Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 janvier 2020 4 23 /01 /janvier /2020 06:00

 

Ce fut mon quartier lorsque, en 1975, revenant d’Algérie, j’ai posé notre sac au 60 rue Mazarine, dans un minuscule appartement de 30 m2, situé juste au-dessus des éditions Gründ. C’était encore un village, le bougnat, le boulanger « je suis parti porter le pain à madame Boudue », la voisine pâtissière, les facéties des élèves des Beaux-Arts, la mamie concierge de la rue Guénégaud qui allait chercher notre fille à l’école élémentaire du Jardinet, les commerçants de la rue de Buci, la poissonnerie de la rue de Seine devenue depuis la Boissonnerie, le boucher rond et rubicond affichant sa caricature par Wolinski, aller au boulot rue Barbet de Jouy à pied, on se saluait, on papotait et puis…

 

 

Et puis, un à un les commerces de bouche laissèrent la place aux galeristes, aux marchands de fringues, aux popotes pour touristes, les appartements passèrent entre les mains de fortunés du Golfe ou de la France-Afrique, les futurs bobos allaient planter leur tente dans les quartiers populaires, Paris petit à petit changeait de visage.

 

Nous y avons vécu 3 ans, à 3 c’était étroit, bruyant : sous nos fenêtres les taxis diésel ronronnaient autour de minuit pour embarquer la clientèle de notre voisin l’Alcazar, mais ce quartier m’a donné le goût de Paris.

 

Alors, devenu blogueur j’ai écrit le 21 janvier 2012

 

Le BEAT HOTEL, 9 rue Gît-le-Cœur, à l’époque où Paris était un endroit exotique, William Burroughs et Allen Ginsberg y ont vécu

 

9 rue Gît-le-Cœur, adresse légendaire comme « l’hôtel Chelsea à New-York ou le Château Marmont à Hollywood : ce sont des adresses de la bohème à travers le monde. Il y en eut d’autres : le Mills Hotel et le Albert à New-York, le Swiss American et l’hôtel Wentley à San-Francisco ou le Tropicana Motel à Hollywood. C’était des endroits où artistes et poètes vivaient, des adresses citées dans des poèmes, entrevues dans d’obscurs films d’avant-garde, utilisées comme titres d’immenses peintures abstraites en dripping, comme adresses de substitution sur les magazines de poésie ronéotypés, ou suggestions de logement griffonnées sur un bout de papier au cas où l’on s’aventurait hors du Royaume-Uni… »

 

« Paris était un endroit exotique à l’époque. Il y avait des bars qui restaient ouverts même après les vingt-deux heures réglementaires à ce moment-là en Angleterre. Les cigarettes françaises étaient plus fortes et plus parfumées ; il y avait des places de première et de seconde classe dans le métro. On écoutait stupéfaits, la description des toilettes à la turque, des pissotières à ciel ouvert et des dames pipi. Les voyageurs nous parlaient des bistrots d’étudiants et des boîtes de jazz à l’ambiance décontracte ; à Londres il n’y avait qu’une seule boîte de jazz – le Ronnie Scott’s – et les prix y étaient prohibitifs. Ils nous parlaient de sexe facile et des drogues accessibles, et même si nous savions qu’ils exagéraient sûrement, ça semblait bien plus intéressant que la vie en Grande-Bretagne »

 

L’hôtel n’avait pas de nom « au-dessus de la porte de gauche il y avait une enseigne « HÔTEL » et au-dessus de la porte en verre à l’entrée du café « CAFÉ VINS LIQUEURS », et cela paraissait suffisant. » Sur la porte de verre « J.B. Rachou, était peint d’une écriture penchée, à l’ancienne… »

 

La chronique ICI 

 

« CAFÉ VINS LIQUEURS », c’était fléché, naturel, à quelques encablures de la rue Gît-le-Cœur, l’ami Emmanuel Giraud, a ouvert un bouiboui (pour moi c’est une appellation valorisante) de charme et de saveur, à l’enseigne Augustin, marchand de vins, au 26 rue des Grands Augustins, normal ma pomme, prénommé Jacques, je crèche boulevard Saint-Jacques.

 

Restaurant Augustin Marchand d'Vins à Paris

 

Notre homme, sanglé dans un seyant tablier de cuir, taulier maintenant prénommé Augustin, marchand de vins.

 

Dimanche donc, je dévalais le boulevard Saint-Michel qui n’est plus le Boul’mich mais une artère sans âme, puis j’enfilais la rue Saint-André des Arts, croisait l’embouchure de la rue Gît-le-Cœur en pensant à l’histoire d’ « un Américain qui pisse »

 

« C’est aussi rue Gît-le-Cœur que la célèbre arrestation de e.e cummings (Edward Estlin Cummings) eut lieu. À trois heures du matin, en juillet 1923, John Dos Passos, Gilbert Seldes et cummings se dirigeaient vers la « boîte à calvados de la rue Gît-le-Cœur ». Quand cummings s’arrêta pour uriner contre un mur,  « toute une phalange de gendarmes* » apparut. Il fut arrêté et emmené au commissariat du Quai des Grands Augustins, où on le désigna comme « un Américain qui pisse », et on lui demanda de revenir le lendemain matin pour la lecture de l’acte d’accusation. Seldes téléphona à son ami l’écrivain Paul Morand, ministre des Affaires Étrangères*, qui fit tomber les charges. Ils n’en informèrent pas cummings qui se présenta au commissariat le lendemain. Il fut congédié, et lorsqu’il sortit, il se trouva face à ses amis qui portaient des pancartes sur lesquelles était écrit : « Remise de peine pour le Pisseur Américain ». cummings fut profondément touché par cet élan de solidarité, jusqu’à ce qu’il apprît que leurs protestations n’étaient qu’une vaste plaisanterie. »

*Des hirondelles plutôt que des gendarmes qui exercent leur talent à la campagne

*Morand était diplomate et pas Ministre des AF

 

Pourquoi allais-je chez Augustin marchand de vins à la tombée de la nuit ?

 

« Pâté en croûte is the new Galette des rois ! » disait Churchill...

 

Venez rencontrer Marion Sonier et Yohan Lastre, champion du monde de Pâté en croûte, dimanche 19 janvier de 15h à 18h chez Augustin Marchand d’Vins, pour une causerie gourmande autour de cette spécialité baroque et charcutière.

 

À la carte ce jour-là : un exceptionnel pâté en croûte « sur mesure » imaginé par Yohan Lastre spécialement pour Augustin : gibiers et alcool de bourgeons de sapin !

 

15 juin 2012

Supplique à Emmanuel Giraud anthologiste facétieux du pâté en croûte : et si nous ressuscitions en grandes pompes fuchsia Les Frères de la Croûte ? ICI 

 

 

Cher Emmanuel,

L’amer présida à ma première rencontre avec tes lignes ICI. Tu revenais d’un séjour en Italie, pensionnaire à l’Académie de France à Rome, la fascinante Villa Médicis dans son écrin de de pins, de cyprès et de chênes verts, sur le mont Pincio et je t’enviais.

 

[…]

 

Mais, pour en finir avec la croûte, j’avoue que le summum de la croûte, reste que pour moi, qui me pique d’être amateur de peinture, le tableau du peintre du dimanche : une croûte ! Entre toutes les œuvres kitch la croûte bien léchée, peinte, me procure une profonde jouissance proche de l’épectase forme ultime et radicale de la petite mort.

 

Reste, cher Emmanuel, après avoir apaisé ma faim spirituelle avec ta superbe et érudite Anthologie fabuleuse, fallacieuse et facétieuse du pâté en croûte, que je recommande à mes lecteurs ICI  à me donner la satiété de ton pâté en croûte. Je suis prêt à tout pour me voir oindre des derniers sacrements charcutiers afin d’entrer, du moins je l’espère, dans le cercle des initiés des Frères de la Croûte, dont je te rappelle tu seras le Grand Boucanier.

 

Dans cette attente sereine, reçois, Emmanuel, ma Profession de foie, et ma foi inébranlable en toutes les cochonneries de la terre.

 

Un Taulier repenti de son indifférence pour la pâte et la farce…

 

Accompagné de mon cher Shaun le mouton, après avoir garé mon destrier électrifié au bord du trottoir, j’entrais à pas de loup, j’étais dans mes petits souliers dans l’antre d’Augustin marchand de vins.

 

L’image contient peut-être : 1 personne

 

En effet, étant plus pied de cochon nature que pâté en croûte, goûtant assez peu les championnats de ceci et de cela, je me disais dans ma petite Ford d’intérieur : « Tu es un imposteur mon cocoque viens-tu faire sur ce bateau ? Assieds-toi et tais-toi ! »

 

Ce que je fis.

 

Augustin marchand de vins nous conta l’histoire d’un charcutier corse vegan tirée de son opus Anthologie fabuleuse, fallacieuse et facétieuse du pâté en croûte

 

 

Et puis, le jaja nu aidant, la glace se rompit sans pic… J’écoutais, j’étais tout ouïe, Marion Sonier et Yohan Lastre, des gens charmants, investis, parlaient de leur métier sans afféteries.

 

 

Je goûtais une bouchée de leur pâté en croûte.

 

J’appréciais.

 

Mais, j’osais avouer que ma becquée avait évité la gelée…

 

Qu’avais-je dis-là, Marion Sonier se lança, avec fougue et passion, dans un plaidoyer pour la gelée de la maison Lastre, pourfendant les gelées industrielles aussi molles que les montres de Salvador Dali.

 

Je m’inclinais face à la conviction de Marion, goûtais, avouais que mes préventions chutaient, et qu’il ne me restait plus qu’à me rendre à vélo au 188 rue de Grenelle où la maison Lastre, hormis ses pâtés en croûte, concocte un boudin noir sans chaudin…

 

Lorsque je saluais la compagnie, ce n’était donc qu’un au revoir…

 

Pour mes fidèles lecteurs, certains sont parisiens, d’autres parfois de passage dans notre ville capitale bien chaude en ce temps de défilés divers, je recommande chaudement Augustin Marchand d'Vins 26 Rue des Grands Augustins, 75006 Paris. ICI 

 

C’est une bonne maison, j’y ai dîné en belle compagnie, c’est raffiné, le jaja qui pue y est à l’honneur, Augustin est attentionné… et puis il y a, comme je suis un 68 hard non révisé, une brassée de souvenirs à ma portée…

 

« Un hôtel de classe 13, la plus basse sur le marché, c’est-à-dire qu’il n’avait qu’à satisfaire au minimum légal des normes de santé et de sécurité et cela suffisait (…) chaque chambre était alimentée par 40watts, juste assez pour alimenter une faible ampoule de 5 watts et une radio ou un tourne-disque(…) Les 42 chambres n’avaient ni tapis, ni téléphones. Certaines étaient très sombres parce que leurs fenêtres donnaient sur la cage d’escalier (…) Chaque palier avait des chiottes à la turque. Des journaux déchirés, accrochés à un clou, servaient de papier toilette (…)  Il y avait une baignoire au rez-de-chaussée mais, pour l’utiliser, il fallait prévenir à l’avance pour que l’eau soit chauffée. Bien entendu, il fallait payer un petit supplément pour ce service. »

Peter Orlovsky & Allen Ginsberg, their room at 9 rue Git-le-Coeur, Paris December 1957. c. Harold Chapman]

Trois questions à Emmanuel Giraud ICI 

Emmanuel Giraud.

Partager cet article
Repost0
22 janvier 2020 3 22 /01 /janvier /2020 06:00

Image

Nous ne vivons pas dans un pays de prohibition, le vin est en vente libre et, en dehors de quelques restrictions justifiées, de la loi dites Evin, il est possible d’acheter la boutanche chère à son cœur aussi facilement que sa botte de poireau.

 

Alors en faire des tonnes, comme Saverot, Bettane et Pousson sur le nouveau joujou des prohibitionnistes masqués « Dry January » relève d’un réflexe pavlovien qui plaît beaucoup aux prohibitionnistes masqués pour taper sur le lobby du vin.

 

« Le vin, de qualité s’entend, première victime visée et potentielle de ce que serait la chose, est un produit de haute civilisation, chanté et révéré comme tel par deux millénaires au moins de traditions gréco-romaine et judéo-chrétienne réunies. Cela devrait faire taire les adorateurs du médicament. Que nenni. Ils repartent chaque année de plus belle, se cachant derrière le principe de précaution, si malheureusement inscrit dans notre constitution par un Président qui ne le pratiquait guère dans sa vie privée, mais couramment dans son action publique. Principe de gangrène dans la société quand il n’est pas accompagné de son contre poison, le principe de responsabilité pourtant tout autant inscrit dans notre droit. »  ICI 

 

D’un côté du gloubiboulga populiste touillée avec une argumentation éculée,

 

De l’autre de la mauvaise communication !

 

J’ai écrit ICI et ICI et ICI ce que je pensais de cette bouffonnerie

 

22 novembre 2019

À qui fera-t-on croire que c’est avec un gadget du type Janvier sans alcool que l’on fera reculer l’alcoolisme ?

 

5 décembre 2019

Chiche : faites donc ce fameux « Dry January » franchouillard pour évaluer les résultats… de l’hypocrisie du journal Le Monde pochtronne toi en décembre et sois sobre en janvier !

 

7 janvier 2020

Rien que pour fâcher Vin&Société en ce début d’année offrez un petit livret : le club des 5 arrête l’alcool.

 

Nul n’est contraint de pratiquer le janvier sec !

 

De plus grâce à notre Président qui aime le jaja leur bouzin ne sera pas financé par vos pépettes.

 

Voilà pour les premières têtes à claques !

 

Je bois quand je veux, où je veux avec qui je veux par plaisir !

 

Alors vous comprendrez que ceux qui me prescrivent ma dose sur ordonnance, prône la modération, avec le secret désir de voir revenir le vin au quotidien sur les tables me gonflent tout autant.

 

Combat d’arrière-garde, le vin médicament, le vin tous les jours c’est fini et bien fini…

 

30 mars 2009

Au risque de choquer : modération et tolérance ne sont guère mes tasses de thé … j'suis tendance bon vivant et accueillant...

 

Prôner la modération c’est vouloir faire de nous des individus éloignés de tous les excès, but certes louable mais qui comporte sa part de risque : celui de l’affadissement de la vie. En effet qu’est-ce donc qu’un « modéré » ? Un individu qui, en permanence, préfère le un tout petit peu, se bride, se contraint, se retient, craint la spontanéité, calcule, arrondi les angles, fuit donc toute forme d’aspérités, compose en permanence, cherche toujours à se situer dans un inatteignable juste milieu, adore par-dessus tout le consensus mou. « Si le sel s’affadit avec quoi le salera-t-on ? » Pour autant je ne prône pas l’excès, les excès de vitesse, de table, de langage, mais je souhaite que, dans nos sociétés soi-disant encadrées, la porte reste ouverte à l’expérience, à l’apprentissage de la vie, à l’enthousiasme de la jeunesse, aux échappées belles, aux coups de cœurs, aux passions…

 

Peut-on aimer avec modération ?

 

Non !

 

Vivre une passion, amoureuse ou non, être sur son petit nuage, c’est prendre le risque d’en tomber, mais c’est le charme de la vie, ses joies ses peines. Dans notre sphère privée, qui se rétrécit de jour en jour, assumer notre part de risque c’est rester en capacité de choisir sa ligne de vie personnelle. Ce choix individuel ne débouche en rien sur l’individualisme, bien au contraire, avoir main sur sa vie personnelle, la gouverner autant que faire ce peu, reste une bonne école de la citoyenneté.

 

L’excès est privatif de liberté, il débouche sur « la dictature » des purs et durs. La modération nous annihile alors, que faire ? Faut-il comme le clamait Vergniaud, le girondin, à la tribune de la Convention en 1793, « si, sous prétexte de révolution, il faut, pour être patriote, se déclarer le protecteur du meurtre et du brigandage, je suis modéré ! » être un modéré ? Je veux bien le concéder, mais sans grand enthousiasme, pour la bonne cause, face aux ayatollahs de l’hygiénisme et aux prohibitionnistes : « je suis un modéré ! » mais avec beaucoup de modération.

 

Enfin, à l’attention des pratiquants de la formule consacrée « bonne dégustation » je précise que je ne suis pas un dégustateur mais un simple buveur ce qui ne m’empêche pas d’apprécier un vin, mais je ne suis pas placé dans une compétition quelconque où l’on me sommerait de reconnaître le ou les cépages, pratique très tendance dans les bars de vin qui puent, ou de suivre aveuglément les notes ou les conseils des dégustateurs de vin à l’aveugle ; pour eux aussi les beaux jours sont finis.

 

Suis chiant, et je ne me soigne pas, mais j’en ai ras la casquette du vin culturel, du vin ce n’est pas de l’alcool, du vin médicament, du jaja qui coûte un bras à la Sécu, ce n’est pas le flacon qui fait le pochtron, prohibition comme modération ne sont que des béquilles pour assistés sociaux.

 

Codicille pour nos grands experts qui mettent en avant l’énorme baisse de la consommation du vin pour prouver la vertu du secteur : ce n’est que l’effet de la disparition des gros buveurs de jaja remplacés par les baby-boomers plutôt buveurs d’étiquettes. Alors plutôt que de nous bassiner sur des sujets accessoires, les gens du vin feraient mieux de s’inquiéter du devenir de ces consommateurs.

 

Ça va être la catata…

 

« Le vieillissement et la mort en série des baby-boomeurs vont poser des questions vertigineuses » ICI

 

Enfin, je rajoute plusieurs couches :

 

  • La GD morfle et va continuer de morfler le rayon vin en GD va se racornir…

 

  • La croissance chinoise pique du nez.

 

  • Trump, qui risque d’être réélu, pond des taxes de rétorsion pour faire plier Airbus alors que Boeing est dans le trou.
  •  

Image

  • Tout le monde plante de la vigne.

 

  • Le renouvellement des partants n’est pas assuré.

 

Alors se chatouiller le nombril avec le janvier sec c’est se réconforter à bon compte : ce joujou n’aura aucun effet sur la consommation du vin, c’est un pet sur de la toile cirée alors que ce que je viens d’évoquer c’est l’ouragan sur le Caine

 

Enfin, pour rassurer ceux qui me soupçonneraient d’avoir trahi la cause du vin je confesse que, depuis que je liche que des vins qui puent, je ne fais pas dans la modération sans jamais, bien sûr, finir le nez dans le caniveau, je repars à vélo… ce qui n’est pas le cas de certains grands dégustateurs de vin.

 

Fromages qui puent, vins qui puent, lait cru, le goût du pourri est ancré en nous depuis le fond des temps. Ce goût s'est bel et bien transmis jusqu'à nous, malgré l'hygiénisme ambiant.

 

Je propose l'instauration du janvier pourri pour faire la nique au dry January 

 

Partager cet article
Repost0
20 janvier 2020 1 20 /01 /janvier /2020 06:00

"Vous avez la parole !" : caricature d'Honoré Daumier, prince des caricaturistes, natif de Marseille, qui aima dessiner la justice sans ménagement, ce qui lui vaudra célébrité et ennuis. "Vous avez la parole !" : caricature d'Honoré Daumier,

Pourquoi pas moi ?

 

Je bosse gratos depuis des années alors je fais ma CGT, je pose ma plume fertile pour que mes innombrables fans contraignent le jeune Macron à revoir sa copie.

 

Résultat de recherche d'images pour "affiche mai  68 CGT"

La CGT m’a tué en mai 68 : à l’attention des petits cons qui nous gonflent avec leur mémoire courte

 

Le 25 mai, rue de Grenelle Pompidou veut reprendre la main, être de nouveau le maître du jeu. Il joue son va-tout. L'important pour lui c'est de lâcher du lest sur les salaires pour neutraliser la CGT de Séguy. Le falot Huvelin, patron d'un CNPF aux ordres suivra en geignant. Les progressistes de la CFDT, bardés de dossiers, assistent à un marchandage de foirail. Comme un maquignon sur le marché de St Flour, baissant les paupières sous ses broussailleux sourcils, tirant sur sa cigarette, roublard, tendu vers l'immédiat, le Premier Ministre ferraille, main sur le coeur en appelle à la raison, pour lâcher en quelques heures sur tout ce qui avait été vainement demandé depuis des mois, le SMIG et l'ensemble des salaires. Le lundi, chez Renault, à Billancourt, Frachon et Séguy, se feront huer. Chez Citroën, Berliet, à Rodhiaceta, à Sud-Aviation et dans d'autres entreprises, même hostilité, même insatisfaction. Le "cinéma" des responsables de l'appareil cégétistes à Billancourt n'a pas d'autre but que de blanchir les négociateurs, de mettre en scène le désaveu de la base.

 

La semaine qui s'ouvre est décisive. Pompidou sur la pente savonneuse, la célèbre "voix" jusque-là infaillible semble douter après le bide de sa proposition de référendum, Mendès le chouchou de l'intelligentsia, qui le considère comme l'homme providentiel, consulte, mais comme d'habitude attend qu'on vienne le chercher. Le 28 mai sous les ors de l'hôtel Continental Mitterrand, avec sa FGDS, se pose en recours. Tous les camps s'intoxiquent. Le vrai s'entremêle au faux. On parle de mouvement de troupes au large de Paris. La frange barbouzarde des gaullistes mobilise. On affirme que les membres du SAC ont déballé dans leur repaire de la rue de Solférino des armes toutes neuves. Le Ministère de l'Intérieur révèle la découverte de dépôts d'armes dans la région lyonnaise, à Nantes, dans la région parisienne, ce qui ajoute du piment à une situation déjà quasi-insurrectionnelle. Ce qui est vrai, c'est que depuis plusieurs jours certains membres de la majorité ne couchent plus chez eux. Avec Marie nous décidons de nous joindre au cortège qui se rend à Charléty.

 

Le meeting de Charléty, le 27 mai 1968.

Le meeting de Charléty, le 27 mai 1968. Photo Elie Kagan. Coll. La Contemporaine

 

Dans la foule : Mendès-France. Le PC et la CGT ont refusé leur soutien. Dès la mise en place du cortège, au carrefour des Gobelins, il est évident pour les organisateurs que la manifestation rencontre un vrai succès populaire. Des drapeaux rouges et noirs flottent au-dessus de la foule. Le service d'ordre de l'UNEF nous encadre. A Charléty, nous nous installons dans les gradins. "Séguy démission". André Barjonet, en rupture de ban avec la centrale lance " La révolution est possible." Geismar annonce qu'il va donner sa démission du SNESUP pour se consacrer à ses tâches politiques. Pierre Mendès-France n'a pas pris la parole. Aux accents de l'Internationale nous quittons calmement le stade. La manif est un succès mais elle nous laisse sur notre faim. Le mouvement est frappé d'impuissance et ce n'est pas la prestation de Mitterrand le lendemain qui va nous ouvrir des perspectives. A sa conférence de presse, l'un des nôtres, lui a demandé s'il trouvait " exaltante la perspective de remplacer une équipe qui n'a plus d'autorité depuis dix jours, par une équipe qui n'a plus d'autorité depuis dix ans..." Le député de la Nièvre, pincé, répliquera " je me réserve de vous montrer que vous avez peut-être parlé bien tôt et avec quelque injustice..." La suite allait prouver que le vieux matou avait vendu la peau de l'ours avant de l'avoir tué. 

 

« La Grève. Ces désœuvrés étaient là, silencieux, immobiles, attentifs comme l'est le peuple à la Grève, quand le bourreau tranche une tête »

Balzac, Peau chagrin, 1831, p. 7.

 

Place de Grève. [À Paris; devenue place de l'Hôtel de Ville] Place située en bordure de la Seine, où se faisaient les exécutions publique

 

  L'exécution de Ravaillac - ©RijksmuseumL'exécution de Ravaillac - ©Rijksmuseum  L'exécution de Ravaillac - ©Rijksmuseum  L'exécution de Ravaillac - ©Rijksmuseum 

 

Définition de Grève

 

La grève est la dénomination donnée à un mouvement collectif pris à l'initiative de tout ou partie du personnel d'une entreprise, destiné en général à contraindre l'employeur à la négociation des conditions de travail et de rémunération. La grève a cependant changé d'orientation et de modalité car, outre la protestation dont elle se veut être l'expression, elle peut aussi être décidée dans un but de solidarité avec d'autres entreprises même si les protestataires n'appartiennent pas au même employeur, pour exprimer la crainte d'une décision future ou dans un but politique. Elle est exercée tant par le personnel des entreprises privées que par les agents des services publics. Et, bien que le droit de grève ne soit pas reconnu à certains fonctionnaires, comme c'est le cas des magistrats et des militaires, des évènements récents ont montrés que cette interdiction n'était pas nécessairement suivie. Enfin, récemment encore elle a été exercée par les membres d'une profession libérale et même par les collégiens et les étudiants... .mais dans ce dernier cas, s'agit-il d'une grève ? L'exercice du droit de grève est garanti par l'alinéa 7 de la Constitution du 27 octobre 1946.

ICI 

 

Pensez-donc même les avocats sont en grève, jamais en reste de grandiloquence ils s’adonnent au jeté de robes !

 

Résultat de recherche d'images pour "Maître Morain photos"

 

Un avocat peut-il jeter sa robe ?

Publié le 10/01/2020 -

François-Xavier Berger avocat au barreau de l’Aveyron, ancien bâtonnier

 

La robe n’est pas une simple blouse de travail.

 

Selon une superstition dont le barreau a parfois le secret, l’on dit qu’un avocat meurt dans sa troisième robe. Ceci conduit parfois certains d’entre-nous à porter une seconde robe, rapiécée, effilochée et qu’ils ne quitteront jamais du regard afin de ne surtout pas l’égarer. Quand la seconde robe est perdue la seule solution, pour les plus superstitieux, est de commander deux nouvelles robes et de ne porter que la quatrième.

 

Dans la vie d’un avocat sa première robe, celle qu’il va porter au moment de son serment, va être essayée avec la même délicatesse qu’une robe de mariée. Mais finalement ne va-t-il pas épouser une profession à l’égard de laquelle il va jurer d’exercer ses fonctions avec dignité, conscience, indépendance, probité et humanité ?

 

Et puis rapidement le jeune avocat n’aura plus besoin de miroir pour la boutonner et mettre en place ce rabat blanc, lui-même curieusement fixé à l’intérieur de celle-ci.

 

Ce sera un réflexe.

 

Jamais il n’osera se présenter devant le juge sans cette robe. Et s’il doit le faire car il est en retard et que le juge appelle son affaire, il s’excusera d’être « nu », et s’attirera le regard sévère ou amusé de ses confrères jusqu’à ce l’un d’eux consente à lui en prêter une ou prenne la parole en son nom.

 

La robe, nous disent Jacques Hamelin et André Damien « sépare l’avocat de la vie quotidienne et du monde de tous les jours. Elle rappelle que la justice n’est pas seulement une affaire administrative, mais qu’elle est l’exercice d’un pouvoir mystérieux et antique qui consiste à essayer de distinguer le bien du mal et à sonder les reins et les cœurs… » (J. Hamelin, A. Damien, Les règles de la profession d’avocat, Dalloz, 8e édition, p. 313).

 

Ils ajoutent avec raison : « elle est une protection permanente de l’avocat ; en contraignant celui-ci à prendre, vis-à-vis de sa clientèle, le recul nécessaire, elle lui permet d’acquérir l’ascendant indispensable et l’autorité dont il a besoin à la barre vis-à-vis des magistrats et des clients ».

 

Parce que bien au-delà de son caractère sacré la robe reste et demeure une tenue de combat.

 

Elle peut l’être au civil, elle l’est toujours au pénal. La cour d’assises peut-être le théâtre de joutes loyales mais aussi d’incidents graves y compris avec un magistrat. Dans ces moments de tension extrême, la robe enveloppe l’avocat dans une armure.

 

ICI 

 

Comme je ne possède aucune robe à jeter j’ai hésité entre la grève perlée et la grève sur le tas…

 

Une grève perlée est une succession concertée d'arrêts de travail de courte durée ou de ralentissements de l'activité d'une entreprise affectant sa production. Ce type d'action, qui n'est pas une grève au sens de la loi, est illégal en France.

 

Une grève du zèle consiste à exécuter le travail en appliquant à la lettre tous les règlements, afin d'en ralentir le plus possible l'exécution.

 

VRAI/FAUX : la grève perlée est illicite

 

Vrai, ce mouvement de grève ne répond pas à l'ensemble des conditions définissant la grève : c‘est un ralentissement et non un arrêt du travail. Or, une grève est une cessation collective, concertée et totale du travail en vue d'appuyer des revendications professionnelles. Pour être licite, la grève doit remplir plusieurs conditions. A défaut, l'employeur peut mettre en œuvre son pouvoir disciplinaire et sanctionner les salariés fautifs. La sanction peut aller jusqu'au licenciement.

 

Si j’ai choisi cette dernière c’est que :

 

  1. Je suis le Taulier de mon espace de liberté et je ne vais pas me licencier…
  2. C’est un ralentissement ça me laisse du champ pour décider la suite du mouvement.

 

Que sera, sera…

Qui sera saura

Demain n'est jamais bien loin

Laissons l'avenir, venir

Qui sera saura

Qui vivra, verra

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2020 7 19 /01 /janvier /2020 07:00

Résultat de recherche d'images pour "inside man"

Dans une chronique  du 1 septembre 2006, Le TEST le plus déjanté de la rentrée, j’écrivais :

 

Chaiyya Chaiyya Bolywood Joint est une chanson qui ouvre et qui clôture le film de Spike Lee Inside Man. Pour les culs pincés du Monde : « La musique de Inside Man s'impose tout naturellement comme l'une des meilleures BO de ce début d'année 2006 ».

 

En ouverture et en clôture du film, la bande-son est le remix de Chaiyya Chaiyya que Spike Lee voulait inclure dans l'un de ses futurs longs-métrages après l'avoir entendu dans le film Bollywood Dil Se…

 

Un remix d'une musique d'origine indienne au relent de rap : l'un des personnages du film est Sikh et est pris à tort pour un intégriste arabo-musulman, soit deux croyances n'ayant strictement rien en commun qui complète à merveille les différences et incompréhensions culturelles parfois (souvent ?) conflictuelles que Spike Lee cherche à souligner une fois de plus dans Inside man comme dans chacun de ses films.

"Inside Man" : Spike Lee réussit un gros coup

Autour d'un braquage de banque, le cinéaste tisse un excellent thriller et une nouvelle variation sur le thème des minorités.

Par Jacques Mandelbaum  Publié le 11 avril 2006 

 

Résultat de recherche d'images pour "inside man" Résultat de recherche d'images pour "inside man"

Il y a dans le nouveau film de Spike Lee ce côté fusée à deux étages susceptible de fédérer le public le plus large et le plus varié. Divertissement spectaculaire de bonne facture et remise sur le métier des obsessions d'un auteur de cinéma, Inside Man signale, après un sensible affaiblissement de sa production récente, le retour en grande forme du trublion afro-américain de Brooklyn. La première étape du dispositif propulse un film de genre, voire de sous-genre, sous les espèces d'un récit particulièrement ingénieux de cambriolage. Action dopée à l'adrénaline, montée de la tension, personnages parfaitement campés, duels psychologiques sur le fil du rasoir, combustion à mèche lente des ressorts de l'intrigue, crescendo crispant du suspense, retournements imprévus de situation, fausses pistes et vrais imbroglios sur fond historico-politico-policier : tout y est.

 

Résultat de recherche d'images pour "inside man"

L'action se déroule à Manhattan, au siège d'un de ses temples bancaires investi par un commando de quatre personnes qui y ont pénétré sous les oripeaux d'une équipe de peintres en bâtiment. Combinaisons et capuches noires, lunettes de soleil, masques et gants blancs.

L'établissement est illico barricadé de l'intérieur, ses dispositifs de sécurité et d'alarme neutralisés, les clients et employés rassemblés violemment, sommés d'enfiler la même tenue anonyme que leurs agresseurs, et répartis dans diverses pièces. A l'évidence, les malfaiteurs sont suprêmement organisés ; à l'évidence, ils sont hyper-efficaces ; à l'évidence, ils suivent un plan longuement mûri. La seule incertitude pour le spectateur, à ce stade des opérations, est de savoir lequel. Pourquoi cette prise d'otages ? Pourquoi cette mascarade de l'uniformisation ? Pourquoi ce retard pris au pillage des coffres ? Pourquoi cette installation dans la durée ? Ces questions sont d'autant plus vivement ressenties que la mise en scène prendra soin, en cours de route, de distiller des détails suggérant que les agresseurs ne sont ni de vulgaires pilleurs de banque ni des terroristes assoiffés de sang.

Résultat de recherche d'images pour "inside man"

Ces mêmes questions sont au demeurant relayées, à l'extérieur de la banque, par l'officier de police chargé de l'affaire (excellent Denzel Washington) et sommé de négocier avec les malfrats à l'aveuglette, sans parvenir à percer à jour leur véritable motivation. Le puissant directeur de la banque, vieil homme très digne au passé très trouble, en sait manifestement davantage, ainsi que la redoutable négociatrice qu'il engage (tranchante Jodie Foster) pour tenter, avec le soutien du maire de la ville, de mettre le flic hors-jeu.

La construction sophistiquée du film contribue au plaisir du spectateur par la déstructuration du récit, qui navigue non seulement entre divers points de vue, mais aussi entre deux temps rendus synchrones : celui du braquage proprement dit et celui de l'interrogatoire des otages à l'issue de leur libération, et parmi lesquels se dissimulent les criminels.

Le deuxième étage de la fusée est tout aussi remarquable : il consiste, pour Spike Lee, à se servir de l'ingéniosité du scénariste Russel Gerwitz et de la commande de la major Universal pour marquer ce film de son empreinte. Sous les auspices des genres les plus divers (comédie de moeurs, Nola Darling n'en fait qu'à sa tête ; chronique urbaine, Do The Right Thing ; biopic, Malcolm X...), on sait quelle forme celle-ci adopte ordinairement : la représentation antihollywoodienne des minorités, à commencer par l'afro-américaine, et, partant, la stigmatisation rageuse de l'écart existant entre le mythe du melting-pot et une réalité gangrenée par le racisme, l'injustice et l'inégalité.

AMBIGUÏTÉS ET FANTASMES

Inside Man est à cet égard une nouvelle variation sur le thème, organisée pour la circonstance en triangle : un côté noir pour l'incarnation de la loi (le flic intègre), un côté juif pour l'incarnation du crime (le mobile, sinon l'identité des cambrioleurs), et un socle blanc pour l'incarnation du pouvoir (le cynisme des notables Wasp [White Anglo-Saxon Protestants]). Avec, entre ces trois pôles qui se livrent une lutte à mort, une seule question qui rebondit à l'infini : de quel côté se trouve la justice ?

La réponse est tout sauf évidente, et il appartiendra à chaque spectateur de se la forger par lui-même, à travers l'entrelacs d'ambiguïtés, de fantasmes et de réminiscences historico-cinéphiliques ménagé par le réalisateur dans ce film. Avec les fantômes de la Shoah qui côtoient l'ombre du terrorisme, l'appât du gain qui voisine avec le devoir de mémoire, les vrais morts qui cohabitent avec les faux cadavres, la loi qui prend des libertés avec le droit, les victimes qui deviennent indiscernables des bourreaux et des politiques qui taillent des croupières à leurs propres forces de l'ordre, il est en tout cas probable qu'on sorte ébloui, mais un rien perplexe, de ce labyrinthe.


Film américain de Spike Lee avec Denzel Washington, Clive Owen, Jodie Foster, Christopher Plummer. (2 h 10.)

 

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2020 7 19 /01 /janvier /2020 06:00

 

Faire du vélo par temps de grève c’est affronter prudemment l’immense sens civique des français, l’incivilité est la règle, je me fais discret face au regard assassin des motorisés de toute obédience lorsque je me faufile entre les bagnoles qui obstruent les carrefours.

 

Image

 

Nos amis de la RATP et de la SNCF réunis, derniers bastions de la classe ouvrière pour les adeptes de la lutte des classes le cul sur une chaise devant leur écran, si Tonton était encore à l’Élysée et le petit Michel à Matignon, je vous fiche mon billet que le premier recevrait les ultras pour les assurer de sa compréhension pendant que le second tenterait de tricoter un bon compromis. Je n’invente rien tel fut le cas en l’étrange attelage Mitterrand-Rocard. Ça faisait bander Dray-Mélenchon, dit gueule de raie et méchant con, tout ce qui a permis la désintégration du PS par Macron.

 

Que voulez-vous je n’y peux rien voilà t’y pas que juché sur mon vélo électrifié, au bas de Mouffetard, mon œil de chroniqueur à l’affut, chope une affiche  sur une colonne Morris.

 

Demi-tour, photos.

 

L'opposition Mitterrand vs Rocard

 

Théâtre de l'Atelier, Paris du 17 janvier au 16 février 2020

Résultat de recherche d'images pour "l'opposition mitterrand rocard théatre"

 

« Les deux hommes étaient complémentaires. Faits pour s’entendre et gouverner ensemble. Le premier étatique et secret était né président. Le second imaginatif et pédagogue était né gestionnaire. À l’un Mitterrand, les grandes orientations. À l’autre, Rocard, les dossiers de la vie quotidienne. À l’un la France. À l’autre les Français ».

 

Voilà en quelques mots comment, l’ancien rédacteur en chef du Nouvel Observateur, Robert Schneider, résume la relation si singulière qui unit François Mitterrand et Michel Rocard … Pourtant, l’histoire entre les deux hommes ne se résume pas qu’à de la Politique ! Non ! L’enjeu est ici bien plus profond, bien plus intime… Car entre eux, ce sont 2 trajectoires personnelles qui s’affrontent, 2 représentations de la société qui s’opposent, et enfin, le plus important, ce sont 2 manières de penser l’avenir qui se défient !

 

Mitterrand et Rocard au théâtre, dans un duel à fleurets loin d’être mouchetés

 

En 1980, rue de Bièvre, François Mitterrand et Michel Rocard se rencontrent pour savoir qui sera candidat à la présidentielle de 1981. C’est aujourd’hui une pièce, « l’Opposition, Mitterrand vs Rocard », mise en scène par Eric Civanyan, avec Philippe Magnan et Cyrille Eldin.

 

 La pièce est de Georges Naudy, un instituteur bordelais jamais joué encore, qui s’est plu à imaginer ce que se sont dit Rocard et Mitterrand lors d’une entrevue qui a réellement eu lieu rue de Bièvre en 1980 à l’instigation de Jacques Attali

 

Qui sera le candidat du Parti socialiste à l’élection présidentielle de 1981 ?

 

L’« archaïque » vieux routier de la politique, 74 ans, partisan de l’Union de la Gauche, des nationalisations, d’un étatisme rétrograde, Mitterrand ou le fringant Rocard qui n’a que 50, leader de la « deuxième gauche », plus pragmatique, qui se propose de concilier le socialisme avec la loi du marché.

 

Ses adversaires, au sein du PS, n'ont pas tardé à le surnommer Rocard d'Estaing, établissant ainsi un parallèle entre le "libéralisme avancé" du président de la République et le socialisme redéfini que propose le député des Yvelines.

 

L'affrontement de ces deux conceptions a tourné à l'avantage de Mitterrand au congrès de Metz, en avril 1979, mais de peu. Dans les sondages, Rocard continue à devancer le premier secrétaire. La fin de l'année 1979 et les premiers mois de 1980 voient le chef de file de la "deuxième gauche" écraser le député de la Nièvre dans les souhaits d'avenir et dans les intentions de vote des Français. Deux journalistes, Hervé Hamon et Patrick Rotman, publient un livre, L'Effet Rocard (Stock), qui s'appuie sur ces enquêtes pour expliquer la popularité de l'ancien dirigeant du PSU et affirmer qu'elle n'est pas un effet de mode. Durant l'été, pourtant, la cote de Mitterrand se redresse au détriment de son rival.

 

Pire qu’un adversaire ou un ennemi : un rival

 

Le cynisme de Mitterrand, le pragmatisme de Rocard : la politique au théâtre avec Cyrille Eldin

 

Dans l’émission "Culture-Médias", sur Europe 1, il a présenté cette discussion d'une heure et demie mêlant discours authentique et remarques imaginées,  entre les deux ténors du Parti socialiste, qui a lieu quelques mois avant l'élection présidentielle de 1981.

 

INTERVIEW

 

Le journaliste, humoriste et comédien Cyrille Eldin, qui interprète Michel Rocard, présente la pièce au micro de Philippe Vandel, sur Europe 1.

 

« La plupart des échanges ont été prononcés par l'un ou par l'autre, sur plusieurs mois, et parfois dans leurs dos. La pièce, c'est un condensé », explique-t-il.

 

La suite, on la connait : premier secrétaire du Parti socialiste, François Mitterrand se présente à l'élection tant convoitée par Michel Rocard, et l'emporte face au président sortant, Valéry Giscard d'Estaing. « L'échange met face à face le cynisme de Mitterrand, et le pragmatisme de Rocard », souligne Cyrille Eldin.

 

« Le mépris, ça se mérite »

 

La discussion en question aurait eu lieu à initiative de Jacques Attali, alors proche collaborateur de François Mitterrand.

 

« À part ça, ils ne se parlaient jamais. Mitterrand ne supportait pas Rocard », assure Cyrille Eldin.

 

Sur scène, la tension qui règne entre les deux hommes est palpable. Le futur président se permet quelques saillies bien senties. « Pourquoi avez-vous autant de mépris pour moi ? », interroge Michel Rocard. Son concurrent réplique, cinglant : « Je n'ai aucun mépris pour vous. Le mépris, ça se mérite. »

 

Cyrille Eldin incarne un Michel Rocard un peu fébrile, mais qui porte ses idées avec enthousiasme et conviction. Un politicien que l'acteur connaissait bien, ayant grandi avec un père fervent rocardien. « Je l'entendais répéter à quel point Rocard était merveilleux. Il s'est fâché avec des gens en le défendant », raconte l'acteur. Mais la pièce va au-delà d'une simple discussion, poursuit-il. « On comprend à la fin pourquoi Mitterrand a finalement été candidat. Ce n'est pas que cynisme, du machiavélisme. Certes, c'est un monarque, mais il incarne la France. »

 

Je ne sais si j’irai voir cette pièce car ayant physiquement travaillé avec les deux personnages, surtout avec Michel Rocard bien sûr, mais aussi aux abords de Mitterrand sur le dossier du vin du Midi Rouge pièce importante dans la négociation d’élargissement de l’Europe à l’Espagne, dossier qui lui tenait à cœur et, avec Louis Mermaz, compagnon du premier cercle, il était souvent question « du Président » lorsqu’il revenait de son déjeuner hebdomadaire le mercredi à l’Élysée avec lui et les grognards : Joxe, Mexandeau et quelques autres…

Michel Rocard et François Mitterrand en 1990

Michel Rocard et François Mitterrand en 1990DANIEL JANIN / AFP

Michel Rocard et François Mitterrand, les "pires" amis politiques ICI

Paris Match |

Michel Rocard, dans ses bureaux parisiens, le 30 mai. Michel Rocard, dans ses bureaux parisiens, le 30 mai.

 

Michel Rocard: "Le risque de la fin du PS existe" ICI

Paris Match ||Mis à jour le 

Partager cet article
Repost0
17 janvier 2020 5 17 /01 /janvier /2020 06:00

Résultat de recherche d'images pour "gouteur de vin berthomeau"

Encore un titre à la mords-moi le nœud me direz-vous, la réponse est oui « Se dit d'une chose mal conçue, peu crédible ou stupide. »

 

« Cette expression dérive de à la mords-moi le jonc datant du début du XXe. Le jonc était le mot argotique pour or : on mordait les pièces d'or pour contrôler leur authenticité. Mais le jonc est également un mot familier pour pénis tout comme nœud au XIXe. L'expression à la mords-moi le nœud est rapidement préférée à partir des années 1950. »

 

De plus, en ces temps post-Matzneff c’est très politiquement incorrect.

 

Attention, je ne fais que m’interroger à propos du devenir de la RVF, en dépit de mon blacklistage lié à la vieille histoire de l’ex-DG du groupe Marie Claire pris les doigts dans la confiture, je ne souhaite en rien la disparition de la vieille dame permanentée.

 

J’avoue que je trouve les éditos de Saverot de plus en plus pathétiques mais, n’étant ni abonné, ni acheteur occasionnel de la RVF, ni lecteur sur la Toile, je comprends parfaitement que l’on ne m’ait pas appelé au chevet de la vieille dame permanentée pour diagnostiquer le mal dont elle souffre.

 

Alors pourquoi ce titre à la con ?

 

Tout bêtement parce que Vitisphère m’a mis sous le nez, gratuitement, le lundi 13 janvier 2020 un papier signé par Alexandre Abellan.

 

Le titre est accrocheur : Relance et turbulences à la Revue du Vin de France

 

Le texte est étrange.

 

Y aurait-il une ou des « gorges profondes » à la RVF ?

 

Les poussés dehors, les démissionnaires n’ont pas de noms…

 

Inquiétude des équipes qui ont sous le nez « le désossement de la revue Cuisine et Vins de France », ça fait froid dans le dos.

 

Le nouveau rédac-chef, doublement nommé, bien évidemment se veut rassurant, j’apprécie tout particulièrement son « Il peut y avoir de la peur chez des critiques cinquantenaires n’ayant pas eu la reconnaissance qu’elles attendaient » (le féminin ?)

 

Le sieur Saverot, donne le même son de clocher, il revendique « 50 000 exemplaires vendus, 18 000 abonnés papier ainsi que 3 000 abonnés numérique »

 

Comme la RVF n’est pas affiliée à l’OJD je trouve le chiffre de vente gonflé comme les statistiques de manifestants de la CGT.

 

Deux sujets d’importance sont ensuite abordés :

 

Conserver la confiance

Indépendance

 

J’avoue ne pas être convaincu par ce que j’ai lu en réponse.

 

Les causes, qui touchent toute la presse magazine papier en France sont profondes et jusqu’à maintenant aucun des remèdes n’a stoppé la chute du lectorat.

 

C’est grave et inquiétant mais c’est aussi dû à la faiblesse des contenus, cercle vicieux les bons contenus exigent du temps et de l’argent, les reprises des dépêches AFP, les infos people, les grands prix de la RVF, tout le monde s’en fout et n’a aucune envie de payer pour ça.

 

Je ne suis pas sûr que la nouvelle relance ne soit pas du genre de celle d’un batteur de baseball qui rate la dernière balle.

 

Attente pitch

 

L’avenir de la RVF est entre les mains des financiers du groupe Marie-Claire, leur empathie pour le vin me semble inversement proportionnelle à leur intérêt pour les sommets des GCC.

 

Le dernier mot à Gerbelle, pourquoi toujours cet anonymat ?

 

« Le commerce prend le pas sur l’expertise parce que les médias du vin vivent sous perfusion des publicités. Il faut un nouveau modèle à l’ère du web » tranche un ancien critique de la RVF. »

 

Deux grandeurs sont dites inversement proportionnelles si leurs mesures évoluent dans des sens contraires.

 

Résultat de recherche d'images pour "gouteur de vin berthomeau"

 

Vénérable titre fondé en 1927 et racheté en 2004 par le groupe Marie Claire, la Revue du Vin de France (RVF) arrive clairement au bout d’un cycle. En témoigne la succession de départs qui ont émaillé l’année 2019, jusque dans ses derniers jours. En un an, la RVF a poussé trois de ses collaborateurs vers la sortie : un administrateur de bases de données, un commercial et un rédacteur en chef adjoint (qui doit être remplacé). En ajoutant deux démissions du service événementiel, une démission du service commercial et le départ soudain d’un membre de son comité de dégustation (après avoir été écarté du Guide Vert), la RVF a perdu sept collaborateurs en un an (pour une promotion*).

 

A court terme, « il y a de l’inquiétude dans les équipes. Nous ne sommes pas rassurés par un groupe qui laisse plutôt voir un accompagnement fin de vie » confie un collaborateur de la RVF. Qui cite, non sans effroi, l’exemple du « désossement de la revue Cuisine et Vins de France, dont l’équipe a été réduite à peau de chagrin et dont les contenus sont réalisés par une agence ». Une perception alarmiste sur l’avenir de la revue qui n’est pas partagée par tous

 

A commencer par son tout nouveau rédacteur en chef, Jérôme Baudouin. Soulignant une augmentation des revenus publicitaires en 2019, le journaliste souligne qu’« il ne faut pas tout mélanger. Il y a eu des départs pour travailler ailleurs et il y a toujours du turn-over au comité de dégustation. Il peut y avoir de la peur chez des critiques cinquantenaires n’ayant pas eu la reconnaissance qu’elles attendaient, mais il est normal d’évoluer. Quand on est un journal, on ne reste pas sur les mêmes choses pendant trente ans ! »

 

Revendiquant 50 000 exemplaires vendus, 18 000 abonnés papier ainsi que 3 000 abonnés numérique, le directeur de la rédaction de la RVF, Denis Saverot, donne le même son de cloche. « On est obligé de s’adapter, aujourd’hui il est très difficile de gagner sa vie en vendant des prescriptions et avis sur le vin » pose le journaliste. Celui-ci souligne l’ampleur des évolutions d’usage numérique qui touche l’activité de la RVF : applications d’agrégation comme Vivino, sites de vente en ligne proposant toujours plus de contenus...  « On a tenté une première diversification avec les évènements, mais les salons se multiplient : c’est une bataille terrible et très concurrentielle. Nous avons renoncé aux évènements à destination du grand public pour se concentrer sur des masterclasses pour professionnels (acheteurs, sommeliers, cavistes…) » ajoute Denis Saverot.

 

La suite ICI 

Pour une charte éthique des journalistes des vins et spiritueux

 

Pour l’instant je suis le seul contributeur, à savoir Fabien Humbert journaliste pigiste notamment pour La Revue du vin de France ( https://www.larvf.com/ ICI 

Partager cet article
Repost0
16 janvier 2020 4 16 /01 /janvier /2020 06:00

006-copie-2.JPG

Pour faire plaisir aux gens du nord, et à mes détracteurs, j’aurais pu écrire un teint de chicon mais je m’en tiens à l’expression consacrée :

 

CNRTL : − par analogie [référence à la couleur et au mode de culture par étiolement de l'endive]

 

(Personne au) teint pâle, blafard.

 

« Ils jouaient ensemble toute l'année, derrière les carreaux (...). De teint, c'étaient des vraies endives. »

Louis-Ferdinand Céline, Mort à crédit, 1936, p. 78).

 

« Il (...) était habillé de noir (...) ce qui faisait ressortir son teint d'endive et le rose de ses yeux de lapin blanc. »

Paul Vialar, Le Clos Trois Maisons, 1946, p. 10.

 

*mauricaud, aude Littré

 

Terme familier. Qui a le teint de couleur brune. Il est moricaud.

 

S. m. et f. Moricaud, moricaude, homme ou femme dont le teint est brun.

 

« Mlle de la Garde et Mlle Bardou, toutes deux Françaises, avaient été placées par la reine mère ; la première était une petite moricaude…, Hamilton, Gramm.

 

HISTORIQUE

XVIe s.

 

« Il [Henri II] estoit beau, encore qu'il fust un peu mauricaut ; mais ce teint brun en effaçoit bien d'autres plus blancs », Brantôme, Cap. franç. t. II, p. 59, dans LACURNE.

 

ÉTYMOLOGIE

 

Dérivé de more, par l'intermédiaire de morisque.

 

Revenons un instant au chicon :

 

« Lorsque nous revenions de Bruxelles avec les instruments [de musique] bourrés de tissus, et avec trois kilos d'endives qui nous permettaient d'avoir « quelque chose à déclarer », ce n'est pas des endives que j'ai déclarées, mais, à la suite d'un lapsus d'ordre obsessionnel : « du tissu d'endives »... À quoi le douanier a répondu : « on dit des chicons ».

Cl. Abadie cité par N. Arnaud, Les Vies parallèles de Boris Vian, nouvelle édition Paris, 1970, p. 102

 

C’est une histoire belge au sens propre :

 

Dans son Dictionnaire universel d’agriculture et de jardinage, de fauconnerie, chasse, pêche, cuisine et manège de 1751, La Chesnaye mentionne une méthode particulière de culture de la barbe de capucin (chicorée sauvage) inspirée de la culture du champignon en France. Dans des caves sombres, les racines sont recouvertes de trente centimètres de fumier et, après vingt-cinq jours, des feuilles blanches apparaissent.

 

La barbe de capucin, plus amère encore que l'endive, est encore cultivée de nos jours dans la banlieue lilloise. Sa culture, au contraire de l'endive, est restée à 100 % traditionnelle.

 

L'endive est un des légumes les plus récents.

 

La légende veut qu'elle fût « inventée » vers 1830 dans la vallée Josaphat à Schaerbeek. On l’attribue parfois à un paysan qui aurait voulu dissimuler sa récolte dans une cave obscure pour éviter l'impôt.

 

Vers 1850 ce fut le jardinier en chef du jardin botanique de Bruxelles, Franciscus Bresiers, qui en systématisa le forçage en cultivant la racine de chicorée en hiver, à l’abri de la lumière et du gel.

 

Des feuilles blanches se développent alors en repousses très compactes, qui justifient son nom flamand de witloof (feuille blanche). Ce secret de fabrication se répand dans la banlieue de Bruxelles où il reste localisé pendant près de 20 ans.

 

En 1873, Henri de Vilmorin la rapporta de l'Exposition internationale d'horticulture de Gand et la présenta à la Société nationale d'horticulture de France en 1875. Le premier cageot fut vendu aux halles de Paris en 1879 sous le nom d'« endive de Bruxelles » et le nom lui resta. Ce succès atteint alors les pays voisins, surtout après la Seconde Guerre mondiale.

 

Une sorte de cette espèce, très renommée dans la région, est le chicon de Saint-Symphorien, village de l'entité de Mons, qui donne son surnom aux habitants et à son équipe de football : les chiconniers.

Les Chiconniers avaient de quoi être déçus.

Les Chiconniers avaient de quoi être déçus. - B.L.

Source Wikipédia

 

L’endive est un légume d’hiver, léger comme une plume : elle est peu calorique, car gorgée d’eau (95%), c’est la star des régimes :

  • Riche en fibres ;
  • Source de vitamine B9 ;
  • Source de vitamine C ;
  • Source de potassium ;
  • Lutte contre la constipation ;
  • Pouvoir de "coupe-faim".

 

Étymologie : Du latin médiéval endivia dérivé du latin intibus.

 

Elle appartient à la famille des chicorées

 

Résultat de recherche d'images pour "endives photos anciennes"

 

Variété de chicorée sauvage à grosse racine, coupée en automne au niveau du collet, et qui, placée dans le sable, forcée dans  l'obscurité pour empêcher la photosynthèse, le bourgeon de la chicorée de Bruxelles donne des pousses blanches à bords jaunes en cœur serré, au goût amer, que l'on consomme crues ou cuites.

 

Pour la petite histoire, dans la cave de ma maison boulevard Louis Blanc à la  Roche-sur-Yon je me suis adonné à la culture du chicon.

 

Du côté cuisine, je suis endive cru bien sûr : je disais à mémé Marie « je n’aime que les salades dures… » sous-entendu qui croquent sous la dent, je ne suis pas laitue pour 2 sous. De plus étant un adepte de l’amer je croque l’endive sans assaisonnement.

 

J’ai pratiqué dans un restaurant près de mon job à la SIDO : les feuilles d’endives crues roquefort ou gorgonzola tiède.

 

En ma cuisine, les soirs d’hiver, je suis un adepte de l’endive roulée au jambon béchamel gratinée.

 

Je fais cuire mes endives à la vapeur, le jambon de Paris tradi, puis béchamel et gruyère râpé.

 

J’achète mes endives à Terroirs d’avenir.

 

Et qu’est-ce que je bois ?

 

 

En BONUS l'endive au dessert aux CLIMATS : 

 

Partager cet article
Repost0
15 janvier 2020 3 15 /01 /janvier /2020 06:00

Résultat de recherche d'images pour "l’oscypek"

2019 : 16 500 km, à pied, en voiture, en bus, en train et en bateau. Tout le reste n’est que littérature.

 

Avec Antoine Blondin, le reste était « litres et ratures »

 

« Bien entendu, on peut sauter sur sa chaise comme un cabri en disant "l’Europe !", "l’Europe !", "l’Europe !", mais cela n’aboutit à rien et cela ne signifie rien. » de Gaulle, deuxième entretien radiodiffusé et télévisé avec M. Michel Droit, 14 décembre 1965.

 

Et maintenant cette foutue Europe, baptisée Union Européenne, tellement élargie qu’elle a bien du mal à avancer, vient barboter dans notre patrimoine gaulois en reconnaissant l’oscypek comme un Chroniona Nazwa Pochodzenia

 

Ne me dites pas que c’est du charabia, je vous rappelle Maria Leszczyńska madame Louis XV, elle est inhumé à la basilique Saint-Denis, tandis que son cœur repose auprès de ses parents, en l'église Notre-Dame-de-Bonsecours de Nancy.

 

C’est du polonais.

 

La Pologne est membre de l’Union Européenne depuis le 1er mai 2004 avec neuf autres pays européens

 

Elle a fait partie de la fournée Chypre · Estonie · Hongrie · Lettonie · Lituanie · Malte · République tchèque · Slovaquie · Slovénie

 

1989 : la Pologne est le premier pays du bloc de l’Est à se détacher de Moscou (pour adhérer à l’OTAN dix ans plus tard). En décembre 1990, Lech Wałęsa, prix Nobel de la paix en 1983 et figure historique de Solidarność, est élu président de la République.

 

Bref, revenons à notre oscypek Chroniona Nazwa Pochodzenia

 

Explication de texte

 

 « En vertu de cet accord, la Pologne et la Slovaquie reconnaissent que les appellations Oscypek et Slovenský oštiepok se réfèrent à des fromages qui sont maintenant produits de manière très différente, malgré le fait qu'ils partagent la même histoire et la même tradition.

 

Selon la Pologne et la Slovaquie, les principales différences entre les deux fromages (concernant la matière première utilisée, le mode de production et les propriétés physiques, chimiques et organoleptiques) ne devraient pas prêter à confusion chez les consommateurs. La Pologne et la Slovaquie conviennent que les désignations Oscypek et Slovenský oštiepok sont légitimes et la Pologne souligne que l'enregistrement de la désignation Oscypeken tant qu'appellation d'origine protégée ne porterait pas atteinte au droit des producteurs slovaques d'utiliser l'appellation oštiepok soit seul, soit en conjonction avec d'autres termes.

Signé Mariann Fischer Boel

 

J‘ai bien connu Mariann Fischer Boel

 

Profession : commissaire !

 

6 octobre 2010 Der Spiegel Hambourg Hans-Jürgen Schlamp

 

Qui a dit que les commissaires européens et les hauts fonctionnaires bruxellois occupaient des postes ennuyeux dans une ville terne ? Pourtant, assure le Spiegel, Bruxelles, c’est Byzance.

 

« Hast du einen Opa, schick ihn nach Europa » –

 

« Si tu as un papy, envoie-le à l’Europe ! », dit-on pour se moquer des perdants de la politique qui se retrouvent sur des voies de garage à Bruxelles, où ils terminent leur carrière dans l’oubli. Personne ne s’intéresse à eux. Les micros et les caméras s’éteignent lorsqu’ils se présentent au pupitre, pauvres souris grises oubliées dans un Bruxelles terne et humide.

 

Et pourtant, en réalité, c’est tout le contraire. Seuls les princes vivent peut-être mieux que les commissaires européens. Car ces derniers peuvent – s’ils le veulent – exercer une  influence plus forte que n’importe quel ministre. Financièrement, ils se portent certainement mieux que la plupart de leurs camarades de parti, qui les ont chassés de la mangeoire nationale pour les envoyer sur les terres européennes. A Bruxelles, les maigres salaires des collègues nationaux les font bien rigoler.

 

Chauffeur, secrétaires personnels et revenus coquets

 

Pour tout dire, le poste de commissaire européen est un boulot de rêve : train de vie luxueux avec chauffeur, secrétaires personnels, porte-paroles et de nombreux autres collaborateurs. Sans oublier de coquets revenus. Et quand leur mandat européen s’achève, c’est encore mieux : c’est là qu’arrivent les généreuses indemnités transitoires et les pensions paradisiaques. Les appels à la rigueur qui résonnent sur tout le continent et les projets de relèvement de l’âge de la retraite à 70 ans ne valent pas pour Bruxelles. Ici, il y a de l’argent à foison. Les caisses débordent littéralement. Alors pourquoi ne pas se servir ?

 

Dans les bureaux du bloc de béton baptisé Berlaymont, sur le rond-point Schuman, en plein centre de l’eurocratie bruxelloise, chacun se sert généreusement. Le moindre interprète débutant commence avec 4 190 euros par mois. Pour les hauts fonctionnaires, on monte facilement à 16 000 euros par mois. A cela s’ajoutent les primes d’expatriation, de ménage, pour l'éducation et la garde des enfants. Ces derniers vont dans des écoles européennes privées, financées tous les ans par les contribuables européens à hauteur d’environ 100 millions d’euros.

 

Pour les grands responsables politiques, le salaire est naturellement un peu plus élevé : un commissaire européen reçoit 19 910 euros comme salaire de base. Le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, empoche 304 000 euros chaque année. La plupart des hauts responsables européens reçoivent en plus une indemnité de résidence. La nouvelle haute représentante de l’Union aux Affaires étrangères, l’Anglaise Catherine Ashton, reçoit environ 323 000 euros par an. Et à cela s’ajoutent encore des compléments pour son budget privé et ses frais de représentation. Résultat : cette lady travailliste dépasse de loin ses collègues Angela Merkel ou Hillary Clinton. De plus elle rentre souvent à Londres, le jeudi, voir ses enfants.

 

Fromages pour fromages revenons au nôtre : 

 

Depuis le 2 février 2007 l’oscypek est un Chroniona Nazwa Pochodzenia une AOP

 

L’oscypek est un fromage qui a une drôle de tronche, le plus souvent il a une forme de broche ornée de motifs rustiques.

 

Chapelle à Jaszczurowka dans les montagnes à Zakopane. Photo de Robert Parma.

Chapelle à Jaszczurowka dans les montagnes à Zakopane. Photo de Robert Parma.

 

Ce fromage du Podhale (les Carpates), région montagneuse dont la capitale est Zakopane est fait avec du lait de brebis mais Androuet nous dit « qu’il est fait de lait de brebis auquel est ajouté du lait de vache. Les montagnards disent qu'il faut un minimum de 40% de lait de vache pour sa fabrication, ou un mélange plus ou moins égal entre le lait de vache et celui de brebis »

 

Image associée

 

On utilise des moules de bois spéciaux et, une fois formé on le trempe toute une journée dans la saumure, pour en extraire l’eau en excès. C’est un processus complexe puisqu’à la fin le fromage est fumé au bois de pin, dans les « bacówki» (burons de bois des montagnards).

 

Jadis, l’oscypek était utilisé comme monnaie d’échange entre bergers sur les pâturages d’altitude. Il est de goût un peu salé et croque sous la dent, rappelant ainsi le Haloumi de Chypre, mais en incontestablement plus parfumé. Son goût rappelle celui du provolone piquante d'Italie.

 

Le blog de Jérôme à Cracovie

On peut manger l’oscypek tout simplement, nature, mais dans certaines régions de Pologne on le sert légèrement poêlé avec de la confiture. Du fait de son séjour dans la saumure, il est assuré d’une longue conservation. De consistance légèrement élastique, il se mange chaud, cuit au barbecue, et on en trouve dans les rues des grandes villes, par exemple lors du marché de Pâques à Cracovie où il peut être servi avec de la confiture de canneberges, mêlant étrangement le sucré et le salé. Il se trouve aussi sous vide dans les supermarchés.

 

Procédé de fabrication

 

La tradition de l'oscypek commence dès la traite des brebis. Le lait est récolté dans une grande cuve de bois (gieleta). Puis, il est filtré par une toile en laine dans un chaudron (puciera) afin de le débarrasser de toutes sortes d'impuretés et d'herbe. Le lait est ensuite caillé et rincé à plusieurs reprises à l'eau bouillante.

 

Ensuite, chaque fabricants donne une forme au fromage et le décore. Les décorations sont faites grâce à un moule en bois appelé oscypiorka, qui se décline généralement sous 3 formes:

  • le fuseau (600800 g),
  • le cylindre (400 g)
  • les noix (30 g).

 

Puis, le fromage est immergé pendant une journée dans un tonneau rempli de sel. Ce bain a avant tout pour but de supprimer l'excès d'eau qui se trouve dans le fromage ainsi que de tuer les bactéries. Pour finir, il est entreposé dans une cabane pour être fumé pendant environ deux semaines. Autrefois, l'oscypek était fumé dans une bacówka, la cabane traditionnelle des bergers, et fumé au bois de pin ou de sapin.

 

La plus ancienne référence à une production de ce fromage date du XVe siècle, dans les montagnes Tatras, et plus précisément d'un document du village Ochotnica datant de 1416. La plus ancienne recette trouvée date de 1748 et provient de la région de Zywiec.

 

Voilà le travail il ne nous reste plus qu’à attendre la prochaine virée de notre gourmet pour nous en rapporter…

 

Krokoszówka Górska, le vin nature

 

Des milliers de jeunes polonais émigrent chaque année pour aller chercher du travail en Angleterre ou en Allemagne. Le travail de la terre se meurt. Tel est le constat sans appel que nous dresse Marek Górscy. À contre-courant d’une époque où le costume et la cravate sont plus à la mode que les bottes et le sécateur, Marek décide de quitter la bureautique pour devenir vigneron en 2005.

 

« Aujourd’hui je ne regarde plus mon ordinateur au travail, je me lève et je contemple la nature ».

 

L’homme prend son temps et renoue avec ses racines. Ni collage, ni filtration, ni sulfite. Marek veut faire des vins "propres". Avec un hectare de vigne et une production de 6.500 bouteilles, il réussit tout juste à dégager un revenu. Qu’importe. Cette liberté n’a pas de prix.

 

La Pologne, un pays où le vin a un goût de victoire ICI 

Partager cet article
Repost0
14 janvier 2020 2 14 /01 /janvier /2020 06:00

Tartine-de-pourri, qu’est-ce donc ?

 

Comme le sieur Dupont est mobilisé par son combat contre les prohibitionnistes masqués de Dry January j’ai demandé à Dubeu pi Débeu – Dupont et Dupond en arpitan bressan – d’enquêter sur le bresse pourri ou pourri bressan.

 

Tintin en arpitan bressan ICI 

 

 

Le bresse pourri ou pourri bressan est une préparation fromagère de la famille des « fromages forts » qui existent dans toutes les provinces. La recette est toujours la même : il s’agit de conserver les vieux morceaux de fromage qu’on ne peut plus consommer tels quels, les invendus ou encore ceux qui ont un défaut, en les faisant refermenter avec du caillé frais, de l’alcool et des aromates.

 

Par kelly bone 

 

Mais ce n’est pas aussi simple qu’il n’y paraît d’où l’intervention de Dubeu pi Débeu.

 

Je vous livre leurs conclusions :

 

Tels qu’ils sont actuellement commercialisés, le fromage fort et le pourri sont deux préparations fromagères bien distinctes.

 

Les producteurs et les commerçants (crémiers et fromagers) insistent sur la différence qui paraît alors évidente. Les techniques de fabrication sont décrites comme bien différentes, ainsi que le résultat obtenu.

 

Le fromage fort, dont la recette comporte de multiples variantes, a l’aspect d’une crème épaisse, légèrement granuleuse, de couleur blanc cassé. Son odeur est un peu forte (certains commerçants conseillent aux clients novices d’entourer la barquette de fromage dans un film plastique et de l’enfermer dans une boîte hermétique). Ce produit est fabriqué par la plupart des crémiers de la région et certaines coopératives laitières.

 

Le pourri, formé de morceaux de caillé moins liés que dans le fromage fort, a une texture plus sèche et un aspect moins homogène. Sa couleur est elle aussi irrégulière ; elle varie du blanc cassé au jaune paille sur les morceaux les plus maturés, devenus légèrement gluants. Son goût bien différent est plutôt comparé par certains vendeurs à la cancoillotte.

 

Pourtant l’identification et la distinction entre ces deux productions fromagères ne sont pas toujours aussi évidentes. Le fromage fort est souvent indifféremment appelé pourri. A Saint-Etienne-du-Bois, nombre de personnes, surtout parmi les plus âgées mais pas uniquement, emploient spontanément le terme de pourri pour désigner ce que les commerçants appellent fromage fort : « ‘c’est la même chose. Fromage fort ou fromage pourri, c’est tout la même chose ’» expliquent-elles. Certaines ont le souvenir que leurs parents utilisaient l’un ou l’autre mais constatent un basculement en terme d’occurrence respective : « ‘ça se disait les deux. Ça se disait encore bien le fromage pourri. Mieux que maintenant. Alors que maintenant ça ne s’emploie plus trop le fromage pourri ’».

 

Les documents écrits confirment l’assimilation de ces deux termes : « ‘on l’accompagnait de tartines ou rôties de fromage fort (Note de l’auteur : fromage fermenté obtenu avec du fromage blanc, sec. Appelé encore fromage pourri.)’ »

 

La description qu’en fait Tortillet correspond à celle qui a été donnée pour le fromage fort : « ‘le fromage fort ou pourri est un mélange de fromage sec de vache et de fromage de gruyère que l’on râpe et qu’on fait fermenter en y ajoutant un levain. On y ajoute généralement un peu de vin blanc’ ». Quant à l’ouvrage C’était hier, plus récent, il relate le même rapprochement : « ‘le fromage frais de l’été était remplacé par du fromage fort (fromage pourri). Ce terme irrévérencieux s’applique à du fromage de chèvre sec râpé auquel on ajoutait du bouillon de poireau et du vin blanc sec. L’ensemble subissait une légère fermentation’ ». Quant aux fabrications, à Saint-Etienne-du-Bois, l’une ou l’autre était autrefois élaborée, en fonction des familles.

 

D’ailleurs la frontière entre les deux types de préparation fromagère, lorsqu’elles étaient de fabrication domestique, n’était probablement pas si nette.

 

Lorsque les particuliers élaboraient leur fromage fort uniquement avec des productions familiales, à savoir du fromage de chèvre ou du fromage de vache, sans l’apport de fromages du commerce (comté, bleu, etc.), le résultat était sans doute assez proche du pourri. Comme par ailleurs les recettes devaient diverger d’une maisonnée à une autre, il ne devait pas y avoir plus de différence entre le fromage fort et le pourri qu’entre les différents fromages forts propres à chaque famille.

 

En fait, il s’agit d’une catégorie alimentaire qui autorise une grande liberté dans la fabrication et qui permet de multiples variantes. Ce que retiennent les consommateurs, c’est le fait qu’il s’agisse d’un produit mis à maturer, à refermenter, d’où l’emploi du terme de pourri qui souligne, comme le signale Claude Lévi-Strauss dans son Triangle culinaire, une élaboration naturelle : « ‘c’est un fromage qu’on laisse pourrir, s’abîmer’ » ; « ‘on disait du fromage pourri parce qu’on le laissait fermenter. Donc, ça faisait un fromage pourri, ben c’était du fromage fort ’»; « ‘on le laissait fermenter quelques jours avant de le manger. On le laissait faire, disons. C’est pour ça qu’on y appelait le pourri !’ ».

 

Tous les Bressans insistent sur le temps nécessaire à sa transformation, c’est-à-dire sur l’action de la nature sur un produit de la culture. Mais ils soulignent également le fait que le temps n’arrivait jamais à bout de cet aliment ; celui-ci était intarissable puisque le pot de grès était indéfiniment rechargé : « ‘ils rajoutaient quand on faisait les poires, le marc, à l’automne, et puis après à mesure que le pot diminuait, on râpait des fromages de chèvre, on en remettait dedans. On remettait du bouillon de poireau, on le changeait un peu disons, on finissait jamais la préparation du début ’». En effet, la maîtresse de maison « ‘en faisait toujours, avant qu’il soit fini, il fallait toujours qu’il y ait un levain. Mais il fallait quelques jours pour qu’il se fasse quoi’ ». En raison de ce levain, on a véritablement affaire à l’image d’une production vivante dont la caractéristique principale est la fermentation.

 

Dans la région Rhône-Alpes, le fromage fort faisait l’objet d’un même arrangement. L’inventaire du patrimoine culinaire de la France reprend Le Littré de la Grand’Côte (1895), dans lequel il est cité « ‘une famille à Fleurieu-sur-Saône, où le fromage fort est conservé depuis 1744 ’». En somme, le fromage fort et le pourri représentaient une même catégorie classificatoire et ne correspondaient pas à deux productions clairement identifiables. Ils étaient assimilés à un aliment aux frontières complexes, mouvantes, instables. Il semble que ce soit leur commercialisation qui ait imposé une classification plus précise, instaurant une distinction claire entre fromage fort et fromage pourri (ou vieux).

 

Autrefois, en hiver, le fromage fort ou le pourri était présent sur toutes les tables bressanes et sa consommation était quasiment quotidienne en cette période. Elle a depuis considérablement diminué. En effet, non seulement ces préparations fromagères ne sont plus du tout consommées dans certaines familles, mais dans les autres, bien que restant très appréciées, elles ne représentent plus qu’une nourriture occasionnelle. Ces aliments, nourrissants et qui plus est se tartinent impérativement sur du pain, sont souvent évités pour des raisons diététiques : « ‘on en mange qu’une fois dans l’hiver, parce que ça fait manger beaucoup de pain. Ça fait grossir quoi !’ ».

 

D’après les forains, qui se rendent sur les divers marchés de la région, le fromage fort a plus de succès en Bresse burgienne, entre autres sur le marché de Bourg-en-Bresse, alors que le pourri est surtout apprécié dans le nord du département et plus encore en Bresse louhannaise, où il est d’ailleurs plus connu. A Bourg-en-Bresse, ce dernier est peu consommé.

 

Mais si la consommation de fromage fort en guise de fromage, à la fin du repas, s’est raréfiée, les occasions d’en manger se sont modifiées et diversifiées, entraînant une revitalisation de cet aliment. Autrefois, obtenu par la réutilisation des restes domestiques, il n’était pas digne d’être partagé avec des personnes extérieures à la famille et relevait exclusivement de l’alimentation domestique et intime. Il correspondait à un aliment peu coûteux qui nourrissait les membres de la famille. Depuis quelque temps, de nouvelles pratiques s’instaurent, faisant pénétrer cette denrée dans la catégorie des aliments publics. Actuellement, certains Bressans offrent à leurs invités du fromage fort sous la forme de tartines apéritives. Celles-ci sont servies grillées, avant le repas ce qui permet de proposer « un apéritif un peu copieux ». Notons que de toute évidence, la pratique même de l’apéritif est elle aussi relativement récente.

 

D’autres hôtes, plus innovants encore, organisent des « soirées fromage fort » : « ‘pendant l’hiver, avec les voisins, on fait une soirée. Au lieu de faire une soirée raclette, c’est une soirée fromage fort ’». Les tartines de fromage fort sont alors servies en guise de plat principal, éventuellement accompagnées d’une charcuterie et/ou d’une salade verte. Autrefois réservé à l’intimité, associée à un fromage de pauvreté, le fromage fort devient synonyme de convivialité et accède à l’espace public.

 

Si ce mode de consommation n’est pas pratiqué par l’ensemble de la population, il tend à se diffuser au sein de toutes les générations. Ce Stéphanois, septuagénaire, veuf, vante ici les avantages de ce plat : « ‘quand je reçois des amis, quand je reçois la famille, on mange le fromage fort, le soir. C’est aussi sympa, voyez-vous que de manger de la raclette ou autre chose. Et c’est très digeste. L’autre jour, j’en ai mangé, ben, ça passe comme une lettre à la boîte. Ça passe mieux qu’une, allons, qu’une fondue de gruyère. C’est plus digeste. Après on met une petite tranche de jambon, une salade et ça y est. Ça fait un repas. Et puis c’est facile à faire. Moi, quand je reçois, je fais ça’ ». Consommé selon un mode inspiré de la raclette, du Mont-d’Or et de la fondue, le fromage fort, servi ainsi, jouit de l’engouement actuel pour les fromages fondus. En effet, les repas constitués d’un tel plat accompagné éventuellement de charcuterie, de salade et/ou de pommes de terre sont particulièrement appréciés par les commensaux et répondent à des critères contemporains de consommation.

 

Ils sont perçus comme facilement et rapidement préparés (les savoir-faire, limités, sont accessibles à tous ; les charcuteries elles-mêmes ne nécessitent pas d’opération culinaire ; la salade, très peu, voire aucune si elle est achetée déjà lavée) et conviviaux dans la mesure où les hôtes ne sont pas seuls à gérer le déroulement du repas mais que les invités participent plus ou moins à la préparation (chacun dispose son fromage, pique son pain, pèle ses pommes de terre, se sert à volonté, etc.). Grâce à ce nouveau mode de consommation, le fromage fort est remis à l’honneur. Il s’inscrit dans une pratique moderne de consommation et n’est pas associé à un produit du passé. Contrairement à la commensalité autour de gaudes ou de dinno, nulle commémoration du produit n’est lisible au travers de ces « soirées fromage fort ». D’ailleurs, l’annonce du « fromage fort » aux côtés du « véritable ramequin du Bugey » et du « fromage à raclette » sur un chevalet devant une épicerie de Bourg-en-Bresse laisse entendre que ces trois produits relèvent de la même catégorie d’aliments : ceux que l’on partage entre amis, pour une soirée simple et chaleureuse !

 

Enfin, le fromage fort est présent à l’occasion de nombreuses manifestations collectives. Il est vendu, en tartines grillées, par les buvettes des associations lors des fêtes publiques et proposé lors des regroupements associatifs et sportifs (lors des concours de belote par exemple) : « ‘mon mari fait partie d’une association de basket. Quand ils font leur loto, ils servent dans l’après-midi des tartines de fromage fort. Des grosses tartines, là, avec du bon pain de campagne... On aime bien’ ».

 

Ces consommations, hors du repas proprement dit, modifient considérablement le statut du fromage fort. Aliment nourrissant, servi en fin de repas pour remplir les estomacs à moindre coût, il devient un extra, un supplément au repas, qui est obtenu, lors des fêtes, par l’achat. Son image se voit fortement revalorisée. Il faut par ailleurs noter que s’il était autrefois fabriqué dans les fermes, rares sont les personnes qui en font encore. Obtenu dans les commerces, il est donc devenu une production essentiellement artisanale, élaborée, non pour écouler des restes, mais pour son résultat. Acheté autour des sept euros le kg, il n’a plus, non plus, le même statut que la préparation fromagère qui était obtenue « gratuitement » par la réutilisation des restes domestiques.

 

Des productions aux frontières complexes : le fromage fort et le pourri sur le site theses.univ-lyon2.

jean yves peron les voisins orange

LES VOISINS ORANGE

Jean Yves Péron

Vin de France - Blanc de Macération - 2016

Quand un "grand" de la macération savoyarde s'amuse avec le Gewurztraminer, cela donne un flacon de génie ... Gros coup de coeur sur cette macération de 5 mois. Les amateurs-trices ne s'y tromperont pas, c'est GRAND !!

Petit Bout de Chou

 
Peut-on manger du pourri bressan enceinte ?

ICI

 

Logotipo del Maitre Fromager Androuet

 

FROMAGE FORT DU PETIT BUGEY - AU MÂCONNAIS
Compartir por : 
 

 

Râpez les vieux fromages grossièrement épluchés. Broyez ou passez à la moulinette les fromages mi-secs. Passez au tamis le gruyère râpé. Rassemblez le tout dans une terrine. Versez le bouillon de poireaux tiède, le beurre fondu, le vin blanc et le petit verre d'eau-de-vie de marc. Assaisonnez. Malaxez le tout avec soin pour obtenir un mélange homogène. Reversez le tout dans un pot à salaison muni d'un couvercle. Bouchez hermétiquement. Rangez un mois au moins dans la partie de la cave la moins fraîche. Si, au bout de ce temps, la saveur est trop violente, ajustez en ajoutant un peu de fromage blanc pressé.

 

Excellent en tartines ou en rôties au four, nappées ou non de beurre.


(Recette communiquée par Marcel Chevallier, professeur d'enseignement technique à Chambéry.)

 

Page

Partager cet article
Repost0
13 janvier 2020 1 13 /01 /janvier /2020 06:00

 

  1. 名詞. 男性
  2.  名詞. 葡萄酒、ワイン。

 

Le 22 janvier 2009

3 verres pour réveiller le passé, les japonais sont fous des grands Bourgognes et de JY Bizot

 

Le Tome 5 des Gouttes de Dieu est arrivé.

 

Je vous en offre un petit aperçu sous la forme d'une histoire  dont le pitch est le suivant : son nom est Kaori Mizusawa et cela fait bientôt 8 ans qu’elle s’est réveillée sur un lit d’hôpital avec pour seul souvenir celui d’une bouteille de vin. Souvenir qu’elle a exprimé sous la forme d’un tableau dans lequel le héros Shizuku reconnaît la quête de son père décédé : « la description du premier apôtre » alors il déclare à la jeune femme « vous allez me trouver égoïste. Mais je dois absolument connaître ce vin prisonnier de vos souvenirs… » Le mari s’interpose, sa femme a retrouvé la sérénité, elle n’a nul besoin de se souvenir du passé. Shizuku insiste et madame Mizusawa passe outre aux réticences de son mari.

 

Déclaration de Shizuku : « mais ce tableau qu’elle aime… C’est sans doute un vin qu’elle aimait dans un passé heureux… De toute façon, heureux ou pas… Pour un humain, le passé est la terre où l’on s’enracine, et permet de vivre au présent. Même bénie du « ciel » et « aimée » des hommes… Une vie, si elle ne s’enracine pas dans « la terre » ne sera jamais fructueuse. C’est comme un vin fabuleux qui ne peut naître qu’une fois… Que le ciel, la terre et les hommes sont tous rassemblés. »

 

La suite ICI

 

Salvador Dali se disait fou du chocolat Lanvin, les japonais sont fous du vin, français bien sûr, bourguignons toujours ! JY Bizot bien sûr !

 

 

Et puis  le 4 janvier 2020 dans Le Monde Philippe Mesmer écrit :

 

Le Japon, étoile montante des vins du nouveau monde

Les Japonais consomment 2,94 litres de vin par personne et par an, contre 0,3 litre dans les années 1980. La production locale a atteint 15,8 millions de litres en 2017, soit 4,8 % du marché.

 

Un vignoble à Kai (Yamanashi ), au Japon, en mars 2013.

Un vignoble à Kai (Yamanashi ), au Japon, en mars 2013. TOSHIFUMI KITAMURA / AFP

 

Bio et terroir.

 

Ces concepts gagnent la modeste, mais de plus en plus populaire, viticulture japonaise, désormais considérée comme une actrice sérieuse de l’univers des vins du nouveau monde.

 

[…]

 

La production viticole japonaise n’est pas nouvelle. Artisans passés par les universités françaises d’œnologie ou grands groupes comme Mercian la développent depuis les années 1960 dans les départements de Nagano, Yamagata ou Yamanashi, célèbre pour son raisin « Koshu ».

 

Aujourd’hui, les Japonais consomment 2,94 litres par personne et par an, contre 0,3 litre dans les années 1980. La production locale a atteint 15,8 millions de litres en 2017, 4,8 % d’un marché toujours dominé par les importations chiliennes, américaines ou françaises.

 

La nouveauté est l’accent mis sur la valeur et non plus sur les volumes, avec un réel soutien des autorités. Pour obtenir l’appellation « vin japonais », il fallait utiliser 5 % de raisin produit localement. Depuis 2018, il faut en utiliser 100 %

 

Le vin apparaît sur l'archipel il y a près de 150 ans sous l'ère Meiji

 

En 1870, c’est la période où le Japon sort de son isolement et s'ouvre à l'Occident. Selon certains connaisseurs, le tout premier chai du pays voit le jour à Katsunuma, dans la préfecture de Yamanashi, non loin du Fuji-san.

 

C'est là que va pousser le fameux Kôshû, ce cépage qui permet de produire un vin blanc 100% japonais. Il a pour la première fois été cultivé il y a mille ans dans le Caucase, en Asie Mineure, avant de voyager jusqu'en Chine à la faveur de la Route de la Soie. C'est de Chine qu'il a été importé au Japon, pour ses vertus médicinales.

 

« 2018 fut l’occasion de commémorer le 150e anniversaire de la restauration de Meiji. Une ère qui débute en 1868 et qui marque l’ouverture du Japon vers l’extérieur. Mais pas que ! Le prince Mutsuhito, futur Empereur Meiji, arrive au pouvoir la même année. Entre ouverture et modernité, le Japon s’engage alors dans une nouvelle ère, porté par un jeune Empereur connu pour son amour de la culture occidentale… et surtout du vin français !

 

Grand Cru de Bourgogne au Parc Yoyogi

Tonneaux de saké à l'entrée du parc

 

C’est cette passion qui explique la présence de l’offrande so frenchy des tonneaux de grands crus de Bourgogne que l’on peut voir au parc Yoyogi, à l’entrée du sanctuaire Meiji-Jingu à Tokyo. Ces tonneaux de vins légués par de généreux donateurs à l’occasion des 150 ans des relations franco-japonaises commémorées en 2008 font face aux tonneaux de saké traditionnellement offerts dans les sanctuaires shintoïstes. »

 

Le Canon Primeur NV Le Grande Colline Ardèche , mousseux , naturel , 750ML Muscat de Hambourg

 

Le Canon Primeur NV Le Grande Colline Ardèche , mousseux , naturel ,  Muscat de Hambourg

« Je fais du vin que j’aime » Hirotake OOKA, vigneron

 

« Détenteur du domaine La Grande Colline au cœur du pays ardéchois, le japonais Hirotake OOKA, chantre du vin bio depuis plus de 10 ans avait choisi de venir faire du vin en France pour des raisons évidentes : «  J’ai hésité au départ entre la Californie et Bordeaux ne parlant pas le français, mais je me suis dit que les américains ont appris à faire du vin avec des français. Voilà pourquoi j’ai fini par choisir la France ». Ce vigneron qui a appris aux cotés de Thierry Allemand, vinifie des vins nature avec passion et détermination.

 

Il a néanmoins choisi de retourner au Japon il y a de cela un an où il a créé un domaine à Okayama, dans la région de Chugoku connue pour son raisin muscat. Il y produit du vin blanc sec, du pétillant naturel et du vin rouge sur les parcelles qu’il a acquises en 2017 et en 2018. Du vin également bio, s’il vous plaît !

 

Le Japon, le pays des vins biologiques

 

Au 27e rang mondial des producteurs de vin avec une proportion de 65% de blanc et 35% de vin rouge, le cépage emblématique du Japon est le Koshu, historiquement importé de Chine, qu’on retrouve dans la préfecture de Yamanashi, célèbre pour sa production viticole. Il est le cépage japonais le plus connu des amateurs de vin à travers le monde. Traditionnellement consommé comme raisin de table, il donne un vin blanc sec, plutôt fruité,  avec des arômes de pamplemousse, de pomme et de citron. Il ne va pas sans rappeler le sauvignon blanc du type vin du sud-ouest. Il donne des vins qui se boivent plutôt jeune (2 – 3 ans). L’un des domaines les plus emblématiques au cœur de la région de Koshu est la maison Grace Wine créée en 1923 et actuellement dirigée par Ayana MISAWA. Elle exporte ses très jolis vins blancs dans plus de 20 pays, incluant la France.

 

Pour Hirotake OOKA : « il y a beaucoup de vignerons japonais qui travaillent très bien malgré les conditions climatiques qui sont bien moins favorables qu’en France ». Il est vrai qu’en dehors du climat peu favorable, le Japon s’illustre dans la production de vins bio dont les consommateurs sont très friands.  Un constat qui enthousiasme Hirotake OOKA : « Je souhaite qu’il y ait davantage de cépages locaux plus résistants à la maladie pour généraliser la production de vin bio. ».

 

LE BLANC DU MONT FUJI

 

LE KÔSHÛ, UN VIN EXQUIS

 

Vigne au Japon

Vin Koshu

 

Ce cépage s'épanouit dans cette zone montagneuse et le Fuji-san veille au grain. Il profite d'un bon ensoleillement tout au long de l'année. La vendange commence généralement au mois d'octobre voire début novembre.

L’image contient peut-être : ciel, montagne, plein air, nature et eau

 

Le vin blanc produit, aux arômes d'agrumes avec une pointe d'acidité, est délicat et très subtil en bouche. Il se marie très bien avec la cuisine japonaise comme les sushi, les tempura, le shabushabu ou encore les yakitori.

 

« Les vins japonais sont peu connus en France  et c’est en partie parce qu’il n’y pas de cahier des charges, pas de discours établi ou de législation rigoureuse en la matière. La majorité des moûts de raisins arrivent d’Amérique du sud et 80 % de la production est faite à partir de ces raisins d’importation. Il est donc important de bien distinguer les “vrais vins japonais’’  des “vins fermentés  au Japon’’ au moment de faire votre choix. »

 

Romain Simon chef sommelier du restaurant étoilé La Table de l’hôtel Clarance  à Lille ICI  

 

Kanpai !

 

Vignoble au coeur du Japon

Partager cet article
Repost0

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents