Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 août 2019 2 27 /08 /août /2019 06:00

J’ai beaucoup écrit sur Noirmoutier, normal c’était l’une des deux îles de mon enfance, alors rien que pour titiller la mouche du coche j’exhume de la naphtaline de vieilles chroniques en y joignant  un  papier de Télérama  « Agnès Varda y tourna plusieurs films. Jacques Demy imaginait les siens dans le moulin familial, ouvert aux quatre vents, face à la mer… Les amants cinéastes ont chéri Noirmoutier. Et l’île vendéenne ne les a pas oubliés. »

 

18 juillet 2007

Noirmoutier

 

En souvenir de mes jeunes années, de la C4 de Louis Remaud, du passage du Gois avec ses balises et ses pêcheurs à pied de coques et de palourdes, des pique-nique au Bois de la Chaise avec maman, Madeleine et les frères Remaud, du mimosa, des marais salants, je vous offre un extrait d'un texte d'Octave Mirbeau qui, à la fin de juillet 1886, fuit l'agitation parisienne et débarque à Noirmoutier. A mes lecteurs noirmoutrins aussi je dédie ce texte...

ICI 

 

Résultat de recherche d'images pour "Noirmoutier carte"

 

25 août 2013

Noirmoutier n’est plus une île mais il lui reste son Gois, son mimosa et elle peut toujours faire son cinéma… depuis César et Rosalie

 

Mon affirmation tient à deux raisons, l’une d’enfance et l’autre plus administrative.

 

Enfant j’allais à Noirmoutier avec la famille Remaud, dans le C4 qui sentait bon le pain, le p’tit Louis était boulanger, nous empruntions le passage du Gois et je n’ai jamais le sentiment que je me rendais sur île car, pour moi, comme celle d’Yeu, seul un bateau pouvait m’y transporter. J’aime bien ce qu’écrivait Marie Maugeret en 1830 « Un pays qui ne tient à la terre ferme que certaines heures, et, pour ainsi dire, du bout du pied, vraiment c’est comme un rêve. »

ICI 

 

23 mai 2016

Les patates nouvelles des îles Noirmoutier et Ré ce n’est pas donné… 12,95€ et 13,90€ le kg

ICI 

 

Résultat de recherche d'images pour "Noirmoutier carte"

 

 30/07/2019.

Le plein d'embruns Richard Sénéjoux

 

À Noirmoutier, les plages d’Agnès Varda et de Jacques Demy

 

Les gens d’ici l’appellent l’immortelle des dunes. Quand elle éclôt, l’été, ses petites fleurs jaunes dégagent un parfum chaud et épicé qui, pour le promeneur averti, rappelle le curry. Immortelle, pourquoi au fait ? Ses racines sont solides et très profondes. Et « quand une racine prend, à Noirmoutier, elle a des chances de durer », paraît-il. Un peu à l’image du couple Jacques Demy-Agnès Varda, dont les racines familiales et artistiques poussent sur cette île de Vendée depuis plus de quatre-vingts ans. Précisément au bourg de La Guérinière, au centre. C’est là qu’enfant Jacques Demy, qui habitait Nantes, venait souvent passer week-ends et vacances avec ses parents, adeptes du camping sauvage dans les dunes — il continuera adolescent. Plus tard, à la fin des années 1950, il y emmènera Agnès Varda qui, comme lui, tombera amoureuse du lieu. « Il cherchait une maisonnette de pêcheur, on a trouvé un moulin abandonné », raconte Agnès Varda dans Les Plages d’Agnès (2008). Ils rachètent le moulin en 1962 et lancent d’importants travaux. Planté en haut des dunes, il offre une vue splendide sur la mer et un accès direct à la plage. Le couple y séjournera de nombreuses fois avec ses enfants, Rosalie (Varda) et Mathieu (Demy) — Rosalie a même passé une année à l’école du village. Mais le moulin Nicou, son nom officiel, sera bien plus qu’un simple lieu de détente pour cette famille d’artistes. « Jacques et moi […], on aimait cette île. Y vivre. Y écrire. […]Elle m’inspirait. » (Les Plages d’Agnès, toujours).

 

Lieu de villégiature et d’inspiration constante

 

C’est là que Jacques Demy va écrire dans les années 1960 Les Parapluies de Cherbourg, Les Demoiselles de Rochefort, Peau d’âne. « J’étais enfant à l’époque, mais je me souviens de Michel Legrand et de Jacques Demy en train d’inventer ce qui deviendra Les Demoiselles, confie Marc Tourneux, yeux bleu océan, rencontré dans la cuisine du moulin voisin (on en compte quatre à La Guérinière), que sa famille possède encore. Michel Legrand était bien sûr au piano, Jacques se tenait juste à côté. Tous les gamins jouaient ensemble, un petit groupe très sympa s’était créé. Tout était ouvert, on circulait beaucoup les uns chez les autres. Il n’y avait pas de chichis. » Michel Legrand reviendra plusieurs fois avec ses deux fils. Pour beaucoup, pas de doute : la chanson Les Moulins de mon cœur, qui ouvre L’Affaire Thomas Crown, de Norman Jewison (1968), lui a été inspirée par le moulin des Demy-Varda.

 

La suite ICI (article réservé aux abonnés) 

 

Résultat de recherche d'images pour "Noirmoutier carte"

Partager cet article
Repost0
25 août 2019 7 25 /08 /août /2019 07:00

 

Yolande Moreau dans une scène du film.

J’ai découvert Séraphine au cinéma avec le film de Martin Provost sortie en salle le 1 octobre 2008 avec la géniale Yolande Moreau.

 

En 1912, le collectionneur allemand Wilhelm Uhde, premier acheteur de Picasso et découvreur du douanier Rousseau, loue un appartement à Senlis pour écrire et se reposer de sa vie parisienne. Il prend à son service une femme de ménage, Séraphine, 48 ans. Quelque temps plus tard, il remarque chez des notables locaux une petite toile peinte sur bois. Sa stupéfaction est grande d'apprendre que l'auteur n'est autre que Séraphine. S'instaure alors une relation poignante et inattendue entre le marchand d'art d'avant-garde et la femme de ménage visionnaire.

 

Résultat de recherche d'images pour "séraphine film"

 

LE FILM «SÉRAPHINE» CONDAMNÉ POUR PLAGIAT

26 novembre 2010

Le producteur et le scénariste du film Séraphine, qui a décroché sept César en février 2009, ont été condamnés vendredi pour plagiat par le tribunal de grande instance de Paris. Ils avaient été assignés par Alain Vircondelet, un spécialiste reconnu de Séraphine Louis, peintre née en 1864 dans l’Oise et morte en 1942 dans un hôpital psychiatrique.

 

Celui-ci avait publié aux éditions Albin Michel une biographie intitulée Séraphine de Senlis. Ce docteur en histoire de l’art et son éditeur estimaient que de nombreux passages du scénario du film étaient «la reproduction servile ou quasi servile» de cet ouvrage publié en 1986, identifiant «35 emprunts».

 

Dans son jugement, le tribunal a relevé «neuf cas précis pour lesquels, outre la reprise d’éléments biographiques inventés par Vircondelet, on note une similitude dans la formulation employée, parfois au mot près, ce qui permet d’exclure la simple réminiscence derrière laquelle se retranchent les défendeurs». «En reproduisant neuf passages de cette oeuvre dans la première version du scénario du film Séraphine sans autorisation préalable, la société TS Productions et M. Martin Provost ont commis des actes de contrefaçon», a-t-elle jugé.

 

La justice les a condamnés solidairement à payer 25.000 euros à Vircondelet «en réparation de l’atteinte portée à son droit moral d’auteur», et 25.000 euros à Albin Michel «en réparation de l’atteinte à ses droits patrimoniaux». Ils devront également verser 6.000 euros à l’auteur et autant à son éditeur, au titre des frais de justice. Le tribunal a en outre ordonné la publication du jugement dans trois journaux ou magazines du choix des demandeurs, dans la limite de 3.500 euros HT par insertion, aux frais des producteur et scénariste.

 

Il a en revanche rejeté la mesure d’interdiction du film qui avait été sollicitée, car «seule une version du scénario est contrefaisante, et non le film». A l’audience du 14 octobre, le producteur et le scénariste du film avaient évoqué comme sources des «ouvrages antérieurs», notamment ceux de Jean-Pierre Foucher (1968) et Wilhelm Uhde (1949), le critique d’art qui découvrit Séraphine Louis. Cette domestique illuminée devenue peintre autodidacte est incarnée par Yolande Moreau dans le film. Sorti en salles en 2008, il avait obtenu l’année suivante sept César, dont celui du meilleur scénario original.

 

J’avais acheté le livre d’Alain Virondelet : Séraphine de la peinture à la folie

 

Résultat de recherche d'images pour "Alain Vircondelet : Séraphine de la peinture à la folie"

 

Je suis allé voir l’Exposition Séraphine, dite de Senlis au Musée Maillol-Fondation Dina Vierny, 1er octobre 2008-5 janvier 2009

 

Seraphine de senlis

 

Dans le film de Martin Provost, actuellement en salles, c’est Yolande Moreau qui prête sa voix à cette femme de ménage mystique à qui la Vierge demanda de lâcher le balai pour le pinceau. On peut voir les bouquets de marguerites peints par Séraphine, dite de Senlis, au Musée Maillol, dans le 7e. L’actrice s’y est rendue. Elle commente.

 

Le bouquet affiche une vilaine réputation. C'est le sujet des timides du pinceau, que l'on dit peintres du dimanche. Et pour les autres jours de la semaine, des vrais illuminés. Pourquoi donc des rinceaux de marguerites entremêlées ont-ils fait la réputation d'une femme de ménage ? D'une affolée de son art, comme aurait dit Artaud. Une photographie datant de 1924 nous la montre en robe noire, la main sur la palette, les yeux fermés et l'esprit dans les limbes. Si ses œuvres figurent aujourd'hui dans les musées, seuls quelques initiés connaissent l'étrange destin de Séraphine de Senlis – née à Arsy-sur-Oise en 1864, morte en asile en 1942 – et ses tableaux floraux, tous dédiés à la Vierge ou à Dieu.

 

C'est cette passion de la peinture et de l'extase que raconte l'exposition présentée au musée Maillol, et surtout le film de Martin Provost dans lequel une Yolande Moreau campe une Séraphine au destin extraordinaire. Pauvre, formée chez les sœurs, Séraphine Louis commence, à l'âge de 42 ans, à peindre en cachette ses premiers tableaux, cédant à la voix de la Vierge. Or, le hasard veut qu'elle se trouve placée comme femme de ménage chez le collectionneur allemand Wilhelm Uhde, à Senlis, qui défendit très tôt Picasso, Braque et, surtout, révéla la peinture dite naïve du Douanier Rousseau.

 

L'homme de l'art devient le mécène de l'obscure artiste, lui achète toile et matériel, et la protège, malgré la guerre ou l'exil. Un soutien qui cessera lorsque Uhde, appauvri par la crise économique, ne peut lui consacrer l'exposition promise : Séraphine perd la raison et est internée en 1931, jusqu'à sa mort. « C'est par la rencontre avec le marchand Uhde, dit Yolande Moreau, que Séraphine de Senlis fut reconnue parmi les peintres que l'on dit naïfs, ou primitifs. Je n'aime pas trop le mot “folie” à son propos. Aujourd'hui, on dirait qu'elle est une originale. C'est quelqu'un de mystique qui vit pour sa passion. Elle regarde la nature avec une sensibilité constante et peint parce que Dieu conduit sa main. Pour me rapprocher d'elle, je suis allée voir ses tableaux. On dirait des broderies ou des vitraux d'églises. Ses arbres de paradis sont sans racines et, à la fin de sa vie, ils sont un peu effrayants, avec des fleurs comme des yeux ou des cils. Avant le tournage, je me suis entraînée à peindre, avec les doigts, des tableaux de Séraphine. J'ai recopié ses bouquets de marguerites, ses grappes de feuilles roses ou ses grenades, des fruits d'or, qui affichent une grande maladresse, mais qui me touchent beaucoup. »

 

Résultat de recherche d'images pour "séraphine film"

Le cas Séraphine

 

Séraphine était-elle folle ? Cette artiste autodidacte qui entendait des voix trouva un équilibre, une forme de thérapie dans la peinture. Internée en 1932, elle cessa de peindre et fut submergée par la folie.

 

Séraphine Louis a d'abord mené une vie misérable : une mère fille de ferme, un père ouvrier agricole, orpheline à 7 ans, bergère, puis bonne à tout faire. A 18 ans, en 1882, elle est engagée comme femme de ménage dans un couvent à Senlis. Elle y reste vingt ans. Très pieuse, mystique même - la messe quotidienne du petit matin ne parvient pas à étancher sa soif de Dieu -, elle est bientôt habitée par des « voix », notamment celles de son ange gardien et de la Vierge. Un jour de 1905 - elle a plus de 40 ans -, alors qu'elle prie dans une chapelle de Senlis, il lui aurait dit : « Mets-toi au dessin, Séraphine, peins pour la gloire de Dieu, c'est le désir formel de Marie. Je reviendrai pour te donner d'autres consignes. Marie elle-même t'apparaîtra pour te commander des toiles. » Avec ses modestes économies, elle se rend chez le marchand de couleurs et achète des tubes de peinture, des pinceaux et des pots de Ripolin. Elle s'enferme chez elle.

 

Résultat de recherche d'images pour "séraphine de senlis"

 

Louis Séraphine

 

Séraphine Louis (dite Séraphine de Senlis) (Arsy, 1864 - Villers-sous-Erquery, 1942)

 

Née dans un milieu rural du département de l’Oise, orpheline à l’âge de sept ans, Séraphine Louis est placée comme petite domestique dès l’âge de treize ans vers Paris. Recueillie par les sœurs du couvent de Saint-Joseph-de-Cluny à Senlis en 1882, elle aide aux besognes ménagères. Très pieuse, elle s’immerge dans la vie religieuse. Vingt ans plus tard, se voulant plus indépendante, elle exerce en tant que femme de chambre au service de la bourgeoisie dans les environs de Senlis. A la suite d’apparitions et de « voix », elle commence à peindre, à la « demande de son ange gardien », des natures-mortes de petit format, composées de fruits accrochés à un branchage. Elle s’emploie également à dessiner des fleurs, notamment des boutons d’or, sur des terres-cuites. Dans le secret de sa chambre de bonne, elle confectionne elle-même ses couleurs, fabrique ses propres mélanges en diluant ses agents colorants dans du Ripolin blanc.

 

Alors qu’elle travaille pour le critique d’art et collectionneur allemand Wilhelm Uhde dès 1912, celui-ci aperçoit une nature-morte chez des petits-bourgeois qui lui « fit une impression si extraordinaire » et se trouve fort étonné d’apprendre qu’il s’agit d’une œuvre peinte par sa femme de ménage. Fasciné par ses compositions, il encourage très vivement Séraphine Louis à continuer sa peinture et achète plusieurs de ses toiles. En 1927, alors qu’il revient à Senlis après la guerre, Wilhelm Uhde visite une exposition de peintres locaux à l’hôtel de ville de Senlis et s’enthousiasme à nouveau pour les œuvres de Séraphine Louis. Devenant son mécène, il lui fait livrer de grandes toiles, des couleurs et la soutient financièrement.

 

Choisissant désormais de très grands formats, elle peint à même le sol. Elle complexifie ses compositions, use de couleurs flamboyantes et lumineuses pour représenter une végétation tropicale et paradisiaque. Elle imagine des représentations exubérantes aux motifs récurrents de fleurs, fruits, plumes, œil, parvenant à rendre une nature luxuriante. Alors que Wilhelm Uhde écrit à son propos que « Le cœur sanctifié d’une servante se sentait la vocation de ressusciter le Sublime du Moyen-Âge et de créer des œuvres puissantes imprégnées d’esprit gothique », il organise à Paris l’exposition « Les peintres du Cœur sacré » où les œuvres de Séraphine Louis sont exposées à côté de celles d’autres artistes autodidactes tels le Douanier Rousseau ou Louis Vivin.

 

Comme Séraphine Louis multiplie les dépenses excessives et dilapide tout son argent, le collectionneur, qui rencontre des problèmes financiers, à la suite de la crise économique, ne peut plus lui venir en aide dès 1930. Sujette à de forts délires paranoïaques, la peintre sombre peu à peu dans la folie. Le 31 janvier 1932, Séraphine est internée à l’hôpital psychiatrique de Clermont-de-l’Oise, à la suite d’une crise. Alors que son œuvre est célébrée à Paris lors de l’exposition « Les primitifs modernes », elle cesse de peindre et s’éteint doucement dix ans plus tard.

 

Résultat de recherche d'images pour "séraphine de senlis" Résultat de recherche d'images pour "séraphine de senlis" Image associée Résultat de recherche d'images pour "séraphine de senlis" Résultat de recherche d'images pour "séraphine de senlis" Résultat de recherche d'images pour "séraphine de senlis"

 
Partager cet article
Repost0
25 août 2019 7 25 /08 /août /2019 06:00

« Ma femme ne saura jamais combien je l’ai aimé pour sa fortune »

 

Boni de Castellane ICI  « Cet homme excentrique, remarquablement élégant, s’est permis nombre d’inélégances sous le couvert moral de n’avoir manqué ni à la religion, ni à la naissance. Il a fait prévaloir avec insolence son bon plaisir à cause de tout ce que l’on devait à son nom, et il a rançonné le bourgeois comme un suzerain de manuel laïc rançonne le serf. »

Maurice Sachs

 

« Le son même du mot snob qui commence en sifflement pour finir bulle de savon, le destinait à une grande carrière dans le domaine du mépris et de la frivolité. Mis, semblable au Nil s’étalant au bout de sa course en mille ramifications après avoir parcouru  un très long chemin, sa source est incertaine. »

Philippe Jullian dictionnaire du snobisme

 

« Le snob est un enfant des sociétés aristocratiques. Perché sur son barreau il respecte l’homme du barreau supérieur, et méprise l’homme du barreau inférieur, uniquement sans s’informer de ce qu’ils valent. »

Taine dans son Histoire de la littérature anglaise (1864)

 

« Le snobisme est un hommage rendu à la bonne éducation par la mauvaise. »

Paul Bourget 1903

 

« Quand Bloch me parla de la crise de snobisme que je devais traverser et me demanda de lui avouer que j'étais snob, j'aurais pu lui répondre: « Si je l'étais, je ne te fréquenterais pas »

Marcel Proust

Jeunes filles en fleurs, 1918, p. 744

Être snob en 10 leçons ICI 
Partager cet article
Repost0
24 août 2019 6 24 /08 /août /2019 06:00
Sur la contre-allée du boulevard Saint-Jacques pour lutter contre le réchauffement je dis à notre maire Anne Hidalgo « Lèse-béton ! »

À Paris la chasse aux voix est ouverte, en piste pour l’heure la maire sortante Anne Hidalgo, très chahutée, à la tête d’une alliance avec les Verts et le PC, son challenger LREM, Benjamin Grivaux, dit Gaston Lagaffe, pédalant joyeusement dans la semoule, en embuscade Cédric Villani, l’homme à la lavallière et gros QI, jeté comme un malpropre par les apparatchiks de la LREM qui fait des risettes aux Verts, et, bien sûr, venant de son 7e arrondissement la Rachida Dati qui ne lâche rien. Le parti de la fille du borgne n’existe pas à Paris. L'arrivée d'Isabelle Saporta aux côtés de Gaspard Gantzer, l'ex vigie du capitaine pédalo, met du piment dans la compétition en ouvrant largement les combinaisons de deuxième tour.

 

« Les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent » disait le petit père Queuille.

 

Jacques Chirac longtemps notre premier maire élu était un grand adepte de ce sport, Paris n’était pour lui qu’un tremplin.

 

Comme toujours, aux municipales, les résultats de Paris vont être sur-interprétés, mais cette fois-ci l’exercice 2020 dans la capitale aura vraiment valeur de test à la fois pour évaluer la capacité de survie du PS et de ses alliés traditionnels, et pour tester celle du parti du Président à pouvoir s’implanter dans les bastions des partis traditionnels.

 

Ce qui est sûr et certain c’est que tout ce beau monde va nous rabâcher sur tous les tons : VÉGÉTALISONS !

 

Des arbres, de l’herbe, à foison !

 

Ils vont tous sortir de leurs cartons des grands projets chiadés par des cabinets d’urbanistes : Anne Hidalgo dévoile la végétalisation de «quatre sites emblématiques» de Paris ICI 

 

Ils vont tous nous promettre d’être les acteurs de cette marée verte avec ce qu’ils ont baptisé : permis de végétaliser.

 

Bref, comme toujours de belles promesses alors que sur ces grands projets bien ficelés nous n’aurons qu’à dire amen.

 

Dans tout ça je n’ai qu’une voix alors pendant ce temps de latence électorale où chaque voix compte je vais faire entendre la mienne même si je n’ai guère d’illusions sur sa portée.

 

Mon slogan à moi c’est « LÈSE BÉTON ! »

 

Qu’est-ce à dire ?

 

Tout bêtement de rendre à la nature des espaces macadamisés : les contre-allées.

 

« Allée latérale, parallèle à une allée principale ou à une avenue »

 

« Il avait quitté la contre-allée, où cheminent dans le jour les piétons, à l'ombre des arbres, et il se rapprochait du milieu de la route. » Maupassant, Contes et nouvelles, t. 1, Le Colporteur, 1890, p. 1168.

 

 

Pourquoi faire cheminer les piétons sur du béton ?

 

En effet, ils ont déjà, au plus près des immeubles un trottoir macadamisé.

 

Pour bien illustrer mon propos je prends un exemple que je connais bien celui de la contre-allée du Boulevard Saint-Jacques lorsque celui-ci relie, à la suite du boulevard Arago, la Place d’Italie à la place Denfert-Rochereau.

 

Pour les non-Parigots je précise que les deux voies du boulevard Saint-Jacques sont séparées par le métro aérien de la ligne 6.

 

 

Topographiquement ça se présente ainsi :

 

  • Les immeubles

 

  • Un trottoir macadamisé

 

  • Une première bande arborée

 

  • Une contre-allée macadamisée

 

  • Une seconde bande arborée

 

  • Une piste cyclable protégée par un petit muret.

 

  • La voie du boulevard.

 

Ma proposition est simple : remplacer le macadam de la contre-allée par un agglomérat à base de sable, bien roulé, bien tassé, permettant à l’eau de pluie de s’infiltrer. Je n’invente rien les services de la ville l'ont fait boulevard Arago sous les arbres pour empêcher l'herbe de pousser.

 

Outre qu’il sera plus agréable pour les flâneurs d’entendre crisser sous leurs souliers ce nouveau revêtement, lors des fortes chaleurs, atténuera la réverbération et l’emmagasinement de la dite chaleur.

 

En complément, sur les bandes arborées favoriser la pousse d’herbes folles, de fleurs, en plaçant des bornes d’eau pour arroser (ces bornes seront verrouillées, les clés étant confiées à des référents résidents). Et qu’on ne vienne pas me dire que ce sera du gaspillage d’eau alors que chaque jour les services de la ville font couler cette dite eau dans les caniveaux pour les nettoyer.  

 

 

Enfin, remplacer les bancs inconfortables par de nouveaux où il sera agréable de se poser pour lire, rêver, converser et placer des poubelles en plus grand nombre afin d’inciter les passants à les utiliser (si Paris est jugé sale c’est principalement le fait des habitants et des touristes).

 

Voilà, c’est écrit, ça ne demande pas de lourds investissements, seulement de redonner aux parisiens habitants la main sur leur environnement.

 

 

Pour les lecteurs assidus quelques renseignements :

 

Paris est l’une des capitales les plus boisées d’Europe avec un patrimoine arboré de près de 500.000 arbres dont 300.000 dans les deux bois parisiens : Vincennes et de Boulogne.

 

La ville de Paris, pour assurer la pérennité de ce patrimoine face au réchauffement climatique va  faire mener une étude, baptisée «arbre et climat» pendant trois ans.

 

Elle consistera à identifier puis à suivre l'adaptation aux fortes chaleurs de diverses espèces d'arbres dans la capitale. 36 arbres de neuf espèces différentes ont ainsi été équipés d'appareils de «monitoring» pour récolter des données en continu.

 

Ainsi, le micocoulier de Provence, le févier d’Amérique, le chêne vert, le sophora du japon, le tilleul à petites feuilles, l’orme résistant, le zelkova du japon, le chêne chevelu et le platane commun seront surveillés de près pendant ces trois ans.

 

Cette étude devrait permettre de déterminer les essences d’arbre les plus adaptées aux épisodes de sécheresse et de chaleur, celles qui contribueront à réduire les effets d’îlots de chaleur en ville, si l’arbre apporte davantage de fraîcheur dans certaines conditions et comment adapter les pratiques de gestion. « Elle permettra de proposer des outils concrets et pratiques pour aider la Ville dans le choix des essences d’arbres à planter et dans les pratiques de gestion de l’arbre en milieu urbain pour s’adapter au changement climatique et augmenter sa résilience »

 

Chaque année, les arbres de la capitale sont au moins visités une fois pour surveiller leur état phytosanitaire et leur résistance mécanique pour réduire, par exemple, les risques de chute. « Toutes les études le montrent, les arbres en ville sont des alliés précieux pour la résilience urbaine. Encore faut-il que ceux-ci soient adaptés aux climats et en bonne santé pour rendre les services écosystémiques attendus »

 

Les arbres sont-ils vraiment un moyen de faire baisser les températures en ville ?

 

Limiter l’ensoleillement des surfaces qui pourraient absorber la chaleur ou refroidir l’air par le rejet de vapeur d’eau, tels sont les pouvoirs des arbres en milieu urbain. « Les thermographies aériennes de Paris montrent très bien l’effet rafraîchissant de la végétalisation de jour comme de nuit ». Les études réalisées démontrent que les arbres permettent de lutter contre les îlots de chaleur, notamment par l’ombrage qu’ils fournissent.

 

Les fortes chaleurs vont se multiplier ces prochaines années à Paris, quels sont les risques pour les arbres ?

 

Casse de branches desséchées, chute prématurée de feuilles, surmortalité des jeunes plantations, brûlures sur les écorces, stress hydrique ou encore installation de parasites. Tels sont les différents risques auxquels les arbres pourront être confrontés si les fortes chaleurs se multiplient à l’avenir. « Les conséquences d’un changement plus global du climat sur les arbres parisiens avec potentiellement un changement des essences d’arbres adaptés à notre climat sont encore mal connues, c’est l’enjeu de notre étude »

ICI

 

 

 

 

Fréquenter les espaces verts avec assiduité, c'est bon pour la santé ICI
Partager cet article
Repost0
21 août 2019 3 21 /08 /août /2019 06:00
Faut-il mettre des petites pâtes dans la soupe au pistou ?

Débat de fond sur Twitter entre les gardiens de la tradition de notre terroir profond : faut-il mettre des petites pâtes dans la soupe au pistou ?

 

Après recherche, il apparaît que ce soit plutôt non (voir plus bas Soupe au pistou corse de François-Régis Gaudry où c’est oui et la soupe au pistou de Simone ! )

 

Certes le pistou est un cousin du pesto.

 

Entré dans la gastronomie niçoise lors du Moyen-Age, il n’existe pas de grande différence entre le pistou et le pesto génois. Le second contrairement au premier contient des pignons, du parmesan et du pecorino.

 

Le pistou est un dérivé de « pistare » « broyer ». C’est en 1931, qu’Auguste Brun écrit pour la première fois l’expression « Soupe de pistou ». Il parle d’une sauce à base de basilic pilé, de sel, d’ail et d’huile d’olive.

 

Minestrone de légumes au pesto et pâtes, de la Ligurie Minestrone signifie grande soupe (minestra) avec une connotation un peu familière-péjorative. C’est un plat arlequin, un potpourri de belles saveurs végétales, qui se prépare dans toutes l’Italie, selon ce qu’on a sous la main. Non seulement le minestrone change de région en région, de famille en famille, mais aussi selon la saison.

 

« Oui ce minestrone ressemble à la soupe au pistou (que j’aime également beaucoup). Les influences de la Ligurie remontent le long de la côte avec justement cette différence : le pesto, qui contient du fromage et peu d’ail contrairement au pistou, et les pâtes. D’un côté nous avons donc les saveurs de la Provence et de l’autre celles de Ligurie, bien italiennes. »

ICI 

 

Votre serviteur s’est frotté à la soupe au pistou du temps où il passait ses vacances dans le Luberon et, sans doute pour son amour de l’Italie, il y met des coquillettes ou des petites pâtes.

 

- 1 : Soupe au pistou corse : la recette de François-Régis Gaudry ICI 

 

Des pâtes, des légumineuses, du lard, du pistou, de l’huile d’olive… Cette soupe paysanne a rythmé l’enfance du chroniqueur culinaire, passée aux côtés de sa grand-mère originaire de l’île de Beauté.

 

Quand il était petit, il passait tous ses étés chez cette dernière, en Corse. « Elle a cuisiné jusqu’à ses derniers jours. Elle connaissait les goûts et préférences culinaires de chacun d’entre nous, se souvient l’animateur de l’émission “On va déguster” (France Inter). L’un de mes plats de prédilection était sa soupe corse. C’est un peu le plat paysan parfait, qui nourrit, réjouit et tient au corps. Il faut la démarrer à gros bouillons, pour user la pomme de terre qui lâche son amidon et donne cette texture crémeuse caractéristique. Ça agresse un peu le légume, mais ça reproduit le feu puissant de l’âtre. Et puis, il y a des pâtes, des légumineuses, du lard, du pistou, de l’huile d’olive. C’est très complet. »

 

- 2 : La soupe au pistou de Simone ! ICI 

 

On arrive dans la maison familiale, et on part dans son fameux potager cueillir tout ce qu’il nous faut pour préparer la soupe au pistou : tomates, basilic, haricots coco blancs, haricots coco rouges, courgettes, pommes de terre, oignons... elle a tout !

 

La soupe au pistou est une recette traditionnelle du sud qu’on mange exclusivement l’été et surtout en Août, son nom est un dérivé du verbe « pistarer » (broyer) et c’est un régal !

 

Pour vous tirer d’affaires je me suis mis aux fourneaux en plein mois d’août pour vous faire ma soupe au pistou.

 

Le problème en août c’est de trouver un magasin de légumes d’ouvert, je précise un magasin qui en vend des bons, bien sûr au Taulier rien n’est impossible.

 

 

Résultat (voir photo titre)

 

Des haricots de toutes les couleurs : verts, violets, beurre…

Des cocos de Paimpol

Des carottes

Des courgettes

1 oignon blanc

1 poireau

Des tomates mûres

Des gousses d’ail

Du  basilic

Des petites patates

Je ne donne aucune indication de quantités vous faites à votre idée.

 

Bien sûr, il vous faut de l’huile d’olive, des coquillettes et cerise sur le gâteau de votre cuisinier : des crozets de Savoie allez savoir pourquoi ?

 

La pluche est la seule difficulté de la soupe au pistou : faut écosser les cocos de Paimpol puis couper les deux bouts des haricots de toutes les couleurs, fendre en pleurant l’oignon blanc, trancher en fines rondelles les carottes et les courgettes puis réduire les haricots de toutes les couleurs à l’état de petits bouts.

 

 

Dans un gros fait-tout faire suer l’oignon blanc dans de l’huile d’olive 3 à 4 mn, puis rajouter les dés de carottes, faire revenir 10 min. Ensuite rajouter les courgettes, les haricots de toutes les couleurs, les cocos et couvrez le tout d’eau. À ce stade je n’assaisonne pas. Laissez mijoter 30 mn. 

 

 

Pendant ce temps on prépare la pommade, le pistou, dans un mortier, d’abord l’ail écrabouillé, le basilic ciselé, on pilonne, puis on rajoute la pulpe de tomates, pilonner, de l’huile d’olive, Putain, ça sent déjà bon !

 

 

Rajoutez les petites patates pommes de terre dans le fait-tout et on remet à mijoter 7 mn.

 

 

Faire cuire très al dente coquillettes et crozets de Savoie.

 

Rajoutez la pommade dans la soupe et assaisonnez à votre goût.

 

Un conseil, préparez votre soupe au pistou la veille, après repos elle sera encore meilleure. Vous pouvez en préparer beaucoup la soupe au pistou se congèle, ce sera bon lors des soupers d’hiver de s’enivrer de ses senteurs…

Partager cet article
Repost0
19 août 2019 1 19 /08 /août /2019 06:00

L’image contient peut-être : une personne ou plus

Parce que c’est la saison des prunes !

 

La saisonnalité, la proximité, pas n’importe quelles prunes : des reines Claude dorées venant du Tarn-et-Garonne.

 

« La reine-claude est une prune appartenant à la famille des prunes européennes au même titre que la quetsche, la mirabelle et la prune d’Agen. Ce petit fruit rond à noyau, de couleur jaune/vert, est particulièrement juteux et sucré. La prune reine-claude tient son nom de Claude de France, première épouse de François 1er. Pendant que son mari volage allait voir ailleurs ou s’en allait guerroyer, Claude s’occupait des vergers de la Cour, à Blois. Pour l’en remercier, les agronomes d’alors donnèrent son nom à une petite prune, voisine de la mirabelle. Depuis, la variété de reine-claude a beaucoup évolué. »

 

ICI 

 

  • Mais papy pourquoi t’as mis des mirabelles aussi ?

 

  • Parce que c’est la saison des mirabelles mon chou !

 

  • Tu es locavore papy ?

 

  • Oui, c’est ICI  le 27 mai 2008 Les « locavores » : une espèce en voie d’apparition… 

 

  • Je te vois venir papy, tu es en train de fourguer à Pax une vieille chronique de derrière les fagots…(1)

 

  • Oui, mais où as-tu déniché cette expression ?

 

  • Dans ta bouche papy.

 

(1) Au XVIIIème siècle, l'expression "de derrière les fagots" concernait le vin qui, à l'époque, était entreposé derrière des fagots de bois dans une cave. Conservé pour les grands événements, il était très souvent de très bonne qualité.

 

  • Je suis un vieux coquin et je fais même une pierre deux coups avec lui car la mirabelle est lorraine.

 

  • Et bien sûr papy t’as déjà écrit une chronique sur la tarte aux prunes&mirabelles…

 

  • Oui ! ICI 25 septembre 2018

 

La mirabelle c’est le café Mirabelle de Marion Goettle, la Reine Claude c’est François 1er et moi, qui ne bosse pas pour des prunes, j’en fais une tarte d’automne… ICI 

 

CLAUDE DE FRANCE DONNE SON NOM À UNE PRUNE

 

Le 13 octobre 1499, la reine Anne de Bretagne donne à Louis XII son premier enfant, une fille baptisée Claude. La mère de l’enfant désire rapidement que sa fille épouse le futur  Charles Quint et signe le traité de Blois en 1504. Mais Louis XII préfère donner Claude à son probable successeur François d’Angoulême, un cousin.

 

En effet, la reine de France n’a donné à son époux qu’une seconde fille Renée en 1510 et tous les fils qu’elle met au monde meurent au berceau. Ainsi, dès 1506, Claude se retrouve fiancé à son cousin François. D’ailleurs Louis XII se méfie de l’Espagne, rival trop dangereux pour donner sa fille aînée à Charles Quint.

 

Pourtant, Anne continuera à s’opposer à cette union jusqu’à sa mort le 9 janvier 1514. Le 18 mai de la même année, Claude de France épouse François d’Angoulême. Le prince n’est pas attiré par son épouse et sa mère Louise de Savoie doit presque le forcer à la rejoindre à Blois alors qu’il batifole avec ses amours du moment. En 1515, Louis XII meurt et François Ier espère épouser sa veuve Marie d’Angleterre. Il faut l’intervention de sa mère pour l’y faire renoncer car il perdrait la Bretagne en répudiant Claude qui l’a hérité d’Anne de Bretagne.

 

La suite ICI 

 

  • Pour la mirabelle allons donc voir ce que le Ministère de l’Agriculture en dit ?

 

Les mirabelles de Lorraine IGP arrivent sur les étals  ICI 

 

La mirabelle de Lorraine, classée IGP (Indication géographique protégée) depuis 1995, a une saisonnalité très courte. La récolte des variétés précoces vient de démarrer en Lorraine, région qui fournit 70% de la production mondiale. Découverte de ce produit du terroir.

 

La saison des mirabelles de Lorraine IGP s'étend de mi-août à fin septembre, en fonction de la météo. En moyenne, il n'y a seulement que six semaines pour déguster ce fruit frais, très parfumé et énergétique.

 

En confiture, séchée, en compote, eau de vie ou fruits au sirop... Il existe plusieurs manières de déguster ce fruit délicat. La mirabelle de Lorraine IGP supporte très bien la congélation, mais doit être cuisinée encore congelée pour ne pas noircir.

 

En 2014, 10 000 tonnes de mirabelles de Lorraine IGP ont été récoltés sur les 250 000 mirabelliers et 1000 ha cultivés (source : Mirabelles de Lorraine).

 

Comment sont récoltés ces fruits fugaces ?

 

Pour les mirabelles de Lorraine, c’est à maturité que la cueillette se fait.

 

Si la méthode s’est modernisée et est aujourd’hui mécanisée, le principe reste le même : il faut « hocher » les fruits, c’est-à-dire secouer les mirabelliers pour faire tomber les fruits arrivés mûrs dans une large toile tissée.

 

Comment reconnaître une mirabelle mûre ?

 

Une fois le fruit coupé en deux, son noyau doit se détacher tout seul. Ses taches de rousseur et la fine couche de protection qui la recouvre, la pruine, sont aussi les marques d’un fruit cueilli au bon moment, qu’il faut donc consommer rapidement. Il se conserve de trois à cinq jours dans le bac à légumes du réfrigérateur.

 

  • Voilà mon chou comment on torche vite fait bien fait sur le gaz (oui, fine allusion à Butane&Degaz) une petite chronique d’après 15 août.

 

  • Dis, papy c’est quoi une mouche du coche ?

 

  • Demande à Pax, il se fera un plaisir de te répondre...

 

 

Coup d’envoi pour la récolte des mirabelles ICI 

 

Partager cet article
Repost0
18 août 2019 7 18 /08 /août /2019 07:00
Eric Woerth a publié cette photo le montrant en train de train d’escalader un glacier près de Chamonix. Twitter/@ericwoerth

Sur les réseaux sociaux, sous des formes les plus diverses, sous le manteau de l’ironie, d’un humour que l’on ripoline au second degré, on médit, on clabaude, on dit du mal…

 

Ayant habité le département de l’Oise, et ayant vécu de près les mœurs politiques des élus de ce département, je n’éprouve guère de sympathie pour Éric Woerth, mais l’épisode de sa photo faisant de l'alpinisme près de Chamonix est emblématique de cette explosion exponentielle de la médisance.

 

On y voit l'actuel député de la 4e circonscription de l'Oise encordé, crampons aux pieds et piolet à la main, en train de gravir une pente raide. Un autre post sur son compte explique qu'il s'agit du glacier du milieu dans l'aiguille d'Argentière.

 

«Glacier du milieu à l'aiguille d'Argentière. toujours sur les pointes avant», écrit le député.

 

Sitôt les réseaux sociaux s’enflamment pour analyser l’image centimètre par centimètre.

 

2  détails soulèvent des soupçons:

 

  • une lanière du sac à dos, qui planait sous un angle incorrect,

 

  • et deux individus marchant en bas de l’image.

 

Tout cela amenant les utilisateurs à la conclusion que Woerth était en fait allongé dans la neige sur l’image, et non en train de gravir le sommet.

 

Faux !

 

Jean-Franck Charlet, le guide qui accompagnait assure que la photo est à « 100 % réelle ». Il reconnaît tout de même que « la pente de 45 degrés apparaît un peu plus raide qu'elle n'est en réalité ».

 

Que les internautes donnent libre cours à leur imagination en créant des trucages ironiques passe encore mais que la presse dite sérieuse s’en empare et en fasse une information dans la foulée c’est une dérive grave. Plus personne ne vérifie, on galope derrière le buzz, Woerth à « une sale gueule » alors feu à volonté.

 

Ce n’est pas une fausse information, c’est une nouvelle forme de médisance.

 

Détester ensemble

 

Médire crée du lien social. Comme les primates s’épouillent, l’homme moderne cancane. « Détester ensemble forge des liens plus forts que de partager du positif »

 

« Il est vrai que l'on s'unit plus facilement dans la haine de l'autre, rappelle Samuel Lepastier. Rappelons que l'ennemi commun a toujours rapproché. Avoir un bouc émissaire, c'est charger quelqu'un de toutes ses fautes en étant persuadé d'être du bon côté. »

 

Se rassurer sur sa normalité

 

Pourquoi tant de haine ? « Frustration, colère, jalousie… toutes les raisons qui expliquent les comportements agressifs »

 

La médisance est un sport risqué : d’habileté sociale, elle peut vite faire mauvais genre… et devenir un motif de mise à l’écart. Dangereuse, elle l’est aussi, bien sûr, pour celui qui en est la victime. « Il s’agit bien d’une volonté de détruire, même si c’est symbolique »

 

Le "bashing", sport national

 

A l'échelle de la société, le "bashing" est d'ailleurs devenu un sport national. Les journaux n'aiment rien tant que brûler leurs idoles. Les réseaux sociaux offrent, par leur anonymat et leur instantanéité, une plate-forme idéale aux persifleurs de tout poil.

 

Je ne vais pas jouer au monsieur qui n’a jamais médit, mais je ne pratique pas ce sport national sur les réseaux sociaux.

 

Médire, baver, dénigrer... que celui qui n'a jamais jasé sur un collègue autour d'un plateau-repas à la cantoche d'entreprise ou sur une belle-sœur à l'heure du petit déjeuner lève la main. Au travail, mais aussi en famille ou entre amis, on a toujours une bonne occasion de déverser son fiel sur quelqu'un, en particulier hors de sa présence, puisque, c'est bien connu, les absents ont toujours tort. 

 

Que celui dont la langue n’a jamais persiflé jette la première pierre…

 

Clabauder

 

« Mais la nouvelle qui fit le plus clabauder le salon jaune, fut celle de la démission du sous-préfet. »

Zola, La Fortune des Rougon, 1871, p. 103)

 

La médisance, la calomnie, les insinuations, le mensonge, il y a des bougres qui vivent là-dedans comme le poisson dans l'eau

Duhamel, Combat ombres, 1939, p.230

 

(...) les gens qui réussissent ont des jaloux, des envieux! Ah! vous saurez cela bientôt, jeune homme, dit-il à Grindot ; s'ils nous calomnient, ne leur donnez pas au moins lieu de médire. − Ni la calomnie, ni la médisance ne peuvent vous atteindre, dit Lourdois, vous êtes dans une position hors ligne...

 

Balzac, César Birotteau, 1837, p.161.

Partager cet article
Repost0
18 août 2019 7 18 /08 /août /2019 06:00

Résultat de recherche d'images pour "seau de toilette emaillé"

Mais jusqu’où ira-t-il ?

 

Là où nous irons tous mais rien ne m’interdit de vous dire que la vieille maison du Bourg-Pailler, aux murs suintant le salpêtre, n’était pas pourvu de WC, de chiottes avec cuvette et chasse d’eau, il fallait aller faire ses besoins dans les cabinets du fond du jardin, trône en bois, fosse non septique, papier journal pour ce torcher. Les envies de faire pipi la nuit nécessitait l’usage de ce que maman appelait un vase de nuit, mémé Marie pot de chambre.

 

Résultat de recherche d'images pour "Feydeau dans On purge le bébé photos"

 

Feydeau dans On purge le bébé est plus précis que maman en parlant de seau de toilette.

 

Follavoine : Un seau de toilette n’est pas un siège, je te prie de te mettre sur une chaise.

 

Julie (le toisant, puis détournant la tête avec dédain) : Ah ! Ce que tu es snob !

 

Follavoine : Il n’y a pas de snobisme, tu peux faire un faux mouvement et me flanquer ton seau par terre.

 

Mémé Marie en parlant de pot de chambre était plus précise, elle en avait un dans sa table de nuit.

Résultat de recherche d'images pour "pot de chambre mariage"

Partager cet article
Repost0
16 août 2019 5 16 /08 /août /2019 06:00

 

Est-ce mon passé d’enfant de chœur qui me fait aimer le bleu ?

 

« Au XIIe siècle, la Vierge devient le principal agent de promotion du bleu » Michel Pastoureau

Résultat de recherche d'images pour "vierge bleue"

Résultat de recherche d'images pour "vierge bleue"

 

Un peu sans doute, jeune homme j’ai croisé tellement de Vierges, des statues bien sûr, il y en avait partout, chez nous sous des globes, dans l’église, en pleine campagne, dans des lieux de pèlerinages copiant les apparitions de la Vierge : Lourdes, la Salette…

 

En fait c’est surtout le bleu de Klein qui m’a fait aimer le bleu

 

Résultat de recherche d'images pour "bleu de Klein"

 

La fabuleuse histoire derrière le « bleu » d’Yves Klein  ICI 

 

 « Le bleu n’a pas de dimension, il est hors dimension, tandis que les autres couleurs elles en ont […] Toutes les couleurs amènent des associations d’idées concrètes […] tandis que le bleu rappelle tout au plus la mer et le ciel, ce qu’il y a de plus abstrait dans la nature tangible et visible »

 

Et puis, il y eut les hortensias bleus de ma maison dans les bois de la Chapelle-en-Serval.

 

 

J’ai peint les murs de ma chambre en bleu.

 

 

Je me suis acheté un costume Kennedy bleu marine

 

Mon costar Kennedy

 

J’ai aimé le Dahlia bleu film de série B de l'époque avec Veronica Lake.

 

Résultat de recherche d'images pour "dahlia bleu bande-dessinée"

 

Je ne suis pas très original aujourd'hui, partout en Europe, le bleu est de très loin la couleur préférée (devant le vert et le rouge).

 

Et puis mon amour pour les mots bleus de Christophe ne date pas de ce jour :

1 janvier 2008

2008 : l'année des mots bleus ICI 

 

Les mots bleus aussi par Bashung

 

Je lui dirai les mots bleus

Les mots qu'on dit avec les yeux

Parler me semble ridicule

Je m'élance et puis je recule

Devant une phrase inutile

Qui briserait l'instant fragile

D'une rencontre

D'une rencontre

L’Hortensia bleu en Bretagne ?

 

« Ce serait la palette d'un peintre fou de bleu, de vert, de gris, avec une touche de rouge pour décliner tous les violets, il y aurait du bleu ardoise, bleu céleste ou ceruleum, bleu outremer, bleu de France, bleu violet, bleu Klein,  bleu roy, bleu acier, bleu lavande, bleu Majorelle, bleu nuit, bleu pastel, bleu gris, bleu vert, vert véronèse, vert d'eau, vert de gris... 

 

Et 'Glas', une couleur bretonne qui n'a pas de traduction en français, il s'agit d'un mot magique inventé par les bretons pour décrire la mer : tantôt bleue, tantôt verte, tellement influencée et dépendante de la lumière versatile du ciel. Glas s'emploie en breton pour englober tous les tons de bleus, de verts, de gris, la frontière entre eux est si ténue, si imperceptible que l'œil s'y perd.

 

La couleur glas convient bien à nos Hortensias bleus, ils n'ont pas comme la mer une dépendance à la couleur du ciel mais ils sont interdépendants de l'acidité de la terre. Dans un sol très acide, un Hortensia est vert en bouton, il évolue vers les bleus profonds, francs qui peu à peu se mélangent aux gris et deviennent de plus en plus vert en fin de saison tout en gardant des touches de bleu d'une subtilité infinie. Soulevez un pétale et dessous vous découvrez une touche de bleu, c'est une pure merveille pleine d'émotions qui bannit l'indifférence.....

 

Le nom commun d'Hortensia, serait conservé comme diminutif affectif en mémoire de Philibert Commerson (1727-1773). C’est le premier médecin et naturaliste français à introduire cette plante en Europe, il le fit sous la forme d'échantillons desséchés sur une planche de son herbier. Il avait récolté cet Hortensia lors de l'expédition Bougainville entre 1766 et 1769.

 

Peu avant sa mort sur l'Isle de France (Ile Maurice), il nomme cette plante 'Peautia coelestina' puis aussitôt, presque sans explication, Hortensia coeruleaou Hortensia couleur d'azur. Le premier Hortensia venait d'être identifié et herborisé, ainsi nommée, cette plante signifie fleur des jardins (hortus voulant dire 'du jardin' en latin). Un grand flou demeure autour de sa nomination, des femmes semblent l'avoir inspiré, entre autres, Nicole Reine Lepaute, femme savante et astronome de cette époque. 'Pautia' serait un hommage à son nom et 'celestinia' serait une allusion à sa profession 'céleste' d'astronome. Une Hortense pourrait aussi être l'inspiratrice de ce nom, la plus plausible serait la fille du Prince Nassau, ce dernier faisant partie de l'expédition Bougainville.

 

L’Hortensia : Son origine ICI 

J'espère avoir été assez CLAIR !

 

Résultat de recherche d'images pour "sainte claire d'assise"

Vous n’y verrez que du bleu car ce jour-là je voulais du bleu rien que du bleu ce fut celui de l’hortensia bleu…
Partager cet article
Repost0
15 août 2019 4 15 /08 /août /2019 06:00

Résultat de recherche d'images pour "le président et miss wade"

Lors de la canicule, qui nous a offert des nuits très chaudes, dans la touffeur au lieu de mijoter sur ma couche – je rassure le phare des PO je ne suis pas encore incontinent malgré mon grand âge – j’allais poser mes fesses sur le fauteuil, que j’ai acheté au Vieux Campeur à la suite de ma cabriole cycliste, je me saisissais des 2 télécommandes de la Télé – la première fois j’ai galéré, ça faisait un bail que je  ne l’avais tripotée – pour me trouver un film.

 

Résultat de recherche d'images pour "le président et miss wade"

 

Le hasard a voulu que je tombe sur  « Le Président et Miss Wade », 1995 réalisé par Rob Reiner avec Annette Bening et Michael Douglas. Vérification post-vision, Télérama n’aime pas : « Le Président et miss Wade, traité sans rythme ni grâce, n'est qu'un pensum bavard, politiquement correct et lourdement démonstratif. » signé Isabelle Danel.

 

Ça ne m’étonne pas mais, pour ne rien vous cacher, je n’en ai rien à cirer car moi la seule apparition d’Annette Bening sur l’écran suffit à mon bonheur. Je suis fasciné par cette actrice, elle a un charme fou, un sourire enjôleur, elle est naturelle, peu sophistiquée, enjouée, un rien l’habille, élégance physique, élégance morale (voir plus bas) et comme le dit le directeur artistique de la Mostra de Venise, Alberto Barbera Annette Bening fut la présidente du jury de 74e Mostra de Venise – « Annette est différente de la plupart de ses pairs d'Hollywood. Désintéressée par le glamour et le statut social, elle ne cache pas son dédain pour la culture de la célébrité. »

 

Bref, foin des critiques à la con, dès qu’Annette apparaît sur l’écran, même dans un navet, je fonds. Et qu’on ne vienne pas me dire que je fais dans le people, j’aime les femmes, leur compagnie, ça fait jaser dans le Landerneau du jaja nu et tous ceux qui, en dernier recours me traitent de vieux con, je les ignore et j’aime qui je veux, comme elle veut, les roquets aboient, je passe.

 

Annette un joli prénom désuet dérivé d’Anne. Le prénom Annette vient du prénom hébraïque Hannah.

 

Née le 29 mai 1958  à Topeka, Kansas, on dit que son enfance fut heureuse. Dès le premier jour, son père, son courtier d’assurances, et sa mère ont tout fait pour l’encourager. Après des études d'art dramatique à la San Diego State University, elle débute sa carrière en tant qu'interprète de théâtre.

 

Et puis il y eu Warren Beatty, le tombeur de ces dames : il a courtisé  Jane Fonda, Goldie Hawn, Natalie Wood, Joan Collins, Elizabeth Taylor, Leslie Caron et Diane Keaton et a surtout aimé Julie Christie.

 

Annette atterri dans Bugsy face à Warren Beatty. Dans le film, elle incarne Virginia Hill, qui a capturé le cœur du gangster et dans la vie Beatty est tombé éperdument amoureux. Plus de 20 ans d’écart.

 

Annette Bening and husband Warren Beatty arrive at the 83rd Academy Awards in Hollywood, California, February 27, 2011.

Annette Bening and husband Warren Beatty arrive at the 83rd Academy Awards in Hollywood, California, February 27, 2011. (Reuters)

 

En 1992, ils se marient, et auront 4 enfants. Ella (17 ans), Isabel (20 ans), Benjamin (22 ans) et Stephen Ira (25 ans)

.

  • Comment faire en sorte qu'un mariage fonctionne pendant 27 ans ?

 

  • Bien, je pense que le respect mutuel, et que nous voulons vraiment les mêmes choses, a répondu Bening. Alors, il est très tolérant de vivre avec moi.

 

  • Et vous de lui, n'est-ce pas?

 

  • Oui. Je dirais que oui, rit-elle.

 

  • Il y avait des sceptiques au début; que leur dites-vous?

 

  • Que puis-je dire? Je ne sais pas, nous sommes mariés depuis 27 ans. Nous avons quatre enfants. Je pense que ça dit tout, n'est-ce pas? Bening se mit à rire.

 

Ils ont créé ensemble la vie dont elle rêvait. « J'ai toujours voulu des enfants, depuis que je suis toute petite, comme une petite fille de sept ou huit ans. Et mes enfants, qui sont maintenant adultes, sont dans la phase de leur vie où ils reçoivent leur éducation et ils travaillent et tombent amoureux. Et c'est aussi une étape très cool de la parentalité que j'apprécie vraiment. »

 

Annette Bening préfère laisser ses enfants parler pour eux-mêmes. Par exemple, son aîné, Stephen, est un ardent défenseur de la défense des transgenres. ICI

 

  • Que pouvez-vous dire aux autres mères qui souhaitent aider leurs enfants à se retrouver et à être exactement ce qu'elles pensent être ?

 

  • Eh bien, c'est ce que nous voulons tous faire en tant que parents. Et je pense que la partie la plus délicate est que vos enfants doivent vivre dans des difficultés et des douleurs. Et je ne le savais même pas, mais il y avait dans une partie de moi cette pensée, si je le fais bien, je pourrais peut-être parent de mes enfants de telle sorte qu'ils ne devraient pas avoir à souffrir » elle a ri. « Ce qui est, bien sûr, ridicule! Vous voulez les protéger. Mais ce que vous apprenez, c'est à quel point vous êtes impuissant. Vous avez beaucoup à faire pour aider et aimer vos enfants. Et bien sûr, vous faites tout ce que vous pouvez pour les soutenir et les aimer. Mais ils subissent ce qu'il va se passer. Et ils ont le droit de faire cela. Et il y a une dignité à cela. »
  •  

Si vous souhaitez faire une cure d’Annette Bening c’est ICI 

image.png

En 1992, date de cette interview accordée à Christian Defaye pour Spécial cinéma, l'actrice américaine Annette Bening est loin d'être une inconnue. Elle a été révélée au public européen en 1989 grâce à Valmont, adaptation des Liaisons dangereuses réalisée par le metteur en scène Milos Forman, où elle incarne avec une aisance diabolique le sulfureux personnage de Madame de Merteuil. Un an plus tard, elle s'illustrera aux côté d'Angelica Huston et de John Cusak dans Les arnaqueurs de Stephen Frears.  Avec Bugsy, de Barry Levinson, elle fait un pas de plus vers le chemin de la gloire. Elle croise aussi celui de Warren Beatty, partenaire à l'écran, qui deviendra son époux.

 

Formée à l'école du théâtre, Annette Bening évoque avec clairvoyance et intelligence les rôles qui ont marqué sa carrière. Soucieuse d'équilibrer sa vie personnelle et professionnelle, elle se fera par la suite plus rare au cinéma. Mais souvent dans des rôles marquants, comme celui, inoubliable, d'une épouse survoltée dans le très grinçant American beauty de Sam Mendes, réalisé en 1989.

Partager cet article
Repost0

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents