Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 octobre 2021 1 11 /10 /octobre /2021 06:00

Carrefour Catalogue actuel 01.07 - 31.08.2019 [48] - catalogue-24.com

"Au-delà de l'Unesco, le Prosecco pollue"

J’ai découvert que le prosecco était devenu un vin à la mode le jour où un ami m’a invité dans un “bar à prosecco” sur les quais des canaux de Milan. C’était en 2013.

 

Je suis né et j’ai grandi à Vérone et pour moi ce breuvage a toujours été, fondamentalement, un simple ingrédient du Spritz. On en trouvait dans tous les bars, mais si on voulait un vin avant de dîner, il y avait presque toujours un choix plus séduisant et surtout plus cool.

 

Dans notre famille bourgeoise, à Noël et au nouvel an, nous trinquions au mousseux Ferrari et je ne me souviens pas d’avoir vu, ne serait-ce qu’une fois, l’oncle grand amateur de vins arriver aux réveillons avec des bouteilles de prosecco millésimés.

 

C’est qu’en réalité, dans ma région de Vérone, ce vin n’était pas de ceux qui égayent les fêtes de la province et, en dehors des bars, on le trouvait généralement en supermarché, où on l’achetait à trois euros la bouteille pour le noyer dans l’Aperol et l’eau gazeuse.

 

Tout ceci était appelé à changer lorsque j’ai pénétré dans le petit bar milanais décoré de faïences vertes et de briques creuses, où les serveurs en bretelles et longue barbe ne demandaient qu’à raconter la vie et l’œuvre de bouteilles très recherchées de ce vin pétillant.

 

Ce jour-là, j’ai appris que le prosecco était devenu branché.

 

Près de dix ans et trois milliards de bouteilles plus tard, le Prosecco n’est plus seulement un vin à la mode. C’est l’un des produits italiens qui rencontrent le plus de succès à l’international et il dégage un chiffre d’affaires annuel qui se compte en milliards d’euros. Les acteurs de Hollywood en boivent, tout comme les influenceurs qui se photographient sur Instagram. Plus de la moitié des bouteilles de prosecco sont exportées. Chaque année, un quart de l’ensemble de la production part ainsi au Royaume-Uni et finit dans les bars londoniens très sélects fréquentés par les oligarques de la moitié de la planète. De grandes marques et des stylistes célèbres ont créé leur propre ligne de prosecco, depuis Vera Wang jusqu’à Hello Kitty.

 

“Une gigantesque opération de marketing”

 

L’industrie est si prospère et importante qu’il y a quelques jours, le président de la région Vénétie en personne, Luca Zaia, appuyé par tout le gouvernement, est monté au créneau, menaçant de déchaîner le feu et sa fureur contre la Croatie, qui a demandé à l’Europe de protéger le label de son Prosek, un vin doux dont le nom même constitue une intolérable menace de concurrence pour le puissant consortium du prosecco.

 

En 2013, j’ignorais que les ventes de prosecco enregistraient une croissance vertigineuse depuis déjà cinq ans. La production est passée d’un peu plus de 100 millions de bouteilles en 2008 à 700 millions aujourd’hui.

 

L’autre chose que je ne savais pas, c’est qu’en réalité, le prosecco n’a strictement rien de cool. Le discours est simple, presque arithmétique. Si la production d’une quelconque boisson est multipliée aussi facilement par cinq en une décennie, alors il ne s’agit plus d’un produit de tradition artisanale, haut de gamme ou de qualité particulière, mais plutôt d’une gigantesque opération industrielle et de marketing.

 

“Il se boit plus facilement que le champagne”

 

Le prosecco est aussi et surtout cela. Le glera, le cépage blanc qui compose le vin à 85 %, est un simple raisin de cuve, peu durable mais qui présente un formidable rendement à l’hectare. La méthode de vinification est industrielle : les grappes sont mises à fermenter dans d’immenses autoclaves pouvant contenir plusieurs tonnes de vin. Le processus ne dure pas plus de vingt jours.

 

Le résultat, comme l’écrit la BBC dans son guide actualisé des meilleurs proseccos, “est une boisson bien meilleure que le champagne pour des événements comme les mariages”, parce qu’elle est moins chère et plus légère”, moins “acide”, plus “douce” et, partant, “se boit plus facilement”. Une description qui pourrait tout aussi bien s’appliquer au Bacardi Breezer [mélange de jus de fruits et de rhum qui était très populaire chez les adolescents italiens], et donc tout aussi flatteuse.

 

Tout au long de ces années de succès spectaculaire, la polémique contre le prosecco est pratiquement devenue un genre littéraire dans lequel se sont mesurés œnologues et commentateurs. Mais l’auteur de cette polémique est un habitant de la Vénétie, qui donc ne saurait s’inscrire dans la catégorie mythique du “préjugé antivénète” (même si, étant de Vérone, on pourrait m’accuser de venir de l’unique province de la région qui ne produit pas de prosecco).

 

En réalité, il est grand temps de tordre le cou au lien fallacieux établi entre un vin en grande partie industriel et médiocre, et une supposée mythique “tradition” de la Vénétie. La “tradition” du prosecco est plutôt un cas d’école de “l’invention d’une tradition”. Le pedigree du prosecco, fabriqué de toutes pièces, voudrait qu’il descende directement d’un antique vin romain cité par Pline l’Ancien. Or, c’est en réalité un produit moderne, issu d’une méthode industrielle de fabrication des vins pétillants mise au point au début du XXe siècle.

 

Ce que nous pourrions reconnaître comme un prosecco moderne commence à se propager dans les années 1990, et le cœur de sa production est la Vénétie, et plus particulièrement la province de Trévise. Avec le soutien du puissant Luca Zaia [président de la région], le Prosecco et sa zone de production sont devenus le nouveau mythe de la Vénétie, un symbole branché et international d’une région jadis florissante, mais dont la grandeur industrielle est désormais un souvenir.

 

Ce processus a atteint son apogée avec le classement des coteaux de Valdobbiadene sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco. C’est sans doute le meilleur coup de génie depuis l’époque où, il y a quatre-vingt-dix ans, certains de mes concitoyens de Vérone ont eu l’idée de s’inventer une maison de Juliette, avec son incontournable balcon, appliqué sur la façade d’une maison restaurée avec des pièces récupérées dans une vieille décharge.

 

Pas plus que la maison de Juliette n’est le palais d’une ancienne dynastie médiévale, les collines vertes de Valdobbiadene ne sont pas un paradis de vignobles onduleux et de villages pittoresques.

 

C’est un paysage de monoculture industrielle ou chaque lopin de terre est couvert à perte de vue de rangs de vigne parfaitement identiques, comme l’arrière-plan infini d’un jeu vidéo. Une région qu’un panneau publicitaire déconseille de visiter juste avant la saison des vendanges, à cause des nuages de produits phytosanitaires et de désherbants disséminés dans les champs des fermiers, et dont les effets sur la population soulèvent régulièrement des débats.

 

Les sept cents millions de bouteilles de prosecco n’ont strictement rien à voir avec l’esprit ou la tradition de la Vénétie, pas plus que Coca-Cola ne fait partie du bagage culturel des habitants d’Atlanta, où se trouve le siège de l’entreprise. Le prosecco et son consortium ne sont rien de moins qu’une méga-corporation, avec tous les problèmes sociaux, industriels et éthiques que cela comporte, à commencer par les liens qu’elle entretient depuis vingt-cinq ans avec la politique et la classe dirigeante Vénète, qui l’a protégée et soutenue.

 

Si donc les Croates veulent utiliser le label Prošek pour leur vin, grand bien leur fasse. Et pas seulement parce que leur vin est un vin doux qui n’a rien de commun avec le pétillant italien. S’ils le souhaitent, ils devraient également pouvoir prendre la dénomination de prosecco. Le moment est venu de partager l’honneur et la charge qu’il peut y avoir à produire ce vin industriel plus vanté qu’il ne le mérite.

 

Davide Maria De Luca

 

 

Dégustation de Prosecco dans la vallée du Valdobbiadene, zone de production de ce vin, dans le nord-est de l’Italie, le 4 juillet 2018. REUTERS / Manuel SILVESTRI

Dégustation de Prosecco dans la vallée du Valdobbiadene, zone de production de ce vin, dans le nord-est de l’Italie, le 4 juillet 2018. REUTERS / Manuel SILVESTRI

Le côté obscur du prosecco

 

 

ICI

Les collines où est produit le célèbre vin pétillant italien ont été inscrites le 7 juillet au patrimoine mondial de l’Unesco. Alors que les institutions célèbrent cette décision, des voix s’élèvent pour dénoncer les ravages causés par cette monoculture.

 

“Nous ne porterons pas de toast, parce qu’il n’y a pas grand-chose à fêter. Nous, les mères de Revine Lago [petit village de la région], nous voulons laisser à nos enfants un patrimoine plus important que celui du prosecco : le respect de notre terre.” Lisa Trinca ne se joint pas à l’allégresse de la Vénétie, où, en ce dimanche 7 juillet après-midi, on débouche des bouteilles, on lève son verre et on se complimente à tour de rôle de la décision de l’Unesco qui vient d’inscrire les collines qui vont de Valdobbiadene à Conegliano sur la liste du patrimoine naturel mondial.

 

“Le problème, c’est justement ça : quelle nature? On ne peut pas considérer uniquement le paysage, il faut aussi prendre en compte les dimensions sociales et sanitaires. Et l’Unesco ne le fait pas. Autrement, elle nous aurait écoutés.” Gilberto Carlotto, référent local du WWF, tient lui aussi un discours discordant, dans une région où la réalité agricole est celle de la monoculture. Une monoculture qui produit les bulles du prosecco. Ce phénomène œnologique et économique qui comptabilise 0,5 milliard de bouteilles produites en 2019 et 2,3 milliards de chiffre d’affaires en 2018. Ce vin connu dans le monde entier, cette source extraordinaire de richesse.

 

Seuls des hommes et des femmes armés de bonne volonté peuvent s’opposer à cette formidable machine de guerre qui vient d’atteindre son objectif à Bakou, en Azerbaïdjan [lieu où la décision de l’Unesco a été prise], après l’échec de l’an dernier. Pour le plus grand bonheur du président de la région de Vénétie, Luca Zaia (Ligue), qui, né dans la région, est sorti diplômé de l’école d’œnologie et donne désormais des interviews inspirées : “Il y a dix ans, j’avais un rêve… Je l’ai réalisé. Et après les Jeux olympiques de Cortina [ville de la région qui coorganisera avec Milan les JO d’hiver en 2026], maintenant, il ne reste plus que mon troisième grand objectif, l’autonomie de la Vénétie.”

 

12 kilos de pesticides par hectare contre une moyenne nationale de 5 kilos

 

Peu avant le vote de l’Unesco, à Bakou, une seule voix s’élevait pour s’opposer à l’inscription des collines de Vénétie au patrimoine mondial. Celle du représentant de l’ONG antipesticides PAN : “Cette candidature prévoit la culture intensive des terres et l’emploi de pesticides avec de graves effets sur la santé de la population et sur la qualité de vie. Est-ce le message que vous voulez transmettre aux nouvelles générations?” La question a été couverte par les acclamations pour le dossier italien.

 

Évidemment, personne d’autre que lui n’avait lu les documents qu’associations et défenseurs de l’environnement fournissent depuis des années. Le dernier en date remonte à la semaine dernière, quand une délégation d’une trentaine d’associations de Vénétie et du Frioul s’est rendue à Venise pour remettre une lettre de sommation à la région de la Vénétie, avec une copie à Icomos Italia (International Council on Monuments and Sites), qui a instruit le dossier sur le prosecco. La sommation de l’avocate Alessandra Cadalt reprend les motifs des marches contre les pesticides et les produits phytosanitaires qui ont eu lieu en mai en Vénétie, au Frioul et au Trentin [trois régions du Nord-Est], avec le soutien du WWF.

 

“La province de Trévise [en Vénétie] consomme en moyenne 12 kilos de pesticides par hectare, contre une moyenne nationale de 5 kilos, écrit l’avocate. Dans toutes les zones de viticulture, entre le mois d’avril et les mois d’août-septembre, la population est prise en otage : elle doit rester séquestrée chez elle. Les gens ne peuvent pas utiliser leur jardin, étendre leur linge dehors, prendre le soleil…” Les pesticides sont disséminés partout, ils sont pulvérisés sur les vignes, puis ils sont transportés par le vent et contaminent l’eau.

 

Le prosecco a bouleversé le territoire, défiguré les collines, détruit les prairies

 

Tandis que les délégués de l’Unesco admirent la beauté des collines, les défenseurs de l’environnement, eux, tirent la sonnette d’alarme : “La situation des zones allouées à la viticulture est dramatique. On ne voit aucune autre culture, seulement des vignes, des vignes au bord des routes, des vignes à côté des écoles, des vignes jusque sur les ronds-points, à proximité des zones résidentielles.” Et c’est l’un des reproches adressés au prosecco : il a bouleversé le territoire, défiguré les collines, détruit les prairies et les arbustes.

 

Silvia Benedetti, une parlementaire de Padoue, n’y va pas par quatre chemins : “La région de la Vénétie finance à tout-va le prosecco, elle y injecte des millions d’euros [depuis mai 2018, la région y a consacré 40 millions d’euros]. Mais elle ne s’intéresse pas aux conditions de culture.”

 

À Conegliano, dans la province de Trévise, Gilberto Carlotto, du WWF, dénonce la partie qui s’est jouée avec l’Unesco. “Tout s’est fait en secret. Pendant des mois, j’ai demandé le dossier qui avait été envoyé à Paris, mais le Consorzio del prosecco [Consortium du prosecco] ne l’a jamais rendu public. Le plan de gestion non plus n’est pas connu.” Quand des écologistes ont manifesté contre les pesticides, le service de presse du Consorzio a publié un communiqué enflammé : “Ces accusations sont des fake news. Le protocole viticole que nous avons adopté interdit l’usage du glyphosate, alors que les réglementations italiennes et européennes en autorisent l’emploi.”

 

”On installe des vignes même à côté d’écoles maternelles”

 

Réponse de Carlotto : “D’abord, le contenu du protocole n’est pas obligatoire; libre à chacun de l’appliquer. Ensuite, ils n’utilisent pas de glyphosate pour le prosecco supérieur AOC, mais la région l’autorise pour tous les vignobles. Et c’est un désastre. Et puis il y a les dérogations du ministère de la Santé.” Lisa Trinca, l’une des mères de Revine Lago, s’indigne elle aussi : “L’Unesco donne sa caution à une zone où les cultivateurs ne se convertissent pas à l’agriculture biologique. Où les vignes occupent de plus en plus d’espace. Où les collines sont saccagées. Où il n’y a pas de zones tampons entre les cultures et les zones habitées, où on installe des vignes même à côté d’écoles maternelles.”

 

Pendant ce temps, le prosecco poursuit son ascension. En 2019, on prévoit d’allouer 3000 hectares de plus à sa production pour satisfaire la demande. Ces dernières années, aux États-Unis et au Royaume-Uni, ses ventes ont progressé de près de 30 %. Qu’en sera-t-il maintenant, après la bénédiction de l’Unesco

Giuseppe Pietrobelli

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2021 7 10 /10 /octobre /2021 06:00

badinter

J’étais présent, au bas de la tribune, à gauche, lorsque Robert prononça son célèbre discours. Moment historique !

Vers l'abolition | Criminocorpus

Loi n° 81-908 du 9 octobre 1981 portant abolition de la peine de mort

 

(Journal officiel du 10 octobre 1981)

 

L'Assemblée nationale et le Sénat ont adopté,

 

Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit :

 

Art. 1er. – La peine de mort est abolie.

 

Art. 2. – La loi portant réforme du code pénal déterminera en outre l’adaptation des règles d’exécution des peines rendue nécessaire pour l’application de la présente loi.

 

Art. 3. – Dans tous les textes en vigueur prévoyant que la peine de mort est encourue, la référence à cette peine est remplacée par la référence à la réclusion criminelle à perpétuité ou à la détention criminelle à perpétuité suivant la nature du crime concerné.

 

Art. 4. – Les articles 12, 13, 14, 15, 16, 17 du code pénal et l’article 713 du code de procédure pénale sont abrogés.

 

Art. 5. – Le 1° de l'article 7 du code pénal est supprimé. Les 2°, 3°, 4° et 5° de cet article deviennent en conséquence les 1°, 2°, 3° et 4°.

 

Art. 6. – Les articles 336 et 337 du code de justice militaire sont abrogés.

 

Art. 7. – L’alinéa 1er de l'article 340 du code de justice militaire est remplacé par l'alinéa suivant :

"À charge d’en aviser le ministre chargé de la défense, l’autorité militaire qui a donné l’ordre de poursuite ou revendiqué la procédure peut suspendre l’exécution de tout jugement portant condamnation ; elle possède ce droit pendant les trois mois qui suivent le jour où le jugement est devenu définitif."

 

Art. 8. – La présente loi est applicable aux territoires d’outre-mer ainsi qu’à la collectivité territoriale de Mayotte.

 

Art. 9. – Les condamnations à la peine de mort prononcées après le 1er novembre 1980 seront converties de plein droit suivant la nature du crime concerné en condamnations à la réclusion criminelle à perpétuité ou en condamnations à la détention criminelle à perpétuité.

 

Lorsqu’une condamnation a fait l’objet d’un pourvoi en cassation, les dispositions de l’alinéa précédent ne sont applicables qu’en cas de désistement ou de rejet du pourvoi.

 

La présente loi sera exécutée comme loi de l’État.

 

Fait à Paris, le 9 octobre 1981.

 

FRANÇOIS MITTERRAND.

Par le Président de la République :

 

Le Premier ministre,

PIERRE MAUROY.

 

Le ministre d’État, ministre de l’intérieur et de la décentralisation,

GASTON DEFFERRE.

 

Le garde des sceaux, ministre de la justice,

ROBERT BADINTER.

 

Le ministre de la défense,

CHARLES HERNU.

Il y a 40 ans, l'abolition de la peine de mort était votée puis promulguée. Cet anniversaire a été commémoré au Panthéon, samedi 9 octobre, par l'actuel chef de l'État, Emmanuel Macron et celui qui a mené sans relâche ce combat, Robert Badinter.

 

 

Robert Badinter et son épouse ont été accueillis par Emmanuel Macron au Panthéon (Paris), samedi 9 octobre. Les marches du Panthéon des grands hommes pour celui qui, il y a tout juste 40 ans, était le plus détesté de France. Pour Robert Badinter, l'abolition de la peine de mort c'est le combat de sa vie, son œuvre. C'est un combat qui continue avec toujours la même conviction à 93 ans. « La peine de mort est vouée à disparaître de ce monde parce qu'elle est une honte », a déclaré l'ancien ministre.

 

"La France va relancer le combat pour l'abolition universelle"

 

Après son discours, de longs applaudissements ont retenti comme il y a 40 ans, lorsque ses mots résonnaient à l'Assemblée nationale pour un discours historique. C'est un combat qu'Emmanuel Macron souhaite réactiver : "Je vous annonce donc, en ce 9 octobre 2021, que la France va relancer le combat pour l'abolition universelle". Son ambition est de convaincre les autres pays du monde entier de renoncer à la peine capitale. Selon les chiffres officiels, en 2020, près de 500 personnes ont été exécutées.

 

SCRUTIN (N° 59) Sur l’article premier du projet de loi portant abolition de la peine de mort

 

Ont voté pour :

 

MM. Adevah-Pœuf, Alaize, Alfonsi, Anciant, Ansart, Asensi, Aubert (Emmanuel), Aumont, Badet, Balligand, Bally, Balmigère, Bapt (Gérard), Bardin, Barnier, Barrot, Barthe, Bartholone, Bas (Pierre), Bassinet, Bateux, Battist, Baylet, Bayou, Beaufils, Beaufort, Bêche, Becq, Beix (Roland), Bellon (André), Belorgey, Beltrame, Benedetti, Benetière, Benoist, Beregovoy (Michel), Bergelin, Bernard (Jean), Bernard (Pierre), Bernard (Roland), Berson (Michel), Bertile, Besson (Louis), Billardon, Billon (Alain), Bladt (Paul), Blanc (Jacques), Bockel (Jean-Marie), Bocquet (Alain), Bois, Bonnemaison, Bonnet (Alain), Bonrepaux, Borel, Boucheron (Charente), Boucheron (Ille-et-Vilaine), Bourguignon, Bouvard, Braine, Briand, Briane (Jean), Brune (Alain), Brunet (André), Brunhes (Jacques), Bustin, Cabé, Mme Cacheux, Cambolive, Carraz, Cartelet, Cartraud, Cassaing, Castor, Cathala, Caumont (de), Césaire, Mme Chaigneau, Chanfrault, Chapuis, Charpentier, Charzat, Chaubard, Chauveau, Chénard, Mme Chepy-Léger, Chevallier, Chirac, Chomat (Paul), Chouat (Didier), Coffineau, Colin (Georges), Collomb (Gérard), Colonna, Combasteil, Mme Commergnat, Couillet, Couqueberg, Dabezies, Daillet, Darinot, Dassonville, Defontaine, Dehoux, Delanoë, Delehedde, Delfosse, Delisle, Denvers, Derosier, Deschaux-Beaume, Desgranges, Dessein, Destrade, Dhaille, Dollo, Dousset, Douyère, Drouin, Dubedout, Ducoloné, Dumas (Roland), Dumont (Jean-Louis), Dupilet, Duprat, Mme Dupuy, Duraffour, Durand (Adrien), Durbec, Durieux (Jean-Paul), Duroméa, Duroure, Durupt, Dutard, Escutia, Esdras, Estier, Evin, Faugaret, Faure (Maurice), Mme Fiévet, Fillon (François), Fleury, Floch (Jacques), Florian, Forgues, Forni, Fourré, Mme Frachon, Mme Fraysse-Cazalis, Frêche, Frelaut, Fromion, Fuchs, Gabarrou, Gaillard, Gallet (Jean), Gallo (Max), Garcin, Garmendia, Garrouste, Gascher, Mme Gaspard, Gatel, Gengenwin, Germon, Giovannelli, Mme Goeuriot, Gosnat, Gourmelon, Goux (Christian), Gouze (Hubert), Gouzes (Gérard), Grézard, Guidoni, Guyard, Haesebroeck, Hage, Mme Halimi, Hamel, Mme Harcourt (Florence d’), Hautecoeur, Haye (Kléber), Hermier, Mme Horvath, Hory, Huguet, Hunault, Huyghues des Etages, Ibanès, Istace, Mme Jacq (Marie), Mme Jacquaint, Jagoret, Jans, Jarosz, Join, Josephe, Jospin, Josselin, Jourdan, Journet, Joxe, Julien, Koehl, Kucheida. Labazée, Laborde, Lacombe (Jean), Lagorce (Pierre), Laignel, Lajoinie, Lambert, Lareng (Louis), Lassale, Laurent (André), Laurissergues, Lavédrine, Le Baill, Le Bris, Le Coadie, Mme Lecuir, Le Drian, Le Foll, Lefranc, Le Gars, Legrand (Joseph), Lejeune (André), Le Meur, Lengagne, Leonetti, Loncle, Lotte, Luisi, Madrelle (Bernard), Mahéas, Maisonnat, Malandain, Malgras, Malvy, Marchais, Marchand, Marette, Mas (Roger), Masse (Marius), Massion (Marc), Massot, Mazoin, Méhaignerie, Mellick, Menga, Metais, Metzinger, Michel (Claude), Michel (Henri), Michel (Jean-Pierre), Mitterrand (Gilbert), Mocoeur, Montdargent, Mme Mora (Christiane), Moreau (Paul), Mortelette, Moulinet, Moutoussamy, Narquin, Natiez, Mme Neiertz, Mme Nevoux, Nilès, Noir, Notebart, Nucci, Odru, Oehler, Olmeta, Ornano (Michel d’), Ortet, Mme Osselin, Mme Patrat, Patriat (François), Pen (Albert), Pénicaut, Perrier, Pesce, Petit (Camille), Peuziat, Philibert, Pidjot, Pierret, Pignion, Pinard, Pinte, Pistre, Planchou, Poignant, Poperen, Porelli, Portheault, Pourchon, Prat, Préaumont (de), Prouvost (Pierre), Proveux (Jean), Mme Provost (Eliane), Queyranne, Quilès, Ravassard, Raymond, Renard, Renault, Richard (Alain), Rieubon, Rigal, Rimbault, Robin, Rodet, Roger (Emile), Roger-Machart, Rossinot, Rouquet (René), Rouquette (Roger), Rousseau, Sablé, Sainte-Marie, Sanmarco, Santa Cruz, Santrot, Sapin, Sarre (Georges), Schiffler, Schreiner, Séguin, Seitlinger, Sénès, Mme Sicard, Soisson, Souchon (René), Mme Soum, Soury, Stasi, Stirn, Mme Sublet, Suchod (Michel), Sueur, Tabarou, Taddei, Tavernier, Testu, Théaudin, Tinseau, Tondon, Tourné, Mme Toutain, Vacant, Vadepied (Guy), Valroff, Vennin, Verdon, Vial-Massat, Vidal (Josseph), Villette, Vivien (Alain), Vouillot, Wacheux, Wilquin, Worms, Zarka, Zeller, Zuccarelli.

 

Ont voté contre :

MM. Alphandery, Ansquer, Aubert (François d’), Audinot, Barre, Baudouin, Baumel, Bayard, Bégault, Benouville (de), Bigeard, Birraux, Bizet, Bonnet (Christian), Branger, Brial (Benjamin), Brocard (Jean), Brochard (Albert), Cavaillé, Chaban-Delmas, Charié, Charles, Chasseguet, Clément, Cointat, Cornette, Corrèze, Cousté, Debré, Deniau, Deprez, Desanlis, Durr, Falala, Fèvre, Flosse (Gaston), Fontaine, Fossé (Roger), Fouchier, Foyer, Frédéric-Dupont, Gailey (Robert), Gantier (Gilbert), Gastines (de), Gaudin, Geng (Francis), Gissinger, Goasduff, Godefroy (Pierre), Godfrain (Jacques), Gorse, Goulet, Grussenmeyer, Guichard, Haby (Charles), Haby (René), Hamelin, Harcourt (François d’), Mme Hauteclocque (de), Inchauspé, Jalton, Julia (Didier), Juventin, Kaspereit, Krieg, Labbé, La Combe (René), Lafleur, Lancien, Lauriol, Léotard, Lestas, Ligot, Lipkowski (de), Madelin (Alain), Marcellin, Marcus, Masson (Jean-Louis), Mathieu (Gilbert), Mauger, Maujoüan du Gasset, Mayoud, Médecin, Mesmin, Messmer, Micaux, Million (Charles), Miossec, Mme Missoffe, Mme Moreau (Louise), Nungesser, Perbet, Péricard, Pernin, Perrut, Pons, Proriol, Raynal, Richard (Lucien), Royer, Santoni, Sautier, Sauvaigo, Sergheraert, Sprauer, Tiberi, Tranchant, Valleix, Vivien (Robert-André), Vuillaume, Wagner, Weisenhorn, Wolff (Claude).

 

Se sont abstenus volontairement :

MM. Couve de Murville, Dassault, Delatre, Mestre, Rocca Serra (de).

 

N’ont pas pris part au vote :

MM. Houteer et Rigaud.

 

Excusé ou absent par congé :

(Application de l’article 162, alinéas 2 et 3, du règlement)

M. Caro.

 

N’a pas pris part au vote :

M. Louis Mermaz, président de l’Assemblée nationale.

 

ANALYSE DU SCRUTIN

 

Groupe socialiste et apparentés (286) :

Pour : 283.

Contre : 1.

M. Jalton .

Non-votants : 2.

MM. Houteer, Mermaz (président).

 

Groupe R.P.R. et apparentés (88) :

Pour : 16 .

MM. Aubert (Emmanuel), Barnier, Bas (Pierre), Bergelin, Chirac, Fillon (François), Gascher, Mme Harcourt (Florence d’), Marette, Narquin, Noir, Petit (Camille), Pinte, Préaumont (de), Séguin, Toubon .

Contre : 68 .

Absentions volontaires : 4 :

MM. Couve de Murville, Dassault, Delatre, Rocca Serra (de).

 

Groupe U.D.F. et apparentés (62) :

Pour : 21 .

MM. Barrot, Blanc (Jacques), Bouvard, Briane (Jean), Daillet, Delfosse, Dousset, Durand (Adrien), Esdras, Fuchs, Gengenwin, Hamel, Koehl, Méhaignerie, Ornano (Michel d’), Rossinot, Sablé, Seitlinger, Soisson, Stasi, Stirn .

Contre : 38

Abstention volontaire : 1

M. Mestre .

Non-votant : 1

M. Rigaud.

Excusé : 1

M. Caro.

 

Groupe communiste et apparentés (44) :

Pour : 44.

 

Non-inscrits : 11 :

Pour : 5 .

MM. Giovannelli, Hory, Hunault, Patriat (François), Zeller .

Contre : 6 :

MM. Audinot, Branger, Fontaine, Juventin, Royer, Sergheraert.

 

SCRUTIN (N° 60)

 

Sur l’ensemble du projet de loi portant abolition de la peine de mort

 

Ont voté pour :

 

MM. Adevah-Poeuf, Alaize, Alfonsi, Anciant, Ansart, Asensi, Aumont, Badet, Balligand, Bally, Balmigère, Bapt (Gérard), Bardin, Barnier, Barrot, Barthe, Bartolone, Bas (Pierre), Bassinet, Bateux, Battist, Baylet, Bayou, Beaufils, Beaufort, Bêche, Becq, Beix (Roland), Bellon (André), Belorgey, Beltrame, Benedetti, Benetière, Benoist, Beregovoy (Michel), Bergelin, Bernard (Jean), Bernard (Pierre), Bernard (Roland), Berson (Michel), Bertile, Besson (Louis), Billardon, Billon (Alain), Bladt (Paul), Blanc (Jacques), Bockel (Jean-Marie), Bocquet (Alain), Bois, Bonnemaison, Bonnet (Alain), Bonrepaux, Borel, Boucheron (Charente), Boucheron (Ille-et-Vilaine), Bourguignon, Bouvard, Braine, Briand, Briane (Jean), Brune (Alain), Brunet (André), Brunhes (Jacques), Bustin, Cabé, Mme Cacheux, Cambolive, Carraz, Cartelet, Cartraud, Cassaing, Castor, Cathala, Caumont (de), Césaire, Mme Chaigneau, Chanfrault, Chapuis, Charpentier, Charzat, Chaubard, Chauveau, Chénard, Mme Chepy-Léger, Chevallier, Chirac, Chomat (Paul), Chouat (Didier), Coffineau, Colin (Georges), Collomb (Gérard), Colonna, Combasteil, Mme Commergnat, Couillet, Couqueberg, Dabezies, Daillet, Darinot, Dassonville, Defontaine, Dehoux, Delanoë, Delehedde, Delfosse, Delisle, Denvers, Derosier, Deschaux-Beaume, Desgranges, Dessein, Destrade, Dhaille, Dollo, Dousset, Douyère, Drouin, Dubedout, Ducoloné, Dumas (Roland), Dumont (Jean-Louis), Dupilet, Duprat, Mme Dupuy, Duraffour, Durand (Adrien), Durbec, Durieux (Jean-Paul), Duroméa, Duroure, Durupt, Dutard, Escutia, Esdras, Estier, Evin, Faugaret, Faure (Maurice), Mme Fiévet, Fillon (François), Fleury, Floch (Jacques), Florian, Forgues, Forni, Fourré, Mme Frachon, Mme Fraysse-Cazalis, Frêche, Frelaut, Fromion, Fuchs, Gabarrou, Gaillard, Gallet (Jean), Gallo (Max), Garcin, Garmendia, Garrouste, Gascher, Mme Gaspard, Gatel, Gengenwin, Germon, Giovannelli, Mme Goeurlot, Gosnat, Gourmelon, Goux (Christian), Gouze (Hubert), Gouzes (Gérard), Grézard, Guidoni, Guyard, Haesebroeck, Hage, Mme Halimi, Hamel, Mme Harcourt (Florence d’), Hautecoeur, Haye (Kléber), Hermier, Mme Horvath, Hory, Huguet, Hunault, Huyghues des Etages, Ibanès, Istace, Mme Jacq (Marie), Mme Jacquaint, Jagoret, Jans, Jarosz, Join, Josephe, Jospin, Josselin, Jourdan, Journet, Joxe, Julien, Koehl, Kucheida, Labazée, Laborde, Lacombe (Jean), Lagorce (Pierre), Laignel, Lajoinie, Lambert, Lareng (Louis), Lassale, Laurent (André), Laurissergues, Lavédrine, Le Baill, Le Bris, Le Coadie, Mme Lecuir, Le Drian, Le Foll, Lefranc, Le Gars, Legrand (Joseph), Lejeune (André), Le Meur, Lengagne, Leonetti, Loncle, Lotte, Luisi, Madrelle (Bernard), Mahéas, Maisonnat, Malandain, Malgras, Malvy, Marchais, Marchand, Mas (Roger), Masse (Marius), Massion (Marc), Massot, Mazoin, Méhaignerie, Mellick, Menga, Metais, Metzinger, Michel (Claude), Michel (Henri), Michel (Jean-Pierre), Mitterrand (Gilbert), Mocoeur, Montdargent, Mme Mora (Christiane), Moreau (Paul), Mortelette, Moulinet, Moutoussamy, Narquin, Natiez, Mme Neiertz, Mme Nevoux, Nilès, Noir, Notebart, Nucci, Odru, Oehler, Olmeta, Ortet, Mme Osselin, Mme Patrat, Patriat (François), Pen (Albert), Pénicaut, Perrier, Pesce, Peuziat, Philibert, Pidjot, Pierret, Pignion, Pinard, Pinte, Pistre, Planchou, Poignant, Poperen, Porelli, Portheault, Pourchon, Prat, Préaumont (de), Prouvost (Pierre), Proveux (Jean), Mme Provost (Eliane), Queyranne, Quilès, Ravassard, Raymond, Renard, Renault, Richard (Alain), Rieubon, Rigal, Rimbault, Robin, Rodet, Roger (Emile), Roger-Machart, Rossinot, Rouquet (René), Rouquette (Roger), Rousseau, Sablé, Sainte-Marie, Sanmarco, Santa Cruz, Santrot, Sapin, Sarre (Georges), Schiffler, Schreiner, Séguin, Seitlinger, Sénès, Mme Sicard, Soisson, Souchon (René), Mme Soum, Soury, Stasi, Stirn, Mme Sublet, Suchod (Michel), Sueur, Tabarou, Taddei, Tavernier, Testu, Théaudin, Tinseau, Tondon, Tourné, Mme Toutain, Vacant, Vadepied (Guy), Valroff, Vennin, Verdon, Vial-Massat, Vidal (Josseph), Villette, Vivien (Alain), Vouillot, Wacheux, Wilquin, Worms, Zarka, Zeller, Zuccarelli.

 

Ont voté contre :

 

MM. Alphandery, Ansquer, Aubert Emmanuel, Aubert (François d’), Audinot, Barre, Baudouin, Baumel, Bayard, Bégault, Benouville (de), Bigeard, Birraux, Bizet, Bonnet (Christian), Branger, Brial (Benjamin), Brocard (Jean), Brochard (Albert), Cavaillé, Chaban-Delmas, Charié, Charles, Chasseguet, Clément, Cointat, Cornette, Corrèze, Cousté, Debré, Deniau, Deprez, Desanlis, Durr, Falala, Fèvre, Flosse (Gaston), Fontaine, Fossé (Roger), Fouchier, Foyer, Frédéric-Dupont, Gailey (Robert), Gantier (Gilbert), Gastines (de), Gaudin, Geng (Francis), Gissinger, Goasduff, Godefroy (Pierre), Godfrain (Jacques), Gorse, Goulet, Grussenmeyer, Guichard, Haby (Charles), Haby (René), Hamelin, Harcourt (François d’), Mme Hauteclocque (de), Inchauspé, Jalton, Julia (Didier), Juventin, Kaspereit, Krieg, Labbé, La Combe (René), Lafleur, Lancien, Lauriol, Léotard, Lestas, Ligot, Lipkowski (de), Madelin (Alain), Marcellin, Marcus, Masson (Jean-Louis), Mathieu (Gilbert), Mauger, Maujoüan du Gasset, Mayoud, Médecin, Mesmin, Messmer, Micaux, Million (Charles), Miossec, Mme Missoffe, Mme Moreau (Louise), Nungesser, Perbet, Péricard, Pernin, Perrut, Pons, Préaumont (de), Proriol, Raynal, Richard (Lucien), Royer, Santoni, Sautier, Sauvaigo, Sergheraert, Sprauer, Tiberi, Toubon, Tranchant, Valleix, Vivien (Robert-André), Vuillaume, Wagner, Weisenhorn, Wolff (Claude).

 

Se sont abstenus volontairement :

 

MM. Couve de Murville, Dassault, Delatre, Marette, Mestre, Ornano (Michel d’).

 

N’ont pas pris part au vote :

 

MM. Houteer, Jalton et Rigaud.

 

Excusé ou absent par congé :

 

(Application de l’article 162, alinéas 2 et 3, du règlement)

M. Caro.

 

N’a pas pris part au vote :

 

M. Louis Mermaz, président de l’Assemblée nationale.

 

ANALYSE DU SCRUTIN

 

Groupe socialiste et apparentés (286) :

Pour : 283 .

Non-votants : 3 :

MM. Houteer, Jalton, Mermaz (président).

 

Groupe R.P.R. et apparentés (88) :

Pour : 11 :

MM. Barnier, Bas (Pierre), Bergelin, Chirac, Fillon (François), Gascher, Mme Harcourt (Florence d’), Narquin, Noir, Pinte, Séguin.

Contre : 73 .

Absentions volontaires : 4 .

MM. Couve de Murville, Dassault, Delatre, Marette.

 

Groupe U.D.F. et apparentés (62) :

Pour : 20 :

MM. Barrot, Blanc (Jacques), Bouvard, Briane (Jean), Daillet, Delfosse, Dousset, Durand (Adrien), Esdras, Fuchs, Gengenwin, Hamel, Koehl, Méhaignerie, Rossinot, Sablé, Seitlinger, Soisson, Stasi, Stirn .

Contre : 38

Abstentions volontaires : 2 .

MM. Mestre, Ornano (Michel d’) .

Non-votant : 1 .

M. Rigaud.

Excusé : 1 .

M. Caro.

 

Groupe communiste et apparentés (44) :

Pour : 44.

 

Non-inscrits (11) :

Pour : 5.

MM. Giovannelli, Hory, Hunault, Patriat (François), Zeller .

Contre : 6 .

MM. Audinot, Branger, Fontaine, Juventin, Royer, Sergheraert.

Machine proposée à l'Assemblée par Guillotin.  © BNF Gallica

Chronologie de l’abolition de la peine de mort en France ICI

Dès le XVIIIe siècle, des intellectuels, des philosophes, des juristes, des hommes politiques illustres plaident en faveur de l’abolition de la peine de mort. En 1981, l’abolition est votée. Elle est inscrite dans la Constitution en 2007. Depuis, la France se mobilise pour l’abolition universelle de la peine capitale.

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2021 6 09 /10 /octobre /2021 06:00

Ciase - Rapport du 5 octobre 2021Pédocriminalité dans l'Église : 330 000 victimes estimées depuis 1950,  selon le rapport de la commission Sauvé – Madinin'Art

Pédocriminalité : Au moins 5,4 millions de victimes en France depuis 1950,  d'après une étude

Après deux ans et demi de travaux, la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Église, installée depuis le 8 février 2019, a rendu public son rapport le 5 octobre 2021 ICI 

Partager cet article
Repost0
8 octobre 2021 5 08 /10 /octobre /2021 06:00

 

Società Agricola Cau & Spada - Best of The AppsSocietà Agricola Cau & Spada - Best of The Apps

LE PASTIFICIO PASSERINI, ICI est sis à quelques mètres du restaurant, il propose ravioli, lasagnes, pâtes fraîches, antipasti, charcuterie italienne, etc.

 

J’y achète mes pâtes fraîches, mais récemment j’y ai repéré un fromage qui avait une bonne tronche, je l’ai goûté, exceptionnel !

 

Étiqueté Cau e Spada, cette dénomination m’a étonnée, en fait il s’agit du nom de la fromagerie, je vous la présente.

 

Cau & Spada - Triglia Di Bosco

 

« Respect de la nature, soin et expérimentation » tels sont les traits distinctifs des fromages Cau et Spada. 

 

Cau e Spada est une petite entreprise née au cœur de Montefeltro - entre les Apennins et la mer, spécialisée dans la production de pecorino depuis 1973. Une histoire de bergers, liée aux traditions du passé mais projetée vers l'avenir !

 

« Le troupeau n'est pas une machine qu'on peut éteindre et rallumer quand on veut, le troupeau produit du lait et le lait doit être transformé » .

 

L'entreprise a été fondée en 1973 lorsqu’Antonino Spada, a rejoint son partenaire commercial Antonio Cau de Sardaigne dans la région des Marches ; un jeune garçon qui part d'un petit village de Sardaigne avec son troupeau de 200 moutons en quête de fortune sur le « continent » !

 

Peut être une image de nature

 

« L'histoire de l'entreprise s'est alors immédiatement mêlée à celle de la famille car la sœur de mon oncle Antonio (ma mère) est tombée amoureuse de mon père et donc… nous voilà tous ! Moi, mes frères et mes cousins ​​sont ravis d'accompagner les seniors dans ce fantastique voyage, ça fait plaisir de voir comment chacun de nous a trouvé sa propre dimension au sein de l'entreprise ! »

 

Alessandra

 

« Lorsque nous sommes entrés dans le domaine, nous avons pensé à quel point il était important de poursuivre la recherche et l'expérimentation, en interprétant le lait d'une manière différente. Mon frère Emilio a toujours été un expérimentateur autodidacte et cela nous a permis de fortement diversifier notre production. »

 

« Mais l'éthique de base de Cau et Spada existe depuis 1973 : nos moutons n'ont jamais été des numéros mais des animaux à respecter et nos champs sont cultivés en bio, sans additifs ni conservateurs. La terre, l'eau, l'air sont les ingrédients fondamentaux qui garantissent la qualité, la pureté et l'authenticité de nos produits finis ! »

 

« L'entreprise a commencé avec la seule production d'un fromage frais, d'un assaisonné et d'une ricotta. À ce jour nous disposons d'une quinzaine de types de pecorino, tous différents les uns des autres ... une rareté dans ce secteur ! Très populaires sont le Classic Seasoned , le Primo Sale  et aussi le Barrique & Walnut Cheese mais je crois que notre produit phare est le Pecorino vieilli à Fossa , un fromage né d'une découverte complètement désinvolte. »

 

« Il y a dix ans le propriétaire d'un bâtiment - un ancien couvent de 1200, en rangeant le sous-sol trouva une fosse juste en dessous de la chapelle qui abrite les reliques de la Saint-Valentin, nous demanda d'y mettre notre fromage... le résultat fut extraordinaire ! Nous avons rebaptisé ce fromage « Pecorino degli Amanti », c'est un pecorino aphrodisiaque et nous aimons à penser que ceux qui le goûtent sont des amoureux de la bonne chère… quel autre nom aurions-nous pu lui donner ? »

 

Peut être une image de 1 personne

 

- Mais expliquez-nous mieux… comment est fait un fromage en fosse ?

 

Alessandra :

 

« La technique est très simple, il suffit de respecter la tradition sans exaspérer le produit. Il est essentiel que le fromage soit bon - nous mettons nos meilleurs fromages, la manière dont la fosse est isolée est également importante - la paille doit être exclusivement d'orge et de battage frais, et enfin le mois où nous enterrons le fromage. »

 

« Le creusement se fait en août car le fromage a besoin de chaleur pour démarrer la fermentation anaérobie. Nous fabriquons la sfossata après cent jours de fermeture hermétique du fromage, en novembre. Un événement tout à fait unique : lorsque le cercueil de tuf s'ouvre sur l'environnement, une de ces senteurs qui reste dans votre mémoire se répand ! »

fossa di sassocorvaro emilio spada et la sfossatura

Peut être une image de 2 personnes

Peut être une image de 2 personnes et personnes souriantes

Aucune description de photo disponible.

Peut être une image de 2 personnes

Peut être une image de 3 personnes

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2021 4 07 /10 /octobre /2021 06:00

Cacolac produit les canettes de vin signées Le Star.

Cacolac lance son vin en canette

 

La célèbre société Cacolac, connue pour son lait chocolaté créé il y a près de soixante-dix ans, va construire une nouvelle usine à proximité de la première, à Léognan (Gironde), mais cette fois exclusivement tournée vers la production de vin en canette (l’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération…). Depuis plusieurs années, la marque travaille de façon confidentielle ce concept venu des États-Unis et a décidé de passer à l’offensive avec la fabrication de 35 millions de canettes par an dès que l’usine sera prête à fonctionner en 2022.

 

J’adore les clins d’œil :

 

-          J’ai terminé ma carrière comme médiateur dans le secteur du lait, celui du vin m’étant interdit pour cause de mauvais esprit…

 

  • Cacolac me permet de me la jouer intello :

 

11 janvier 2008

Le Vin et le lait

 

Rassurez-vous je ne vais pas, à nouveau, vous infliger mes réflexions sur les sentiments des vaches mais vous offrir un extrait sans coupure d'un texte  - il est un peu long pour mon format - très intéressant de Roland Barthes tiré de Mythologies, livre dont je vous ai causé dans ma chronique du 3 janvier "Être Bête" :

 

MYTHOLOGIES - COLLECTION POINTS CIVILISATION N°10 | Rakuten

 

« Le vin est senti par la nation comme un bien qui lui est propre, au même titre que ses trois cent soixante espèces de fromages et sa culture. C'est une boisson totem, correspondant au lait de la vache hollandaise ou au thé absorbé cérémonieusement par la famille royale anglaise. Bachelard a déjà donné la psychanalyse substantielle de ce liquide, à la fin de son essai sur les rêveries de la volonté, montrant que le vin est suc de soleil et de terre, que son état de base est, non pas l'humide, mais le sec, et qu'à ce titre, la substance mythique qui lui est le plus contraire, c'est l'eau. »

 

La suite ICI 

 

Cacolac Original , boisson chocolatée - Cacolac

 

Cacolac, possède une division dédiée aux vins en canettes depuis 2011. Cette division baptisée « In Can We Trust » prend de l'ampleur. Aujourd'hui, un tiers des Français dit avoir déjà consommé du vin en canette ou se dit prêt à l'essayer. Et puis, avec le confinement, la moitié des Français de la génération Z (moins de 25 ans) a adopté le vin en canette (Source : Enquête réalisée par Norstat en Juin 2021 publiée par Ball corporation). Pour accompagner cette tendance, « In Can We Trust » a lancé le projet de construire un nouveau bâtiment de 2000 m2 dédié à ce savoir-faire, qui sera implanté sur le terrain de Cacolac, à Léognan (Gironde).

 

Cacolac va créée une usine de 2.000 m2 dédiée au remplissage de vin en canette.

 

40 millions de canettes de vin

 

Avec un investissement de 5 millions d'euros, cette division "vins" va augmenter ses capacités annuelles de production, en passant de 9 millions de canettes de vin et de boissons aromatisées à base de vins (BABV) aujourd'hui, à 25 millions dans un premier temps et jusqu'à 40 millions à terme. Opérationnel fin 2022, ce site devrait permettre de recruter de 10 à 15 collaborateurs et atteindre un chiffre d'affaires de 25 millions d'euros en 5 ans.

 

 

De la conception graphique en passant par le suivi du produit, jusqu'à l'entreposage et la livraison, "In can we Trust" propose une offre complète. Son outil de production est adapté aux vins et à toutes sortes de boissons alcoolisées plates ou gazeuses à différents degrés d'alcool, tels que les Wine Seltzer ou les Hard Seltzer. Il est en mesure de carbonater sur place les vins reçus plats ou les réceptionner déjà fermentés, jusqu'à 2 bars, et propose deux formats : 20 ou 25 cl.

 

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2021 2 05 /10 /octobre /2021 06:00

FOR WINES CARACTERISATION - ppt video online télécharger

Ma chronique sur le sucre dans le moût a fait un tabac ICI , même que le Pierre a rafraichi mes souvenirs en extirpant la méthode Martin pour déceler le sucre ajouté dans le vin.

 

EP0090901A1 - Détection et différenciation des molécules naturellement  deutériées et application, notamment, à la détection de la chaptalisation  des vins - Google Patents

 

La RMN contre la chaptalisation

 

L'utilisation de la résonance magnétique pour le contrôle des vins "dopés".

Le Monde

Publié le 18 février 1987

 

HALTE aux fraudeurs !

 

Le 16 janvier dernier, les trente-quatre pays de l'Office international de la vigne et des vins et la CEE ont adopté un procédé de détection de la chaptalisation et du mouillage des vins dont ils devraient prochainement équiper leurs laboratoires de contrôle.

 

C'est en 1981 que la direction générale des impôts et le service français de répression des fraudes, désireux de disposer d'une méthode fiable de contrôle des vins "dopés", lançaient un concours en direction des laboratoires de recherche. Le gagnant fut M. Gérard-Jean Martin, directeur d'une équipe associée au CNRS à l'université de Nantes, qui proposa d'utiliser la résonance magnétique nucléaire (RMN) pour détecter le deutérium dans les alcools.

 

Connue pour ses applications médicales, mais aussi couramment utilisée pour l'analyse des substances chimiques, la RMN permet de mesurer le rapport entre deux des formes (ou isotopes) de l'hydrogène _ l'hydrogène léger, le plus abondant dans la nature, et l'hydrogène lourd ou deutérium.

 

Or le rapport quantitatif entre ces deux isotopes caractérise les molécules d'une plante donnée, et il se modifie toujours de la même manière au cours des transformations industrielles que subit le végétal. C'est à dire que ce rapport varie selon que l'alcool provient de la fermentation du sucre de canne, de betterave ou de raisin.

 

Avec cette technique, baptisée SNIF-NMR (Site specific natural isotope fractionation study by nuclear magnetic resonance), il est donc possible de reconstituer l'histoire d'un vin à partir de son "empreinte isotopique".

 

Détecter et quantifier le deutérium dans les produits naturels demandent toutefois des équipements adaptés et relativement coûteux, et dont le maniement nécessite un certain apprentissage. Aussi l'équipe de M. Martin envisage-t-elle de créer, dans le cadre de l'université de Nantes, une association pour répondre aux demandes d'analyses de tous ceux (négociants, importateurs, services des fraudes) qui souhaiteraient s'assurer de l'authenticité des vins.

 

Cette structure pourrait aussi former à cette technique les ingénieurs travaillant dans les laboratoires de différents pays producteurs ou consommateurs de vin.

 

Les producteurs de vin ne sont, a priori, pas les seuls concernés par ce type de contrôle. Car la technique SNIF-NMR peut tout aussi bien contribuer à l'examen de l'origine de diverses boissons alcoolisées. Elle peut permettre de vérifier l'authenticité d'un whisky pur malt, d'un bourbon ou d'un rye, ou d'analyser la teneur en alcool de mais d'un whisky blended. Elle peut encore, dans le pastis, caractériser l'origine, synthétique ou naturelle, des anéthides qui confèrent à la boisson son goût anisé, mais aussi préciser si ces substances proviennent de la badiane, du fenouil ou du pin.

 

D'autres applications de la méthode sont en cours d'étude, et l'on peut prévoir que peu de branches de l'industrie alimentaire pourront, à terme, échapper au spectre de la résonance magnétique nucléaire.

 

Le Monde

 

Dater du vin sans ouvrir la bouteille | Pour la Science

Zoom arrière sur les frelatages et les altérations

 

Pline dans son Histoire naturelle note

 

Histoire naturelle de Pline : avec la traduction en français. Tome 1 / par  M. É. Littré,... | Gallica

 

Que le vin lui-même n’était pas à l’abri des manipulations pour le faire vieillir : le vin le plus mauvais pour la santé était celui qu’on avait fait vieillir artificiellement grâce à de la fumée. Il semble que les marchands et les propriétaires réalisaient cette manipulation dans des magasins envahis de fumée, de façon à ce que les vins semblent vieux avant d’avoir acquis eux-mêmes un âge respectable.

 

Dans tous les cas, nonobstant l’inévitable problème éthique que pose la fraude à visée lucrative, on peut conclure que les produits de ces manipulations n’étaient pas dangereux pour la santé. Il est cependant possible qu’il n’en ait pas été toujours ainsi, étant donné que les vins étaient parfois additionnés de produits loin d’être inoffensifs : centre, plâtre, chaux, eau de mer, poix ou même poudre de marbre. Les estomacs des Romains devaient être mis à rude épreuve, si bien que l’on comprend la véhémente sortie de Pline :

 

« Nous savons qu’on y ajoute aussi pour teinter des substances colorantes, comme une sorte de fard pour le vin, et qu’il se trouve épaissi. Tant de poisons pour le contraindre à plaire et nous nous étonnons de sa nocivité. On reconnaît qu’il commence à se gâter lorsqu’une lame de plomb y change de couleur. »

 

Pour rendre plus efficace sa démonstration, Pline s’attarde sur les effets délétères et parfois funestes de l’excès de vin, véritable drogue du monde antique : « De là, la pâleur et les joues pendantes, les yeux ulcérés, les mains tremblantes qui répandent le contenu de vases pleins (…), le sommeil troublés par les Furies, l’insomnie nocturne et, récompenses suprêmes de l’ivresse, la monstrueuse lubricité et le plaisir du mal ». L’exemple bien connu de Marc Antoine, immortalisé comme ivrogne invétéré depuis la deuxième Philippique de Cicéron, conclut une longue série de cas célèbres.

Ecologie antique - broché - Paolo Fedeli - Achat Livre | fnac

Fichier:Histoire Naturelle Pline l Ancien mid 12th century Abbaye de Saint  Vincent Le Mans France.jpg — Wikipédia

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2021 1 04 /10 /octobre /2021 06:00

Photo Alice&Olivier de Moor

« À l’approche du moment festif et joyeux des vendanges, la logistique est habituellement bien huilée pour les vignerons, qui attendent chaque année des hordes de vendangeurs en herbe ou chevronnés, sécateur à la main, prêts à récolter les fruits de l’année. »

 

Je n’ai jamais aimé vendanger, ni dans les vignes du pépé Louis ni dans celles du frère Bécot à l’école d’agriculture de La Mothe-Achard, c’est un boulot dur pour le dos.

 

BFM en parle  assez bien :

 

Les vendanges ont commencé dans plusieurs régions. Après une année difficile, marquée par de longs épisodes de gel qui ont condamné une partie des récoltes, les viticulteurs sont confrontés à un autre problème. Trouver "des bras" pour les vendanges.

 

Chaque année, environ 400.000 saisonniers participent à ces vendanges, et un quart viennent de l'étranger. Mais cette année, les candidats se font plus rares.

 

« Le Covid freine les habituels vendangeurs bulgares ou turcs avec qui nous travaillons. Ils ont peur du virus et ne viennent pas cette saison », assure Adrien Sébille, gérant de ETV Sébille, un prestataire viticole en champagne dans la Marne, à France Bleu.

 

Par ailleurs, à cause de la météo, les vendanges ont été décalées à la mi-septembre, soit pile en même temps que la reprise des cours, privant les viticulteurs de la main d'oeuvre étudiante.

 

Certains vendangeurs habituels ont aussi pu trouver un autre travail avec la reprise économique.

 

« Cette année, on a trouvé des vendangeurs en Espagne. En France, on a beaucoup de mal à recruter des saisonniers », déplore Pascal Jaume, viticulteur dans la Drôme, au micro de BFMTV.

 

Les vendangeurs recrutés par Pascal Jaume ne sont pas de la première jeunesse. La majorité a 50 ans, un signe qu'il est plus difficile qu'avant de trouver des jeunes pour travailler dans les champs.

 

Un travail difficile et mal payé

 

« À l’approche du moment festif et joyeux des vendanges, la logistique est habituellement bien huilée pour les vignerons, qui attendent chaque année des hordes de vendangeurs en herbe ou chevronnés, sécateur à la main, prêts à récolter les fruits de l’année. »

 

Les problèmes de recrutement ne datent pas d'hier. « Sur les quatre à cinq dernières années, on a beaucoup de mal à recruter. La viticulture n'attire pas trop, malgré toute la communication autour », affirme à France Bleu Sophie Lauret, co-gérante de la société Banton et Lauret, une entreprise qui vient s'occuper des vendanges dans les vignobles de Gironde.

 

Un désamour qui s'explique par plusieurs facteurs.

 

  • Tout d'abord, les vendangeurs sont souvent payés au smic pour un travail très exigeant physiquement. Par ailleurs, toutes les exploitations ne peuvent pas les loger sur place. Dans ce cas, les vendangeurs sont obligés de faire le déplacement quotidiennement, à leurs frais.

 

  • Pour pallier le manque de main d'oeuvre, certains viticulteurs investissent dans des machines à vendanger. Un tracteur viticole qui ramasse les raisins grâce à un système de vibration.

 

Reste que 2021 sera une année noire pour le vin français. La production devrait chuter de 24% à 30% par rapport à l'année 2020, atteignant son plus bas niveau depuis 45 ans, selon les prévisions du ministère de l'Agriculture. En cause, les épisodes de gel, de sécheresse et d'inondations qui ont frappé le territoire cette année et favorisé le développement de maladies de la vigne comme le mildiou, un champignon.

 

Pauline Dumonteil

 

"J’ai eu énormément de mal à recruter" : dans l’Aisne, le début des vendanges marqué par une pénurie de main d'œuvre ICI 

 

Les vendanges débutent dans l’Aisne, avec cette année un léger retard dû aux conditions climatiques. Des vendanges plus tardives qui impactent le recrutement de saisonniers.

 

Vendanges 2021 : dans le Jura, des vendangeurs qui se font attendre ICI 

 

En Champagne, huit personnes mises en examen pour avoir fait travailler illégalement des vendangeurs ICI 

 

Samedi 25 septembre 2021 - Par Aurélie Jacquand, France Bleu Champagne-Ardenne, France Bleu

Reims

Ils faisaient travailler des vendangeurs, sous-payés et de façon illégale, dans les vignes de Champagne. Huit personnes ont été mises en examen après un coup de filet contre un réseau franco-bulgare. La fraude sociale est estimée à plusieurs millions d'euros

 

 

Machines à vendanger automotrices : les parts de marché 2019

 

Machines à vendanger automotrices : les parts de marché 2019 ICI 

AURELIEN GROULT  PUBLIÉ LE 20/08/2020

 

Les immatriculations de machines à vendanger automotrices ont progressé de 40 % en 2019, passant de 393 machines en 2018 à 653 unités l’année dernière. Les machines à vendanger tractées, elles aussi, ont connu une progression significative, passant de 45 machines en 2018 à 97 en 2019. Trois protagonistes se partagent le marché des machines automotrices. New Holland, en tête, rafle 46,4 % des ventes, en régression de 9,1 points par rapport à l’année précédente. En deuxième position, Pellenc affiche un taux de pénétration de 35,8 % (+ 4,5 %). Gregoire, sur la plus petite marche du podium, progresse de 4,6 points pour atteindre une part de marché de 17,8 %.

 

Cette année, l’entreprise CNH a fabriqué 600 machines à vendanger.

Le leader mondial de la machine à vendanger cartonne en Vendée ICI 

 

La marque américaine New Holland vient de sortir sa 16 000e machine à vendanger. Toutes viennent d’une seule et unique usine, située à Coëx. Son défi aujourd’hui : recruter.

Groupe Ouvrard à ANTIGNY

Uživatel Arnaud Charpentier na Twitteru: „Rencontre du groupe Ouvrard à  Antigny avec @JMLalere, le maire d'Antigny et de Claude Ouvrard #ruralite  #apprentissage #agriculture #vendee… https://t.co/xre6ISPK60“

UN RÉSEAU QUI TRAVAILLE EN RÉSEAU ICI

 

Avec plus de 150 ans d’expérience, nous accompagnons les professionnels du monde agricole au quotidien dans divers secteurs tel que la récolte, l’élevage, la viticulture et la viniculture, l’irrigation et l’agriculture de précision.

 

Partenaire des plus grandes marques, nous nous engageons auprès de nos clients, à développer leur performance agricole en proposant un large choix de pièces et d’équipements de qualité.

 

Présents sur 10 départements, nous entretenons la culture du lien en assurant un service réactif et de proximité tout en apportant des solutions sur-mesure répondant aux différents besoins et ce, dans le respect des hommes et de l’environnement.

 

Groupe OUVRARD, Durablement performant, Naturellement innovant.

  • Coëx est à quelques lieues de La Mothe-Achard
  •  

photo le redoutable trio de pépés fresnay-gabin-noël-noël, photographié par l’écrivain joseph rouillé, entre deux scènes de tournage. © dr

 

En 1959, Jean Gabin, Pierre Fresnay, Noël-Noël sont les vedettes du film "Les vieux de la vieille". Plusieurs scènes ont été tournées à Apremont, La Chapelle-Palluau et Coëx.

 

La parte de foot se déroule à Coëx, avec mes copains nous étions présents sur le tournage dans le public bien sûr.

 

  • Ouvrard groupe a été fondé par René Ouvrard mon beau-frère et Claude Ouvrard son frère.

La « bleue » de Saillancourt dormait depuis 1986 « Sagy commune du Val  d'Oise

Les « Bleues » de Braud, un siècle d’histoire

 

En 1898, Alexandre Braud crée une entreprise de construction de machines agricoles. Les premières machines servent au battage, elles sont actionnées par des manèges à chevaux. Suivent les batteuses, puis les moissonneuses-batteuses. En 1976, les machines à vendanger apparaissent. Voici, en quelques dates, l’aventure de celles que l’on surnommait les « Bleues ».

 

1898. Alexandre Braud, mécanicien réparateur, s’installe à Saint-Mars-la-Jaille dans la Loire-Atlantique.

 

1908. Premières batteuses en bois sur quatre roues actionnées par des locomobiles.

 

1929. Apparition de la T 5, une batteuse métallique entraînée par un moteur thermique.

 

1935. Lancement de la première batteuse métallique en bout sur deux roues tractée par cheval : la B 4.

 

1939. Le succès est là. Six cents batteuses Braud sont construites.

 

1953. Mise au point de prototypes répondant aux exigences de l’agriculture française.

 

1955. L’A 2080 de Braud est consacrée meilleure

 

1945. Le plan Marshall provoque l’arrivée en France des premières moissonneuses-batteuses américaines. Une adaptation s’impose.

 

moissonneuse-batteuse lors d’une démonstration internationale. Plusieurs centaines de machines sont vendues.

 

1958. Lancement de l’A 2480 V. Cette machine est dotée d’une transmission à variateur hydraulique d’avancement.

 

1959-1964. La gamme évolue avec l’A 105, l’A 1865 et la 405-6 monocoque.

 

1966. Braud construit une nouvelle usine de 55 000 m2 à Angers en Maine-et-Loire. En 1972, ce site disposera de deux chaînes de montage.

 

1973. La diversification s’impose. Braud étudie la récolte mécanisée du raisin.

 

1976. Lancement de la machine à vendanger 1020. Un an plus tard, avec la 1024, Braud représente 30 % du marché français de ces machines.

 

1980-1983. Des modèles sont développés pour les différentes vignes : étroites, intermédiaires. Les machines montent en puissance.

 

1982. L’entreprise Braud passe sous le contrôle de Fiat-Allis.

 

1984. Les machines à vendanger Bleues représentent 65 % des ventes en France.

 

1988. Les regroupements se poursuivent au niveau mondial, la marque intègre l’un des plus grands groupes de matériel agricole, qui rassemble New Holland, Fiat-Allis, Ford, Braud. L’arrêt de la fabrication des moissonneuses-batteuses Braud remonte à 1983. Pendant les campagnes de moisson, on aperçoit encore régulièrement des Bleues dans les plaines céréalières.

 

En ce qui concerne le matériel de vendange, New Holland-Braud est toujours le numéro 1 de la production de ces machines. Preuve que, en cent ans, la marque créée par Alexandre Braud a bien traversée le siècle.

 

Maurice Passelande, l’un des passionnés qui a œuvré à la création de ce musée Braud, à Saint-Mars-la-Jaille, devant une batteuse des années 1930.

 

Epopée industrielle. La saga des machines Braud a son musée près d'Ancenis 

 

Des passionnés ont réuni une cinquantaine de moiss’batt et vendangeuses de la célèbre marque bleue, née à Saint-Mars-la-Jaille (Loire-Atlantique) au début du XIXe siècle. Elles racontent cette épopée industrielle qui a façonné le pays d’Ancenis. Le musée ouvre au public ce jeudi 30 mai.

 

Avec ses airs de char d’assaut armé pour décimer les sillons de blé, la moiss’batt’fraîchement repeinte qui trône à l’entrée du musée ne fait pas son âge. Le fameux modèle A 2080, première machine automotrice construite en 1955, « a fait exploser l’entreprise » , résume Robert Mainguy, dentiste à la retraite, une des petites mains du projet de musée. « En partie démontable, elle était adaptée au bocage et passait sous les pommiers. Du temps où il y en avait encore dans les champs… »

 

Sur près de mille cinq cents mètres carrés s’alignent une cinquantaine de guimbardes XXL. Batteuses, moissonneuses et vendangeuses, dénichées sur le Bon coin ou grâce au bouche-à-oreille chez les collectionneurs. Avec ses complices, Yvonnick Gautier, ancien de chez Braud comme ses père et grand-père, a écumé les granges, à Bordeaux, Toulouse, en Moselle, pour convoyer « la 258 » ou « la 1014 » vers le musée. « Il y a six mois, on est partis à cinq dans un camion chez un ancien agent Braud à Limoges et on a rapporté quatre tonnes de pièces détachées. »

 

Du pastis bleu

 

Le musée a mis quatre ans à se monter. Avec l’ambition de raconter comment cette aventure industrielle a façonné l’histoire de la commune. De la première batteuse en bois sortie de l’atelier en 1908 jusqu’à la fermeture du site de Saint-Mars-la-Jaille en 1989. « Dans les années 1960, c’était une usine super-moderne pour l’époque, avec plus de 700 emplois », poursuivent les passionnés, entre fierté et nostalgie. C’est l’époque où le bourg se réveille chaque jour au son de la sirène de l’usine, dont le patron, Alexandre Braud, est aussi maire de la commune, depuis 1945 et jusqu’en 1965.

 

Bâtisseur « aux idées avant-gardistes et à la forte personnalité » , il construit la cité Braud où logent des employés, la piscine Braud, le château d’eau surmonté de la « boule Braud » … Dans les années 1980, fin de l’aventure. Les machines bleues passent sous la main de sociétés étrangères (Fiat et New-Holland). « Quand la production est partie à Coëx en 1987, ça a été une catastrophe pour la commune », rappelle Maurice Passelande, menuisier-ébéniste installé sur l’ancien site de l’usine, incollable sur son histoire.

 

Sous les tôles du hangar-musée, une couleur domine. Ce bleu de France rappelle la carrosserie des Alpine et Bugatti sur les circuits – « La famille Braud avait un faible pour les courses de voitures. » Le bleu Braud a longtemps déteint sur le quotidien des Saint-Marsiens, jusqu’à colorer le pastis servi le soir après l’usine. Au zinc du café dont Alexandre Braud était propriétaire, le Relais bleu.

Vendanges À La Main Ou À La Machine ? ICI
Mains vs machine – Quels choix pour les vendanges ? ICI

Les vendanges à la main? Plus vraiment... | La Presse​​​​​​​

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2021 7 03 /10 /octobre /2021 06:00

 VOIR en fin de chronique

 

J’en connais trois, Claire la vigneronne des Hautes-Côtes, Claire l’ancienne taulière du Lapin Blanc maintenant caviste à Bruxelles, Claire la meilleure dénicheuse de vin nu. Dénominateur commun le vin.

 

Celle d’aujourd’hui me renvoie à ma vie d’avant, celle où nous devions pour les dossiers importants en référer au château, à Tonton donc, François Mitterrand, le Président comme le disait Louis Mermaz.

 

Ici CLAIRE est un pseudo attribué au dernier secret de François Mitterrand

« Le Dernier Secret » : la jeune fille et le président François Mitterrand ICI

 

Par Solenn de Royer

Publié le 29 septembre 2021

DOCUMENT

 

Solenn de Royer, grande reporter au « Monde », raconte dans un ouvrage à paraître chez Grasset le 6 octobre un pan inconnu de la vie du président : sa relation amoureuse avec une très jeune femme prénommée Claire durant les huit dernières années de sa vie. Extraits.

 

[Dans Le Dernier Secret, à paraître le 6 octobre chez Grasset, Solenn de Royer, grande reporter au Monde, révèle un pan inédit de la vie du président socialiste : sa liaison, entre 1988 et 1996, avec une très jeune femme, prénommée Claire dans le livre. Malgré leur différence d’âge – cinquante ans –, cette relation, connue d’une poignée d’initiés, a duré jusqu’à la mort de Mitterrand. Le récit souvent stupéfiant qu’en fait la journaliste dit beaucoup de cette époque particulière au palais de l’Elysée.]

 

Bonnes feuilles. C’est à la fin qu’elle m’a raconté les commencements.

 

Quand j’interrogeais Claire sur les raisons l’ayant conduite à rencontrer, si jeune, François Mitterrand, elle esquivait, ajoutait, en riant, que ça ferait l’objet d’un deuxième livre. Je n’arrivais à rien. Au fond, je crois qu’elle avait peur d’être jugée, de paraître singulière, un peu ridicule peut-être, parce qu’elle avait espéré, attendu, cherché le président de la République pendant quatre ans. Parce qu’elle l’avait voulu.

 

Au départ, m’explique-t-elle, c’est une passion politique.

 

En 1984, Claire a 18 ans. Elle vient d’arriver de Limoges à Paris pour faire son droit, quittant avec soulagement un milieu provincial et bourgeois, sans joie. (…) Ses parents ont toujours voté à droite. A l’unisson de la bourgeoisie française, ils ont paniqué à l’élection de François Mitterrand, le 10 mai 1981. Ce jour-là, puis le lendemain, de retour au lycée, Claire a envié l’excitation de ses amis, qu’elle ne pouvait partager, tiraillée entre les convictions familiales et des idéaux de gauche séduisants qu’elle n’a pas encore faits siens.

 

En arrivant à Paris, elle veut se rattraper. Elle prend sa carte au Parti socialiste, s’investit dans le syndicalisme étudiant, milite à gauche. Mitterrand, pourtant, ne fait déjà plus rêver. Depuis le tournant de la rigueur, le peuple de gauche a compris qu’il ne changerait pas la vie. Les élections européennes du printemps 1984, où Claire vote pour la première fois, sont catastrophiques pour le pouvoir. « Peut-il encore gouverner ? », titre L’Express.

 

L’étudiante trouve ces critiques injustes. Dans les couloirs de sa fac de droit, auprès de ses amis aussi, elle défend ardemment le président. Paris l’a sauvée de l’ennui et de la tiédeur, mais ça ne suffit pas, elle a besoin de sens et de grandeur, d’intensité. L’abolition de la peine de mort, qui a marqué le début du septennat, l’a emportée, fait vibrer. La gauche et ses idéaux deviennent sa cause.

 

François Mitterrand, une idole.

 

Elle se met en tête de le rencontrer. (…)

 

« Il est patient, s’enquiert de sa journée, de ses projets. De ses cours ou de ses examens. Puis, plus tard, de son travail »

 

[Dans les années suivantes, l’étudiante et un ami prénommé Benoît parviennent peu à peu à approcher François Mitterrand, à Paris ou lors de ses déplacements. Pour la jeune fille, de cinquante ans sa cadette, cette volonté de le voir et d’échanger avec lui de façon amicale confine parfois à l’obsession.]

 

Longtemps après, Claire s’est interrogée sur la finalité de cette quête insensée. Encore aujourd’hui, elle semble ne pas avoir toutes les clés. Bien sûr, il y avait la politique, le pouvoir. Paris à conquérir. Mais pas seulement. Il y avait aussi une part de jeu. Et puis, ce secret, qui les soudait, elle et Benoît, n’appartenait qu’à eux. Elle sentait une ferveur autour de cet homme, à laquelle elle désirait communier. Elle voulait faire partie de la famille, du clan. Etre adoptée. (…)

 

A quoi pouvait bien penser François Mitterrand en rencontrant Claire et Benoît, partout où il allait ? Parfois, il ne se passait presque rien. Un simple échange de regards ou un signe de la main. La plupart du temps, il s’arrêtait pourtant, amusé, touché peut-être, par leur persévérance.

 

Claire me montre une photo, prise le jour d’un déplacement en province : Mitterrand échange avec une jeune femme brune, vêtue d’un imperméable. Elle semble parler tout bas puisqu’il se penche légèrement pour l’entendre. Il sourit à moitié, attentif et doux. (…)

 

[En 1988, une relation amoureuse commence à se nouer, à l’initiative de Claire, qui invite le président dans son petit appartement de la rue du Four, à Paris. Elle se rend très fréquemment à l’Elysée, et participera même, par la suite, à des voyages officiels.]

 

Il l’appelle tous les jours, au moins deux fois. Le matin et le soir. (…)

 

Rue du Four, le téléphone se trouve au pied du lit. Et le répondeur à cassette dans l’entrée. Elle attend que la sonnerie résonne plusieurs fois avant de répondre, ne veut pas se précipiter.

 

« Tu te rends compte, me dit Claire, il m’a réveillée tous les matins pendant huit ans. »

 

Le matin, il téléphone quand il arrive à l’Elysée. Le soir, c’est variable, 21 heures ou 23 heures.

 

En raccrochant, il lui dit « au revoir », en détachant les syllabes, ou « à plus tard ».

 

Il est patient, s’enquiert de sa journée, de ses projets. De ses cours ou de ses examens. Puis, plus tard, de son travail. Un jour, il lui dit que ses chefs la tiennent en esclavage, menace d’intervenir. Il sait ce qu’elle fait, quand et avec qui. Il connaît tout de sa vie. Elle ne vit pas, elle attend. (…)

 

Elle ne pense qu’à lui. A l’instant où elle va enfin le retrouver, aux déjeuners dans la bibliothèque de l’Elysée, aux dîners chez les écaillers, aux lentes flâneries sur les quais ou dans les rues de Paris, aux appels du soir et à ceux du matin. Lui n’aime pas qu’elle sorte, il aimerait la garder pour lui seul. (…)

 

Partout où elle va, il la suit, la traque, la précède parfois, se présente comme « M. Etienne », laisse un message, demande qu’elle le rappelle quand elle est arrivée. (… ) La durée de leurs conversations varie, dépend de son agenda à lui, ou de son état à elle. Quand Claire va mal, lui dit qu’elle n’en peut plus, qu’elle va crever, qu’elle a besoin de lui, alors il prend son temps. (…) Quand elle n’est pas là, il laisse un message sur le répondeur. Je demande à Claire si elle a gardé les cassettes. Elle me dit : « Oui, je les ai toutes, des dizaines. » (…)

 

« [A l’Elysée] Claire ne vient jamais sans être annoncée. Au début, elle montre ses papiers au garde républicain. Puis, même plus »

 

Mitterrand lui dit parfois en riant qu’elle se prend pour le centre du monde. Il la traite de « gare de Perpignan de Dali », tout en lui désignant son nombril, d’un geste.

 

« Tu es obsédée par ce que je ressens pour toi… »

 

Parfois, il reconnaît de mauvaise grâce qu’il ne l’a pas assez écoutée.

 

« Tu ne veux pas admettre que cette histoire est extraordinaire, dit-il.

 

– L’admettre, ce serait renoncer », répond Claire.

 

Et ça recommence.

 

« Mais tu te rends compte de la manière dont tu me parles ? », lui lance-t-il, un jour. Elle réclame, tempête, exige, assure qu’elle est déçue parce que leur relation n’évolue pas. Il lui dit qu’elle fait des caprices de bourgeoise.

 

« Mais tu es impossible à la fin ! »

 

Quand il veut raccrocher, épuisé, elle crie : « Non, attendez. » (…)

 

[A l’Elysée] Claire ne vient jamais sans être annoncée. Elle gare sa petite moto, une Yamaha 125, à côté du kiosque à journaux, avenue de Marigny, traverse la rue à la hâte. Au début, elle montre ses papiers au garde républicain. Puis, même plus. C’est souvent le même gendarme qui l’accueille à la loge d’honneur. Elle le trouve sympathique. Il parle fort et aime plaisanter. Ça fait longtemps qu’il a compris.

A l’entrée du palais, elle n’est jamais tranquille. Hésitante, en retrait. Elle tremble de croiser un conseiller qu’elle connaît, redoute les questions que l’on pourrait se poser. La plupart du temps, la loge est déserte. Le gendarme appelle un huissier qui la conduit jusqu’au premier étage. Ou alors, il lui dit : « Vous connaissez le chemin », et elle y va seule. (…)

 

Elle ne sait jamais à l’avance le temps dont il dispose.

 

Il aime la maintenir dans le flou, l’incertitude. (…)

 

« Claire sort une deuxième cassette du sac. Cette fois, la voix est plus nette »

 

Je lui demande si elle a retrouvé les cassettes de son répondeur. Depuis des semaines, je veux les écouter, mais, à chaque fois que j’évoque le sujet, Claire se montre réticente, fuyante. Ce soir, elle n’hésite pas longtemps. Je la suis sous l’escalier, où elle a rangé une malle cloutée. Elle retire la pile de magazines posés dessus et l’ouvre doucement, avant d’exhumer les objets, un à un. Une paire de lunettes. Des échantillons Hermès dans une trousse de toilette Air France, rapportée du dernier voyage officiel en Concorde. Un stylo offert par le premier ministre du Québec. Du sirop d’érable, qu’elle n’a jamais ouvert. Une boîte de chocolats, elle ne sait pas ce qu’elle fait là.

 

« Je suis une collectionneuse », me dit Claire.

 

Au fond de la malle, deux sacs en plastique. Les voilà. J’essaye de masquer mon impatience. Lui demande comment on va les écouter. Elle me dit qu’elle a gardé une radiocassette quelque part. Elle se lève, monte à l’étage, redescend avec l’appareil d’un autre âge.

 

La bande crisse, ronronne. Plusieurs bips sonores. Des bruits oubliés. Enfin, une voix. Lointaine, voilée. A peine perceptible. Un simple filet. Claire monte le son, rien n’y fait. On colle l’oreille contre le poste, à tour de rôle. On n’entend rien. Je suis déçue. Peut-être ces bandes ne résistent-elles pas au temps.

 

Claire sort une deuxième cassette du sac. Cette fois, la voix est plus nette. Et c’est bien la sienne, la voix de Mitterrand. « Allô, allôôô ? » Il raccroche. Une sonnerie. Un bip. « Je vous appelle entre deux réunions, je ne sais pas à quelle heure vous rentrez… » Bip. « Je pense que je dormirai ce soir quand vous rentrerez. Je vous appellerai vers 8 h 15, demain. J’espère vous trouver. Au revoir. » Bip. « Allô ? Je vous avais dit que je vous appellerais un peu avant 7 heures… mais vous n’êtes pas là… » Bip.

 

« Ça me replonge dans quelque chose de… », commence Claire, sans me regarder.

 

Troisième cassette. Mêmes chuintements quand la bande se met à tourner. Et cette voix, toujours, qui alterne le tu et le vous. « Bonsoir. Je viens de rentrer de Loire-Atlantique. Je vous appellerai ce soir plus tard. En tout cas, demain matin. » Bip. « Bonsoir, il est 10 heures moins le quart pour l’instant. Je fais un petit bonsoir. Sinon j’appellerai demain matin. Bonne soirée. » Bip. « Tu vois, il est 11 h 10 ce soir, ce n’est pas très raisonnable… J’appellerai demain. Au revoir. » Bip. (…)

 

Elle apprend à dissimuler, s’arrange avec la réalité. Elle parle de l’homme aimé en disant qu’il est marié, c’est vrai, qu’il est avocat, c’était vrai, et qu’il est plus âgé qu’elle, vrai aussi. Quand une conversation glisse devant elle sur François Mitterrand, éventuellement sur les nombreuses maîtresses qu’on lui prête, elle affiche un masque d’où rien ne transparaît.

 

Personne n’a jamais deviné.

 

Au cours de la première année, elle décide de se confier à une amie, la fille d’un préfet, qui vit chez ses parents dans un grand appartement dominant la Seine. Avec hésitation, d’abord, puis avec ferveur, Claire raconte tout. La peur, l’excitation, l’admiration, la joie, le manque, le chagrin, l’exaltation quand elle part le retrouver, l’attente anxieuse de ses appels, les livres, les flâneries dans Paris. Elle raconte aussi le premier baiser. La fille du préfet se tait.

 

« Ça me dégoûte », finit-elle par lâcher.

 

Ce verdict scelle la fin de leur amitié.

 

« Cinquante ans d’écart, c’est écrasant, mais, moi, je trouvais ça beau », me dit Claire.

 

Après cette confession, elle n’en a plus parlé à personne, en dehors du petit cercle de ses amis intimes. Elle poursuit : « Je ne voulais plus qu’on salisse mon histoire. Je voulais la vivre, puis la chérir un jour, en paix. »

 

« “On ne se voit jamais, regrette Claire.


– Mais je t’ai vue plus longtemps que Sakharov et Walesa!”, plaide-t-il »

 

Claire se souvient aussi du geste de Michel Charasse, le fidèle conseiller, à qui François Mitterrand pouvait tout demander, le gardien des secrets. Dans une voiture qui filait quai Voltaire, le mamelouk du président, qu’elle aimait bien pourtant, l’avait regardée d’un drôle d’air en faisant glisser lentement son pouce sous sa gorge :

 

« Si tu parles… » (…)

 

Il [le président] l’appelle le soir même, à 23 h 15. Ils se chamaillent au téléphone. Claire lui en veut. Il n’est resté qu’une heure chez elle, tout à l’heure. Et la veille, à l’Elysée, il l’a délaissée, n’ayant pas terminé le discours qu’il devait prononcer en l’honneur du physicien et dissident russe Andreï Sakharov. Il a travaillé toute la durée du rendez-vous. « Tu es une muse », lui a-t-il dit en souriant, avant de la chasser.

 

« On ne se voit jamais, regrette Claire.

 

– Mais je t’ai vue plus longtemps que Sakharov et Walesa ! », plaide-t-il.

 

Elle soupire :

 

« Si vous croyez que ça me flatte ! »

 

Il est déçu.

 

« Quittez-moi !, lâche-t-elle brusquement.

 

– Pourquoi moi ?, demande Mitterrand.

 

– Parce que j’en suis incapable, moi. Il faut qu’on arrête. C’est trop difficile.

 

– C’est bien d’avoir tenté l’impossible. » (…)

 

Quand Claire descend dans le hall de son immeuble, la gardienne tire le rideau de sa loge et engage la conversation, l’air de rien.

 

Elle aussi attend le président.

 

C’est une Bretonne. Claire se souvient qu’elle avait les cheveux roux, très fins, une permanente.

 

La gardienne, elle, se souvient de la fille du septième.

 

Pendant huit ans, elle a vu passer François Mitterrand devant sa loge. Elle n’a jamais rien dit. (…)

 

Le déjeuner terminé, ils montent dans son bureau. Mitterrand s’excuse de ne pas avoir de cadeau pour elle et la remercie pour le sien, un joli carnet relié. Claire lui demande de lui écrire dessus. Il répète : pas de traces, pas de traces. Elle lui dit qu’elle a tout prévu : il écrira, lui donnera ensuite le carnet, elle lui répondra, et ainsi de suite. Et, à la fin, promet-elle, il pourra garder l’original. Elle est fière de son plan, qu’elle croit imparable.

 

« Tu es vraiment amoureuse pour avoir des attentions comme ça, c’est attendrissant. Tu es pleine de poésie. »

 

Elle s’approche soudain, lui vole un baiser.

 

« Veux-tu ! », fait-il mine de s’offusquer.

 

Il ferme les yeux, lui dit qu’il est fatigué.

 

« Il y a l’arbre de Noël en bas, mais ils attendront. Je ne suis pas obligé d’y aller tout de suite… Ils me traitent de monarque déclinant maintenant. Mais je vais encore leur en faire voir ! Tu trouves que j’ai l’air d’un monarque déclinant ?

 

– Déclinant, non. »

 

Elle sourit, veut l’embrasser encore. Il dit non, pas ici. Puis il se laisse faire. Ils s’embrassent sans s’arrêter.

 

Dans son agenda, à la date du 21 décembre 1988, Claire note : « Il n’a jamais eu l’air autant attaché à moi. Il semble un peu triste, préoccupé. » (…)

 

Il lui fait lire Lettres à une amie. Mitterrand est intarissable sur ces lettres que Clemenceau a écrites, à la fin de sa vie, à son dernier amour, Marguerite. Il a 82 ans, et elle 40. (…) Claire s’est procuré le lourd recueil, six cent soixante-huit lettres. Elle aime ces mots (…), qu’il lui répète : « Je vous aiderai à vivre et vous m’aiderez à mourir. » (…) Quand Claire cherche à savoir quelle est sa place, Mitterrand lui répond toujours :

 

« Tu resteras jusqu’à la fin. » (…)

 

[Au fil du temps, Claire constate que la santé du président se dégrade, mais sans deviner qu’il souffre d’un cancer.]

 

(…) Mitterrand se rassoit aussitôt qu’elle entre. Il a eu une brutale chute de tension et sa voix a baissé. Plus tôt dans la journée, il s’est brusquement mis à tituber en allant chercher un livre au Pont-Neuf. Il a saigné du nez.

 

« Ce dont j’ai peur, c’est que ça fasse claquer un vaisseau là, poursuit-il en désignant son front. Je ne veux pas être diminué. »

 

Il lui explique qu’il a fait promettre à deux ou trois amis de pratiquer l’euthanasie si son état, un jour, devait brutalement se dégrader. Tout en parlant, il prend sa tête entre les mains, ferme les yeux. Elle lui ordonne de venir se reposer. Ils vont dans la chambre. Mitterrand cherche ses médicaments, les avale avec un verre d’eau. Puis lui demande d’ouvrir le lit.

 

« Tu n’es pas obligée de te déshabiller, mais, moi, j’ai besoin de m’allonger. »

 

Elle s’allonge aussi.

 

« Tu te couches, comme ça, dans le lit de tous les hommes ? », tente-t-il de plaisanter.

 

Mais le cœur n’y est pas. Elle veut savoir si son médecin est là. Le docteur Gubler est parti en week-end et Mitterrand refuse de l’appeler.

 

« S’il m’arrivait quelque chose, ne reste pas…, ordonne-t-il. Tu fileras par cette porte. Je ne veux pas qu’on t’accuse de quoi que ce soit. »

(…)

 

« Le journal “Minute” publie une photo d’Anne Pingeot. La rumeur d’une double vie courait depuis longtemps, mais Claire refusait d’y croire »

 

« Je ne sais pas quand je pourrai te rappeler », lui a dit Mitterrand sur le répondeur.

 

Il a laissé un message jeudi 10 septembre 1992, tard dans la soirée. Un message qui ne ressemble pas aux autres. Claire dort mal cette nuit-là, troublée. Elle appelle l’Elysée le lendemain, on lui passe Marie-Claire Papegay. Elle lui demande si le président est là, si elle peut lui parler. La secrétaire part dans un petit rire sec, répond que ce n’est pas possible, sans expliquer pourquoi. A midi, vendredi, l’Elysée publie un communiqué signé du professeur Adolphe Steg et du médecin personnel de Mitterrand, Claude Gubler, pour informer les Français que le président de la République a été opéré d’un cancer de la prostate à l’hôpital Cochin.

 

Quelque chose se fissure ce jour-là.

(…)

 

La publication de Minute, le 17 mars 1993, est une deuxième cassure.

 

« Pour voir clandestinement la femme de sa vie, il vit caché en plein Paris », titre l’hebdomadaire d’extrême droite qui fait sa « une » sur « le domicile secret de Mitterrand ». Le journal publie une photo de la voiture du président de la République arrivant discrètement quai Branly, et une autre d’Anne Pingeot.

 

La rumeur d’une double vie courait depuis longtemps, mais Claire refusait d’y croire. Elle voit Mitterrand le jour même. La discussion se passe mal. « Tu ne vas quand même pas croire ce torchon », se défend-il, feignant l’indignation. Elle sait bien qu’il s’agit d’un journal grossier, diffamatoire. Mais elle ne trouve pas en elle de quoi lutter. Il ne sait pas non plus la rassurer. Il s’adoucit soudain, lui prend la main.

 

Ce soir-là, Claire ne rentre pas dormir chez elle. Il aurait appelé à l’heure habituelle. Elle ne veut pas lui parler. Il insiste, rappelle le lendemain. Elle ne décroche pas. Il rappelle encore, laisse un nouveau message. Elle résiste.

 

« Sans gloire », écrit-elle dans son carnet. (…)

 

La maladie et les traitements l’ont changé. Il râle, récrimine, devient de plus en plus difficile, capricieux. Les menus qu’on lui soumet ne vont jamais. Il les renvoie raturés, annotés. Les maîtres d’hôtel reviennent en cuisine, déconfits. Claire est gênée d’assister à ces réprimandes. Parfois, elle tente de le raisonner. Il se défend, argumente, lui dit que la viande est mal cuite, le poisson surgelé, il ne comprend pas pourquoi les cuisiniers veulent toujours lui servir des mets sophistiqués alors qu’il n’aime que les choses simples.

 

« Ce n’est pas une raison pour humilier les gens, murmure Claire.

 

– Tu trouves que j’ai été méchant ?, interroge-t-il.

 

– Oui. »

 

Il ironise :

 

« Quoi ? Tu te prends pour la maîtresse officielle ? » (…)

 

[Alors que la santé du président continue de se dégrader, la presse révèle qu’il a eu une fille, Mazarine, avec Anne Pingeot, mais ignore tout de sa liaison avec Claire.]

 

« Qu’est-ce que je prends, qu’est-ce que je prends… ! »

 

Mitterrand est tassé dans le fauteuil de sa chambre. Claire lui dit sa colère et sa peine. Le 10 novembre 1994, Paris Match a publié une photo du président de la République et de sa fille Mazarine, dont l’existence est révélée. « Le bouleversant récit d’une double vie », titre l’hebdomadaire.

 

« Je suis quoi, moi, dans tout ça ? Un jouet ? Une doublure ? »

 

Elle crie, elle tempête. Elle le traite de menteur. Il encaisse mais ne se justifie pas.

 

Les mois qui suivent sont empoisonnés par ces révélations. Quand Claire évoque Anne ou Mazarine, hausse le ton, il plaide doucement :

 

« Arrête… Elles sont gentilles… »

 

« Je ne sais même plus alors de qui, de la mère ou de la fille, je suis jalouse », me dit Claire.

 

On feuillette ensemble son agenda 1994. Elle a pris peu de notes, cette année-là. A la date du 16 novembre, soit six jours après la publication de Match, elle a noté, à 18 heures : « Retrouvailles difficiles après histoire fille. »

 

Elle affirme que plus rien n’a été pareil ensuite. (…)

 

Il l’emmène partout, désormais. Lui ouvre les portes, tous les accès. Il accepte même qu’elle le photographie et répond longuement à ses questions, le petit enregistreur de Claire posé à côté de son fauteuil ou sur son lit. Elle lui a dit qu’elle voulait écrire un livre sur ses derniers mois à l’Elysée. Comme ça, je serai avec toi tout le temps, a-t-elle plaidé. Il ne lui résiste plus. Elle se persuade qu’il a trouvé là un moyen de se racheter, après les révélations sur Anne et Mazarine. Il est épuisé. (…)

 

« Elle a lu les lettres, éblouissantes, que Mitterrand a écrites à Anne Pingeot entre 1962 et 1995 »

 

[Au printemps 1995, François Mitterrand se prépare à quitter l’Elysée, où il est installé depuis quatorze ans. Claire est présente.]

 

Assise dans un coin, elle le regarde ranger sa chambre. Une valise est posée sur le lit. Des cartons partout. On a décroché aussi les tableaux. Le déménagement entre l’Elysée et la rue de Bièvre est un crève-cœur. Lui, le collectionneur, déteste jeter, se séparer des objets.

 

« C’est dommage, lance-t-il, j’aimais bien ma chambre… »

 

Il a commencé par les livres. Il dit que c’est le gros morceau, qu’après ça ira plus vite.

 

« Des livres que j’ai acquis en un demi-siècle… Je vais les envoyer au centre Jean-Jaurès, à Nevers, comme ça ils ne seront pas séparés. Quand je serai mort, ils s’écrouleront sous la poussière. » Plusieurs gardes du corps sont venus l’aider. Le plus grand sort les livres de l’étagère, un autre les range dans les cartons, un troisième dresse l’inventaire. Le président donne des ordres, assis dans son fauteuil. Il précise qu’il n’aurait jamais pu faire ça tout seul, comme s’il se justifiait d’avoir enrôlé les gendarmes. Puis :

 

« Je ne crois pas que je passerai 1995. »

 

Pour chasser la mélancolie, les gardes du corps ont une idée : habiller chaque rayon vide de la bibliothèque avec des bibelots qui resteront jusqu’à la fin. (…)

 

Je lui parle des Lettres à Anne, publiées par Gallimard en 2016. Claire me dit qu’elle a accueilli cette nouvelle révélation avec calme. Le temps a passé, elle se sent en paix désormais. Après toutes ces années, âpres et épuisantes, à l’attendre tout en redoutant sa mort, elle n’a plus peur de rien.

 

C’est le mot repos qui lui vient.

 

Elle a lu les lettres, éblouissantes, que Mitterrand a écrites à Anne Pingeot entre 1962 et 1995. Au départ, Claire choisissait des dates qui avaient un sens pour elle. Son anniversaire, par exemple, qu’il fêtait tous les ans avec elle, le soir. Ou l’anniversaire de leur première rencontre, rue de Bièvre, le 12 juillet, qu’ils passaient toujours ensemble. Pour voir si, ces jours-là, il avait écrit à l’autre et, si oui, ce qu’il lui avait dit. Elle n’a rien trouvé de particulier.

 

Elle me dit : « Anne a été son grand amour. » Il n’y a pas d’amertume dans sa voix. (…)

La dernière biographie vraiment originale est due à la plume d’un anglais Philippe Short « François Mitterrand » Portrait d’un ambigu. L’auteur dans son prologue annonce la couleur « Les autres nations font face à des scandales. Les Français, eux, font face à des affaires » et dans ses remerciements il remercie le ciel de l’avoir envoyé en France sous la présidence de François Mitterrand. Comme je le comprends moi, l’homme de l’ombre, qui a passé sa vie à se glisser dans les plis. Souvenir d’André Rousselet, premier directeur de cabinet du nouveau Président de mai 81, «dont les récits tendres et ironiques et lucides sur son ami, François Mitterrand » ont été précieux pour Philippe Short. « Grâce à lui, Anne Pingeot accepta de mettre sa discrétion légendaire de côté pour me parler de l’homme avec qui elle partagea pendant plus de trente ans un amour extraordinaire et courageux. Elle fut « l’héroïne d’un film que personne ne verra jamais », selon les mots de leur fille, Mazarine. »

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2021 6 02 /10 /octobre /2021 06:00

https://cache.larvf.com/data/photo/w600_h315_c1/40/6601.jpghttps://cache.larvf.com/data/photo/w660_c18/40/6601.jpg

Je  ne sucre pas encore les fraises mais mon âge avancé m’a permis de vivre le conflit larvé Sud-Nord à propos du droit de sucrer le moût, en terme plus soft : chaptaliser !

 

Why increase the alcohol level in the Languedoc? Stop chaptalisation! |  BKWine Magazine |

 

En clair, la France viticole du nord avait le droit de chaptaliser, après demande, toujours accordée, alors que celle du SudLanguedoc-Roussillon, Provence, Côtes-du Rhône sud… en était privée ; les côtes-du-rhône étaient coupée en 2, celle du Nord pouvaient, celles du sud non.

 

Comme nous avions porté la plume européenne cette césure était devenue européenne car nos amis allemands pratiquant le sucrage-mouillage nous avaient soutenus : le donnant-donnant franco-allemand. Bien évidemment nos voisins italiens hurlaient à la distorsion de concurrence, ils n’avaient pas tort même si leur pratique en vin de table n’était pas toujours très catholique. L’entrée de l’Espagne renforça le camp des adversaires de la chaptalisation.

 

La plaisanterie est en effet saumâtre puisque les vins du Nord, majoritairement d’AOC, l’élite, chantant la vérité du  terroir, l’authenticité, chaptalisaient et chaptalisent encore à tour de bras alors que la piétaille languedocienne, le gros rouge, le vin popu, le 13° en litre étoilé s’en voyait privé. La seule restriction pour les AOC chaptalisées c’est que les vins ne pouvaient pas être déclassés en vin de table.

 

Ça chauffait dur et le mou Pierre Méhaignerie, ministre de l’Agriculture commanda un rapport à mon directeur de l’ONIVIT, Pierre Murret-Labarthe, afin de dénouer ce nœud gordien. Celui-ci proposa de permettre aux viticulteurs du sud d’enrichir leurs moûts avec des moûts concentrés ou des moûts concentrés rectifiés dit MCR en effet du sucre de raisin. Ce qui fut fait et entériné à  Bruxelles.

 

Chaptalisation : procédé qui consiste à enrichir de sucre le moût en fermentation afin d’augmenter son potentiel en alcool. ICI 

Jean-Antoine Chaptal — Wikipédia

Cette invention est l’œuvre du chimiste français Chaptal, d’où le nom de chaptalisation. En général, on pratique la chaptalisation lors des années difficiles, lorsque la pleine maturité du raisin n’est pas atteinte. Ainsi, le sucre ajouté se transforme en alcool de la même manière que le ferait le sucre naturel contenu dans le raisin. Chaptaliser est en France strictement règlementé. ICI

 

LA FRAUDE ET LE VIN - Caves coopératives de vinification d'ici et  d'ailleurs.

 

Sans cacher derrière son petit doigt la chaptalisation permet la mise en marché de vins qui, sans elle, ne le pourraient pas, on augmente donc artificiellement les volumes. Quant à la vérité et l’authenticité du vin je vous laisse juge. Le moins qu’on devrait faire c’est de porter la mention chaptalisé sur le flacon.

 

Bref, pour le baratin nous sommes très bon mais de moins en moins crédibles. Certes, économiquement c’est justifié mais les pourfendeurs des vins nu devraient fermer leur clapet.

 

Pas de sucre dans le vin. Il faut une interdiction de l’UE

La crainte de pénurie de sucre explose les coûts de chaptalisation

Mardi 28 septembre 2021 par Alexandre Abellan

 

L’apparition de foyers de pourriture accélère la vendange et augmente le besoin de chaptalisation. - crédit photo : ODG Médoc

Le besoin d’enrichissement des moûts met sous tension l’approvisionnement du vignoble pour assurer les montées en degrés alcooliques nécessaires face au ralentissement des maturations et à l’augmentation du risque de pourriture grise.

 

Le saccharose mis à sac et les Moûts Concentrés Rectifiés (MCR) en grande tension. Le rythme de maturation allant moins vite que le risque Botrytis, les vendanges s’accélèrent dans le vignoble français, augmentant mécaniquement le besoin en sucre pour enrichir les degrés et retrouver des profils habituels. Dans de nombreux bassins viticoles, la tendance est au stockage pour anticiper les besoins futurs. « Ceux qui attendent les analyses en cuve pour préparer leurs achats risquent d’avoir une mauvaise surprise » prévient un vigneron bordelais, qui a vu la semaine dernière le prix du kilo de sucre augmenter de 10 centimes. Face à la crainte de ne pas pouvoir suffisamment chaptaliser, les opérateurs stockent selon leurs besoins, très variables selon les terroirs et leurs volumes de saccharose en réserve. « Nous allons devoir faire tomber du sucre, mais nous en avons suffisamment en stock » indique ainsi un vinificateur dans le Beaujolais.

 

Pour d’autres fournisseurs, le besoin explose soudainement, exacerbé par la crainte de pénurie. Si la petite récolte dans le Muscadet réduit à peau de chagrin les besoins dans le pays nantais, les demandes augmentent en Anjou et Touraine indique Philippe Serrault, le directeur général de Loire Viti Vini Distribution (LVVD), qui a reçu pour la première fois des appels d’autres vignobles pour se fournir en sucre, comme Gaillac. « Nous avons la chance d’avoir passé un contrat d’approvisionnement qui nous protège des fluctuations » souligne le fournisseur, voyant dans l’anticipation une solution aux tensions actuelles sur les matières premières (bouteilles, cartons…). « Le fond du problème c’est la spéculation mondiale sur le sucre » note Stéphane Becquet, l’animateur conseil du Syndicat des Vignerons Bio de Nouvelle-Aquitaine, qui reste confiant dans les disponibilités régionales en sucre certifié bio (coûtant deux fois plus cher que le conventionnel).

 

MCR

 

Pour réussir des vinifications techniques, les alternatives au sucre existent, comme l’assemblage 85/15 de millésimes différents (pour baisser les degrés alcooliques 2020 et remonter ceux 2021) et les MCR. Ces derniers sont le seul outil d’enrichissement des moûts dans le Sud, où l’ajout de sucre de betterave est interdit. Actuellement, les demandes de MCR sont significatives sur l’ensemble du vignoble français rapporte Yoann Maillard, le directeur marketing de l’union de distilleries coopératives Grap’Sud, l’un des principaux producteurs de MCR pour le marché français. Faisant tourner à plein régime ses installations de la Mancha pour répondre à la demande de ses adhérents et d’autres vignobles français, « nous sommes globalement en mesure de faire face à la demande » rassure Yoann Maillard, ajoutant que les tarifs sont en forte hausse de leur côté, répondant aux lois de l’offre et de la demande avec une augmentation de 40 à 50 % du prix des MCR depuis le début de la campagne par effet d’aubaine.

 

« Je n’entends pas parler sur le terrain de gens n’ayant pas réussi à trouver de MCR, mais la raréfaction de vins espagnols après le gel raffermit les prix. On a atteint des prix allant de 2,5 à 4 €/°.hl » indique Laurent Vial, le directeur du secteur de l’Hérault pour l’Institut Coopératif de la Vigne (ICV). À date, la situation sanitaire reste globalement maîtrisée, mais l’absence d’évolution des degrés alcooliques et l’humidité de la météo forcent à accélérer le ramassage. « Cela faisait des années que l’avait oublié la problématique d’un millésime tardif ayant du mal à accumuler des sucres » souligne Stéphanie Prabonnaud, consultante pour le laboratoire Natoli & Associés dans le Langeudoc, qui souligne des problèmes de livraison de MCR pour les gros faiseurs alors que les fermentations alcooliques n’attendent pas en cuve. « On ne parle pas d’enrichir toute une cave, mais certains lots (comme le cinsault après les pluies) » conclut l’œnologue.

 

 

 

Connaissance du vin - Frise chronologique histoire du vin - Inrap

Pas de sucre dans le vin. Il faut une interdiction de l’UE ICI
Partager cet article
Repost0
30 septembre 2021 4 30 /09 /septembre /2021 06:00

Votre serviteur, bien sûr !

 

18 septembre 2010

« La cuisine émoustille l’âme : je choisis mon pain entre cent, à des lieues, et je foule mon vin moi-même... »

 

Retour au calme ce matin, désolé de ne pas tendre la joue gauche lorsque l'on me soufflète la droite, je suis ainsi fait mais je continue de penser que certains volent plus vite au secours des importants alors qu'ils s'abstiennent lorsqu'il s'agit de défendre des va-nu-pieds des railleries d'une huile... Mon papier sur la Corse valait quelques commentaires, pourquoi n'y en a-t-il pas cher Norbert et autres ? J'adore la cannelle mais pas dans le vin...

 

Caillou-8269.JPG

La parole est à un sage : Joseph Delteil. ICI  

 

Et voilà t’y pas que le POINT Florence Monferran

 

* Historienne, chercheuse diplômée de l’université Jean-Jaurès à Toulouse, vigneronne aujourd’hui près de Montpellier, Florence Monferran s’attache depuis une dizaine d’années à mettre en lumière des patrimoines et des terroirs de grande qualité, des vins et des cépages du Languedoc, afin tant d’œuvrer au maintien de la viticulture que d’éveiller à une culture du vin protéiforme. Elle a ainsi mené le projet Terre apiane sur les muscats et travaille à démontrer l’excellence des productions en vins blancs en Languedoc. En 2020, elle a fait paraître l’ouvrage « Le Breuvage d’Héraclès », aux éditions Privat. Du discours à la pratique, il ne restait plus qu’un pas, que Florence Monferran a franchi en redonnant vie à de petites parcelles entièrement en muscat à petits grains, à Mireval (Hérault). Une façon de passer du mot à l’ouvrage, de tendre des ponts entre les temps.

 

Tuilerie de Massane a proximite de Montpellier, demeure du poete Joseph Delteil (1894-1978).

 

Joseph Delteil et la Tuilerie de Massane : un patrimoine à sauver ICI

 

Prix Femina en 1925, ami de Chagall, Soulages ou Henry Miller, cet écrivain avait investi une demeure historique aujourd’hui à l’abandon et menacée par un projet immobilier.

 

Tuilerie de Massane a proximité de Montpellier, demeure du poète Joseph Delteil (1894-1978).

 

Par Florence Monferran*

 

La vigne est la plante délicate par excellence. Elle exige des soins constants, une sorte d’intelligence ou de divination manuelles. Puis, un beau matin, une gelée, un coup de grêle emportent tout. Dans ces soucis, dans cette précarité́, le plus humble paysan puise le sens d’une vie supérieure. De se savoir à la merci d’un nuage prédispose l’âme à la métaphysique, à la religiosité́ – aux chimères aussi… Le vin, d’ailleurs, est aujourd’hui l’âme de ce territoire, et son espèce de dieu. Il lie et centre l’esprit d’un peuple entre tous individualistes, et dont la vie sociale risque de retourner à la tribu. Il l’enjolive aussi et le pare de ses grâces. Il lui apporte la dorure de Bacchus. » Extrait de La Belle Aude, 1930

 

À la saison des vendanges, les Journées européennes du patrimoine nous ouvrent des portes inconnues. Arpentant des chemins inattendus, elles dévoilent des histoires, ravivent de délicieux souvenirs. Mais elles alertent aussi sur la préservation nécessaire de pans de notre mémoire collective. Tel est le cas d’un domaine viticole en perdition, lieu de création d’une œuvre littéraire effacée.

 

Aux portes de Montpellier, à Grabels, à deux pas du Domaine d’Ô, haut lieu de la culture locale, la Tuilerie de Massane attend de renaître enfin de ses cendres. Figés dans l’instant, comme victimes d’une catastrophe naturelle, l’édifice, pillé, fragilisé, ses jardins et terrasses sont désormais interdits d’accès. Pourtant, ils accueillirent pendant plus de quarante ans un des écrivains les plus originaux du XXe siècle, Joseph Delteil, mi-écrivain mi-vigneron, et sa compagne, l’Américaine Caroline Dudley.

 

Joseph Delteil avait été adulé à la capitale, notamment par les surréalistes, pour avoir écrit en quelques années des livres incandescents. Il enchaîna Sur le fleuve Amour (1922), Choléra (1923) et une Jeanne d’Arc iconoclaste (1925, Prix Femina) adaptée au cinéma par Carl Dreyer. Né près de Limoux, son accent occitan à couper au couteau détonnait dans les salons parisiens, dont il était la coqueluche. Pourtant, il fuit… cap au sud, avec ses amis Marc Chagall et Robert Delaunay. Perpignan (1927), La Belle Aude (1930) portent trace de ce retour aux sources. Sa rencontre en 1930 avec Caroline Dudley, initiatrice de La Revue nègre, marque un tournant. Caroline a fait venir des États-Unis une troupe d’artistes noirs autour du jazz-band de Sidney Bechet. Elle triomphe avec une jeune inconnue, Joséphine Baker. Joseph Delteil, émerveillé, fait de Caroline la compagne de sa vie. Elle achète une propriété viticole, Trinquevedel, près de Tavel, puis la Tuilerie de Massane en 1937. Joseph Delteil se retire alors de la vie intellectuelle parisienne pour entamer une longue quête du bonheur. « Et je suis parti… J’ai quitté Paris, j’ai quitté le monde pour un monde meilleur. » (La Deltheillerie)

 

La Tuilerie de Massane

 

De la métairie du XVIe siècle des seigneurs de Massane, ventre de Montpellier qui nourrissait la ville, il fit son repaire. « Donc il y avait là-bas dans les garrigues de Montpellier une espèce de vieille métairie à vins, à lavandes et à kermès, a demi abandonnée, et dont j’ai fait une oasis dans le désert, un point de vie comme il y a des points d’eau. » Il y produisit son vin, au milieu des vignes et des garrigues mêlées, autant qu’il y instaura un mode de vie poétique. La Deltheillerie (1968), véritable profession de foi qui inspire les soixante-huitards, décrit cette vie à l’écoute des sens et des sensations.

 

La Tuilerie en elle-même constitue un patrimoine bâti remarquable, utilisé dès le Moyen Âge pour fabriquer tuiles et briques à destination de Montpellier. Charles Gabriel Leblanc la rachète en 1736. Il se sert de la source d’eau antique pour créer un vaste réseau hydraulique. Ainsi, il alimente les immenses jardins et fontaines du Domaine d’Ô voisin, qu’il vient également d’acquérir. L’ensemble constitue, selon le jeune historien Elias Burgel, l’une des dernières traces d’un patrimoine diffus, éclaté sur la périphérie de Montpellier en Folies [1] et métairies aujourd’hui bétonnées.

 

Le vin et les passants célèbres

 

À l’intérieur, un chai aux dimensions colossales, aux immenses foudres, témoigne d’un XXe siècle où le vin coulait à flots en Languedoc. Quelques bouteilles noyées de poussière, un foudre effondré sur lui-même, il reste bien peu. Le comédien Jean-Claude Drouot se rappelle comment élaborer du vin était « quelque chose de merveilleux » pour lui. Il raconte comment Joseph servait son vin à table, à la pipette, comment il avait ritualisé les toasts portés entre amis. Il faisait lui-même sa cartagène et donnait ses conseils pour bien embouteiller, que la biodynamie ne désavouerait pas. Mais ses écrits parlent encore mieux de son lien intime à la vigne et au vin, né dès son enfance au pays de la blanquette et de La Belle Aude, conforté par ce rapport étroit à la nature qui pétrit dès lors son œuvre.

 

 

Là, dans cette tuilerie surplombant Montpellier de son sauvage espace, le milieu intellectuel dont il s’est retiré vient à lui, du monde entier. On ne compte plus les passants célèbres. Les amis fidèles – Chagall, les Delaunay, Pierre Soulages qu’il héberge pendant la Seconde Guerre mondiale –, les écrivains, d’Henry Miller – « Delteil est un ange, d’où sort ce type ? » – à Frédéric-Jacques Temple, Lawrence Durell et bien d'autres, se croisent là, en un impressionnant carrefour de cultures.

 

Aujourd’hui encore, les intellectuels défilent à la Tuilerie en ruines. Ils se mobilisent autour du lieu, de l’homme, de l’œuvre. En 2018, Fabrice Luchini et Pierre Soulages soutiennent la pétition lancée par la revue Souffles. En juillet 2021, le philosophe Michel Onfray et le peintre Robert Combas se déplacent également sur le site.

 

Delteil, plus célébré aux États-Unis qu’en France

 

L’esprit qui préside à son œuvre résonne à nos oreilles d’une étonnante modernité pour un homme qui prônait une Cuisine paléolithique (1964), « celle qui apparut dès le commencement par pur instinct, simple appétit entre l’homme et le monde ». Un retour aux origines, à l’état naturel, évocateur de pratiques culturales récentes. À l’homme-machine, utilisé comme un outil, il substitue l’avènement de l’homme-nature. Il dépeint une « frugalité heureuse » – aux accents de décroissance – qui doit nous inciter à repenser nos modes de vie. La rupture brutale avec la capitale comme l’harmonie entre humains, animaux et campagne qu’il recherche à Grabels parlent à nos propres interrogations.

 

 

L’œuvre et la vie de Joseph Delteil et Caroline Dudley sont célébrées dans le monde entier, notamment aux États-Unis, à l’université Columbia ou chez les Amis d’Henry Miller. Mais nul n’est prophète en son pays. Malgré la densité de l’œuvre, l’acuité de la vision, rien n’a été fait, encore, pour sauvegarder ce lieu mythique. Rien n’a été fait, encore, pour protéger des patrimoines remarquables, tant bâtis que naturels. La métairie, la source de Massane, sources de vie de Montpellier depuis le Moyen Âge, le parc et ses jardins, les vignes et les garrigues interpellent nos consciences.

 

Quel avenir pour La Deltheillerie ?

 

Après trente-cinq ans d’indifférence et de tergiversations, le projet de la ZAC Gimel, élaboré en 2019, englobe la Tuilerie et ses sept derniers hectares dans un équipement culturel (salle des fêtes, cinéma, école) au milieu de 850 logements [2]. Il ne correspond pas, pour les associations fédérées aujourd’hui en Comité de sauvegarde de la Tuilerie de Massane, à l’esprit de La Deltheillerie [3].

 

Gardarem lo Delteil propose d’isoler la Tuilerie de l’ensemble de la ZAC, de porter le projet à la compétence de la métropole et de travailler en trois axes : restaurer les bâtis, protéger les espaces naturels, la source d’eau et leur biodiversité, défendre un projet culturel (autour d’une maison d’écrivain) pour que la Tuilerie de Massane, lieu de mémoire et lieu de vie, retrouve sa dignité, sa fonction et son objet. « Un rapport à l’autre, à la nature et à la culture », commente, en première ligne de ce mouvement de sauvegarde, Alice Ciardi-Ducros, médecin qui côtoya Joseph et Caroline.

 

La thématique des Journées du patrimoine cette année, « Patrimoine pour tous », prenait tout son sens à Grabels. Joseph Delteil appartient à tous, et il nous appartient de nous en souvenir. Dans une lettre à Henry Miller, il écrit : « N’essayez pas de changer le monde. Changez de monde ! » Des mots que le temps, les modes ne démodent pas. C’est sans doute pour cela que Joseph Delteil et Caroline Dudley ne peuvent être effacés du paysage littéraire et montpelliérain, avec ses vignes, son vin et ses garrigues mêlées.

 

[1] Le terme désigne des résidences d’été de l’aristocratie, qui fuit la chaleur urbaine à la campagne, tout en restant proche de Montpellier.

 

[2] Projet consultable ici : ville de Grabels

 

[3] Pétition en ligne ICI 

Partager cet article
Repost0

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents