Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 juin 2022 3 15 /06 /juin /2022 06:00

 

https://www.e-marketing.fr/Assets/Img/DIAPORAMA/2022/1/368515/Gorillas-Cajoo-Getir-epiceries-conquete-France-3-F.jpg

Le cycliste que je suis mesure les nouvelles tendances en croisant sur le pavé des gars qui affichent les nouvelles « raison sociale » du nouveau commerce : le quick commerce.

 

Au Deliveroo, Uber Eats et autres plateformes de livraison de repas, pédaleurs solitaires jour et nuit, qu’ils pleuvent, ventent ou neige, aux conditions de vie exécrable. Nouveau modèle économique, dit-on, des applications, de la malbouffe, viennent s’ajouter les Flink, Gorillas et autres livreurs de courses.

 

« Gorillas, l'application qui livre vos courses en moins de 10 minutes »

 

Nous en sommes arrivés là, à une course de vitesse pour se faire livrer ses carottes et  ses navets…

 

J'ai testé Flink : la livraison express de vos courses à Paris (et bientôt  partout en France) - CamilleG

Le quick commerce : décryptage d’un secteur en plein essor ICI 

 

Chez Flink, nous définissons le quick commerce comme la nouvelle version du commerce : celle qui permet de se faire livrer ses courses à la demande. Nous sommes semblables à une chaîne de supermarchés traditionnelle, à la différence que notre concept repose sur deux vecteurs qui sont propres à la vente en ligne : la rapidité et la flexibilité des livraisons. En cela, nous permettons à des milliers de personnes de gagner du temps dans leur journée, et par conséquent de réduire leur stress lié aux tâches quotidiennes

 

J'ai testé Flink : la livraison express de vos courses à Paris (et bientôt  partout en France) - CamilleG

La société allemande de livraison Flink rachète le français Cajoo ICI 

Cette acquisition est soutenue par Carrefour qui aurait investi entre 60 et 70 millions de dollars dans l'entreprise.

 

Flink va ainsi devenir le premier acteur du quick commerce en France en dépassant l'actuel leader Getir, qui était valorisé à 2,6 milliards de dollars en 2021. L’allemand solidifie aussi sa position à l’échelle européenne face à ses principaux concurrents comme Gorillas qui a racheté le français Frichti, Delivery Hero ou encore l’américain Gopuff qui s’est installé au Royaume-Uni en 2021.

Un cyclomoteur aux couleurs Getir

Getir, la start-up de livraison instantanée de 12 milliards de dollars, prévoit de supprimer 14 % de son personnel dans le monde et de réduire ses plans d'expansion agressifs ICI

Ingrid Lünden@ingridlunden

 

La semaine continue d'être très difficile pour les entreprises de commerce électronique en Europe. Dans le dernier développement, TechCrunch a appris et confirmé que Getir –  la start-up du commerce rapide de 12 milliards de dollars qui fournit des produits d'épicerie essentiels et divers et promet de les livrer en quelques minutes – supprime 14% de son personnel dans le monde. On estime que la société turque emploie quelque 32 000 personnes sur les neuf marchés où elle opère, ce qui représenterait 4 480 personnes touchées par la réduction des effectifs.

 

En plus des effectifs, la société prévoit de réduire une grande partie de son expansion à forte intensité de capital – qui comprendra des embauches, des investissements marketing et des promotions. (Les promotions dans ce contexte ne sont pas des promotions RH, mais les nombreuses remises et bons gratuits que les startups de commerce rapide utilisent pour attirer les utilisateurs vers leurs plateformes, à un coût énorme pour les startups elles-mêmes.)

 

Selon une note que nous avons vue – que nous publions ci-dessous – les réductions varieront selon les pays. (Une source à Berlin a estimé que les réductions dans cette seule ville seront d'environ 400, bien que ce ne soit pas un chiffre que Getir confirmerait.) La société a confirmé qu'elle ne se retirerait d'aucun pays spécifique dans ce cadre. Getir opère actuellement sur son marché domestique, la Turquie, ainsi qu'au Royaume-Uni, en Allemagne, en France, en Italie, en Espagne, aux Pays-Bas, au Portugal et aux États-Unis.

 

Il s'agit d'un retour brutal du pendule pour une entreprise qui a levé 768 millions de dollars à une valorisation de 11,8 milliards de dollars il y a à peine deux mois.

 

Mais ce n'est pas une surprise dans le contexte de marché plus large dans lequel nous nous trouvons actuellement, les entreprises technologiques, grandes et petites, voyant toutes un ralentissement de leurs finances et de leurs valorisations face à un refroidissement plus large du marché.

 

Pas plus tard qu'hier, l'un des grands rivaux de Getir en Europe, Gorillas, a annoncé des licenciements de 300 personnes et prévoit d'explorer des options stratégiques, y compris des ventes ou des sorties, sur plusieurs marchés européens. Plus tôt dans la semaine, Klarna – la société suédoise achète maintenant, paie plus tard – a confirmé qu'elle supprimerait 10% de ses effectifs alors que des informations indiquaient qu'elle cherchait à lever des fonds à une valorisation réduite.

 

Le monde de la livraison instantanée d'épicerie en est un dont beaucoup diraient qu'il était mûr pour un bon dimensionnement depuis un certain temps maintenant. Fondée il y a sept ans, Getir a été l'un des premiers acteurs du marché de "l'épicerie instantanée", mais les deux dernières années ont vu une explosion de la catégorie.

 

 

Le COVID-19 a entraîné un changement dans les habitudes de consommation : dans de nombreux cas, les magasins ont été carrément fermés pendant un certain temps, et les gens étaient moins enclins à faire leurs achats en personne lorsqu'ils étaient ouverts, ce qui a entraîné une vague de personnes prêtes à essayer le shopping. Pour l'épicerie en ligne pour la première fois. De nombreuses entreprises ont surgi, soutenues par d'énormes investissements en capital-risque, pour servir ces consommateurs, et une proportion importante de ces startups étaient basées sur le principe de la livraison «instantanée», les articles arrivant à votre porte quelques minutes après la commande, imitant (ou même réduire) le temps qu'il faudrait pour se rendre rapidement dans un magasin physique.

 

 

Avant même que les marchés des capitaux ne s'effondrent plus tôt cette année, plusieurs petites startups ont fermé ou ont été acquises - Getir étant l'un des consolideurs, aux côtés d'autres grands acteurs comme Gopuff, Flink et Gorillas. C'est une tendance qui s'est poursuivie en 2022, et il y aura probablement encore plus à venir.

 

Des entreprises comme Klarna et Getir viennent peut-être de différents coins du monde du commerce, mais elles partagent quelque chose en commun : toutes deux sont soutenues par Sequoia. Le VC légendaire (qui a dirigé la série C de Getir en 2021) a organisé cette semaine une présentation de sonnette d'alarme pour les sociétés de portefeuille, passant en revue l'état du marché aujourd'hui et quelques conseils sur la façon d'aider à traverser la tempête. La présentation de 50 diapositives - qu'une source a partagée avec nous - a couvert des sujets tels que l'extension des pistes, la collecte de fonds dans des marchés difficiles, le leadership en période d'incertitude et les prévisions.

 

Incidemment pour une entreprise comme Getir - qui, comme ses rivaux, a levé des centaines de millions de dollars pour injecter dans des stratégies d'expansion agressives impliquant des campagnes publicitaires éclatantes, une infrastructure d'exploitation étendue dans les zones urbaines et de nombreuses promotions pour attirer plus de consommateurs - un la diapositive était intitulée "La croissance à tout prix n'est plus récompensée".

 

Le message de la présentation semble avoir définitivement touché Getir.

 

 

La note suit ci-dessous. Nous mettrons à jour ce message au fur et à mesure que nous en apprendrons davantage, et nous envoyons nos meilleurs vœux à ceux qui sont touchés par cette nouvelle.

 

Aujourd'hui est l'un des jours les plus difficiles depuis que nous avons fondé Getir, car nous devons prendre des décisions difficiles concernant notre organisation du personnel qui affecteront négativement certains membres de notre équipe.

 

La hausse de l'inflation et la détérioration des perspectives macroéconomiques dans le monde poussent toutes les entreprises, en particulier dans l'industrie technologique et y compris Getir, à s'adapter au nouveau climat.

 

Le cœur lourd, nous avons partagé aujourd'hui avec notre équipe la décision triste et difficile de réduire la taille de notre organisation mondiale. Au siège mondial, notre réduction sera d'environ 14 %. Les chiffres varient selon les pays.

 

Nous ne prenons pas ces décisions à la légère. Nous ferons ce qu'il faut pour chaque personne tout au long de ce processus, conformément aux valeurs de Getir d'être une entreprise bonne et équitable. Nous réduirons également les dépenses d'investissements marketing, de promotions et d'expansion.

 

Il n'y a aucun changement dans les projets de Getir de servir dans les neuf pays où il opère. En ces temps difficiles, nous nous engageons à diriger l'industrie de la livraison d'épicerie ultra-rapide que nous avons lancée il y a sept ans.

Une centaine de livreurs Deliveroo étaient parties civiles au procès

Une centaine de livreurs Deliveroo étaient parties civiles au procès © AFP / MARTIN NODA / HANS LUCAS

La société Deliveroo condamnée à 375.000 euros d'amende pour "travail dissimulé"

 

par la rédaction numérique de France InterAFP publié le 19 avril 2022

 

 

La justice a décidé de taper fort. Le tribunal correctionnel de Paris a condamné ce mardi Deliveroo à une amende de 375.000 euros - soit le maximum prévu par la loi - pour "travail dissimulé". La plateforme de livraison de repas est ainsi sanctionnée pour avoir employé des livreurs indépendants plutôt que de les avoir salariés, entre 2015 et 2017. Deux dirigeants de Deliveroo sont également condamnés, pour le même motif, à un an de prison avec sursis et 30.000 euros d'amende. Un troisième cadre, reconnu coupable de "complicité de travail dissimulé", s'est vu infliger une peine de quatre mois de prison avec sursis, et 10 000 euros d'amende.

 

"Habillage juridique fictif"

 

Le tribunal de Paris a prononcé ce mardi une amende record à l'encontre de la plateforme de livraison de repas. Deux dirigeants de Deliveroo sont condamnés à un an de prison avec sursis.

 

La suite ICI

 

Tous complices !

Quotidien des coursiers à vélo : « Tout était présent pour écrire un thriller » ICI 

  • 19 avril 2021
Partager cet article
Repost0
14 juin 2022 2 14 /06 /juin /2022 09:35

Peut être une image de texte qui dit ’Résultats au premier tour en % des inscrits 12,13 Nupes 12 Ensemble! ABSTENTION 52,49% 8,68 RN 5,25 LR-UDI 8,4 1,04 Autres Blancs et nuls’

J’suis le premier, j’suis l’premier, Darmanin a tripatouillé les chiffres, crient les partisans de l’ex-futur Premier Ministre, Le Monde approuve, les En même temps pataugent lamentablement face aux futurs duels Nupes/RN, balancent des outrances, mais vraiment cette bataille de chiffonniers pour un tout petit paquet de voix ou pour la pêche aux voix pour être élu, est misérable, lamentable, et est la démonstration que nous n’avons pas encore touché le fond.

 

Le seul parti qui a gagné est celui des abstentionnistes, ces Français qui ne vont plus à la pêche mais trainer leurs godasses dans la rue, avec ou non des Gilets Jaunes, le parti des contre tout et le contraire de tout, le peuple dans la bouche de Mélenchon, mais un peuple qui ne lui donne pas sa voix.

 

La montée non démentie de l’abstention constitue l’autre alerte de ce scrutin. 48,95 millions d’électeurs étaient appelés aux urnes dimanche. Quelque 23 millions se sont déplacés, les autres ont boudé leur bureau de vote, par indifférence ou colère, persuadés que la politique telle qu’elle fonctionne ne peut rien pour eux. Le chiffre atteint par l’abstention52,48 %, selon le comptage du Monde – constitue un record pour des législatives. Depuis 1993, il est en constante augmentation, quelle que soit la couleur des majorités élues. Cela ne dédouane en rien les responsables politiques actuels, car si l’objectif proclamé par tous est de réconcilier les Français avec la politique, on est très loin du compte.

 

Du côté d’Emmanuel Macron, la promesse originelle consistait à jouer sur le renouvellement du personnel politique et à user auprès des Français d’un discours de vérité, ancré dans le réel pour tenter de dépasser les conflits. Or, la plupart des candidats présentés aux législatives souffrent d’apparaître éloignés de leurs électeurs. En outre, la campagne de premier tour a ressemblé à un parcours d’évitement où il s’agissait d’en dire le moins possible sur les réformes pour ne pas réveiller les opposants. Cette posture, éminemment défensive, en dit long sur les mécomptes de la recomposition politique que le président de la République entendait conduire à sa main.

 

Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon, qui promettent une rupture avec l’ordre établi, butent quant à eux sur le même problème. C’est dans leur électorat respectif que le niveau de l’abstention est le plus fort : 50 % de ceux qui avaient voté pour Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle se sont abstenus au premier tour des élections législatives, signe qu’ils ne croyaient pas beaucoup à son slogan d’être « élu » premier ministre. Le pourcentage d’abstentionnistes monte à 52 % chez ceux qui avaient choisi Marine Le Pen, selon une enquête Ipsos-Sopra Steria réalisée dimanche soir. La radicalité permet, certes, de se faire entendre, mais elle se révèle inopérante pour vaincre la chape de défiance qui grippe le pays. Le risque est donc grand de voir le nouveau théâtre politique se dérouler à guichets fermés, faute d’une masse critique de citoyens suffisamment impliqués par le spectacle.

 

ICI 

Aucune description de photo disponible.

LES MAL ÉLUS

Par JACQUES FAUVET.

Publié le 11 septembre 1946

 

Des élections partielles au conseil général ont eu lieu dimanche dans plusieurs départements. Le corps électoral s'en est parfaitement désintéressé. Dans les quatre circonscriptions, la moitié des électeurs a préféré s'abstenir. Et, par la grâce ajoutée d'un ballottage majoritaire, le conseil général de Rive-de-Gier ne représentera qu'un peu moins du quart des électeurs inscrits.

 

Voilà qui éclaire d'un jour singulier les discussions qui retiennent l'attention des constituants depuis une semaine. C'est à ces " mal élus " que les uns veulent confier et les autres retirer le pouvoir d'élire les membres du Conseil de la République. Et ces derniers ne le leur refusent que pour le céder à de " grands électeurs ", éphémères sortis de la même chrysalide. C'est aussi, notons-le en passant, à ces " mal élus " que l'on voudrait parfois abandonner la pleine responsabilité administrative du département,

 

H est certes louable de vouloir que la seconde Assemblée représente les collectivités locales, mais encore faudrait-il qu'elles représentassent elles-mêmes quelque chose aux yeux du peuple souverain. Or la géographie humaine enseigne que si la commune demeure une réalité, le canton a cessé depuis longtemps d'en être une. Quel citoyen en connaît les limites et le chef-lieu même, s'il n'a une fois dans sa vie, affaire au juge de paix ou une fois l'an au comice agricole. Le conseiller général peut être l'élu des ruraux de sa circonscription. Il ne peut l'être de la plupart des citadins, pour qui les communautés naturelles, et plus encore administratives, ne comprennent que la ville et le département. La province aurait, à ce titre, plus de réalité humaine et politique. Et plus représentatif serait de l'ensemble des collectivités un conseil provincial de France qu'un conseil rural de la République.

 

On dira que l'électeur prêterait plus d'attention à son assemblée départementale si les membres en avaient plus de pouvoirs. Est-ce certain ? Ils avaient avant-guerre celui d'élire les membres du Sénat. Étaient-ils eux-mêmes mieux élus qu'ils ne le sont aujourd'hui ? Leur donnerait-on celui d'administrer pleinement le département qu'ils deviendraient rapidement tes représentants d'un parti et cesseraient d'être ceux du peuple.

 

C'est bien plutôt d'une réforme fondamentale du cadre administratif que dépend la survie des assemblées locales. Déjà les conseils d'arrondissement ont pratiquement disparu. Ils étaient devenus des assemblées fantômes, des salles d'attente où l'on respectait la succession d'un conseiller général. Le canton lui-même, n'est plus de ce temps. Il en est de " pourris " dont le représentant est élu par quelques centaines de votants alors que le conseiller voisin doit l'être par plusieurs milliers. La désaffection du corps électoral vient aussi de ce sentiment d'injustice et d'archaïsme. Déjà à l'étroit dans le département, la représentation proportionnelle le serait plus encore dans le canton ou l'arrondissement. Et l'on ne saurait voir en elle un remède à ces parodies du suffrage universel auxquelles donnent lieu les élections cantonales.

 

L'Assemblée nationale constituante devra en tout état de cause se contenter d'un pis-aller dont il devrait être entendu qu'il n'est que provisoire. Et l'on s'étonne qu'elle ait dépensé son précieux temps à vouloir ravaler un édifice dont le gros œuvre est vermoulu, à vouloir faire du définitif avec du provisoire. Le prochain Parlement devra bien plutôt et rapidement se consacrer à la remise en ordre, au remembrement des collectivités locales et surtout départementales pour en faire des cellules vivantes de la communauté française.

 

JACQUES FAUVET.

 

Voir les commentaires

Partager cet article
Repost0
14 juin 2022 2 14 /06 /juin /2022 06:00

 

J’en étais, oui nous avons politiquement échoués mais, pour autant, je ne vais pas me laisser taxer de social-traître, ni de macroniste masqué, par les « petits bourgeois révolutionnaires » de l’alliance de circonstance la NUPES.

 

Oui, la « deuxième gauche » n’aimait ni les programmes concoctés en chambre, ni les tendances durables qui incitent mécaniquement à la haine du plus proche. Oui elle repoussait une rhétorique prétendument révolutionnaire qui se dégonfle dès que l’on gouverne. Oui elle rejetait ceux qui prétendent, selon de mot de Michel Crozier, « changer la société par décret », c’est-à-dire à la fois par le haut et sans consultation de ceux que la décision concerne.

 

Je fier d’en avoir été mais je n’ai pas l’âme d’un ancien combattant accroché à ses souvenirs, à ses espoirs déçus, la page est tournée, définitivement tournée. L’abstention massive est le symptôme d’un pays qui en appelle qu’à la protestation, aux conflits, à l’affrontement. Le peuple n’est pas au rendez-vous de Mélenchon, l’attelage présidentiel est fourbu, sans perspectives claires, nous allons traverser des zones de turbulences intérieures dans un monde lui aussi dangereux et instable.  

 

Que faire ?

 

J’avoue que je n’en sais fichtre rien, suis orphelin, attendre et voir, vivre ma vie en essayant de toujours être en conformité avec ce qu’elle a été, ça ne changera ni le monde, ni notre vieux pays mais ça m’évitera d’être amer, de participer à la foire aux invectives sur les réseaux sociaux, de sombrer dans « la haine ordinaire »

 

Allez, bonne lecture, et bonne semaine.

Qu'est-ce que cette fameuse "Deuxième gauche" que nombre de journalistes, après le décès de Michel Rocard, travestissent en gauche molle, en gauche accommodante, en gauche "réformiste" (c'est quoi, la gauche "révolutionnaire", ceux qui hurlent "Révolution" ou qui entendent s'abstraire de la mondialisation?)?

 

Il y a deux ans, à la demande d'étudiants de l'Ecole Normale Supérieure qui avaient organisé un colloque à ce sujet, j'avais préparé une communication, m'efforçant de résumer le concept, de rappeler ce que signifiait le livre que Patrick Rotman et moi avions appelé ainsi.

 

Pour les courageux, voici ce texte, histoire de mettre les points sur les "i" :

 

Si l’on me demande d’évoquer la « deuxième gauche » trente ans après, je me retrouve dans une situation assez étrange. Patrick Rotman et moi sommes contraints d’assumer la paternité de la formule, puisqu’en 1982, nous avons ainsi intitulé notre livre consacré à l’histoire politique et intellectuelle de la CFDT, et que ce livre, à l’époque, a rencontré un écho auquel nous ne nous attendions pas.

 

Néanmoins, le succès de l’expression, par-delà le succès du livre, en a beaucoup dénaturé le sens. La majorité de l’appareil socialiste, qui n’a jamais compris grand-chose à la CFDT, et la plupart des journalistes politiques, ont par la suite parlé de « deuxième gauche » pour désigner un courant socialiste – en gros le courant Rocard-Delors auquel était adjoint Edmond Maire –, courant censé reconnaître la prééminence du marché, abhorrer le protectionnisme, assumer son hostilité au PC stalinien, se défier du tout-à-l’État, et revendiquer explicitement la voie de la réforme. Un courant classé à « droite », entre guillemets, selon la vulgate, tandis que la « gauche » du PS, toujours entre guillemets, continuait d’annoncer une « rupture avec le capitalisme » qui n’est jamais venue, et des moyens pour y parvenir ont qui démontré leur inanité. Un courant étiqueté « catho », étiquette confuse et passe-partout.

 

Ce n’est donc pas pour défendre le copyright que je vais ici tenter de résumer notre propos initial. C’est, à la fois, pour rappeler ce qu’était la deuxième gauche quand nous l’avons baptisée ainsi, et pour échapper aux acceptions polémiques et caricaturales (ou les deux) qui ont eu cours ensuite, si tant est que ce soit complètement terminé.

 

À l’origine, donc, la deuxième gauche, qu’est-ce que c’est ?

 

Rappelons le contexte. La gauche, fondée sur une alliance inégale PC-PS vient pour la première fois depuis la Guerre, de remporter les élections. Le PC, quoique déclinant, reste influent dans la mesure où la CGT est sa courroie de transmission. La guerre froide se poursuit et même s’intensifie – la pression soviétique vient de se resserrer sur la Pologne où le syndicat Solidarnosc est étouffé, ce que ne récusent ni le PC ni la CGT. La voix des dissidents russes ou tchèques, durement réprimée, n’en est pas moins audible dans la mesure où l’intelligentsia occidentale s’emploie à la relayer.

 

Nous entreprenons, Rotman et moi, de reparcourir l’histoire de la minorité de la CFTC devenue majoritaire au début des années soixante en imposant la déconfessionnalisation du syndicat. Et ce qui nous passionne, là-dedans, c’est la manière dont, très librement, des ouvriers et des intellectuels, chacun se nourrissant de l’autre, chacun reconnaissant à l’autre son champ de compétence et son expérience propre, s’unissent pour élaborer démocratiquement une pensée autonome et originale du socialisme. Ce que Pierre Rosanvallon, dans un article d’Esprit paru en 1977, nomme le « déploiement de la pensée hors des doctrines établies et des orthodoxies closes ». La pierre angulaire de cette démarche est l’obsession de la laïcité. Pas seulement de l’absence de toute référence confessionnelle ou de toute inféodation à l’Église. La laïcité, pour les fondateurs de la CFDT, et d’abord pour Paul Vignaux, longtemps dirigeant du SGEN et théoricien de la notion, est une laïcité de l’esprit, une laïcité de l’élaboration, et de l’action qui en résulte. Il est significatif qu’Edmond Maire et ses devanciers rejettent avec la dernière énergie le « progressisme » chrétien, la mythification de la classe ouvrière comme unique classe messianique, et la soumission des compagnons de route à l’autorité du Parti avec majuscule. Bref, la « laïcité », pour ces militants, est l’émancipation de la pensée, l’autonomie de l’action, l’indépendance envers quelque avant-garde éclairée ou auto-proclamée.

 

Ce qui les pousse, d’ailleurs, à passer des alliances, à chercher l’unité d’action. La CFDT naissante ne craint pas de s’allier à la CGT courroie de transmission. Mais à condition d’être forte. Une des phrases favorites de Vignaux et de ses successeurs est que, pour dîner avec le diable, il faut avoir une longue cuillère. Au fond, ce qu’ils veulent, c’est faire émerger en France, malgré l’héritage du guesdisme et le congrès de Tours, une confédération syndicale qui fasse le poids, qui tienne la route, qui élabore ses propres objectifs.

 

Là où ils restent « chrétiens », c’est sans doute dans l’attention à l’événement, à la manière dont l’histoire rebat les cartes, parfois à l’improviste. Nombre d’entre eux pourraient se réclamer du personnalisme dans la mesure où Emmanuel Mounier soutient que « l’événement est notre maître intérieur ». Cela se vérifie en maintes circonstances, dont je retiendrai trois exemples.

 

D’abord, la guerre d’Algérie. Les devanciers d’Edmond Maire n’hésitent pas à se rendre à Tunis, siège du gouvernement provisoire en exil de la future république algérienne, pour y rencontrer l’UGTA, et cela à une époque où la SFIO soutient l’effort de guerre même si le mot n’est pas prononcé, et où le PC réclame la paix mais dénonce toute collusion avec les représentants de l’insurrection.

 

Mon second exemple, c’est mai 1968. Alors que le Parti et la CGT ne cessent de mettre en garde contre les « provocations » et s’appliquent à déployer un cordon sanitaire entre les étudiants et les salariés, alors que la FGDS voit essentiellement dans ces péripéties un hasardeux contretemps du calendrier, la CFDT joue le mouvement à fond, notamment en étant partie prenante du meeting de CharlétyMichel Rocard et Pierre Mendès France sont les seuls hommes politiques de gauche à saluer la fronde.

 

Mon troisième exemple est décembre 1981, quand le coup de force des militaires écrase et paralyse Varsovie. Tandis que Claude Cheysson, ministre des affaires étrangères, déclare que « la France ne fera rien, naturellement », et que le PC et la CGT approuvent quoique du bout des lèvres, la CFDT mobilise aussitôt, rejoignant les intellectuels, tels Michel Foucault ou Cornelius Castoriadis.

 

L’autre originalité de cette gauche différente, c’est la conception même des rapports sociaux et du rôle du syndicat. Les cédétistes se réclament d’un syndicalisme de projet, c’est-à-dire d’un syndicalisme qui s’efforce de penser la société en mouvement, et d’y développer des thèmes qui ne soient pas seulement la défense plus ou moins frileuse d’intérêts corporatifs singuliers, mais qui, au travers de ces luttes, promeuvent l’intérêt général. Il n’est pas indifférent que, tandis que les bastions traditionnels de la classe ouvrière s’effondraient – les mines, la sidérurgie, etc. –, la CFDT a fait porter son effort sur les services, sur les femmes, sur les petites entreprises. Lorsqu’elle a commencé à grandement s’inquiéter de la désyndicalisation perceptible dès le milieu des années 70, c’est sur ces secteurs qu’elle a cherché à se développer – avec, d’ailleurs, un succès inégal. En 1995, c’est dans ce droit fil que Nicole Notat, contre vents et marées, a appuyé la démarche d’Alain Juppé en matière de retraites. Elle fut conspuée, et même physiquement agressée par certains collègues, notamment par les sectateurs d’un corporatisme étroit. Depuis, l’histoire a tranché, et les socialistes ont subi l’épreuve des faits en matière de saine répartition.

 

Pas étonnant que le monde que nous décrivions, Rotman et moi, ait offert mille occasions de convergences à toutes sortes d’acteurs. Militants socialistes proches du PSU ou en rupture avec la SFIO, militants SFIO questionnés par l’attitude de leur formation durant la guerre d’Algérie, militants ex-communistes en quête de recyclage, militants gauchistes ayant épuisé les fantasmes de l’après Mai, militants issus de la sphère associative en quête de cohérence plus globale. À l’époque où nous écrivions sur la deuxième gauche, la CFDT constituait une sorte de vivier, de plateforme, de forum, de club intellectuel où le souci de l’anticipation tenait toujours une place éminente – d’où de nombreuses confluences avec, par exemple, les experts du Plan.

 

Mais c’est évidemment la question du partenariat politique qui va devenir envahissante. La CFDT affirme une représentation de la démocratie qui lui est propre. Et franchit, sur ce chemin, plusieurs stades. Ce qu’on rejette est facile à énoncer. On rejette ceux qui prétendent, selon de mot de Michel Crozier, « changer la société par décret », c’est-à-dire à la fois par le haut et sans consultation de ceux que la décision concerne.

 

Cela s’exprimera de diverses manières dont la plus tenace sera l’idée d’autogestion. Et, bien sûr, au moment où nous publions notre livre, cela interpelle directement l’actualité. La gauche au pouvoir, longtemps unie par un « programme commun » dont le contenu économique paraît – et est – non viable aux yeux des responsables cédétistes, reste prisonnière d’une culture programmatique où un catalogue de réformes est débattu entre tendances puis plus ou moins appliqué, plutôt moins que plus, les citoyens demeurant extérieurs au processus.

 

La « deuxième gauche » n’aime ni les programmes concoctés en chambre, ni les tendances durables qui incitent mécaniquement à la haine du plus proche. Elle se veut « réaliste », non point pour signifier qu’il faut en rabattre sur l’audace ou l’espérance, mais pour signifier que les seules transformations importantes sont celles qui se font réellement. Peu lui chaut le débat sur les nationalisations à outrance ou les nationalisations des filiales (on a vu ce qu’il en est advenu), peu lui chaut une rhétorique prétendument révolutionnaire qui se dégonfle dès que l’on gouverne. Sa conviction, réaffirmée en permanence, est qu’une négociation est préférable à une grève, et que le réformisme est l’unique chemin pour transformer profondément et durablement la société. Edmond Maire aime à répéter en toutes circonstances que le temps est la dimension cardinale des changements. C’est évidemment, à l’époque où les socialistes prétendent initier une rupture en cent jours, une position irrecevable et provocatrice.

 

L’idée de la deuxième gauche est de s’émanciper une fois pour toutes de ce que Jacques Julliard a baptisé le réflexe de « culture dominée ». Face aux communistes, face aux gauchistes qui placent rituellement la barre trop haut puis s’effarent que l’on passe en-dessous, ils veulent une gauche, si j’ose dire, décomplexée, une gauche compétente, efficace, qui parle vrai, qui dit ce qu’elle pense quand elle le pense. Le modèle n’est pas loin, il s’appelle Pierre Mendès France.

 

Pourquoi ce dernier est-il si important aux yeux des militants cédétistes ? C’est un laïque, un républicain, un résistant (on ne dira jamais assez combien le refus de la CFTC d’accepter la politique de Vichy fut un refus fondateur, bien avant la question coloniale). Et puis c’est un homme qui, contrairement à François Mitterrand, juge que les fins sont dans les moyens. Position qui ne vaut pas seulement en matière d’éthique mais en matière d’efficacité. Mendès dit et répète que les régimes qui prennent des libertés avec la démocratie ne sont pas seulement des régimes qui se salissent, mais qui se condamnent eux-mêmes à terme. Il suffit de relire le discours de Blum au congrès de Tours, discours largement inspiré par Lucien Herr, pour percevoir combien ce débat est pertinent et actuel.

 

Cela éclaire le langage que tient la deuxième gauche sur la social-démocratie, sur la rigueur, et autres thèmes tabous dont l’orthodoxie socialiste – sans parler du reste – ne veut pas entendre parler. Pour agir sur l’économie de marché, il faut admettre qu’on ne sortira pas de l’économie de marché. Pour agir sur la mondialisation, il faut admettre (admettre comme un fait) la réalité de la mondialisation. Mendès a montré, en 1954, qu’un gouvernement de gauche, s’il prenait ses concitoyens au sérieux, devait leur parler de rigueur, et avec rigueur. Et que cela, loin d’entériner l’austérité, était l’indispensable point de départ pour agir avec justice, pour négocier et légiférer efficacement.

 

Nous étions loin du compte en 1982. Je crois que le succès de notre livre, et de son titre, tient largement à la diffusion de ce discours-là, un an avant le virage à 180° du gouvernement socialiste, virage dont Pierre Mauroy assuma courageusement la responsabilité, mais dont François Mitterrand nia ou esquiva qu’il fût si ample et si nécessaire.

 

Et pourtant, la deuxième gauche a politiquement échoué. Je parle ici de sa seconde acception.

 

Cela tient d’abord aux archaïsmes du Parti socialiste. Quand Pierre Mauroy et Michel Rocard se sont unis, en 1979, au congrès de Metz, pour défendre l’idée qu’il était temps d’appeler un chat un chat et un social-démocrate un social-démocrate, ils ont recueilli 40% des mandats mais ont bel et bien été battus. J’ai encore dans l’oreille l’incantation de Laurent Fabius, à laquelle ce dernier ne croyait pas une seconde : « Entre le plan et le marché, Rocard, il y a le socialisme. » No comment, comme disent les anglo-saxons. Nous sommes en train, trop tard, trop mal, de revenir sur terre. Mais cette terre a changé, et le socialisme s’est caricaturé lui-même. J’en veux pour preuve le débat, lors des dernières primaires, où il était encore question de contourner la mondialisation ou d’instaurer une dose de protectionnisme. J’en veux pour preuve l’idée de « démocratie participative » présentée comme une idée nouvelle. J’en veux pour autre preuve la manière dont les socialistes continuent de se classer en « gauche » ou « moins gauche » suivant des critères d’avant la chute du Mur de Berlin. Et l’on pourrait, à l’infini, dévider cette amère litanie. La stérilité idéologique du PS est évidemment le produit de phénomènes concrets : la chute de l’empire soviétique, la poussée néo-libérale qui en a violemment découlé, la perte du contact avec le monde du travail, avec les zones de relégation que sont devenues les banlieues. Mais je crois aussi que la professionnalisation croissante des carrières est un élément qu’il ne faut pas négliger. Jacques Julliard, haute figure de la deuxième gauche, publia naguère au Seuil un ouvrage intitulé « Contre la politique professionnelle ». C’était terriblement prophétique.

 

Mais, si je me tourne vers la CFDT, je constate que son articulation avec le politique a été bricolée et insatisfaisante. Les Assises du socialisme, où ceux qu’on nomme « les rocardiens » ont rejoint le PS avec la bénédiction très active de la confédération, n’ont pas vraiment donné le change. C’était sans doute nécessaire, mais la greffe n’a jamais pris de manière convaincante. Au fond, tandis que la désyndicalisation s’intensifiait et que le mouvement syndical lui-même apparaissait, pour persévérer dans l’être, de plus en plus dépendant de l’État ou de ses institutions directes, le rôle prophétique et fédérateur des cédétistes s’est amoindri. Edmond Maire avait coutume de dire que le clivage entre syndicat et politique est aussi structurant que le clivage entre les deux gauches. Clairement, aujourd’hui, c’est l’idée de l’autonomie qui prévaut. C’est aussi du côté de la société civile qu’est maintenant l’espérance, et la réalité du changement.

Partager cet article
Repost0
13 juin 2022 1 13 /06 /juin /2022 06:00

Le tableau “Des Glaneuses” détourné par Banksy

C’est signé André Heitz

 

Ingénieur agronome et fonctionnaire international du système des Nations Unies à la retraite. Il a servi l’Union internationale pour la protection des obtentions végétales (UPOV) et l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (OMPI). Dans son dernier poste, il a été le directeur du Bureau de coordination de l’OMPI à Bruxelles.

 

C’est dans Contrepoints

 

Qui est un journal en ligne qui couvre l'actualité sous l'angle libéral.

 

Comme chacun sait, ou pas, notre monstrueuse Education Nationale est un repaire de NUPES, ce qui suit, le billet d’humeur, et les commentaires, est très représentatif des oppositions, trop souvent radicales, qui usent la trame du vivre ensemble de notre vieux pays.

 

Moi qui suis un ravaudeur, j’aime rabibocher, j’ai enseigné un an, à mi-temps, au CEG de Pouzauges, certes pas l’économie, mais le dessin et la musique, bouche-trou que j’étais, et en dépit de mon âge pré-canonique, je me verrais bien rempiler, pour le plaisir, afin d’expliquer aux ados les réalités de l’agriculture française et de mettre celle-ci  en perspective face au grand virage qu’elle va devoir effectuer.

 

« Papy ! Ma prof d’histoire-géo a dit que le glyphosate est cancérigène ». Mon petit-fils a osé contester… Résultat : une menace de punition (dit-il)… Petite plongée dans le formatage des jeunes cerveaux.

 

Mon petit-fils m’a montré son cahier avec, collé dedans comme c’est maintenant d’un usage répandu, une page intitulée « Fiche de révisions sur l’AGRICULTURE FRANÇAISE ».

 

J’imagine cette fiche utilisée à Paris, pour et par des élèves qui ne sont jamais sortis au-delà du périphérique…

 

Des « savoirs » à « mémoriser »

 

Tout d’abord, il faut mémoriser des savoirs :

 

  • le nombre et l’évolution des actifs dans l’agriculture ;

 

  • la place de l’agriculture française dans le monde et en Europe;

 

  • les aspects de la modernisation agricole et ses conséquences (+ ou -) – on imagine que ces signes appellent des aspects positifs et négatifs ;

 

  • les difficultés de l’agriculture aujourd’hui ;

 

  • les différents espaces agricoles en France et leurs caractéristiques.

 

 

Les fondamentaux de l’activité agricole, de la production alimentaire ? Passés à la trappe, semble-t-il.

 

 Du vocabulaire à acquérir

 

Les élèves doivent aussi mémoriser un vocabulaire : exploitation agricole, PAC, agriculture productiviste – intensive, mécanisation, irrigation, monoculture # polyculture, filière agroalimentaire (ex. : activités en amont et en aval), pesticides, engrais chimiques, OGM, élevage hors-sol # extensif, agriculture durable – biologique.

 

Les élèves sont bien sûr plongés dans un environnement qui les imprègne de préjugés et de partis pris. Mais cette « fiche de révisions » – sans nul doute concoctée par quelque officine fournissant du matériel « pédagogique » – amplifie le phénomène.

 

 

Non, ce n’est pas la ferme Play mobil…

 

Que doivent retenir les élèves ? Voici, résumé ou cité le texte qui leur est proposé (les mots en gras sont ceux que les élèves doivent entrer dans le texte).

 

La suite ICI 

Partager cet article
Repost0
12 juin 2022 7 12 /06 /juin /2022 06:00

On sait pourquoi la table entre Poutine et Macron était si longue

Cette métaphore c’est Sarkozy qui l’a vulgarisée, à propos  de la tentation du vote FN.

 

« La tentation de renverser la table, je peux la comprendre mais il y aura plus de souffrance »

 

« Je ne donnerai pas de leçon de morale à une femme ou un homme qui a peur et qui pense que la seule méthode est de renverser la table. »

 

Elle est revenue en force, au cours des semaines des élections  qui ont porté Macron à sa première présidence de la République française.

 

Et voilà, qu’elle revient au galop dans le nouvel épisode mélenchonien : « Moi Premier Ministre », avec une nuance pour ne pas effrayer ses « vassaux » du PS, Verts et PCF, il la renversera avec doigté sans casser la vaisselle, appuyé en cela par une flopée d’économistes (en période d’élection ils refleurissent comme le chiendent sous la pluie, prenant la place des sociologues dans la séquence Gilets jaunes et les infectiologues lors de la pandémie).

 

 

 

Renverser la table, dans son acception française, ce serait donc proposer un changement brutal et révolutionnaire, rompre avec  les idées politiques tenues aujourd'hui comme allant de soi. »

 

Mais, au fait, que veut dire exactement cette métaphore ?

 

Pour un sachant ICI 

 

elle n’appartient pas au patrimoine littéraire français

 

Il faut dit-il, pour débusquer l’animal, s’aventurer dans les marécages du "franglais" –  vous savez ces mots et expressions qui ont un air et un son français, mais qui, infiltrés clandestinement et sauvagement dans notre langue, désagrègent le parler d’origine avant de se substituer à lui de la pire manière

 

En fait l’expression existe bel et bien et elle est correcte, mais en anglais  et au pluriel. Il s’agit de« to turn the tables »

 

Elle peut signifier, selon les contextes : « Remettre les pendules à l’heure », « réagir », «inverser la vapeur », « prendre l’avantage  », et surtout« renverser la situation à son avantage (ou à l’avantage de quelqu’un ».

 

On la rencontre dans des textes et des contextes qui n’ont rien de sauvage, voire qui sont plus qu’honorables.

 

Pour nous limiter à un seul exemple, on peut lire dans l’article 1105, § 3 des débats du Comité permanent des Affaires étrangères et du Commerce international (17 février 2000) cet extrait de l’intervention d’un parlementaire du nom de Clegg (ELDR) :

 

[…] We accept entirely that the tactical priority must now be to turn the tables on  the Americans in particular, and to see if they will put their money where their mouthis as far as agricultural reform is concerned. (Nous sommes entièrement d'accord sur le fait que la priorité tactique doit être de retourner la situation aux dépens  des États-Unis

Mais, dans un monde normal, l’illustration suivante devrait clore le débat et ridiculiser définitivement les traductions françaises erronées et/ou fantaisistes, auxquelles a donné lieu cette expression, dont le sens métaphorique est parfaitement clair pour un lecteur anglo-saxon moyennement cultivé.

 

Dans un article intitulé « Turning the Tables », publié le 8 mars 2017dans Israel Today, le journaliste Charles Gardner écrivait ces lignes, fort éclairantes pour notre propos :

 

As Iran’s supreme leader calls for a ‘holy intifada’ to eradicate Israel, Jews everywhere can be encouraged that the tables were turned on  a man  from the same part of the world when he made a similar threat.

 

Ma traduction :

 

Alors que le dirigeant suprême de l’Iran appelle à une ‘Sainte Intifada’ pour éradiquer Israël, les Juifs du monde entier peuvent tirer réconfort du retournement de situation [qui se produisit jadis] aux dépens de l’homme qui, dans la même partie du monde, avait proféré une menace similaire. »

 

On aura reconnu l’allusion à Haman (ou Aman), vizir  de l'Empire perse sous le règne d'Assuérus (Xerxès Ier), qui, alors qu’il avait intrigué pour éliminer son rival (juif)Mardochée et vouer à l’extermination tous les Juifs de l’empire, périt lui-même sur la potence qu’il avait fait dresser pour Mardochée, tandis que l’empereur publiait un rescrit inversant radicalement la situation, puisqu’il prescrivait aux Juifs de tuer leurs assaillants

 

Moralité de cette affaire de tables retournées, mal comprise et qui pourtant prospère : comme pour les vins, se méfier des appellations non contrôlées. Il convient d’avoir en mémoire que Nicolas Sarkozy, ses épigones et ses successeurs, ne sont ni linguistes ni rompus à la pratique de la langue anglaise. Mon hypothèse est donc que, s’étant heurtés, à plusieurs reprises, à l’expression qui nous occupe, ils l’auront mal comprise, ou auront été mal informés sur son sens par leur entourage. N’ayant retenu de la métaphore que l’image d’une violence ou d’un coup d’audace qu’elle semble connoter (en français !), il n’est pas étonnant qu’ils commettent ce contresens, qui sera d’autant plus difficile à bannir de la prose journalistique, dans laquelle il s’est infiltré de manière sauvage, avant de se répandre dans le langage courant avec une force qui semble inendiguable, par la vertu des médias, en général, et d’Internet, en particulier.

 

Conscient que réparer du faux l’irréparable outrage (culturel) s’apparente à une tâche sisyphéenne, je m’y efforce cependant avec ténacité –quoique sans trop d’illusions - à chaque fois que l’occasion m’en est fournie, dans l’espoir (fragile) que le temps fera son œuvre et que ce type de fausse monnaie littéraire finira par tomber dans l’oubli qu’il mérite.

 

Voili, voilà, je suis de ceux qui pensent, que notre Mélenchon, homme d’appareil, affiche qu’il va renverser la table au sens des rosbifs, il joue le développement de sa boutique, l’œuvre de sa vie, un machin qui renvoie le PC et le PS dans le cimetière des éléphants. Il veut retourner sa défaite aux présidentielles à son avantage, peut-être va-t-il y réussir en privant la coalition Macron d’une majorité absolue gage d’une Assemblée aux ordres du Président.

 

De Michel Drucker à Jean-Luc Mélenchon, le complexe Gérard Miller

Collections Littérature française Collection jaune Chaoïd La petite jaune  Verdier/poche Littérature étrangère allemande espagnole italienne russe  Autres litt. étrangères Littérature et tauromachie Philosophie Histoire Les  Dix Paroles Islam spirituel Critique ...

 

Bref, pour terminer sur une note humoristique, je trouve que dans la famille Miller, Gérard et Jacques-Alain, c’est la France assemblée : l’un est fou de Mélenchon, l’autre décrypte dans le  Point « torchon » dixit Jean-Luc, Jean-Luc Mélenchon sur le divan

 

« Désir de domination, contradictions permanentes, colères noires… Le leader de la Nupes étudié par le psychanalyste Jacques-Alain Miller »

 

Bon dimanche de votation.

Le Neveu de Lacan de Jacques-Alain Miller

« Donc, je citais l'évangile selon saint Luc. Je citais la fin de la parabole du semeur: "Entende qui a des oreilles pour entendre." Ensuite, ses disciples demandent à Jésus pourquoi il parle en paraboles. Et Jésus répond ceci, qui est repris dans le petit prince: "A vous il est donné de connaître les mystères du royaume de Dieu. Les autres n'ont que des paraboles afin qu'ils voient sans voir et entendent sans comprendre. »

 

 

 

L'affaire Toulaév - Victor Serge - Éditions La Découverte

Législatives 2022 : quand la gauche lutte pour l’émancipation en France mais cautionne l’oppression ailleurs ICI 

 

Analyse. En 1936, un écrivain signe une lettre magnifique, qui tient une place d’honneur dans les archives de la lucidité. Le militant libertaire Victor Serge (1890-1947) s’adresse à André Gide, compagnon de route du Parti communiste français. Quand il interpelle le célèbre auteur français, Victor Serge sort à peine des geôles soviétiques. Né à Bruxelles dans une famille modeste, il aura été de tous les combats. En 1919, il se bat aux côtés des bolcheviques. Exclu du Parti en 1928, puis arrêté, il a connu les procès truqués, les camps, le climat de délation généralisée, qu’il décrira dans ses romans, à commencer par S’il est minuit dans le siècle (1939), son chef-d’œuvre.

 

Il est libéré en 1936 grâce à une campagne internationale menée par André Malraux, Romain Rolland et André Gide. La lettre qu’il envoie plus tard à ce dernier conjugue gratitude et franchise. Il y exhorte l’auteur des Nourritures terrestres à rompre avec l’aveuglement et à reconnaître les immenses crimes commis au nom de l’idéal communiste : « Si je vous comprends vraiment, cher André Gide, votre courage a toujours été de vivre les yeux ouverts, note-t-il. Vous ne pouvez pas les fermer aujourd’hui sur cette réalité. » Ainsi, demande Victor Serge, peut-on prétendre combattre le fascisme en Europe quand on cautionne l’épuration de masse en Russie ? Il prévient : « Nous faisons front contre le fascisme. Comment lui barrer la route avec tant de camps de concentration derrière nous ? »

 

Un paradoxe douloureux

Avec ce courrier, Victor Serge transmettait le flambeau d’une tradition certes minoritaire mais longtemps prestigieuse parmi les progressistes : celle d’une gauche antitotalitaire et internationaliste qui voulait maintenir vivante l’espérance socialiste malgré le cauchemar soviétique. Cet internationalisme antistalinien, qui héritait lui-même du cosmopolitisme des Lumières, affirmait un principe simple : on ne peut prétendre lutter pour l’émancipation ici quand on cautionne l’oppression ailleurs. Ce principe a largement structuré ce qu’on appelle « la gauche », bien au-delà de ses seules franges révolutionnaires. Au fil du temps et à travers les épreuves (guerre d’Espagne, conflits coloniaux…), il aura été maintes fois malmené. Notre époque nous permet de vérifier qu’il est maintenant mort et enterré.

 

Paradoxe douloureux : en France, l’homme qui aura joué le rôle de fossoyeur est aussi celui dont on aurait pu attendre qu’il sauve cette morale internationaliste. Car enfin, Jean-Luc Mélenchon, désormais chef tout-puissant des gauches françaises, n’a-t-il pas été formé à l’école du trotskisme ? N’a-t-il pas lu les textes des dissidents antistaliniens, et notamment ceux de Victor Serge, qu’aimaient citer ses anciens camarades lambertistes ? N’a-t-il pas été imprégné par le souci du monde qui fait depuis toujours l’identité de cette maigre troupe révolutionnaire ? En théorie, si. Dans un entretien publié par la Revue internationale et stratégique (n° 100, 2015), il déclarait d’ailleurs : « J’ai toujours considéré que la géopolitique commandait la politique. » Mais, justement, si l’on prend M. Mélenchon au mot, et si l’on admet que sa géopolitique « commande » sa politique, alors il apparaît que celle-ci vise autre chose qu’un avenir d’émancipation. L’histoire de ses prises de position, même récentes, l’atteste.

 

De rares réserves à l’égard du Kremlin

 

Les plus notables concernent encore la Russie. Non plus celle de Staline, mais celle de Poutine. Si l’on s’en tient aux tragédies syrienne et ukrainienne, on constatera à quel point M. Mélenchon a épousé le récit du pouvoir russe. Jusqu’à l’invasion de l’Ukraine, en février, on ne trouve chez le dirigeant « insoumis » que de très rares réserves à l’égard des agissements du Kremlin. Au contraire, ses déclarations sont empreintes d’enthousiasme. En 2014, alors que la Russie vient d’envahir la Crimée, il se félicite sur son blog : « Bien sûr que la Crimée est “perdue” pour l’OTAN ! Bonne nouvelle ! Il faut espérer que du coup, la bande de provocateurs et d’agités qui dirigent la manœuvre va se calmer pour un temps. »

 

La même année, quand le président François Hollande renonce à livrer les navires de guerre Mistral à la Russie, l’ancien sénateur de l’Essonne dénonce « une trahison insupportable ». En 2015, lorsque l’opposant russe Boris Nemtsov est tué à Moscou, il déplore que Vladimir Poutine soit « la première victime de cet assassinat ». En 2016, lui qui s’est opposé à toute intervention française en Syrie déclare que le président russe va « régler le problème » avec ses bombardiers. Deux ans plus tard, en visite à Moscou, il se déclare « en campagne contre la diabolisation de Poutine » et rencontre des propagandistes engagés aux côtés des séparatistes pro-Russes en Ukraine.

 

Retournement tardif

 

On connaît la suite, la guerre d’agression livrée par Poutine. Une offensive dont le leader de La France insoumise aura martelé jusqu’au bout qu’elle n’était qu’un épouvantail agité par les Américains. « Ce sont les Etats-Unis qui sont dans la position agressive, et non la Russie », assure-t-il encore à la fin du mois de janvier 2022, alors que Moscou a déjà massé 150 000 soldats à la frontière ukrainienne. Bien sûr, on objectera que Mélenchon a, depuis, pris ses distances avec Poutine, allant jusqu’à le condamner fermement, une fois la guerre déclenchée. Mais ce retournement tardif ne saurait effacer l’accumulation intraitable des complaisances.

 

Chez Mélenchon, une telle indulgence envers l’autocratie russe n’a eu d’égale que l’hostilité pavlovienne à l’égard de la démocratie américaine. Pour lui, il ne s’agit nullement d’en critiquer les failles sociales, les fractures raciales ou les pulsions impérialistes. A ses yeux, l’Amérique en tant que telle est une entité malfaisante, au point de constituer « le premier problème du monde ». En 2012, il précisait : « Les Yankees représentent tout ce que je déteste. »

 

La conception du monde qui est celle de l’« insoumis » en chef l’a amené à soutenir des chefs écrasant la moindre insoumission

 

On pourrait aussi se pencher sur d’autres aspects de la géopolitique de M. Mélenchon, qu’il qualifie souvent de « non-alignée », parfois d’« écosocialiste ». Rappeler son refus de condamner la chasse aux Ouïgours menée par la Chine. Evoquer la situation du Venezuela et la répression de ces opposants que le leader de la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (Nupes) s’empresse d’assimiler à une horde de fascistes. Citer encore bien d’autres exemples illustrant ceci : la conception du monde qui est celle de l’« insoumis » en chef l’a amené à soutenir des chefs écrasant la moindre insoumission.

 

Quand ces faits sont mentionnés, nombreux sont les partisans de Mélenchon qui crient à la diversion : à les entendre, quiconque en parle « roule pour Macron » et/ou « fait le jeu de Le Pen ». Pourtant, ils ne pourront évacuer éternellement la question-clé, celle qui travaille beaucoup des potentiels électeurs de la Nupes : pourquoi ? Pourquoi diable faut-il que le seul leader capable de rassembler la gauche en France soit celui qui cautionne tant d’infamies ailleurs ? Moi qui tiens aux droits des minorités, n’ai-je d’autre choix que d’épauler celui dont les diatribes contre la cause tibétaine sont reprises par la propagande chinoise ? Moi qui rêve de justice sociale, suis-je condamné à acclamer celui qui a longtemps misé sur le « sang-froid de Vladimir Poutine » pour maintenir la paix en Ukraine ? Moi qui suis partisan d’une vraie révolution écologique, me faut-il soutenir celui qui a trouvé nécessaire, en 2017, de mettre en doute l’usage d’armes chimiques par le dirigeant syrien Bachar Al-Assad ? Comment ne pas y songer quand on a en tête le documentaire de Waad Al-Kateab et Edward Watts, Pour Sama (2019), qui montre la vie quotidienne d’un couple et de son bébé, à Alep, sous les bombes russes ? Ou quand on entend le récit des rescapés de Boutcha, en Ukraine, racontant les exécutions, les viols, les corps suppliciés ? Pour défendre les services publics en France, faut-il vraiment oublier les bébés d’Alep, les femmes de Boutcha, s’en remettre à quelqu’un qui a si longtemps collé aux discours de leurs bourreaux ?

 

Le prix à payer

 

Il y a là une contradiction périlleuse. Parmi les soutiens de M. Mélenchon, certains en ont évidemment conscience. En privé, ils n’hésitent pas à confier que les positions « internationales » de leur héraut sont accablantes. Cela ne les empêche pas de continuer à le soutenir, en vertu d’un calcul qui fonde la « realpolitik » moderne, et qui a fait couler tant de sang au XXe siècle : on ne fait pas d’omelette sans casser d’œufs. D’accord, « Jean-Luc » déraille un peu sur la Syrie… mais c’est le prix à payer pour que la gauche ait une chance de revenir au pouvoir. Certes, on se passerait bien des complaisances de « Jean-Luc » envers les pouvoirs russe, chinois, vénézuélien ou cubain… mais il est le seul à pouvoir fonder ici une VIe République. Qu’ils soient d’accord ou non avec leur chef, les militants de La France insoumise font donc bloc derrière lui, comme ceux des partis désormais ralliés, socialistes, communistes ou écologistes.

 

Ce faisant, ils font un pari risqué : non seulement ils renoncent à l’idée que la géopolitique « commande » la politique, selon le mot de Mélenchon lui-même, mais ils misent sur le fait que la géopolitique compte pour rien. C’est ce qu’a suggéré l’une des figures de La France insoumise, Manuel Bompard, peu avant le premier tour de l’élection présidentielle. Balayant les critiques qui visent les options internationales de son patron, il tranchait dans Le Journal du dimanche, le 6 mars : « Ça ne nuira pas à notre dynamique. »

 

Si les prochaines élections législatives lui donnaient raison, deux conclusions s’imposeraient : en termes pragmatiques, c’est-à-dire pour ce qui concerne la conquête du pouvoir et des postes associés, la realpolitik mélenchonienne aura payé ; en termes historiques, néanmoins, la gauche aura prouvé qu’elle peut désormais se moquer du monde, c’est-à-dire renoncer à cette éthique internationaliste sans laquelle Victor Serge disait qu’on ne saurait « maintenir le socialisme au-dessus des boues ».

 

Jean Birnbaum

Partager cet article
Repost0
11 juin 2022 6 11 /06 /juin /2022 06:00

Ne soyez pas des moutons - Mai 68 - Affiche entoilée. B.E. - salissures,  traces de [...] | lot 444 | Mai 68 en 500 Affiches at Artcurial |  Auction.fr | English

Si Jean-François n’était pas Vert sur les bords, et pacifiste, j’aurais titré qu’il avait sorti sa sulfateuse pour dézinguer le nouvel hochet de notre Emmanuel II, le C.N.R.

 

Mais comme j’ai tété le lait des curés toute ma jeunesse j’ai préféré la crucifixion sur le Golgotha des zinzins inutiles.

 

Et au 78 rue de Varenne nous en avions une belle collection puisque, depuis le PACS entre la FNSEA et les pouvoirs publics, pour cogérer la PAC, il y eut les Conseil des Offices par produits, où les professionnels venaient se goberger à Paris, réfugiés depuis Sarkozy, dans un grand bouzin, FranceAgrimer, relégué à Montreuil-sous-Bois. La liste est longue et, elle est rarement raccourcie.

 

Les politiques se plaignent hypocritement du mille-feuilles administratif, j’adore les mille-feuilles c’est un gâteau délicieux mais compliqué à manger, mais ils se gardent bien de le simplifier, faut pas fâcher ses obligés.

 

Mon rêve, qu’au lieu de ces zinzins inutiles, Emmanuel II, donne à l’Assemblée Nationale nouvellement élue, une feuille de route où les nouveaux élus aient pour mission d’élaguer les branches inutiles.

 

Mais, comme le dirait le PAX, pour ce que j’en dit…

 

https://www.ulyces.co/wp-content/uploads/2018/12/Mouton.jpeg

 

Un conseil de plus, un peu de démocratie en moins

 

Emmanuel Macron a annoncé le 3 juin, neuf jours avant le premier tour des élections législatives, la création à venir d’un « Conseil National de la Refondation ».

 

Chacun aura compris que l’essentiel dans cette annonce est d’utiliser une fois encore le souvenir de la Libération et du Conseil National de la Résistance, en réutilisant l’acronyme. L’utilisation de l’histoire est un sport international en plein développement. Il faudrait envisager l’organisation d’olympiades auxquelles participeraient les chefs d’État et les responsables politiques du monde entier. Cela permettrait de désigner le meilleur utilisateur de récits historiques à des fins politiques et d’essayer en même temps d’essayer de rétablir l’histoire dans sa complexité.

 

J’avoue mon effarement devant cette annonce.

 

Les Français vont voter dans quelques jours pour désigner leurs représentants à l’Assemblée nationale et le Président de la république dit aux Français que cette élection n’a aucune importance, que cette assemblée nationale n’aura qu’un rôle subalterne, puisque l’essentiel se jouera ailleurs, dans ce nouveau Conseil National de la Refondation.

 

Si cela n’est pas un appel à l’abstention, ça y ressemble beaucoup.

 

En faisant cela, le chef du parti « Renaissance » (nouveau nom de « la république en marche ») ne commet pas une erreur politique. Tous les analystes politiques considèrent que plus l’abstention sera élevée, plus les chances du parti du président seront fortes dans les élections législatives à venir.

 

On notera le changement de thématique par rapport à 2017. Il s’agissait alors de marcher sous la direction d’un président jupitérien qui indiquait la direction. Cinq ans après, la marche en avant a vécu, il n’est plus question que de re-commencer, en évitant de donner l’impression de se ré-péter. C’est pourquoi il faut re-naître, se ré-inventer. À défaut de changer le monde et la manière de gouverner, la sémantique se renouvelle.

 

La proposition d’Emmanuel Macron qui manifeste jusqu’à la caricature le peu de cas qu’il fait de l’Assemblée nationale et la place subordonnée qui est la sienne dans la Ve République, est surprenante d’un autre point de vue.

 

Nos institutions à défaut d’être démocratiques foisonnent de conseils en tout genre.

 

Puisque l’écologie et la lutte contre le changement climatique doivent être la priorité de l’action publique, mentionnons-en quelques-uns, sans aucune prétention à l’exhaustivité. Il existe déjà un conseil national de la transition écologique, un Haut conseil pour le climat, un Conseil économique, social et environnemental (CESE), d’ailleurs réformé par Emmanuel Macron au cours du quinquennat précédent pour en renforcer l’importance.

 

Ce ne sont là que les principaux, on peut mentionner la commission nationale du débat public chargée d’organiser, comme son nom l’indique, la consultation des citoyens sur tous les grands projets d’investissement.

 

Il existe des conseils nationaux spécialisés dans tous les domaines : comité national de l’eau, conseil supérieur des transports et de l’inter modalité, conseil supérieur de l’énergie, de la mer, la montagne etc. les curieux pourront trouver la liste sur le site du ministère chargé de l’écologie.

 

Emmanuel Macron qui se plaint régulièrement de la complexité du système administratif et de la difficulté à prendre des décisions au milieu de ce maquis d’organismes consultatifs dont l’avis a une portée juridique variable, n’ignore pas l’existence de tous ces dispositifs.

 

La multiplication des instances consultatives et délibératives est un des moyens d’étouffer la véritable démocratie. Elles sont appelées à participer à une décision sans y avoir aucune influence véritable, ce qui permet à l’exécutif de garder les mains libres.

 

Le conseil national de la Refondation s’il devait voir le jour ne serait qu’une instance de plus dans un système administratif qui en compte déjà beaucoup trop pour que les citoyens s’y retrouvent.

 

Nous élisons des députés non pour qu’ils fassent de la figuration dans une chambre sans pouvoir, mais pour qu’ils soient pleinement responsables du contrôle de l’action du gouvernement et qu’ils rendent des comptes devant les citoyens.

 

La fausse démocratie participative incarnée par la multiplication d’instances de bavardages, oubliées à peine ont-elles été créés, ne fait qu’accentuer la crise de la démocratie.

 

Le 8 juin 2022

Jean-François Collin

Partager cet article
Repost0
10 juin 2022 5 10 /06 /juin /2022 06:00

 

Avant le déluge - Manifestations

18 janvier 2014

 

Qui se souvient de Gabrielle Russier : mourir d'aimer, comprenne qui voudra ICI

actu-societe-Gabrielle-Russier.jpg

 

 

Lorsque le 22 septembre, notre normalien de Président, questionné par Jean-Michel Royer, sur ce qu’il était maintenant de bon ton d’appeler « l’affaire Russier », allait convoquer Paul Eluard pour jeter un étrange voile sur Gabrielle, délivrer, une brève et ambiguë, oraison funèbre : « Comprenne qui voudra… » lance-t-il.

 

 

 

En exergue de son poème, Eluard avait écrit : «  En ce temps-là pour ne pas châtier les coupables, on maltraitait les filles. On allait jusqu’à les tondre. »

 

 

 

Pompidou était prévenu, du poème d’Eluard filtre une émotion poignante :

​​​​​​​

Comprenne qui voudra

 

Moi mon remords ce fut

 

La malheureuse qui resta

 

Sur le pavé

 

La victime raisonnable

 

A la robe déchirée

 

Au regard d’enfant perdue

 

Découronnée défigurée

 

Celle qui ressemble aux morts

 

Qui sont des morts pour être aimés                

 

Une fille faite pour un bouquet

 

Et couverte

 

Du noir crachat des ténèbres

 

Une fille galante

 

Comme une aurore de premier mai

 

La plus aimable bête

 

Souillée et qui n’a pas compris

 

Qu’elle est souillée

 

Une bête prise au piège

 

Des amateurs de beauté

 

Et ma mère la femme

 

Voudrait bien dorloter

 

Cette image idéale

 

De son malheur sur terre.

Aujourd’hui c’est « Avant le déluge » (1954)

 

Avant le déluge de André Cayatte (1954) - Unifrance

 

Pourquoi ce film ?

 

Pour coller quelque peu à l’actualité qui nous parle à tout bout de champs de la guerre nucléaire à venir ou non et vous faire savourer ce qu’était la fameuse « qualité française »

 

Quelle est l’histoire ?

 

Au début des années 1950, la guerre de Corée implique la France en tant qu'adhérente à l'ONU. Cinq jeunes gens suivent le mouvement de panique générale, dû au risque de guerre nucléaire. Ils projettent d'aller se réfugier sur une île perdue de l'océan Pacifique. Pour se procurer l'argent nécessaire à leur voyage, à l'insu de leurs parents, Daniel Epstein, Jean Arnaud, Philippe Boussard, Richard Dutoit et Liliane Noblet commettent un cambriolage qui tourne mal : Jean tue accidentellement le veilleur de nuit…

 

 

Réalisation

 

 André Cayatte

 

Romancier, avocat, cinéaste, scénariste et/ou dialoguiste André Cayatte est une forte et dérangeante personnalité du cinéma français.

 

Son idée première est celle d'un cinéma interpellant les masses sur des problèmes de société.

 

C’est ainsi qu’il réalise un cycle au cours duquel il analyse les rouages et les enjeux de la justice à ses différentes étapes. En 1950 « Justice est faite », film montrant un jury d'assises prisonnier de ses préjugés, « Nous sommes tous des assassins » 1952, plaidoyer sur l'inefficacité de la peine de mort, « Avant le déluge » 1954, essai sur ce qui pousse la jeunesse à se retourner contre la société, « Le Dossier noir » 1955, qui traite des faiblesses inhérentes à l'instruction. Le résultat est un succès populaire, une citation parmi les quinze cinéastes français qui comptent.

 

Il est aussi à l’origine d’une évolution du cinématographe vers le genre télévisuel, tel qu'il se voit aujourd'hui dans les enquêtes d'actualité. Après divers problèmes  dérangeant les autorités et l’empêchant de tourner un film sur « l’affaire Seznec »

 

Il continue au cinéma jusqu'en 1978, puis à la télévision, à filmer des problèmes de société, voire des sujets d'actualité, comme l'ostracisassion d'un enseignant accusé de pédophilie, cas parmi bien d'autres de délation abusive qu'a eu à défendre Me Cornec « Les Risques du métier » 1967 avec Jacques Brel ou encore l'affaire Gabrielle Russier, une enseignante amoureuse d'un de ses jeunes élèves « Mourir d'aimer » 1971) avec  Annie Girardot. En 1969, ce cas avait interrogé l'inhumanité d'un système judiciaire zélé, pratiquant la peine de mort par suicide, jusqu'au Président de la République qui avait commandé une enquête et terminé une conférence de presse par cette unique citation d’Eluard « Moi mon remord ce fut la victime raisonnable au regard d'enfant perdu, celle qui ressemble aux morts, qui sont morts pour être aimés » .

Truffaut qualifiait le cinéma de Cayatte, avec un certain dédain de film à thèse. Mais les films à thèse, enchantaient cette époque - l’enfance de Ciné papy – d’où le succès public de ce cinéaste qui nous amenait à sortir des sentiers battus. À la sortie de la messe du dimanche on se précipitait sur l’affiche de la critique catholique cataloguant les films allant du « Pour tout public » à « A éviter » en passant par « Pour adultes avertis »

 

Jacques Chabassol, Clément Thierry, Roger Coggio et Jacques Fayet dans Avant le déluge, d’André Cayatte (1952).

Qui fait quoi ?

 

Antoine Balpêtré :                  Monsieur Albert Dutoit

 

Nul, mieux que l’article que lui consacre Wikipédia ne dira la belle et bonne carrière de cet acteur plébiscité en son temps. En outre elle illustre parfaitement cette banale remarque : Il tourna avec les plus grands.

 

Après un Premier Prix au Conservatoire en 1919, il est engagé au Théâtre de l’Odéon avant d’entrer à la Comédie-Française en 19342. Il y enchaine les rôles et est l'interprète de Molière, Pirandello, Hugo, Racine, Edmond Rostand, Shakespeare, Paul Claudel et de bien d'autres auteurs.

 

Au cinéma, après cinq films tournés dans les années 1930, il figure sous l’Occupation dans quelques-uns des films les plus marquants de l'époque : « La Main du diable » 1942 de Maurice Tourneur « L'assassin habite au 21 » 1942 et « Le Corbeau » 1943 de Henri-Georges Clouzot films produits par la firme allemande Continental. Cela lui vaut d’être emprisonné pendant quelques mois à la Libération et d’être révoqué de la Comédie Française. Ensuite, il apparait notamment dans « Justice est faite » 1950 et « Nous sommes tous des assassins » 1952 d’André Cayatte, « Le Plaisir » de Max Ophüls 1952, « Le Rouge et le Noir » 1954 de Claude Autant-Lara, « Katia » 1959 de Robert Siodmak. Sur scène, il trouve l’un de ses derniers rôles dans La Chatte sur un toit brûlant de Tennessee Williams.

 

Paul Bisciglia :           Jean-Jacques Noblet

 

Ce prolifique comédien, spécialisé dans des seconds rôles, a près de 200 films à son actif. On le retrouve souvent dans des personnages souvent gouailleurs, tel le comédien marié à Micha Bayard en quête de rôles dans « Le Cinéma de papa »1971  de Claude Berri. Il était également le jeune marié dans « Les Vieux de la vieille » 1960 de Gilles Grangier, le curé dans « Hibernatus » 1869 d'Édouard Molinaro, un Français moyen dans « On a retrouvé la septième compagnie » 1975 de Robert Lamoureux et le bagagiste dans « L'Aile ou la cuisse » 1976 de Claude Zidi.

 

Homme de théâtre, il a notamment participé à la création ou à la reprise de plusieurs pièces de Jean Anouilh.

 

On l’a déjà rencontré dans « Un témoin dans la ville » 1959

  

Bernard Blier :                  Monsieur Marcel Noblet

 

Ras le bol ! N’en jetez plus la cour est pleine ! Ciné papy a beau avoir une passion voir une grande tendresse pour les acteurs le père de Bertrand Blier me colle aux charentaises comme le sparadrap du Capitaine Haddock. Preuve s’il en était d’une magnifique et longue carrière s’étalant de 1936 à 1980 avec d’innombrables films devenus cultes. Pour en savoir un peu plus, sans courir vers l’abondant article de Wikipédia.

 

Before the Deluge (1954) - IMDb

Marina Vlady :                  Liliane Noblet

 

Nous l’avons déjà rencontrée dans « Les bonnes causes »1963

 

Quand elle tourne « Avant le déluge » elle a déjà 12 films à son actif en cinq ans de carrière.

 

Elle a à peine seize ans.

 

Avec un tel pedigree elle se sent devenir et s’avance comme telle sur le plateau. Las, l’accueil de Cayatte et, précise-t-elle, de l’ingénieur du son, est effroyable pour elle et les autres jeunes acteurs de la bande pendant toute la scène du procès. Elle poursuit : « Je crois que Cayatte avait manigancé ce plan de travail pour obtenir le maximum de tension chez ses jeunes interprètes. Il y avait réussi et même bien au-delà. »

 

Ils reçurent le Prix de la Critique au Festival de Cannes. Mais elle ne fut pas autorisée à assister à la projection : le film, jugé trop noir, était interdit… aux moins de 16 ans !

 

Jacques Chabassol :               Jean Arnaud

 

Petite carrière pour cet acteur qui ne participa qu’à 8 films.

 

Après avoir travaillé sous la direction d'André Cayatte, de Julien Duvivier ,de Marcel Carné, de Georges Lautner et de Gilles Grangier,  il quitte les plateaux en 1963 et devient restaurateur

 

Roger Coggio :                  Daniel Epstein

 

Membre de la troupe du TNP de Jean Vilar, il réalisa notamment l'adaptation des Fourberies de Scapin de Molière. Acteur et réalisateur, il se passionna pour « Le Journal d’un fou » d’après l’œuvre de Nikolaï Gogol qu’il interpréta dans diverses version et qu’il monta plusieurs fois Il partagea la vie de Pascale Audret, Élisabeth Huppert et Fanny Cottençon, avec qui il eut un fils.

 

Jacques Castelot :                   Serge de Montessan

 

Acteur de théâtre et de cinéma, il est le frère de l'historien André Castelot. (Animateur de l’émission historique « La Caméra explore le temps » à la télévision.

 

Il a joué dans plus de 80 films entre 1937 et 1988, interprétant souvent des rôles d'aristocrate. Au théâtre, il a notamment créé Les Mains sales de Jean-Paul Sartre et Ardèle ou la Marguerite de Jean Anouilh.

 

Paul Frankeur :                Monsieur Boussard

 

À Saint-Germain-des-Prés, il côtoie Jacques Prévert et Maurice Baquet et se lie au groupe Octobre.*

 

Il tournera dans plus de quatre-vingts films en France et en Italie.

 

Il partageait avec Jean Gabin et Lino Ventura la passion de la bonne chère. La solide amitié qui le liait à ces deux grands acteurs se traduisit par une présence commune dans de nombreux films, parmi lesquels plusieurs classiques. Paul Frankeur reste une figure attachante du cinéma, dans des seconds rôles où sa justesse d'interprétation lui valait d'être distingué. Par son timbre de voix, reconnaissable entre mille, il affirmait sa présence à l'écran.

 

On se souviendra de lui dans « Marie Octobre »  1959 voir fiche et/ou dans l’impeccable « Un singe en hiver » 1962 de Verneuil ou encore  « Le Deuxième Souffle » 1966 de Jean-Pierre Melville

 

* Déjà plusieurs fois évoqué dans les fiches ; Il faudra trouver une opportunité pour fournir explications et dire l’importance de ce groupe issu de « l’agit-prop » des années trente.

 

Isa Miranda :                           Madame Françoise Boussard

 

Une vie cabossée par divers accident pour cette belle actrice italienne.

 

En 1934, elle tourne dans le film de Max Ophüls « La Dame de tout le monde », un succès qui fait d'elle une vedette. Cela lui permet de tourner ensuite avec quelques grands réalisateurs européens et d'espérer une carrière à Hollywood. Elle signe en effet un contrat avec la Paramount en 1938, pour jouer dans « Zaza » 1939 de George Cukor, mais doit y renoncer après un accident de voiture. Elle tourne ensuite deux films qui n'ont pas de succès, et rentre en Italie.

 

La suite de sa carrière en Europe est cependant brillante : elle y tourne à nouveau avec certains des plus grands réalisateurs du continent. Son rôle dans « Au-delà des grilles » de René Clément lui vaut le prix d'interprétation féminine au festival de Cannes de 1949.

 

Line Noro :                         Madame Arnaud

 

Actrice de rôles de composition, spécialisée aussi dans les « rôles de pleureuses », elle a joué au cinéma dans une cinquantaine de films entre 1928 et 1956, parmi lesquels : « Pépé le Moko » 1937 de Julien Duvivier Goupi « Mains Rouges » 1943 de Jacques Becker « La Symphonie pastorale » 1946 de Jean Delannoy ou encore « Meurtres ? » 1950 de Richard Pottier.

 

Marcel Pérès :                   l'inspecteur Mallingré

 

Il joue dans huit des films de Jean-Pierre Mocky. Au théâtre, Jean Anouilh fait souvent appel à lui, on le voit notamment dans Le Rendez-vous de Senlis, L'Invitation au château, Ardèle ou la Marguerite4, Eurydice et Antigone.

 

Il enchaîne quelques chefs-d'œuvre, comme « Goupi Mains Rouges » 1943  de Jacques Becker, « Les Enfants du paradis » de Marcel Carné en 1945, ou « Justice est faite » d'André Cayatte en 1950.

 

Albert Rémy :                    le garçon de café

 

Il débute au cirque, puis au théâtre en tant que décorateur et metteur en scène4 avant de devenir comédien. Parmi ses films les plus notables, on peut citer « Les quatre cents coups » 1959 de François Truffaut ou « Le Train » 1964 de John Frankenheimer où il joue aux côtés de Burt Lancaster, Michel Simon, Jacques Marin, Suzanne Flon et Jeanne Moreau.

 

André Valmy :            l'autre inspecteur de police

 

André Valmy fréquente le groupe Octobre : Yves Montand, Simone Signoret, et Gérard Philipe, avec qui il tourne dans la baie de Somme dans « Une si jolie petite plage » 1949. André Valmy, joue beaucoup au théâtre, pour les plus grands metteurs en scène (Raymond Rouleau, Jean-Louis Barrault, Jean Vilar). Il se considère plutôt comme un acteur instinctif. André enchaîne les rôles de flics et de gangsters pour la télévision et le cinéma Mauricet dans « Le Gorille vous salue bien » 1958 de Bernard Borderie avec Lino Ventura, Lucas dans « Maigret tend un piège » 1958 de Delannoy avec Jean Gabin).

 

Maria Zanoli :            Madame Dutoit

 

Elle fait ses vrais débuts au cinéma avec Renato Castellani dans « Zazà » 1944 et a joué dans une soixantaine de films jusqu'en 1961, travaillant, entre autres, avec des réalisateurs tels que Mario Mattoli, Julien Duvivier, Federico Fellini et Luchino Visconti.

 

Gérard Blain :            le lycéen bagarreur

 

Une carrière de 82 films pour cet acteur à la personnalité affirmée. Il est considéré par certains comme un «anarchiste de droite» pour son anticonformisme éthique.

 

À ne pas confondre avec Roger Blin (que nous avons vu dans « Entrée des artistes » 1938)

 

Pour mettre une tête sur le nom de Gérard Blain, souvenez-vous, il faisait partie du trio de « Hatari !» 1962 de Hawks avec Hardy Kruger et l’incontournable John Wayne sans oublier la belle et pleine d’humour Elsa Martinelli. Mais celle-là impossible de l’oublier.

 

Jean Yanne :               un lycéen

 

Né en 1933 notre plus qu’éclectique * Yanne national a 21 ans lors du tournage et 3 films derrière lui.

* Il fut : homme de radio, journaliste, acteur de cabaret, homme de cinéma ( acteur – metteur en scène – producteur – scénariste), Écrivain de scénarios et dialogues de BD, romancier

   

Christian Brocard :

 

Second rôle du cinéma français, il a joué dans plus de cinquante films dont « Si Versailles m'était conté »  1954 de Sacha Guitry,« Les Diaboliques » 1955 de G.H. Clouzot,« Ascenseur pour l'échafaud »  1958 de Louis Malle« Les Quatre Cents Coups » 1959 « La Grande Vadrouille » 1966 de Gérard Oury

 

Jacques Duby:            un manifestant

 

En voilà un qui n’a été qu’acteur dans sa longue carrière, mais quel acteur !

 

Le grand public le découvre notamment grâce au rôle de Camille Raquin qu'il interprète dans le film « Thérèse Raquin » 1953 de Marcel Carné.

Mais c'est à la scène qu'il doit sa notoriété en se faisant remarquer par sa verve dans des pièces de dramaturges de premier plan. Il crée « Voulez-vous jouer avec moâ ? »de Marcel Achard, « L'Œuf » de Félicien Marceau, « Les Oiseaux de lune » de Marcel Aymé, « La Logeuse » de Jacques Audiberti que du beau monde !

 

Le 1er octobre 1968, il apparaît dans la première publicité de marque à la télévision française.

 

Au cinéma, s'il ne tient que des seconds rôles, il a l'opportunité d'être dirigé par des réalisateurs de renom comme André Cayatte ou Julien Duvivier.

 

Cependant, au début des années 1970, sa carrière cinématographique s'appauvrit au profit de la scène où il continue d'obtenir de beaux succès (dopés par la collection télévisée Au théâtre ce soir), fidèle au répertoire de grands auteurs : Félicien Marceau, Jean Anouilh, Eugène Ionesco... En 1971, il joue encore le rôle de Valentin - 16 ans après sa création - dans l'adaptation télévisuelle de Les oiseaux de lune avec Claude Jade et Pierre Arditi, encore réalisé par André Barsacq.

 

En raison de son flegme, il était surnommé « l'Alec Guinness français », notamment lors de la création de la pièce de théâtre L'Œuf de Félicien Marceau en 1956 où le critique Robert Tréno du Canard enchaîné écrit : « Si le cinéma français se mettait un jour à avoir autant d’humour qu’en a parfois le théâtre, nous aurions notre Buster Keaton, nous aurions notre Alec Guinness. C’est indubitable ! »

 

Paul Faivre:                 Eugène

 

Paul Faivre interpréta des rôles de grand-père (Les Grandes Vacances, Le Grand Restaurant, Archimède le clochard, Les Vieux de la vieille, Une aussi longue absence…). Entre 1931 et 1967, il a joué dans 180 films (vingt-huit d'entre eux ont été réalisés par André Berthomieu).

 

Jacques Marin:          l'ouvrier à bicyclette

 

Ancien élève du Conservatoire national supérieur d'art dramatique de Paris, sa carrière cinématographique démarre vraiment en 1951 grâce à son rôle dans Jeux interdits. Il ne tourne pas moins de 18 films avec son ami Jean Gabin.

 

Physiquement proche du stéréotype français, avec sa rondeur bougonne et sa moustache en brosse, il a joué dans de nombreuses productions américaines. Il maîtrise en effet parfaitement l'anglais, grâce à son épouse Patricia Hutchinson. Cela lui permettra d'approcher de nombreuses stars, telles que Marlon Brando, Audrey Hepburn, Cary Grant, Errol Flynn, Orson Welles, Burt Lancaster, Julie Andrews, Dustin Hoffman, Michael Caine, Anthony Quinn... Il doublera également de nombreux films américains en français, et notamment des dessins animés de Walt Disney.

 

En 1963, il joue le rôle du père dans la première réalisation de Claude Berri, « Le Poulet », qui sera récompensée par une distinction au festival de Venise et un Oscar à Hollywood.

Il a joué aussi dans de nombreuses pièces de théâtre, diffusées à la télévision dans Au théâtre ce soir, et dans des séries télévisées comme Les Cinq Dernières Minutes.

 

Les cinéphiles le reconnaîtront dans le rôle de l'épicier collaborateur dans « Mais où est donc passée la septième compagnie ? »1973 (Merci Wikipédia)

 

Lucien Raimbourg :              un paysan

 

Raimbourg est un nom qui dit quelque chose aux cinéphiles puisque c’était l’état civil de Bourvil dans la vie quotidienne. Lucien est également cousin d'André Raimbourg auprès de qui il ne joua que dans un seul film, « Sérénade au Texas » 1958, cependant sans scène ensemble.

 

Comme pour beaucoup de comédiens de cette époque, c'est surtout le théâtre qui est sa véritable passion. Il se produit au TNP, il participe à la création de En attendant Godot de Samuel Beckett, et joue des rôles du répertoire classique (Corneille, Molière, etc.)

Et si pour une fois on parlait musique

 

Aujourd’hui c’est Georges van Parys compositeur français de musique de film, d'opérette et de musique légère. Il a marqué son époque par des chansons populaires à l'image de sa personnalité : un musicien de Paris. Sa carrière s'étend des années 1930 aux années 1970 lors des quelles il signa près de 300 musiques de film.

 

Plusieurs de ses compositions deviennent des standards de la chanson française telles « Comme de bien entendu » chantée par Arletty et Michel Simon, « C'est un mauvais garçon » « chantée par Henri Garat, « La Complainte de la butte » chantée par Cora Vaucaire, « La Complainte des infidèles » chantée par Mouloudji, etc. La liste de ses interprètes est vertigineuse. Parmi eux, Danielle Darrieux, Albert Préjean, Damia, Fréhel, Maurice Chevalier, Georges Brassens, Ginette Garcin, et plus récemment Patrick Bruel, Rufus Wainwright, Hélène Ségara, etc.

 

Sans oublier les scénaristes

 

André Cayatte et Charles Spaak.

 

Avec Jacques Prévert, Charles Spaak est un des plus importants scénaristes du cinéma français des années 1930 et 1940. Nous les avons déjà rencontrés dans plusieurs fiches.

 

Charles Spaak est le frère de Paul-Henri Spaak, qui sera premier ministre de Belgique est grand européen. Il est aussi le père de la ravissante Catherine Spaak actrice qui fit l’essentiel de son abondante carrière en Italie dont elle finit par acquérir la nationalité.

 

Ni le dialogue :

 

Charles Spaak  - voir ci-dessus

 

L’air du temps                  La censure

 

Wikipédia nous dit : À sa sortie, le film rencontre des problèmes avec la censure qui lui reproche de mettre en scène des adolescents criminels et de montrer un antisémitisme caricatural dans la société française qui donnerait une mauvaise image de la France à l'étranger. C'est pour ces raisons qu'une interdiction initiale aux moins de 16 ans lui est attribuée.

 

Pour atténuer ces griefs le carton explicatif suivant est ajouté au début du film :

 

    « Tous les personnages mêlés à l'histoire qui va vous être racontée sont imaginaires. À travers une intrigue aussi exceptionnelle, les auteurs n'ont voulu, ni tracer un portrait de la jeunesse française, ni montrer que les préjugés raciaux sont répandus en France. Heureusement, un tel drame ne s'est jamais déroulé mais, dans les circonstances évoquées par le film, il aurait pu se produire... et c'est dans cette mesure qu'il est soumis à votre réflexion. »

 

 

Pax

 

Prochainement « Voici le temps des assassins »

André Cayatte, les risques du métier - rts.ch - Carrefour-Soir Information

Redécouvrir André Cayatte, le cinéaste-plaidoyer ICI

 

La rétrospective André Cayatte, très suivie, fut l’un des temps forts du 11e Festival Lumière, en octobre dernier à Lyon. Une belle manière de rendre justice à cet ancien avocat qui se tourna vers le cinéma et fut considéré, à tort, comme un réalisateur démonstratif de « films dossiers » sur les institutions de la France des Trente Glorieuses. Car le cinéma de Cayatte était, et reste, un passionnant cinéma du regard, comme le prouvent deux de ses plus beaux films, Nous sommes tous des assassins (1952) et Avant le déluge (1954), désormais disponibles en Blu-ray.

 

Qui regarde, donc qui juge ? Voilà la grande affaire d’André Cayatte. Après, donc, une courte carrière au barreau dans les années 1930, où il plaidait toujours contre la peine de mort, il comprit que la caméra, peut-être, serait plus efficace qu’une robe noire pour traquer les failles du système judiciaire, creuser l’humanité des prévenus, mais, aussi, rappeler les péchés, non confessés, d’une certaine France d’après guerre. Ainsi, après la fin du mélodrame judiciaire Nous sommes tous des assassins (1952) avec un bouleversant Mouloudji, la voix d’un prêtre humaniste qui s’adresse à chaque condamné à mort résonnera longtemps dans nos consciences. À chacun, en effet, il rend sa dignité avec cette phrase bouleversante : « Tu es unique. »

 

Dans Justice est faite, deux ans auparavant (disponible en DVD chez Gaumont à la demande), c’est l’euthanasie (déjà) qui est au banc des accusés en la personne d’une « étrangère » et, grâce à un casting épatant de jurés (dont le délicieux Raymond Bussières en garçon de café qui s’interroge), Cayatte livre une peinture, certes didactique mais d’une grande justesse, des motivations de ceux qui finissent par livrer un verdict hypocrite. On pense sans cesse à 12 Hommes en colère, de Sidney Lumet, mais, hélas, sans le courage citoyen de Henry Fonda…

 

 

 

Choc encore plus grand devant Avant le déluge (avec Marina Vlady en fille de Bernard Blier, magnifique) réalisé en 1954. Quatre adolescents issus de la bourgeoisie se retrouvent en cour d’assises – un flash-back revient sur les événements qui les ont amenés à tuer. La menace d’une troisième guerre mondiale plane, et c’est aussi la vie de leurs parents respectifs qui poussent ces jeunes à rêver d’ailleurs, et à fuir cette triste France qui pourrit entre idéalisme aveugle, spéculation, relents de guerre d’Indochine, de déportation ou d’antisémitisme. Quand la fin du monde et la guerre nucléaire paraissent proches, que les pères et les mères sont trop occupés à défendre leurs finances, leurs idéologies rances ou leurs coucheries extra-conjugales, comment tourne la jeunesse ? Mal, monsieur le procureur, forcément mal… Les héros d’Avant le déluge sont coupables mais pas responsables, même si ce film étonnamment noir les filme plongeant dans la barbarie. Avec ses dialogues puissants coécrits par Cayatte et Charles Spaak, Avant le déluge est une démonstration implacable.

 

François Truffaut, qui détestait son œuvre, avait écrit à son égard cette perfidie cinglante : « C’est une chance que Cayatte ne s’attaque pas à la littérature, il serait capable à l’écran d’acquitter Julien Sorel ; Emma Bovary en serait quitte pour la préventive… » Le futur réalisateur des Quatre Cents Coups ne croyait pas si bien dire. Car si, avec André Cayatte, la salle de cinéma se transforme en prétoire, c’est celle d’une cour d’appel… à plus d’humanité.

Partager cet article
Repost0
9 juin 2022 4 09 /06 /juin /2022 06:00

 

« Stalinien un jour, stalinien toujours… » scandions-nous en mai 68, face aux dirigeants du PCF et de la CGT, que nous trouvions bien conservateurs.

 

Le slogan s’applique de la même manière aux trotskystes lambertistes, avec en prime leur goût immodéré pour l’opacité, le comportement plus encore sectaire que celui des cocos.

 

Les choix de jeunesse sont des marqueurs qui ne s’effacent pas avec l’âge, la France Insoumise c’est pour Mélenchon sa boutique qu’il tient d’une main de fer, sans réelle démocratie interne, il est le chef, il décide et tout le monde suit.

 

Je verse au dossier 2 pièces vous en faites ce que vous voulez :

 

Savez-vous qui fut Pierre Lambert, le maître à penser de Mélenchon ? par  François Heilbronn - Tribune Juive

 

Comment être de gauche en France aujourd’hui ? ICI  

 

Résumé

 

Nupes, affaire Taha Bouhafs : assiste-t-on au retour d'une gauche autoritaire ? Comment expliquer cette tendance de la principale force de gauche aujourd’hui à renouer ainsi avec les pratiques opaques que l’on croyait dépassées ?

 

Avec :

Thomas Guénolé (Politologue), Stéphanie Roza (Chargée de recherches au CNRS, spécialiste des Lumières et de la Révolution française.), Maud Le Rest (Journaliste, spécialiste de l’histoire des féminismes), Fatima Benomar (Co-fondatrice du mouvement #NousToutes).

 

En savoir plus

 

Le 10 mai 1981, la gauche unie arrivait au pouvoir après que sa frange radicale ait accepté le leadership de la gauche modérée. Aujourd’hui, c’est le contraire. Au sein de la Nouvelle Union Populaire Economique et Sociale, ce qu’il reste de la gauche modérée s’est rangé sous la bannière radicale de Jean-Luc Mélenchon pour présenter un programme commun qui sera défendu par ses candidats à la députation le mois prochain.

 

Or, l’Union à peine constituée, le parti même de Jean-Luc Mélenchon La France insoumise s’est retrouvée sur la sellette la semaine dernière, avec le retrait de l’une de ses figures montantes, le jeune militant Taha Bouhafs pressenti pour être candidat dans la 14e circonscription et qui a dû se retirer en raison d’accusations non prouvées d’agressions sexuelles et même de viols. L’affaire déjà grave en soi a pris une ampleur politique aberrante quand les responsables de La France insoumise ont donné le sentiment de soutenir publiquement Bouhaf en attribuant son retrait au racisme ambiant, avant de reconnaitre le motif réel de son éviction une fois celui-ci révélé par les médias.

 

Or, l’histoire de La France insoumise de ces dernières années montre que ses dirigeants ont plusieurs fois invoqué contre des militants des accusations d’agressions sexuelles qui se sont dégonflées par la suite. Au-delà de ces péripéties inexplicables, donc, l’affaire pourrait bien se révéler plus complexe qu’il n’y parait. Les dysfonctionnements et pratiques qu’elle révèle obligent en tous cas à réfléchir. Comment expliquer cette tendance de la principale force de gauche aujourd’hui à renouer ainsi avec les pratiques opaques que l’on croyait dépassées ?

 

Assiste-t-on au retour d'une gauche autoritaire ?

 

Thomas Guénolé évoque les dérives sectaires du parti La France insoumise, il retrace son parcours : "Je suis arrivé à la maison Mélenchon par conviction, par enthousiasme, mettre la question sociale et la question de l'antiracisme au centre, ça me va très bien, mais une fois que vous êtes dedans, en tout cas, moi, c'est ce qui m'est arrivé, ce que j'ai découvert petit à petit, c'est une machine dictatoriale, orwellienne.(...) l'individu doit s'effacer devant la parole du parti (...) Thomas Guénolé esquisse une comparaison avec 1984 de George Orwell, il analyse "on affiche certaines valeurs et on pratique en interne très exactement le contraire". Maud Le Rest revient sur la sociologie des organisations et indique : "il y a une minorité de gens qui sont autour du leader charismatique qui décide de tout en fait, sans que les militants n'aient jamais leur mot à dire, c'est cela la théorie populiste".

 

Fatima Benomar évoque l'affaire Taha Bouhafs : "voilà pourquoi cela a abouti, les victimes se sont tournées vers cette militante qui leur a dit : saisissez la cellule mais écrivez en parallèle à Caroline de Haas, à Sandrine Rousseau et à Clémentine Autain -pour certaines récemment arrivées dans la galaxie NUPES- elles auront beaucoup moins le réflexe d'entraver vos témoignages ; c'est pour cela qu'il y a eu une prise au sérieux de leur parole".

 

Stéphanie Roza énonce "quand la réalité des pratiques n'est pas en adéquation avec les principes, ça produit un effet désastreux. Parce qu'à un moment ou un autre le double standard se voit et ça c'est démobilisateur. (...) cette idée d'affaiblir la cause, il faut se défaire de cette illusion".

Quand les lambertistes étaient trotskistes - AgoraVox le média citoyen

Avec la Nupes, les liens se resserrent entre les trotskistes lambertistes et Jean-Luc Mélenchon ICI 

 

Le Parti ouvrier indépendant, héritier de la formation trotskiste lambertiste OCI, a investi des candidats aux législatives pour la Nupes et héberge des réunions du « Parlement populaire » dans ses locaux historiques parisiens. Un moyen pour Jean-Luc Mélenchon de renouer avec sa jeunesse militante.

 

Par Abel Mestre et Julie Carriat

 

Jean-Luc Mélenchon aime les clins d’œil historiques. Alors, en ce 23 janvier, lors de son intervention pour clôturer la première audition du Parlement de l’Union populaire (PUP, structure réunissant les soutiens à sa candidature à l’Elysée, issus des mouvements politiques partenaires et de la société civile), il ne peut s’empêcher de faire une petite digression qui amuse les militants réunis. « Il y a pour moi une sorte d’humour de situation (…) J’étais, il y a un nombre d’années sur lequel il n’est pas besoin de revenir, assis au fond de cette salle, dans l’organisation à laquelle j’appartenais à l’époque, qui était l’ancêtre du POI [Parti ouvrier indépendant] qui nous accueille aujourd’hui. »

 

 

M. Mélenchon fait allusion à l’Organisation communiste internationaliste, l’OCI, formation historique du trotskisme lambertiste (du pseudonyme de son fondateur et dirigeant Pierre Lambert), aile orthodoxe de cette famille politique, pratiquant l’entrisme et aux multiples obédiences. Le Parti ouvrier indépendant (POI) en est aujourd’hui l’un des héritiers, avec le Parti ouvrier indépendant démocratique (POID), séparation issue d’une scission en 2015. Mais, surtout, le POI est un partenaire historique du mélenchonisme. Ses membres soutiennent La France insoumise (LFI) depuis le début de son histoire en 2017 et sont partie prenante de la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (Nupes) pour les législatives, contrairement aux autres trotskistes du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA).

 

Ce compagnonnage n’a rien d’étonnant : Jean-Luc Mélenchon (qui n’a pas donné suite à nos demandes) et Alexis Corbière, l’un de ses plus proches lieutenants, sont d’anciens lambertistes. Un héritage politique qu’ils n’ont jamais caché. Certains fondamentaux du mélenchonisme sont d’ailleurs partagés avec le lambertisme, comme le combat contre les institutions de la Ve République, un certain euroscepticisme et, plus largement, la mise en avant de l’identité républicaine et laïque du mouvement ouvrier français, ou encore la référence permanente à la « grande Révolution » de 1789.

 

Ce cheminement commun apparaît au grand jour pour les élections législatives des 12 et 19 juin. Toute petite organisation politique mais très implantée à Force ouvrière, le POI voit l’un de ses dirigeants, Jérôme Legavre (contacté, il n’a pas répondu à nos sollicitations), investi dans la 12e circonscription de Seine-Saint-Denis, au départ prévue pour Europe Ecologie-Les Verts (EELV). Officiellement, c’est le seul membre du POI investi à ce titre. Mais au moins trois autres militants sont aussi candidats, en tant que titulaires ou suppléants, aussi bien dans le Pays de Retz que dans le Var ou les Yvelines.

 

Trésor de guerre

 

Paul Vannier, le « monsieur élections » de LFI botte en touche : « Je ne les connais pas. Beaucoup de militants de LFI ou de l’Union populaire sont aussi membres d’un parti politique… Le POI est engagé dans l’Union populaire depuis sa fondation. Certains de ses membres ont été proposés comme candidats par les “insoumis” lors d’assemblées de circonscription dès décembre 2021. Jérôme Legavre a été investi dans le cadre d’un accord politique passé entre LFI et le POI au lendemain du premier tour de l’élection présidentielle. »

 

Pour La France insoumise, le POI (qui n’a pas non plus donné suite à nos demandes d’entretien), en plus d’être un allié loyal, a un avantage : il a un patrimoine immobilier impressionnant qui s’avère bien utile. En effet, LFI n’a jamais eu de local à la mesure d’un mouvement voulant incarner le premier opposant de gauche à Emmanuel Macron. D’abord installé rue de Dunkerque, dans le 10e arrondissement de Paris, le siège était trop petit. Pour la présidentielle, les mélenchonistes ont emménagé dans le même arrondissement, passage Dubail, dans des locaux biscornus. Clairement insuffisants pour organiser de grandes réunions avec tous les soutiens.

 

Or, après la scission de 2015, le POI a conservé un trésor de guerre : le bâtiment historique des lambertistes. C’est là que se sont déroulées les sessions du Parlement populaire. « Les quatre ou cinq réunions que l’on a eues en physique étaient au POI, ça nous permettait d’avoir un espace suffisant : 300 personnes dans le même lieu, avec des ateliers en haut. Le POI fait partie du Parlement, c’est l’une de ses très nombreuses composantes. Le lieu, c’est simplement parce que c’était le plus pratique, il ne faut y voir aucune intention », minimise Aurélie Trouvé, présidente du Parlement de l’Union populaire. Trois des membres du PUP apparaissent en tant que représentants du POI, d’autres lambertistes, comme l’historien Jean-Marc Schiappa (qui n’a pas donné suite à nos demandes d’entretien), sont présentés comme issus de la société civile.

 

Ambiance un rien paranoïaque

 

Le lieu n’a rien d’anodin et a une forte charge symbolique que Jean-Luc Mélenchon ne peut ignorer. Un peu comme si le leader de la Nupes bouclait son histoire militante. Situé au 87, rue du Faubourg-Saint-Denis, toujours dans le 10e, c’est presque aussi grand qu’un pâté de maisons. Plusieurs bâtiments sont distribués autour d’une cour intérieure. Le « 87 » abrite également une librairie, la Société d’édition et librairie d’informations ouvrières, où l’on peut trouver les classiques du marxisme, du léninisme et du trotskisme, mais qui propose également les ouvrages de Jean-Luc Mélenchon, d’Alexis Corbière et d’autres « insoumis » de premier plan, comme Eric Coquerel ou Adrien Quatennens.

 

L’entrée du « 87 » est dotée d’une discrète caméra de vidéosurveillance, et on y pénètre après avoir sonné à un interphone. Il arrive aussi que le visiteur soit gentiment éconduit, même lorsque l’on veut aller à la librairie pour acheter un exemplaire du Programme de transition de Léon Trotsky. « Pour entrer au 87, il ne faut pas y aller seul. Mais si l’on est identifié [comme militant ou sympathisant], pas de problème », explique aujourd’hui Philippe Campinchi, ancien lambertiste, ex-président du syndicat étudiant UNEF-ID dans les années 1990, contrôlé alors par ces trotskistes un peu particuliers. Il décrit une ambiance un rien paranoïaque. « L’immeuble était sécurisé sur les toits », se remémore-t-il encore.

 

A l’époque, l’activité du local atteint son acmé entre le mercredi et le samedi. Le premier jour du week-end, les militants passent prendre le journal et les tracts pour les marchés du dimanche, ainsi que les affiches ou les pétitions pour la campagne en cours. Le mercredi, leur efficacité est mesurée : les résultats sont centralisés et dépouillés. Les « phalanges » (cotisations) sont centralisées. Payées en liquide, évidemment, pour ne pas pouvoir tracer l’origine et dans un souci de garder tout clandestin.

 

« La ruche centrale »

 

Dans son livre Les Lambertistes, un courant trotskiste français (Balland, 2000), M. Campinchi décrit une intense activité militante, où les gens se croisent pour assister aux réunions qui se succèdent. Une équipe de militants franciliens, la « garde de nuit », est même quotidiennement mobilisée pour surveiller le local entre 19 heures et 7 heures. « Voici donc la ruche centrale, propriété foncière du mouvement, centre intellectuel, stratégique, tactique et militant. (…) Parler de “87” est devenu un signal de reconnaissance, un code entre militants. Se rendre au “87” signifie se rendre au local, au saint des saints. » C’est dire si la mise à disposition de la grande salle du « 87 » pour les sessions du Parlement populaire est un symbole politique fort.

 

Le « 87 » est connu de tous les militants de gauche. Les lambertistes y ont emménagé en 1969. Dans son livre retraçant ses années lambertistes, La Dernière Génération d’octobre (2003), l’historien Benjamin Stora écrit : « Pendant plusieurs mois, à partir de septembre 1969, je m’y suis rendu régulièrement pour y accomplir des tâches de maçonnerie, de nettoyage et de réfection. Je faisais partie des “brigades de bénévoles de jeunes” que l’organisation appelait de ses vœux. (…) Après toutes ces heures, ces journées, ces week-ends à suer et à verser tant d’argent pour bâtir ce local, je me suis parfois demandé, en plaisantant, si je n’étais pas, avec beaucoup d’autres, un peu “propriétaire” de cet immeuble de la rue du Faubourg-Saint-Denis… » Un sentiment de « copropriété » morale – notamment parce que le local a été acquis grâce aux dons et cotisations des militants – encore largement partagé dans ces milieux.

 

Crime de lèse-trotskisme

 

Le fait que l’Union populaire se réunisse dans la salle historique qui a vu les interventions de Pierre Boussel (le vrai nom de Pierre Lambert), Stéphane Just ou Pierre Broué, en a ainsi ulcéré quelques-uns. Daniel Gluckstein, dirigeant des rivaux du POID, s’est fendu d’un long texte s’offusquant de voir le drapeau français mis en avant par le Parlement populaire. De même, voir les « insoumis » entonner le chant des « gilets jaunes » dans la cour du « 87 » relève quasiment du crime de lèse-trotskisme pour le POID. « Pierre Lambert se retournerait dans sa tombe en voyant comment sont trahis les extraordinaires efforts militants qui avaient permis d’acquérir ce local. (…) Cette grande salle du 87, rue du Faubourg-Saint-Denis, hier pavoisée de drapeaux rouges, de portraits de Marx, Lénine, Trotsky, aujourd’hui pavoisée de tricolore et d’affiches à la gloire du nouveau Front populaire. »

 

Pour M. Gluckstein, le drapeau tricolore est celui « des Versaillais » (lors de la répression de la Commune de Paris en 1871) et le dirigeant rappelle que Léon Trotsky a vertement critiqué la stratégie de Front populaire dans plusieurs textes réunis notamment dans le recueil Où va la France ? (1938).

 

Certains militants trotskistes lambertistes craignent que cet usage du « 87 » ne cache un autre dessein : celui du rachat, partiel ou total, du siège du POI par l’Union populaire, en pleine dynamique politique et qui est devenue le premier parti de la gauche française. Un soupçon démenti, début mai, par des cadres mélenchonistes.

 

Abel Mestre et Julie Carriat

 

Partager cet article
Repost0
8 juin 2022 3 08 /06 /juin /2022 09:16

https://images.ladepeche.fr/api/v1/images/view/629a517f69bf716158103588/large/image.jpg?v=3

La vague Nupes annoncée par les sondages va-t-elle submerger le paquebot de croisière de notre souverain ?

 

Les chiffres publiés indiquent que non, elle devra se contenter d’empêcher Ensemble de passer le seuil béni de la majorité absolue.

 

Une première depuis la « géniale » érection du quinquennat, en 2000, suite à une proposition de loi constitutionnelle déposée à l’Assemblée nationale par Valéry Giscard d’Estaing, pour réduire la durée du mandat présidentiel de sept à cinq ans et le rendre renouvelable une seule fois, il en est ainsi.

 

Au moment de la réforme, la France vit sa troisième période de cohabitation avec un président de la République de droite, Jacques Chirac, et un Premier ministre de gauche, Lionel Jospin.

 

La réforme sera accentuée par l’inversion du calendrier électoral, adoptée l’année suivante avec la loi organique du 15 mai 2001. Le texte repousse d’avril à juin la date d’expiration des pouvoirs de l’Assemblée nationale. Les élections législatives se tiennent désormais après l’élection présidentielle, ce qui permet de donner au président nouvellement élu une majorité parlementaire pour mettre en place son programme politique.

 

Le 24 septembre 2000, la réforme sur le quinquennat est approuvée par 73,21% des suffrages exprimés, dans un contexte de forte abstention (70% des inscrits).

 

Je fus, pour la première fois de ma vie de citoyen votant abstentionniste, et je ne le regrette pas.

 

Donc, si notre Président dans sa version 2, ne dispose à l’Assemblée Nationale que d’une majorité relative, il devra désigner un Premier Ministre à la tête d’un gouvernement qui devra, comme le fut celui de Michel Rocard sous Mitterrand 2, à la recherche de voix d’appoint, dans les cas où la NUPES coagule une majorité supérieure à la sienne.

 

Et c’est là que le jeu se complique pour l’ex-premier Ministre Mélenchon, qui ne sera pas dans l’hémicycle pour galvaniser les oppositions. En effet, avec qui s’allier ?

 

Le second groupe de l’opposition sera celui du RN, une alliance de circonstance avec ses élus, est certes possible mais ne pourra tenir lieu de stratégie durable et soutenable.

 

Le troisième groupe sera celui des Républicains, je ne vois pas ces derniers se pacser avec les Insoumis.

 

Le quatrième noyau sera celui des socialos qui ont refusé de se soumettre aux rets de Mélenchon. Là aussi ce ne sera pas simple puisqu’il y aura un groupe de socialistes Nupes, un groupe d’EELV Nupes, un groupe communiste Nupes.

 

Tout ça sent la IVe République et non la VIe appelée de ses vœux par l’ami Jean-François. C’est à dessein que dans mon titre j’ai parlé de Chambre des députés.

 

Je ne vais pas retourner ma veste, faire mon Edgar Faure, j’ai appelé la cohabitation de mes vœux afin de réduire l’omnipotence présidentielle, mais, c’était sans compter sur l’arrogance de LREM, des limites du en Même Temps pour mettre en place un gouvernement proposant des perspectives claires, du ralliement des lambeaux du PS, des Verts et du PCF, tels les bourgeois de Calais, à la coalition électorale de l’impérial Mélenchon.

 

Ce machin sans priorités, ramassis de 650 propositions de NUPES, n’est qu’un cartel électoral, tout juste bon à s’opposer mais incapable de gouverner sans sombrer sous le poids des réalités d’une économie mondiale en pleine stagflation.

 

J’en suis là, las aussi, nous allons connaître des jours difficiles, très difficiles, mais qui puis-je ?

 

Pas grand-chose, nous avons en ce pays une propension à vouloir le changement mais pour les autres, à renverser la table mais surtout pas la nôtre, à donner des leçons à la terre entière, à tous ceux qui se mettent les mains dans le cambouis, à détester leur réussite, à tout attendre d’en haut…

 

Allez, bonne journée, le pire n’est jamais sûr… laissons les sondages en plan et, au lieu d’aller à la pêche dimanche, votons, même sans enthousiasme, c’est à la fin de la foire que l’on compte les bouses. ICI   Le camarade Mélenchon joue l’intox à fond, le second tour dans la complexité des circonscriptions est le seul juge de paix d’une élection.

Législatives 2022 : à quatre jours du vote, un scrutin à l’issue incertaine ICI 

 

Au coude-à-coude dans les intentions de votes, la majorité présidentielle et la Nupes font la course en tête dans un contexte d’abstention très forte, selon la dernière vague de l’enquête Ipsos-Sopra Steria, réalisée pour « Le Monde », en partenariat avec le Cevipof et la Fondation Jean Jaurès.

 

Partager cet article
Repost0
8 juin 2022 3 08 /06 /juin /2022 06:00

photoB11.jpgphotoB6.jpgphotoMarie3.jpgphotoB8.jpg

 

Bernard Farges, dont la longévité de porte-parole des professionnels du vin de Bordeaux et d’ailleurs, est aussi importante que le nombre de ses casquettes de président, plaide pour instaurer : un arrachage subventionné piloté par les régions viticoles.

 

Je cite : « Comme le marché bordelais ne cesse de voir diminuer ses volumes et que les ventes n'arrivent pas vraiment à remonter, Bernard Farges entend pouvoir utiliser l'arrachage définitif et subventionné des vignes pour réduire la production au plus juste.

 

« Il ne s'agit pas de savoir s'il faut réduire les surfaces de vignes en production car ceci est en cours, il s'agit maintenant d'agir pour organiser, accélérer, orienter cette réduction utile pour tout le monde. Toutefois il faut rappeler que les textes européens ne permettent pas aujourd'hui de financer l'arrachage définitif avec de l'argent public. Rappeler cela ne veut pas dire que nous sommes contre l'arrachage (...) 

 

Les représentants de la viticulture bordelaise demandent seulement de pouvoir arbitrer au sein des aides de l'Union européenne entre restructuration, investissements de chais et arrachage pendant trois ou quatre ans à l'échelle des régions viticoles », a déroulé en substance le président du CIVB.

 

Cette mesure ferait ainsi l'objet d'une prise de décision de la part des régions viticoles au sein des interprofessions et des conseils de bassins. Une proposition qui va de pair avec celle de convertir les surfaces viticoles à d'autres destinations que la vigne. »

Simple question : les représentants de la viticulture bordelaise, au temps béni où elle plaidait l’obtention à tout va de droits de plantation pour satisfaire, ce qu’il qualifiait alors, de la soif des marchés internationaux de son nectar :

 

  • a-t-elle demandé et obtenu la « bénédiction » des pouvoirs publics pour le faire ?

 

  • A-t-elle tenu compte du fait que cette boulimie privait d’autres régions de nouveaux hectares pour satisfaire une demande en progression régulière ?

 

La réponse est absolument NON !

 

En effet, Bordeaux donnait le la, dictait au travers des soi-disant zinzins professionnels sa loi aux autres à l’INAO, au Ministère de l’Agriculture, « circulez, vous n’avez rien à voir dans nos affaires ! »

 

Mon grand âge me permet de faire ce constat, j’ai vécu cette période tant aux manettes qu’au temps de mon rapport dans lequel je tirais la sonnette d’alarme sur la gestion des grands lacs de vin : Bordeaux et South of France. On me railla, on demanda ma tête, ils l’eurent ! Sûr et dominateur, assis sur le gros bouzin plein de fric qu’est le CIVB, dont le directeur de l’époque, pais à son âme, tirait avec efficacité, les ficelles tant à Paris qu’à Bruxelles.

 

Bref, les choix de l’expansion étaient de la seule responsabilité des dirigeants bordelais, je ne vois pas pourquoi l’argent du contribuable, national et communautaire, devrait maintenant servir à accompagner le repli ?  

 

Bernard Farges, ne manque pas d’air lorsqu’il plaide pour que Bordeaux recherche un outil de régulation :

 

à la recherche du meilleur outil de régulation

 

L'idée de disposer d'un outil de régulation suffisamment puissant pour permettre au vignoble d'encaisser les chocs de tendance n'est pas nouvelle mais toujours d'actualité :

 

« Sur notre pilotage de filière, nous progressons en vue de nous doter au plus vite d'un outil de régulation pour les AOC (vins d'appellation d'origine contrôlée -Ndr) qui le voudront. Un outil capable d'amortir les chocs climatiques ou commerciaux, comme le pratiquent avec succès nos collègues champenois et charentais. Le VCI (volume complémentaire individuel) est un formidable dispositif qu'il faut préserver et qui peut être adapté pour le rendre plus efficace, il n'est pas question de perdre ce qui fait sa force », a recadré Bernard Farges.

 

Je rêve ! Le groupe stratégique Cap 2010 avait proposé une boîte à outils complète pour ce faire, c’est beau plus de 20 ans après de découvrir la régulation. Et, pour enfoncer le clou je n’hésite pas à rappeler qu’au temps où madame Vautrin faisait semblant de réfléchir à un substitut aux fameux droits de plantation, Bordeaux avec sa puissance de feu affirmait que ceux-ci devaient être maintenus pour réguler l’offre.

 

Sans ironiser, vraiment, les dirigeants interprofessionnels de Bordeaux n’en ratent pas une, ce qui ne les empêche pas de nous vendre de vieilles recettes.

 

Attention, je n’affirme pas qu’il faille rester les bras croisés, les chiffres ont là pour le prouver :

 

« Malgré le très net rebond de l'activité enregistré en 2021, qui s'est traduit pour le Conseil interprofessionnel du vin de Bordeaux (CIVB) par une hausse de ses propres recettes de +14 % sur un an, à 31,9 millions d'euros, le vignoble bordelais n'est pas au mieux de sa forme. Les sorties à la propriété sont en hausse de 430.000 hectolitres (+9 %) par rapport à 2020, à 4,2 millions d'hectolitres, mais c'est encore faible. En 2018, avec 4,7 millions d'hectos mis sur le marché, le vignoble de Bordeaux s'était retrouvé dans un état de faiblesse historique en matière de volume, pas vu depuis 1991...

 

Ce qui donne une idée de la puissance du recul subi en 2020, où 3,9 millions d'hectos ont été vendus, contre 4,1 millions d'hectos en 2019... Une tendance nettement en recul par rapport à la moyenne historique de la production dans le vignoble bordelais, comprise entre 4,5 millions et 5 millions d'hectos. Mais ce mouvement à la baisse ne permet même pas au vignoble bordelais de retomber sur ses pieds et d'écouler sa production... Avec chaque année des invendus représentant entre 500.000 et un million d'hectolitres. »

 

Le «Bordeau-bashing » est remisé au rang des vieilleries conceptuelles, bonjour les paradoxes qui au bout du compte étouffent Bordeaux

 

« Si le vignoble bordelais n'est pas le seul en difficulté en France, il connaît une crise qui dure depuis des années et semble être devenue chronique. Quel que soit le sens du vent, de la tendance : que la production se mette à chuter ou qu'elle remonte à son étiage moyen historique, la crise répond toujours présente. Un déséquilibre qui épargne les grands crus qui semblent vivre dans un autre monde où les clients, en France comme à l'étranger, ont depuis longtemps pris l'habitude de répondre toujours présent.

 

"De nombreux paradoxes doivent être relevés aujourd'hui... Des marchés d'exportation sont très dynamiques, comme les États-Unis, d'autres sont en souffrance, comme la Chine. Nos ventes dans la filière cafés-hôtels-restaurants (CHR), se sont relancées et celles en grande distribution sont en berne. Nos vins les plus chers se vendent bien, tandis que les moins chers sont à la peine. La dernière récolte est petite et les cours restent scandaleusement bas.

 

Nous sommes le premier département bio de France, et nous sommes tous inquiets de la capacité du marché à absorber les volumes bio à venir", a tout d'abord éclairé Bernard Farges, président du CIVB, qui a rappelé tout le travail de promotion de l'image du vignoble fait depuis deux ans, en mettant en avant les femmes et les hommes et du vignoble. »

 

Je m’en tiens là, continuer équivaudrait à pisser dans un violon, mieux vaut pour moi écouter Itzhak Perlman, même sur des béquilles, interpréter les concertos pour violon de Beethoven avec  Daniel Barenboim à la baguette du Berliner Philharmoniker)

BORDEAUX

 

« Bordeaux est la seule ville de province qui ait l'allure d'une capitale et dont la société présente tous les traits d'une aristocratie se suffisant à elle-même. Moins avare que Lyon grâce à l'apport étranger, plus distinguée que Marseille presque levantine, moins sérieuse que Lille mais plus réservée que Toulouse, Bordeaux l'anglaise jusqu'à la fin du XVe siècle, tout comme Londres elle a sa rue Saint-James, anglomane depuis Louis XV ne s'intéresse que fort peu à ce qui se passe à Paris (...)

 

« La comtesse Edmond de Pourtalès définissait le Bordelais : un monsieur bien habillé qui a eu un grand père intelligent (...)

 

« Le Pavé des Chartrons, avec ses admirables balcons Louis XV, est tout aussi aristocratique que la Herrengasse de Vienne, la rue des Granges à Genève, ou la rue de Varenne. Hélas ! Un maire socialiste l'a débaptisé, et un maire gaulliste la encombré d'une statue de Jeanne d'Arc qui a chassé ces chers anglais (...)

 

« Sans être le moins du monde intellectuelle, la société des Chartrons a un goût inné de la qualité, jamais on n'y sens l'étriqué de la province (...)

 

« Les grandes familles gardent leurs caractéristiques pendant des générations, les Lawton sont gais, les Peyrelongue pieux, les Blanchy aimables, les Guestier fiers, les Luze fastueux. L'on doit savoir les alliances, les surnoms et les prénoms (volontiers pour les femmes accolés au prénom du mari) sur le bout des doigts, et l'on joue constamment à : who was she ? Tant pis pour la candidate aux Chartrons si l'on ne trouve pas.

 

Naturellement il n'est de fortunes élégantes que dans le commerce du vin, cela ne veut pas dire que tous les négociants soient élégants ; un ail, maître de chais, jette une barre sinistre sur les blasons des grandes fortunes (...)

 

« Les réputations autres commerciales n'intéressent personne : quand Camille Jullian, professeur de faculté, fut nommé au Collège de France, les amies de sa femme s'écrièrent : « Pauvre Madeleine, on a envoyé son mari dans un collège ! Cela lui apprendra à épouser un universitaire (...) « 

 

BROWN-CANTENAC

Partager cet article
Repost0

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents