout auteur qui se risque à traiter du vin, des alcools, des cuissons et des jardins se fait plus d’amis dans de mauvais lieux que dans les salons ou les académies. Rigueur qui fait tache d’huile et s’étend à l’histoire générale, un désert tout plein de rois et de capitaines mais où l’on cherche vainement le souvenir d’un maraîcher ou d’un boulanger. Sans doute une légère tendance à la modération, je ne dis pas à la rectification, est-elle en train de se faire jour. On découvre « la vie quotidienne ». Audace circonspecte, dont les pionniers se demandent à chaque pas jusqu’où ils peuvent aller moins loin.

 

Quant à nous, notre choix est fait. Nous irons jusqu’au fond des âges. En ce temps-là était déjà la cuisine ; une manière de faire qui se proposait de rendre comestible, voire agréables au goût, certains végétaux et animaux d l’environnement.

 

Ce premier objectif tout matériel, soucieux d’aller à l’efficace, assurait la survie au meilleur compte. Nous verrons plus loin comment un tel programme peut-être conduit à bonne fin.

 

La cuisine aurait pu s’en tenir à ce rôle d’humble servante, chargée de travaux souvent ennuyeux et pas toujours faciles. Notre reconnaissance lui resterait acquise, mais alors elle n’aurait guère dépassée le niveau du singe qui casse les noix pour en croquer l’amande.

 

Fidèle à sa vocation du luxe, l’homme voulait mieux. La cuisine se fit gastronomie. Ce terme, qui date du XVIIIe siècle, a pu paraître à l’abandon, discuté, parfois condamné, faute peut-être d’une définition satisfaisante. Pour beaucoup, il est l’expression d’une gourmandise vétilleuse et frénétique, pour d’autres, il n’est qu’un code du bien-manger. Ce mot galvaudé, donnons-lui une autre définition : il exprime la cuisine intelligente, totale, quand, prétextant le nourrir, elle devient l’homme même. Homme neuf, tout pensée et tout sens, qui découvre enfin le monde.

Affiche " le rat et l'abeille "

Histoire d'un journal d'enfants

 

LA SEMAINE DE SUZETTE

  | 

Marie-Anne Couderc

 

Histoire d'un journal d'enfants ICI

Partager cet article

Repost0
16 juillet 2020 4 16 /07 /juillet /2020 06:00

17mondavi2_pop.jpg

Au temps des joutes entre les grands, avant que Bernard le petit fasse main basse sur Yquem, le baron Philippe de Rothschild et le marquis Bertrand de Lur Saluces cultivaient une amitié virile.

 

« Le dessert était une tarte aux pommes maison, légèrement caramélisée. Le maître d’hôtel servit des petits verres emplis d’un liquide topaze. On aurait dit une liqueur. Édouard Minton connaissait la marotte de son hôte pour l’avoir expérimentée. Le baron affectionnait de faire mettre une bouteille d’Yquem, débouchée er placée debout, dans le compartiment à congélation du réfrigérateur. En trois heures de temps, le vin se dissociait, son eau devenant glace tandis que l’alcool et l’essentiel des autres principes restaient à l’état liquide. Cette concentration par le froid produisait un extrait qui était versé à chacun en faible quantité, pour une qualité très particulière. Lorsqu’il avait appris le traitement infligé à son cru, le marquis Bertrand de Lur Saluces était entré dans une colère monstre. Les deux seigneurs des vignes se détestaient de tout cœur. Mis à part l’originalité du sous-produit d’Yquem ainsi obtenu, Philippe de Rothschild jubilait à l’idée que le marquis eût immanquablement vent de cette pratique et qu’il en éprouvât quelque furie. »

 

Le retour à l’envoyeur de Bertrand de Lur Saluces : apprenant le prochain voyage en Inde de son ennemi intime Bertrand de Lur Saluces, déclara sur un ton calme et féroce : « Ah ! En Inde ? Eh bien, je souhaite qu’il soit étouffé par les serpents, piétiné par les éléphants et dévoré par les tigres ! »

 

ICI 

 

 

Sauternes est en berne et même qu’Yquem est à  la traîne, mauvaise pioche pour le sieur Arnault qui adore l’or de Dior… alors il sort ses communicants et Vitisphère qui glane là où il y a à glaner titre : Le château d’Yquem décomplexe son Sauternes à 60 €

Mercredi 08 juillet 2020 par Alexandre Abellan

 

Le sonar de Vitisphère :

 

Repérée par le site Terre de Vins, cette cuvée Sauternes poursuit un objectif : « que les gens en profitent, dans une consommation décomplexée. Nous adhérons à l’esprit de modernisation de la consommation des vins de Sauternes » explique Sandrine Garbay. L’œnologue explique avoir conçu un vin d’assemblage : « de cépages, de terroirs et de millésimes. En moyenne 4 à 5 années sont assemblées, dont le dernier millésime. Comme une solera, avec un fond fixe et l’ajout d’un millésime récent. » A chaque nouvelle mise correspond un nouveau numéro, donnant la chronologie de cette cuvée atypique sans millésime.

 

La suite ICI 

 

Partager cet article

Repost0
15 juillet 2020 3 15 /07 /juillet /2020 06:00
Le mystère mon anniversaire pourquoi suis-je né le lundi 12 juillet 1948 aux environs de midi ?

Je l’ai échappé belle je suis né 2 jours avant le 14 juillet !

 

En Vendée, entre nos maîtres les nobles et les curés, suite à nos petites histoires avec les sans-culottes, la République a mis du temps à s’installer et, glorifier le sang impur qui coule dans le sillon n’était pas du goût des bien-pensants. Par bonheur l'année 1948 était bissextile sinon j’eux pu, horreur absolue en cette Vendée si peu républicaine, naître le 14 juillet. Ma sainte mère étant une bonne chrétienne, et comme en ce temps là le dimanche était sacré, ce fut un lundi 12 que je fis mon apparition. Une date bien anonyme, et qui le resta fort longtemps, jusqu'à mes 50 ans.

 

 

En effet, le 12 juillet pendant des années fut un jour ordinaire, puis vint le 12 juillet 1998. Ce jour-là, en une chaude fin de soirée, le front de Zidane propulsa par 2 fois à bon escient ce que les reporters de ses jeunes années qualifiaient de cuir dans les bois brésiliens.

 

Coupe du Monde 1998 : Le chef d'œuvre des Bleus

 

Le peuple de France exulta et 1 et 2 et 3, et même si plus personne ne se souvient de ce brave Guivarc'h préposé officiel à l'engraissement du score, le onze d’Aimé Jacquet inscrivit le 12 juillet en lettres d'or au fronton de l'orgueil national. Chirac notre président était content et d’un coup d’un seul tous les problèmes de Melting pot étaient réglés.

 

Comme quoi, il faut ne jamais désespérer, le jour de gloire était enfin arrivé !

 

Je n’en ai tiré aucun bénéfice, ça n’était toujours que l’occasion de lever son verre entre proches et amis.  

 

J’avoue que j’ai toujours été étonné que l’on fêtât mon changement de millésime, sans vouloir assombrir le happy birthday  to you prendre officiellement une année c’est vieillir, faire un pas supplémentaire vers la fin.

 

Et puis vint Face de Bouc, où je collectionne 5000 amis (maximum autorisé par le sieur Zuckerberg)  et là patatras ce fut le déferlement, un tsunami, on me bombardait de messages souvent automatiques.

 

Afin de tenter de tarir ces fleurs, pas encore des couronnes, je me garde bien d’entrer dans ce tourbillon : je ne souhaite à aucun de mes amis un HB via Face de Bouc.

 

Cette année le 12 juillet était un dimanche alors je me suis dit mes « amis » de Face de Bouc allaient m’oublier que j’allais pouvoir faire tranquille la grasse matinée.

 

Tout faux mon petit cricket américain croqueur de pomme s’est mis à crépiter comme un forcené. Vous allez me dire que je fais le coquet et que mon ego en est flatté… Pas vraiment, mon souci majeur étant : dois-je répondre individuellement à tous ces messages ?

 

Suis plutôt du genre ramier je ne voyais pas m’atteler à cette tache alors j’ai décidé de pondre une chronique sur mon parcours d’âge.

 

Je suis né, au premier étage de la maison familiale du Bourg-Pailler, aux environs de midi dans le lit où je fus conçu des mains de Marthe Régnault sage-femme à la Mothe-Achard, celle-ci fut ensuite élue maire : pour faire plaisir à Pax je pourrais souligner que ma mère accoucha aux bons soins du maire.

 

Je n’ai évidemment aucun souvenir de cette irruption dans la vie.

 

On me qualifia de petit dernier et certaines amies de ma mère affirmèrent que j’étais un beau papot.

 

L’image contient peut-être : 1 personne

 

On me prénomma Jacques pour faire plaisir à mon parrain, mon grand frère Alain, et on y adjoignit Alain, Gabriel, Arsène… soient les prénoms de mon parrain, de ma marraine Gaby et de mon père.

 

On me baptisa en l’église Saint Jacques le majeur.

 

Avec mon air de ne pas y toucher, je grandis en âge et en sagesse, je fus enfant de chœur, fréquentai l’école Sainte-Marie

 

 

Je fus confirmé par Mgr Cazaux.

 

Je jouais au basket à la Vaillante Mothaise.

 

On m’envoya une seule fois en colonie de vacances à Saint Jean de Maurienne avec les enfants de marins de l’Ile d’Yeu. (Le curé-doyen Bailly avait été le curé de l’Ile d’Yeu).

 

Je gardais les vaches du pépé Louis et conduisait Nénette, la vieille jument, avec le pépé aux manchons de la décavaillonneuse pour sarcler les betteraves.

 

Voulant être gentleman-farmer je persuadai mes parents de m’inscrire à l’école d’Agriculture de la Mothe-Achard plutôt qu’au lycée. Interne à 500 mètres à vol d’oiseau du Bourg-Pailler, 3 heures de travaux pratiques par jour : panser et brosser les vaches normandes, charroyer leur fumier, sarcler le foin, tailler la vigne, vendanger, travailler le bois et le fer à l’atelier, repiquer les fleurs, ramasser les pommes…

 

Et puis un jour l’aumônier me dit : « tu es fait pour être paysan comme moi pour être pape, tu feras l’ENA ! »

 

Mes deux parties de bac en poche je pris, à 17 ans, le chemin de Nantes pour faire mon droit…

 

Et puis, il y eu mai 68, adieu vaches, cochon, ENA…

 

 Je m’arrête là pour vous conter mon rapport avec l'âge.

 

Ayant été perfusé de religion par le clan des femmes je m’étais mis dans la tête que je mourrai à 33 ans comme le Christ !

 

En 1981, ce ne fut pas le Christ mais Mitterrand qui changea le cours de ma vie.

 

Passé ce Cap je ne me préoccupai plus de l’âge de ma fin me contentant d’enfiler plus de dix années à faire, comme on dit, du cabinet avec un séjour de 3 ans dans le vin à la SVF.

 

50, 60… et puis faut décrocher… je le fis sans souci… j’avais encore plein de choses à faire…

 

Devenir septuagénaire, au temps de mes ascendants, c’était entrer dans le monde des vieux et, je dois avouer que ça m’est resté.

 

Maintenant j’égrène les ans comme les numéros de départements, activité que nous occupait enfants sur le bord de la nationale où nous repérions les plaques minéralogiques des estivants filant vers les plages des Sables d’Olonne ou de Saint-Gilles-Croix-de-Vie…

 

72 c’est la Sarthe

 

Irais-je jusqu’au 85 ?

 

Si c’est bon pied bon œil pourquoi pas !

 

Pas de souci comme disent les gamins !

 

Amazon.fr - REQUIEM POUR LA VIE - Léon Schwartzenberg - Livres

 

Je cite Léon Schwartzenberg, garnd cancérologue médiatique qui fut 9 jours ministre délégué à la Santé dans le premier gouvernement de Michel Rocard, nommé le 29 juin 1988 il doit démissionner le 7 juillet pour avoir proposé publiquement un dépistage systématique du sida chez les femmes enceintes et avoir pris position en faveur de la légalisation, de la mise en vente libre du cannabis, sous le contrôle de l'État, afin de barrer la route aux trafiquants.

 

« Pour naître on ne peut pas donner son avis, mais pour mourir au moins foutez-nous la paix ! »

 

 

L’an dernier j’ai  déjà donné sur le sujet ICI : pourquoi fête-t-on les anniversaires de sa naissance ? 

Partager cet article

Repost0
14 juillet 2020 2 14 /07 /juillet /2020 06:00
L’ami Jean-François Collin prend le contrepied du discours du Pt de la république ce 14 juillet : La Ve République, régime d’instabilité.

Le fondateur de la Ve République, grand pourfendeur de la IVe et de son régime des partis, doit se dire qu’il a réussi : y’a plus de partis !

 

J’exagère à peine : le PS out, LR en voie d’implosion, le PCF disparaît, le RN n’existe que par Marine Le PenEELV est un conglomérat hétéroclite où déjà les clivages entre un mol Jadot qui rêve de la future présidentielle et un Piolle bien ambigüe prenant son contre-pied, ne laisse pas augurer d’une nouvelle mouture de la gauche plurielle.

 

LREM lors des élections municipales a fait la démonstration de son inexistence en tant que parti politique. La start-up Macron sonne le creux.

 

Alors, cher Jean-François, peut-on dynamiter la Constitution de la Ve République sans artificiers ?

 

Qui en prendra l’initiative ?

 

Les partis politiques en voie de marginalisation ?

 

Le peuple dans la rue ?

 

Révolution ?

 

Pourquoi pas mais n’oublions pas que les premiers gilets jaunes protestaient contre la pénalisation de la bagnole, ce peuple gueulard est profondément conservateur, le changement c’est pour les autres, ne pas toucher à mes privilèges, la place est aux Macron, Le Pen, Mélenchon, Jadot déjà dans les starting-blocks, accompagnés d’éventuels figurants : la grenouille Xavier Bertrand, le flou François Baroin… ou d’outsiders sortie du diable-vauvert Anne Hidalgo, Valérie Pécresse, Christiane Taubira, Ruffin… ou bien encore de madame Royal… et pourquoi pas Bigard ou Onfray ?

 

Qui de ceux-là portera la VIe République sur les fonds baptismaux ?

 

La votation future en 2022  enterrera-t-elle la Constitution de 1958 ?

 

J’en doute et, même si un élu de ton cœur vert accédait au trône, je le vois bien comme le Mitterrand du Coup d’Etat permanent s’accommoder du pouvoir personnel que confère cette fichue Constitution.

 

Revenons un instant aux victimes de la personnification de la vie politique : les partis.

 

De l'utilité des partis, malgré tout, par ALAIN BERGOUNIOUX | L'OURS

 

Le petit opus « La fin des partis ? » auquel j’ai déjà fait référence permet, autant que faire de peu, d’éclairer notre lanterne sans pour autant répondre à la question.

 

 « À travers les figures d’Emmanuel Macron et de Jean-Luc Mélenchon, l’élection présidentielle de 2017 a été le théâtre inédit du lancement d’entreprises politiques personnifiées par un candidat n’incarnant pas seulement une « ligne » ou un « destin », mais offrant sa personne en guise de programme : les composantes de sa personnalité devaient constituer en elles-mêmes un bien politique, à l’image des initiales (EM) désignant tant le leader (Emmanuel Macron) que le mouvement (En Marche !).

 

Ces nouvelles entreprises politiques sont apparues en fin de compte mieux ajustées que les partis établis aux logiques dominant de plus en plus fortement l’élection présidentielle. Indissociablement politiques et « communicationnelles », de telles entreprises ne sont pas de prime abord, sans en évoquer d’autres, notamment Forza Italia, parti qui a accédé au pouvoir l’année même de sa création, après une campagne éclair, en proposant une rupture avec le système politique et partisan en place. »

 

[…]

 

« Certaines prises de position de Jean-Luc Mélenchon et d’Emmanuel Macron – en dépit de leurs oppositions idéologiques évidentes – présentent ainsi des affinités qui tiennent à leurs positions homologues visant à subvertir l’ordre politique institué. Cette logique est d’ailleurs endossée, y compris sur le mode de la provocation (Emmanuel Macron n’a-t-il pas intitulé Révolution le livre manifeste de sa campagne ?), alors que la rhétorique de la modernité et de l’efficacité à l’œuvre – enfin délestée des alliances et des clivages politiques  classiques – oppose le « nouveau monde » à l’ «ancien monde » (celui des partis, du clivage gauche/droite auquel renvoie ses adversaires) dont le candidat était pourtant l’un des représentants quelques mois auparavant, en tant que Ministre de François Hollande (et au  sein duquel il recrute bon nombre de ses plus proches collaborateurs pour la campagne). De ce point de vue, l’invocation du « dégagisme » et l’acceptation du label « populiste » par Jean-Luc Mélenchon en référence aux écrits de Chantal Mouffe constituent un équivalent fonctionnel du « nouveau monde », dans la mesure où il appelle aussi à une redéfinition des clivages politiques, articulée à partir de la « personne » du leader et de la ligne politique qu’il incarne »

 

[…]

 

Des partis en apesanteur sociale ?

 

L’un des facteurs qui a érodé leur légitimité est l’affaiblissement de leur ancrage social.

 

« … les partis sont devenus le lieu d’un entre-soi de professionnels de la politique ou d’aspirants à l’élection, le plus souvent issus des catégories sociales aisées et fortement diplômés. »

 

Appareils dévitalisés, repliés sur leurs jeux et enjeux propres : la conquête des positions de pouvoir, éloignés de la société et peu représentatifs socialement des différentes couches de la population…

 

Ex-hauts fonctionnaires passés par les cabinets ministériels, camarilla d’attachés parlementaires n’ayant jamais touché le monde du travail ordinaire, barons locaux et régionaux agrippés à leurs privilèges, cumulards de mandats et d’indemnités… le financement public des partis… la montée du « tous pourris »… l’abstention massive des quartiers populaires…

 

[…]

 

« La fonction expressive et socialisatrice, longtemps revendiquée par les partis eux-mêmes, s’est à l’évidence affaiblie. Alors qu’ils demeurent des rouages centraux du gouvernement représentatif, les partis parviennent de moins en moins à assumer ce rôle en raison de leur faible réceptivité aux demandes sociales, elle-même liée à leur coupure (partielle) de la société. Cette situation résulte bien sûr aussi des changements qui ont affecté la société contemporaine : qu’y-a-t-il à représenter dans une société, non moins inégalitaire, mais plus fragmentée que par le passé ? Les grands clivages sociaux et idéologiques, qui constituent un des soubassements des partis ont largement perdu de leur pertinence avec le développement de l’Etat-providence, la sécularisation de la société, la disparition de la paysannerie puis des forteresses ouvrières, la tertiarisation de l’économie et la chute du communisme international. Les organisations partisanes sont affectées par cet épuisement des clivages historiques et l’affaiblissement de l’appartenance subjective aux classes sociales, phénomènes auxquels ils ont eux-mêmes largement contribué (particulièrement les partis de gauche). Les « nous » partisans sont ainsi plus difficiles à construire dans un contexte d’individualisation de la société, liée notamment au nouvel esprit du capitalisme. »

 

La parole est maintenant à Jean-François Collin :

 

GOUVERNER AUTREMENT. Tome 4 de Michel Debré - Livre - Decitre

 

La cinquième République, régime d’instabilité.

 

Ce nouveau remaniement qui substitue un inconnu de droite, à un autre homme de droite que l’on commençait à peine à connaître, interroge une nouvelle fois sur l’une des vertus supposées de la cinquième République: la stabilité.

 

Grâce à ces institutions que le monde entier nous envie, la France jouirait d’une stabilité politique lui permettant de traiter les grands problèmes auxquels elle est confrontée. Cette stabilité serait la contrepartie, à défaut d’en être la justification de notre démocratie réduite à la portion congrue, de la mise au pas du Parlement réduit au rôle de chambre d’enregistrement, du contrôle du parquet par l’exécutif, du contrôle de constitutionnalité des lois effectué par une instance peuplée des anciens présidents de la République et de nombreuses autres bizarreries comme l’existence d’un ordre de juridiction propre à l’administration qui est aussi un organe de conseil du gouvernement et dont les magistrats occupent les principaux postes de pouvoir de la République.

 

Pourtant un bref regard en arrière suffit à se convaincre de la profonde instabilité de  notre fonctionnement institutionnel.

 

Entre 2002 et 2020, la France a changé de Premier ministre 8 fois, soit 27 mois d’exercice de cette responsabilité en moyenne.

 

Au cours de la même période, les chefs de gouvernement ont changé 4 fois en Espagne, 6 fois au Royaume-Uni, 2 fois en Allemagne, 8 fois en Italie si l’on compte pour 2 les mandats de Berlusconi interrompus par celui de Romano Prodi de 2006 à 2008.  La Belgique a connu 6 premiers ministres, les Pays-Bas 2 chefs de cabinet et le Portugal 5.

 

C’est donc en France que la durée de vie des premiers ministres est la plus brève et leur changement le plus fréquent. On peut ajouter que c’est aussi le seul pays européen où ils doivent leur existence au seul Président de la République et non à une base parlementaire qui serait la source de leur légitimité et donc de leur autorité, ce qui les rend particulièrement faibles vis à vis des parlementaires auxquels ils ne peuvent s’imposer que par le corset constitutionnel qui leur interdit de jouer leur rôle de législateur et de contrôleur de l’action du gouvernement, mais aussi vulnérables aux sautes d’humeur du Président de la République.

 

Les Premiers ministres ne pèsent pas grand-chose en France, sauf lorsqu’ils décident d’utiliser ce poste pour se lancer dans la seule course qui compte dans notre pays aux institutions atrophiées, l’élection présidentielle.

 

Quant aux ministres dont le premier ministre est flanqué, c’est encore pire. Celui de l’écologie, dont on nous dit qu’il s’agit de la priorité des priorités, a changé 15 fois en 18 ans, celui de l’intérieur 14 fois, ceux de l’économie ou du travail 12 fois, celui de la culture 10 fois, etc. Ceux qui viennent d’être désignés doivent rester lucides sur leur importance dans l’histoire s’ils ne veulent pas souffrir trop de désillusion.

 

Cette faible capacité des exécutifs français à conduire une action dans la durée n’est pas corrigée par l’existence d’un Président de la République élu au suffrage universel et disposant de pouvoirs étendus. S’il est à peu près intouchable pendant son mandat, il n’est pas réélu depuis le second mandat de J. Chirac et la partie « utile » de son mandat est très réduite. Les Présidents de la République obtiennent leur élection sur un malentendu, comme dans le cas d’E Macron qui a bénéficié du vote « utile pour faire barrage au FN devenu RN » pour l’emporter et a interprété ce vote comme une approbation par la population de son programme de réforme du code du travail, des retraites ou de l‘assurance retraite, ce qu’il n’était naturellement pas. Ainsi, faute de pouvoir s’exprimer au Parlement ou dans une politique plus équilibrée du chef de l’Etat, l’opposition s’exprime ensuite dans la rue par de très longues grèves qui ne font pas reculer l’exécutif mais paralysent le pays et laissent de profonds sentiments d’amertume, ou par le mouvement des « Gilets Jaunes » qui a effrayé le pouvoir parce qu’il sortait des cadres habituels et mettait en mouvement le pays dans sas couches habituellement les mois revendicatives. L’action réformatrice du Président de la République a été stoppée jusqu’à la prochaine élection et le même scenario se reproduira la prochaine fois si les candidats au second tour sont les mêmes.

 

Les thuriféraires de la Vème République regardent avec mépris les régimes précédents. Pourtant la troisième République n’a compté qu’une bonne quarantaine de Présidents du conseil différents en 70 ans, les mêmes revenant souvent reprendre la responsabilité des affaires, et elle a construit les fondements de la France républicaine, la protection des libertés individuelles, de la liberté de la presse, des associations, l’école publique, qui sont autant de piliers qui résistent tant bien que mal aux nouveaux « manageurs » de la vie publique. Elle n’était en réalité pas beaucoup plus instable que la Vème République et son œuvre se compare favorablement à cette dernière.

 

L’héritage de la quatrième République qui a mis en œuvre le programme du Conseil national de la résistance, celui des « jours heureux » auxquels faisait allusion E Macron dans un discours récent, vaut également beaucoup plus que le souvenir que le Gaullisme triomphant a voulu en laisser.

 

On aimerait que le nouveau gouvernement réalise le dixième de tout cela, mais il annonce sa volonté de reprendre la réforme des retraites, de l’assurance chômage, bref de finir le travail de destruction de ce qui reste des Républiques précédentes.

 

De ce fait, l’instabilité institutionnelle se conjuguera à nouveau au désordre dans la rue car ce qui a été refusé hier n’a guère de chance d’être mieux accepté aujourd’hui, dans une situation économique catastrophique qui va aggraver le chômage, les inégalités et la pauvreté.

 

JF Collin 6 juillet 2020

Zgur_ on Twitter: "#Jadot et le melon. #EELV… "

Maladie chronique des "Verts"

 

La division, maladie chronique des "Verts". Hulot-Joly, Duflot-Rugy, Jadot-Duflot… La courte existence de la formation écologiste a été minée par les guerres d'égos et de personnalités. "C'est un parti qui fonctionne sur la haine et le ressentiment", analyse tristement Daniel Cohn-Bendit. L'ancien député européen ne se lasse pas de raconter comment son projet de direction bicéphale Jadot-Duflot a volé en éclat en 2010 en raison de l'animosité – très forte – que se vouaient les deux personnages. Dans un parti qui érige la démocratie interne en valeur supérieure, et où les militants ont bien souvent le dernier mot, il n'est pas rare de voir des décisions prises en dépit du bon sens. En 2001, Noël Mamère est battu de 91 voix par Alain Lipietz à la primaire des écologistes avant d'être rappelé en catastrophe quelques mois plus tard pour mener la campagne présidentielle ; en 2011, Eva Joly est préférée à Nicolas Hulot malgré le potentiel électoral de ce dernier ; en 2014, les écologistes choisissent de quitter le gouvernement et le parti implose… A chaque fois, la tentation groupusculaire l'emporte.

 

Cette fois, c'est différent veulent croire les écologistes. "Nous n'avons plus le droit d'offrir ce genre de spectacle", alerte l'ancien candidat à la présidentielle Noël Mamère

 

Partager cet article

Repost0
13 juillet 2020 1 13 /07 /juillet /2020 06:00

 

Le prince Juan Carlos de Bourbon, futur roi et le general Francisco Franco à un defilé militaire à Madrid en 1970. Rue des Archives/Mondadori Portfolio/Rue des Arch

«Españoles… Franco ha muerto», après 36 ans de dictature Francisco Franco Bahamonde, le caudillo meurt « dans un lit aux draps suants, avec l'extrême-onction, comme 1 petit-bourgeois »

 

Navarro Carlos Arias - Mémoires de Guerre

 

Les mots tant attendus sont enfin prononcés par le président du gouvernement espagnol, Carlos Arias Navarro, le 20 novembre 1975.

 

«Enfin!» se disent les opposants.

 

«Enfin!» soupirent les partisans du vieux dictateur, indignés par le sort réservé au vieil homme, otage d'une médecine aux ordres de sa garde rapprochée.

 

 

Deux visions de la mort de Franco s'affrontent dans le même journal :

 

Guillemé-Brûlon écrit dans le Figaro

 

« Alors que le Caudillo (est-ce bien lui?) refuse toujours de laisser le pouvoir. Le général Franco meurt comme il a vécu. Dans le refus. En combattant. En état de guerre civile avec lui-même et avec tout ce qui l'entoure

 

Olivier-Lacamp toujours dans le Figaro, qui en ce temps-là était pluraliste, s'interroge :

 

«Est-ce une ironie du destin, une plaisanterie du ciel, un châtiment de Dieu, que cette banalité de la mort de Franco ?

 

Cet homme, pour ou contre lequel sont morts, par la bombe, le garrot, la mitraille et le fusil, tant d'hommes et tant de femmes, doit finir, lui, dans un lit aux draps suants, avec l'extrême-onction, comme une petit-bourgeois entre les siens. Au temps de la guerre civile, les républicains et les franquistes mouraient debout.»

 

La suite ICI 

 

Francisco Franco Bahamonde, le plus ancien des chefs d'État du monde, « caudillo » depuis 1936, mourait. Et, avec lui, une certaine Espagne. Après trente-six ans de dictature, la mort de Franco allait permettre l'instauration d'un régime parlementaire.

 

Cependant, le franquisme ne s'éteindrait définitivement qu'après l'échec du coup d'État tenté par les partisans du Caudillo, en 1981, et surtout après l'arrivée triomphale au pouvoir, le 28 octobre 1982, du Parti socialiste ouvrier espagnol

 

En réalité, depuis la fin des années 1950, la croissance, l'ouverture économique, la dynamique des populations, la proximité d'une Europe en construction - espace démocratique d'où affluaient chaque été des millions de touristes - ébranlaient l'édifice politique et social patiemment construit par Franco. D'où un raidissement du pouvoir, incarné, à partir du 10 juin 1973, par l'amiral Luis Carrero Blanco, fidèle parmi les fidèles, devenu Premier ministre ...

 

La guerre froide l'a merveilleusement servi, puisqu'il s'est dès lors présenté, sur le plan international, comme le premier anticommuniste ?

 

Bartolomé Bennassar : Oui, il a joué à fond de cet argument selon lequel il aurait été un précurseur dans le combat entre les deux blocs. Lui qui était d'ordinaire si peu doué pour la vision à long terme, on peut dire qu'il a vu venir la guerre froide, et qu'il l'a remarquablement utilisée. Il y était toutefois aidé par les prises de position très précoces de Churchill sur le rideau de fer, et par le fait que les Soviétiques ne respectaient pas les engagements pris à Yalta.

 

Et Carrero Blanco a parfaitement défini la ligne de conduite qu'ils allaient suivre lorsqu'il lui a écrit, en août 1944, qu'il s'agissait de «prêcher aux Espagnols la guerre sainte de l'intransigeance antilibérale et anticommuniste », en ajoutant : « Qui sait si Dieu ne confie pas à l'Espagne une fois de plus la mission de sauver la civilisation chrétienne ? » Et cette stratégie s'avère payante, puisqu'en 1953 l'Espagne signe avec les États-Unis des pactes qui lui garantissent, en échange de bases militaires concédées sur son territoire, une aide matérielle considérable, et qu'en 1955 elle est enfin admise à siéger à l'ONU.

 

L'Histoire : Quelle est la nature du franquisme ?

 

B. B. : Le régime est fondé sur trois piliers : l'armée, l'Église et un parti de rassemblement dont le rôle fut d'ailleurs modeste très différent des partis nazi ou fasciste, de ce point de vue. Toutes les libertés syndicales ont été suspendues. C'est un régime d'ordre moral où la presse et l'édition sont surveillées par une stricte censure. La répression a continué bien après la guerre, et Franco l'avait prévu : sa fameuse, et scandaleuse, loi rétroactive sur la responsabilité politique est de février 1939, soit un mois avant la fin du conflit. Elle permet de poursuivre ceux qui se sont opposés aux militaires depuis février 1936, et même depuis octobre 1934 ! Les suspects risquaient la mort, ou la prison, au mieux la privation de travail. Il est certain que Franco a pratiqué une véritable politique de la vengeance, et ce pendant des années, jusqu'en 1966 environ.

 

L'Histoire : Donc, dix ans avant sa mort, Franco n'est déjà plus une figure respectée de la vie politique espagnole ?

 

B. B. : Non, et cela d'autant plus qu'à partir de 1973 et de l'assassinat de Carrero Blanco par les séparatistes basques le pouvoir a été capté par le nouveau Premier ministre, Arias Navarro : c'est un gouvernement très réactionnaire, qu'on a appelé « le bunker ». C'est ce gouvernement qui, en 1974 et 1975, refusera de gracier des condamnés à mort politiques. La mort de Franco est donc un soulagement pour les Espagnols.

 

Photo de l'assassinat du Premier ministre espagnol Luis Carrero ...

Photo de l’assassinat du Premier ministre espagnol Luis Carrero Blanco par le groupe séparatiste basque ETA le 20 décembre 1973.

 

Mais il me semble que la transition démocratique avait commencé bien avant sa disparition, dans la mesure où, à chaque changement d'équipe ministérielle, des gens nouveaux sont entrés dans l'administration, y ont occupé des postes importants ; c'est un système assez poreux : il y a eu une enquête très intéressante à ce titre dans La Gaceta del Norte, qui en 1970 posait cette question iconoclaste : « Qui gouverne l'Espagne ? » Or j'ai constaté que 30 ou 40 des représentants de l'élite espagnole qui y étaient cités sont présents, quelques années plus tard, dans les rouages de l'État démocratique - certains dans les rangs socialistes, dont le futur ministre des Affaires étrangères, Fernandez Ordonez.

 

C'est sans doute ce qui a permis au système franquiste de durer, cette souplesse, cette perméabilité. Franco avait retenu la leçon : c'était le grand conseil fasciste qui avait destitué Mussolini. Il ne fallait pas se laisser enfermer dans un parti.

 

ICI 

 

Hier, je notais que pour le tournage de la Folie des Grandeurs « Montand, farouche ennemi du franquisme, refuse de s'y rendre. Avant de céder devant les grimaces d'Oury, qui, en imitant de Funès, lui promet une franche rigolade »

 

La Guerre est finie de Alain Resnais (1966) - UniFrance

 

Piqûre de rappel : La Guerre est finie d’Alain Resnais

 

Il se nomme Diego, mais aussi Carlos ou Domingo. Communiste espagnol réfugié à Paris, il change régulièrement d'identité pour passer la frontière et faire la liaison avec les camarades qui subissent la dictature. Diego (Yves Montand, sobre et émouvant) doit beaucoup au parcours du scénariste Jorge Semprún, ancien dirigeant de la résistance antifranquiste en exil. Le militant a transmis au personnage ses doutes sur le communisme et l'appel à la grève générale, en un discours.

 

Le titre, loin d'être un constat d'échec du combat contre le franquisme, s'interroge au contraire sur les nouvelles formes de lutte nécessaires pour un retour de la démocratie en Espagne. Comme Diego l'énoncera, excédé, aux amis de Marianne :

 

« L'Espagne est devenue la bonne conscience lyrique de toute la gauche, un mythe pour anciens combattants. En attendant, 14 millions de touristes vont passer leurs vacances en Espagne. L'Espagne n'est plus qu'un rêve de touriste ou la légende de la guerre civile. Tout ça mélangé au théâtre de Lorca. Et j'en ai assez du théâtre de Lorca. Les femmes stériles et les drames ruraux, ça suffit comme ça et la légende aussi ça suffit comme ça. Je n'ai pas été à Verdun moi, je n'ai pas non plus été à Teruel ni sur le pont de l'Ebre. Et ceux qui font des choses aujourd'hui en Espagne, des choses vraiment importantes, n'y ont pas été non plus. Ils ont vingt ans et ce n'est pas notre passé qui les fait bouger mais leur avenir. L'Espagne n'est plus le rêve de 36 mais la réalité de 65 même si elle semble déconcertante. 30 ans se sont passés et les anciens combattants m'emmerdent. »

 

LA GUERRE EST FINIE] Alain Resnais, 1966 - CHAOS 💎

 

Hier, je notais que pour le tournage de la Folie des Grandeurs « Montand, farouche ennemi du franquisme, refuse de s'y rendre. Avant de céder devant les grimaces d'Oury, qui, en imitant de Funès, lui promet une franche rigolade »

 

Je n’ai jamais mis les pieds en Espagne du temps de Franco et je suis allé en vacances chez des amis espagnols qu’en 1980.

 

Amazon.fr - Les patients du docteur Garcia - Grandes, Almudena ...

 

Je viens de terminer un superbe roman Les patients du docteur Garcia d’Almudena Grandes chez JC Lattès

 

Une guerre interminable

 

C’est un travail titanesque auquel s’astreint Almudena Grandes depuis dix ans et la parution d’Inés et la joie, premier tome d’une série intitulée Épisodes d’une guerre interminable, qui au final devrait comporter 6 volumes. Le cinquième vient de paraître en Espagne alors qu’en France Lattès a enfin publié le précédent, Les patients du docteur Garcia.

 

Cette guerre interminable, les lecteurs d’Almudena Grandes savent bien qu’il s’agit de celle d’Espagne, qui a continué longtemps après sa fin officielle, jusqu’à la mort de Franco, en 1975. Les patients du docteur Garcia est sans l’ombre d’un doute le livre le plus dense de la série, nous catapultant de Madrid à différentes périodes, à l’Argentine de Perón, à un camp estonien pendant la seconde guerre mondiale, au Massachusetts, à Berlin à l’arrivée de l’armée rouge, etc. Une multitude de lieux pour une kyrielle de protagonistes, et c’est là où Almudena Grandes est très forte, en mélangeant personnages fictifs et historiques, comme la « célèbre » Clara Stauffer, une hispano-allemande, phalangiste et nazie à la fois, qui fut un rouage essentiel du transit des anciens nazis par l’Espagne avant de faciliter leur exfiltration vers l’Amérique du Sud et en particulier l’Argentine. A partir de l’histoire dans cette « transhumance » honteuse, car réalisée au vu et au su des démocraties occidentales, la romancière a tissé sa toile arachnéenne, avec 3 personnages principaux, deux républicains et un fasciste, qui changent plusieurs fois de nom dès lors que la clandestinité devient leur quotidien.

 

La suite ICI 

 

EXTRAIT

 

« Le 30 décembre 1976, aux arrivées du terminal international de Barajas, nous nous étreignons longuement. J’avais les cheveux gris, les siens étaient tout blancs. J’avais grossi, il était désormais plus mince que moi. J’allais avoir soixante-deux ans, il en avait soixante-six. Nos enfants ne portaient pas nos noms, et nous avions largement l’âge d’être grands-pères. Son corps était couvert de cicatrices que mes mains avaient laissées. Chacun de nous appelait l’autre par son vrai prénom, qui n’était pas celui d’usage. Je lui devais la vie, et il e devait la sienne. En nous voyant, en bonne santé et encore vaillants, deux pères de famille respectables, personne n’aurait deviné que nous étions des perdants, que nous avions touché ensemble le fond de la défaite. Nous avion beau être tous deux conscients de ce long échec partagé, nous redevînmes forts, jeunes et invincibles pendant un instant, aussi puissants que notre foi, l’espérance qui nous avait unis pour toujours avant de nous abandonner dans le caniveau. »

 

Les patients du docteur Garcia - broché - Almudena Grandes - Achat ...

Quatrième de couverture

 

Après la victoire de Franco, le docteur Guillermo García Medina continue de vivre à Madrid sous une fausse identité. Les papiers qui lui ont permis d’éviter le peloton d’exécution lui ont été fournis par son meilleur ami, Manuel Arroyo Benítez, un diplomate républicain à qui il a sauvé la vie en 1937.

 

En septembre 1946, Manuel revient d’exil avec une dangereuse mission  :   infiltrer une organisation clandestine d’évasion de criminels nazis, dirigée depuis le quartier d’Argüelles par Clara Stauffer, qui est à la fois allemande et espagnole, nazie et phalangiste.

 

Alors que le docteur García se laisse recruter par Manuel, le nom d’un autre Espagnol croise le destin des deux amis. Adrián Gallardo Ortega, qui a eu son heure de gloire comme boxeur professionnel avant de s’enrôler dans la División Azul, survit péniblement en Allemagne. Ce dernier ne sait pas encore que quelqu’un souhaite prendre son identité pour fuir dans l’Argentine de Perón.

Partager cet article

Repost0
12 juillet 2020 7 12 /07 /juillet /2020 08:00
« Pain, amour et jardinerie»  Gina Lollobrigida l’idole de mon grand-frère sous l’emprise d’Andrea Piazzolla son bellâtre jardinier…

La vie des stars est un éternel roman propre à inspirer des scénaristes en mal de copies ; ainsi Gina Lollobrigida, toujours bon pied bon œil à bientôt 93 ans (le constat des psychiatres est sans appel, la star est très lucide sur ses années de cinéma – de Fanfan la Tulipe à Notre-Dame de Paris – mais est complètement désorientée sur tout le reste), une véritable star en Italie même si ça fait bien longtemps qu'elle ne joue plus dans aucun film, mais sa réputation la précède, surtout, sa fortune attire encore les convoitises.

 

Ainsi, un certain Andrea Piazzolla, qu'elle a engagé comme jardinier en 2009, un bellâtre de 32 ans, dont elle s’est entichée, devenu homme à tout faire. À tel point qu’il est désormais directeur des sociétés de gestion de fortune de l’ancienne gloire d’Hollywood.

 

« Cette rocambolesque affaire débute donc en 2009. Andrea Piazzolla se présente chez Gina Lollobrigida pour tailler ses haies et ses rosiers. Il est vrai que la superbe villa de l’actrice, située via Appia Antica, à Rome, a toujours besoin de nouveaux employés. Pourtant, Andrea Piazzolla n’a pas, à l’origine, la main verte. Il se présente comme business coach, et aurait d’ailleurs réalisé plusieurs missions aux Émirats arabes unis. Que vient-il donc faire là avec son sécateur ? »

 

Ha ! Les sécateurs, ça mène à tout, rappelez-vous notre Hubert !

 

Mais Luigi Comencini, le réalisateur des Pain, amour... boudés par la critique et les cinéphiles, mais qui furent des réussites commerciales exceptionnelles révélant l’avènement du grand public qui souhaite renouer avec la commedia dell'arte après des années d'austérité néo-réaliste, a tiré sa révérence en 2007 et je ne vois pas qui pourrait s’atteler à un « Pain, amour et jardinerie» 

 

Les 2 films sont de petits bijoux « des œuvres épanouies, rondes et parfaites (...), étrangères à toute école »

 

 

En français ils se déclinent en i, alors qu’en italien Pane, amore e fantasia… e gelosia riment avec l’époustouflante Gina Lollobrigida, encore très connue à cette époque, la Bersagliera dans le film, et le fabuleux Vittorio De Sica dont c’était avec ces films le grand retour en tant qu’acteur.

 

Toute l’histoire tourne autour du maréchal des logis Antonio Carotenuto (Vittorio De Sica), natif de Sorrente, qui est nommé dans un petit village isolé dans les montagnes des Abruzzes. Cinquantenaire mais toujours célibataire, charmeur invétéré, qui n'est pas insensible à la beauté simple de Maria (Gina Lollobrigida), surnommée la Bersagliera, une jeune fille très pauvre qui vit avec sa mère et ses jeunes frères et dont toute la richesse est un âne...

 

Mon amour de l’Italie ne date pas d’aujourd’hui, il a commencé avec Pain, amour et fantaisie (1953) … et jalousie (1954) de Comencini.

 

Pied-de-nez, inversion des acteurs, la vieille star riche s’entiche d’un bellâtre :

 

En 2011, quand Andrea accompagne Gina pour un déplacement aux États-Unis. « Là-bas, il aurait prétendument démantelé une arnaque qui la visait. Nous sommes convaincus qu’il a lui-même ourdi cette manigance pour gagner la confiance de Gina. Après ce voyage, elle n’a plus jamais été la même »

 

À leur retour en Italie, Gina Lollobrigida et Andrea Piazzolla sont inséparables. L’actrice considère celui qui était jusqu'alors son protégé comme son protecteur, et pour l’en remercier, lui offre tout. À commencer par un poste en or : celui de directeur des trois sociétés qui gèrent sa fortune. Au sommet de l'entreprise familiale, l’ancien jardinier n’attend pas une seule seconde pour faire le grand ménage dans l’entourage historique de Gina. Son manager et son avocate, qui la conseillaient depuis des années, sont congédiés sans autre forme de procès. Milko Jr. Solfic, son fils qu’elle a eu d’un premier mariage, n’est également plus admis à la maison, tout comme son petit-fils, Dimitri, qu’elle a pourtant chéri. Pour preuve, elle l’hébergeait dans une guest house de son jardin.

 

La suite ICI et ICI et ICI

 

 

Partager cet article

Repost0
12 juillet 2020 7 12 /07 /juillet /2020 06:00

 

Suis allé à Roland Garros au temps où il y avait encore des stylistes, Ilie Nastase fut l’un d’entre eux, maintenant qu’il n’y a plus que des cogneurs à gros biscotos je n’ai plus envie d’aller porte d’Auteuil. (1)

 

J’aurais pu titrer sur Onfray en utilisant une image de boxe mais je n’ai jamais apprécié le noble art.

 

Bref, la captation et le détournement par Onfray de l’appellation FRONT POPULAIRE, qui attire dans ses filets tout un ramassis de souverainistes aigres, m’oblige à donner la parole à des intellectuels plus compétents que moi afin qu’ils démontent son imposture.

 

Il y a 10 ans, deux historiens français, Elisabeth Roudinesco et Guillaume Mazeau, consacraient deux études critiques aussi dures que documentées au travail de Michel Onfray à partir notamment de ses publications sur la révolution française et sur Sigmund Freud

 

 

Michel Onfray s'est longtemps fait passer pour un représentant des classes populaires. Alors que sa nouvelle revue Front populaire le place sans aucun doute possible à l'extrême droite du spectre politique, deux historiens, qui s'étaient déjà exprimés à son sujet en 2010, dialoguent dans les colonnes du Grand Continent pour défaire les mythes avec lesquels s'est construite cette personnalité médiatique. On y découvre un faussaire et un manipulateur de textes, dont la voix ne porte peut-être déjà plus autant qu'avant.

 

En contraste avec l’image véhiculée par les médias d’un philosophe de gauche, travailleur acharné d’une histoire critique de la philosophie permettant une nouvelle émancipation populaire par la défense de la liberté, ils démontraient un usage superficiel et abondant d’auteurs, d’interprétations et d’imaginaires provenant directement de l’extrême droite, avec des penchants réactionnaires et parfois même antisémites. Dans cette séquence marquée par la parution de la revue Front Populaire et la recomposition politique qu’elle semble préparer, le Grand Continent a souhaité les inviter dans une longue conversation à proposer un aggiornamento de leurs lectures du cas Onfray.

 

La suite ICI

 

ELISABETH ROUDINESCO

 

Sur Freud, on voyait tout de suite, dès la première lecture, qu’il se trompait grossièrement. Historien c’est un métier, c’est un travail dur, laborieux. Comme tout travail, cela demande de respecter des savoir-faire.

 

Chez Onfray, on retrouve les éléments d’un discours antisémite inconscient. Il récuse la lutte des classes au profit de la lutte des origines.

 

Nous ne disons jamais qu’Onfray est antisémite. Nous établissons un fait : il reprend telle quelle la vulgate de l’extrême droite antisémite. Nous souhaitons rester à un niveau d’érudition pour le confronter à son inculture, pour démasquer son ignorance qui le porte à traiter les juifs persécutés de véritables bourreaux ou à traiter Freud de nazi.

 

Dans son incapacité à dialoguer avec les chercheurs de l’Université qui pourraient le prendre en flagrant délit d’anachronisme ou d’affabulation, il y a un aveu d’ignorance et d’incompétence.

 

Voilà bien une chose qui manque à Onfray : zéro talent littéraire, pas d’imaginaire, aucune représentation épique de l’histoire. Lorsqu’il lit la Bible ou le Coran, il ne comprend pas à quel texte il a affaire.

 

Je suis pour ma part plutôt optimiste. Il a fait trop d’erreurs : factuelles d’abord, mais aussi stratégiques, médiatiques, politiques. Son projet ne prendra pas.

 

Les journalistes iront enquêter pour voir si la légende qu’il a construite est vraie. C’est le côté redoutable des médias. Ils érigent des idoles mais quand elles déçoivent, ils les font tomber. Onfray a été plus qu’un intellectuel médiatique, il a été drogué de médias.

 

GUILLAUME MAZEAU

 

En tant qu’historien de la Révolution française, je possédais les outils pour comprendre immédiatement que rien de ce qu’Onfray écrivait ne provenait d’aucune source ni d’aucune archive, mais qu’il avait puisé dans toute la tradition de la contre-révolution catholique et royaliste, surtout la tradition utilisée par l’extrême droite du XXème siècle.

 

Derrière l’usurpation intellectuelle d’Onfray se dessinait dès 2009 un problème politique bien plus vaste. Tout en se disant en rupture avec l’establishment, Onfray occupait déjà un pouvoir, auquel personne ne prêtait trop attention.

 

Si les médias, y compris publics, ont une grave responsabilité dans l’institutionnalisation d’Onfray, c’est aussi le cas d’un certain nombre de responsables politiques, artistiques et culturels locaux, qui n’y ont vu que du feu – avant, souvent, de s’en mordre les doigts.

 

Onfray a su prendre une place laissée vacante : celle des pensées de l’émancipation collective, et s’est imposé comme un porte-parole des classes populaires.

 

Les raisons pour lesquelles nous sommes intervenus il y a une dizaine d’années lorsqu’il était en train de monter comme une sorte de phénomène populaire, ne se sont pas vraiment profondément améliorées.

 

Ilie Nastase : "Mais que fout le tennis aux J.O.?" | GQ France

 

  1. Cette fois, c'est sûr!

​​​​​​​

Au lendemain de l'officialisation de l'organisation de l'US Open à partir du 31 août, mais à huis clos, les dirigeants de la Fédération française de tennis (FFT) ont annoncé que les internationaux de France de Roland-Garros se tiendront cette année du 27 septembre au 11 octobre. Soit une semaine plus tard qu'annoncé dans un premier temps. Une décision prise en « conscience et responsabilité », assure Bernard Giudicelli, le président de la Fédération.

 

Initialement prévu du 18 mai au 7 juin, le célèbre tournoi de la Porte d'Auteuil avait été reprogrammé du 20 septembre au 4 octobre en raison de la pandémie du coronavirus. Les organisateurs n'avaient alors pas jugé utile de prévenir l'ATP et la WTA ou les acteurs du circuit de la nouvelle date. Provoquant une grogne des intéressés. Cette fois le nouveau calendrier s'est effectué « en concertation avec les instances internationales » assure Giudicelli. Le président de la FFT a également expliqué avoir des réunions régulièrement « avec les services de l'Etat » pour permettre la bonne tenue du tournoi.

 

   

Télévision

Ma vie au poste, le blog de Samuel Gontier

 

Éric Zemmour et Michel Onfray unis pour dénoncer l’islamo-gaucho-narco-féminisme des Verts

 

Même diagnostic, mêmes arguments : les chouchous de CNews, Éric Zemmour et Michel Onfray, analysent pareillement le dangereux succès des écolos aux élections municipales. L’occasion aussi de contester l’origine humaine du réchauffement climatique, de dénoncer la complicité de Christophe Castaner avec les casseurs… Et la gauchisation du débat public (!).

 

« Les Verts, on les connaît, assure Michel Onfray. Ils sont plutôt sympathisants de l’antisionisme, ils sont plutôt pro-palestiniens, plutôt sympathisants à l’endroit de l’islamo-gauchisme, ils sont plutôt communautaristes. » « Les Verts sont des multiculturalistes assumés, des immigrationnistes assumés, des sans-frontièristes assumés, confirme Éric Zemmour une demi-heure plus tard. Le vert des Verts correspond, comme par hasard, au vert de l’islam. » Bienvenue sur CNews. Lundi dernier, à une demi-heure d’intervalle, Éric Onfray et Michel Zemmour (ou l’inverse, je ne sais plus) tiennent des discours parfaitement identiques, signe de la cohérence éditoriale de la chaîne de Bolloré.

 

Si la couleur verte est la preuve irréfutable du lien entre écologie et grand-remplacement, je regrette toutefois un oubli historique. Aucun des deux penseurs n’a rappelé les racines de l’islamo-gauchisme français, quand le pays entier reprenait l’hymne des fondamentalistes musulmans entonné dès 1976 dans les tribunes de Geoffroy-Guichard, à Saint-Étienne : « Qui c’est les plus forts ? / Évidemment, c’est les Verts ! […] / On va gagner / Ça, c’est juré ! » Quarante-quatre ans plus tard, la prophétie s’est réalisée. « On joue au football / Et on n’a pas de frontières. » Pas de doute, ces paroles programmatiques annonçaient le « sans-frontièrisme » actuel.

 

« On va avoir droit à du tofu dans les cantines, des trottinettes multipliées, alerte Michel Onfray. Et ça va constituer un horizon indépassable de civilisation. » Les électeurs des Verts, approuve Éric Zemmour, « pensent que l’existence c’est manger bio et rouler à vélo ». Ou en trottinette ? Il faudrait savoir. « Vous faites un peu de caricature évidemment sur les Verts », s’amuse Laurence Ferrari face à Onfray. « Vous les caricaturez », s’amuse Christine Kelly face à Zemmour. « Ils répondent aussi à une vraie aspiration des Français, démocratique, des jeunes notamment », argumente Laurence Ferrari. « Si les Français ont voté pour eux, c’est qu’ils ont une soif de ça », argumente Christine Kelly.

 

La suite ICI 

Partager cet article

Repost0
11 juillet 2020 6 11 /07 /juillet /2020 06:00

Image

Mais que fait Emmanuel Macron en soutane-surplis derrière le futur Jean-Paul II?

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image « Cet homme congolais fixe du regard le pied et la main de sa fille de 5 ans, une punition pour ne pas avoir collecté assez de caoutchouc pour le roi belge Lepold II.

Image Cette photo de Trump de retour de son calamiteux meeting de Tulsa, prise par Patrick Semansky d'@AP , est exceptionnelle.

 

Le site Hyperallergic rapportait, en juin 2017, l’arrestation dans un cybercafé de Rome du street-artiste italien Hogre, coupable d’avoir placardé une affiche satirique sur des arrêts de bus dans la capitale. Intitulée Ecce homo erectus, celle-ci représente Jésus en érection sous sa robe, posant une main sur la tête d’un enfant en prière. L’artiste provo­cateur réagissait alors aux accusations d’agressions sexuelles sur mineurs visant le cardinal australien George Pell, le numéro 3 du Vatican. En vertu de l’article 724 du code pénal italien, qui réprime le blasphème, il risquait 5 000 euros d’amende et une peine jusqu’à deux ans de prison. Hogre a toutefois échappé à un procès et ­récidivé deux ans plus tard en collant la même affiche, de nouveau à Rome.

Partager cet article

Repost0
10 juillet 2020 5 10 /07 /juillet /2020 06:00

publicité pour le Calvados

Tout comme Julien Denormandie le nouveau Ministre de l’Agriculture qui est né dans le Lot, je fus un beau jour appelé en Normandie pour transformer l’ancien Bureau du Calvados, BNICE, en une interprofession plus large enveloppant toutes les appellations cidricoles, je suis né en Vendée et ne possède ni pommiers, ni poiriers.

 

Je fus donc président du BNICE puis de l’IDAC : interprofession des appellations cidricoles, l’acronyme n’est pas à la hauteur du terroir mais nous n’avons pas trouvé mieux. À noter que cette interprofession n’est pas normande mais nationale puisqu’elle regroupe les normands et les bretons.

 

Cidre dans la Manche — Wikimanche

 

Bref, ce ne fut pas une tâche aisé car les sourcilleux fonctionnaires du Ministère de l’Agriculture en charge des textes n’en voulaient pas car les parchemins disaient qu’il ne pouvait y avoir qu’une seule interprofession pour un même produit et que le cidre en avait déjà une : l’Unicid (Union Nationale Interprofessionnelle Cidricole), dominée alors par deux groupes industriels : Pernod-Ricard et CCLF.

 

Aujourd’hui tout le cidre industriel est entre les mains du groupe coopératif normand AGRIAL dont la branche cidre est dirigée par Franck Malinowski, Directeur de la branche boissons du groupe Agrial. ICI 

 

Je n’étais pas dupe du choix de mes mandants, ils supposaient que j’avais le bras assez long et que j’allais les aider à triompher des grattes-papiers de la rue de Varenne. Il en fut ainsi et je me retrouvai nanti de mon seul et unique titre de président d’un organisme professionnel pour 5 ans.

 

Paris-Caen-Paris dans un turbo-train à bout de souffle fut donc mon lot pendant ce bail, je louai même une chaumière normande avec des pommiers haute-tige à Selles dans l’Eure, je pus donner une promotion à une jeune femme devenue directrice avant que je ne passe la main, de bons souvenirs et puis heureux de remettre mon mandat entre les mains d’un sage : Didier Bédu directeur du château du Breuil  ICI  

 

 

C’est lui, via Olivier Bompas du Point, le D de Jacques Dupont qui tire la sonnette d'alarme : « Le patrimoine normand est en danger ! ».

Publié le 08/07/2020

 

L'Idac (Interprofession des appellations cidricoles) fédère les producteurs de calvados, de pommeau, de cidre et de poiré. D’authentiques produits de terroir et l'une des plus prestigieuses eaux-de-vie françaises. « Plus que de simples boissons, explique Didier Bédu, son président, les produits cidricoles, ce sont 8 000 hectares de vergers qui structurent les paysages de la région, contribuent à la biodiversité et au développement durable, font le bonheur des abeilles et représentent surtout un savoir-faire qui n'est pas délocalisable, c'est l'un des attraits de la région, on fait partie du patrimoine… » Un patrimoine aujourd'hui en danger. Didier Bédu est inquiet : « Les difficultés sont réelles, les ventes sont en chute libre suite au confinement et l'effet domino est terrible, tout le monde est touché, les producteurs de pommes, les distillateurs et tous ceux qui vivent essentiellement de la vente directe à la propriété, à la restauration ou aux cavistes, on arrive à des baisses de 90 % de chiffre d'affaires et les aides sont insuffisantes. Bien sûr, nous ne sommes pas les seuls touchés, mais aujourd'hui, c'est toute une filière qui est sur la sellette. » Cet été, les Français devraient passer très majoritairement leurs vacances en France. Les producteurs normands comptent sur leurs visites pour les aider à limiter les dégâts et faire redécouvrir leur savoir-faire.

 

La suite ICI 

La pomme, le cidre, le calvados

Épinglé par momo sur posters 3 | Normandie, Publicités vintage et ...

18 janvier 2006

Ne me dites pas : et pour moi ce sera un Calva... Même si c'est pour me faire plaisir, je n'aime pas ça car ça sonne la condescendance avec une petite pointe de mépris : du genre ça sent la bouse des vaches normandes et la rincette du pépé dans la tasse de café. Bien sûr je n'ai rien contre la rincette et le trou normand mais entre nous ce n'est pas avec de telles images qu'on se fait une petite place dans l'univers impitoyable des spiritueux. Alors dites moi : et si prenions un Calvados ! la suite ICI 

Partager cet article

Repost0
9 juillet 2020 4 09 /07 /juillet /2020 06:00

La folie des grandeurs

5 millions d’entrées en 1971 pour La Folie des Grandeurs le film de Gérard Oury

 

Générique de fin :

 

« Toute ressemblance avec les personnages d'un célèbre drame ne serait que l'effet d'une fâcheuse coïncidence ».

 

Malgré son ton résolument comique et farfelu, le scénario est librement adapté du drame romantique Ruy Blas de Victor Hugo.

 

Le drame romantique devient ici une satire burlesque. La trame demeure : le héros, rebaptisé Blaze (Yves Montand), est un valet manipulé par don Salluste (Louis de Funès). Lequel veut se venger de la reine d'Espagne (Karin Schubert, reconvertie dans le cinéma porno au milieu des années 1980), amoureuse de Blaze, qu'elle prend pour un noble. Mais une duègne (personnage inventé de toutes pièces et joué par Alice Sapritch) veille sur l'honneur de Sa Majesté. Pis : un quiproquo amène la revêche à s'amouracher de Blaze. Le comique n'efface pas la parabole sur le pouvoir chère à Gérard Oury, qui, en 1960, interpréta don Salluste à la Comédie-Française.

 

Le couple de Funès-Montand fonctionne à plein.

 

« Ecris-moi une belle saloperie, l'histoire d'un type arrogant avec les pauvres, qui les humilie, les pressure et, tout de suite après, s'aplatit devant les puissants. » Louis de Funès

 

Lorsqu’il a imaginé le film, Gérard Oury a écrit le rôle du valet Blaze pour Bourvil. Malheureusement, l’acteur est mort quelques mois avant le début du tournage. Sur les conseils de Simone Signoret, Gérard Oury aurait alors proposé le rôle à Yves Montand tout en l’adaptant au jeu de l’acteur.

 

Largement inspiré par la musique d’Ennio Morricone et l’ambiance des Westerns Spaghettis, Michel Polnareff signe ici des compositions envolées et délicieusement rétros qui auraient très bien pu trouver leurs places dans des films de Quentin Tarantino.

 

La production

 

Pas moins de 20 millions de francs (environ 3 millions d'euros, budget énorme pour l'époque) sont investis. Le tournage se déroule principalement en Espagne, à Almeria, terre bénie du western spaghetti. Montand, farouche ennemi du franquisme, refuse de s'y rendre. Avant de céder devant les grimaces d'Oury, qui, en imitant de Funès, lui promet une franche rigolade.

 

Perfectionniste, Yves Montand prend trois mois de cours de flamenco pour une scène.

 

De son côté, Alice Sapritch s'entraîne au strip-tease pour une séquence anthologique où elle vampe Yves Montand. Mais, de l'aveu de Gérard Oury, elle n'arrive pas à « balancer correctement la croupe ». Ainsi, le réalisateur fait mander sur le plateau sa « coach », Sofia Palladium, assez experte pour officier au Crazy Horse. Malgré les efforts soutenus d'Alice Sapritch, Oury la fait doubler par l'effeuilleuse, le temps d'un plan. Dans ses Mémoires inachevés (Ramsay), Sapritch jure le contraire. A vous de voir.

 

« Il est l’or, Monseignor. » Blaze

 

Sans transition, comme on le disait de mon temps au JT de la chaîne unique en noir et blanc, revenons aux folles ambitions de Thierry Blandinières, le boss du groupe InVivo assis sur un tas d’or.

 

Vitisphère toujours friand des aventures kolkhoziennes, comme dirait le nouveau gâte-sauce du Minervois, le Pousson, nous apprend, grâce à Alexandre Abellan, qu’en prenant les rênes de Vinadeis, InVivo passe le cap des 500 millions €

 

« Depuis des années les rumeurs se suivent et se ressemblent dans le vignoble concernant le désir d’investissement d’InVivo. On évoque des prises de contact avec Advini, Boisset, Grands Chais de France… »

 

Les Ailes du désir de Wim Wenders

 

VIDEO. Pourquoi regarder «Les Ailes du désir», l'anti-«Joséphine ...

 

Arrivé à ce point de ma chronique mes neurones fatigués s’agitent, ma mémoire me signale que je radote :

 

25 mai 2018

La folie des grandeurs : InVivo Wine ou la petite histoire de 2 squales dans le même marigot ! ICI 

 

La grenouille et le bœuf c’est l’image la plus ressemblante de l’ambition d’InVivo Wine « détrôner Castel Frères et Grands Chais de France. »

 

L’indéracinable Pierre tremblait, pendant que le père Joseph préparait ses valises, les vieux de la vieille comme moi se marraient.

 

D'un côté des coopérateurs on arbore du chiffres d'affaires alors que les pépères eux font du blé.

 

Mais jusqu’où ira le Don Salluste-Blandinières ?

 

L’avenir nous le dira mais je pressens que le carrosse risque de verser…

 

Et plus dure sera la chute : les ventes des foires au vin d ...

 

N’anticipons pas, laissons la parole au boss :

  

  • Malgré la crise et les incertitudes commerciales du coronavirus, vous affirmez donc votre optimisme à court-terme ?

 

 Avec cette prise de contrôle, vous indiquez passer le cap des 500 millions € de chiffre d’affaires. Soit l’objectif que vous vous étiez fixé en 2015 pour 2020.

 

Pari tenu ?

 

En parlant « de hauts et de bas », les départs soudains des directeurs d’InVivo Wine semblent témoigner de difficultés stratégiques récurrentes…

 

Le nombre d’adhérents d’InVivo Wine stagne, quels sont vos objectifs en matière de séduction de nouvelles coopératives ?

 

Pour atteindre votre prochain objectif, 1 milliard € en 2020, de nouvelles croissances externes sont-elles prévues ?

 

Annoncé il y a cinq ans, le pallier est atteint. La filiale vin du premier groupe coopératif français entre en négociation exclusive avec l’union coopérative occitane pour en devenir l’actionnaire majoritaire. Ce qui permettra d’atteindre l’objectif annoncé d’un chiffre d’affaires de 500 millions d’euros en 2020 annonce Thierry Blandinières, le directeur général du groupe InVivo. Prenant momentanément la direction de la filiale vin, il se montre à la fois satisfait du passé, confiant dans le présent et ambitieux pour l’avenir.

 

La suite ICI 

 

À lire ça vaut son pesant d’or !

Partager cet article

Repost0

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents