Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 juin 2021 6 05 /06 /juin /2021 08:30

Le dos - Lamuscusoft

Avoir bon dos signifie être le coupable idéal

 

Cette expression serait née dans le courant du XVIIe siècle de la comparaison avec les charges que devaient parfois porter les paysans ou les ouvriers. Il arrivait en effet que ces derniers doivent transporter des fagots de bois ou des matériaux de construction très lourds sur leurs dos. On disait alors qu’ils avaient «bon dos», dans le sens où ils étaient assez forts pour assumer la charge de travail, si bien que certains employeurs profitaient d’eux.

 

Quelle est l'origine de l'expression «avoir bon dos» ? | CNEWS

 

Par extension, la formule a ensuite servi à désigner les personnes sur lesquelles on rejette injustement une faute ou une responsabilité lourde. L’expression «avoir bon dos» a été attestée en 1690 par le poète et lexicographe de l’Académie française Antoine Furetière, grand ami puis rival de Jean de La Fontaine, dans son Dictionnaire universel.

 

« Quel bon dos a la mort ! s’écria-t-il. Quelle admirable charge de titres on lui fait allègrement porter, et comme il faut que les hommes aient de l’esprit pour employer ainsi la tombe à la vanité ! »

 

Victor Hugo, Les Misérables, chap. IV

 

Si ce matin je vous accroche avec cette expression surannée c’est pour deux raisons : la première et la seconde :

 

La première est que, pour certains, que je connais, profitant des portes et des fenêtres grandes ouvertes de ce blog, pour aller fouiner dans les coins et les recoins de mon petit roman, qui n’est rien d’autre qu’une fiction à deux balles, où je m’amuse à mélanger réalité et fiction, souvenirs et inventions, j’ai le dos large, tel Modestine, l’ânesse de bat de Stevenson. Je les en remercie, « ça m’en touche une sans faire bouger l’autre». Suis un vieil homme indigne !

 

Cette allusion à mon âge, me permet d’évoquer la seconde raison qui motive l’érection de cette chronique, en effet : est-ce bien raisonnable de continuer à pratiquer le vélo à Paris à mon âge ?

 

Au vu de mon bilan gamelle la réponse semble être OUI !

 

Sauf que ces gamelles n’ont strictement rien à voir avec mon grand âge mais bien plus à l’absence de prise en compte, par les pouvoirs publics, nationaux et municipaux, du vivre ensemble sur la chaussée et les trottoirs des villes.

 

Aborder ce sujet c’est mettre en branle le grand jeu national : « c’est toujours la faute des autres ! »

 

Tout le monde y a bon dos, chacun se renvoie la balle des responsabilités des incivilités en fonction de sa position de piéton, d’adepte des 2 roues carbonées ou non, des 4 roues, d’opinions politiques, philosophiques, religieuses. Nous sommes un vieux pays de ramenards jamais contents, bourrés de grands principes, jamais mis en pratique.

 

J’en ai plein le dos !  

 

Et pourtant, avec mes gamelles à vélo, je puis vous assurer que le dos, le vrai (du latin dossum) est la face postérieure du corps humain située entre les épaules et le fessier.

 

Anatomie du dos

 

Structure. Le dos a une structure complexe constituée par :

 

  • la colonne vertébrale en son centre, elle-même composé de 32 à 34 os nommés vertèbres,

 

  • des disques intervertébraux positionnés entre les vertèbres,

 

  • des ligaments reliant les vertèbres entre elles,

 

  • la partie postérieure des côtes, fixée en partie sur la colonne vertébrale,

 

  • de nombreux muscles, dont les muscles profonds reliant les vertèbres entre elles et les muscles superficiels,

 

  • de tendons reliant les muscles aux os,

 

  • de vaisseaux sanguins et lymphatiques,

 

  • de la moelle épinière, partie du système nerveux central, située dans la colonne vertébrale.

 

Fonctions du dos

 

Rôle de soutien et de protection. La colonne vertébrale confère au dos un rôle de soutien de la tête et de protection de la moelle épinière.

 

Rôle dans la mobilité et la posture. L’ensemble des éléments constitutifs du dos permet de préserver la posture du tronc et ainsi maintenir la position debout. La structure du dos permet de nombreux mouvements comme les mouvements de torsion du tronc, de flexion du tronc ou encore de traction.

 

Tout ça pour vous dire qu’à la suite d’une gamelle brutale à vélo, moins grave certes que celle qui me vit stationner 15 jours en service de soins intensifs pneumologie de l’hôpital Cochin, le dos joue aussi une fonction essentielle : il permet, dans la position couchée, de passer un long moment de sa vie pour dormir.

 

Et, je puis vous l’assurer, lorsque son flanc droit à pris tout le choc de la gamelle, pendant des jours, et parfois des semaines, la position allongée s’apparente à s’étendre sur une planche à clous. Sauf à dormir debout, le seul remède est la patience agrémentée d’antidouleurs dont il ne faut pas abuser.

 

Never complain, never explain

 

Tel était - dit-on - le conseil donné en 1851 par la Reine Victoria au futur Edouard VII, son fils, alors âgé de 10 ans. Ou, selon d'autres sources, la devise du Premier ministre britannique Benjamin Disraeli. Elle a en tous cas été adoptée depuis par différentes personnalités britanniques, dont Winston Churchill ou la reine actuelle Elizabeth II.

 

Adepte du billard qui, comme chacun le sait, ou non, se joue avec les bandes, je ne souhaite ni tendre le dos à certains voyeurs, ni passer de la pommade dans le dos d’autres plus bienveillants, mais rappeler le principe de réalité à nous tous :

 

« Comment peut-on savoir de quoi est faite une tempête avant de l’avoir sur le dos ? »

Joseph Conrad

Partager cet article
Repost0
5 juin 2021 6 05 /06 /juin /2021 06:00

Les hommes politiques les plus cités

En commentaire de ma chronique du 27 mai 2021 Mémoire d’Outre-Tombe de Michel Rocard sa déclaration censurée sur le rôle de la France au Rwanda… j’ai reçu un commentaire dont l’accroche : Cher camarade, m’a inspiré celle-ci.

 

Au P.S., encarté on se devait de se donner du camarade et de se tutoyer. Ça m’a toujours mis mal-à l’aise, ça sonnait faux, et le peu de temps 1982-83 où j’ai cotisé, avant et après je fus un sympathisant participant à la CNA (Commission Nationale Agricole du PS), l’esprit de camaraderie dans la section du XIIIe Ouest, celle de Paul Quilès, ne m’a pas sautée aux yeux. Je l’ai d’ailleurs quitté car, dans la section, pour cette raison, j’en avais ma claque de tous ces militants qui, pour les plus jeunes, ne rêvaient que d’être élus, pour les boomers dévidaient leur acrimonie. Par-dessus le marché la section était verrouillée par le couple Quilès, j’étais tricard vu mon rocardisme. Ce que j’ai aimé lors de ce bref passage fut de coller des affiches. Anecdote : j'ai peu usité le camarade et, si j'ai tutoyé Louis Mermaz, j'ai toujours vouvoyé Michel Rocard, ce que pratiquait Mermaz avec Mitterrand.

 

Bref,  ce brave homme m’a de plus stupéfié en déclarant : « j'ai, moi, une vénération béate, non pour Michel Rocard, mais pour Jean Poperen et ce depuis 1969. Et tu connais sûrement le mot de Poperen sur Rocard, "Rocard d'Estaing" ! »

 

Ben voyons, mon colon, tout l’esprit de camaraderie des fameux courants du PS, et Jean Poperen était la tête de file de l’un d’eux.

 

Sans ironiser le dit Poperen a laissé une trace indélébile dans notre histoire de France. L'un de ses adeptes, Jean-Marc Ayrault, alors élu de Saint-Herblain, a eu son heure grâce au capitaine pédalo, le naufrageur du PS des camarades, avant de tomber dans l'oubli.

 

Quand Jean-Marc Ayrault était prof à Saint-Herblain [Vidéo] -  Nantes.maville.com

 

« Homme de convictions dont le goût du débat d'idées allait souvent avec celui de la polémique: à l'égard de ses adversaires de droite, vis-à-vis de ses anciens camarades communistes, mais aussi à l'encontre de ses amis du Parti socialiste qu'il avait rejoint en 1971, au moment du congrès d'Epinay. Ne lança-t-il pas un jour le célèbre «Rocard d'Estaing» quand, en 1979, ses options le conduisirent à en découdre avec celui qu'il avait pourtant longtemps fréquenté dans des combats communs, depuis la création du PSU? »

 

 « Né à Angers, le 9 janvier 1925, «né à gauche» comme il aimait à le dire - son père, instituteur, se revendiquait de la culture anarcho-syndicaliste - Jean Poperen participa aux combats de la Résistance et donna alors son adhésion au Parti communiste français. Agrégé d'histoire en 1947, passionné de Révolution française - il signa notamment un ouvrage sur Robespierre - il fut dirigeant des Etudiants communistes, avant de prendre, petit à petit des distances avec le PCF - notamment à partir de 1956, lors de l'intervention soviétique à Budapest: il le quitta en 1958, déclarant alors: «J'ai adhéré au PC parce que j'attendais le grand chambardement. La façon dont le PC a avalé le coup de force de De Gaulle m'a guéri à jamais»...

 

« Pour Jean Poperen, la gauche est un tissu unitaire qui s'étend du coeur du Parti communiste au vieux jacobinisme républicain de la SFIO en passant par la nouvelle gauche née de la guerre d'Algérie. Dans ce tissu unitaire, un fil rouge : la refondation du rôle central de la démocratie. Cette intuition l'aura conduit à une longue odyssée dans le mouvement socialiste. Mais elle se fondait d'abord sur l'Iliade d'un jeune résistant communiste fidèle à la tradition française du pluralisme et intransigeant dans sa défense du respect des autres.

 

C'est ce qui fait le legs si précieux de Jean Poperen aujourd'hui : on aimerait savoir ce qu'il aurait pensé d'une époque de si grande confluence ou, précisément, parce que les cartes se redistribuent, la première exigence du politique devrait résider dans l'absolue rigueur des choix et la recherche de ce langage pédagogique, celui-là même qu'avaient inventé nos instituteurs et qui est l'enveloppe nécessaire de l'idée démocratique dans notre République.

 

 

« Nous ne pouvons qu'être frappés par la rapide dissolution des identités politiques dans les démocraties de l'Occident »

 

Alexandre Adler le 22/10/2007

 

Pour ceux qui l’ont oublié, et ils doivent être nombreux, le socle électoral du PS c’était les profs de l’Education Nationale :

 

- André Henry, l'ancien instituteur devenu secrétaire général de l'influente Fédération de l'Education nationale, est ICI https://www.marianne.net/politique/retrouve-le-ministre-du-temps-libre-de-1981-et-voici-ce-qu-il-pense-de-hamon nommé dans le premier gouvernement Mauroy 22 mai 1981, Ministre du Temps Libre. Il ne survivra pas au tournant de la rigueur. Exit !

 

Le député-maire de Bordeaux Jacques Chaban-Delmas participe, au côté de son épouse Micheline, à la manifestation en faveur «l'école libre», le 22 janvier 1984 dans les rues de Bordeaux. RENE JEAN / AFP

 

- Le grand SPULEN le grand service public unifié et laïc de l’éducation nationale lui ne survivra pas à la grande manif des cathos à Paris. Exit ce brave Savary. ICI 

 

Mitterrand ne goûtait guère Jean Poperen, il ne fut que Ministre des Relations avec le Parlement de mai 1988 à avril 1992. ICI 

 

Jean Poperen, minoritaire pour l'éternité. ICI 

 

Ressource «Le 10 octobre 1976, un meeting avec Claude Poperen ...

M. Claude Poperen : une fidélité déchirée

Le Monde

Publié le 28 janvier 1987

 

Des deux Poperen, le plus ouvert n'est peut-être pas celui qu'on croit. Jean et Claude ont en effet milité ensemble aux Jeunesses communistes puis au Parti, mais Jean devait être exclu en 1967 pour devenir plus tard le numéro deux du PS et incarner dans cette formation le culte unitaire et l'antisoviétisme. Claude, lui, a fait toute sa carrière au PCF, en passant de 1956 à 1967 par la CGT-Renault.

 

Né le 22 avril 1931 à Angers, membre des Jeunesses communistes dès l'âge de quatorze ans, militant au PC dès 1949, responsable syndical ensuite, son ascension commencera véritablement en 1967, date à laquelle il entre comme membre suppléant au comité central, à l'occasion du dix-neuvième congrès. Trois ans plus tard, il en deviendra titulaire et entrera au bureau politique, où il se verra confier le poste clé des fédérations.

 

C'est aussi un vieux compagnon de M. Marchais, d'autant plus fidèle qu'il se voulait lui-même un farouche défenseur du centralisme démocratique, respectueux de la hiérarchie du parti. Ses ennuis vont commencer en 1984, lors de la préparation du vingt-cinquième congrès. Chargé par la direction d'analyser le résultat des élections européennes de 1984, il présente un premier rapport sans complaisance. Dans ce texte, Claude Poperen évalue à sa juste mesure l'étendue des dégâts électoraux enregistrés par le PC et juge que ce recul n'était pas inévitable. C'est en fait une analyse critique de la direction qu'il présente (1), lui reprochant à l'occasion d'avoir davantage cherché à combattre le PS qu'à affirmer l'identité communiste. Il proposait à la direction de reconnaitre ses insuffisances, de pousser sa réflexion sur la société française et de ne pas reculer devant l'analyse du fonctionnement du parti. Enfin, il évoquait la nécessité de modifier la composition du bureau politique, et pas seulement, précisait-il, le poste de secrétaire général.

 

L'imprimatur lui fut refusé et il dut réécrire son rapport. Mais il n'était pas pour autant assimilé au courant rénovateur, ce qui lui valut sans doute d'être réélu lors du vingt-cinquième congrès au bureau politique. Mais le secteur dont il s'occupait lui est retiré, celui de la santé et de la sécurité sociale lui est confié. A l'occasion des élections législatives de 1986, M. Poperen s'abstint, lors du vote au bureau politique, sur le texte analysant le résultat des élections au soir de la consultation.

 

Homme de terrain et d'appareil, affable et d'une grande gentillesse, Claude Poperen avait courageusement accentué son désaccord avec la direction de son parti, la mort dans l'âme, au cours de l'année 1986. (1) Le texte a été publié intégralement dans le livre de Michel Naudy : PCF, le suicide (Albin Michel).

 

Luc et Jean-Pierre Dardenne, prix Lumière 2020. (France 3 Rhône-Alpes)

 

Quant aux frères Dardenne pas sûr que leur came soit du goût de Ciné Papy.

 

"On est du côté des frères Lumière, du côté de l'enregistrement de la vie" : les frères Dardenne reçoivent le prix Lumière 2020 ICI  

Partager cet article
Repost0
4 juin 2021 5 04 /06 /juin /2021 06:00

 

« La mort annoncée de “cet attribut de la vie citadine, devenu un rite de passage pour tous les visiteurs depuis la création du métro, en 1900 ».

 

« Né il y a cent vingt ans dans le métro parisien, le ticket en papier voit ses jours comptés, alors que la capitale s’apprête à passer à un système dématérialisé d’ici les Jeux olympiques de 2024 », écrit The Times.

 

Île-de-France Mobilités, l’autorité organisatrice des transports de la région, a acté le début d’une phase de transition, dont le premier volet mettra fin à la vente des carnets de dix tickets d’ici à mars 2022.

 

La Région Île-de-France a poussé à l’abandon du ticket papier, le jugeant polluant et coûteux. Le Times explique qu’environ 550 millions de tickets sont vendus chaque année, mais que ces derniers se retrouvent souvent jetés sur le pavé. La bande magnétique, quant à elle, pouvait être défaillante, élément avancé pour souligner l’obsolescence du produit.

 

L’objectif est d’orienter les voyageurs vers des tickets dématérialisés sur les cartes plastiques rechargeables ou sur smartphones. Le quotidien britannique déplore la mort annoncée de « cet attribut de la vie citadine, devenu un rite de passage pour tous les visiteurs depuis la création du métro, en 1900 »

 

Malgré la mise en circulation du passe Navigo depuis vingt ans, le ticket papier était toujours prisé des touristes ainsi que des Parisiens explorateurs occasionnels du sous-sol de la capitale. Les “petits rectangles rigides” étaient même devenus un élément à part entière de la culture populaire.

 

Dans un clin d’œil ironique, le journal britannique affirme que « cette évolution pourrait épargner aux responsables politiques une célèbre question piège des campagnes électorales : ‘Combien coûte le ticket de métro?’”.

 

La devinette en avait mis plus d’un dans l’embarras.

 

Chanté par Serge Gainsbourg qui l’a rendu célèbre, mais aussi par les Frères Jacques dès 1958, sur scène à Montmartre ; immortalisé par Bourvil dans le film « La grosse caisse » (1965), le poinçonneur était né pour « faire des trous, des petits trous… » dans les tickets de métro.

 

 

Il a disparu progressivement avec l’arrivée de la piste magnétique testée dès 1968 et la mise en place des tourniquets qui compostent les tickets en modifiant le contenu de la piste magnétique. Le lundi 10 septembre 1973, tous les billets vendus, à l’exception des billets de tourisme et collectifs sont désormais magnétiques.

 

  • Date de naissance, le 19 juillet 1900

 

 

  • dimensions honorables 3 cm x 5,7 cm.

 

 

  • Ses couleurs : pour ses débuts sur la ligne n°1, les couleurs choisies sont le rose pour la 1ère classe, le jaune pour la 2nde classe et le vert pour les tickets aller-retour.

 

 

  • Des carnets de 10 tickets sont vendus à 2,50 francs pour la 1ère classe, et à 1,50 franc pour le carnet de 2nde classe.

 

 

  •  Les tickets à l’unité coûtent 25 centimes pour la première classe, 15 centimes pour la seconde classe et 20 centimes pour un aller-retour.

 

À l’arrivée sur le quai, le billet était poinçonné. La pince faisait une pastille de 6 mm et imprimait au dos, quantième, année et heure. Ces informations permettaient le contrôle des titres de transport dans les voitures. De 1911 à 1942, la pastille fera 4 mm puis à nouveau 6 m m.

 

THE TIMES - LONDRES ICI

Publié le 29/05/2021 - 06:05

Partager cet article
Repost0
3 juin 2021 4 03 /06 /juin /2021 08:00

Caricature Des Premiers Cyclistes Histoire Du Cyclisme Au Début Du Xixe  Siècle Vecteurs libres de droits et plus d'images vectorielles de 1820-1829  - iStock

Mercredi de la semaine dernière, sur le coup de 17 heures je décidai d’emprunter le nouveau couloir cyclable de la rue de la Rivoli. Temps gris, un peu de pluie, je pédale pépère, en face les grappes de cyclistes s’égaillent, je les surveille. Erreur, je fais un léger écart et mon pneu avant heurte une petite bordure reliquat de la piste d’avant : les services municipaux ne sont guère soucieux de notre sécurité. Je m’étale de tout mon long. Deux jeunes gens viennent à mon secours, m’aident à me relever. De suite je sens que je n’ai rien de cassé. L’un d’eux prend en charge mon vélo, l’autre m’accompagne à la pharmacie d’en face car je pisse le sang. Je m’inquiète de mes lunettes. Elles ont été ramassées, elles sont brisées mais les verres sont intacts. On m’y soigne. De retour dans le magasin où l’on a garé mon vélo le second jeune homme m’indique qu’il a appelé les pompiers. Ceux-ci me font monter dans le fourgon rouge, me palpent, prennent ma tension, consultent le médecin de service, m’entourent la tête d’un bandage. Je reçois mon bon de sortie et je décide de rentrer à la maison en poussant mon vélo. Exercice indispensable pour vérifier que je n’ai rien de cassé. Bref, j’ai le flanc droit tuméfié, ma rotule n’a pas souffert, il ne me reste plus qu’à prendre mon mal en patience. De mon expérience de la précédente chute je sais que le plus difficile sera la position allongée. Tel fut le cas, j’ai donc accumulé les nuits plutôt blanches mais y’a plus grave.

 

Une semaine vient de s’écouler, j’ai toujours le flanc douloureux mais je me suis adapté à la situation. Par bonheur j’avais des séances de kiné pour mon épaule gauche, ce qui m’a soulagé pour mes côtes. Je marche. J’ai levé le pied sur le clavier, si je puis m’exprimer ainsi. Première décision arrêt momentané de mon petit roman qui me semble faire l’objet d’une curiosité malsaine de la part de certains.

 

Bref, j’en suis là. Mon avenir cycliste est-il compromis ? Je ne sais. Lorsque la vieille carne sera de nouveau d’aplomb je prendrai ma décision.

 

Bonne journée sur mes lignes.

Partager cet article
Repost0
2 juin 2021 3 02 /06 /juin /2021 08:00

https://focus.nouvelobs.com/2019/08/07/3/0/3234/1610/1377/667/75/0/480289f_dwb_UBojExFmVBNVQX35DSMq.jpg

Romain Bouteille, cofondateur du célèbre Café de la Gare à Paris, notamment avec Coluche, est mort lundi 31 mai à l’âge de 84 ans, a annoncé son épouse mardi.

 

« Romain s’est éteint hier dans la soirée à l’hôpital de Corbeil-Essonnes. Depuis quelque temps, il avait une insuffisance rénale. C’est une insuffisance respiratoire qui l’a emporté », a déclaré Saïda Churchill, elle-même comédienne et programmatrice culturelle de la ville d’Etampes (Essonne). ICI 

 

Romain Bouteille, le 28 juin 2007.

Romain Bouteille, le 28 juin 2007. 

 

5 mars 2010

Romain Bouteille un chantre du vin iconoclaste

 

Avec un patronyme pareil, se faire le chantre du vin, relève de la consubstantialité la plus intime. Coluche, avec qui il a fondé en 1968 le célèbre Café de la Gare, disait de lui  « Ce qu'il ne m'a pas appris, je le lui ai piqué »

 

Un beau commentaire à cette chronique :

 

Merci Monsieur Berthomeau de nous parler de ce héros qu'est Romain Bouteille !

 

C'est un bain de jouvence que vous m'offrez. Cet homme a participé à changer le cours de ma vie. Il m'a fait rentrer dans l’âge adulte avec la fantaisie et le recul nécessaires.

 

Cet homme est tellement grand qu'il ne mérite pas de statue. Il est tellement ambitieux, que l'argent ne l'intéresse pas ! Il lui faut le bonheur !

 

Cet homme nous a aidés à entrevoir le bonheur dans une société que les chantres de l'ennui d'aujourd'hui n'avaient pas destiné à ça !

 

Cet homme me fait apprécier la chance de l'avoir connu, dans son antre, le café de la gare, où le prix des places était...tiré à la loterie !

 

Grace à vous Mr Berthomeau, je suis heureux ce matin d'avoir 55 ans et d'avoir connu Romain bouteille qui, comme la dive du même nom, méritait bien une petite célébration !

 

Merci encore.

 

Romain Bouteille, avait commis une Postface, dans son style si particulier, au livre cité par Michel Polac dans l’émission « Les Vignes du Seigneur » publié par Glénat au titre sans équivalent : LE VIN.

 

Le Vin - NE | Éditions Glénat

 

 

« Ce qui est le fléau des sociétés de l’ennui, ce n’est pas le vin. C’est l’ennui. Il faut fêter le vin. Sans dégoût. Avec un grand cynisme. Parce que c’est mal. Parce que le bien est dans les campagnes antialcooliques faite pour les téléspectateurs béats par des imbéciles payés en ligne.

 

Le vin ne fait pas de l’homme un déchet. Il fait, d’un déchet discret, un déchet indécent dans le paysage publicitaire.

 

Il y a des déchets alcooliques, non convenables, et des déchets sobres.

 

Convenables. Entre deux déchets, l’un alcoolique l’autre non, tous deux vendeurs de mèches à bois au Brico-Décor de Brives-Charensac, la différence de santé n’est qu’apparente. Ce sont des martyrs certifiés, donc des lyncheurs éventuels. Surtout le sobre.

 

L’argument de la santé est rendu terriblement équivoque par cette horreur maladive de la mort du consommateur qui est le cheval de bataille des sociétés de l’ennui.

 

On ne peut pas se fonder là-dessus pour jeter l’anathème sur un produit capable de fournir aux humains sociaux ce qui leur manque le plus : l’imagination (En leur ôtant, d’ailleurs, cet altruisme indispensable aux grands massacres).

 

Toutefois, Dieu lui-même n’a pas exactement mis la vérité dans l’alcool (faute de savoir au juste en quoi elle consistait). Du moins, pas la vraie. Il voulait remplacer un type de mensonge par un autre et faire jaillir de la comparaison entre les deux une étincelle de réalisme.

 

Il devient fou furieux quand un humain se fait gloire de sa sobriété, puis vient pleurnicher sur la dureté de son sort. « J’ai pris la peine, hurle-t-il, de farcir ma nature de toutes sortes d’anesthésiques, hallucinogènes, analgésiques, optimisants, calmants, embellisseurs de situations, pour cigales, lapins, limaces, et ces messieurs-dames décrètent que mes bonnes tisanes ôtent sa dignité à l’ouvrier ! Malfaisants, ce n’est pas le vin de l’ouvrier qui fait ça ! C’est son travail ! Vous confondez les effets de la maladie à ceux du remède !

 

Ce n’est pas le jus de fruit fermenté qui abrutit, mais les mélanges du genre « pinard plus compétition » ou « cognac plus fierté nationale » ou « vin plus mess » ou « pastis plus lepénisme » etc. !

 

Pas de mélanges !

 

Rien de ma nature ne peut ôter leur dignité à des hordes de menteurs commerçants, obéisseurs de carrière, écraseurs de faibles déjà complètement hiérarchisés dans l’âme en épaisses couches sociales, et que j’enverrai tranquillement, pour l’éternité, nettoyer à jeun des kilomètres de tranchées façon 1914 ! »

Partager cet article
Repost0
1 juin 2021 2 01 /06 /juin /2021 06:00

 

Alessandra, la Génoise, avant de monter à Paris, a régalé les Marseillais pendant 17 ans, introduire cette chronique par LES MARCHÉS DE PROVENCE chantés par Gilbert Bécaud va de soi…

 

Il y a tout au long des marchés de Provence

Qui sentent, le matin, la mer et le Midi

Des parfums de fenouil, melon et céleri

Avec par-ci, par-là, quelques gosses qui dansent

Voyageur de la nuit, moi qui en ribambelle

Ai franchi des pays que je ne voyais pas

J'ai hâte, au point du jour, de trouver sur mes pas

Ce monde émerveillé qui rit et qui s'interpelle

Le matin au marché

Au temps où je marnais à la SVF filiale du groupe Pernod Ricard, le DG Thierry Jacquillat me vantait le fenouil, normal c’est l’anis, la mamelle du groupe.

 

Ricard, c’est Paul, père de la marque installée depuis 1932, à Marseille. Au printemps 2018 une nouveauté lancée : Ricard Plantes fraîches, innovation capitale pour le groupe car elle doit démontrer que l’anis reste dans l’air du temps.

 

Ricard Plantes fraîches&les abeilles.

 

Le goût anisé est tiré du fenouil cultivé sur le plateau de Valensole (04), connu du monde entier grâce à ses champs de lavandin à perte de vue. Depuis une dizaine d’années, du jaune est venu s’intercaler dans ces champs bleus car Ricard a noué des partenariats avec quelques producteurs prêts à semer du fenouil aromatique. « Cela leur permet de diversifier leurs cultures et, à nous, de diversifier les provenances de nos anis », détaille Carole Guinchard, directrice marketing du pôle apéritifs chez Ricard. En effet, le goût anisé peut aussi provenir de la badiane, un arbre qui ne pousse que sous les latitudes sud-asiatiques.

 

Le fenouil est riche en pollen

 

L’un des producteurs de Valensole a fait remarquer aux équipes de Ricard que cette plante aromatique plaisait aux abeilles, devenues plus productives. « Le lavandin ne fournit que du nectar (le constituant unique du miel), tandis que le fenouil est, en plus, une ressource en pollen (source de protéines, lipides et vitamines) pour les insectes pollinisateurs », résume Carole Guinchard. Ricard a même embauché une doctorante en écologie, spécialisée en écologie du paysage et de la pollinisation, Lucie Schurr, pour étudier la relation entre ces insectes et la culture du fenouil. Le fabricant de spiritueux s’est aussi rapproché de l’Association pour le développement de l’apiculture provençale (Adapi) pour les aider à augmenter la biodiversité sur le plateau. À ce jour, 50 apiculteurs ont été formés. Ce qui représente environ 7 500 colonies ou 300 millions de ces insectes pollinisateurs.

 

Le fenouil commun (nom scientifique Foeniculum vulgare, syn. Foeniculum officinale) est une espèce de plante bisannuelle ou vivace, cultivée pour le renflement bulbeux et charnu de ses feuilles imbriquées les unes dans les autres. Ce n'est pas un bulbe comme l'oignon comme son nom le laisserait à penser.

 

C'est une plante de la famille des Apiacées (Ombellifères).

 

C’est un légume feuille dont on consomme le bulbe, les tiges, les feuilles et les graines. Son goût légèrement sucré rappelle un peu l'anis ou la réglisse. La pleine saison s’échelonne de mai à septembre.

 

Son histoire

 

Le fenouil est originaire des régions méditerranéennes (du latin « petit foin »). Il désignait à l’origine une sorte de graminée aromatique qui avait la propriété d’éloigner les insectes.

 

C’est dès l’Antiquité que le fenouil fut découvert près du littoral méditerranéen. Poussant naturellement sur les bords des chemins en Chine, en Égypte ou encore en Grèce, ses fonctions sont culinaires et médicinales (désinfectant, cure d’amaigrissement…).

 

Conduit en Grande Bretagne par les Romains, certains Anglais se rafraîchissaient l’haleine avec le fenouil remplacé de nos jours par le chewing-gum.

 

D’autres époques, d’autres croyances… Au Moyen Âge, ce légume-aromate était un anti-venin tout comme il portait auparavant l’emblème de la force et de la jeunesse dans la mythologie grecque. Mais ce n’est pas tout, nourriture des Dieux et source de leur puissance, le fenouil éloignait les démons et les esprits, en Italie. D’ailleurs, certains paysans en accrochaient au long de leur demeure et/ou en bouchaient les serrures des portes.

Le fenouil, dix façons de le préparer

Le fenouil, dix façons de le préparer ICI

de Alessandra Pierini
Collection Dix façons de préparer

 

Quelle est la différence entre le fenouil et l'aneth, comment les distinguer et où les utiliser

Quelle est la différence entre le fenouil et l'aneth, comment les distinguer et où les utiliser ?

 

Le fenouil et l'aneth sont deux plantes similaires avec des feuilles minces duveteuses et des fleurs jaunes discrètes, rassemblées dans des parapluies. Les deux plantes sont parfumées, mais l'une s'appelle le mot familier aneth et l'autre est appelée exceptionnellement - fenouil. Voyons quelle est la différence entre le fenouil et l'aneth, et pourquoi ils sont utilisés à des fins différentes.
 

Source: ICI 

Partager cet article
Repost0
30 mai 2021 7 30 /05 /mai /2021 06:00

 

Je sais, je sais, je sais, comme le chante Gabin, en affichant ce tee-shirt de Jean-Baptiste Bruant, artiste plasticien français, je vais me faire avoiner par les «gardes rouges» du bon goût à la française. Depuis 1991 en duo avec Maria Spangaro « ils élaborent un univers artistique proposant une mystique de la corporalité, privilégiant pour cela le médium de la performance et les installations vidéo et sonores. » Ouille, ouille, Jacquouille, Bruant déclare « Mon travail est extrêmement sexuel »

 

La Fab.

 

Styliste, mécène et collectionneuse, Agnès b. soutient depuis de nombreuses années la création artistique sous toutes ses formes, la solidarité et l’environnement. « La Fab. », siège du fonds de dotation « Agnès Troublé dite Agnès b. » a pour ambition de rassembler toutes ces actions sous un seul et même toit. C’est un lieu unique, ouvert au public depuis février 2020, situé sur la place Jean-Michel Basquiat, à Paris dans le 13e arrondissement.

 

« J’aime Paris, et le treizième arrondissement est un nouveau Paris. Je suis très contente d’être dans ce quartier. J’avais d’abord cherché un lieu dans le nord de la capitale ou à Montreuil. Je voulais un quartier populaire. J’aime bien m’adresser à tout le monde en estimant que tout le monde a des capacités de comprendre, de voir, d’aimer. Et il n’y a pas non plus de passé historique dans ce quartier. On a l’impression d’être en voyage. Il y a le MK2, Tolbiac, les incubateurs, la Bibliothèque François Mitterrand, les planches à roulettes. Et le Point Ephémère, pour un café ou faire la fête, avec qui on est amis depuis toujours. »

 

Agnès b édite des tee-shirts d’artistes : Jean-Baptiste Bruant

 

 

J´suis snob... J´suis snob/C´est vraiment l´seul défaut que j´gobe/Ça demande des mois d´turbin/C´est une vie de galérien/Mais lorsque je sors avec Hildegard/C'est toujours moi qu'on r'gard'/J´suis snob... Foutrement snob/Tous mes amis le sont/On est snobs et c´est bon…

 

Boris Vian - J'suis snob by JusteLaurence and Xsmile32 on Smule

 

Marseille va-t-elle devenir la première capitale régionale à se donner à ceux qui se disent nationaux ?

 

Je ne sais.

 

Pour l’heure je vous offre :

 

La recette des spaghettis à l'ail de l'un des meilleurs restaurants de Marseille ICI 

 

À la maison

 

Dans le livre « Á La Maison » de Victoire Loup, sont réunies les recettes confidentielles des plus grands chefs français. Mahéva Angelmann, à la tête de la pizzeria marseillaise La Bonne Mère, révèle comment cuisiner les pasta alla piazza à base d'ail et d'huile d'olive.

 

Après un séjour italien, la Bonne Mère prépare sa rentrée

 

 

Partager cet article
Repost0
28 mai 2021 5 28 /05 /mai /2021 06:00

 

- Je pense que c’est une sacré pétaudière que cette affaire, vous pouvez rien mettre dans l’ordre… Comment ça s’appelle ? Vous savez dans un syllogisme…

 

- La concaténation

 

- La concaténation, quel mot ce mot !

 

Quel est le point commun entre la tirade d’une pièce de Molière, une comptine pour enfants et la chanson d’un boys band anglais ?

 

À première vue pas grand-chose ! Pourtant elles utilisent toutes les trois un procédé stylistique fondé sur la répétition et qui répond au doux nom de « concaténation ».

 

« Mourir pour des idées, l’idée est excellente », chante Georges Brassens. Avez-vous remarqué que le mot qui termine la première proposition est repris au début de la proposition suivante ? Ce procédé de redoublement s’appelle l’anadiplose. Et une suite d’anadiploses forme une concaténation.

 

La concaténation, comme d’autres figures fondées sur la répétition, permet d’accentuer une idée ou un mot et peut être utile pour donner force et conviction à ses propos.

 

1- La concaténation dans Dom Juan de Molière

 

Si la concaténation a vraisemblablement été définie au XVIIIe siècle, Molière la pratiquait déjà dans sa pièce Dom Juan ou le Festin de pierre, jouée pour la première fois en 1665.

 

En effet, dans l’acte V – scène 2, la célèbre tirade de Sganarelle est un cas d’école de concaténation. Jugez plutôt :

 

« Sachez, Monsieur, que tant va la cruche à l’eau, qu’enfin elle se brise ; et comme dit fort bien cet auteur que je ne connais pas, l’homme est en ce monde ainsi que l’oiseau sur la branche ; la branche est attachée à l’arbre ; qui s’attache à l’arbre suit de bons préceptes ; les bons préceptes valent mieux que les belles paroles ; les belles paroles se trouvent à la cour ; à la cour sont les courtisans ; les courtisans suivent la mode ; la mode vient de la fantaisie ; la fantaisie est une faculté de l’âme ; l’âme est ce qui nous donne la vie ; la vie finit par la mort ; la mort nous fait penser au Ciel ; le ciel est au-dessus de la terre ; la terre n’est point la mer ; la mer est sujette aux orages ; les orages tourmentent les vaisseaux ; les vaisseaux ont besoin d’un bon pilote ; un bon pilote a de la prudence ; la prudence n’est point dans les jeunes gens ; les jeunes gens doivent obéissance aux vieux ; les vieux aiment les richesses ; les richesses font les riches ; les riches ne sont pas pauvres ; les pauvres ont de la nécessité ; nécessité n’a point de loi ; qui n’a point de loi vit en bête brute ; et, par conséquent, vous serez damné à tous les diables. »

 

Ici, la concaténation est parfaite, mais il peut arriver que le mot repris ne soit pas exactement le dernier, comme dans ces vers de Joachim du Bellay :

 

Comme le champ semé en verdure foisonne,

De verdure se hausse en tuyau verdissant,

Du tuyau se hérisse en épi florissant,

D’épi jaunit en grain, que le chaud assaisonne…

 

Mais bon, on ne va pas chipoter !

 

La suite ICI 

 

PHILOSOPHIQUE : rare. Enchaînement nécessaire, lien logique, rapport de cause à effet.

 

« Ne lui demandez [à M. d'Aube] ni finesse ni observation : la concaténation du raisonnement lui suffit; il vous met à la chaîne

Sainte-Beuve, Nouveaux lundis, t. 5

 

La concaténation en langage informatique

 

L’opérateur arithmétique + permet de faire des concaténations entre plusieurs chaînes de caractères.

 

La concaténation consiste à ajouter une chaîne de caractères à la fin d'une autre...

 

L’anadiplose est une figure par laquelle on répète le dernier mot d’une proposition (un même ensemble de termes) au début de la proposition suivante.

 

Je vis ce beau Lyon, Lyon que tant je prise. Du Bellay, Les Regrets, Lyon

 

Il y a anadiplose car le mot Lyon est répété dans deux propositions différentes, séparées par une virgule. 

 

L’absence, c’est Dieu. Dieu, c’est la solitude des hommes. Sartre, Le Diable et le bon Dieu

 

Quand plusieurs anadiploses se suivent, on peut parler de concaténation.

 

L’être vulgaire ne se connaît lui-même qu’à travers le jugement d’autrui, c’est autrui qui lui donne son nom, ce nom sous lequel il vit et meurt comme un navire sous un pavillon étranger. Bernanos, Romans, cité par le Gradus  

 

Anaphore, épanalepse et épanadiplose

 

L’anaphore répète un même mot ou un même groupe de mots en tête de phrases, de vers, de paragraphes qui se suivent 

 

Paris, Paris outragé ! Paris brisé ! Paris martyrisé ! mais Paris libéré !… Charles de Gaulle

 

 L’épanalepse répète un ou plusieurs mots 

 

L’ombre d’elle-même ! l’ombre d’elle-même ! la malheureuse a vieilli de cent ans ! de cent ans ! Colette, Chéri

 

L’épanadiplose (une variété d’épanalèpse), répète un même mot en début et en fin de phrase de deux propositions juxtaposées par une virgule ou un point-virgule.

 

 Je vous salue, ma France, aux yeux de tourterelle Jamais trop mon tourment, mon amour jamais trop Aragon, Le Musée Grévin  

 

Et les princes et les peuples gémissaient en vain ; en vain, Monsieur, en vain, le roi lui-même tenant Madame serrée dans de si étroits embrasements. Bossuet, Oraison funèbre de la duchesse d’Orléans

 

La mélancolie et la tristesse sont déjà le commencement du doute ; le doute est le commencement du désespoir ; le désespoir est le commencement cruel des différents degrés de la méchanceté. Lautréamont, Chants de Maldoror

 

 

 

Partager cet article
Repost0
25 mai 2021 2 25 /05 /mai /2021 06:00

Vin Mariani : Quand le Bordeaux était mélangé à de la coca ! - Mets et vin

C’est la guerre, une guerre internationale qui plus est, le genre Goliath contre David puisqu’elle oppose  Coca-Cola Company, multinationale à une micro entreprise insulaire Coca Mariani

 

1868.

C'est la date de création du nom Coca Mariani.

 

L'invention d'un apothicaire bastiais que tout le monde s'arrache

 

L'histoire Coca Mariani commence il y a plus d'un siècle. En 1863, dans son laboratoire parisien, un apothicaire de Bastia, Angelo Mariani, met au point un vin à base de vin blanc corse et d’extrait de feuille de coca de Bolivie.

 

Le succès est immédiat

 

Président de la République, hommes d'État, écrivains de renom comme Émile Zola, Jules Verne ou Colette vantent les mérites de cet élixir miraculeux. Et les imitations se multiplient. Aux États-Unis, un certain docteur Pemberton lance le French Wine Coca.

 

La prohibition interdit l'alcool. Le vin est remplacé par du soda... c'est la naissance du Coca-Cola. « Il faut remettre les choses dans leurs contextes. Le docteur Pemberton a copié les vins Mariani et il s'en est même vanté de dire : 'J'ai copié le meilleur' », raconte Christophe Mariani.

 

En 2014, l'actuel président de la société Coca Mariani, un autodidacte qui n'est pas un descendant d'Angelo Mariani relance le vin de coca. Il concocte une nouvelle recette : à base de vermantinu un cépage corse et le précieux alcool de coca, décocaïnisé, qui arrive directement de Bolivie. L'ancien président Bolivien, Evo Morales, rencontre même Christophe Mariani, et salue cette collaboration.

 

fabricant de vin tonique -

 

En 2019, la tuile.

 

Après avoir déposé la marque en France, la maison Coca Mariani effectue les démarches devant l'Office de l'Union européenne pour la propriété intellectuelle. Coca-Cola s'y oppose. La multinationale considère que le mot Coca, de la marque Coca Mariani présente un risque de confusion.

 

L'avocat du vin tonique corse, Me Antoine Chéron compte résister au géant américain. « Pour nous, le risque de confusion n'existe pas. L'histoire a montré qu'il n'y avait jamais eu de problème par le passé. Sauf qu'aujourd'hui le projet de Monsieur Mariani réactive des choses qui relèvent de l'histoire, réactive des boissons à base de feuilles de coca et on s'aperçoit que c'est Coca-Cola qui considère que c'est une problématique pour eux.

 

« C’est une injustice »

 

Christophe Mariani n’entend pas plier devant le géant mondial et fait valoir l’origine et le patrimoine corse dans le succès de la boisson américaine.

 

« On était là 25 ans avant eux. En 1885, John Pemberton, un Américain préparateur en pharmacie, décide de copier ce vin tonique Mariani, puis [en 1886] arrive la Prohibition [à Atlanta]. Il est alors obligé de changer sa formule, d’enlever le vin et de créer une boisson qu’on connaît aujourd’hui, qui s’appelle Coca-Cola », assure-t-il sur Europe 1.

 

« Sans Angelo Mariani et son histoire, ils ne seraient probablement pas là. C’est un peu l’hôpital qui se fout de la charité », dénonce-t-il.

 

L'entreprise américaine, de son côté, ne souhaite pas faire de commentaire. Le dossier est actuellement entre les mains de l'Office européen de la propriété intellectuelle mais la guerre des marques, elle, est bien ouverte entre la Corse et les Américains.

 

Le vin corse, ancêtre du Coca-Cola va t'il pouvoir garder sa marque en Europe face au soda mondialement connu ? Les protagonistes attendent la décision de l'office européen de la propriété intellectuelle. 

Alors le vin Mariani quésaco ?

 

Vin Mariani à la Coca de Peroum, plus simplement appelé Vin Mariani, était un «vin tonique» qui a été inventé en 1863 et a rapidement fait sensation dans le monde entier. Inventé par le chimiste français Angelo Mariani, originaire de Corse, ce breuvage est né de sa fascination pour les récentes études de Paolo Mantegazza sur la plante de coca et ses bénéfices perçus.

 

 

L’étude a incité Mariani à combiner des feuilles de coca moulues avec du vin rouge de Bordeaux, à raison de 6 milligrammes de coca par once de vin, et ainsi est né le vin Mariani.

 

Ne souhaitant rien laissé au hasard, ce pharmacien préconisait :

 

Deux à trois verres par jour, à prendre avant ou après les repas (réduction de moitié pour les enfants!).

 

Le produit était commercialisé sous forme de digestif, d’apéritif ou les deux… La délicieuse préparation promettait de guérir tout ce qui vous faisait mal et de donner l’énergie nécessaire aux actrices, aux inventeurs et aux travailleurs.

 

La suite ICI 

 

Partager cet article
Repost0
23 mai 2021 7 23 /05 /mai /2021 06:00

Épinglé sur Cinerama

Bilan du confinement :

 

1949 : Riz amer

1971 : Mort à Venise

1972 : Ludwig ou le crépuscule des dieux 1ière partie

1973 : Ludwig ou le Crépuscule des dieux, 2ième partie

1987 : Les Yeux noirs

 

Dénominateur commun Silvana Mangano

 

Silvana Mangano | Actrice, Video musique, Girardot

 

Au risque  de surprendre les cinéphiles, dans Mort à Venise, Visconti qui excelle dans l'art de montrer les palais décrépits, les ruelles lépreuses, l'ocre des murs au moment de la mort, les palais dorés sous la lagune, c’est la beauté princière et irréelle de Silvana Mangano, ses voilettes, sa démarche altière, qui m’a fasciné, pourtant elle qui incarne la baronne Moes, mère de Tadzio, jeune adolescent androgyne, qui trouble, Gustav von Aschenbach, Dirk Bogarde, vieux compositeur en villégiature, très librement inspiré de Gustav Mahler, ne prononce que quelques mots insignifiants dans ce film.

 

Dans "Mort à Venise", la beauté et la vie se dérobent - L'Express

 

La dernière fois que je suis allé à Venise je me suis rendu au Lido où j’ai constaté que le Grand Hôtel des Bains n’était plus qu’un chantier entouré de viles palissades de bois, il n’était ni réduit en cendres, ni enseveli dans les sables de la lagune, mais tout bêtement vendu à un promoteur de Padoue, Est-Capital pour être découpé en appartements de luxe. C’est pire que tout que ce joyau Art nouveau en soit réduit à cette dégradation ignominieuse.

 

Mostra, les vestiges de la gloire

HÔTEL DES BAINS À VENISE

 

Silvana Mangano a littéralement « explosé » à l'écran dans Riz amer (1949), un film de Giuseppe de Santis, illustrant avec une conviction toute militante un conflit social dans les rizières du nord de l'Italie. Pour le réalisateur et pour les scénaristes, tous proches du Parti communiste, le film s'inscrivait dans le droit fil d'un cinéma de contestation, tout bardé d'idéologie, tel que les pères fondateurs du néo-réalisme l'avaient imaginé et théorisé sous l'éteignoir mussolinien.

 

Riz amer - film 1949 - AlloCiné

 

Mais il faut reconnaître qu'ils ont simultanément joué, avec une belle conviction, la carte de l'érotisme, imposée sans doute par un producteur soucieux de rentabilité. La Mangano, dans son improbable short d'improbable prolétaire, la cuisse musclée, le corsage tendu, le regard fier, a séduit l'Italie, puis l'Europe. Elle a conquis également le jeune producteur du film, Dino de Laurentis, qui l'a épousée l'année même de la sortie du film, en 1949.

 

Photo du film Riz amer - Photo 5 sur 8 - AlloCiné

Riz amer (Giuseppe De Santis, 1948) - La Cinémathèque française

 

À la fin des années 1940, le néo-réalisme se dissout doucement dans la comédie italienne et dans l'érotisme : les entreprises de production romaines, reconstituées après la débâcle du fascisme, recrutent des actrices pour leur physique, révélé dans les innombrables concours de beauté qui émoustillent la péninsule. Apparaissent ainsi, entre 1947 et 1949, Gina Lollobrigida, Sophia Loren, puis Silvana Mangano, parmi des centaines d'autres qui ne se sont jamais hissées au-dessus des rôles de figurantes ou des productions de seconde zone.

 

Silvana Mangano, fille d'un cheminot sicilien et d'une mère anglaise, fut élevée par son frère aîné Roy et ses deux sœurs cadettes, Patrizia et Natascia dans la pauvreté et la privation. Lors de la Seconde Guerre mondiale, la misère s'accentua. Elle découvre la danse à l'Opéra et, pendant sept ans, sa mère fera l'effort de lui payer des cours de danse chez Jia Ruskaya, à Milan.

Silvana devient mannequin à l'atelier Mascetti puis est élue  Miss Rome  à l'âge 17 ans. La même année, le metteur en scène Mario Costa la remarque et lui fait tourner un petit rôle dans L'Élixir D'Amour (1946) avec une jeune Gina Lollobrigida dans un registre musical. Elle tourne deux autres films comme figurante jusqu'à ce que De Santis la remarque.

 

Le 17 juillet 1949, elle épouse Dino De Laurentiis jusqu'à son décès le 16 décembre 1989. Ils eurent 4 enfants : Véronique, Raffaëlla, Federico et Francesca.

 

En 1949, il l'engage pour être la partenaire de Raf Vallone  dans Riz Amer. Elle n'obtient pas la tête d'affiche mais le troisième des quatre principaux rôles. Grâce à la publicité, Silvana devient une célébrité avant même la sortie du film. Les contrats affluents, elle signe avec la Lux-Films.

 

En 1950, les tournages s'enchainent : Anna  (1951) avec Raf Vallone, Mambo (1954) avec Shelley Winters, Ulisse (1955) avec Kirk Douglas et Anthony Quinn, This Angry Age (1958) et 5 Branded Women  (1960) avec Vera Miles et Van Heflin pour les plus connus.

 

Très soucieuse de l'éducation de ses enfants mais aussi de sa carrière, elle tourne une moyenne d'un film par an : chacune de ses apparitions sont des succès au box-office en Europe. Silvana, malgré sa beauté et son talent, ne suivra pas sa concurrente Gina Lollobrigida qui atteint la consécration aux États-Unis.

 

Son fils Frederico est décédé en le 15 juillet 1981 dans un crash d'avion en Alaska. Souffrant de la perte de ce fils, le couple commence à battre de l'aile et l'actrice tombe dans une profonde dépression, ils se sépareront en 1983 mais resteront mariés.

 

En 1987, elle tourne dans son dernier film " Oci Ciornie " dans un tout petit rôle.

 

Sa fille Rafaela est devenue productrice.

Silvana Mangano est décédée le 16 décembre 1989 d'un cancer des poumons à Madrid, en Espagne.

 

Gruppo di famiglia in un interno- di Luchino Visconti, 1974 Silvana Mangano  Foto di Mario Tursi – Archivio Enrico Appetito – A Shaded View on Fashion

Mort de Silvana Mangano La magicienne

Le Monde

Publié le 17 décembre 1989

 

 

Elle était belle comme une fille de la Terre, mystérieuse comme si elle se souvenait d'un autre monde. Elle a fasciné les plus grands cinéastes tout comme le public. Le temps, chez elle, n'avait rien altéré. Pourtant elle est morte à Madrid dans la nuit du 15 au 16 décembre. Elle souffrait d'un cancer et avait subi une opération le 4 décembre. Depuis, elle survivait dans un état de coma. Elle était âgée de cinquante-neuf ans.

 

En 1949, néoréalisme oblige, le monde a les yeux fixés sur le cinéma italien. Au Festival de Cannes, un film fait sensation : Riz amer, d'un réalisateur marxiste, Giuseppe De Santis, préoccupé de problèmes sociaux, et dont on connait déjà le style épique. La sensation ne vient d'ailleurs pas de là mais d'une jeune actrice (elle n'a pas encore vingt ans), Silvana Mangano, dans un rôle d'ouvrière saisonnière de repiquage du riz, dans la plaine du Pô, une mondine moulée dans un pull-over noir collant, portant un short qui laisse voir des cuisses généreuses, et des bas noirs déchirés roulés au-dessus des genoux. Voilà Silvana Mangano consacrée " bombe sexuelle " ou " Rita Hayworth du néoréalisme ", ce qui n'entrait absolument pas dans les intentions de Giuseppe De Santis, mais le malentendu devait durer quelque temps, et il y eut, même, des imitations italiennes de Riz amer. De toute façon, il revient à De Santis d'avoir révélé, sous ses aspects sensuels et son physique encore marqué d'adolescence, l'étonnante comédienne qui allait être la grande dame du cinéma italien.

 

Silvana Mangano naît à Rome, le 21 avril 1930, d'un père sicilien et d'une mère anglaise. La famille est pauvre et les privations de la guerre n'arrangent rien. Silvana a suivi des cours de danse pendant sept ans. En 1946, elle devient mannequin, modèle, est élue Miss Rome, ce qui lui vaut un bout de rôle dans l'Elexir d'amour, de Mario Costa... auprès de Gina Lollobrigida. Ni le Crime de Giovanni Episcopo, d'Alberto Lattuada (1947) ni Carrefour des passions, d'Ettore Giannini (1948) n'attirent l'attention sur elle. Mais, après Riz amer, la voilà vedette. Elle signe un contrat avec la Lux Films, tourne, en 1949, le Loup de la Sila, de Duilio Coletti et épouse Dino De Laurentiis, producteur en pleine ascension. Ils auront quatre enfants et il guidera sa carrière.

 

Soucieuse de ne pas altérer sa vie de famille par son statut de star, Silvana Mangano sera sans doute moins populaire que ses " rivales " de l'époque, Gina Lollobrigida et Sophia Loren, mais elle échappera très vite à sa réputation de bombe sexuelle (entretenue dans Mara, fille sauvage, de Mario Camerini, 1950, Anna, d'Alberto Lattuada, 1953, Mambo, de Robert Rossen, 1954). Et se révélera la comédienne dramatique, la femme au profil de vase crétois, mystérieuse, hiératique même dans les rôles de prolétaire et de paysanne, qui tourne avec les plus célèbres réalisateurs italiens. Le changement, déjà perceptible dans Anna et dans un sketch de l'Or de Naples (Vittorio de Sica, 1954), est éclatant avec Hommes et loups, de Giuseppe De Santis (1956), Barrage contre le Pacifique, de René Clément (1957), d'après le roman de Marguerite Duras, la Tempête, d'Alberto Lattuada (1958, d'après Pouchkine), la Grande Guerre, de Mario Monicelli (1959), Une vie difficile, de Dino Risi (1961), le Jugement dernier, de Vittorio De Sica (1962). En 1963, la Mangano tient, d'une manière remarquable, le rôle difficile d'Edda Ciano, fille de Mussolini, dans le Procès de Vérone, de Carlo Lizzani.

 

Intemporelle beauté

 

Avec la vogue de la comédie italienne, elle connait une légère éclipse ; puis relève le défi en interprétant les cinq rôles féminins des Sorcières, film à sketches réalisé par Franco Rossi, Mauro Bolognini, Pier Paolo Pasolini, Luchino Visconti et Vittorio de Sica (1966). Voici venues, pour elle, les années de majesté où elle restera intemporelle dans sa maturité, sa beauté royale, qui n'a souffert d'aucune standardisation. Pasolini en fait Jocaste dans son OEdipe roi (1967), puis la grande bourgeoise de Théorème (1968), " visitée " comme les autres membres de la famille, par l'ange Terence Stamp. Deux ans plus tard, c'est Mort à Venise, où Luchino Visconti recrée, à travers elle, l'image de sa mère. En 1971, elle est la Madone du Décaméron de Pasolini. En 1972, elle compose, avec la même classe, le même talent et les nuances psychologiques les plus subtiles, Cosima von Bülow, compagne de Richard Wagner, dans Ludwig, de Visconti, et une mère de famille vivant dans un bidonville romain, dans l'Argent de la vieille, l'un des plus grands films de Luigi Comencini. Elle retrouve Luchino Visconti en 1974, pour le rôle d'une bourgeoise ambiguë et quelque peu perverse dans Violence et passion.

 

Il émanait de Silvana Mangano une telle fascination qu'elle n'est jamais apparue antipathique, même dans ds rôles comme celui-là. On aurait volontiers, devant elle, plié le genou. Après Violence et passion, on ne l'a revue qu'en prêtresse au crâne rasé de Dune (David Lynch, 1984) et en épouse malheureuse de Marcello Mastroianni dans les Yeux noirs, de Nikita Mikhalkov (1986), film inspiré de Tchekhov. On espérait bien qu'elle n'en resterait pas là.

 

On n'a pas fini de regretter cette magicienne.

 

Le Monde

 

 

Partager cet article
Repost0

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents

  • Hubert de Boüard à la barre !
    Philippe Castéja (à g.) et Hubert de Boüard, à l’ouverture du procès, le lundi 20 septembre 2021 à Bordeaux. © Crédit photo : Guillaume Bonnaud / SUD OUEST En raison de l’actualité judiciaire d’Hubert, Ciné Papy du mercredi est repoussé à demain jeudi. Hubert...
  • Parlons peu mais parlons vin, et de quel vin : La Romanée-Conti où Aubert de Vilaine passe la main…
    Le reproche récurrent que me font certains, chroniquer rarement sur le vin, est justifié, en défense ma réponse est simple : j’ai le sentiment d’avoir fait le tour de la question et que perdurer ce serait tourner en rond. Bien sûr, je pourrais à la manière...
  • L’ÉCHALIER
    Henry Pierre Troussicot L’échalier, petite barrière fixe, dans une haie, entre deux champs, permettant d’aller de l’un à l’autre. Combien de gars de ferme ont fait sauter les échaliers aux filles en les empoignant par la taille, pour aller danser ou autres...
  • Un dimanche ordinaire au Bourg-Pailler…
    Le dimanche au Bourg-Pailler c’était les habits du dimanche pour aller à la grand-messe de 10 heures. Au Bourg-Pailler, la tante Valentine, était le maître des horloges, elle rappelait tout le monde à l’ordre avec une injonction ritournelle « ça monte...
  • Je m’insurge l’âne bâté n’est pas stupide…
    Rien ne vaut l’expérience, les grands auteurs cités plus bas, n’ont jamais mené de leur vie un âne bâté, moi si pendant 8 jours dans les Cévennes sur le sentier Stevenson, c’était une ânesse, et je peux affirmer qu’elle était bien plus intelligente, plus...