Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 septembre 2020 4 10 /09 /septembre /2020 06:00
C'est parti pour une nouvelle campagne de vendanges chez Alice et Olivier de Moor. Et ça pourrait être pire ! Une tarentelle pour commencer !

À genoux sur un prie-Dieu, je me bats la coulpe, me couvre la tête de cendres, je confesse, qu’encore gamin, à l’école d’agriculture de la Mothe-Achard, dans les vignes d’hybrides à numéros et cépages interdits, du frère Bécot, maintenant chers à Lilian Bauchet, je détestais vendanger. Passer mon temps de travaux pratiques, 3 heures chaque matinée, à couper des grappes avec un sécateur me paraissait une geste bien peu à la hauteur de mon futur métier de paysan que je n’embrasserai jamais.

 

Dans les vignes du pépé Louis, du même acabit pour les cépages, je préférais conduire Nénette, notre vieille jument, le tombereau plein de grappes de raisins. Ce que j’aimais au Bourg-Pailler, c’était le vieux pressoir monté sur des roues en fer qui, en la période de vendanges, était installé sur le trottoir du devant de la bâtisse. Un monument de bois circulaire, ses grosses poutrelles entassées autour de la vis sans fin, le cliquetis de la lourde presse actionnée par une longue tige en fer, enfin le jus blanc ou rouge qui s’écoulait mousseux dans la vasque de bois, la pompe à mains, le gros tuyau qui s’étalait jusqu’à la cave, les gros tonneaux juste méchés, et dire que ce vin naturel allait sombrer devenu piquette bientôt couvert de fleurettes. Ma fonction à la maison était d’aller emplir les litres en tournant la clé encastré tout en bas du tonneau.

 

J’ignorais que la mention « vendangé à la main » allait devenir une marque de résistance

 

Et puis, je suis entré dans le vin par la politique, mais ça c’est une autre histoire…

 

 

Ce matin, ce sont Alice et Olivier de Moor qui tiennent ma plume, du côté d’Olivier c’est aussi le pinceau.

 

Quelques petites nouvelles des vendanges. Après ce début et cette tarentelle, qui avait quelque chose d’une veillée d’armes. L’exercice de communication sur cet outil est de dire que tout va bien, et que si ça va mal c’est de la faute des autres ou bien que le ciel nous a maudit. Alors maudits les pinots noirs de mes amis qui ont fondus comme neige au soleil. Il y a de grosses questions à se poser.

 

Du côté de Chardonnays, on a eu de la chance. Même si la situation est hétérogène. Une petite photo des grappes millerandée des Monts de Milieu en est la preuve. Car depuis quelques temps nous travaillons deux premiers crus. Et je dois bien avouer que non seulement je ne pensais jamais en travailler, et qu’en plus cela ne provoquait aucun manque chez nous. Je me souviens encore des gens qui nous regardaient de haut de ce fait. Ils n’imaginaient pas comment cela pouvait nous stimuler que de se moquer de cette hiérarchie. Qui reposait sur quoi, et qui repose encore sur quoi ?

 

 

Bien entendu cela me renvoie à des notions de peinture, que j’utilise comme un exutoire. La lecture récente d’ « Histoires de peintures» de Daniel Arasse fourmille d’anecdotes et d’explications qu’on peut utiliser à propos pour éclairer ce monde du vin. Alors ici comment ne pas utiliser Chardin maitre de la nature morte méprisée et renvoyée à un rôle secondaire de décors. Et Daniel Arasse d’expliquer son travail d’historien de la peinture :

 

LIVRE/Folio réédite encore une fois "On n'y voit rien" de Daniel Arasse -  Bilan

 

« J’ai personnellement une très grande admiration pour les artistes, quel que soit leur médium et même s’ils ne sont pas très bons, parce qu’ils prennent des risques. Ils partent de rien pour en faire quelque chose. L’historien ou le critique, de son côté, part de quelque chose pour en faire autre chose, ce qui est très intéressant mais secondaire. Je pense toujours à cette phrase de Chardin que rapporte Diderot dans sa préface au Salon de 1765 ou 1767 : Chardin était responsable de l’accrochage des tableaux (titre très important qui lui donnait le pouvoir de mettre en avant ou de désavantager un tableau), il dit à Diderot, après lui avoir fait visiter le Salon : « Monsieur Diderot, de la douceur... », avant que celui-ci ne commence à descendre sauvagement les peintres... »

 

 

Cependant dans les « Mont de Milieu » tout se télescope, s’entrechoque. Je ne peux m’empêcher de penser ici à plus de mille ans de vigne, de couches successives de travail et d’interprétations de ce lieu. Depuis ces possibles moines de l’ordre de Saint-Martin qui venant de Tours auraient ramené avec eux la vigne. Fuyant la Loire qui portait Drakkars. L’ami Patrick Baudouin un rien taquin m’avait dit qu’ils avaient dû ramener du Chenin. Donc en quoi peut-on avoir un intérêt à se confronter à une telle histoire. On peut considérer que ...la messe est dite. Que nous ne sommes plus là que pour reproduire des gestes devenus perpétuels, une règle.

 

Vous le croyez vraiment ?

 

On se heurte alors à ce socle que l’on pourrait qualifier d’anthropologique, avec la petite liberté que l’on veut encore préserver comme une interprétation. En imaginant ce premier moine qui a peut-être planté de la vigne ici, ou juste à côté.

 

 Quelle idée le traversait ?

 

Avait-il une idée de la suite ?

 

Le vigneron ici doit-il encore se poser des questions de son individualité ?

 

Daniel Arasse me sauve une nouvelle fois :

 

Le Détail : Pour une histoire rapprochée de la peinture

 

« Il y a deux autres façons de cadrer le détail, bien qu’il échappe toujours. Je me sers de l’italien, qui souvent rend les choses très claires. Il y a d’abord le détail particolare particolare, le détail de quelque chose de représenté, un endroit particulier de la chose représentée. Par exemple la croûte dans un morceau de pain est un particolare. Il existe dans la tableau comme détail de la chose représentée. L’autre, c’est ce que l’italien appelle le dettaglio, « détail » en français, qui implique quelqu’un qui découpe, comme de la viande au détail, comme le boucher qui découpe au détail. Il en va de même pour un tableau. Tout spectateur détaille son tableau, il le découpe. Quand vous regardez un tableau ou une photo, vous avez certainement une vue d’ensemble, mais qu’est-ce que l’on voit quand on voit l’ensemble ? J’aimerais le savoir. On perçoit l’ensemble, mais quand on commence à regarder, l’œil va s’attacher à certains éléments. Il va non pas découper physiquement, mais isoler, mettre en relief, avec une zone de flou autour, des éléments qui sont des détails. Mais ce ne sont plus les mêmes que les premiers. Ce sont à présent les détails, produits par chaque regardeur ou regardant de tableaux. »

 

Alors plutôt du côté particolare Mont de Milieu avec ses raisins régulièrement millerandés, et du côté dettaglio une vigne travaillée grâce à Valérie  dont le sol est entretenu par le labour des chevaux de Cyrille Prestat, travaillée proprement en bio, vendangée à la main, et dont les jus sont maintenant en fûts et dans une amphore.

Partager cet article
Repost0
8 septembre 2020 2 08 /09 /septembre /2020 06:00
Qui se préoccupe de ce qui reste au fond du porte-monnaie des vignerons qui empruntent les chemins de traverse ?

Le porte-monnaie est une espèce en voie de disparition, le paiement sans contact est en train de tuer le cash. Fini la bigaille déjà mise à mal par les affreuses piécettes marronasses de l’euro, terminé les rouleaux de billets chers aux truands, maquereaux et autres noms d’oiseaux. Certains crient à l’instauration d’une société de surveillance où nous serons tous tracés, géolocalisés ; je me gondole grave ces idiots scotchés à leur smartphone le sont déjà.

 

Nos squales de la GD ont pourtant depuis des décennies inséré dans la tête des pousseurs de caddies le goût immodéré des petits prix fossoyeurs des producteurs. À quoi bon verser des larmes de crocodiles sur le triste sort des producteurs de lait réduits à fournir du minerai à Emmanuel Besnier.

 

Dans le petit monde du vin où l’on se gargarise au terroir, où l’on nous gonfle avec les équivalents Rafale, les tristes murailles de la GD sont peuplées de vins à petit prix. Les jajas de Pierre Castel, de Joseph Helfrich, du grand Gégé, sont les rois du rayon. Nous vivons dans l’illusion d’un petit peuple de vignerons, dit indépendants, vendant leurs petits flacons aux braves gaulois amateurs de la boisson nationale chère à Roland Barthes. Pourtant le litron 6 étoiles a disparu laissant la place à des flacons élégants qui se donnent l’illusion d’être des grands.

 

Mais, face aux Barbares, aux Attila des prix, se sont dressés les cavistes militants-résistants plutôt licheurs de ces putains de vins nu. Grâce à eux la Révolution vinaire allait revivifier nos campagnes rondupées, un avenir radieux se dessinait par eux.

 

Tel était le discours des grands défenseurs des vins nature.

 

Fort bien, mais voilà t’y pas que, pour se la jouer RVF ouvrière de la 25e heure des vins nu, ces nouveaux gourous nous gratifient d’un étrange discours tançant les vignerons qui ne suivent pas les chemins ordinaires de ne vendre pas trop cher.

 

Défense du consommateur me direz-vous, il faut que le glou reste accessible aux gens, au petit peuple des licheurs aux fins de mois difficiles. Discours hypocrite qui ramène la vigneron « vertueux » au rang de moine civil sacrifiant tout à leur satisfaction.

 

Désolé les mecs, vous êtes des petits cons !

 

Ce qui tombe dans le porte-monnaie du vigneron c’est le résultat d’une simple multiplication :

 

Prix de la cuvée départ cave x par le nombre de flacons

 

Le nombre de flacons de la cuvée étant fonction du rendement des vignes.

 

Il semble que ces Pharisiens aient oublié que les vignes naturistes ne pissent pas beaucoup de jus, les petits rendements sont inscrits dans l’ADN des vins nature, du moins les vrais.

 

Enfin, sans être des entrepreneurs forcenés, ces vignerons doivent, comme tous leurs collègues, compter sur des charges diverses et variées qui font maigrir puissamment leur porte-monnaie. Ce reliquat doit alimenter leur budget personnel et professionnel, et croyez-moi chers vendeurs de guides que, pour beaucoup, ça ne fait pas lerche.

 

Alors, merci de cesser de nous prendre la tête avec vos leçons de morale à deux balles !

 

Il suffit de surfer sur les réseaux sociaux pour constater que beaucoup d’entre vous n’êtes pas sur la paille.

 

Les petits prix, ou du moins ceux dont vous affirmez qu’ils sont raisonnables, sont les fossoyeurs de cette viticulture respectueuse de la nature et de votre palais.

 

Sans tomber dans les excès des GCC, il me semble normal qu’un vigneron, qu’une vigneronne, soit rémunéré de leurs efforts, qu’elle, qu’il, ajustent leurs prix à une notoriété difficilement gagnée, tout le reste n’est que mauvaise littérature pour révolutionnaires en peau de lapin.

 

Bonne journée à vous, je viens de me faire des amis sur Face de Bouc…

 

 

Partager cet article
Repost0
7 septembre 2020 1 07 /09 /septembre /2020 06:00

Attentat du Petit-Clamart contre le Général de Gaulle. Le 22 août 1962, un journaliste montre le point d'impact de la balle dont Madame de Gaulle faillit être victime.

Les 6 accusés du procès du Petit-Clamart en 1963. En haut: Alain de la Tocnaye, Bastien-Thiry , Pierre Magade. En bas: Jacques Prevost , Alphonse Constantin , Etienne Ducasse. ©Rue des Archives/AGIP Rue des Archives/©Rue des Archives/AGIP

Les 6 accusés du procès du Petit-Clamart en 1963. En haut: Alain de la Tocnaye, Bastien-Thiry , Pierre Magade. En bas: Jacques Prevost , Alphonse Constantin , Etienne Ducasse. ©Rue des Archives/AGIP Rue des Archives/©Rue des Archives/AGIP

Depuis que le dernier carré du grand parti gaulliste, du RPF au RPR en passant par l’UNR, l’UDR, puis l’UMP qui avait bouffé l’UDF, et enfin Les Républicains, sombre lentement mais sûrement comme le PS de Tonton qui lui n’a jamais changé de nom, sous l’étreinte du jeune Macron, de Gaulle est très tendance.

 

C’est à qui se poussera du col en se revendiquant gaulliste, parant le temps où le fondateur de la Ve sur les cendres chaudes de la IVe honnie, celle de ce pauvre René Coty, régna sur notre vieux pays. Même la fille du borgne essaie de capter l’héritage en allant faire une virée sur l’île de Sein. C’est la ruée sur le grand Charles, lui au moins était nickel-chrome à l’Elysée avec la tante Yvonne.

 

Lorsque le petit Fillon sombra sous le poids du job fictif de bobonne et de ses costars gratis de chez Arnys, une question fit florès : est-ce que de Gaulle aurait fait ça ? Sûrement pas mais les français qui ont la mémoire courte avaient oublié que Jacques Chirac fut condamné pour les emplois fictifs de la ville de Paris et que jusqu’à l’heure de sa mort il logea dans un appartement prêté par Rafik Hariri.

 

Laissons de côté ces problèmes d’intendance pour nous intéresser aux débuts chahutés du Général deux étoiles.

 

Tout commence le 8/1/61, le référendum sur l'autodétermination en Algérie, est approuvé par 75% des voix. Pour les partisans de l'Algérie française, c'est l'annonce de l'abandon de celle-ci.

 

Acheter le livre d'occasion 600 jours avec Salan et l'OAS sur livrenpoche.com

 

L'Organisation Armée Secrète pour la défense de l'Algérie française par tous les moyens est créée le 11/2/61.

 

Le 22/4/61 se déroule le putsch des généraux Salan, Challe, Jouhaud et Zeller, suivi par 200 officiers. L'attitude attentiste des officiers supérieurs et la loyauté de la majorité de l'armée en Métropole provoquent l'échec du pronunciamento et l'Armée rentre dans le rang.

 

Une partie des insurgés ; militaires, civils partisans de l'Algérie française, sympathisants d'extrême-droite, entre dans la lutte clandestine : attentats contre les pro de l'indépendance, contre-terrorisme FLN, terrorisme contre les Musulmans...

 

Une vague de violence meurtrière déferle en l'Algérie, en Métropole. Le général De Gaulle, principal artisan du référendum, est la cible de plusieurs tentatives d'attentat.

 

Le 22/8/63, le lieutenant-colonel Bastien-Thiry, officier de l'armée de l'air organise un guet-apens visant à assassiner le chef de l'Etat. Il entretient une haine profonde à l'égard de de Gaulle coupable de vouloir brader l'Algérie, d'avoir trahi l'Armée et la Nation.

 

Avec ses seconds, Georges Watin, ingénieur agricole et Alain Bougrenet de la Tocnaye, hobereau d'extrême-droite, Bastien-Thiry va monter le coup du Petit-Clamart. Une douzaine de tireurs sera postée sur la route du convoi présidentiel, aux abords du croisement du même nom, mais une série d'événements inattendus va faire capoter l'attentat. Seule une douzaine de balles sur les cent-cinquante va percer la voiture de de Gaulle, sans résultat.

 

Après cet échec, les responsables en fuite furent pour la plupart arrêtés. Le service action du SDECE qui a infiltré l'OAS a réussi à situer tous les membres importants impliqués dans l'affaire. Trois réseaux entiers en France furent démantelés, deux autres complots déjoués.

 

Chazenet, pur et dur de l'Algérie française affronte la sombre réalité. A court d'argent et la perte d'appui sur le plan national et international, la perte de ses membres et de son prestige, L'OAS s'écroule sous les assauts répétés des services secrets et de la police.

 

Exilé en Italie avec ses deux principaux lieutenants ; André Casson et René Monteclair ; Chazenet va monter un nouveau complot pour assassiner De Gaulle. Mais, tous les tueurs de l'OAS sont grillés.

 

Il va falloir prospecter à l'étranger pour recruter un professionnel, un inconnu spécialiste des crimes dans le milieu politique mondial. Les trois hommes en réunion vont plancher sur les dossiers de candidats potentiels. Ils vont se mettre d'accord sur un tueur à gages anglais dont le palmarès est édifiant. Son nom de code sera Chacal.

 

Le secret total étant de mise, c'est à lui d'organiser le coup : faire des repérages, connaître les habitudes du Président dans ses déplacements, se procurer l'arme adéquate, choisir la date et l'endroit de l'attentat. Tout cela pour la modeste somme de 250000 dollars.

           

Andreas50

 

 

La réponse à ma question titre est donnée dans la préface de Ken Follett

 

C’est un roman outrageusement original, au style unique : précis à l’extrême, trompeusement sec, capable de capter notre attention par la seule force de sa conviction. Un style qui a influencé tous les auteurs, moi inclus.

 

On a l’impression de lire un article de journal bien écrit.

 

Forsyth nous accroche littéralement, page après page : en nous donnant l’impression qu’un homme dans le secret des dieux nous raconte précisément comment un vrai assassin s’y prendrait pour accomplir la tâche presque impossible de tuer de Gaulle. Il nous intrigue, nous fascine.

 

L’édifice de Forsyth est aussi solide qu’une vieille église millénaire ; juste avant le milieu du roman, l’auteur nous sort la scène, essentielle à tout thriller bien construit, dans laquelle il nous rappelle à quel point les enjeux sont élevés :

 

Certains pays possédaient des institutions douées d’assez de stabilité pour survivre à la mort d’un président ou à l’abdication d’un roi, comme l’avait démontré la Grande-Bretagne vingt-huit ans plus tôt et comme le démontrerait l’Amérique, avant même que l’année fut achevée. Mais le ministre avait assez clairement conscience de l’état des institutions françaises en 1963 pour n’entretenir aucune illusion : la mort du Président ne pouvait être que le prologue d’un putsch et d’une guerre civile.

 

C’est le danger qui constitue l’essence même des thrillers. Bon, ce n’a rien de sorcier d’inventer une situation dangereuse. Le plus difficile, c’est de la faire durer, à coups de rebondissements, de surprises et d’échappées belles, pendant 400 pages ou davantage, tout en restant crédible. Chacal en fait près de 500, et le suspens ne cesse d’augmenter, page après page, chapitre après chapitre, jusqu’à sa conclusion. À seulement deux pages de la fin, le lecteur ne sait toujours pas comment l’intrigue va se résoudre. Et chacune de ses pages respire la crédibilité.

 

Thriller haletant, Chacal nous happe dès les premières pages. Le récit est passionnant, on n’en lâche pas la lecture et on le quitte à regret. Une œuvre magistrale et fascinante. A lire absolument, même si on n’est guère friand de roman policier.

 

En outre, je trouve l'atmosphère des années 60 remarquablement décrite : la lutte contre l'OAS bien sûr mais aussi toute cette "guéguerre" entre services dans une Vème République qui se cherche encore et qui vit sous l'ombre tutélaire du grand homme. Un vrai régal......

3 petits détails :

 

  • Si le Chacal ne put éliminer de Gaulle physiquement, Giscard le déplumé de Chamalières s’en chargea en 1969 en appelant à voter non au référendum du grand Charles.

 

Voyage en France du président de la République gabonaise Albert-Bernard Bongo du 6 au 10 juillet 1970. Arrivé, à l'Élysée, il est accueilli par Jacques Foccart, secrétaire général de l'Élysée aux Affaires africaines, le 6 juillet 1970.

 

  • Forsyth écrit que Jacques Foccart était secrétairegénéral de l’Elysée à l’époque, c’est inexact il n’était rien que le tout puissant prince des ténèbres qui, de 1960 à 1974, fut le « Monsieur Afrique » des présidents français tirant toutes les ficelles de la Françafrique. ICI

 

Illustration.

 

  • On croise aussi Alexandre Sanguinetti « Papa est mort en octobre 1980, soit un an après Robert [Boulin]. Et pendant un an, il a creusé la question et mené son enquête », affirme Laetitia Sanguinetti. C'est la fille de feu le ministre et député gaulliste Alexandre Sanguinetti, ami de la famille du ministre du Travail retrouvé mort dans un étang en octobre 1979. Elle détient les noms de "trois personnes qui pourraient être entendues comme témoin » …

Chacal (The Day of the Jackal) est un film franco-britannique réalisé par Fred Zinnemann, sorti en 1973 (sortie le 30 juillet 1973 aux États-Unis), tiré du roman de Frederick Forsyth.

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2020 7 06 /09 /septembre /2020 06:00

Tom Simpson pèse sur la mémoire du Tour de France comme une grosse ...

Moi, mais je suis souvent à la peine tel un sprinter gravissant le col de l’Aubisque, suant sang et eau, poumons en feu, mollets saturés d’acide lactique, au bord de l’abandon, de la honte de la voiture-balai, vaille que vaille j’arrive au sommet épuisé et je me laisse aller en roue libre dans la descente en me posant la question : qu’en as-tu retenu ?

 

Pour ne rien vous cacher, souvent pas grand-chose, dans l’aridité du langage savant, des références à foison, des citations multiples, mes pauvres neurones sont à la peine, je me déconnecte du texte, je m’égare et je me perds.

 

Sans prétention je ne suis pas plus con que la bonne moyenne, 18/20 en philo au bac philo en 1965 (ça notait dur en ce temps préhistorique du avant les 80% de bachelier), alors je suis en droit de me demander : qui lit la prose savante des intellectuels dans AOC ?

 

Et qu’on ne vienne pas me dire que je développe une allergie à l’égard des intellectuels, ce serait me faire un mauvais procès. Mon questionnement est pertinent : je suis et je reste persuadé que la fonction première des intellectuels, des sachants, est de faire progresser les « larges masses » comme le disait les petits frelons de la Gauche Prolétarienne. Aujourd’hui les gens selon le conducator Mélenchon, les Gilets Jaunes chers à l’académicienne de gauche Danielle Sallenave bien calée dans son canapé de son douillet appartement d’un bel arrondissement de Paris.

 

Pour ce faire encore faudrait-il que ceux-ci les lisent ?

 

Ce premier dimanche de septembre, quitte à me faire morigéner par Pax pour le pensum à son petit déjeuner, je propose à votre lecture un texte paru dans AOC, en lecture gratuite (j’ai droit à 3 numéros) « Coronarration » ou les paroles gelées.

 

Pour donner plus encore de poids à mes dires, Christian Salmon est pour moi une veille connaissance puisque j’ai lu son Storytelling éditions La Découverte.

 

Storytelling : La machine à fabriquer des histoires et à formater les esprits

 

7 novembre 2007

Le monsieur Jourdain du storytelling  ICI

 

Le monsieur Jourdain du storytelling : c'est un peu moi !

 

Depuis 2001, sans le savoir, je fabrique des histoires et on me lit. Rassurez-vous chers lecteurs, même si j'aperçois de mon balcon les hauts murs de l'hôpital Ste Anne, je ne suis pas encore atteint par un délire de prétention aiguë. Pour tout vous dire, je suis le premier étonné et pourtant, le premier symptôme de cet étrange manie, celle d'écrire, je l'ai constaté sitôt la publication de mon fichu rapport. L'ami Jean-Louis Piton, qui sait avoir la dent dure quand il le faut, me dit au téléphone : « Ton rapport il ne ressemble à rien de connu... » et moi de répondre, normal je l'ai écrit… « S’ensuivit un blanc au bout du fil - même si nous nous servions de portables - et moi d'enchaîner : « l'as-tu lu jusqu'au bout ? » la réponse fusait : « oui! » et de répondre : « c'était mon seul objectif, être lu ».

 

La suite ICI 

 

Christian Salmon.

Christian Salmon. Cecilia Garroni Parisi pour M Le magazine du Monde

 

Christian Salmon ÉCRIVAIN« Coronarration » ou les paroles gelées.

 

« Rien de rassurant dans ce qu’il a dit d’exact. Rien d’exact dans ce qu’il a dit de rassurant », résumait une journaliste à l’issue d’un discours de Trump en mars dernier. On ne saurait mieux exprimer le trouble qui s’est installé dans les discours officiels. L’épidémie de coranavirus n’est pas seulement une crise sanitaire, c’est une crise de narration. Face aux dénis des gouvernants, le coronavirus a imposé son histoire au monde.

 

« Comme tout ce qui devient a l’air malade », écrivait le poète Georges Trackl, mort en novembre 1914. Engagé dans un détachement sanitaire comme pharmacien militaire, il avait dû prendre en charge une centaine de blessés dans une grange et sans assistance médicale. À la suite des horreurs dont il venait d’être témoin, il avait tenté une première fois de mettre fin à ses jours, avant de mourir deux mois plus tard d’une overdose de cocaïne que les autorités médicales de l’hôpital militaire avaient classée en suicide.

 

À l’inverse de la rhétorique guerrière des gouvernants qui décrivent la crise sanitaire comme une guerre contre le virus, Georges Trakl décrivait la guerre comme une maladie contagieuse qui s’attaquait aux corps et aux esprits. Theodor Adorno avait fait de cette phrase sa « devise » comme il le confiait dans une lettre à son ami Max Horkheimer. La formule d’une décomposition de l’expérience. Dans Minima Moralia, réflexions sur la vie mutilée publié en 1945, il citait une autre phrase de Georg Trakl qui éclaire la première : « Dis-moi depuis quand nous sommes morts. »

 

Selon lui, les hommes ont permis à la mort de régner, en laissant s’appauvrir, et même s’avilir leur existence. « La vie s’est retirée » du monde. Adorno soulignait ce paradoxe selon lequel on « ne saurait accepter tels quels des concepts comme “sain” et “malade” ni même les concept de “rationnel” et d’“irrationnel” qui leur sont apparentés (…) lorsque c’est l’Universel dominant et les proportions qui sont les siennes qui sont malades », atteints de paranoïa et de « projection pathologique ». C’est à cet « Universel dominant » que nous avons affaire avec la pandémie du coronavirus. « Tout ce qui devient a l’air malade. »

 

Le dépeupleur

 

Le virus ne s’attaque pas seulement à l’organisme, aux fonctions du corps, mais au corps social qu’il désorganise, déstabilise, menace dans ses fonctions essentielles de protection, d’alerte, de secours et de coordination des activités. Mais plus encore aux fonctions du langage, à sa capacité à fluer l’expérience, à symboliser notre rapport au corps, au temps et à l’espace. Or, ce sont justement ces coordonnées de toute expérience humaine qui sont devenues problématiques.

 

Notre rapport au temps et à l’espace est comme suspendu dans le confinement pendant que le coronavirus, sautant allègrement les frontières, jouit sans entrave du nouvel espace-temps de la mondialisation. Notre propre corps est devenu un sujet à « caution ». Nous regardons nos mains et nous ne voyons plus en elles le prolongement de notre corps, la capacité qu’elles ont d’appréhender, de toucher, de saisir ou de caresser, mais un agent possible de contamination. Elles se sont retournées contre nous. Elles ne nous appartiennent plus. Nous sommes à leur service.

 

On ne doit plus rien toucher, pas même son propre visage, nous avertissent les inspecteurs du confinement. Sortir de chez soi est une opération de funambulisme où le toucher prohibé peut nous mettre en danger. Rien de ce qui l’a été ne peut être re-touché. Une sorte de vertige du tactile se déploie là. Vertige du sensible. Car tous nos sens ont perdu leur évidence, leur familiarité ; ils sont en alerte, montent la garde contre l’intrusion du virus.

 

Nos gestes devenus barrières, nous sommes emmurés dans notre moi, gagnés par la contamination, devenus étrangers à nous-mêmes. Nous ne les reconnaissons plus. Tous nos sens sont comme débranchés, réinitialisés. Il ne leur reste que leur porosité au mal. Nous devons penser à eux, les surveiller. Ils sont les vigiles de notre fragilité. L’un des symptômes de la maladie n’est-il pas la perte du goût et de l’odorat ?

 

Et nous redécouvrons les textes de Kafka et de Beckett qui ont donné forme à cette expérience de privation sensorielle. Gregor Samsa, c’est chacun d’entre nous dans son confinement. Comme les doubles de Beckett, enlisés à mi-corps, ou attendant Corona ou assignés dans ce séjour « où des corps vont cherchant chacun son dépeupleur. Assez vaste pour permettre de chercher en vain. Assez restreint pour que toute fuite soit vaine. »

 

L’épidémie suspend l’usage des sens et des plaisirs, le toucher, l’odorat, le goût, mais aussi l’écoute et la parole. Elle met aux arrêts non seulement les individus, confinés dans leur espace privé, mais la possibilité même d’une expérience communicable. Elle interdit toute rencontre avec l’Autre. Arrêt d’expérience qui consacre l’impossibilité du dialogue et du récit. L’épidémie redouble la destruction des vies par l’impossibilité de les raconter, comme si elle faisait disparaître les témoins. Une situation que les Grecs nommaient « anekdiegesis », absence et impossibilité du récit.

 

D’où l’appel ambigu des médias aux écrivains plutôt qu’aux épidémiologistes, à la poésie plutôt qu’à la science, pour recharger la parole publique dévaluée. Un pharmacon des cœurs et des esprits. La demande de ré-ouvrir les librairies, aussi légitime soit-elle, procède de cette même inquiétude, comme si on allait y trouver un remède miracle à la maladie des mots, un vaccin secret contre le délitement du langage. Convoquer la littérature comme une digue capable de contenir la débâcle des mots. Une Ligne Maginot de l’Imaginaire.

 

Cela procède d’une illusion naïve comme le prouvent la réponse maladroite des écrivains qui ont accepté la commande de plusieurs médias de tenir le journal de leur confinement. Après tout, les Américains ont bien érotisé la guerre avec l’image de la pin-up pendant la deuxième guerre mondiale. Pourquoi ne pas romantiser le confinement ? Cela revient à tirer des traits sur la crise du récit. Une création littéraire sans contrepartie qui loin de remédier à l’inflation des discours, l’aggrave et en paye le prix. Au vu des réactions sur les réseaux sociaux, c’est le crédit de ces écrivains « embedded » qui en a souffert. Car de même que l’inflation monétaire ruine la confiance dans la monnaie, l’inflation de récits ruine la crédibilité du narrateur. Cela vaut pour tous les narrateurs « officiels », hommes politiques, journalistes, experts, communiquant, que l’on voit errer, titubant dans le brouillard de la pandémie.

 

Brouillard de guerre

 

Le théoricien de la guerre Carl von Clauzevitz a forgé l’expression « brouillard de guerre » pour désigner le climat d’incertitudes qui prévaut pendant les guerres. Il est possible que ce soit la seule chose à emprunter à la rhétorique guerrière qui fait florès en ce moment face à la crise du coronavirus. « Ce que nous vivons actuellement, c’est le brouillard d’une pandémie », écrit Derek Thompson, le chroniqueur médias de The Atlantic constatant la fragilité des statistiques relatives à l’épidémie.

 

Les taux d’infection, de létalité, les courbes de progression, les données économiques constituent un épais brouillard traversé par les discours des gouvernements. On sent bien qu’après avoir retardé au maximum le confinement de leur population, les responsables politiques s’apprêtent, en dépit de l’avis des experts en santé publique, à l’écourter afin d’anticiper la reprise normale de l’activité économique. Loin de spéculer sur une Blitzkrieg planétaire qui permettrait d’envisager des lendemains écologiques plus responsables sinon radieux, il se pourrait bien que faute d’être combattue à temps, l’épidémie du coronavirus s’installe parmi nous, dans la durée, en une série de répliques aux conséquences sociales, économiques et politiques imprévisibles.

 

Donald Trump, dont la réélection en dépend, est sans doute le plus pressé d’enjamber l’épisode de l’épidémie. Mais tout porte à croire que la survie des gouvernants, indexée à une telle politique du chiffre, se fera aux dépens d’une réponse sanitaire crédible. Car la progression de l’épidémie du coronavirus ne se mesure pas seulement à la progression du nombre des contaminés et des décès dans le monde, elle se traduit par un mal moins repérable à l’œil nu et tout aussi contagieux : c’est le soupçon qui mine toutes les formes de discours autorisés. On le voit se répandre plus vite encore que le virus.

 

Au lendemain de son discours du 12 mars, qui amorçait une prise de conscience de la gravité du mal, une journaliste du Washington Post l’exprimait dans une formule lapidaire : « Rien de rassurant dans ce qu’il a dit d’exact. Rien d’exact dans ce qu’il a dit de rassurant ». Une formule qui mériterait de passer à la postérité comme le slogan de cette pandémie. On ne saurait mieux exprimer en effet le hiatus qui s’est installé dans les discours officiels, entre ce qui est exact et ce qui est rassurant, entre le domaine des énoncés vrais ou vraisemblables et celui des énoncés rassurants mais trompeurs. L’épidémie de coranavirus n’est pas seulement une crise sanitaire, c’est une crise de narration. Face aux dénis des gouvernants, le coronavirus a imposé son histoire au monde. Celle des autorités bat de l’aile. Plus personne ne la croit.

 

« Le Titanic avait un problème d’iceberg. Pas un problème de communication »

 

Aucune autorité légitime n’est épargnée, ni les gouvernements ni les institutions en charge de la santé publique, ni les épidémiologistes qui ne sont pas d’accord entre eux, ni les experts médiatiques qui spéculent sur l’évolution de la pandémie comme des commentateurs boursiers sur le cours du Down Jones. Toutes les sources d’énonciation sont aujourd’hui viciées, ce qui ne les empêche évidemment pas de proliférer. Plus les discours du pouvoir se multiplient, plus ils apparaissent ambigus, contradictoires.

 

À chaque moment de la crise, ils se sont contredits, retournés, et à chaque retournement, ils ont payés le prix en discrédit. Le décrochage des récits officiels par rapport à l’expérience réelle des hommes a ruiné, de crise en crise, la crédibilité de leurs récits. La fausse monnaie des mensonges et des rumeurs se répand, chassant la bonne. La confiance dans la valeur référentielle du langage s’affaiblit en même temps que s’estompe le partage du vrai et du faux, de la réalité et de la fiction.

 

Ainsi a-t-on vu ces dernières semaines le gouvernement français en perte de légitimité chercher à s’accréditer en instituant une commission d’experts, déclarer la guerre au coronavirus, et saluer « les héros en blouse blanche ». Les médias en première ligne dans la bataille de l’audience, cherchent à asseoir leur crédibilité en chute libre en faisant appel à des médecins de télé-réalité aux diagnostics aussi volatiles que leur réputation, toutes sortes d’agitateurs surfant sur le désarroi collectif, experts aux créances douteuses, discoureurs en tous genres, épidémiologistes improvisés, prospectivistes spéculant sur de simples fonctions linéaires et statisticiens construisant des projections sur des ratios à deux balles et trois variables.

 

Les héros en première ligne. Les caissières à l’arrière, en cantinières, pour ravitailler le front des immobilisés. Une crise sanitaire n’est pas une guerre mais la rhétorique belliciste permet de masquer l’impréparation du pouvoir, les services publics de santé désarmés, les personnels épuisés et les équipements défaillants. On les réarme en les appelant héros. On est prêt même à leur donner une prime de risque ou une médaille en cas de décès. On s’agite. On monte des représentations théâtrales sur le font de l’Est pour ceux qui n’auraient pas compris qu’on est en guerre. On convoquerait bien les taxis de la Marne. On affiche une responsabilité théâtrale et un volontarisme impuissant. C’est peut-être le seul rôle qui revient à ce chef d’État, confiné dans le grand théâtre de l’ingouvernable lorsque que gouverner, ce n’est plus prévoir mais gérer l’imprévisible.

 

« Emmanuel Macron n’a pas le choix. Dans une période comme celle que nous vivons, le président doit se déplacer, aller sur le terrain, comme les généraux vont sur le front », affirme Gaspard Gantzer, ancien responsable de la communication sous François Hollande, dans un article du Monde. « Nous sommes en guerre », a répété à six reprises Emmanuel Macron lors de son allocution télévisée du 16 mars, évoquant un « ennemi (…) invisible, insaisissable » contre lequel il faut sonner « la mobilisation générale ».

 

« Cela donne un sentiment de fébrilité, que le pouvoir cherche à s’abriter derrière les scientifiques. C’est une ligne Maginot illusoire », tance un conseiller de l’ombre. « La plus grosse difficulté est ce paradoxe à gérer : il faut faire peur pour que les gens se confinent, mais aussi rassurer pour qu’ils gardent le moral. Cela n’a rien d’évident sur le long terme », reconnaît M. Gantzer qui a une solution à proposer : « Pour donner le moral aux Français, on pourrait imaginer que la patrouille de France passe au-dessus de l’Arc de triomphe comme la patrouille italienne est passée au-dessus de la Péninsule au son de Pavarotti. »

 

Paul Begala, l’un des architectes de la victoire de Bill Clinton, qui s’exprimait sur CNN à propos de la gestion de la pandémie par Donald Trump disait : « Le Titanic avait un problème d’iceberg. Pas un problème de communication ».

 

Poker menteur

 

Dans cette poussée hyperbolique de métaphores guerrières qui donne l’impression que l’on court après les projections affolantes de contamination, la rhétorique est inopérante. C’est la métaphore des jeux vidéos qui devrait nous servir de grille d’interprétation ou la syntaxe imagée du jeu de poker. Donald Trump n’a-t-il pas affirmé que l’hydroxychloroquine n’est pas le « game changer » du coronavirus ? Les discours des pouvoirs se retournent comme des cartes sur un tapis de poker. Ici on mise, on minimise. On relance. On se couche ou se défausse. On joue littéralement « in the black » lorsqu’on ne dispose pas de toute l’information. On table sur le Meta-game, c’est-à-dire ce qui ne fait pas partie du jeu au sens propre, comme par exemple la psychologie des joueurs, le langage gestuel etc.

 

L’essentiel ce n’est plus de résoudre un problème de santé publique mais d’avancer dans la partie, de rester dans le jeu. On parie, on spécule à propos des retombées de la pandémie sur l’activité économique ou sur la soutenabilité du système de soins. Combien de morts pour un point de croissance ? Combien de jours pour arrondir la courbe de prédiction de la pandémie? Quelle efficacité des gestes barrière et de la distanciation ? Que dit la Bourse de Milan ? Hypothèse avec masque ou sans masque. À chaque jour suffit sa crise. À chaque pic son récit, son coup de théâtre, et à chaque retournement narratif son coût en discrédit du narrateur. « On n’a pas le choix », dit le président en rebattant les cartes. Que faire d’autre ?

 

« L’histoire mondiale enfermée dans les chambres »

 

Ce discrédit n’est pas nouveau, mais il s’aggrave depuis une vingtaine d’années. Tchernobyl en fut la première manifestation 1986, mais c’est en 2001 que le discrédit a atteint des proportions maximales avec l’attentat contre le World Trade Center. Il s’est approfondi en 2008 avec la crise des subprimes, il culmine aujourd’hui avec la pandémie du coronavirus. Trois pics successifs d’un même discrédit. L’attentat contre le WTC ne s’attaquait pas seulement à des tours et à des symboles de la puissance, mais à la possibilité d’en rendre compte par un récit. Il visait à désarticuler toute possibilité de récit crédible.

 

Les avions n’apportaient pas un message politique ou idéologique, ils mettaient en cause la capacité américaine, voire occidentale, à ériger et imposer un ordre narratif du monde. Une épiphanie à l’envers. L’attentat n’apportait pas la connaissance, mais l’ignorance. Il ne révélait pas un sens caché jusque-là, mais la dislocation de tout sens et de tout récit. Tout ce qui nous arrive depuis le 11 septembre, terroriste, catastrophes écologiques, crash financier, nous lance un même défi narratif.

 

Le 11 septembre était circonscrit dans le temps, dans l’espace et dans son ampleur. Cela s’est passé à New-York, cela a duré quelques heures et 3 000 personnes sont mortes. Le bilan de la pandémie est incommensurable : il réalise un 11 septembre tous les trois jours. La pandémie n’est pas circonscrite dans le temps et dans l’espace. Elle progresse partout en même temps. Elle n’a pas d’auteur identifié. Nous n’avons aucun Ben Laden sous la main pour nous soulager et lui imputer le crime. Nous pouvons bien nous déclarer en guerre, mais l’ennemi est invisible et le champ de bataille s’étend jusque dans nos chambres. C’est un événement sans auteur, sans raison, sans limite dans le temps et dans l’espace. Et qui nous attend au coin de la rue.

 

Le 11 septembre, on pouvait se déclarer Américains ou New-yorkais, mais on vivait la tragédie à distance en spectateurs, comme on vit les guerres et les catastrophes. Mais cette fois, la menace peut nous tomber dessus comme un drone. Nous voici mondialement confinés, acteurs et victimes, ensemble et séparés, dans cette situation dont Kafka avait eu l’intuition géniale lorsqu’il écrivit dans son journal : « L’histoire mondiale enfermée dans les chambres ».

 

Plutôt que l’homme aliéné, réifié par la consommation, nous avons affaire à un homme dépeuplé, non plus seulement isolé, plongé dans la solitude des villes modernes, mais désolé, un homme sans recours narratif, privé de récit. « L’une des principales caractéristiques des masses modernes, écrivait Arendt, c’est qu’elles ne croient plus à rien de visible, à la réalité de leur propre expérience ; elles ne font conscience ni à leurs yeux ni à leurs oreilles,»

 

Nous sommes ces masses hallucinées. Que l’on évoque l’ampleur des catastrophes écologiques, des accidents nucléaires ou des attentats terroristes, les hommes d’aujourd’hui sont sans défense, ni repères. L’Apocalypse, c’était encore un récit. Avec Tchernobyl s’ouvre l’ère des catastrophes sans récits. Stupeur. Incrédulité. Les témoignages recueillis par Svetlana Alexievitch auprès des témoins de la catastrophe ne parlent que de cela. L’impossibilité d’intégrer l’accident de la centrale dans une continuité narrative, dans un récit.

 

De même, ce qui s’est brisé à Manhattan le 11 septembre 2001, c’est l’effondrement d’une forme de crédibilité, d’autorité sur le récit. Jamais un événement d’une telle ampleur n’avait suscité autant de fausses informations, de rumeurs démenties, d’allégations fantaisistes… bref d’incrédulité. Peut-être faut-il simplement prendre la mesure de cette opacité, de cette illisibilité. Non pas seulement comme une insuffisance, une lacune, un manque d’informations ou un retard de l’information sur l’événement, mais comme le seul véritable événement.

 

Les paroles gelées de Pantagruel

 

L’épidémie n’est ni un révélateur ni un accusateur. Elle ne nous apprend rien. Elle ne révèle rien ni n’accuse personne. Le covid-19 est un virus incapacitant qui désoriente les sujets, et aggrave et exacerbe tous les maux de cette société, et affaiblit notre capacité à les nommer et à les analyser. Cette crise du langage et du récit que l’on pourrait appeler « crise de coronarration » se manifeste comme le virus sous des formes bénignes ou aiguës, parfois même asymptomatiques, c’est-à-dire silencieuse ou se traduit par des poussées de fièvre dans le langage.

 

Elle provoque des collisions d’oxymores ou crée des métaphores qui ont la forme de lapsus, des dénégations qui ne trompent personnes et des actes de langage qui échouent piteusement à la tribune des parlements. Des carrières prometteuses s’effondrent dans un krach de crédibilité, et tous les porteurs de paroles se révèlent des narrateurs peu fiables. Car l’épidémie ne s’attaque pas seulement aux narrateurs, elle s’en prend aux mots directement, elle les liquéfie sous la pression ou les fige comme les paroles gelées de Rabelais que la rigueur de la crise a transformés en glaçons, visibles mais inaudibles, des « dragées, perlées de diverses couleurs » qui recèlent des musiques invisibles, des significations congelées…

 

« Nous y vîmes des mots de gueule, écrit Rabelais, des mots d’azur, des mots de sable, des mots dorés, lesquels, quelque peu échauffés entre nos mains, fondaient comme neige… des paroles piquantes, des paroles sanglantes proférées par une gorge coupée, des paroles horribles et autres déplaisantes à voir. D’autres en dégelant rendaient des sons comme tambours, clairons ou trompettes. Nous entendîmes miaulements qui étaient comme langage humain. »

 

Martin Hirsch miaula, en tant que directeur général de l’AP-HP ; il ne pouvait rester à l’écart de cette mobilisation verbale. « Je prends une seconde pour un appel aux dictionnaires, aux linguistes, aux sémiologues. On a besoin pour qualifier ce qui se passe chez les soignants de nouveaux mots à homologuer en urgence du genre : extraordinaireté, formidablitude couragissime, etc. ». Pantagruel n’aurait pas dit mieux.

Partager cet article
Repost0
4 septembre 2020 5 04 /09 /septembre /2020 06:00
Sur la commune libre Le Racou pour cette fine gueule d’Axelroud déniché Menje Ecaille…

Pax à l’envi écrit « je l’aurai, je l’aurai… »

 

Est-ce possible ?

 

Je dois à la vérité d’avouer que cette découverte n’est pas de mon cru mais, c’est clair, porte une marque maintenant bien connu de lui.

 

Les bords de plages sont des repaires de boui-boui pour bronzés et leurs nichées, grosses moules dites marinières, cornets de frites grasses, poissons tristes, glaces magnum et liquides locaux peu ragoûtants.

 

Propos de bobo trop gâté m’objectera-t-on, sauf à constater que ça n’empêche en rien les tambouilleurs de bord de mer de corser les additions.

 

Et pour vous prouver le contraire allez donc becqueter à Menje Ecaille !

 

 

Ça plaît aux gars du Fooding

 

« Mitonnant les prises des pêcheurs d’Argelès et les légumes bio d’Alex Baron à Latour-Bas-Elne ou de Simon Redondo à Céret, la cambuse bric-à-braquée (mur graffé, objets chinés, chaises dépareillées) du slow-foodiste Renaud Caspar tient le bon cap. A l’ardoise, ce soir-là : maquereau du Racou, pommes à l’huile ; miraculeuses gambas rouges grillées d’El Port de la Selva ; musculeux tentacule de poulpe, fenouil et radis glaçons ; admirable sar tambour, simplement snacké, avec blettes, pignons et chèvre râpé sourcé chez Muriel au Boulou ; agneau confit à l’artichaut pour rompre la marée ; avant une ganache ultra-gourmande au chocolat bio. P.L.

 

POUR LA SOIF ? Que du propre : côte-vermeille blanc Organe I Co de Joachim Roque (6 € le verre), grenache noir roussillonnais de Michaël Georget (33 € la bouteille), rouge audois Pif Not Dead d’Alban Michel (22 €)… Ou encore, bière artisanale La Boc (5 € les 50 cl).

 

LES PRIX : Carte 31-51 €, menu enfants 9 €.  

Menje e Caille - Les Criques de Porteils

Ça déplaît au ramenard-type Tripadvisor  ICI 

 

Moi je m’en fous, j’ai excellemment mangé et bien bu, merci petit Jésus !

 

Les chiens aboient la caravane passe…

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
3 septembre 2020 4 03 /09 /septembre /2020 06:00

117239338_157450655983225_637697097683218662_o

Je ne vais pas vous bassiner avec les souvenirs de ma mission « il faut sauver le soldat Vin Doux Naturels, », juste avant la fin du précédent siècle, mais vous dire ma peine 20 ans après, le choc de l’abandon d’un superbe vignoble m’a serré le cœur. N’étant ni juge, ni procureur, je ne dresserai pas un quelconque acte d’accusation même s’il y a beaucoup à écrire sur l’aveuglement et la surdité des responsables viticoles de cette époque.

 

«C’est au sein de ce berceau, le plus méridional de France continentale, là où le massif des Albères déferle sur la Méditerranée, où la mémoire rencontre l’horizon, que l’Homme, depuis plus de 2500 ans, travaille la vigne. Entre terre et mer, le vignoble de la Côte Vermeille ne trouve pas de semblable

 

117311396_157046349356989_6537902352102042119_n

 

Reconquesta est un projet singulier de développement territorial du vignoble de la Côte Vermeille. Il est mené par les vignerons du cru Banyuls Collioure. Il est né de la volonté partagée de protéger et de développer un patrimoine commun, un trésor offert par la nature. Alain Pottier est l’un des co-présidents de l’association à l’origine du projet.

 

La suite ICI 

Partager cet article
Repost0
2 septembre 2020 3 02 /09 /septembre /2020 06:00

 

Pax va me dire que c’est du réchauffé mais comme je crèche à quelques kilomètres de Sarrola-Carcopino qui domine la plaine de Péri, et que j’écris cette chronique le dernier jour d’août sur ma terrasse de Tiuccia, Twitter me rappelle que le 30 août 1979 mourait Jean Seberg.

 

Elle avait 40 ans.

 

@ArianeChemin a reconstitué le puzzle de son "Mariage en douce" avec Romain Gary.

 

A relire, par @GregLemenager

 

Les stars, parfois, se cachent pour s'épouser. Le 16 octobre 1963, Romain Gary et Jean Seberg ont pris le maquis pour se dire oui, dans un petit village corse. La noce, celle de la Russie et de l'Amérique, de la littérature à moustaches brunes et du cinéma à tête blonde, du gaullisme et de la lutte pour les droits civiques, aurait dû faire le bonheur des paparazzis. Elle n'a fait le bonheur de personne.

 

Sur la photo, le prix Goncourt 1956 a son air de sphinx slave, et l'héroïne d’«A bout de souffle» esquisse «un sourire forcé». Autour d'eux, quatre personnes, dont le secrétaire de mairie et un général.

 

Que faisaient-ils là ?

 

Un demi-siècle plus tard, Ariane Chemin a retrouvé, dans le dancing d'un hameau, l'ultime témoin de ce « mariage secret-défense» organisé «sous le haut patronage des services secrets français».

 

Elle a surtout su reconstituer, de sa plume fine et suggestive, le puzzle d'une love story clandestine qui devait finir en tragédie publique, avec la mort toujours bouleversante de Jean Seberg, retrouvée dans sa R5 avec « plus de huit grammes d'alcool dans le sang», et le suicide, resté énigmatique, du ténébreux romancier des «Racines du ciel».

 

Grégoire Leménager

 

Mariage en douce, par Ariane Chemin,

Editions des Equateurs, 160 p., 15 euros.

Rééd. Points, 158 p., 6,20 euros.

 

Paru dans "L'OBS" du 23 juin 2016.

 

Retour sur images :

 

17 septembre 2017

 

 

 

À propos du Mariage en douce de Romain et de Jean « J’ai été plus discret qu’une urne puisque j’ai tenu 5 jours ! » Natale Sarrola maire de Sarrola-Carcopino.

 

« Depuis À bout de souffle, deux ans plus tôt, l’actrice a laissé pousser ses cheveux. Dommage, cette coupe garçonne, c’était tellement elle. »

 

 

«Le « Vieux » demeure le dieu du panthéon intime du diplomate-écrivain, la seule autorité qu’il a respectée toute sa vie avec sa mère, général à sa manière.»

 

 « Le ballet à Campo dell’Oro le prouve : la République tout entière s’est mise à la disposition du compagnon de la Libération. Les noces se déroulent sous le haut patronage des services secrets français, qui ont déployé un de leurs meilleurs agents, avion, voitures et protection. Sur la piste de l’aéroport, le comité d’accueil des futurs mariés a des mines d’agents secrets préparant un putsch ou un coup d’État. »

 

 « Pas de bouquet ? » interroge Jean l’air mutin…

 

« Pas d’orchidée pour miss Seberg, pas de champagne, ni de flonflons. »

 

Toute la chronique ICI 

 

 

 

Jean Seberg en 20 clichés vintage ICI
 

À l'occasion de la rediffusion du film culte "À bout de souffle" de Jean-Luc Godard sur Arte, retour sur les plus beaux clichés de Jean Seberg, icône de la Nouvelle Vague.

Partager cet article
Repost0
1 septembre 2020 2 01 /09 /septembre /2020 06:00
Mon meilleur dîner depuis des lustres : La Mercerie 9, cours Saint-Louis, Marseille (Ier) m’a fait chavirer, extase, épectase…

Arrivé tôt en OUIGO, pour une petite poignée d’euros, 19, en attendant l’embarquement le lendemain sur A Nepita le ferry de Corsica Línea, j’ai une belle et chaude journée à tirer à Marseille.  

 

Mon hôtel est à deux pas et de la gare maritime et de l’arrêt Joliette de la ligne du tramway ; j’emprunte celui-ci jusqu’à l’intersection Canebière-Capucins.

 

Image illustrative de l’article Tramway de Marseille

 

Il fait très chaud, le masque est obligatoire dans les rues de Marseille, tout autour du Vieux Port que des usines à bouffe, je dégotte le bar de la Marine qui est resté dans son jus et qui propose un plat de supions acceptable et un verre de rosé lamentable.

 

 

Je fais une sieste à l’hôtel.

 

Vers 17 h je ressors, prends une bière locale en terrasse.

 

 

Je baguenaude.

 

Trouve une librairie que je pille, rien que des petits livres.

 

 

Et puis, je tombe sur la MERCERIE, je zieute derrière la vitre, une équipe s’affaire, que faire ? J’essaie la réservation électronique qui me dit niet. Je téléphone, personne ne décroche. J’ai vraiment envie de dîner à la Mercerie, les ondes sont bonnes. J’hésite à signaler ma présence. Je m’en ouvre à un jeune livreur qui gentiment me répond « poussez la porte et demandez-leur ! » Ce que je fis.

 

 

Fort bien accueilli par celui qui se révélera le boss Harry Cummins, il me demande de laisser mon numéro de téléphone, on me rappellera pour confirmer.  Je le remercie en ajoutant que je suis prêt à n’occuper qu’un strapontin. Il sourit.

 

Une heure plus tard, mon grelot grelotte et une voix féminine sympathique avec une pointe d’accent non marseillais, me confirme qu’on m’accueillera avec plaisir à 19 heures.

 

Je suis aux anges.

 

 

À 19 heures pétantes, après avoir acheté un bob blanc à la chapellerie proche ( genre PAX), je pointe le bout de mon nez enfariné (french connexion, je plaisante). Je suis bien inscrit sur le grand cahier, on me propose le choix entre l’extérieur et l’intérieur et, bien sûr, je choisi d’être aux premières loges pour observer le bal des artistes, c’est-à-dire au bout du bar en châtaignier.

 

Ils sont 3 en préparation, c’est un régal de les voir œuvrer, gestes précis, chacun sa tâche, mes papilles sont en éveil.

 

À la Mercerie c’est menu unique donc je tente de deviner les plats qui se préparent.

 

 

J’ai décidé de m’offrir une belle quille de vin nu alors je me plonge dans la lecture de la carte, privé de ma conseillère favorite, suis bien en peine pour choisir. Alors je fais appel à la sommelière qui, avec compétence et gentillesse me tire les vers du nez. Je lui dit que je veux un blanc droit.

 

Je me range à son conseil qui s’avérera judicieux, comme quoi je ne suis pas encore un vieux ronchon blasé.

 

 

Que la fête commence, l’équipe vient d’entamer la préparation du premier plat, je suis aux premières loges et j'apprécie la gestuelle rythmée des 3 larrons souriants.

 

Je me tais, place aux photos.

 

Mais avant tout de même je laisse à la parole à l’immense François-Régis Gaudry que je viens de consulter sur le woueb :

 

Passementerie&mercerie, exit 2 vieilles rombières acariâtres place à 1 ex-fine lame de Frenchie François-Régis Gaudry, l’idole du sémillant Paul, adore La MERCERIE

 

La Mercerie, quelle étoffe ! ICI 

 

Buzz d'enfer à Marseille : un nouveau bistrot gastronomique réveille le quartier Noailles.

 

A Noailles, la Mercerie Cat, c'était un peu Arsenic et vieilles dentelles. Deux rombières acariâtres dans un magasin de passementerie acariâtres dans un magasin de passementerie, capables de se mettre en boule pour une pelote de laine... Autant dire que les voisins n'ont pas vraiment sorti les mouchoirs quand elles ont baissé le rideau. Ils cultivaient même l'espoir de voir se tramer à la place une adresse déboutonnée du col, sans frou-frou ni chichi. Bingo ! Julia Sammut, la tenancière solaire de l'épicerie-cave-table d'hôte L'Idéal, a mis sur le coup l'un des gangs les mieux armés de la restauration : la sommelière québécoise Laura Vidal, le cuisinier anglais Harry Cummins et la gestionnaire canadienne Julia ­Mitton.

 

La suite ICI

 

Et pour faire bonne mesure un petit coup de Fooding :

 

Après avoir parcouru le monde (Japon, Canada, Vietnam, USA, Maroc…), le trio d’agit’popote canado-britannique du Paris Popup s’est finalement posé à Marseille en 2018 ! Dans une ancienne mercerie du popu quartier Noailles (murs à vif, comptoir en châtaignier, chaises vintage en treillis blanc), l’entrepreneuse Julia Mitton, la sommelière Laura Vidal et le chef Harry Cummins (ex-Frenchie à Paris), aidés d’une armée de tabliers rayés, ambiancent parfaitement vos assiettes. Ce jour-là, dans le sensass menu déj’ à 29 balles : foudroyante tombée d’oignons nouveaux au lait parfumé à l’anguille ; démentiels gnocchis lovés dans un ragoût de lapin aux petits pois ; avant un cajolant riz au lait infusé aux feuilles de figuier avec des fraises, le tout coiffé d’une superbe glace au fromage blanc. Le soir, c’est surprise du chef en cinq services avec, par exemple : tourteau au fenouil avec jus de persil, zesté de main-de-bouddha ; courge spaghetti, beurre à la poutargue et jaune d’œuf ; magret au céleri-rave, truffe d’automne et lactaires ; courge confite avec sorbet au tamarin… A.H.

 

 

 

 

 

 

 

Manger seul au restaurant n'est pas vraiment ma tasse de thé, j'aime choisir les plats et les vins qui vont avec sous un œil complice, nous sommes presque toujours raccord elle et moi, nous aimons partager nos plats, j'adore chercher son assentiment, l'entendre me dire « ça c’est vraiment un vin pour toi… » et puis échanger sur tout et rien.

 

À la Mercerie j'ai retrouvé le plaisir de manger, comme je le faisais à Table lorsque le chef était aimable, face à ceux qui font, et seul, comme au bar chez Giovanni Passerini, j’ai n’ai pas vu le temps passer. Sans verser dans les superlatifs, ce fut une soirée mémorable où tout ce qui fait le charme d’un restaurant était assemblé, de beaux produits locaux travaillés et assemblés avec inventivité, sans chichis ni flatteries, des saveurs, des odeurs, une forme de raffinement, d’élégance discrète, oui j’ai exulté, bien bu, la satiété joyeuse et légère.

 

Grand Merci à vous tous gens de La Mercerie, je reviendrai bientôt, pas seul j’espère… 

La Mercerie Marseille Un néobistrot bouillonnant à Marseille Voyage À Paris, Salle De Conférence, Aménagement Intérieur, France, Meuble, Décoration Intérieure

Petite notule pour égayer PAX 

 Jean Daniélou (à gauche) en 1962. Celui qui a été ordonné  cardinal en 1969 était aussi un théologien renommé et membre de l’Académie française.  

Jean Daniélou (à gauche) en 1962. Celui qui a été ordonné cardinal en 1969 était aussi un théologien renommé et membre de l’Académie française.  100 % Keystone

Épectase et extase : 

Jean Daniélou : l’autre scandale qui a embarrassé l’Eglise ICI
Partager cet article
Repost0
31 août 2020 1 31 /08 /août /2020 06:00

Crédits photographiques : Le métier de luthier, Gustave Villaume, Mirecourt 1982, photographie de Bernard Lesaing. Tous droits réservés. Source : Enquête ethnologique d’Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine), 1980-1982. ICI 

« Il est rare de pleurer à la lecture d’un livre de fiction et il est encore plus rare de l’avouer… »

 

J’avoue !

 

J’ai pleuré…

 

Ce livre venu comme un don du ciel m’a ému, bouleversé, sanctifié…

 

« À travers les feuilles d’un bon livre, on pourra entendre un écho qui ressemble aux bruits des forêts »

Henry David Thoreau Journal 20 juin 1840

 

Merci !

 

 

« Âme brisée », d’Akira Mizubayashi, la musique comme garde-fou ICI 

 

Âme brisée eBook by Akira Mizubayashi

 

Contre un monde au garde-à-vous, Akira Mizubayashi a composé une parabole vertigineuse sur le pouvoir de la musique, de la mémoire et de l’amour.

 

Antoine Perraud, le 18/09/2019

 

Âme brisée, d’Akira Mizubayashi, Gallimard, 244 p., 19 €

 

L’universitaire japonais Akira Mizubayashi, spécialiste de la littérature du siècle des Lumières, écrivit à 59 ans son premier livre en français. Un essai magnifique consacré à notre idiome (Une langue venue d’ailleurs, 2011). Suivirent une ode à feu sa chienne (Mélodie. Chronique d’une passion), puis une analyse du rituel nippon des ablutions (Dans les eaux profondes).

 

Il s’était entre-temps essayé au roman, avec un résultat somme toute enchanteur (Un amour de Mille-Ans). Sa récidive dans le champ de la fiction se révèle bouleversante, au-delà de l’imaginable.

 

 Les premières pages pourront paraître appliquées, qui nous transplantent à Tokyo le 6 novembre 1938 : un quatuor amateur y répète le Rosamunde (D. 894) de Schubert, avant que ne fasse irruption la soldatesque impériale, qui brise littéralement les choses – l’instrument du premier violon est saccagé et l’homme disparaît à jamais, laissant son fils terrorisé caché dans une armoire.

 

Un amour dévorant pour la musique

 

Le style un rien désuet d’une telle scène d’exposition relève d’une écriture sépia. La suite, absolument merveilleuse, emplie de volutes et d’échos, subjugue, qui se déroule de la fin des années 1960 au printemps 2005 (ne surtout pas la dévoiler, tant cela gâcherait le vertige romanesque).

 

La suite ICI 

 

Lisez-le !

 

Mirecourt & le violon - Guillaume KESSLER, Luthier

 

Mirecourt : haut lieu de la lutherie en France

 

La vocation de Mirecourt

 

Mirecourt est une petite ville de 6000 habitants située à proximité de Neufchâteau dans le département des Vosges en France.

 

L’école de lutherie est hébergée dans l’enceinte du lycée Jean-Baptiste Vuillaume de Mirecourt.

 

Est-ce un hasard si la bannière du site internet de Mirecourt marque son identité visuelle par la représentation de violons ? Qui serait assez naïf pour le croire ?

 

Les premiers facteurs de violons habitant Mirecourt sont recensés dès 1620.

 

Au lendemain de la première guerre mondiale, Mirecourt héberge quatre fabriques, une vingtaine d’ateliers de lutherie et quelque 175 artisans luthiers…

 

ICI

 

Mirecourt : découvrez le quotidien des meilleurs luthiers de France

Mirecourt : découvrez le quotidien des meilleurs luthiers de France

 

La cité vosgienne, héritière d'une tradition née au XVIe siècle chez les maîtres italiens de Crémone, perpétue ce savoir-faire de fabrication d'instruments du quatuor et d'archets. Un marché aujourd'hui restreint qui incite les artisans à rivaliser d'imagination pour survivre.

 

 

La suite ICI 

 

 

Akira Mizubayashi

Nationalité : Japon
Né(e) à : Sakata , le 05/08/1951
Biographie :

ICI 

 

 

Partager cet article
Repost0
29 août 2020 6 29 /08 /août /2020 06:00

Coutumes et croyances corses, la vendetta

Lorsqu’au mois de juin mon petit sélectionneur de nouveauté m’a informé de la parution de Vendetta. Les Héritiers de la Brise de mer (Plon, 280 pages, 20 €), écrit par la correspondante de France Bleu à Ajaccio Marion Galland et la journaliste de L’Obs. Violette Lazard,  je me suis dit : « encore un ! »

 

.

 

Bien sûr j’ai acheté et, bien m’en a pris, « nourri de procès-verbaux (mais pas uniquement, ce qui fait son prix), sur la récente dérive meurtrière de trois hommes. Un trio d’orphelins, fils de barons du grand banditisme, qui dort aujourd’hui en prison. » c’est de l’excellent travail de journalisme d’investigation qui ose dire son nom, c’est-à-dire en ne se la jouant pas à la Plenel qui tire toujours la couverture à lui, mais en citant ses sources.

 

À lire absolument !

 

Bravo les filles !

 

« L’histoire débute en décembre 2017 à l’aéroport de Bastia-Poretta : d’une bise – un vrai baiser de la mort – une « matonne » de la maison d’arrêt de Borgo désigne deux cibles à un tueur. L’épisode, digne d’un polar, avait été raconté dans Le Monde. Les deux victimes ? Des lieutenants de Jean-Luc Germani, un des voyous les plus puissants de Corse, qui, de sa cellule à Arles (Bouches-du-Rhône), continue depuis 2014 à régner sur son clan et ses affaires.

 

Surprise : ce double assassinat porte la signature de la Brise de mer, un gang mafieux né au début des années 1980 et que tout le monde, à commencer par la police, croyait éliminé. C’est d’ailleurs en écoutant les téléphones des protagonistes d’un vaste trafic de stupéfiants que les enquêteurs tombent presque par hasard sur le double homicide de l’aéroport. Les commanditaires sont trois enfants issus de la bourgeoisie. Trois « fils de », comme on dit dans cette île où chacun, à l’école, a côtoyé un futur haut fonctionnaire, un futur flic, un futur voyou. »

 

Ce sera peine perdue pour Jean-Luc Germani qui n’aura pas obtenu d'interdire la parution du livre « Vendetta » de sa prison d'Arles. 

 

Ce jeudi 11 juin, sortait en effet dans les librairies le récit du destin tragique des héritiers de la brise de mer raconté par Violette Lazard, journaliste à l'Obs. et de Marion Galland, journaliste à Radio France.

 

Mercredi matin, lors d'une audience en référé, la défense de Jean-Luc Germani, avait demandé au tribunal de retarder la publication du livre, notamment pour relire le chapitre 23 intitulé "Jean-Luc Germani, ennemi juré et intouchable" et supprimer les passages qui pourraient nuire à leur client. Dans celui-ci, les auteures retranscrivent des écoutes de fin 2015 alors que des micros avaient été dissimulés dans sa cellule aux Baumettes, à Marseille.

 

Un joli coup de publicité pour ce livre qui serait déjà en rupture de stock chez son éditeur Plon. A Bastia, à la librairie Album, il n'en restait plus qu'une dizaine dans l'après-midi.

 

Jewpop

 

« Les jeunes années des deux aînés de Francis Guazzelli (un des piliers fondateurs du gang de la Brise de mer, NDLR) sont douces. (...) En famille, Francis Guazzelli est le patriarche, point à la ligne. Pour ses enfants, il a des rêves plein la tête, mais leur laisser la Brise de mer en héritage n’en fait pas partie. Un homme qui a fréquenté la famille Guazzelli explique :

 

« D’abord parce que, quand tu es le “fils de”, en Corse, tu fréquentes les gens du milieu, c’est automatique. Les gens sont intéressés, te montent la sega (se la racontent, NDLR), tu peux vite prendre la grosse tête. Francis ne voulait pas ça pour ses garçons. Il expliquait que lui-même avait vécu à une autre époque, plus propice au banditisme. Il estimait que cette vie-là n’était plus possible aujourd’hui, et il voulait que ses fils s’écartent de son chemin. »

https://www.corsenetinfos.corsica/photo/art/default/47608429-37617798.jpg?v=1593348513

Interview croisée de Violette Lazard, journaliste d'investigation à L'Obs, et de Marion Galland, reporter à RCFM, coauteurs de cet ouvrage, qui vient de paraître aux éditions Plon, et représente un long travail d'enquête sur la Brise de Mer et le double assassinat de l'aéroport de Bastia-Poretta du 5 décembre 2017 ICI

 

 

Rencontre avec Violette Lazard, journaliste d'investigation à L'Obs, et Marion Galland, reporter à RCFM, coauteurs de Vendetta (éditions Plon)*, un livre-enquête sur le grand banditisme corse qui raconte l'histoire du gang de la Brise de Mer et le parcours de ceux que les services de police présentent aujourd'hui comme ses héritiers, Jacques Mariani, Christophe et Richard Guazzelli, et les rivalités avec le groupe dirigé selon les policiers par Jean-Luc Germani. Très documenté, apportant des éléments inédits, cet ouvrage retrace notamment la genèse du double assassinat de deux proches de celui-ci le 5 décembre 2017 devant l'aéroport de Bastia-Poretta, dossier dans lequel les deux fils de Francis Guazzelli, assassiné le 15 novembre 2009 et considéré comme un pilier de la Brise, sont mis en examen. Ils font également l'objet de poursuites dans un trafic de produits stupéfiants.  

Quels sentiments vous inspirent le succès en librairie rencontré par votre livre ?

Violette Lazard.

C'est toujours agréable de savoir que l'histoire intéresse les lecteurs autant qu'elle nous a intéressées en tant qu'auteurs. Nous considérions que tout n'avait pas été écrit, loin de là, sur le sujet et ne l'avait pas été forcément dans le détail. Nous avions l'impression qu'il y avait encore des choses à raconter et à révéler, l'intérêt des lecteurs démontre que c'est une réalité.

Marion Galland. 

La première partie, l'histoire des pères, a été racontée à de nombreuses reprises à travers l'évocation d'une succession de faits mais pas de ce qu'ils étaient. Pour notre part, nous avons mis l'accent sur l'humain, les relations père-fils. Ce n'est pas tant le succès qui me fait plaisir mais le fait d'entendre des personnes dire qu'elles ont pris du plaisir à lire ce livre.

Stéphane Sellami on Twitter: "Cette semaine débute dans @lequipe ...

Un ancien footballeur du FC Nantes aurait tué l'oncle de Jenifer ICI
 Publié le 13/06/2018

L'enquête sur la mort de Jean-Luc Codaccioni, l'oncle de la chanteuse Jenifer, tué dans une fusillade en Corse début décembre, se poursuit. La police a procédé à plusieurs interpellations début juin. Parmi les interpellés se trouverait Christophe Guazzelli, un ancien footballeur du FC Nantes qui serait l'auteur des tirs mortels.

Partager cet article
Repost0

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents