Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 août 2020 4 20 /08 /août /2020 15:40

 

PÉTRONILLE était la reine des mers…

 

CAMOMILLE, sa fille, adorait les méduses, elle les élevait avec grands soins dans un vaste jardin où poussaient toutes sortes de planctons.

 

Son petit frère, AMBROISILLE, était un galopin qui aimait faire des grimaces, des farces et des bêtises.

 

Très souvent, alors que CAMOMILLE dormait, couchée sur un parterre d’algues, il invitait ses copains les poissons à venir manger du plancton dans le jardin de sa sœur.

 

Des goinfres, des pageots, des maquereaux, des mulets, des barracudas, des sars, des sardines, des anchois, ils se gavaient et, lorsqu’ils repartaient du jardin il ne restait presque plus rien.

 

I pesci marini

CAMOMILLE était alors très très en colère contre son petit frère, elle le grondait, le menaçait : « Tu es un affreux Jojo ! Si tu continues je demande à maman d’appeler ADÈLE… »

 

Il se jetait à ses genoux.

 

  • Non, je t’en supplie, pas elle, pas ADÈLE !

 

AMBROISILLE ce coquin n’en pensait pas moins, il récitait dans sa petite tête, les réparties de cette petite harpie :

 

Joyeux Noël Adèle

 

  • Si j'ai bien compris, vous voudriez que j'ouvre des paquets déposés en pleine nuit par un inconnu qui s'est introduit chez nous par effraction ?

 

Et vous estimez être des parents responsables ? Eh bah dis donc…

 

ADÈLE, surnommée dans toutes les mers du globe : MORTADELLE, semait la terreur auprès de toutes les mères.

 

Si vous ne la connaissez pas, vous verrez, elle est vraiment terrible, horrible, cette Adèle, c’est un sacré phénomène !

Mortelle Adèle, le phénomène jeunesse

https://img.aws.la-croix.com/2020/06/05/1201097648/extraitskarmastrophiquet17-3_2_729_926.jpg

Pendant ce temps-là RAPHAËLLE était en vacances, avec sa jolie maman, dans un charmant cabanon du RACCOU. Elle apprenait à nager pour pouvoir affronter les vagues qui roulaient avec fracas sur la plage.

 

Elle buvait du CACOLAC.

CACOLAC boîte métal 25 cl SOURIRE DES SAVEURS, Cave Toulouse

Une nuit, alors qu’elle venait juste de s’endormir après avoir englouti une belle assiette de spaghetti, elle entendit une voix qui lui murmurait à l’oreille : « Viens avec moi, suis-moi, nous allons faire un tour tout au fond de la mer… »

 

Étonnée Raphaëlle répondit « Mais je ne suis pas un poisson… »

 

  • Ne t’en fait pas je suis le fils de PÉTRONILLE la reine des mers, avec son trident magique elle te transformera en un joli poisson.

 

  • Quel poisson ?

 

  • Celui que tu voudras RAPHA !

 

  • Comment connais-tu mon prénom ?

 

  • Parce que j’ai entendu ta jolie maman t’appeler sur la plage.

 

  • Et toi, quel est ton prénom ?

 

  • AMBROISILLE

carte postale ancienne fantaisie, jeune garçon avec un poisson, 1er avril,  enveloppe | Rakuten

  • Ça me rappelle quelqu’un !

 

  • Je sais…

 

  • Mais dis-donc mon Loulou tu es un monsieur je sais tout…

 

  • C’est ce que dis ma grande sœur.

 

  • Tu as une grande sœur ?

 

  • Oui, CAMOMILLE.

 

  • Maman préfère la verveine.

 

  • Comprends pas ?

 

  • Ha, ha, monsieur je sais tout ne sait pas tout…

 

  • Assez de bla-bla-bla, il est temps de partir.

 

  • Tu es bien pressé jeune Loulou !

 

  • Oui, les bêtises ça n’attend pas…

 

  • Tu es comme ADÈLE toi !
  •  

AMBROISILLE vira au vert, ses yeux s’écarquillèrent, il balbutia : « tu connais ADÈLE, tu en penses quoi ? »

 

  • Elle me fait bien marrer, tu en fais une drôle de tête, aurais-tu peur d’elle ?

 

  • Bien sûr que non !

 

  • Menteur, ton nez bouge comme celui de Pinocchio.

 

  •  Dis-donc, tu as la langue bien pendue aurais-tu peur d’aller faire des bêtises au fond de la mer ?

 

  • Moi, je n’ai peur de rien. Allons-y !

 

Sans bruits, ils quittèrent le cabanon, marchèrent sur la plage et, là où la pleine lune projetait un halo de lumière, ils s’enfoncèrent dans la mer.

 

  • Je t’emmène dans le jardin de ma sœur.

 

  • C’est loin ?

 

  • On arrive.

 

Face à eux, un immense jardin tout vert.

 

  • Elle cultive des salades ?

 

  • Non, du plancton…

 

  • Pour qui ?

 

  • Pour ses méduses…

 

Là ce fut au tour de Raphaëlle de frémir mais elle sut faire bonne figure. Prenant son courage à deux mains elle demanda d’une petite voix à AMBROISILLE : « Elles dorment où les méduses de ta sœur ? »

 

  • Dans une immense grotte taillée dans les rochers près du château de ma mère.

 

  • Ta mère a un château au fond de la mer ?

 

  • Bien sûr puisqu’elle est la reine des mers.

 

  • Tu me racontes des histoires, montre-le-moi !

 

 

AMBROISILLE, tout heureux que Raphaëlle ne lui rappella pas qu’ils étaient là pour faire des bêtises mais rien que de penser à ADÈLE, il en avait la chair de poule, lui fit faire le tour du propriétaire du château de sa mère PÉTRONILLE.

 

 

Il y avait des portraits d’elle partout, Raphaëlle ne put s’empêcher de dire « mon Dieu qu’elle est laide mais rigolote ! » Ce qui fit beaucoup rire AMBROISILLE

 

Sorcière | Halloween artwork, Halloween painting, Halloween doodle

  • C’est pour ça qu’elle déteste ma sœur

 

  • Pourquoi ?

 

Regarde !

La petite sirène - Saison 2 - Poisson métallique - Vodkaster

Raphaëlle s’exclama : « Elle est canon ta sœur ! »

 

  • Ouais, ouais, tous les princes des mers veulent l’épouser…

 

  • Mais elle préfère les méduses !

 

  • Comment tu sais ça, toi !

 

  • Mon petit doigt me l’a dit.

 

  • Allez, suis-moi, je t’emmène les voir !

 

  • Les méduses ?

 

  • Ben oui, petite patate !

 

  • Je ne suis pas une petite patate monsieur qui a peur d’ADÈLE.

 

  • Que tu dis !

 

AMBROISILLE bougonna et fonça. Raphaëlle galopa. Ils arrivèrent en face d’une grande anfractuosité.  « C’est le PALAIS des MÉDUSES lui chuchota son guide qui n’en menait pas large.

10022817-la-merveilleuse-grotte-de-phraya-nakhon-en-thailande - Vivre en  Thaïlande

D’une voix fluette il prononça la formule magique « mais où est donc ornicar… » et l’imposante porte s’ouvrit.

Les plus belles photos sous-marines récompensées par Ocean Art en 2018 en  2020 (avec images) | Animaux sous-marins, Photos sous-marines, Photos de  l'océan Photos | Top 10 des méduses les plus incroyables Les méduses Les méduses autour de la Corse | Stéphan Le Gallais PHOTOGRAPHIE

 

Raphaëlle, face au spectacle incroyable de toutes ces méduses allongées sur des lits d’algues, fut estomaquée, chamboulée, émerveillée. Elle emplit sa tête de toutes ces images et tirant AMBROISILLE par le bras, elle lui dit « Il est temps pour moi de rentrer maman va s’inquiéter. »

 

  • Tu as raison rentrons !

 

  • Je suis grande, je saurai rentrer seule. Embrasse ta sœur et dis-lui que j’ai beaucoup aimé ses belles méduses.

 

  • Je ne lui dirai rien c’est notre secret Raphaëlle.

 

  • Comme tu veux AMBROISILLE

 

Elle lui claqua deux bises sur ses joues. Il rougit.

 

Revenue au cabanon elle s’endormit en suçant son pouce. Le matin, alors qu’elle buvait son Cacolac, elle dit à sa jolie maman « J’ai un peu peur des méduses… »

 

Elle ajouta d’une toute petite voix : « Tu ne le dis pas à Ambroise il se moquerait de moi… »

 

Signé : JACQUES

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
18 août 2020 2 18 /08 /août /2020 06:00

Dionysos et le Ressuscité - Philippe Sollers/Pileface

Dans mes archives j’ai retrouvé ce texte tiré de l'essai sur le goût du vin à l'heure de sa production industrielle écrit par Michel Le Gris présenté par son éditeur comme «philosophe de formation, critique musical à ses heures, exerce à Strasbourg le métier de caviste à l'enseigne du Vinophile. » 10 rue d’Obernai (station de tram Musée d’art moderne)

 

Amazon.fr - Dionysos crucifié : Essai sur le goüt du vin à l'heure ...

 

Loin d'être appréhendés comme l'aboutissement d'une histoire plurimillénaire, les produits de l'activité humaine sont souvent tenus pour l'émanation spontanée d'une nature immuable. Le monde de la vigne et des vins ne fait pas exception à cette perception naïve des choses. En dépit de ce qui le rattache encore à la nature, il a été soumis, comme bien d'autres, à des mutations que nos contemporains ne perçoivent que difficilement, alors même qu'elles ont grandement modifié, avec le goût des vins qu'ils continuent de boire, leur faculté personnelle à les apprécier (...)

 

 

"On ne niera pas que le goût des vins relève  des catégories conjointes du beau et du bon, puisqu'il participe à la formation d'un plaisir stylisé, capable de dépasser la simple appétence sensorielle. Mais, pendant que l'on nous abreuve de propos sublimes sur le vin comme oeuvre d'art, les tendances œnologiques qui prévalent de fait reconduisent inlassablement les formes les plus primaires du goût, plus aptes, il est vrai, à la conquête des marchés qu'au raffinement de la sensibilité. Loin de faire un obstacle à sa banalisation, la célébration du vin comme "produit culturel" en est devenu le prétexte et le paravent, si bien que c'est à une double perversion que nous sommes présentement confrontés : les procédés modernes de stabilisation dénaturent les qualités alimentaires de la boisson, tandis que l'objet esthétique est affadi par sa soumission à de lucratives stratégies de simplification. Ici comme ailleurs, c'est dans la modestie et la discrétion que continue à se chercher une authentique singularité gustative, alors que s'exposent avec ostentation, sur les tréteaux de la "création artistique", des produits complices du plus plat conformisme esthétique.

 

La suite ICI

Partager cet article

Repost0
16 août 2020 7 16 /08 /août /2020 08:00

Livre: Les yeux de la momie / l'intégrale des chroniques de cinéma ...

« Tous les journalistes sont des menteurs et des putes », rappelle manchette en conclusion des chroniques de cinéma hebdomadaires qu’i publia Charlie hebdo de 1979 à 1982 sous le titre « Les yeux de la momie ».

 

Préface de Gébé

 

Manchette nous laisse une masse de critiques où le nom des films importe peu. On peut remplacer les titres. Restent son jugement, son discernement, sa lucidité, sa pénétration, sa morale qui s’appliquent à tout. Une philosophie.

 

Les Yeux de la momie - Jean-Patrick Manchette - SensCritique

Frédéric Bonnaud

 

Manchette aimait le cinéma, mais plus guère celui de son temps. D'où ce mélange de compétence et de désinvolture qui fait tout le prix de son recueil d'articles.

 

On sort de ce livre comme d'une cure. Ainsi, à côté du génial romancier, il existait aussi un grand critique, qui a écrit à la fois sa passion du cinéma (mais pas seulement...) et son dégoût du journalisme ("Tous les journalistes sont des menteurs et des putes", bien dit !) pendant plus de deux ans, d'août 79 à décembre 81, dans les colonnes de diverses publications "bêtes et méchantes" (Charlie hebdo, La Semaine de Charlie, L'Hebdo Hara-Kiri, et même le très fugitif Charlie Matin). En le découvrant en un seul bloc, on est d'abord frappé par l'alliage inédit de deux qualités devenues rares, même prises séparément : une extrême compétence (Manchette sait parfaitement de quoi il parle, il connaît même Irving Lerner, ce qui n'est pas donné à tout le monde) et une parfaite désinvolture (il finit par "avouer" qu'il n'a souvent même pas vu ce dont il parle, sauf les "reprises").

 

C'est que pour lui, le cinéma est fini, juste apte au grand recyclage.

 

D'un côté, il y a le stock, les fameuses "reprises" justement ("Je vais finir par croire que j'ai été traumatisé par une chaussette dans ma petite enfance"), avec le quatuor de génies immortels (Ford, Lang, Hitchcock, Welles), les perles (Péché mortel ou Now voyager) et les déesses (Gene Tierney, "On en meurt ou on en reste idiot, je le sais, je l'ai pas eue" ) 

 

Et de l'autre, le robinet des sorties, le tout-venant, avec en vrac les films de Costa-Gavras ("ce cinéaste a la vue basse"), ceux d'Altman ("ce pauvre débile"), ceux de Bertrand Blier ("que je boycotte depuis Les Valseuses, pour cause d'ignominie dans sa tête") et ceux de Wajda ("le célèbre con centriste, anus du pape en second").

 

On le voit, Manchette a l'insulte facile et drôle, il aime bien "déconner" la suite ICI 

 

Clair de femme - Film (1979) - SensCritique

 

6 septembre 1979

 

« Par exemple, dans le confort douillet et gratuit d’une projection privée, aurais-je aimé Clair de femme ? Évidemment non. Sujet : un monsieur vieillissant quitte la compagne de sa vie à la demande de cette dernière (la compagne, pas la vie) qui, cancéreuse, préfère se flinguer tout de suite. Et, dans la nuit, le monsieur unit son désespoir à celui, encore plus pire, d’une dame dont la fillette est morte et le mari complètement débranché dans sa tête (agnosie). Question : l’amour peut-il triompher de la déchéance et de la mort ? Réponse : des fois on croit ça mai fait non. À l’appui de cette thèse, des images léchées de déchéance, d’élans désespérés et retenus, et puis du dialogue désespéré et retenu aussi, sobre, tout ça. Montand et Schneider font leur numéro, avec capacité et conviction. Costa-Gavras filme avec capacité et conviction. Le résultat est, comme son nom l’indique, un bol de mastic.

 

L'Aveu” : le procès des procès staliniens

 

Permettez-moi une digression qui va me permettre de dégager une vieille colère, vieille de plusieurs années. Au temps où Costa-Gavras et Jorge Semprun, et Montand, ont entrepris de critiquer le stalinisme dans L’Aveu, ils ont choisi de porter à l’écran le témoignage d’un homme d’appareil maltraité par ses collègues, le témoignage d’un stalinien, le témoignage d’un menteur. Quand on sait ce qu’Arthur London avait écrit sur le POUM espagnol (en particulier pages 249, 254 et 255 de son livre Espagne, éditeurs français réunis, vous pouvez vérifier), quand on sait que les mêmes calomnies avaient servi de prétexte aux staliniens pour torturer et assassiner de nombreux militants du POUM, on se dit qu’Arthur le menteur était bien placé pour se plaindre après ce que ses petits copains eurent entrepris de lui tordre les couilles à lui aussi. C’est pourtant son histoire que Costa-Gavras et ses potes choisirent de tourner, plutôt que l’histoire d’un Andrès Nin ou d’un Berneri (ceux-ci, il est vrai, après être passé entre les mains des staliniens, se sont trouvés définitivement incapables d’écrire un best-seller).

 

L’Aveu et Clair de femme n’ont aucun rapport. Est-ce bien sûr ? Le problème de Costa-Gavras n’est-il pas qu’il pose toujours des questions fausses ? En amour comme à la guerre, il apparaît que ce cinéaste à la vue basse. C’est cohérent.

 

Lettre d’Yves Montand parue dans le numéro du 13 septembre 1979

 

En tant qu’abonné de Charlie hebdo, j’ai lu ça (la critique ci-dessus)

 

Tout ceci me paraît cousu de fil blanc pas très propre, comme dirait mon ami Jacques Prévert. En effet, dix longues années après, c’est toujours à Arthur London qu’il faut poser la question, mais sûrement pas au scénariste et au réalisateur qui ont tout fait pour souligner dans le film la part de responsabilité de l’auteur ainsi que celle de tous les responsables staliniens, militants, sympathisants, où, comme moi, compagnons de route dans d’autres « aveux ».

 

Il me semble tout à coup être revenu dix ans en arrière, quand les Kanapa de service avaient ordre d’aboyer et si possible de mordre.

 

Salut

Yves Montand

 

1er PS : En ce qui concerne la liquidation du POUM, vous devriez (quand on veut bien faire ce métier de critique), vous devriez, dis-je, avoir vu le film de Jorge Semprun, Les Deux Mémoires.

 

Les Deux mémoires - Catalogue des restaurations et tirages - La ...

 

2e PS : Je souhaite au cinéma en général et aux metteurs en scène français en particulier d’avoir « la vue aussi basse » que celle de mon ami Costa-Gavras, et d’avoir le talent et le courage de réaliser Z, État de siège, L’Aveu en tenant bien compte du contexte politique dans lequel ces films ont été réalisés.

 

Le PS du 20 septembre 1979 de JP Manchette

 

On a pu lire dans le dernier Charlie hebdo une lettre d’Yves Montand faisant suite à mes remarques désagréables sur le vieux film l’Aveu. Mes remarques étaient claires. La lettre l’est aussi, et n’appelle donc pas de réponse. Surtout que, plutôt qu’avec Montand, j’aimerais m’engueuler avec des salauds méprisables. Quant à la recommandation  que me fait Montand de voir Les Deux Mémoires de Jorge Semprun, elle tombe à plat car je l’ai vu, et elle confirme notre désaccord car ce film aussi me paraît courtaud. Davantage que la comparaison avec Jean Kanapa, la suggestion que je pourrais vouloir faire bien mon travail est une offense. Mais le déstalinisé meurtri étant un gibier trop facile à tirer, nous en resterons là.

 

Romain Gary "Clair de femme" - Bouquinerie du Lion - Belfort

Partager cet article

Repost0
14 août 2020 5 14 /08 /août /2020 06:00

Le charme désuet et rassurant des maisons de confiance est-il à jamais disparu ?

Chroniquer, pour reprendre, en la tordant un peu, l’image utilisée par l’un des pères de la chronique, Alexandre Vialatte, c’est comme faire pousser une herbe dans les fentes d’un mur.

 

Enfant, lorsque j’allais me promener ou allait rentrer les vaches du pépé Louis pour la traite, sur le chemin de la Garandelière, j’étais fasciné par toutes ces plantes qui poussaient entre les fentes des vieux murets de pierre qui bordaient le fossé. Indestructibles, vivaces, elles résistaient à tout, la sécheresse, le froid, les intempéries. Lorsqu’à l’école d’agriculture nous allions herboriser avec notre prof de sciences naturelles, Mr Girard, flore en mains, j’ai pu les identifier, depuis j’ai tout oublié.

 

LLOYD Flore Ouest de la France 1897 Botanique Bretagne Vendée ...

 

Beaucoup de mes chroniques, 7492 au compteur, n’ont pas survécu à l’usure du temps, mais certaines restent encore vivaces et, en m’envoyant des fleurs, qui d’autre le ferait mieux que moi, elles recelaient à la fois une curiosité de bon aloi et une belle capacité d’anticipation. T toc, il a le melon !

 

J’adore le melon, alors j’assume, y compris mes erreurs.

 

Pour étayer mes dires je prends un exemple :

 

Je lis dans les ÉCHOS

 

La société de défiance: comment le modèle social français s'auto ...     

 

Le modèle social français entretient la défiance

Par Pierre Cahuc  (chroniqueur | professeur d'économie à Sciences po),

Yann Algan  (doyen de l’Ecole d’affaires publiques de Sciences Po)

Publié le 25 sept. 2007 Mis à jour le 6 août 2019

 

La Sécurité sociale fabrique-t-elle de la solidarité... ou la détruit-elle ? Dans une chronique publiée dans « Les Echos » du 18 septembre 2007, intitulée « Pour une protection sociale durable », François Ewald affirme que « certains, comme Yann Algan et Pierre Cahuc, en viennent à soutenir que, loin de produire plus de solidarité et de confiance, la Sécurité sociale est au principe d'une société de défiance. En d'autres mots, la Sécurité sociale désolidarise. Elle engendre une sorte d'individualisme méfiant et jaloux. » Nous remercions François Ewald de faire référence à notre ouvrage, « La Société de défiance - Comment le modèle social français s'autodétruit », à paraître aux Editions de la rue d'Ulm le 8 octobre. Néanmoins, loin de suggérer que la Sécurité sociale désolidarise en soi, nous montrons que c'est son mode de fonctionnement spécifiquement français, fondé sur une logique corporatiste et peu transparente, qui désolidarise et conduit, en fin de compte, à un manque plutôt qu'à un excès de sécurité sociale. Nous soutenons aussi que le modèle social des pays scandinaves, fondé sur des règles transparentes et égalitaires, explique une grande partie de la confiance mutuelle des citoyens de ces pays.

 

En effet, depuis plus de vingt ans, des enquêtes menées dans tous les pays développés montrent que les Français, plus souvent que les habitants des autres pays, se méfient de leurs concitoyens, des pouvoirs publics et du marché. Cette défiance va de pair avec un incivisme plus fréquent. Ce sont dans les pays scandinaves, dont les systèmes de protection sociale sont les plus généreux, que les citoyens sont les moins méfiants et les plus civiques. Or, en France, défiance mutuelle et incivisme persistent depuis plusieurs décennies. Grâce à une étude détaillée de l'évolution des attitudes sociales sur la longue période, nous constatons que le civisme et la confiance mutuelle des Français se sont dégradés après la Seconde Guerre mondiale. Nous montrons que cette dégradation est intimement liée au fonctionnement de leur Etat et de leur modèle social. Après la Seconde Guerre mondiale, le modèle social français s'est construit sur des bases corporatiste et étatiste. Le corporatisme, qui consiste à octroyer des droits sociaux associés au statut et à la profession de chacun, segmente la société, opacifie les relations sociales, favorise la recherche de rentes, entretient la suspicion mutuelle et mine les mécanismes de solidarité. Il conduit à un éclatement des régimes de retraite, de santé, de sécurisation des parcours professionnels, qui empêche la mise en place d'une Sécurité sociale transparente et efficace. L'étatisme, qui consiste à réglementer l'ensemble des domaines de la société civile dans leurs moindres détails, vide le dialogue social de son contenu, entrave la concurrence et favorise la corruption. Le mélange de corporatisme et d'étatisme est au coeur du cercle vicieux de la défiance actuelle et des dysfonctionnements du modèle social.

 

La faiblesse du dialogue social rend nécessaire l'intervention de l'Etat. Mais selon une logique dirigiste et corporatiste, l'intervention de l'Etat français aboutit généralement à accorder des avantages particuliers aux groupes qui en font la demande, souvent au détriment du dialogue social, du respect des règles de la concurrence et de la transparence. Ce type d'intervention entretient la défiance mutuelle et favorise, en retour, l'expansion du corporatisme et de l'étatisme. C'est cette spirale de la défiance qui rend si difficile l'évolution du modèle social français vers un système socio-démocrate que nous envions tant aux Scandinaves et qui assure une protection sociale efficace.

 

Ainsi, loin d'affirmer que la protection sociale mine la solidarité, comme semble l'avoir compris François Ewald, nous montrons au contraire qu'une protection sociale efficace, fondée sur des règles transparentes et équitables, peut entretenir le civisme et la confiance, comme l'illustrent les pays du nord de l'Europe. C'est bien parce que notre modèle social est corporatiste, opaque et inéquitable qu'il entretient l'incivisme et la défiance.

 

YANN ALGAN ET PIERRE CAHUC

 

21 février 2008

La société de défiance

 

C'est le titre d'un petit opus (99 pages format 14x18) qui a été élu par le magazine Lire MEILLEUR ESSAI 2007, il est sous-titré : "Comment le modèle social français s'autodétruit" il est signé par Yann Algan et Pierre Cahuc du Centre Pour La Recherche et ses Applications dirigé par un économiste dont j'apprécie les analyses Daniel Cohen. Même si je ne suis pas très amateur de grandes enquêtes internationales menées par des officines spécialisées, les grandes tendances qu'elles dégagent sont significatives et donnent une grille d'analyse intéressante. Pour avoir vécu en direct, les mains dans le cambouis, le blocage des routes par les camionneurs, le "siège" de Paris par les tracteurs de la "Coordination Rurale", les exactions en tout genre des CAV, des producteurs de pomme de terre bretons, des éleveurs de moutons contre les camions anglais... Je partage largement le diagnostic avancé par les auteurs dans la seconde partie de l'ouvrage. Comme à l'accoutumé je vous livre des extraits de l'introduction pour vous inciter à lire l'ensemble.

 

« Depuis plus de vingt ans, des enquêtes menées dans tous les pays développés montrent que les Français, plus souvent que les habitants des autres pays, se méfient de leurs concitoyens, des pouvoirs publics et du marché (...)

 

Comment expliquer un tel déficit de confiance en France ? Quelles en sont les conséquences ?

 

La suite ICI

 

La Fabrique de la défiance... et comment s'en sortir", de Yann ...

 

Piqûre de Rappel

21 janvier 2015

La société de défiance « Quand les règles passent pour universellement tournées, ceux qui les respectent se sentent floués.»

 

Je ne vais pas vous faire le coup de « je vous l’avais bien dit » mais me contenterais de rappeler que souvent je vous ai demandé de réfléchir avec le recul nécessaire.

 

La profondeur chère à Alessandro Baricco, tout le contraire des barbares qui ont inventé l’homme horizontal qui consacre tout son temps, son intelligence à voyager en surface, au lieu de se damner à plonger en profondeur.

 

Le surf, l’instant, l’absence d’effort, le flux tendu, la superficialité…

 

La suite ICI 

 

SCHEMA Société de la défiance

 

MERCREDI 21 JANVIER 2015

France, La société de défiance par Aredius44 ICI  

 

«  La France, selon un sondage du World Values Survey est le pays où la plus forte proportion de personnes interrogées ne trouvaient « pas injustifiables de réclamer indûment des aides publiques ». Et c’est aussi l’un des trois pays où la méfiance envers les autres et les institutions est la plus élevée.

 

Explication : dans une société où chacun soupçonne son voisin de tirer avantage du système, chercher à en faire autant n’apparaît pas comme fautif. Quand les règles passent pour universellement tournées, ceux qui les respectent se sentent floués. Quand les simples citoyens apprennent qu’un député, voire un ministre, ne paye pas ses impôts, ils sont incités à frauder eux-mêmes. Le niveau élevé de la fraude, fiscale et sociale, dans notre pays, qui contraste avec la vertu des Scandinaves, pourtant bien taxés, eux aussi, s’explique de cette manière. »

 

Georges de Ménil

Dans Commentaire 2008

 

Un aspect rafraîchissant de ce livre est sa démarche résolument comparative. Les attitudes civiques, la centralisation étatique, l’intensité de la réglementation des marchés – tous les sujets abordés sont systématiquement examinés à la lumière d’une comparaison internationale chiffrée.

 

Cette approche comparative a plusieurs mérites. D’abord, elle fait ressortir de façon dramatique le degré de « l’exception française ». Dans presque tous les tableaux et graphiques du livre – et il y en a une cinquantaine –, la France est un cas extrême. C’est l’un des deux ou trois pays du monde développé où la confiance en autrui est la moindre, où les systèmes de protection sociale sont les plus segmentés, où la représentation syndicale est la plus faible…

 

https://laviedesidees.fr/squelettes/images/College_logo.png

Peut-on se fier à la « société de défiance » ? ICI

 

Par Éloi Laurent  le 13 janvier 2009

 

La confiance s’est envolée : tel semble être le constat qui s’impose en ces temps de marasme économique et d’effondrement du système bancaire. Il est donc urgent de mieux définir les contours de cette notion floue et insaisissable, ce qu’Éloi Laurent propose à travers une critique serrée de La Société de défiance de Yann Algan et Pierre Cahuc.

 

La crise globale, financière et économique, déclenchée au printemps 2007 a placé au centre du débat public mondial le thème de la confiance : confiance dans les relations interbancaires, confiance des ménages et des entreprises dans l’avenir, confiance des marchés dans la signature de la puissance publique. De cette profusion verbale émergent deux problématiques générales : l’importance, qui paraît considérable, de la confiance dans les « démocraties de marché » se manifeste par la disparition de celle-ci ; il semble en outre assez difficile de savoir ce que recouvre exactement cette notion, dont l’usage plastique paraît masquer une grande confusion. La confiance se signale par son absence et demeurerait insaisissable quand elle existe. L’importance accordée par une recherche de plus en plus volumineuse à la notion de confiance est d’ailleurs inversement proportionnelle à la précision, en moyenne, des conceptions théoriques et des instruments empiriques mobilisés. SUITE ICI 

Vous avez dit société de défiance? ICI 

Partager cet article

Repost0
9 août 2020 7 09 /08 /août /2020 06:00

La gare de Bologne en Italie, dévastée par un attentat terroriste opéré par l’extrême droite, le 2 août 2020.

« Bologne n'oublie pas ».

 

Quarante ans après, la ville italienne a commémoré ce dimanche l'attentat de la gare de Bologne, qui avait fait 85 morts et 200 blessés le 2 août 1980.

 

Toute la classe politique italienne, dont le président Sergio Matarella, les familles de victimes, et beaucoup d'anonymes se sont rassemblés autour d'une cérémonie humble et solennelle.

 

L'attentat de la gare de Bologne, fait noir de la fin des "Années de plomb" en Italie, est le pire acte terroriste de l'après-guerre en Italie.

 

Bologne, le 2 août 1980, une partie de la gare centrale  est soufflée par une explosion. Bilan : 85 morts. C’est l’attentat le plus meurtrier des années de plomb.

 

ROME (AFP) 02.08.2020 ICI 

 

L'Italie a marqué dimanche le 40e anniversaire de l'attentat de Bologne (nord-est), qui avait fait 85 morts, en réclamant « vérité et justice » sur cet événement dont les commanditaires restent inconnus, selon de nombreux Italiens.

 

Le 2 août 1980, une bombe explosait dans la salle d'attente de la gare de Bologne, faisant 85 morts et plus de 200 blessés, soit l'attentat le plus sanglant des années de plomb en Italie.

 

« Nous avons besoin de vérité. Sans vérité le pays n'a pas d'avenir. Chercher la vérité signifie chercher la justice », a déclaré sur place Elisabetta Casellati, présidente du Sénat.

 

« Nous sommes aux côtés des familles, de ceux qui croient en l'Etat, des magistrats œuvrant à détruire le voile qui nous sépare de la vérité », a écrit sur Twitter le chef du gouvernement Giuseppe Conte.

 

Deux personnes appartenant au groupe d'extrême droite italien NAR (Noyaux armés révolutionnaires) ont été condamnées à la réclusion à perpétuité pour cet attentat, et une troisième, mineure à l'époque des faits, à 30 ans de réclusion.

 

Plusieurs autres, dont des membres des services de renseignement militaire italien, ont été condamnés en revanche à des peines plus légères, de sept à 10 ans de prison, pour entrave à la justice.

 

Les familles des victimes et de nombreux Italiens pensent que les trois terroristes d'extrême-droite condamnés pour ce carnage ne sont que des exécutants et que les vrais commanditaires restent inconnus et impunis.

 

Selon Paolo Bolognesi, président de l'association des victimes de l'attentat de Bologne, les derniers résultat de l'enquête « confirment que ce vil attentat fut une bombe +noire+, pensée par les responsables de la P2, exécutée par la main-d’œuvre fasciste des NAR et protégée par les hommes de la P2 appartenant aux services secrets ».

 

« L'objectif était de frapper Bologne la rouge », a-t-il assuré, cité par l'agence Ansa.

 

La loge maçonnique P2 (Propaganda Due) était présidée par le tristement célèbre Licio Gelli, décédé en décembre 2015 à l'âge de 96 ans.

 

La liste des membres de la P2 comprenait 962 noms appartenant à la politique, à la magistrature, aux milieux financiers ou militaires.

 

La loge P2 et le nom de Gelli apparaîtront peu ou prou dans tous les scandales des 30 dernières années: du krach de la banque Banco Ambrosiano, dont le président Roberto Calvi fut retrouvé pendu sous un pont de Londres en 1982, à l'existence d'une structure paramilitaire secrète anticommuniste, Gladio.

 

Attentat de Bologne en 1980: l'Italie attend encore la vérité ...

 

24 septembre 2017

Le 2 Août 1980 dans la salle d’attente des 2e classe de la gare de Bologne l’un des attentats les plus sanglants du XXème siècle : 85 morts et 207 blessés.

 

Nous avons la mémoire courte, l’attaque de la gare de Bologne faisait suite à une série d’événements visant à la déstabilisation du pouvoir de la démocratie italienne, stratégie de la tension (attentat de la Piazza Fontana en 1969, enlèvement et assassinat du Président du Conseil Aldo Moro en 1978) mais le massacre de Bologne est le point d’orgue de l’horreur car des civils innocents payèrent de leur vie pour des desseins politiques.

 

En ce 2 Août 1980, le ciel est au beau fixe, une atmosphère de vacances flotte à la gare de Bologne, plaque tournante du trafic ferroviaire pour les villégiatures sur la Riviera Adriatique. En effet, les vacances débutent dans la péninsule Italienne. Dans ce climat d’insouciance, personne ne se doute qu’un drame terrible va se dérouler. Dans la salle d’attente des 2e classe, une valise contenant un engin explosif composé de TNT, de T4 et de Compound B est placé sous une banquette sans que personne ne s’en aperçoive.

 

À 10h25, une violente déflagration secoue le bâtiment et détruit pratiquement tout l’édifice, le toit s’est effondré, et le train Ancona-Chiasso-Bâle qui attendait à quai est soufflé et partiellement détruit à cause de l’onde de choc.

 

En un instant, tout bascule dans le sordide, les survivants et les blessés plus ou moins graves, victimes d’éclats de verre et autres s’extraient tant bien que mal des décombres fumantes, la panique s’installe et un silence de plomb recouvre la station de Bologne.

 

La suite ICI 

 

La chapelle ardente mise en place peu de temps après l'attentat. - UPI / AFP

Partager cet article

Repost0
8 août 2020 6 08 /08 /août /2020 06:00

L'Antésite, la meilleure façon de boire de l'eau !

La fameuse citation de Pasteur « Le vin est le breuvage le plus sain et le plus hygiénique qui soit.» est tout d’abord inexacte, Pasteur a en effet très exactement écrit : « le vin peut-être à bon droit considéré comme la plus saine, la plus hygiénique des boissons ».

 

Études sur le vin : ses maladies, causes qui les provoquent ...

 

« Études sur le vin, ses maladies, causes qui les provoquent, procédés nouveaux pour le conserver et pour le vieillir »

 

À l’époque l’eau était souvent non potable, contenant des micro-organismes pathogènes il était donc plus hygiénique de boire du vin.

 

Au Bourg-Pailler, nous n’avions pas l’eau courante au robinet (l’adduction d’eau se fit lentement dans les campagnes tout comme le tout à l’égout). L’eau venait d’un petit puits au milieu du jardin, on la puisait avec un seau à l’aide d’un système à poulie. Elle n’était pas potable alors mon père décida  de faire creuser un nouveau puits. Il fit venir un sourcier qui, avec une baguette en forme d’Y arpenta le jardin où il trouva la présence d’une source à une dizaine de mètres de profondeur. Mon frère Alain et un ouvrier spécialisé creusèrent à la pioche un puits de large circonférence. De temps à autre ils posaient une mine pour vaincre la roche, ça me donnait des frissons. La terre était argileuse donc collante et lorsque la nappe emplie le fond du puits l’eau était jaunâtre ; je me disais on ne va tout de même pas boire ça. Les travaux de creusement terminés ils installèrent sur une plate-forme au ras du niveau d’eau une pompe électrique pour puiser l’eau. Enfin, ils construisirent une margelle autour de la gueule du puits. Nous eûmes donc de l’eau au robinet dans la souillarde, lieu de la vaisselle, et dans la cour pour que les hommes puissent se laver les mains en rentrant des travaux des champs ou de mécanique (ils utilisaient du Briochin ICI  

 

L’eau du nouveau puits était potable mais ferrugineuse donc d’un goût assez dur.

 

Pour l’adoucir deux méthodes :

 

 

  • L’adjonction des fameux « Lithinés du Dr Gustin » achetés à la pharmacie Denis, des petits sachets que l’on versait dans l’eau d’une bouteille à système et qui la rendait légèrement pétillante et salée. ICI 

 

  • L’adjonction d’antésite
  •  

 

 

« L’Antésite, tu connais ? »

 

Un flot de souvenirs d’enfance resurgit : la colo, les vacances d’été chez la tante de l’île de Ré, la gourde que l’on emportait lors des randonnées en famille…

 

Un, deux, trois, quatre…

 

Il fallait compter dix gouttes par verre – des gouttes qui tombaient lentement dans l’eau gazeuse ou la limonade, la citronnade en formant de gracieuses volutes brunes.

 

Oui, bien sûr ! L’Antésite est LA boisson de l’instant T. Sans alcool, sans sucre ni colorant, elle est rafraîchissante en tapissant la bouche d’un arôme naturel de réglisse.

 

Antésite | Publicité alimentaire, Jus de fruit et Boisson

 

Origine et composition de l’antésite

 

Cette panacée est née à Voiron, en Isère, dans l’officine d’un apothicaire nommé Noël Perrot-Berton. Celui-ci discutait un jour avec un ami, cadre dans les chemins de fer, qui le mit au défi de trouver une boisson désaltérante qui pourrait se substituer à l’alcool et aux boissons alcoolisées, abusivement consommé par les cheminots de l’époque.

 

Je suis toujours antésite car il est difficile de trouver des lithinés en pharmacie.

 

Boisson d’enfance puisqu’il est dit qu’en vieillissant on retourne en enfance.

 

Attentif à tout ce qui se publie je tombe sur un reportage de France bleu :

 

Concentré de réglisse sans sucres à diluer ANTESITE : le flacon de ...

 

Antésite, la nouvelle boisson écolo, made in Dauphiné

 

Fin 2019, Stéphane Lacourt et deux autres associés ont pris des parts dans la société Antésite, basée à Voiron (Isère). Le nouveau directeur général  a bien l'intention de développer la marque et de la faire découvrir ou redécouvrir aux consommateurs.

 

Antésite, une diversification qui porte ses fruits | Présences ...

 

  • Comment avez-vous passé la crise du Covid-19 à Antésite ?

 

Pour nous, cela a été une situation mouvementée mais de façon positive. On a dû transformer notre outil industriel pour fabriquer de la solution hydro-alcoolique. Nous avons travaillé encore plus qu'avant tout en maintenant une ligne pour nos produits classiques puisque là, l'évolution est très positive sur nos Antésite et nos et sirops.

 

  • C'est la première fois que l'entreprise qui a 122 ans ouvre son capital à trois investisseurs, dont vous.  Quel est votre objectif ?

 

L'objectif, c'est de réveiller "la belle endormie" !

 

Qu'entend-on par là ?

 

c'est qu'Antésite est un ultra concentré, créée en 1898 par un pharmacien.  C'est la première boisson saine qui malheureusement était tombée en désuétude, à cause des changements d'habitudes de consommation. Et pourtant, elle a plusieurs vertus. Elle utilise les bienfaits de la réglisse, qui donne un pouvoir sucrant naturel sans sucre et sans calorie. Cela permet par le process de l'ultra-concentré qu'une petite bouteille de 13 centilitres vous donne 225 verres. Donc, c'est à la fois économique et écologique, avec le verre.

 

- Alors, vous voulez lui donner un coup de jeune. Comment allez-vous vous y prendre ?

 

D'abord, c'était rendre le produit accessible. Donc, on a nous amené une quinzaine de commerciaux, pour pouvoir faire le travail sur le terrain, et remettre le produit visible dans les rayons des magasins.  Le deuxième point, c'est d'avoir aussi une diversification vers les nouvelles tendances de consommation. Donc, on a sorti une gamme Antésite bio, qui, elle, ne contient pas de réglisse car certaines personnes n'aiment pas la réglisse. Mais elle garde les mêmes vertus, c'est-à-dire très concentrée, à base de fruits, d'hibiscus où de thé. Pour le moment, tous les indicateurs sont au vert. On fait une croissance de plus de 60% à périmètre équivalent. Le projet final est de construire une nouvelle usine sur Centralp, et on remercie pour cela le Pays Voironais de nous avoir permis de réaliser cela. D'ici 2 ans, on aura un nouvel outil, totalement modernisé, et avec des capacités de production encore plus importantes pour réaliser le développement qu'on a prévu

Voir les commentaires

Partager cet article

Repost0
7 août 2020 5 07 /08 /août /2020 06:00

Dessin de Jacques Touchet en illustration du poème dans le recueil La négresse blonde, 1945 ICI 

J’ai peine à imaginer ce qu’aurait écrit Vialatte dans sa chronique pour La Montagne, sans aurait-il dépassé le côté anecdotique pour souligner l’originalité et la saine conception de notre  retour en terre de René Armentier.

 

Vialatte allait aussi aux enterrements. D'abord, celui de Roger Nimier, dont lui restait un petit lancier en plomb - «la lance est brisée, le cheval galope». Ensuite, celui de son cher Jean Paulhan, qui tenta de le faire libérer quand il était prisonnier des Allemands, publia son premier roman chez Gallimard, et y accueillit toutes ses traductions de Kafka. Paulhan, avec lequel il jouait aux boules le dimanche et mangeait de l'estomac de requin dans un resto chinois du Panthéon. Paulhan, le patron, qui lui avoua, un jour où il corrigeait des épreuves :

 

« J'ajoute quelques fautes d'impression. Pour la vraisemblance

 

En effet, « Pour lui (René Armentier), les obsèques étaient une opération mercantile et il voulait consacrer son argent à ce qui l’intéressait, raconte Martine Glorieux sa fille unique. Il aurait voulu un cercueil en sapin basique qui n’existe pas et ne voulait pas de capitonnage. Lorsque je lui ai dit qu’il faudrait peut-être bien mettre quelque chose, il m’a dit : « eh bien, il n’y a qu’à mettre mon journal ! » Je n’étais pas certaine que ce soit possible, mais les pompes funèbres Ducron m’ont assurée que si, à la grande satisfaction de mon père »

.

Mon père a toujours été abonné à La Montagne, dimanche et jours fériés compris. Il lisait son journal de A à Z.

 

« D’abord les avis d’obsèques, pour voir s’il y avait des célébrités comme il disait, c’est-à-dire des gens qu’il connaissait. Il poursuivait par le sport, le foot surtout car je crois qu’il y avait joué étant jeune. Et puis la politique nationale et surtout régionale : aux dernières municipales, il m’avait demandé de lui donner le nom de tous les maires des communes qu’il connaissait. Il finissait par le programme télé pour les info, les documentaires et le foot ».

 

L’article Un Puydômois emporte le journal "La Montagne" dans sa dernière demeure ICI 

 

 

Partager cet article

Repost0
5 août 2020 3 05 /08 /août /2020 06:00
 
26 juillet 
 
 
Banon 2020

Au temps où j’allais, profitant de mes congepés, traîner mes guêtres du côté de Buoux je me rendais de temps en temps à Banon.

 

9 juillet 2011

 

BANON : pourquoi en faire tout un fromage ? Les bleuets, les feuilles de châtaignier et qu’est-ce-que vous boirez avec ça ? ICI 

 

 

Banon est un charmant petit village des Alpes-de-Haute-Provence adossé au plateau d'Albion entre Lure et Ventoux dans les collines chères à Jean Giono. 878 habitants et plus de 100 000 livres à la librairie « Les Bluets » de Joël Gatefossé menuisier originaire de l’Essonne qui raconte avoir « cassé sa vie » à la mort de ses parents en 1990 et être venu s’installer un peu par hasard à Banon. Les débuts sont difficiles puis c’est le décollage et enfin le succès du au bouche à oreille. 

 

250px-Banon.jpg

 

Le banon est un petit fromage français de 6 à 7 cm de diamètre, au lait cru de chèvre d'une centaine de grammes issu d'anciennes recettes des fermes des Alpes-de-Haute-Provence. Les chèvres sont exclusivement de races provençale, rove et alpine et elles doivent paître sur les collines de la région pendant au moins 210 jours par an. Fromage à pâte molle à croûte naturelle, élaboré à partir de la technique du caillé doux et moulé à la louche avant d'être habillé, à la main, dans des feuilles de châtaigniers brunes et liées par un brin de raphia naturel (il est auparavant trempé dans l'alcool pour éviter les moisissures). Le ramassage des feuilles, qui doivent être récoltées brunes, se fait en automne lors de leur chute. Elles sont ramassées par des équipes de saisonniers sur le plateau d'Albion, dans les Cévennes, en Corse et en Ardèche.

 

À la récré, du pain, du banon, un livre, avec 1 petit coup de Bel-Air&Chardy d’Alice et Olivier de Moor : goûtons le silence !

 

17 mars 2017

À la récré, du pain, du banon, un livre, avec 1 petit coup de Bel-Air&Chardy d’Alice et Olivier de Moor : goûtons le silence !  ICI 

 

« À Banon, on ne plaisante pas avec les livres. La preuve avec cette expérience géniale et exemplaire que personne ne semble regretter ! »

 

À Banon si vous vous promenez dans les couloirs du collège après l’heure du déjeuner, vous serez sans doute surpris par un silence complet…

 

Depuis la rentrée de septembre, c’est en effet devenu un rituel : des élèves à la cantinière en passant par le principal et le secrétaire, plus personne ne parle, plus personne ne bouge, plus personne ne travaille… mais tout le monde lit ! Lumière sur une initiative exemplaire qui a l’air de faire énormément de bien à tous !

 

Cette nouvelle habitude pour le moins originale a été prise au collège de Banon (Alpes-de-Haute-Provence). Désormais, entre 13h40 et 14h05, il y est interdit de faire autre chose que de lire. On peut lire n’importe quel livre, n’importe où ET dans n’importe quelle position, mais on est obligé de lire !

 

Je ne sais si ces vieilles chroniques ont donné à Alice et Olivier de Moor l’envie d’aller prendre du repos, goûter de la beauté, dans cette belle région où se situe Banon, mais Olivier m’a fait parvenir un petit mot :

 

Bonsoir Jacques,

 

Nous sommes rentrés: trop tôt. Car la vendange va devoir se faire trop tôt. Par obligation et déjà je sens l'obligation de courir une fois de plus.

 

J'aime beaucoup les "basses alpes". Et la librairie de Banon. Dans l'offre des livres offerte à l'acheteur, je suis tombé sur un livre consacré à la peinture et c'est passionnant.

 

Ha ! les Basses-Alpes...

 

Carte des Basses-Alpes de 1852

 

Souvenir  de mes années où nous récitions les noms des départements, préfecture et sous-préfecture.

 

Le nom de Basses-Alpes était jugé péjoratif, surtout quand on le comparait à celui du département voisin : les Hautes-Alpes. D'autres départements d'ailleurs avaient déjà ouvert la voie : la Charente-Inférieure était devenue en 1941 la Charente-Maritime, la Seine-Inférieure changeait de nom en 1955 pour devenir la Seine-Maritime, la Loire-Inférieure devenait en 1957 la Loire-Atlantique et les Basses-Pyrénées s'appellent depuis 1969 les Pyrénées-Atlantiques. Enfin, les Côtes-du-Nord, qui ne sont pas situées dans le nord de la France mais au nord de la Bretagne, sont devenues les Côtes-d'Armor en 1990.

 

C'est en 1952-1953 que l'idée d'un changement de nom pour les Basses-Alpes fait son chemin, au moment où le tourisme commence à se développer et où la mention de "Provence" veut être mise en avant, comme l'indique sur France Bleu 100% Sud Jean-Christophe Labadie, directeur des Archives Départementales des Alpes-de-Haute-Provence.

 

La suite ICI 

 

Le sauvetage de la librairie "Le Bleuet", qui voulait concurrencer ...

 

Et la librairie de Banon. Dans l'offre des livres offerte à l'acheteur, je suis tombé sur un livre consacré à la peinture et c'est passionnant. C'est un résumé d'émissions que Daniel Arasse a fait avant de décéder. C'est Laure Adler qui lui confia pour France Culture une émision mensuelle sur les arts plastiques et l'histoire de l'art. Un extrait que voici :

 

 

FINALEMENT, La Joconde est un de mes tableaux préférés, il a fallu pour l'aimer beaucoup plus de temps que les cinq ans pris par Léonard de Vinci pour la peindre. Moi il m'a fallu plus de vingt ans pour aimer La Joconde. Je parle de l'aimer vraiment, pas seulement de l’admirer. C'est pour moi aujourd'hui l'un des plus beaux tableaux du monde, même si ce n'est pas nécessairement l'un des plus émouvants, quoique, franchement, c'est l'un des tableaux qui ont eu le plus de commentaires enthousiastes, jusqu'à la folie, de la part des gens qui l’aimaient, et cela montre qu'il touche. Moi, j'étais dans l’état d'esprit d'un spectateur de la deuxième moitié du XXe siècle, c'est-à-dire qu'on avait tellement vu La Joconde, on la connaissait tellement, qu'elle était devenue plus une plaisanterie qu'autre chose, d'autant que, Duchamp l’ayant reproduite avec cette inscription en bas du tableau : « L.H.O.O.Q. », on ne pouvait plus la prendre au sérieux. Il m'a fallu remonter ce handicap duchampien, non pas pour retrouver le regard de Léonard de Vinci ou de l'un de ses contemporains sur ce tableau, mais simplement pour comprendre comment celui-ci, peint dans des circonstances tout à fait particulières, pouvait avoir encore un tel effet, à bientôt cinq cents ans de distance. Cela ne tient pas seulement au délire de Walter Pater ou de Théophile Gautier. Même Kenneth Clark, le grand spécialiste de Léonard de Vinci, un homme très sérieux et l'un des meilleurs historiens de l’art du milieu du XXe siècle, dans un article, non pas de jeunesse mais de pleine maturité, écrit que La Joconde a l’air d'une déesse sous-marine : cette femme est assise dans une loggia, en hauteur devant un paysage très lointain, et il la voit comme une déesse sous-marine. Que se passe-t-il dans ce tableau pour que des gens sérieux, des responsables de musée et de grand savoir, puissent en dire des choses pareilles ? Ce tableau avait sûrement quelque chose. Personnellement, cela m'intéressait à moitié, mais à partir du moment où je devais écrire un livre sur Léonard de Vinci, je ne pouvais pas évacuer La Joconde, Je devais essayer de comprendre les enjeux de cette œuvre pour ce peintre. Et là, mon travail a été très fructueux. Je me suis demandé comment ce tableau était fait. Je vais en faire la description et vous verrez qu'apparaissent beaucoup de choses qu'on ne voit pas.

 

 

D'abord, la Joconde est assise dans une loggia, c'est-à-dire qu'il y a des colonnes de part et d'autre, sur les bords droit et gauche, jointes par le muret, derrière elle. Elle tourne le dos au paysage, qui est très lointain. Ensuite, elle est assise dans un fauteuil, je le sais uniquement parce que le bras gauche de la figure est appuyé, parallèlement au plan de l’image, sur un accoudoir. Mais cet accoudoir est Punique trace du fauteuil, il n'y a pas de dossier, ce qui est étrange. Et puis le paysage à l'arrière-plan est curieux puisqu'il est composé uniquement de rochers, de terre et d'eau. Il n'y a pas une seule construction humaine, pas un arbre, il y a seulement dans ce paysage quasiment pré-humain un pont, et c'est cela qui m'a posé beaucoup de problèmes d'interprétation. Ce pont enjambe ce qui doit être une rivière, mais qu'on ne distingue pas. Or, comment se fait-il que dans ce paysage des origines il y ait déjà un pont alors que toute présence humaine a disparu ?

 

 

J'ai donc commencé à me rendre compte que ce tableau recelait une méditation de Léonard particulièrement dense. Je ne devais pas m'en étonner puisque Vinci a dit que la peinture est cosa mentale c'est une chose mentale, et que par ailleurs, lorsqu'il a reçu cette commande en 1503 - il avait besoin d'argent et n'avait pas encore en ce temps-là de grandes commandes de la ville de Florence ça précédait de quelques mois la grande commande du palais de la Seigneurie (cf. Bataille d’Anghiari) qui fait qu’il ne livrera jamais le tableau à son commanditaire, Messere Giocondo, et le gardera pour lui toute sa vie. Il a achevé ce portrait pour lui-même. On a la preuve que l’idée de l’arrière-plan est venue très lentement. Il fallait comprendre le rapport qui liait cette figure assise si singulièrement dans ce fauteuil sans dossier et ce paysage : y a-t-il simplement opposition entre d’une part la beauté et le charme de la Joconde et d'autre part l’arrière-plan du paysage, ou bien y a-t-il aussi une relation entre les deux ?

 

 

J’ai essayé de mieux voir comment était peinte cette figure. Si vous la regardez bien, elle a le bras parallèle au plan de l’image, appuyé sur l’accoudoir. Elle est proche de nous, puisqu’on ne voit pas d'espace entre ce bras et une zone plus basse qui inscrirait une distance. En fait, elle est passée devant le parapet qui traditionnellement à l’époque séparait la figure peinte du spectateur, comme dans ces portraits d'origine flamande où le personnage est visible, mais où la base du tableau est faite d'un petit parapet, situé devant lui et devant lequel il place éventuellement sa main. Petit trait de génie de Léonard : mettre la Joconde dans l’espace du spectateur en faisant passer le parapet derrière elle, tandis qu'en même temps son bras fait barrière, bloquant la pénétration. Ensuite, le buste est de trois quarts, elle se tourne donc légèrement vers nous, le visage presque de face, et les yeux, perpendiculaires au plan, nous regardent directement où que nous nous trouvions par rapport à elle. Donc, depuis le bas du tableau jusqu'aux yeux, il y a une torsion de la figure qui fait qu'elle vous fixe. On est sous son regard, ce qui constitue un élément de fascination de ce tableau, tout comme on est un peu sous celui de la Vénus d'Urbin de Titien, le premier grand nu de la peinture occidentale, et ce n'est certainement pas un hasard si l'on est sous le regard de l’archétype du nu occidental. c'est-à-dire que du chaos on passe à la grâce, et de la grâce on repassera au chaos. Il s'agit donc d'une méditation sur une double temporalité, et nous sommes là au cœur du problème du portrait, puisque le portrait est inévitablement une méditation sur le temps qui passe. Montaigne le dit dans ses Essais : « J'ai plusieurs portraits de moi, combien suis-je différent aujourd'hui d'à cette heure. » On passe donc, avec ce sourire éphémère de La Joconde, du temps immémorial du chaos au temps fugitif et présent de la grâce, mais on reviendra à ce temps sans fin du chaos et de l’absence de forme.

 

Restait ce pont, dont je ne comprenais pas la présence jusqu'au moment où j'ai lu Carlo Pedretti, le grand spécialiste de Léonard de Vinci, capable d'écrire comme lui de la main gauche et à l'envers. C'est un homme admirable qui a passé toute sa vie avec Léonard de Vinci. À propos de cette interrogation sur la présence du pont, il dit une chose très simple à laquelle je n'avais pas pensé, à savoir que c'est le symbole du temps qui passe ; s'il y a pont, il y a une rivière, qui est le symbole banal par excellence du temps qui passe. C'est un indice donné au spectateur que l’étrangeté du rapport entre ce paysage chaotique et cette grâce souriante est le temps qui passe. Le thème du tableau c'est le temps. C'est aussi pour cette raison que la figure tourne sur elle-même, car un mouvement se fait dans le temps... Et l'analyse peut repartir à ce moment-là. Le tableau est fascinant parce que sa densité et sa sobriété font qu'il n'arrête pas de renvoyer la réflexion et le regard au regard...

 

 

Cela dit, et je n'en dis pas plus sur La Joconde. ]e ne pense pas que messere Giocondo aurait aimé le tableau s'il l'avait vu. Je pense même qu'il l'aurait refusé parce qu'il ne lui aurait pas plu.

 

Et le fait de faire de l'histoire permet là aussi d'avoir un regard un peu plus neuf sur les choses. Je pense que Francesco del Giocondo n'aurait pas accepté le tableau fini pour une bonne et simple raison : c'est qu'à l'époque, c'est un tableau scandaleux.

 

Aujourd'hui c'est le chef-d'œuvre des chefs-d'œuvre, mais en 1503-1505, c'est un tableau inadmissible.

Pourquoi?

Voilà un bon bourgeois florentin, et pas n'importe qui, qui commande au plus grand peintre du moment le portrait de sa femme parce qu'elle lui a donné des enfants, et ce peintre lui présente, comme portrait, une jeune femme qui sourit, ce qui est incorrect, toute proche de nous, épilée des sourcils et des cheveux - alors qu'on sait très bien qu'à cette époque seules les femmes de mauvaise vie s'épilent - et ensuite il la plante devant un paysage pré- humain affreux, terrible. Or, comment voulez-vous qu'un mari souhaite voir sa femme charmante, aimante, qui lui a donné deux enfants, devant un tel paysage et non pas devant des prairies, des arbres et des petits oiseaux, ce qu'on trouve dans les fonds de portraits de Raphaël contemporains de Léonard. Il n'aurait pas pu comprendre, et je pense que c'est pour Francesco del Giocondo ou pour ce genre de spectateur que Léonard de Vinci a peint le pont, pour leur expliquer qu'il ne faisait pas n'importe quoi, et qu'il y avait effectivement une méditation profonde sur le temps. Mais je crois que ce tableau était trop innovateur il impliquait à l'époque un tel bouleversement des pratiques du portrait qu'il ne pouvait pas être compris immédiatement.

 

On le voit d'ailleurs dans les répliques qui en ont été faites. Raphaël a admiré La Joconde mais quand il fait La Dame à la licorne, il la normalise. La Joconde est à part.

 

 

Ce qui m'a aussi beaucoup frappé quand je travaillais sur La Joconde, c'est que je travaillais en même temps sur tout Léonard de Vinci et donc sur les cartes géographiques qu'il a réalisées à la même époque, et un soir j'ai eu une sorte d'illumination, peut- être une sorte de folie, en regardant ces cartes : j'ai perçu que le paysage de La Joconde en arrière-plan, avec son lac très élevé et son val aquatique et marécageux dans la partie gauche, était pratiquement la prise en vue cavalière d'une carte de la Toscane que Léonard de Vinci réalise aussi en 1503-1504, et l'un des problèmes qu'il se pose dans cette carte est de savoir comment le lac Trasimène a pu jadis, dans un temps immémorial, expliquer les marécages du Val d'Arno, qui se trouve au sud d'Arezzo, en Toscane. On voit sur sa carte qu'il a dessiné un cours d'eau qui n'existe pas dans la réalité, allant du lac Trasimène au Val d'Arno. Ce qui m'a frappé, c'est de voir que la construction de La Joconde s'accordait pleinement à une réflexion cartographique et géologique de Léonard de Vinci, si bien que le paysage représenté derrière elle, c'est la Toscane immémoriale, celle qui existait avant que l’humanité n'y crée la grâce de ce pays, car la Toscane est très belle et c'est La Joconde. Ce cours d'eau qui relie le lac Trasimène au Val dArno, c'est le sourire de la Joconde. On pourrait continuer.

 

 

Par exemple, c'est vrai qu'elle a l'air d'être dans une grotte, et on a un très beau texte de Léonard sur la grotte : comme il se penche pour voir ce qu'il y a dans la grotte, il est attiré et il a peur. Cette attirance et cette peur de Léonard de Vinci par rapport au corps féminin sont bien connues : il est le premier artiste à avoir dessiné un sexe féminin comme une grotte. On peut continuer indéfiniment comme cela. La Joconde condense, je crois, une méditation sur le portrait et le temps qui est fondamentale pour l'art du portrait occidental, et en même temps c'est certainement l'un des tableaux les plus personnels de Léonard, parce qu'il a peint pour lui le portrait de la femme fertile, l’épouse de Francesco del Giocondo.

 

Partager cet article

Repost0
4 août 2020 2 04 /08 /août /2020 06:00

 

Joël Giraud, secrétaire d'Etat à la Ruralité auprès de Julien Denormandie

 

Maire de l'Argentière-la-Bessée et député LREM des Hautes-Alpes, Joël Giraud est le nouveau secrétaire d'Etat à la Ruralité. En novembre 2013, il avait posé une question au ministre de l'Ecologie sur les phénomènes des "chemtrails". Ces traînées blanches laissées par les avions dans le ciel sont formées par la condensation de vapeur d'eau dégagée par les moteurs des avions. Des thèses conspirationnistes, nées dans les années 60 aux Etats-Unis, affirment que ces traînées sont des produits chimiques volontairement répandus depuis le ciel. Le ministère de l'Ecologie avait répondu à Joël Giraud en 2013 que les traces des avions dans le ciel n'étaient "pas nocives pour la santé".

 

Un parcours agro-écologique, gastronomique et culturel au ministère - Journées du Patrimoine 2017

 

Ça m’a donné l’idée de vous dresser le panorama des secrétaires d’État auprès du Ministre de l’Agriculture sous la Ve République…

 

L'HÔTEL DE VILLEROY

 

C’est une denrée rare : 10 (Méhaignerie l’a été 2 fois)

 

Le plus gros problème : où le loger ?

 

L’hôtel de Villeroy n’a rien de prévu à cet effet alors il ne reste plus qu’à le parquer dans la galerie Sully là où sont affichés les portraits des Ministres, ça fait un peu soupente de luxe.

 

 

  • Bernard Pons  (22 juin 1969-16 juillet 1972) sous Jacques Duhamel (22 juin 1969-7 janvier 1971) puis Michel Cointat (7 janvier 1971-5 juillet 1972)

 

  • Jean-François Deniau   Secrétaire d’État auprès du ministre de l'Agriculture (31 janvier 1975    12 janvier 1976) sous Raymond Marcellin

 

  • Pierre Méhaignerie  (12 janvier 1976-25 août 1976) sous Christian Bonnet

 

  • Jean Tiberi         Secrétaire d'État chargé des Industries alimentaires (12 janvier 1976-25 août 1976) sous Christian Bonnet

 

  • Pierre Méhaignerie (27 août 1976-29 mars 1977) sous Christian Bonnet

 

  • Jacques Blanc   (30 mars 1977-31 mars 1978) auprès de Pierre Méhaignerie

 

  • Jacques Fouchier (5 avril 1978   13 mai 1981) auprès de Pierre Méhaignerie

 

  • André Cellard (22 mai 1981-22 mars 1983) auprès d’Edith Cresson.

 

  • René Souchon (22 mai 1981- 4 avril 1985) auprès de Michel Rocard

 

  • Nicolas Forissier (31 mars 2004-31 mai 2005) auprès d’Hervé Gaymard puis de Dominique Bussereau.
  •  

Ces Auvergnats qui ont été ministres sous la Ve République ...

 

Une exception : Michel Debatisse, fut secrétaire d'Etat auprès du premier ministre (Raymond Barre) chargé des industries agro-alimentaires du 22 octobre 1979 au 13 mai 1981. Il ne fut donc pas logé au 78 rue de Varenne mais  à des adresses exotiques.

 

2 éphémères Ministre délégué René Souchon à la forêt (4 avril 1985-20 mars 1986) et Guillaume Garot  Ministre délégué chargé de l'Agroalimentaire 16 mai 2012- 2 avril 2014, nommé auprès de Le Foll pour faire plaisir à la Ségolène dont il fut un fidèle soutien.

 

Passons-les en revue :

 

  • Bernard Pons ICI   longue carrière politique de ce chiraquien s’est illustré à Ouvéa ICI 

Amazon.fr - Mémoires de 7 vies - Tome 1 - Les temps aventureux ...

 

 

  • Jean-François Deniau homme politique grand ami de Giscard, diplomate et écrivain, également navigateur, conteur, aventurier des droits de l'homme ICI  Je lui garde une grande reconnaissance c’est lui qui m’a recruté en 1975, sur la recommandation de son ami Michel Albert, comme chargé de mission contractuel auprès du directeur de la Production et des Echanges, Bernard Auberger, mon premier poste, le pied à l’étrier.

 

  • Pierre Méhaignerie  on ne le présente pas même s’il est maintenant retiré des voitures ICI  soutien Emmanuel Macron à l'élection présidentielle de 2017. « Cet homme est une borne », disait de lui l'ancien président socialiste François Mitterrand.

 

  • Jean Tiberi, moins connu que Xavière celle par qui les corses, retournés auprès de Dieu le père votaient dans le Ve, fut maire de Paris, soutien de Macron il n’a laissé aucune trace dans l’industrie de la charcuterie-salaisons pourtant fleuron de l’Ile de Beauté.

 

  • Jacques Blanc je l’ai bien connu lorsqu’il présidait, au  nez à la barbe des socialos, la région Languedoc-Roussillon, et que nous négociions sous la houlette de Michel Rocard l’élargissement de l’Europe à l’Espagne et au Portugal. Un roublard sympathique, sincèrement attaché à sa Lozère natale.

 

  • Jacques Fouchier, vétérinaire de son état, élu des 2 Sèvres, s’est rendu célèbre dans tout le Ministère pour  avoir, lors d’un Conseil des Ministres de l’agriculture de la CCE, prononcé à plusieurs reprise MAIS au lieu de MAÏS en lisant le papier de son conseiller technique qui omis le tréma sur le I.

 

  • André Cellard, les mauvaises langues affirmaient qu’il devait son poste au fait que cette nomination ouvrait les portes du Palais Bourbon à Lydie Dupuy sa suppléante qui se trouvait être la belle-mère de Jean-Christophe Mitterrand, dit « papa m’a dit ».

 

  • René Souchon fut nommé pour, disait-on, marquer à la culotte, le tout nouveau Ministre de l’Agriculture Michel Rocard, en fait la cohabitation fut sans nuages, j’en témoigne, les réunions de cabinet étaient communes, René avait toute liberté en son domaine et, comme la France présidait le Conseil des Ministres européen, il prit le fauteuil de Rocard lors de l’instauration des quotas laitiers. Pour la petite histoire il suivait un régime draconien pour plaire à sa dulcinée.

 

Le 26 janvier 1986, à la maire de Vic-sur-Cère dans le Cantal, Michel Rocard et René Souchon entouraient Jacques Gilzome, maire de la commune. © Agence AURILLAC

 

Réné Souchon : "Michel Rocard ne faisait pas de la politique pour faire des coups" ICI

publié le 03/07/2016 

 

On a quand même fait la mise en place des quotas laitiers européens, le 31 mars 1984. Nous avions un cabinet commun, on se parlait tous les jours. J’avais d’autres secrétaires d’Etat au téléphone qui se plaignaient de n’avoir aucune marge de manoeuvre. Ce n’était pas mon cas, il me donnait carte blanche sur les dossiers dont j’avais la charge.”

 

René Souchon, qui était alors plus mitterrandien que rocardien, se souvient d’un homme “impressionnant par son intelligence”. “Au début, son entourage pensait que j’avais été mis là par Mitterrand pour le surveiller. Il a vite compris que ce n’était pas le cas, entre nous il n’y a jamais eu de coup tordu”. 

 

En avril 1985, Michel Rocard démissionne parce qu’il est opposé à l’instauration du mode de scrutin proportionnel aux législatives de 1986. Henri Nallet prend son poste à l’agriculture, René Souchon reste en place, cette fois comme ministre délégué.

 

“Ce n’était pas un politicien, il avait une rectitude morale extraordinaire, il ne faisait pas de la politique pour faire des coups. Il était vraiment sur les idées, il allait tout droit… et ne voyait pas venir les coups des autres. C’est pour cela que Michel, que je n'ai pas vu depuis deux ans, était très critique sur la politique d’aujourd’hui, avec ses “coups” politiques et sa médiatisation.”

 

  • Nicolas Forissier n’a laissé aucune trace.

 

Partager cet article

Repost0
3 août 2020 1 03 /08 /août /2020 06:00
La meilleure carbonara de Paris, tout comme celle de Nabil Hassen Hadj chez Roscioli la cantine de Ben Stiller à Rome, c’est ICI

Tout comme le Jadot vert poireau aurais-je pris le melon ?

 

Je suis tout prêt à l’admettre mais, que voulez-vous que j’y fasse, ma carbonara est plébiscitée par les plus fines gueules de Paris.

 

Quelle en est la raison ?

 

Ce n’est nullement dû à mon génie culinaire mais à 2 choix essentiels :

 

  • La qualité des ingrédients utilisés, tout particulièrement la pasta.

 

  • L’exclusion de la crème fraîche épaisse.

 

La crème fraîche, un sacrilège ! Denny Imbroisi, chef du restaurant IDA

 

Dans la recette française qui a fait bondir les Italiens, tous les ingrédients sont mélangés et cuits dans une même casserole. C’est tout ce qu’il ne faut pas faire : avec cette méthode, impossible de maîtriser les cuissons.

 

De plus, certains ingrédients utilisés, à savoir les oignons, les lardons et la crème, n’apparaissent pas dans la recette traditionnelle. Même les pâtes choisies, des farfales, ne sont pas les bonnes, puisque l’on opte habituellement pour des pâtes longues.

 

La présence des lardons est elle aussi curieuse : dans la véritable recette des pâtes à la carbonara, on utilise de la guanciale, une spécialité italienne à base de joue de porc. Pour finir, l’utilisation de la crème fraîche est un véritable sacrilège : cet ingrédient n’a jamais existé dans ce plat.

 

C’est écrit.

 

Bien évidemment je ne vais pas dévoiler ce qui fait le succès de ma carbonara auprès de mes fans, vous livrer mon petit plus, à vous de laisser libre court à vos talents de cordon bleu.

 

 

La carbonara de Roscioli a été élue la meilleure d'Italie en 2008.

 

Ça fait un bail, j’espère que depuis la maison Roscioli, grisée par son succès, n’a pas bu l’eau des nouilles…

 

Roscioli n'est pas qu’un restaurant c'est avant tout une famille.

 

Le grand, l’immense, l’incontournable, le chouchou de Paulo le tombeur des dames, François-Régis Gaudry, titrait en juin 2014 la pasta diva des frères Roscioli ICI 

 

« Nous avons porté une attention extrême à toutes les composantes de cette grande spécialité romaine », explique Alessandro Roscioli, à la tête de l'établissement, avec son frère Pierluigi. Le guanciale provient d'un élevage fermier du mont Conero, dans les Marches; les oeufs sont livrés par Paoli Parisi, l'éleveur star de Toscane; le poivre est un cru exceptionnel de Sarawak (Malaisie) ; deux variétés rares de fromage pecorino sont utilisées. Quant aux pâtes, elles sont signées Benedetto Cavalieri, le nec plus ultra des fabriques artisanales, dans les Pouilles! Autant d'ingrédients haute couture subtilement mélangés à la dernière minute par Nabil Hadj Hassen, le cuisinier d'origine tunisienne. « C'est un magicien! Il est le seul étranger capable de préparer la pasta mieux que les Italiens », avoue Alessandro.

 

Cette bonne table s'est distinguée en 2008, lorsque la carbonara de Roscioli, préparée par le chef Nabil Hassen Hadj, reçoit le prix de meilleure d'Italie, faisant de ce plat la pierre angulaire du menu.

 

 

Mais qu'est-ce qu'une carbonara, pour les Romains ?

 

Certainement pas un plat à base de crème, exclue de la liste des ingrédients. Mais plutôt des œufs fouettés avec le pecorino, le guanciale saisi à la poêle, croquant à l'extérieur et fondant à l'intérieur, et beaucoup de poivre. Parce que carbonara viendrait de carbone, le charbon en italien. Le résultat est crémeux, piquant et fondant à la fois : un délice qui se déguste le long du comptoir où reposent les produits disponibles à la vente à emporter.

 

Roscioli. Via dei Giubbonari, 21. Du lun-sam 12h30-16h et 19h-minuit. Tél. : +39 06 687 5287. Réservation indispensable. ICI 

 

roscioli-restaurant-christmas-dinner-rome - LivItaly Tours

Partager cet article

Repost0

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents