Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juillet 2011 5 15 /07 /juillet /2011 00:09

Je poursuis les gestes de mon vigneron de Vinzelles, avec un peu de retard car juin a été fort chargé tout en étant bien en avance sur le plan climatique. C’est une belle réflexion sur la mécanisation des gestes du vigneron, la mise en perspective de ce qu’était son travail dans les vignes. Je le dédie à la fois à mes amis du château Tire-Pé pour les pétulances de Coquette, et à la néo-vigneronne Catherine Bernard.

 

C’était l’époque où l’on souffrait à la main.

Mais cette technique comportait de graves inconvénients : malgré toutes les précautions prises, la main saupoudreuse ne témoignait pas d’une équité parfaite : ici, des catons de soufre s’amoncelaient inutilement ; là des feuilles et des grappes échappaient à la bénéfique distribution.

Et quelle lenteur dans l’exécution de la tâche, cependant que le fléau progressait à pas de géant, d’année en année.

Comment intervenir avec plus de promptitude et d’efficacité ? Les vignerons, pour une fois, ne se mirent pas en frais d’imagination ; les quincaillers vinrent à leur secours, leur proposant des appareils nouveaux ; certains utilisèrent une espèce de pomme d’arrosoir, munie, à sa base, d’un tamis aux mailles serrées. Il n’était que de secouer l’ustensile au-dessus des ceps. Les résultats déçurent : la vaporisation demeurait inégale, et le poignet subissait une véritable torture, trop vite lassé de cette redoutable gymnastique.

D’un meilleur usage fut le soufflet, une sorte de soufflet à feu, nanti d’un réservoir de tôle, en forme de cône tronqué au sommet. Le soufre cheminait au travers un long tuyau, terminé par une spatule. L’engin crachait la poudre en un brouillard vaporeux, qui imprégnait grappes et feuilles, sous toutes leurs faces.

shapeimage_2.jpg

Pourtant, c’était exténuant de tenir, toute une journée, à bout de bras cet outil, dans le va-et-vient continuel qu’il fallait imprimer aux deux poignets.

Aussi, en quatre-vingt-dix, accueillit-on avec faveur la soufreuse à hotte.

C’est avec un instrument de ce genre que le lendemain, à la première heure, le Toine se rend aux Fromenteaux.

pulverisa.jpg

Sur le char, lui, le pulvérisateur, un sac de soufre. Tout ça, ça n’est pas trop lourd à traîner. Est-ce là la raison qui fait pétuler la Coquette ? Ou, songerait-elle que son maître va l’attacher après un saule à l’ombre savoureuse, avec une bride pas trop courte ? Ainsi, pourra-t-elle, en tirant sur la corde, et en allongeant le col, chaparder quelques bouchées d’herbe bien fraîche dans le pré du père Largipe.

Parvenu à destination, le Toine dételle sa jument, pour l’attacher au lieu de ses rêves.

Puis, il remplit de poudre sa soufreuse, récipient cylindrique, qui ressemble étrangement au petit poêle rond installé par le coiffeur de Sacy dans sa boutique : même forme, même grosseur ; dans l’ouverture circulaire ménagée à la partie supérieure de la paroi on pourrait emmancher son soufre, à l’aide d’un ustensile de sa fabrication, un demi cylindre de tôle, coupé dans un vieux tuyau de poêle, du côté épargné par les morsures de la rouille.

Le récipient plein jusqu’à la gueule, le Toine le saisit par les bretelles, le soulève jusqu’à la hauteur de son dos, et, avec une adresse consommée, enfile, l’une après l’autre, les cordelières : un sursaut des épaules, une traction des mains au bas des bretelles, et voici la hotte qui fait corps avec l’homme.

Le Toine va et vient au long des rangs, d’abord en montant, puis en descendant...

De la main droite, il actionne le levier de pression, de la gauche, il promène son tube lance-poudre, sur les sarments, l’agite de bas en haut, de haut en bas,et, parfois, d’une torsion du poignet, lui imprime un mouvement de semi-rotation : la vigne dissimule ses frondaisons, sous le halo jaune d’une impalpable poussière.

- « Quand même, murmure le Toine, c’est plus pratique que le soufflet. On transporte davantage de marchandise, et ça pèse moins lourd sur le dos qu’à bout de bras. Pis, avec le système de pression, la poudre se répartit encore mieux...

Maintenant, peut-être qu’on aura plus besoin de soufrer ? Y ‘en a qui flanquent le soufre dans la bouillie de sulfate... Moi j’attendrai de voir ce que ça donne avant de me lancer là-dedans. Les expériences, y’a des fois que ça coûte cher ! Quand on peut, y vaut mieux les laisser faire aux autres... »

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

Iris 15/07/2011 16:32



merci, Luc, de ton "like it" quand je me tais;-).... La toile semble avoir dévoré mon petit billet - longue, comme d'habitude...plein de nostalgie (de machine à soufrer bleu jaune, qui
avait  remplacé celle d'en cuivre, qui meutrissait mes épaules avant - avant de laisser la place au monstre à moteur, qui dépasse entre-temps mes forces...oui, il y avait donc question ddu
soufre, de la soufrance, de la condition feminine, de toi - au passage - et de Dieu dans tout cela (ou peut-être pas...) - pas encore de la chasse, qui ne commence que mi-Août par ici -bien trop
tard, pour nous laisser grand chose à vinifier, je crains....



Luc Charlier 15/07/2011 13:03



Iris, dein Beitrag (09h41’) gefählt mir sehr gut!


Et puis : « C'est la souffrance du soufreur
              L'abc du condamné
              Le viticulteur qui veut l'avantage de la chasse
              Sans vinifier .... » (adaptation très libre de Ph. Lafontaine)



la basse Bourgogne 15/07/2011 12:45



Bon et bien moi qui connait à peine la guitare sommaire, je pense que basse bourgogne est un terme de géographie sommaire attribué à l' Yonne. Le proffesseur Branas qui reprenait dans le Progrés
Agricole et Viticole les études de Jules Guyot et tout le reste, distinguait la Haute de la Basse Bourgogne. J'éspère que ce n'est qu'une allusion géographique. Dans la Basse Bourgogne, ici
viticole, sont décrites Chablisien, Auxerrois, Tonnerrois, Jovinien, et l'ancien vignoble de Semur en Auxois.


 


Mais je suis hors-sujet car je n'avais pas vu que c'était un vigneron de Vinzelles.


 



Iris 15/07/2011 09:41




Vincent Pousson 15/07/2011 09:04



Soufrer en souffrant avant de sulfater puis de sulfiter. La vie, quoi…



  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents