Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 novembre 2020 7 08 /11 /novembre /2020 06:00

 

Les saillies de Chirac, grand peloteur du cul des vaches, bâfreur, buveur de bière, serreur de manettes hors catégorie, adorateur de sumo, humour  de carabin, pourraient faire l’objet d’une anthologie à la manière de Desproges.

 

Expression favorite de Chirac « Ça m'en touche une sans faire bouger l'autre… » Voir plus bas.

 

Chirac-Rocard, une amitié de 65 ans

Dans une déclaration écrite à l’AFP, Jacques Chirac a rendu hommage à «son ami de jeunesse» dont il a appris le décès, samedi, «avec une profonde tristesse».

 

« La France perd un homme d'État qui unissait, de manière rare, le goût des concepts et la capacité d'action et de réalisation»

 

« Leur amitié remonte à Sciences-Po, dont ils fréquentent les bancs au début des années 50. Dans le livre d’entretien «Si la gauche savait», avec Georges-Marc Benamou, paru aux éditions Robert Laffont, Michel Rocard racontait sa rencontre avec celui qui allait devenir président de la République.

 

«Ce Chirac était un jovial, un gars généreux, pas trop compliqué. Il aimait s’amuser. J’avais essayé de lui fourguer la carte des Etudiants socialistes SFIO. Il s’en souvient. Il ne l’a pas prise. (…) C’était vraiment un bon copain. Je me souviens surtout qu’il me bluffait par son aisance et ses manières. J’étais éberlué par son audace auprès des filles

 

Michel Rocard explique qu’avec Jacques Chirac, ils avaient en commun «l'humour, le refus de l'arrogance et la simplicité».

 

Hier (juin 2009), les deux hommes ont déjeuné ensemble à l'Auberge d'chez eux, un restaurant gastronomique du VIIe arrondissement de Paris. Ils ont évoqué la politique française à voix haute, faisant profiter les tables voisines de leur conversation. (ils sont sourds tous les 2)

 

« Et toi, tu t'entends bien avec Sarkozy ? » demande Rocard.

 

« À ça va, ça va, répond Chirac. Mais quand j'ai un message à faire passer, j'appelle Claude Guéant. C'est un bon. Un type très bien, très honnête. »

 

D'accord sur les conséquences « désastreuses » du réchauffement climatique, ils ont envisagé de publier ensemble un manifeste contre la déforestation, sous le patronage du chef de l'Etat. « On va aller le voir tous les deux », glisse Chirac. « Dans la vie, il y a des moments où c'est bien d'être sérieux ! » lance Rocard. « Tu as raison, mais c'est sacrément fatigant », plaisante Chirac

 

Avant de partir, Chirac a proposé de raccompagner en voiture l'ancien Premier ministre. Qui a décliné l'offre en souriant : « Tu sais, Jacques, j'ai aussi une voiture. La République a cela de bien qu'elle est généreuse avec ceux qui l'ont servie, même à des postes aussi subalternes que celui de Premier ministre. »

 

 

Jean-Luc Barré, qui s'est chargé d'écrire les Mémoires de l'ancien président de la République, l'a fréquenté intensément durant quatre ans. Il a livré des détails étonnants sur sa personnalité et celle de son épouse. Avec au passage, quelques punchlines inscrites dans le marbre.

 

C'est un homme qui a acquis la confiance de Jacques Chirac, et par la même une occasion en or d'en dresser un portrait parfaitement intime, inédit. Jean-Luc Barré, biographe de 62 ans, a permis à l'ancien chef de l'Etat, décédé des suites d'une longue maladie le 26 septembre 2019, de publier ses mémoires. Deux tomes, sortis en 2009 puis 2012, dans lequel se raconte l'ancien leader de droite. En le fréquentant durant quatre années,

 

« On était autour d'une petite table, Chirac buvait du punch à 10h du matin, donc je buvais du punch à 10h du matin, ou du gin tonic, avec un peu de saucisson, il y avait quelque chose de très convivial, on parlait, on bavardait ».

 

Parfois, il adoptait un ton et des formules absolument incroyables, dignes de Desproges, pour ridiculiser sa propre relation avec Bernadette Chirac.

 

« On beaucoup ri ensemble, beaucoup travaillé, mais surtout beaucoup ri », confie Jean-Luc Barré, qui se souvient finalement d'une punchline aussi drôle que cruelle :

 

'Je n'ai pas trompé ma femme, je me suis trompé de femme' : un biographe de Jacques Chirac rapporte sa phrase cruelle sur Bernadette

 

« Un jour, je lui dis en riant ‘vous avez quand même beaucoup trompé votre femme », et il me répond « non, vous faites erreur, je n’ai pas trompé ma femme, je me suis trompé de femme ». C’est presque du Sacha Guitry, mais non, c'est de lui ».

 

Physique

« Je sais que j'ai une gueule de droite, mais on peut pas se refaire. »

Lucide, dans Libération en mai 1995.

 

Aléas

« Dans la vie il y a des hauts et des bas. Il faut savoir mépriser les hauts et repriser les bas. »

 En 1986, année de son retour au pouvoir, au poste de Premier ministre.

Action

 

« Lorsque la prudence est partout, le courage est nulle part. »

Parole de sage dans Une nouvelle France : réflexions (1994).

 

Politique

« L'État doit être un garant, et non un gérant. »

 Une pique contre les socialistes, lors d'un meeting en 1984.

 

La France

 

« La France a besoin de passion - celle de l'amant - et de constance - celle du mari. »

Cité sur France 2, en 1995.

 

Culture

 

« Pendant 20 ans on m'a pris pour un parfait ignorant parce que j'avais fait courir le bruit que je n'aimais que les romans policiers et la trompette militaire. »

 Mise au point dans Femme, en 1995.

 

Paroles

 

« Les promesses n'engagent que ceux qui les reçoivent ».

Cité dans Le Monde, en 1988. Les Français ont fini par comprendre.

Margareth Thatcher

 

« Mais qu'est-ce qu'elle veut en plus cette ménagère ? Mes couilles sur un plateau ? »

La phrase qui faillit relancer la guerre de Cent ans, après un échange plutôt vif entre les deux Premiers ministres sur des questions budgétaires, lors d'un sommet européen en 1988.

 

François Mitterrand

 

« Méfie-toi de Mitterrand. C'est quand il te sourit qu'il a le poignard le plus solide dans la main. »

Un avertissement donné à Michel Rocard, qui lui succède au poste de Premier ministre en 1988.

 

Nicolas Sarkozy

« Sarkozy, il faut lui marcher dessus. Pour deux raisons. Un, c'est la seule chose qu'il comprenne. Deux, ça porte chance ! »

Cité par Ghislaine Ottenheimer dans Le Fiasco (Albin Michel, 1996).

 

Édouard Balladur

 

« Balladur, c'est comme la porcelaine. Il supporte les décorations, mais pas le feu. »

Cité par Ghislaine Ottenheimer dans Le Fiasco.

 

Sondage

« Les sondages, ça va ça vient, c'est comme la queue d'un chien. »

 L'une de ses phrases préférées, à l'usage de la jeune génération politique.

 

Bilingue

 

"What do you want ? Me to go back to my plane and go back to France ?"

Dans un anglais aléatoire et fort peu diplomatique, le président fait éclater son exaspération devant un service d'ordre israélien trop envahissant lors de sa visite de Jérusalem, en 1996. Les Palestiniens ont adoré.


 

Fatalisme

 

« Les emmerdes, ça vole toujours en escadrille »

Citée dans de nombreux articles, digne des Tontons Flingueurs

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2020 6 07 /11 /novembre /2020 06:00

Le Procès (Kafka) : Une analyse existentialiste

La bafouille décisionnaire de la directrice générale, épaulée par la direction des interventions, le service des aides nationales, de l’appui des entreprises et de l’innovation, du service de gestion du potentiel et amélioration du potentiel viticole, et d’un certain GECRI (ndlr. j’écris avec mes pieds) pèse son poids d’un obscur jargon bureaucratique, à côté de ce pensum de 14 pages, le JO de la République est une petite merveille de clarté et de légèreté.

 

Si vous souhaitez la lire cliquez sur ce lien ICI

 

Vous déroulez et, tout en bas, dans DOCUMENTS ASSOCIÉS vous pourrez télécharger la DECISION INTV GECRI 2020-52 | 30/10/2020

 

Je vous laisse seul(e) juge de la pertinence de mon propos initial.

 

Quelques remarques toutefois :

 

  • C’est 1 fake-news d’État ce brouet ne s’adresse pas à l'ensemble des producteurs de la filière comme l'énoncé même de l'établissement, FranceAgrimer, porte à le croire, mais seulement à une partie d'entre eux à l'exclusion des autres. Le seuil des 100 hl indique clairement que la mesure ne touchera que les caves coopératives, les grosses caves particulières et les négociants. 100 hl = approximativement 13  000  bouteilles de 75 cl, Exit donc, les vignerons qui sont les plus touchés par la fermeture des CHR.

 

  • C’est de la pure réclame gouvernementale : très alléchante l’annonce : 40 millions d'euros, dont 5 venant de l'Europe ! Mais au bout du bout, ça tombera dans la poche de qui ?

 

  • Pour la phase de paiement : Le dépôt des demandes de paiement sur PAD débute le 3 mai 2021 à 12h et se clôture le 14 mai 2021 à 12h pour les durées de stockage de 6 mois et débute le 1er juillet 2021  à 12h et se clôture le 13 juillet 2021 à 12h pour les durées de stockage de 8 mois. Le ballon d’oxygène ne sera donc disponible que mi-2021, c’est donc clairement une mesure pour rassurer le banquier privilégié des coopératives, le Crédit Agricole, qui pourra se sucrer en fin de période.

 

 

  • Aucun dossier papier ne sera pris en compte. Pourquoi ?

 

  • La demande d’aide est constituée du formulaire en ligne dûment complété sur PAD, comprenant notamment le numéro d’entrepositaire agréé et d’Exploitation Viti-Vinicole (EVV) le cas échéant, les données déclaratives et les engagements du demandeur. Elle est accompagnée des pièces suivantes : le relevé d’identité bancaire (RIB) du demandeur. En cas de procédure collective (hors liquidation), le dossier doit comporter une note du mandataire précisant à qui le paiement doit être fait et le cas échéant le RIB du mandataire devra être fourni, pour les demandeurs visés au point 4.3.a (ii) de la décision : une attestation comptable (établie par un centre de gestion agréé, un expert-comptable ou un commissaire aux comptes identifié, pour le compte du demandeur) faisant état de l’ensemble des volumes dont ils sont propriétaires et stockés par eux-mêmes et une ou plusieurs entreprises de stockage spécialisées dont le code APE/NAF commence par 521 (section H division 52.1 des codes NAF/APE), en septembre 2019 et mai 2020. Les volumes seront distingués par entrepositaire agréé identifiés par leur SIRET et leur numéro d’EA. Cette attestation sera dématérialisée, sur la base d’un document pdf inscriptible fourni prochainement par FranceAgriMer sur cette page internet et signé par voie dématérialisée par le comptable. Les numéros d’EA et SIRET des entreprises de stockage spécialisées concernées par l’attestation

 

Nb : les déclarations récapitulatives mensuelles des demandeurs devront avoir été réalisées sur le service en ligne Contribution Indirectes En Ligne (CIEL) au plus tard le 10 du mois suivant, pour les mois de septembre 2019 et mai 2020, conformément au décret n° 2018-206 du 26 mars 2018 relatif à l'obligation de déclaration et de règlement par voie électronique en matière de contributions indirectes.

 

Ce texte devrait mettre en joie Isabelle Saporta !

 

  • Christine Avelin, la directrice générale de FranceAgrimer, administrateur civil, dircab de Le Foll Ministre de l’Agriculture, aux commandes de FranceAgriMer a succédé le 5 avril 2017  à Éric Allain qui dirigeait FranceAgriMer depuis septembre 2013 et qui rejoint La Cour des comptes. La noria des hauts-fonctionnaires, le Figaro ironise «Merci qui?» interrogeait un opérateur télécom dans sa récente campagne d'affichage. «Merci Stéphane», pourrait-on répondre à l'hôtel de Villeroy, tant le ministre de l'Agriculture veille à replacer sa garde rapprochée.

 

  • Le président du Conseil Spécialisé Vin est Jérôme Despey bras droit de la présidente de la FNSEA, exemple-type du petit apparatchik des organisations professionnelles qui passe son temps à Paris et dont la pratique vigneronne est bien mince. Une vigneronne m’écrit « bien que productrice,  je ne fais pas partie de ceux à qui FranceAgrimer s'adresse. Ce n'est ni la première, ni la dernière fois. Cependant, à aide exceptionnelle en temps exceptionnels, le gouvernement promettant son épaule à l'ensemble de la filière, on pouvait légitimement penser que FranceAgrimer se serait exceptionnellement adressé à l'ensemble des producteurs.  Mais non, il n'en est rien. » Comme dirait Jean-Michel Apathie : « Étonnant, non ! »
  •  

Comme je suis constructif je propose au gouvernement de faire des économies de fonctionnement en supprimant FranceAgrimer sert à rien, évidemment Despey et consorts ne seront pas contents mais la concertation-bidon ça coûte trop cher. Quant aux 1000 collaborateurs de FranceAgriMer ils pourront être accueilli, sans problème, dans des postes utiles où on manque de bras : la justice par exemple, et lorsqu’ils partiront à la retraite il suffira de pérenniser cette affectation.

 

Mais alors, qui va distribuer les aides ?

 

Mon expérience du paiement de ces aides vous donne la réponse : la grosse machine des Finances qui tient d’une main de fer les cordons de la bourse plate et qui, à FranceAgrimer comme ailleurs, via des agents comptables grassement rémunérés, dicte les termes de la bafouille dont vous avez pu peser le poids de bureaucratie.

 

Bonne journée !

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2020 5 06 /11 /novembre /2020 06:00

Chou-7074.JPGphoto_btlle2-b.gif

Non je n’ai pas oublié que mon espace de liberté est né dans le jus pressé du raisin mais, étant un farouche adversaire de la monoculture, je m’aventure, turelure, en empruntant des chemins de traverse, sur tous les terrains d’aventure.

 

Comme un brave confiné déconfiné puis reconfiné que puis-je faire dans mes m 2 perchés au 9e plein sud : boire et manger, lire, écrire, visionner des films, pour mettre mon nez dehors j’ai le droit de faire mes courses une petite heure avec la paperasse ad hoc, de chevaucher mon vélo dans un rayon d’1 km toujours avec l’attestation.

 

Pour autant je ne crie pas à l’attentat à ma liberté, simplement je persiste à affirmer que faire du vélo masqué, à toute heure du jour ou de la nuit, dans tout Paris ne favorise en rien la circulation du Covid 19.

 

Je paye l’irresponsabilité de certains de nos concitoyens, c’est un grand classique de notre pays de ramenards.

 

Nous atteignons des sommets lorsque nos fabricants d’interdits se croient obligés de faire le tri entre les brosses à dents et les capotes anglaises ou me mascara dans les rayons de la GD.

 

Le fera-t-on dans nos pharmacies où la parapharmacie occupe 60 % des rayons ?

 

Vive le non-essentiel !

 

Au risque choquer l’œil de Moscou, je peux vivre sans souci d’amour et d’eau fraîche avec parfois pour le plaisir un soupçon de vin qui pue et un bon plat de pasta !

 

Le vin nu, le mot est lâché !

 

J’en raffole et ça affole, pour autant je ne place pas mon mouchoir de Cholet sur le vin d’avant, celui chanté par Baudelaire et dépiauté par Roland Barthes.

 

Explications :

 

Une brève histoire de l'ivresse – Les Éditions du Sonneur

 

Dans son avertissement au lecteur français, avec l’humour qui est dit-on la marque de fabrique des habitants de la perfide Albion, Mark Forsyth écrit :

 

LES FRANÇAIS SONT DE CÉLÈBRES BUVEURS, mais pas de célèbres ivrognes. Comment ils y parviennent reste un mystère aux yeux des Britanniques, mais le résultat est là demandez à n’importe quel habitant de la planète de vous croquer un Français moyen, ou plus exactement un Français archétypal, le Français ultime, il vous dessinera un homme coiffé d’un béret avec un verre de vin à la main. C’est vrai de Tallinn à Tombouctou, parce que tout le monde sait que les Français sont des buveurs  (bien que le béret, hélas, soit un ornement vestimentaire en péril). Et pourtant, si vous demandez à votre interlocuteur si les Français se saoulent (ce qui après tout la conséquence biochimique de l’ingestion d’alcool), il froncera les sourcils, secouera la tête et répondra que les Français n’en arrivent jamais là.

 

Lo berret qu'ei bearnés ! Le béret est béarnais !

 

Bien sûr, il est absurde de penser que les Français ne se saoulent jamais. J’ai moi-même eu l’occasion d’observer une petite équipe de rugby du Gers qui venait de remporter un championnat régional. Les joueurs étaient ivres, à coup sûr – d’une manière explosive et spectaculaire, un vrai son et lumière de l’ivresse. Ils étaient, pour employer un merveilleux vocable français, beurrés (en français dans le texte). Et ils portaient des bérets, mais ce n’est pas le sujet.

 

[…]

 

La France est un pays où l’alcool est partout, et ses effets nulle part. C’est comme de la lumière sans chaleur, comme un voyage sans destination.

 

Mais l’alcool y est bel et bien partout. Et, de l’avis général, c’est le meilleur du monde. Tel un prêtre qui ne croirait pas en Dieu, 1 Français qui n’aimerait pas le vin ne serait plus un Français. Arrêtez-vous devant un café à onze heures du matin (quand aucun anglais ne boit) et vous apercevrez un vieux avec son pastis, qui sera toujours là lorsque vous repasserez quelques heures plus tard. Mais ce sera toujours le même pastis qu’il boira, celui qu’il sirote lentement depuis 1956. Toujours en train de boire, mais jamais bourré. Bien sûr, il arrive qu’un Français décide de se saouler.

 

ENIVREZ-VOUS

 

Il faut être toujours ivre. Tout est là : c'est l'unique question. Pour ne pas sentir l'horrible fardeau du Temps qui brise vos épaules et vous penche vers la terre, il faut vous enivrer sans trêve.

 

Mais de quoi ? De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise. Mais enivrez-vous.

 

Et si quelquefois, sur les marches d'un palais, sur l'herbe verte d'un fossé, dans la solitude morne de votre chambre, vous vous réveillez, l'ivresse déjà diminuée ou disparue, demandez au vent, à la vague, à l'étoile, à l'oiseau, à l'horloge, à tout ce qui fuit, à tout ce qui gémit, à tout ce qui roule, à tout ce qui chante, à tout ce qui parle, demandez quelle heure il est ; et le vent, la vague, l'étoile, l'oiseau, l'horloge, vous répondront : « Il est l'heure de s'enivrer ! Pour n'être pas les esclaves martyrisés du Temps, enivrez-vous ; enivrez-vous sans cesse ! De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise. »

 

Baudelaire, Le Spleen de Paris, XXXIII

 

Mais ce qu'il y a de particulier à la France, c'est que le pouvoir de conversion du vin n'est jamais donné ouvertement comme une fin : d'autres pays boivent pour se saouler, et cela est dit par tous ; en France, l'ivresse est conséquence, jamais finalité; la boisson est sentie comme l'étalement d'un plaisir, non comme la cause nécessaire d'un effet recherché : le vin n'est pas seulement philtre, il est aussi acte durable de boire […]

 

Le vin est socialisé parce qu'il fonde non seulement une morale, mais aussi un décor ; il orne les cérémoniaux les plus menus de la vie quotidienne française, du casse-croûte (le gros rouge, le camembert) au festin, de la conversation de bistrot au discours de banquet…

 

Roland Barthes Mythologies, « le vin et le lait » 11 janvier 2008 Le Vin et le lait ICI 

 

Il y a beaucoup de vérité là-dedans. Le vin est un ornement. Il y aune cérémonie. Il n’est jamais, ou rarement, un moyen d’accéder à une fin. Je n’aurais jamais cru que je dirais une chose pareille, ces mots m’écorchent l’âme, mais il me faut bien reconnaître que je suis d’accord avec Barthes et Baudelaire.

 

Je dois être ivre.

 

Morale de cette histoire so british :

 

Le Français black béret ballon de rouge à la main s’est enfoui dans les abysses du XXe en même temps que le béret et le gros rouge. Il a été assassiné par la RVF et tous les licheurs de nectars royaux, sus aux buveurs, vive les dégustateurs ! Quoi de plus chiant qu’un repas en compagnie de cette engeance, rien à voir avec la 3e mi-temps des ovales du Gers ? Ils ont tué la convivialité du vin qui, par ailleurs, bien mieux fabriqué, formaté par la tribu des œnologues, est trop souvent d’une tristesse infinie.

 

Par bonheur, vinrent les vins nu qui puent ! Ce fut le retour du plaisir, du partage, de la convivialité et ça faisait chier, désolé pour ma vulgarité, les bonzes de toutes obédiences : ces jeunes connes et cons, accompagné(e)s de vieux cons dans mon style, buvaient joyeusement !

 

Tout ce petit monde a l’art de rater systématiquement les bons trains, il s’agrippe à ses certitudes, tempête, raille, excommunie, avant, pour certains, de revenir « la queue entre les jambes » (le monde du vin est très masculin) licher ces breuvages plein de défauts, de déviances, faut bien vivre coco !

 

Ainsi va le petit monde du vin de notre vieux pays, il vit dans l’illusion de sa puissance mondiale, il se cache derrière des chiffres sans accepter leur implacable réalité, oser le dire c’est se voir taxer d’oiseau de mauvaise augure, mais pour leur faire plaisir, comme le note avec humour Mark Forsyth : je dois être ivre.

 

 

« Nous nous sommes mis à l'agriculture non parce qu'on voulait manger – de la nourriture, il y en avait en quantité partout. On a commencé à cultiver parce qu'on voulait se murger »

 

Mark Forsyth dans son livre Une brève histoire de l'ivresse.

Partager cet article
Repost0
5 novembre 2020 4 05 /11 /novembre /2020 06:00

 

Le manuscrit de la lettre de Jean Jaurès lue en hommage à Samuel Paty © Maxppp - Humberto De Oliveira

J’aurais dû titrer : je suis lecteur de Didier Daeninckx mais j’ai préféré parodier le je suis Charlie pour marquer que je me retrouve dans les propos d’un auteur qui m’a toujours convaincu de son enracinement dans son terroir populaire. C’était un de ces militants communistes sincères, de ceux qui vivaient au plus près du petit peuple, de ceux qui maillaient ces fameux territoires dont a dit et écrits  qu’ils étaient les territoires perdus de la République.

 

Je n’ai jamais adhéré au PCF pour cause de Budapest et, dans ma vieille Vendée, du sectarisme des permanents de ce parti toujours en ligne avec la Direction, mon choix du PSU tenait d’un double rejet : celui d’un PCF aligné sur Moscou et d’une SFIO démonétisée par les errements et les trahisons de Guy Mollet.

 

Nous qui nous disions progressistes avons dialogué avec les intellectuels du PCF, beaucoup de prêtres-ouvriers étaient communistes (Nous catholiques communistes par Jean Galisson menuisier, prêtre (Le Havre) ICI , la JOC, les paysans-travailleurs, l’Ouest catholique sera ensemencé et basculera en grande partie dans le vote pour le PS d’Epinay sous la houlette des rocardiens issus du PSU.

 

Nous n’avions pas forcément raison mais nous ne transigions pas avec la réalité du monde d’au-delà du rideau de fer, l’étouffement du printemps de Prague, la dérive populiste de Marchais, la lente .érosion du bastion de la ceinture rouge, tout ce que Didier Daeninckx dénonce dans sa tribune

 

 

 

« Qui aurait pu imaginer que la gauche se déchirerait à propos d’un délit imaginaire forgé par des assassins ? »

TRIBUNE

Didier Daeninckx

Ecrivain

 

Le romancier raconte dans une tribune au « Monde » comment, en Seine-Saint-Denis comme ailleurs, une partie de la gauche a peu à peu cédé sur les principes républicains et notamment sur la laïcité dans sa lutte contre l’islamophobie.

 

Publié le 28 octobre 2020

 

Au début des années 1960, sans trop comprendre ce que signifiait le mot, je vendais chaque année au porte-à-porte les timbres de l’école « laïque » édités par la Ligue de l’enseignement ; je participais dans les rues de Seine-Saint-Denis aux défilés des fêtes de l’école qui se proclamait fièrement gratuite, obligatoire et laïque.

 

Il m’a fallu attendre l’année du bicentenaire de la Révolution, 1989, il y a plus de trente ans, pour prendre conscience qu’il s’agissait là d’un bien essentiel, quand l’Iran des mollahs a condamné à mort un écrivain laïque, Salman Rushdie, coupable d’« islamophobie » [son roman Les Versets sataniques avait provoqué l’ire de l’ayatollah Khomeyni]. Puis il y eut Taslima Nasreen que les mêmes dictateurs de conscience destinèrent à la décapitation [pour son roman La Honte, en 1994].

 

Qui aurait pu imaginer que la gauche, dans son ensemble, se déchirerait à propos d’un délit imaginaire forgé par les assassins, alors même que Rushdie nous mettait en garde, dès le prononcé de la fatwa le visant, en nous expliquant que ce concept d’islamophobie était jeté en pâture aux ignorants, afin qu’ils le restent ?

 

La trajectoire de Merah comme déclencheur

 

La terreur islamiste a sidéré le monde, elle a mis les mots en actes, répandant le sang « impur » des traducteurs, des éditeurs, des cinéastes, des dessinateurs, des amateurs de rock, des enfants de maternelle, des professeurs, des prêtres, de ceux qui les protégeaient… Cet effroi planétaire a produit ses effets au plus près et j’ai pu, au fil des ans, en mesurer l’impact dans mon entourage immédiat. Les premières alertes datent du début des années 2000, quand le responsable national de l’association antiraciste dans laquelle je militais s’était rapproché de Tariq Ramadan, de Dieudonné, et qu’il évoquait la nécessité d’une loi contre le blasphème. C’était tellement loin de mes préoccupations que je n’en ai, à l’époque, pas saisi la portée.

 

La trajectoire sanglante de Mohammed Merah, en 2012, a servi de déclencheur. Dans ma ville natale, Saint-Denis, un élu communiste et « délégué à l’égalité », répond alors sur les réseaux sociaux à ceux qui lui demandent ce qu’il pense des enfants juifs tués d’une balle en pleine tête dans une cour d’école : « Suis en mode hommage, j’arrête tout ou on va me dire que je ne suis pas touché, pas ému, du coup je vais m’entraîner à pleurer. » Au cours des années suivantes, il fera de cette ironie meurtrière sa marque de fabrique, produisant des centaines de Tweet infâmes, sans que jamais les organisations auxquelles il appartenait ne lui fassent la moindre remarque. Il sera l’un des principaux organisateurs, en 2019, de la déshonorante marche contre l’islamophobie, avant de figurer en bonne place sur la liste des « insoumis » aux dernières élections municipales.

 

En 2014, à Aubervilliers, ma ville de résidence, la coalition Front de gauche s’est vue adoubée dans les locaux mêmes de la mosquée où un imam dispense des prêches antirépublicains, homophobes et organise la défiance envers l’école laïque. Cette coalition acceptera dans ses rangs trois maires adjoints issus de l’association locale des musulmans.

 

Directeurs de conscience

 

L’un de ces adjoints s’illustrera en engageant publiquement le dialogue avec la mouvance d’Alain Soral, qui se définit lui-même comme national-socialiste, et en déclarant à plusieurs reprises qu’en matière d’immigration les gouvernements de la République se comportent plus durement que l’ancien maire Pierre Laval à l’encontre des juifs ! Ce qui, là encore, ne l’empêchera pas de figurer sur l’une des listes de gauche en mars dernier. Pour faire bonne mesure, on embauchera également, entre autres, un trafiquant de cocaïne à la tête d’une des directions municipales, pour service rendu. Il sera arrêté pour menace de mort [en 2016], un mois après son intronisation, alors qu’il arborait les insignes de Daech.

 

Dans le même mouvement, des directeurs de conscience autoproclamés peuvent, sans trembler, affirmer que Charlie a déclaré la guerre à l’islam, une obscénité qui n’a heureusement pas été réitérée lorsque Samuel Paty a subi le même sort que celui des membres de la rédaction du journal dont il expliquait les dessins. On se contente de parler, dans cet espace de radicalité, de « barbarie policière » pour qualifier l’exécution, en état de légitime défense, du tueur. Ces mêmes directeurs de conscience qui s’affichent aux côtés des racistes, des homophobes, des antisémites du Parti des indigènes de la République, et qui considèrent que l’on en fait trop avec la jeune lycéenne Mila, qui vit depuis des mois sous la menace des assassins pour avoir usé de sa simple liberté.

 

Basculement d’électeurs

 

Comment dire son dégoût lorsqu’une sénatrice sensible à l’environnement pollue le sien en posant au milieu de jeunes enfants manipulés qui portent une étoile jaune où est inscrit le mot « musulman » [lors de la marche contre l’islamophobie], suggérant une fois encore que la persécution fantasmée de l’Etat à l’encontre d’une religion équivaudrait à la « solution finale » ?

 

Toutes ces trahisons, tous ces abandons ont désarmé la gauche dans un combat essentiel. Ils permettent à la droite la plus obscure, à l’extrême droite, de se faire les championnes de la préservation des principes républicains ! Ils creusent la défiance, ils favorisent le basculement de centaines de milliers d’électeurs vers les porteurs de solutions autoritaires.

 

 

Tous ces gens qui ont failli, leaders de partis gazeux, adjoint à la mairie de Paris, députées des quartiers populaires, syndicalistes éminents, chroniqueuses en vogue, devraient avoir la décence de se retirer. Aucun d’eux ne parle en notre nom.

 

Une couverture emblématique de Charlie [datant de 2005] représente le prophète Mahomet qui se lamente prenant sa tête entre ses mains : « C’est dur d’être aimé par des cons. » Si j’avais deux doigts de talent, je placerais Jean Jaurès dans la même position, s’adressant à ceux qui, aujourd’hui, à gauche, usurpent et sa pensée et son nom, lui qui affirmait que laïcité et démocratie sont synonymes.

 

Didier Daeninckx est écrivain. Dernier ouvrage paru : Municipales. Banlieue naufragée (« Tracts », Gallimard, 48 pages, 3,90 euros).

 

Didier Daeninckx(Ecrivain)

Aux Instituteurs et Institutrices 

 

Vous tenez en vos mains l’intelligence et l’âme des enfants ; vous êtes responsables de la patrie. Les enfants qui vous sont confiés n’auront pas seulement à écrire et à déchiffrer une lettre, à lire une enseigne au coin d’une rue, à faire une addition et une multiplication. Ils sont Français et ils doivent connaître la France, sa géographie et son histoire : son corps et son âme. Ils seront citoyens et ils doivent savoir ce qu’est une démocratie libre, quels droits leur confère, quels devoirs leur impose la souveraineté de la nation. Enfin ils seront hommes, et il faut qu’ils aient une idée de l’homme, il faut qu’ils sachent quelle est la racine de toutes nos misères : l’égoïsme aux formes multiples ; quel est le principe de notre grandeur : la fierté unie à la tendresse.

 

Il faut qu’ils puissent se représenter à grands traits l’espèce humaine domptant peu à peu les brutalités de la nature et les brutalités de l’instinct, et qu’ils démêlent les éléments principaux de cette œuvre extraordinaire qui s’appelle la civilisation. Il faut leur montrer la grandeur de la pensée ; il faut leur enseigner le respect et le culte de l’âme en éveillant en eux le sentiment de l’infini qui est notre joie, et aussi notre force, car c’est par lui que nous triompherons du mal, de l’obscurité et de la mort. 

 

Eh quoi ! Tout cela à des enfants ! — Oui, tout cela, si vous ne voulez pas fabriquer simplement des machines à épeler. Je sais quelles sont les difficultés de la tâche. Vous gardez vos écoliers peu d’années et ils ne sont point toujours assidus, surtout à la campagne. Ils oublient l’été le peu qu’ils ont appris l’hiver. Ils font souvent, au sortir de l’école, des rechutes profondes d’ignorance et de paresse d’esprit, et je plaindrais ceux d’entre vous qui ont pour l’éducation des enfants du peuple une grande ambition, si cette grande ambition ne supposait un grand courage. […] 

 

Sachant bien lire, l’écolier, qui est très curieux, aurait bien vite, avec sept ou huit livres choisis, une idée, très générale, il est vrai, mais très haute de l’histoire de l’espèce humaine, de la structure du monde, de l’histoire propre de la terre dans le monde, du rôle propre de la France dans l’humanité. Le maître doit intervenir pour aider ce premier travail de l’esprit ; il n’est pas nécessaire qu’il dise beaucoup, qu’il fasse de longues leçons ; il suffit que  tous les détails qu’il leur donnera concourent nettement à un tableau d’ensemble. De ce que l’on sait de l’homme primitif à l’homme d’aujourd’hui, quelle prodigieuse transformation ! et comme il est aisé à l’instituteur, en quelques traits, de faire sentir à l’enfant l’effort inouï de la pensée humaine ! […]

 

Je dis donc aux maîtres, pour me résumer : lorsque d’une part vous aurez appris aux enfants à lire à fond, et lorsque d’autre part, en quelques causeries familières et graves, vous leur aurez parlé des grandes choses qui intéressent la pensée et la conscience humaine, vous aurez fait sans peine en quelques années œuvre complète d’éducateurs. Dans chaque intelligence il y aura un sommet, et, ce jour-là, bien des choses changeront. 

 

Jean Jaurès, La Dépêche, journal de la démocratie du midi, 15 janvier 1888.

Partager cet article
Repost0
4 novembre 2020 3 04 /11 /novembre /2020 06:00

Le procès de Bobigny : La cause des femmes (fr) - La GBD

Le procès de Bobigny : La cause des femmes. La plaidoirie de Me Gisèle  Halimi - Mission égalité - diversité - Université Claude Bernard Lyon 1

Lors de la disparition de Gisèle Halimi, en juillet dernier, de nombreux commentaires avaient souligné le tournant décisif qu'avait constitué le procès de Bobigny, en octobre-novembre 1972, dans le long combat qu'elle avait mené pour le droit à la contraception et à l'avortement. Avocate de la défense, elle avait alors appelé à témoigner de nombreuses personnalités comme Jean Rostand, Jacques Monod, François Jacob mais aussi Michel Rocard en tant que secrétaire national du PSU - parti qui était en effet à la pointe dans le combat pour les droits des femmes. A cette occasion, Michel Rocard avait apporté son soutien à la proposition de loi de l'association "Choisir" et s'était engagé à la présenter à l'Assemblée nationale.

 

Gisèle Halimi, une avocate irrespectueuse - Ép. 3/5 - Gisèle Halimi, la  cause des femmes

Gisèle Halimi et Delphine Seyrig, 11 octobre 1972 à Bobigny. © Michel Clément / AFP

 

Déposition Rocard au procès de Bobigny(1972)

 

Le procès dit de Bobigny s’est déroulé dans cette même ville en octobre-novembre  1972.  Marie-Claire  Chevalier,  sa  mère,  Michèle  Chevalier  et  trois  autres  femmes sont alors jugées pour l’avortement de Marie-Claire,  enceinte  suite  à un  viol. L’avocate des accusées, Gisèle Halimi, va faire de ce procès celui de la pénalisation de l’avortement en France. C’est ainsi qu’elle appelle à la barre des personnalités politiques et du spectacle pour donner  un  écho  médiatique  et  donner  à  ce  procès  un  contour  volontairement  politique.

 

Michel Rocard, Secrétaire National du PSU et député des Yvelines depuis 1969 fait ainsi partie des témoins.

 

Michel  Rocard : Député  des  Yvelines,  signataire  de la  proposition  de  loi  sur  la liberté  de l’avortement rédigée par l’Association « Choisir »

 

Déposition de Monsieur Michel Rocard au procès de la mère de Marie-Claire le 8 novembre 1972, dans Choisir la cause des femmes, Le procès de Bobigny, Paris, Gallimard, 1973, 2006, p. 64.

 

 

Le Président: Le Tribunal vous écoute.

 

Me Halimi: J’ai un certain nombre de questions à poser au témoin.

 

Le Président: J’aimerais que le témoin s’explique spontanément sur les faits.

 

Me Halimi: Monsieur le Président, il est cité à la requête de la défense.

 

Le Président: J’aimerais d’abord qu’il me dise s’il peut témoigner, car témoigner c’est dire ce que l’on sait sur les faits ou sur la personnalité des prévenus. Après je vous laisserai la parole et vous poserez les questions que vous voudrez. Sur ce point-là avez-vous des précisions et des indications à donner au Tribunal? Que pouvez-vous dire sur les faits eux-mêmes?

 

M. Rocard: Monsieur le Président, je ne connaissais pas Mme Chevalier. Quand j’ai appris par la presse ce qui se passait, j’ai tenu à faire sa connaissance. J’étais indigné que le système légal, qui est encore le nôtre place Mme Chevalier, sa fille et les personnes qui lui ont rendu ce que je considère comme un service, au banc des accusées devant notre justice. C’est pour cette raison que j’ai cherché à connaître Mme Chevalier et à m’informer de plus près sur les faits, auxquels je ne suis pas directement mêlé. La chose est d’autant plus importante pour moi  que  je  prépare  une  proposition  de  loi  à  l’Assemblée Nationale, destinée à modifier la législation sur l’avortement. Je dirai d’abord quelques mots personnels. Je suis parlementaire, et c’est à ce titre que j’ai commencé à réfléchir à ce problème. Je n’y suis pas parvenu sans hésitations ni difficultés. J’ai reçu une éducation chrétienne lourde de blocages et d’interdits variés sur cette question. Il m’est arrivé de me demander moi-même comment j’aurais agi si je m’étais trouvé d’aventure dans une situation analogue...

 

Le Président: Je me permets de vous rappeler un arrêt récent de la Cour de Cassation qui dit que nous ne pouvons prendre en compte les appréciations personnelles du témoin. Ce n’est pas une loi que nous jugeons, nous jugeons des faits et des personnes qui, malheureusement, sont là. Alors il ne faut quand même pas les oublier

 

M. Rocard: Je n’ai garde de les oublier.

 

Le Président: Je voudrais quand même que l’on ne s’écarte pas trop de ce qui est l’essentiel des débats.

 

M. Rocard: L’essentiel de ces débats, Monsieur le Président, c’est une situation à mes yeux inique, dans laquelle une jeune femme se voit interdire le choix fondamental qui est celui de donner ou de ne pas donner la vie. C’est sur ce point qu’en tant que membre du Parlement français j’entends intervenir. Dans un certain nombre de pays étrangers de l’Est ou de l’Ouest, la législation aurait évité la situation que nous connaissons ici aujourd’hui. De plus, il faut dire que pour un cas qui vient devant ces Tribunaux (il y en a à peu près 300 par an) le nombre d’avortements clandestins est estimé entre 500 000 et 1 million par an. La plupart sont dramatiques par leurs suites médicales, par les risques d’infections,  de tétanos  et  par  les risques de stérilité qu’ils comportement pour  les  femmes  ayant  avorté  dans  de  mauvaises conditions. Comme je suis aussi un militant socialiste révolutionnaire, je ne peux pas ne pas m’intéresser aux  conditions  économiques  dans  lesquelles  les  choses  se  passent.  Pour  les  personnes  qui disposent de revenus suffisants il est possible de se faire avorter dans les pays étrangers. Pour les  personnes  qui  ne  disposent  pas  de  tels  moyens,  on  en  est  réduit,  en  France,  à  des dispositions clandestines qui sont, en l’état actuel, réprimées. C’est devant cette situation inadmissible que je n’hésite pas à déclarer qu’à mes yeux Marie-Claire Chevalier était dans son droit de choisir de donner la vie ou de ne pas la donner parce que  les  conditions  dans  lesquelles  elle  attendait  cet  enfant  posaient  pour  son  avenir  des problèmes  extrêmement  difficiles.  C’est  sur  ce  point  qu’il  me  semble  que  le  cas  est parfaitement exemplaire de l’ensemble du problème législatif que j’entends aborder. J’ajoute que mon expérience de militant socialiste m’a fait rencontrer d’autres  cas de  cette nature et c’est au nom même de ce nombre énorme d’exemples que je suis décidé à suivre cette bataille qui est politique et parlementaire, et que nous gagnerons grâce à une campagne populaire. Le Président: Autre question?

 

Me Halimi : M. Rocard vient de nous le dire, et c’est en cette qualité que je l’ai cité moi-même, qu’il  est  signataire  d’une  proposition  de  loi  déposée  devant  l’Assemblée  Nationale, proposition de loi concernant la liberté de l’avortement. Je voudrais demander à M. Michel Rocard  de  me  préciser  le  point  suivant :  en  toute  hypothèse  et  même  en  dehors  de  ce  cas exemplaire, qui selon vous peut décider en dernier ressort du droit de donner la vie?

 

M.  Rocard: La  réponse est  parfaitement  claire pour  moi ; en tant qu’homme  qui  fait partie d’un couple je souhaite que l’accord du couple se fasse, mais en tant que législateur, il n’y a d’autre réponse possible à mes yeux que le choix de la femme enceinte.

 

Me Halimi : C’est tout, monsieur le Président.

 

Le Président : Je vous remercie.

 

Partager cet article
Repost0
3 novembre 2020 2 03 /11 /novembre /2020 08:00

C’est du foot, pas sur Canal+, mais au ciné.

 

Je l’ai visionné avant le confinement sur une chaîne du câble : Ciné+ émotion je crois.

 

Ça m’a bien intéressé, même si la romance du héros avec la fille de son découvreur anglais est parfois un peu mièvre, car l’histoire de ce gardien de but allemand en butte au ressentiment du petit anglais, illustre avec vérité la difficulté de la réconciliation avec nos voisins allemands du fait des atrocités commises par les nazis.

 

Souvenir du courroux de nos parents lorsque nous avions invités de jeunes allemands à La Mothe-Achard, nous n’avons pas cédé et leur séjour fut un tout petit pas vers la réconciliation.

 

J’ai découvert ensuite que The Keeper de Marcus H. Rosenmüller, avait raflé, au Dinard Film Festival, dédié aux productions britanniques, le « Hitchcock d’or » du jury, présidé par Sandrine Bonnaire, et le Prix du public.

 

ABC Film Challenge – Favourites – K – The Keeper (2018) Movie Review |  Movie Reviews 101

 

J’adore le commentaire d’Hussam Hindi, le directeur artistique du festival :

 

«Je ne m’attendais pas à ce que le jury présidé par Sandrine Bonnaire prime un film d’une facture aussi classique et un biopic»

 

«En général, ils choisissent de récompenser la structure narrative ou l’écriture cinématographique. Là, les jurés ont opté pour leur coup de cœur»

 

 

Coup de cœur, prix du public c’est beaucoup et même Télérama applaudit :

 

The Keeper de Marcus H. Rosenmüller est l’histoire vraie, et méconnue de moi, est celle de Bert Trautmann, soldat dans la Wehrmacht pendant la Seconde Guerre mondiale. Fait prisonnier par les Anglais, il croupit dans un camp où il subit des mauvais traitements comme d’autres compatriotes mais où il a aussi la chance d’être remarqué pour ses exploits, comme gardien de but, par le coach d’un club local.

 

https://www.critique-film.fr/wp-content/uploads/2019/09/Keeper2-620x392.jpgA brief history of St Helens Town

 

Plus tard, Trautmann est engagé par le club prestigieux de Manchester City. Un recrutement mal accueilli au début, car le conflit contre les Allemands est encore dans tous les esprits, particulièrement à Manchester, qui compte une communauté juive importante. Mais Trautmann force peu à peu le respect puis l’admiration, notamment lors de la finale de la Coupe d’Angleterre en 1956, où, blessé gravement, il livre une performance héroïque. (voir la chronique plus bas)

 

The Keeper: Best of the San Francisco Jewish Film Festival, Season 39 |  Osher Marin Jewish Community Center

Alignant des chromos rétros, le film est archi classique (voire académique) mais le parcours tumultueux de Bert Trautmann, rongé par la culpabilité, se révèle assez poignant.

 

Bert Trautmann, du nazisme à Wembley 

 

Le petit Bernhard – trop difficile à prononcer, les Anglais le surnommeront Bert – naît en 1923 dans la toute jeune république de Weimar. Fils d’un docker brêmois, vétéran de la Grande Guerre, son histoire suit celle d’un pays sur les rotules après la défaite de 1918. La déflation ne s’arrête pas, la crise de 29 touche durement sa famille …

 

Dès l’été 1933, quelques mois après l’accession au pouvoir du petit autrichien à moustache, il rejoint en bon aryen, les jeunesses hitlériennes. Pas forcément grand partisan du Führer « Les gens n’avaient aucune idée qu’il se préparait pour la guerre et à occuper l’Europe. Ils voulaient juste de la nourriture et des prospectives d’avenir pour leurs familles », Trautmann, comme beaucoup, tombe devant l’effort de propagande.

 

A l’âge de 16 ans logiquement, quand le conflit explose, Bert se porte volontaire, comme la plupart de ses amis. Alors qu’il est apprenti mécanicien – et sportif de bon niveau – il rejoint en 1941 la prestigieuse Luftwaffe, en espérant devenir pilote. Cantonné aux transmissions, il intègre finalement au bout de quelques semaines les troupes aéroportées.

 

Le para Trautmann voyage sur les différents fronts. La Pologne occupée tout d’abord, où, loin des champs de bataille, il s’emmerde considérablement. Il connaîtra son baptême du feu en Ukraine, où ses exploits sur le terrain et son évasion des geôles soviétiques font de lui un caporal. Direction ensuite la Somme, où il est fait prisonnier par les résistants français, qu’il parvient à berner pour revenir en Allemagne, fuyant la débâcle de ses compatriotes devant la poussée alliée.

 

Coincé entre les deux camps, déserteur pour l’un, ennemi pour l’autre, sa situation ne peut être plus complexe. Les américains finissent par le rattraper vers Berlin, mais une nouvelle fois, Trautmann parvient à se faire la malle … Une fuite malheureuse qui se finira par hasard dans une tranchée anglaise camouflée. Nez à nez avec les rosbeefs, c’en est fini de sa carrière militaire.

 

Et cette fois ci, nos étranges voisins vont mettre un verrou inviolable à sa prison. Endoctriné, ils lui font traverser la Manche pour l’envoyer dans des camps-prisons spécialisés. Il est pendant plusieurs mois brinquebalés dans tout le royaume pour finir sa course à Ashton, à côté de Manchester. En 1948, la tâche accomplie, Bert fait partie des 24 000 allemands qui ne rentreront pas chez eux, dans leur nouvelle démocratie. Comme beaucoup, il a commencé une nouvelle vie sur place, il s’est marié, et enchaîne même les boulots.

La suite ICI

Bert Trautmann's jaw-dropping story from Hitler Youth to heroic goalkeeper  who won the FA Cup with a broken neckBert Trautmann – City Til I Die

En 1950, c’est avec appréhension qu’il prépare son premier match à Londres, contre Fulham, dans une ville encore hantée par le Blitz de 1940 « Je comprends que le peuple de Londres ne devait pas tenir un Allemand en très grande estime après ce qu’il s’était passé, mais c’était quelque chose auquel je devais faire face ».

 

Et quoi de mieux que de répondre à ses détracteurs par une performance inouïe à Craven Cottage ?

 

Bert sort le match de sa vie, et City l’emporte « Je voulais montrer aux gens que j’étais un bon gardien et un bon Allemand, et les choses sont allés dans mon sens ce jour-là. Mais que les deux équipes m’applaudissent à la fin du match, et que les fans de Fulham me fassent une standing ovation, c’est quelque chose que je n’oublierai jamais ».

 

 

Fort de sa trajectoire extraordinaire, Trautmann remportera en 1956, la FA Cup contre Birmingham City, avec un cou brisé après s’être sacrifié la tête la première dans les jambes de Peter Murphy. Manchester City mène 3 à 1, il reste 17 mn à jouer et à l’époque pas de changement possible.

 

« À 17 minutes de la fin, Murphy a devancé Dave Ewing mais Trautmann a plongé dans les pieds de Murphy pour gagner le ballon. Lors de la collision, le genou droit de Murphy a frappé le cou de Trautmann qui  a été assommé, l'arbitre a immédiatement arrêté le jeu. L'entraîneur Laurie Barnett s'est précipité sur le terrain pour le soigner. Aucun remplaçant n'était autorisé, donc Manchester City devrait voir le match à dix si Trautmann était incapable de continuer. Le capitaine Roy Paul était convaincu que Trautmann n'était pas apte à terminer le match et souhaitait plutôt placer Roy Little dans le but. Cependant, Trautmann, étourdi et instable sur ses pieds, a insisté pour continuer. Il a joué les minutes restantes avec une grande douleur, les défenseurs de Manchester City tentant de dégager le ballon bien en amont ou dans la tribune à chaque fois qu'il s'approchait. Trautmann a été appelé à faire deux autres arrêts pour refuser arrêter des tirs de Brown et Murphy.

 

Aucun autre but n'a été marqué, et l'arbitre a sifflé  sur le score final de 3-1 pour Manchester City. Alors que les joueurs quittaient le terrain, la foule a chanté en chœur « For he's a jolly good fellow” en hommage à la bravoure de Trautmann. Roy Paul le capitaine a dirigé son équipe vers la loge royale pour recevoir la troisième FA Cup de Manchester City.

 

Archive,1956: Bert Trautmann FA Cup final pictures and match report | From  the Guardian | The Guardian

 

“Trautmann's neck continued to cause him pain, and the Duke of Edinburgh commented on its crooked state as he gave Trautmann his winner's medal. Three days later, an examination revealed that Trautmann had broken a bone in his neck.

 

Trautmann attended the evening's post-match banquet (where Alma Cogan sang to the players) despite being unable to move his headand went to bed expecting his injury to heal with rest. As the pain did not recede, the following day he went to St George's Hospital, where he was told he merely had a crick in his neck which would go away. Three days later, he got a second opinion from a doctor at Manchester Royal Infirmary. An X-ray revealed he had dislocated five vertebrae in his neck, the second of which was cracked in two. The third vertebra had wedged against the second, preventing further damage which could have cost Trautmann his life.

 

 

in tribute to Trautmann's bravery.[54] Roy Paul led his team up the steps to the royal box to receive Manchester City's third FA Cup. Trautmann's neck continued to cause him pain, and the Duke of Edinburgh commented on its crooked state as he gave Trautmann his winner's medal.[33] Three days later, an examination revealed that Trautmann had broken a bone in his neck ors que les joueurs quittaient le terrain, la foule a chanté un chœur

 

 

Mais après tout, comme le disait Francis Lee, la star de City de l’époque, « Il a été sur le front occidental et sur le front oriental, il a vu un peu d’action et ce n’était pas un cou cassé qui allait le mettre hors d’état ».

 

Décès du héros du football au cou brisé Bert Trautmann

Bien que reconnu comme un gardien de tout premier plan à son époque, il n'a jamais joué pour son pays natal. Trautmann rencontre le sélectionneur allemand Sepp Herberger en 1953, qui lui explique qu'il ne peut sélectionner un joueur qui n'est pas immédiatement disponible du fait des voyages et des implications politiques, et qu'il ne peut reconsidérer sa position que si Trautmann joue pour un club allemand. Par conséquent, le fait qu'il joue en Angleterre l'empêche de prendre part à la victoire allemande lors de la Coupe du monde de football 1954, le poste de gardien étant tenu par Anton Turek. Lors de la phase finale de cette compétition, il rejoint la sélection allemande pour occuper un rôle d'interprète.

 

Le gardien russe Lev Yachine, considéré lui-même comme un des meilleurs gardiens de tous les temps, déclare un jour que Trautmann et lui-même sont les « deux seuls gardiens de but de classe mondiale »

 

Pendant sa carrière, Trautmann est élu « footballeur de l'année de la FWA » en 1956, devenant le premier gardien de but et le premier joueur non originaire des Îles Britanniques à recevoir cette distinction

Partager cet article
Repost0
3 novembre 2020 2 03 /11 /novembre /2020 06:00

So scottish !

Samedi dernier, l'Écosse, chère au cœur de Sean Connery, a réalisé l'exploit les joueurs de Townsend se sont imposés 14-10  au Parc Y Scarlets de Llanelli face au pays de Galles, tenant du titre, une première depuis 2002 !

 

« L'icône de l'élégance à l'écossaise, Sir Sean Connery s'est éteint aujourd'hui à l'âge de 90 ans » a sobrement tweeté le compte officiel du gouvernement écossais en France ce samedi 31 octobre. Dans le monde, l'acteur qui s'est éteint dans son sommeil aux Bahamas était un monstre sacré. En Ecosse bien plus encore.

 

Adam Hastings et les Écossais ont créé la surprise au Pays de Galles.

 

La mort de Sean Connery, natif d'Edimbourg, a suscité de nombreuses réactions émues dans sa nation d'origine. L'ex Premier ministre écossais Alex Salmond l'a qualifié de « plus génial écossais au monde, la dernière des stars hollywoodiennes, l'inoubliable Bond ».

 

L'actuelle Première ministre, Nicola Sturgeon a quant à elle souligné son patriotisme : « C'était une légende internationale mais d'abord et avant tout un écossais patriotique et fier » a-t-elle souligné sur Twitter, rappelant qu'il défendait l'indépendance de l'Ecosse. Un combat qui ne lui a par ailleurs pas empêché d'être anobli par la reine Elisabeth II en 2000, lors d'une cérémonie au cours de laquelle il arborait un kilt.

 

Your Majesty, Commander Bond is dead ! »

 

« Sean Connery est acteur et aussi activiste politique. Peu importe son rôle, qu’il soit russe ou arabe, Sean conserve l’accent écossais. Il exige que son prénom soit également prononcé à l’écossaise, soit "Shaun" Il quitte les iles britanniques à cause de la pression fiscale direction Marbella en Espagne. Il plaide pour l’indépendance de l’Écosse dès les années 90 en intégrant le Parti Nationaliste Écossais. Pour chaque apparition officielle dès ce moment, Sean arborait le kilt. Depuis 1970, il finançait un fonds d’éducation pour les jeunes écossais. En 2000 et malgré la pression des conservateurs, la Reine Elizabeth II avait anobli l’acteur : c'est donc en véritable chevalier, au-delà du grand écran, qu'est parti Sean Connery. »

 

Image

 

Le monde du cinéma pleure aussi la perte d'une de ses légendes. « Il était et restera toujours dans les mémoires comme le James Bond original dont l'entrée indélébile dans l'histoire du cinéma a débuté quand il a prononcé ces mots inoubliables ‘Mon nom est Bond ... James Bond ‘»

 

Mais pas que, pour le grand public, il restera comme l'interprète inoubliable de la première série des Bond, James Bond. Mais il sut aussi échapper à cette image, tourner avec les plus grands cinéastes et démontrer qu'il était un grand acteur.

 

Sean Connery dans le rôle de James Bond dans "Goldfinger", en 1964

Sean Connery dans le rôle de James Bond dans "Goldfinger", en 1964 © AFP / MGM - Eon - Danjaq / Collection ChristopheL

 

« Son levé de sourcil était inimitable. Son caractère était aussi bien trempé que ses clubs de golf. Un magazine féminin l’avait élu en 1999 l’homme le plus sexy du siècle, alors qu’il avait 68 ans. Et le réalisateur John Huston l’aurait bien vu Roi d’Ecosse. Parfois il fut aussi objet de critique : radin, macho, violent, insupportable. Mais avant tout, Sean Connery était un acteur comme rarement on en a vu, de par son charisme, sa rigueur et son  professionnalisme.

 

La vie de l’Écossais est digne d’un roman. (source Gaudéric Grauby-Vermeil France-Inter  ICI  )

 

« Le jeune Sean est né à Edimbourg dans le quartier de Fountainbridge. Sa mère, protestante écossaise, est femme de ménage. Son père, catholique irlandais, est chauffeur sur les chantiers. En parallèle de l’école, il travaille dès l’âge de huit ans comme livreur de lait et apprenti boucher. Engagé dans la Marine Royale à 17 ans, il est rapatrié en urgence 3 ans plus tard pour raisons de santé. Il en rapportera deux tatouages « Dad and Mum » et « Scotland Forever ».

 

Pour vivre, il vernit des cercueils ou travaille comme docker. Dans les années 50, il monte sur la troisième marche du podium de Monsieur Univers. Sean mesure près d’1m90 et il est sportif. Une carrière de footballeur se profile, mais il a 23 ans et préfère se lancer dans une carrière de comédien, qu’il espère plus longue, plus riche intellectuellement.

 

Un matin, il part sur sa moto Royal Endfield, et dans la tête la méthode Stanislavski qu’il a lu et relu. Il se rend à casting pour une comédie musicale, "South Pacific". Il sera figurant. Sean Connery va enchainer les petits rôles. Dans "Train d’enfer" en 57, il incarne un chauffeur routier. Il fait une apparition dans "Au bord du volcan" de Terence Young, qu’il recroisera sur les tournages de James Bond à 3 reprises. Parmi les films où il se fait remarquer : "Darby O’Gill et les Farfadets" en 1959 pour Disney et dans le téléfilm pour la BBC "Anna Karenine" en 61.

 

Sean devient James Bond, au nez et à la barbe de centaine de candidats dont Cary Grant et David Niven. Mais c’est avant tout pour des raisons budgétaires que Sean est engagé par les producteurs Saltzman et Broccoli. La production ne peut pas se payer de vedette. Et Ian Fleming, auteur de Bond, n’est pas convaincu par ce choix. Son épouse l’est beaucoup plus car elle trouve qu’il a "le charisme sexuel requis" pour incarner l’espion.

 

Sean fait le job à merveille. Il portera le costume à 7 reprises entre 62 et 83. James Bond le rendra célèbre. Fleming, lui, sera définitivement séduit au point de faire évoluer l’écriture de James par rapport à Sean. Ce dernier se sépare de James une première fois en 71, lassé du rôle. Mais celui qui avait dit "plus jamais" fait son come-back. C'est ainsi qu'en 1983, deux James Bond s'affrontent sur les écrans de cinéma. À notre droite, le Bond l'officiel incarné par Roger Moore, 56 ans qui affronte "Octopussy". À ma gauche pour la Warner, Sean Connery, 53 ans fait son come-back au bras de Kim Basinger dans le remake d'"Opération Tonnerre", "Jamais plus jamais" et réalisé par Irvin Kershner ("L'empire contre-attaque"). Ce sera le seul duel fratricide de la série.

 

Pour l'anecdote, Uderzo immortalise l'acteur écossais en 1981 dans "L'odyssée d'Astérix" dans le rôle de l'agent ZéroZéroSix.

 

Paul Chopelin's tweet - "Sean Connery, ce fût aussi une apparition  remarquée, dans le rôle de l'agent secret Zérozérosix, aux côtés de Bernard  Blier, dans "L'Odyssée d'Astérix" d'Albert Uderzo (1981). " -

 

Fini Aston Martin, costumes, Martini au shaker, cigarettes et jolies femmes. Sa mission après Bond, est d’exister hors de ce cadre et prouver qu’il a l’étoffe des grands.

 

Ses choix tombent juste.

 

Comme d’autres grands acteurs, Sean Connery va tourner avec de grands réalisateurs comme Alfred Hitchcock, Steven Spielberg, John Huston, Brian de Palma, Jean-Jacques Annaud, et Sydney Lumet. Ce dernier le fera tourner 5 fois avec en point d’orgue le film "The Offence" en 1972.

 

Le grand public et la critique le suivent dans "Le crime de l’Orient Express", aux côtés de Michael Caine dans "L’homme qui voulut être roi", en prince arabe dans "Le Lion et le Vent". Moins quand il joue les cow-boys face à Brigitte Bardot dans "Shalako" ou les héros futuriste dans "Zardoz". Les bides s’alternent ensuite sur fond d’heroic fantasy, de films catastrophes. Mais il sait rebondir malgré tout. Il est second rôle dans le film de Terry Gilliam "Bandits, Bandits".

 

le nom de la rose | Sean connery, Jolie photo, Actrice

 

Mais Sean n’est pas du genre facile. Il entre en guerre facilement sur des histoires de contrats avec les majors du cinéma. Il fera même couler la United Artists. Entre 83 et 85, il ne tourne pas suite à des soucis de santé et le décès de son père. En 1986, le français Jean-Jacques Annaud le remet dans la lumière avec "Le Nom de la Rose" pour lequel il remporte un BAFTA. Dans la foulée, il devient le mentor de Christophe Lambert dans "Highlander".  Il accepte les seconds rôles prestigieux et les caméos flatteurs comme dans le Robin des Bois de Kevin Costner où il incarne Richard Cœur de Lion. Il accepte avec plaisir ce rôle de mentor auprès des jeunes comédiens. Son rôle dans Indiana Jones est un clin d’œil à James Bond. En effet, Steven Spielberg rêvait de réaliser un épisode de l’agent secret. Mais il est recalé. Par dépit avec Georges Lucas, il crée Indiana Jones et demande au premier des James Bond d’incarner le père d’Indy.

 

tarkowski: Sean Connery in The Hunt for Red October | Movie stars, Sean  connery, British actors

 

Les succès reviennent : Un oscar pour "Les incorruptibles" de Brian de Palma en 87, des rôles prestigieux et des cartons au box-office : "À la poursuite d’Octobre Rouge", "La maison Russie", "Rock", "Haute Voltige" ou encore "À la rencontre de Forrester".

 

« Le cinéma c’est comme le golf", disait-il dans une interview au Nouvel Observateur. Il faut travailler au millimètre. Et il faut savoir accepter que le millimètre ne suffit pas à garantir le succès. »

 

Son dernier rôle, celui d’Allan Quatermain dans "La ligue des gentlemen extraordinaires" le place en héros légendaire retiré du monde dans une fin de XIXe siècle trouble. Il doit sauver l’empire britannique et la paix dans le monde. Le tournage vire au fiasco. Le film, un échec. »

 

Image

 

Sean Connery est mort au court de son sommeil à l’âge de 90 ans, on le disait atteint de la maladie d’Alzheimer, ce que ses proches démentaient, je suis triste bien sûr, mais au-delà de la tristesse je me console en sachant qu’il me sera possible de retrouver sa trace sur mon écran : il est immortel !

 

Puisqu’il faut bien mourir un jour, c’est notre destin commun, je me dis que j’aimerais bien poser, comme lui, mon sac à cette borne, ça me laisserait 18 ans à vivre, une belle trotte, de la même longueur que celle qui m’a conduit à l’âge adulte.

 

«Mon nom est Bond. James Bond

 

Il commande d'un air nonchalant une Vodka Martini, «au shaker, pas à la cuiller» ; lui qui possède un permis de tuer 007 et dégaine son Walther PPK, tout en conduisant son Aston Martin DB5, dans Goldfinger, en 1965.

 

 

Les siens ont déclaré que l'acteur «est décédé paisiblement dans son sommeil entouré de sa famille» et ont ajouté : «Il y aura une cérémonie privée suivie d'un service commémoratif encore à planifier une fois que le virus aura pris fin».

 

« J'aime bien ce statut de vieux singe qui apprend aux plus jeunes à faire des grimaces » (Sean Connery, le Figaro mai 1999)

Partager cet article
Repost0
1 novembre 2020 7 01 /11 /novembre /2020 08:00

Recep Tayyip Erdoğan devant le portrait de Moustafa Kémal Atatürk en 2013 (DR)

Depuis qu’il est revenu du ciel à la surprise générale notre Jean-Pierre Chevènement se bonifie, il n’est plus tout à fait le même, c’est un sage.

 

L'homme qui a marché sur l'eau de Anne Nourry - Livre - Decitre

 

Le 3 septembre 1998, une dépêche de l'AFP annonce que « Jean-Pierre Chevènement, ministre de l'Intérieur, hospitalisé au Val-de-Grâce pour une intervention bénigne, est dans le coma depuis vingt-quatre heures. » L'émotion est vive, d'autant que les pires rumeurs s'amplifient sur l'état du ministre. Pendant des semaines, ils sont nombreux à être suspendus jour après jour à l'évolution de la santé de Jean-Pierre Chevènement qui, le 4 janvier 1999, fait une rentrée fracassante au gouvernement

 

24 novembre 1998

 

En patois du haut Doubs, berceau de sa famille, Jean-Pierre Chevènement commente sa résurrection. « Lon Bon Dieu n'ait pai vu d'moi. Mé lou diable n'ait tout. Ce qui fa qui se repatchi. » Et de traduire aussitôt : « Le Bon Dieu n'a pas voulu de moi mais le diable non plus. Ce qui fait que je suis revenu. »

 

Conclusion, par lui-même : « Vous voyez, tout ministre de l'intérieur que je sois, je ne suis ni si bon que certains l'imaginent, ni si mauvais non plus ! »

 

Une délégation du Burkina Faso offre à Jean- Pierre Chevènement un lion en bronze de 52 kilos, symbole de Belfort et de la « rage de vaincre » qui a permis à son hôte de triompher du curare. « Puissent Dieu et les mânes des ancêtres accorder toujours à notre ami, à notre frère Jean-Pierre Chevènement, la force de servir, comme il le fait déjà si bien, la cause de nos communautés, commente le ministre de la guerre du Mooghonaaba, l'empereur des Mossis. Lui qui a donné un visage à la solidarité entre les peuples. »

 

Jean-Pierre Chevènement : "C’est notre laïcité qui fait peur à Erdogan"

Paris Match | Publié le 29/10/2020

 

Aux yeux des Frères musulmans dont M. Recep Tayyip Erdogan est un adepte, la laïcité est l’ennemie par définition. D’un côté, une conception littéraliste de l’islam, de l’autre la séparation du politique et du religieux et la liberté de penser les affaires de la cité à l’écart des dogmes religieux. D’un côté le droit divin, de l’autre les droits de l’homme et du citoyen, liberté d’opinion y compris religieuse et surtout croyance en la raison humaine comme boussole collective permettant la définition en commun du meilleur intérêt général.

 

La suite ICI 

 

Mustafa Kemal Atatürk proclamait la République turque il y a 95 ans

 
Moustafa Kémal (1881 - 1938)

Le « Père des Turcs »

On le connaît sous le nom de Moustafa Kémal mais ses concitoyens l'appellent plus volontiers Atatürk (le « Père des Turcs »), le patronyme qui lui a été attribué en 1934, assorti du prénom Kémal.

 

La Turquie, il est vrai, lui doit beaucoup. Menacée de dépeçage suite à sa défaite dans la Grande Guerre de 1914-1918, lorsqu'elle s'appelait encore empire ottoman, elle fut sauvée par cet homme d'exception que fut Moustafa Kémal (Mustapha Kemal en anglais). 

 

D'une énergie peu commune, noceur, grand buveur, indifférent à la religion et notoirement athée, ce stratège de talent s'est montré très vite animé par l'ambition de bâtir une nation turque foncièrement homogène sur les ruines de l'empire multiculturel ottoman.

 

La suite ICI 

 

Nawaat – Mustafa Kemal, un grand homme de l'Histoire ?

 

Mustafa Kemal, l’homme qui fit naître la nation turque

 

Par Francisque Oeschger - Publié le 05/02/2019 

 

Son portrait est partout, sur les billets de banque, sur les murs des bâtiments administratifs et dans la vitrine de la moindre échoppe. Des statues à son effigie trônent aussi dans tous les parcs publics. Insulter sa mémoire est passible d’un à trois ans de prison. Quatre-vingts ans après sa mort, Mustafa Kemal Atatürk, le père fondateur de la Turquie moderne, reste toujours adulé comme aucune autre personnalité dans une démocratie. Son destin, intimement lié à celui de son pays, explique cette intense ferveur populaire qui ne s’est jamais démentie.

 

La suite ICI 

 

Mustafa Kemal Ataturk Poster brillant Cadre photo Banner turc Président,  24"x36": Amazon.ca: Maison et Cuisine

 

La Turquie d’Atatürk à Erdoğan

L'introuvable synthèse de l'islam et de la laïcité

 

À sa mort le 10 novembre 1938, Moustafa Kémal Atatürk laissait derrière lui une Turquie laïque et en apparence occidentalisée. Et pourtant, dès que le régime commença à s’ouvrir à la démocratie dans les années 1950, l’instabilité alla de pair avec la lente affirmation d’un islam politique, ponctuée à intervalles réguliers de coups d’État militaires.

 

Encore très pauvre vers 1950, peu peuplée (20 millions d’habitants), très peu alphabétisée et rurale à 80%, la Turquie est en ce début du XXIe siècle un pays de 80 millions d’habitants largement urbanisé, doté d’une métropole, Istanbul, passée dans l’intervalle de 1,5 millions à quinze millions d’habitants.

 

Issue de la dislocation d’un grand empire à cheval sur l'Europe et le Moyen-Orient, elle est en passe de redevenir une puissance mondiale. Elle constitue un cas à part, tant par son importance géopolitique que par sa profondeur historique.

 

La suite ICI 

Partager cet article
Repost0
1 novembre 2020 7 01 /11 /novembre /2020 06:00

Tasses à Café - Louise et Juliette - Location vaisselle vintage

Les questions des tout petits qui ont tout à découvrir tout autour d’eux, pour y associer des mots nouveaux après avoir ingurgité l’alphabet, assemblé des mots pour en faire des phrases, d’abord parlé : des questions, plein de questions, puis calligraphié, même si l’écriture scripturale est en forte régression au profit du clavier français (AZERTY) vers le clavier américain (QWERTY).

 

La question qui m’a toujours ravie, autour du Grand Bassin du jardin du Luxembourg, « Maman les bateaux ont-ils des jambes ? »

 

Maman les p'tits bateaux - Il était une histoire - IEUH

 

Ce matin, au lieu de m’intéresser, comme les zozos des réseaux sociaux, aux queues de cerise, j’ai décidé de me pencher sur les queues des tasses.

 

La tasse à café ou à thé, cette dernière plus rare dans ma Vendée crottée, fait partie de mon patrimoine génétique. En effet, le mariage, institution hautement sanctifiée car officiellement, en vertu des lois de l’Eglise romaine, c’était l’autorisation de pécher entre femme et homme, avec l’autorisation du clergé, sans trop de plaisir toutefois, juste pour perpétuer l’espèce.

 

Les agapes de mes parent, pour leur mariage, durèrent 3 jours à la Célinière, on avait tué le veau gras, tapissée la grange de draps blancs, fabriqué des fleurs en papier, engagé un joueur d’accordéon…  Dans la grande salle de la métairie, sur une grande table, s’étalaient les cadeaux de mariage.

 

La star des cadeaux de mariage étant la ménagère, dans un écrin tapissé de soie blanche, soit la batterie des fourchettes, des cuillères, des petites cuillères, des couteaux, de la louche… etc. venait ensuite l’imposant service de vaisselle complet dans lequel on trouvait le service à café.

 

Ménagère en argent du XIXe siècle. - 290110 - Expertissim

 

La qualité de l’argenterie au poids et au poinçon, ou plus simplement en métal argenté, porcelaine ou faïence, étaient tout comme le cristal du service de verre, la marque de l’importance des auteurs du cadeau.

 

Au Bourg-Pailler, nous avons lors des fêtes de famille, mangé et bu dans de la belle vaisselle et de beaux verres. Maman en prenait un soin extrême.

 

Les tasses à café en porcelaine étaient fines et translucides, et bien sûr dotées d’une queue.

 

Je n’ai jamais posé la question à mes parents du pourquoi de cette queue, ça allait de soi.

 

Grand service à café LIMOGES blanc & or - Le palais des bricoles

 

Offrir un « service » remonte au XVIIIe siècle, avec la création des faïenceries, puis des porcelaineries. La pratique se généralise au siècle suivant lorsque la pratique du moulage permit de passer de la fabrique à l’industrie, en particulier à Limoges.

 

C’est au Siècle des Lumières, en Europe, que les petits gobelets munis d’une anse ont été codifiés. Ils représentent les contenants d’une nouvelle pratique : la consommation de boissons chaudes d’origine exotique, le thé, le café et le chocolat. Ils dérivent des récipients utilisés par les sociétés inventrices de ces boissons, mais avec de notables modifications pour les adapter aux manières de tables européennes, dont l’anse, ce petit crochet qui permet de saisir une tasse à thé, à café ou à chocolat. La tasse ainsi appareillée est né lorsque l’Europe se convertissait à la consommation de boissons chaudes d’origine exotique. Thé, café, ou chocolat, issus des cultures tropicales, sont au début du siècle des produits encore rares, donc chers. Nourritures stimulantes, surtout que la pratique européenne les associe au sucre, voire au lait, à la différence de leurs sociétés d’origine…

 

Je saute sur l’occasion de la référence au sucre pour évoquer un objet-culte des cadeaux de mariage : la pince à sucre.

 

ancienne Pince à sucre argent – Luckyfind

 

Pour en savoir plus lire Cabinet des curiosités de l’histoire du monde : Un demi-cercle banal et original : l’anse de la tasse.

 

Cabinet de curiosités de l'histoire du Monde - Christian Grataloup

 

Et dans l’Histoire du sucre histoire du monde le chapitre : Thé ou café ? l’accord parfait

 

Histoire du sucre, histoire du monde – La porte de l'histoire

Partager cet article
Repost0
31 octobre 2020 6 31 /10 /octobre /2020 06:00

 

BYRRH (Porte Puymorens 66 ) ICI

Les 2 Sèvres sont sortis de l’anonymat grâce à Ségolène ICI et son chabichou…

 

Chabichou du Poitou - AOP - fromage de chèvre d'Appellation d'Origine  Protégé | Fromage de chèvre, Fromage, Chèvre

 

La Vendée a failli se nommer les 2 Lays

 

« On n’avait pas de cours d’eau important, sauf le Lay (…). Mais le nom du département du Lay sonnait mal à l’oreille ; et comme il y a le grand et le petit Lay, le rapporteur proposa le nom de Département des Deux-Lays. C’était logique après l’appellation Deux-Sèvres. Deux députés de l’Ouest, Larevellière-Lepeaux et Alquier, bondirent furieux, injuriant le rapporteur, lui reprochant véhémentement de les ridiculiser par un affreux calembour.  Il faut savoir que les deux députés n’avaient physiquement que des rapports extrêmement lointains avec Apollon, fût-il du Belvédère. Et dans l’appellation des Deux-Lays (les deux laids), ils trouvaient une injure personnelle... On finit par où on aurait dû commencer : chercher un autre nom… »

 

Houellebecq, dans son roman « Sérotonine » a écrit : « Niort, l'une des villes les plus laides qu'il m'ait été donné de voir »

 

Niort la capitale des Mutuelles.

 

Parthenay longtemps le plus grand foirail à bestiaux de France où mon père se rendait pour mieux vendre ses bêtes.

 

Thouars le terminus de la Micheline La Mothe-Achard-Chantonnay où ma sœur était en pension.

 

Depuis bientôt deux cents ans, la Petite Eglise de Vendée se maintient en dissidence de l'Eglise catholique. Créée en 1801 dans le département des Deux-Sèvres, en réaction au Concordat signé par Napoléon avec le pape, elle compte aujourd'hui trois mille membres, et continue à observer le culte catholique tel qu'il était pratiqué avant 1789. Pour combien de temps encore ? ICI

 

Melle où le mouvement des Paysans-Travailleurs prit naissance après mai 68, j’y étais.

 

La Venise Verte.

 

Le Marais Poitevin : où est-ce ? – Venise Verte

 

Et puis vint Mathias Enard et son roman La confrérie annuelle des fossoyeurs, qui suit le parcours d'un jeune ethnologue, David Mazon, qui se rend dans la campagne niortaise pour observer son "terrain" de recherche et effectuer des entretiens qui nourriront son travail de thèse, dont le sujet est la vie à la campagne.

 

Le Banquet annuel de la Confrérie des fossoyeurs

 

À travers le parcours de ce scientifique en herbe découvrant son « Nouveau Monde », comme il l'appelle, plongée hors de sa zone de confort parisienne pour découvrir la ruralité contemporaine, ce sont toutes les formes de vies présentes et passées de cet univers rural que l'auteur saisit. En effet, non seulement a-t-on accès au journal de bord du personnage, qui se prend pour un Lévi-Strauss narrant ses aventures en terre indigène.

 

Les 300+ meilleures images de Publicité murale Ancienne en 2020 | publicité,  parement mural, peindre mur

 

Un échantillon : pages 107-108

 

Il était donc de bonne humeur en poussant la porte du bar, il salua Thomas ; Thomas répondit d’un air enjoué au salut du maire, lui serra la main par-dessus le comptoir et se retourna pour préparer l’apéritif anisé que Martial affectionnait et dont la présence dans ces contrées remontait aux années 1960, à en juger par les cendriers et les carafes en plastique jaunes et bleues que es représentants distribuaient alors avec largesse, tout comme ils arrosaient aussi largement les kermesses et les buvettes des équipes de football. Autrefois on buvait son propre vin, sa propre gnôle, sa propre épine, ou des boissons oubliées, dont les publicités peintes pâlissent encore parfois sur les murs des bourgades, Fernet-Branca, Dubonnet et Byrrh, cordiaux qu’aujourd’hui seules une nostalgie incurable ou une âme d’explorateur peuvent pousser à ingurgiter. Le maire ne crachait pas, de temps à autre, sur une gentiane, il lui arrivait même d’en verser une larme dans son pastis, ce qui donnait un cocktail paysan appelé, pour sa couleur étrange, « mazout agricole » par les connaisseurs, mais ces fantaisies étaient plutôt pour le soir ; il se limitait, avant le déjeuner et juste pour les jours de relâche, à une ou deux verres pour se mettre en appétit, et on l’entendait dire plaisamment qu’il était sobre comme un gendarme, ce qu’il ne dirait certainement pas ce matin-là, puisque les gendarmes étaient au comptoir : deux d’entre eux sirotaient un petit noir que Thomas avait rallongé discrètement de calva ; ils appréciaient ce geste depuis qu’un règlement tatillon leur interdisait de boire en public et en uniforme et les contraignait à prendre l’apéro au bureau, toujours entre soi. C’étaient deux représentants d’une espèce éteinte, leurs jeunes collègues étant sportifs, disciplinés et rigides là où ces anciens étaient bedonnants, feignants comme des couleuvres et amicalement corrompus : longtemps, ils s’étaient arsouillés uniquement avec les bouteilles de pastis et de whisky offertes en contrepartie de leur indulgence pour les peccadilles routières, de leur mansuétude quant aux délits de distillation clandestine ; pour le braconnage, ils fermaient gentiment les yeux contre la promesse qu’on n’y reviendrait plus et une partie du butin, car au fond, tous ces contrevenants étaient de braves gars, point des malfrats ou des métèques, et ne méritaient donc pas toute la rigueur de la loi. Les deux cognes n’étaient donc ni les plus vifs, ni les plus méchants des argousins ; ils n’étaient pas du coin originaires l’un des environs de Ruffec et l’autre de Thouars autant dire du bout du monde, mais il y avait si longtemps qu’ils officiaient dans les parages qu’on oubliait presque ce détail, car la plupart de leurs camarades et officiers venaient des quatre coins de la France : le chef de détachement de Coulonges par exemple, était un véritable gendarme de journal télévisé à l’accent chantant, originaire des Pyrénées-Orientales, fils de contrebandier : il avait donc toujours su qu’il entretiendrait une relation étroite avec la loi, tout en ignorant de quel côté.

 

Partager cet article
Repost0

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents