Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 janvier 2022 4 13 /01 /janvier /2022 06:00

 

Aucune description de photo disponible.

« La bataille culturelle et politique se joue avant tout à l’école, puisqu’elle est le creuset où se façonnent les futurs Français quelles que soient leurs origines »

 

«Il n’y a pas de nation prospère sans une école qui transmet les savoirs et sans une école qui permet de viser l’excellence»,

 

  • fin du collège unique,  
  • création d’un certificat d’études à la fin du primaire sanctionnant les savoirs fondamentaux: lire, écrire, compter,
  • revenir à la blouse, «symbole d’égalité»,
  • rebaptiser symboliquement le ministère de l’Éducation nationale «ministère de l’Instruction publique».

 

Signé Z 

 

La suite ICI 

 

 

Très portée avant 1968, la blouse n'est plus aujourd'hui qu'un souvenir d'écolier.

Publié le 6 septembre 2018

 

La blouse a marqué des générations de petits Français. Pourtant, elle n'a jamais été obligatoire à l'école. Bleu, beige ou noire, celle-ci protège les vêtements des taches de stylos plume, de la peinture ou même de l'argile. Cependant, l'opposition à l'uniforme apparaît dès 1960. A l'époque, des lycéens de l'École alsacienne se rebellent. Restant très fréquente aux Antilles ou à la Réunion, la blouse a disparu des salles de classe en France métropolitaine vers 1968.

 

« Avant la seconde guerre mondiale, ce sont surtout les écoliers des milieux ruraux qui portaient une blouse, puisqu'il s'agissait de leur tenue de tous les jours, à la maison comme à l'école. Plus tard, dans les années 1950 les blouses grises pour les garçons et de couleurs pour les filles les remplacent. » suite ICI

 

 

« L'Histoire raconte que c'est en Angleterre que sont apparus pour la première fois les uniformes dit "scolaires". Avant d'être mis en place dans les écoles d'élites, l'uniforme fit son apparition dans des écoles caritatives, comme la Christ's Hospital School, qui avaient pour vocation d'éduquer les enfants les plus pauvres. Les écoliers portaient une redingote bleue.

 

Pour la petite anecdote : en 2011, les élèves de la Christ's Hospital School ont voté à 95% pour le maintien de l'uniforme original de l'école.

 

Le Pépère - Qui a connu la blouse à l'école ? | Facebook

2016 - L'uniforme est présent dans les programmes présidentiels

 

François Fillon et Marine Le Pen, candidats à l'élection présidentielle de 2017, inscrivent le port de l'uniforme dans leur programme. Le candidat des républicains avait d'ailleurs soutenu lors de sa campagne que porter l'uniforme scolaire forçait le " respect de l'autorité et le sens de l'effort".

 

2017- Jean-Michel Blanquer se dit favorable aux uniformes scolaires

Lors d'une interview sur Paris Match à propos de l'uniforme : " Dès lors qu'il existe une adhésion locale, cela peut-être une des réponses au consumérisme qui caractérise notre société, et accentue les inégalités sociales jusque dans la cours de récréation. [...] L'école de la République forme des citoyens, pas des consommateurs".

 

Trois appellations : blouse/sarrau/tablier

 

Chez moi, la blouse noire était l’uniforme des marchands de bestiaux, les maquignons, ceux que pépé Louis injuriait, notre Président a des mots d’enfant de chœur à côté de la verdeur des siens, copieusement lorsqu’il discutait avec eux du prix de ses grands bœufs blancs.

 

Nos mères, indifféremment, parlaient de sarrau ou de tablier…

 

SARRAU, subst. masc.

 

  1. − Blouse de travail ample à manches longues, portée par-dessus les vêtements. Sarrau bleu, blanc; sarrau de toile bise, écrue ; sarrau de paysan, de peintre, de roulier.

 

« Bûcheron, chaussé de sabots, vêtu d'un pantalon et d'un sarrau de toile Victor Hugo, Les Misérables., t. 1, 1862

 

  1. − Tablier d'enfant, d'écolier, à manches longues et boutonné par derrière.

 

« Il avait laissé une galopine, une écolière en sarrau de toile, et il était en face d'une grande jeune fille » Émile Zola, Joie de vivre, 1884

 

TABLIER, subst. masc.

I. − Pièce qui sert à protéger.

Blouse boutonnée par-devant ou par-derrière, généralement à manches longues et qui se porte sur les vêtements pour les protéger. Tablier d'écolier; tablier noir.

 

« Cher enfant: joli sous tes vêtements si simples et si proprets, ce tablier blanc et bleu d'écolier que j'eus aussi Paul Verlaine, Souvenirs et fantaisies 1896

 

photosarrau.JPG

23 juin 2006

Le sarrau ICI 

 

J'ai ouï-dire que pour lutter contre la toute-puissance des marques dans les cours d'école le biographe d'Henri IV (ndlr un certain François Bayrou) préconisait la blouse obligatoire : le retour du sarrau !

 

Après tout, pourquoi pas,  s'il n'y a pas d'autres sujets d'importance à mettre en débat nous pouvons nous remobiliser comme lors du référendum : un face à face très chaud entre les ouiouistes et les nonistes du sarrau.

 

Pour en revenir, au sarrau, hier au soir je dînais aux Pipos face à l'Ecole Polytechnique : pour je ne sais quelle raison les Polytechniciens étaient de sortie, en uniforme, alors vive l'uniforme !

 

En fait, ça ne nous changerait pas beaucoup de ce que nous côtoyons tous les jours. " Dans notre société hypermoderne et "performeuse", la pure spontanéité est devenue rarissime. Tout le monde est plus ou moins factice, joue un rôle avec une gravité sans faille. Du PDG qui enfile chaque jour son costume sombre de tueur en col blanc au bad boy des cités qui arbore ostensiblement sa tenue ultra-codifiée de gangstarap, tout le monde fait l'acteur, endosse une panoplie permettant de s'identifier socialement.

 

L'uniforme pourrait-il faire son retour à l'école ?

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2022 3 12 /01 /janvier /2022 06:00

Une biographie révèle la fascination de Hitler pour le monde anglo-saxon

Par les temps qui courent je fais dans le lourd, 928 pages, avec Hitler. Le monde sinon rien, biographie de l’historien britannique professeur au centre d'études internationales de l'université de Cambridge Brendan Simms, qui a écrit une biographie qui retourne les interprétations de la vision du monde d'Hitler. Ce n'était pas le communisme qu'Hitler haïssait par-dessus tout, mais le capitalisme en général et les États-Unis en particulier : « Le capitalisme anglo-américain contre lequel Hitler se révolta structura toute sa carrière politique. » et fut la racine de son antisémitisme...

 

Je partage la critique ci-dessous de Fréderic le Moal, elle reflète parfaitement mon opinion sur cette biographie.

 

Caricature, par Clifford K. Berryman en 1939, du pacte germano-sovietique signe en aout 1939. Ici, le pacte est represente sous la forme du mariage entre Adolf Hitler et Joseph Staline.

© Rue des Archives / Granger NYC / © Granger NYC/Rue des Archive

 

Hitler l’anticapitaliste

 

C’est une véritable révolution copernicienne qu’opère l’historien britannique Brendan Simms dans sa biographie d’Hitler, traduite par les éditions Flammarion. Notons tout d’abord que l’ouvrage frappe par la densité de ses informations, la précision de ses analyses et la richesse des citations du Führer.

 

Se concentrant avant tout sur son projet de politique étrangère, il propose une thèse des plus ori­gi­nales et nous conduit à réviser en profondeur notre vision du dessein hitlérien.

 

Jugeons-en.

 

Reje­tant la thèse clas­sique et communément admise de la haine idéologique à l’encontre du judéo-bolchévisme, qui pousse Hitler dans son entreprise de destruction de l’URSS, du communisme et du judaïsme, Simms explique que ce qui, en réalité, structure la pensée du dictateur se situe dans son aversion pour le capitalisme anglo-saxon, répulsion qui constitue la matrice de son antisémitisme, Londres et Washington étant perçues comme soumises aux Juifs.

 

La suite ICI

 

Hitler Le monde sinon rien - broché - Brendan Simms, Séverine Weiss,  Johanna Blayac - Achat Livre ou ebook | fnac

Brendan Simms, Hitler. Le monde sinon rien, Flammarion, octobre 2021, 928 p. — 39,00 €.

Brendan Sims, professeur d'histoire des relations internationales à l'Université de Cambridge

Entretien de Books avec Brendan Simms : « Hitler ne considérait pas le principal ennemi de l'Allemagne comme le communisme soviétique, mais comme le capitalisme anglo-américain » ICI

Image

Adolf Hitler

Histoire nazie: les visions du monde d'Hitler réexaminées dans la biographie ICI

Avec "Hitler: A Global Biography", l'historien Brendan Simms met l'accent sur l'obsession du dictateur pour le capitalisme anglo-américain comme motivation de son régime destructeur.

Ordensverleihung 18. Juli 1941 (WK II; Ostfront)

Partager cet article
Repost0
11 janvier 2022 2 11 /01 /janvier /2022 06:00

https://www.telerama.fr/sites/tr_master/files/styles/simplecrop1000/public/president_1961_04_0.jpg?itok=DbiP5UZw

Notre jeune et sémillant Président, à nouveau disruptif, a versé dans le langage de charretier en déclarant qu’il souhaitait emmerder les non-vaccinés.

 

Vous me direz y’a plus de charretier mais y’a des gars dans leurs bagnoles qui ne se privent de l’utiliser, faut pas s’étonner c’est le langage du peuple, des gens comme dirait notre Merluchon.

 

Le Roi ne devrait pas dire ça !

 

Là, il descend de son trône ou du trône où nous sommes tous égaux, et les Français, selon un sondage, l’approuvent sur le fond mais désapprouve la forme, hypocrites qu’ils sont.

 

Moi « ça m’en touche une sans faire bouger l’autre… »

 

Mais c’est un vrai casse-tête de la presse étrangère pour traduire le verbe « emmerder » d'Emmanuel Macron

 

La presse étrangère a largement repris les propos tenus par Emmanuel Macron qui veut « emmerder les non-vaccinés ». Un casse-tête pour trouver la traduction appropriée dans les langues respectives.

        

Les propos tenus par Emmanuel Macron dans un entretien au Parisien ont donné du fil à retordre à la presse étrangère qui a dû composer pour traduire le verbe « emmerder » dans leurs langues respectives, au plus proche du sens français.

 

En anglais, les médias anglo-saxons ont opté pour les verbes «annoy» comme sur la CNBC ou «hassle», deux traductions qui sont plus proches du verbe embêter, dans la langue de Shakespeare, que du sens grossier du verbe emmerder. D'autres, comme la BBC ou Le Guardian, ont voulu traduire au plus proche de la connotation vulgaire avec « piss off ».

 

« We need the merde »

 

L’agence Associated Press a, quant à elle, opté pour «to bug» qui se traduit également par « embêter » Le New York Times n'a pas repris le verbe dans sa titraille pour un changement complet de la tournure de l'expression : « En utilisant un langage dur, Macron lance un défi aux non vaccinés ». Piss off est utilisé dans le corps du texte. Pour la journaliste du New Yorker, Lauren Collins, « We need the merde » (Nous avons besoin de la merde), exprime-t-elle sur Twitter.

 

Laurence Haïm, ancienne correspondante de Canal + à Washington, la rejoint. Elle avait tweeté une proposition de traduction avec « I fuck them» avant d’opter, elle aussi, pour « piss of »

 

En Allemagne, les médias ont omis le caractère vulgaire du terme avec « nerven » (énerver) et « auf den Wecker zu fallen » (taper sur les nerfs). Die Welt choisit « Macron veut énerver les non-vaccinés » alors que le Das Bild a traduit « emmerder » par le verbe « schikanieren » qui présente une proximité étymologique avec « chicaner », recense 20 minutes.

 

En italien, on choisit «far arabbiare » (« énerver ») les non-vaccinés dans La Repubblica, mais aussi, plus directement, « Ho molta voglia di rompergli le p*** » (« J’ai très envie de leur casser les c*uilles ») dans Il Tiempo.

 

En espagnol, El Pais emploie le terme « fastidiar », mais aussi « joder » qui signifie « merde » et peut aussi s’entendre comme « faire chier ».

 

Au Japon, les journalistes ont hésité entre okoraseru (énerver), unzariseru (embêter, casser les pieds), mukatsukaseru (ça me rend en colère) ou plus kusokuraé (littéralement « Bouffe ta merde ! »)

 

Le correspondant du Asahi Shimbun a justifié son choix de traduction dans un article publié sur le site du quotidien qui expliquait la connotation vulgaire du mot utilisé par le président français.

 

« Je crois avoir été l'un des hommes le plus détesté de son époque, ce fût longtemps mon chagrin, c'est aujourd'hui mon orgueil. »

 

C’est de Jean Gabin Émile Beaufort, ancien président du Conseil.

 

Le Président, celui qui tenait les rênes, sous la Quatrième, c’était le Président du Conseil.

 

Le nôtre, préside la Conseil des Ministres, et le 1er d’entre-eux n’est qu’un collaborateur que le Président peut congédier.

 

Il préside aussi, pour les 6 prochains mois, l’Union Européenne, et la tirade d’adieu ( lire en fin de chronique) de Jean Gabin Émile Beaufort, ancien président du Conseil, évoque la construction européenne. C’est de l’Audiard pur sucre, je ne suis pas fan de l’homme Audiard qui fut un collabo impénitent ICI , mais il savait  manier les mots, qui, dans la bouche de Gabin tonnent dans l’hémicycle !

Le Président en DVD : Le Président DVD - AlloCiné

Aujourd’hui c’est « Le Président » (1961)

 

Pourquoi ce film ?

 

Parce qu’en bon pédagogue je me dois de coller à l’actualité. En ces périodes d’élections, il n’est pas étonnant que Ciné papy, conforme à ses principes, vous ressorte de la naphtaline un de ces films de derrière les fagots qui a marqué l’histoire du cinéma français

 

Quelle est l’histoire ?

 

D’après un roman de Simenon c’est l’affrontement feutré de deux hommes politiques disons plutôt un Homme d’Etat et un politicard qui n’a d’autre ambition que la sienne et celle de sa classe sociale. Le tout nous est conté à coup  flashback  à l’occasion des problèmes de santé du Président qui a pris sa retraite et de son point de vue sur la crise politique qui agite le pays.

 

Réalisation

 

Derrière la caméra le prolifique et hyperactif Henri Verneuil. C’est un cinéaste-scénariste et producteur sans génie, sauf celui des affaires, mais de grands et multiples talents. De 1951 à 1992 il réalisera 34 films dont « La vache et le Prisonnier » 1959 qui sans conteste, figurent au Top 10  des rediffusions du dimanche soir sur TF1. Il possède le «midas touch » et collectionne les grands succès au box-office. Pour se faire une recette à toutes épreuves. On mélange un bon scénario – souvent d’Henri Verneuil –  de grands acteurs populaires et un dialoguiste percutant : Michel Audiard (plus d’une dizaine de collaborations) La recette fonctionne quel que soit le type de cinéma : grand spectacle ou intimiste, aventure ou policier et cela, en France comme à l’étranger.

 

C’est dire si le bonhomme connaît son métier.*

 

Malgré les propos peu amènes ci-dessus Ciné papy doit reconnaître que plusieurs films de Verneuil figurent à son panthéon personnel et cela pour ne pas avoir dénaturé les auteurs respectifs des romans inspirant les films

 

         - « Un singe en hiver » 1962                        (Mon très cher Antoine Blondin)

 

         - « Le Corps de mon ennemi » 1976          (Le réjouissant Félicien Marceau)

 

 

* Selon les statistiques enregistrées depuis 1945, Henri Verneuil est le réalisateur français qui a rassemblé le plus de spectateurs au cours de sa carrière : avec ses trente-quatre films, il a atteint 91,58 millions d'entrées au total, et en moyenne il a réalisé 2,69 millions d'entrées par film9 indique Wikipédia

 

Qui fait quoi ?

 

Jean Gabin :                         Émile Beaufort, ancien président du Conseil

 

Que dire de ce monstre sacré ? Esquissons la stature de son personnage au travers des mots qu’Audiard lui prête. Puisons dans Wikipédia

 

         - À bien des égards, Émile Beaufort, qui est un concentré des présidents du Conseil des IIIe et IVe Républiques, rappelle, tant par sa fougue que par son bagout, Georges Clemenceau, et Aristide Briand par ses opinions pacifistes et son idéologie sociale.

 

         -le député Jussieu proteste contre la lecture par le Président, lors de son ultime apparition à l'Assemblée, d'une liste d'élus du peuple liés aux milieux d'affaires, et demande qu’elle ne soit pas publiée au Journal Officiel. Visiblement Beaufort attendait cette protestation venant "d'un élu sur une liste de gauche qui ne soutient que des projets de lois d’inspiration patronale ; à Jussieu qui objecte qu’il existe des patrons de Gauche, il rétorque : « Il y a aussi des poissons volants, mais qui ne constituent pas la majorité du genre »...d'où tollé dans les gradins.

 

         - Dans le film est également cité le nom du président Gaston Doumergue, que semble avoir côtoyé Beaufort, qui se vante d'avoir, en sa compagnie, fréquenté des maisons closes

 

         - à un député

 

— Il dit n’importe quoi ! (un député du haut des gradins)

 

— c’est l’apanage de l’Opposition. (Réponse du Président)

 

« — Je vous reproche simplement de vous être fait élire sur une liste de gauche et de ne soutenir à l'assemblée que des projets d’inspirations patronales

 

— Il y a des patrons de gauche, je tiens à vous l’apprendre

 

— il y a aussi les poissons volants mais qui ne constituent pas la majorité du genre. »

 

     Lumière 2013 : un Président comme on n'en fait plus |   

 

Bernard Blier :        Philippe Chalamont, député, ancien directeur de cabinet de Beaufort

 

Même traitement que pour le « monstre » précédent.

 

         Chalamont le faux derche : — Travailler avec vous est une telle joie

 

         Le président pas dupe         — Je vous remercie mais faut être plus ambitieux que ça !

 

   - Le Président du Conseil au sujet de son ex Chef de Cabinet devenu député

 

          — Il est plus modéré que je ne pensais

 

         — Oh s’il part doucement c’est qu’il a l’intention d’aller loin.

 

   - Le Président du Conseil à son Chef de Cabinet qui souhaite son soutien pour devenir à son tour Président du Conseil

 

         «  Pas plus mal qu’un autre !…

 

         Décidément vous êtes plus ambitieux pour vous que pour votre pays ! Voilà tout ce      que vous lui souhaitez : un homme "pas plus mal qu’un autre" ? Quand on a cette           ambition là on ouvre un bazar, on ne gouverne pas une nation ! »

 

- Le Président à son chef de Cabinet dont l’indiscrétion à fait perdre quelques milliards à la France par les spéculateurs

 

         « On ne dit rien à sa femme quand on a épousé une banque ça se paye la fortune c’est ce qui coûte le plus cher !

 

Alfred Adam :           François, chauffeur de Beaufort

Encore un acteur de second plan reconnaissable en raison de ses innombrables films et donc rôles dont l’un des derniers fut le Maréchal de Villeroi dans   « Que la fête commence »  1975 de Bertrand Tavernier. (81 Films et/ou téléfilms  en 57 ans de carrière mais aussi 36 rôles au théâtre pour lequel il écrivit 6 pièces ) Bravo l’artiste.

 

Henri Crémieux :             Antoine Monteil, ministre des Finances

Ciné papy a un faible pour cet acteur qu’il a appris jeunot quand il écoutait à  la TSF la « série » Les Maître du Mystère. Il a partagé sa vie professionnelle, comme beaucoup à cette époque entre cinéma, théâtre et télévision ou l’on reconnaissait son allure quelque peu dégingandée et affublé de lunette.

 

Louis Seigner :         Henri Lauzet-Duchet, gouverneur de la Banque de France

 

Cet acteur affiche au compteur 150 films et 200 rôles au théâtre – 1500 fois le Bourgeois gentilhomme et serait recordman pour le rôle du malade imaginaire et celui de Tartuffe à la Comédie Française qu’il quitta un temps pour y revenir dans les 10 dernières années de sa vie.

 

Le personnage qu’il incarne ici est caractéristique de ses rôles au cinéma. Une bonhomie empreinte de sérieux qui le fit ,par ailleurs, choisi par de Gaulle pour l’aider à acquérir la bonhomie qui n’est pas l’apanage des militaires. Enfin il est le grand père des actrices Emmanuelle Seigner, Mathilde Seigner et de la chanteuse auteur/compositeur/interprète – et merde à l’écriture inclusive – Marie-Amélie Seigner.

 

Pierre Larquey :      Augustin, vieil agriculteur et ami de Beaufort

 

Un de ces acteurs de second rôle essentiel des années 30 à 50 reconnaissable à sa voix grave un peu chevrotante. C’est entre autres, la voix l'allumeur de réverbères (« La consigneuh, c'est la consigne… ») sur le disque du « Petit Prince » enregistré en 1954, avec Gérard Philipe.

 

On vous épargnera ses 233 films de cinéma et 11 téléfilms.

 

Cependant il est impossible de passer sous silence ses participations aux films d’Henri Georges Clouzot lui offrant ses rôles les plus connus . Monsieur Colin dans « L'assassin habite au 21 » 1942 et du docteur Michel Vorzet dans « Le Corbeau » 1943.

 

Jacques Marin :      Gaston, chauffeur de car et « escroc » pour touristes

 

Il ne tourne pas moins de 18 films avec son ami Jean Gabin.

 

Physiquement proche du stéréotype français, avec sa rondeur bougonne et sa moustache en brosse, il a joué dans de nombreuses productions américaines. Il maîtrise en effet parfaitement l'anglais, grâce à son épouse Patricia Hutchinson.

 

Cela lui permettra d'approcher de nombreuses stars, telles que Marlon Brando, Audrey Hepburn, Cary Grant, Errol Flynn, Orson Welles, Burt Lancaster, Julie Andrews, Dustin Hoffman, Michael Caine, Anthony Quinn... Il doublera également de nombreux films américains en français, et notamment des dessins animés de Walt Disney.

 

Le temps imparti à Ciné papy ne lui permet pas d’être exhaustif (lol !) c’est ainsi qu’il a omis de cité Jacques Marin dans la fiche de « La Traversée de Paris »  1956 de Claude Autant-Lara où il joue le patron du restaurant.

 

Les cinéphiles voudront bien vouloir excuser l’omission de ce vieil homme déjà accablé par le poids des ans.

 

 

Sans oublier le scénariste          Henri Verneuil d’après un roman de Simenon

 

Ni le dialoguiste                 L’incontournable, à juste titre, Michel Audiard

 

Gabin et Blier face à Wagner

Durant une scène tournée au Théâtre des Champs Elysées à Paris, l’Orchestre de la Société des Concerts du Conservatoire dirigé par Richard Blareau, joue l’Ouverture du Vaisseau Fantôme de Richard Wagner.

 

Le président Emile Beaufort et ses ministres assistent au concert, mais tandis que l’Ouverture vient à peine de commencer, le président se retire dans une loge avec quelques conseillers, dont Bernard Blier, son directeur de cabinet de l’époque. ICI 

Le texte de la tirade d’adieu au complet

 

Voici en entier le texte du discours d’adieu de Gabin :

 

« – Messieurs, Monsieur le Député Chalamont vient d’évoquer en termes émouvants les victimes de la guerre. Je m’associe d’autant plus volontiers à cet hommage qu’il s’adresse à ceux qui furent les meilleurs de mes compagnons.

 

Au moment de Verdun, Monsieur Chalamont avait dix ans… Ce qui lui donne, par conséquent, le droit d’en parler. Étant présent sur le théâtre des opérations, je ne saurais prétendre à la même objectivité. On a, c’est bien connu, une mauvaise vue d’ensemble lorsqu’on voit les choses de trop près ! Monsieur Chalamont parle d’un million cinq cent mille morts, personnellement  je ne pourrais en citer qu’une poignée, tombés tout près de moi.

 

J’ai honte, Messieurs… Je voulais montrer à Monsieur Chalamont que je peux, moi aussi, faire voter les morts. Le procédé est assez méprisable, croyez-moi !

 

Monsieur Chalamont lui a passé une partie de sa vie dans une banque à y penser aussi… Nous ne parlons forcément pas de la même Europe.

 

Moi aussi j’ai un dossier complet. Trois cent pages ! Trois cents pages de bilans et de statistiques que j’avais préparées à votre intention. Mais en écoutant Monsieur Chalamont, je viens de m’apercevoir que le langage des chiffres a ceci de commun avec le langage des fleurs qu’on lui fait dire ce que l’on veut ! Les chiffres parlent mais ne crient jamais. C’est pourquoi ils n’empêchent pas les amis de Monsieur Chalamont de dormir. Remettez-moi messieurs de préférer le langage des hommes. Je le comprends mieux !

 

Durant toutes ces années de folie collective et d’autodestruction, je pense avoir vu tout ce qu’un homme peut voir: des populations jeté sur les routes, des enfants jetés dans la guerre, des vainqueurs et des vaincus finalement réconciliés dans les cimetières, que leur importance a élevé au rang de curiosité touristique !

 

La paix revenue, j’ai visité des mines. J’ai vu la police charger les grévistes, je l’ai vue aussi charger des chômeurs… J’ai vu la richesse de certaines contrées, et l’incroyable pauvreté de certaines autres. Et bien durant toutes ces années, je n’ai jamais cessé de penser à l’Europe. Monsieur Chalamont lui a passé une partie de sa vie dans une banque à y penser aussi… Nous ne parlons forcément pas de la même Europe.

 

Ce projet [NDLR: l’Europe de Mr Chalamont] je peux d’avance vous en énoncer d’avance le principe !

 

La constitution de trusts verticaux et horizontaux et de groupes de pressions qui maintiennent sous leur contrôle non seulement les produits du travail, mais les travailleurs eux-mêmes !

 

Tout le monde parle de l’Europe… mais c’est sur la manière de faire cette Europe que l’on ne s’entend plus. C’est sur les principes essentiels que l’on s’oppose…

 

Pourquoi croyez-vous, Messieurs, que l’on demande à mon gouvernement de retirer le projet de l’Union Douanière qui constitue le premier pas vers une Fédération future ?

 

Parce qu’il constitue une atteinte à la souveraineté nationale ? Non pas du tout ! Simplement parce qu’un autre projet est prêt… Un projet qui vous sera présenté par le prochain gouvernement. Ce projet je peux d’avance vous en énoncer d’avance le principe !

 

La constitution de trusts verticaux et horizontaux et de groupes de pressions qui maintiennent sous leur contrôle non seulement les produits du travail, mais les travailleurs eux-mêmes ! On ne vous demandera plus, Messieurs, de soutenir un ministère, mais d’appuyer un gigantesque conseil d’administration !

 

Si cette assemblée avait conscience de son rôle, elle repousserait cette Europe des maîtres de forges et des compagnies pétrolières. Cette Europe, qui a l’étrange particularité de vouloir se situer au-delà des mers, c’est-à-dire partout… sauf en Europe ! Car je les connais, moi, ces européens à têtes d’explorateurs !

 

– La France de 89 avait quelques actions à accomplir !

 

– Et quelques profits à en tirer !

 

– Il y avait des places à prendre ! Et le devoir de la France était de les occuper pour y trouver de nouveaux débouchés pour son industrie, un champ d’expérience pour ses armes…

 

– …et une école d’énergie pour ses soldats ! Je connais la formule ! Et bien personnellement je trouve cette mission sujette à caution et le profit dérisoire. Sauf évidemment pour quelques affairistes et quête de fortune et quelques missionnaire en mal de conversion. Or je comprends très bien que le passif de ses entreprises n’effraie pas une assemblée où les partis ne sont plus que des syndicats d’intérêt !

 

– Monsieur le président de l’Assemblée ! Je demande que les insinuations calomnieuses que le Président du Conseil vient de porter contre les Élus du Peuple ne soient pas publiées au Journal Officiel.

 

– J’attendais cette protestation… Et je ne suis pas surpris qu’elle vienne de vous, Monsieur Jussieu… Vous êtes, je crois, conseil juridique des aciéries Krenner ? Je ne vous le reproche pas.

 

– Vous êtes trop bon !

 

– Il y a des patrons de gauche, je tiens à vous l’apprendre !

 

– Il y a aussi des poissons volants, mais ils ne constituent pas la majorité du genre !

 

– Je vous reproche simplement de vous être fait élire sur une liste de gauche et de ne soutenir à l’Assemblée que des projets d’inspiration patronale !

 

– Il y a des patrons de gauche, je tiens à vous l’apprendre !

 

– Il y a aussi des poissons volants, mais ils ne constituent pas la majorité du genre ! J’ai parlé tout à l’heure de syndicats d’intérêt. Voulez-vous Messieurs que je fasse l’appel de cette assemblée ?

 

[…]

 

Je vous demande pardon. A l’énoncé de tous ces titres, je réalise la folie de mon entreprise. En vous présentant ce projet, je ne vous demandais pas seulement vos voix, je vous demandais d’oublier ce que vous êtes. Un instant d’optimisme… C’est sans doute à ce genre d’optimisme que Mr Chalamont faisait allusion tout à l’heure en évoquant mes bons sentiments et mes rêves périmés.

 

La politique, Messieurs, devrait être une vocation… Je suis sûr qu’elle l’est pour certains d’entre vous… Mais pour le plus grand nombre, elle est un métier. Un métier qui ne rapporte pas aussi vite que beaucoup le souhaiteraient, et qui nécessite de grosses mises de fonds car une campagne électorale coûte cher ! Mais pour certaines grosses sociétés, c’est un placement amortissable en quatre ans… Et pour peu que le protégé se hisse à la présidence du Conseil, alors là, le placement devient inespéré ! Les financiers d’autrefois achetaient des mines à Djelitzer ou à Zoa, et bien ceux d’aujourd’hui ont compris qu’il valait mieux régner à Matignon que dans l’Oubangui et que de fabriquer un député coûtait moins cher que de dédommager un Roi Nègre !

 

Vous allez faire avec les amis de Mr Chalamont, l’Europe de la fortune contre celle du travail. L’Europe de l’industrie lourde contre celle de la paix.

 

Vous voyez Messieurs, nous aurons enfin été d’accord une fois, je partirai au moins avec l’estime de mes adversaires. Et maintenant permettez-moi de conclure. Vous allez faire avec les amis de Mr Chalamont, l’Europe de la fortune contre celle du travail. L’Europe de l’industrie lourde contre celle de la paix. Et bien cette Europe-là vous la ferez sans moi, je vous laisse !

 

Ce gouvernement maintient son projet. La majorité lui refusera la confiance et il se retirera. J’y étais préparé en rentrant ici…

 

J’ajouterai simplement, pour quelques-uns d’entre vous. Réjouissez-vous, fêtez votre victoire. Vous n’entendrez plus jamais ma voix et vous n’aurez jamais plus à marcher derrière moi… Jusqu’au jour de mes funérailles. Funérailles Nationales, que vous voterez d’ailleurs à l’unanimité. Ce dont je vous remercie par anticipation… »

 

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2022 1 10 /01 /janvier /2022 06:00

Allocution radiodiffusée du Général de Gaulle du 26 octobre 1962

Acte de décès de la IIIe République :

 

Le 10 juillet 1940, les Chambres, réunies à Vichy, votaient à une écrasante majorité les pleins pouvoirs au maréchal Pétain, mettant à bas la IIIe République et portant sur les fonts baptismaux un nouveau régime, l’État français.

 

Naissance de la IVe République :

 

La République est réinstallée dès la libération de Paris, en août 1944. De grandes réformes économiques et sociales sont aussitôt engagées. La Constitution de la Quatrième République, difficilement adoptée après deux référendums, se traduit finalement par l'établissement d'institutions très proches, dans leur esprit et plus encore dans leur pratique, de celles de la Troisième République.

 

L’assemblée  constituante  élue  le  21  octobre  1945communistes  et  socialistes  ont  la  majorité absolue  mais  les  socialistes  imposent  une  cohabitation  pluraliste  avec  le  nouveau  parti  qui regroupe  les  démocrates-chrétiens  issus  de  la  Résistance,  le  MRP

 

Le  général  de  Gaulle,  choisi  par  l'Assemblée  constituante comme  président  du  gouvernement  provisoire  de  la  République  française  en  novembre  1945, s'oppose  rapidement  aux  partis  sur  le  projet  de  constitution  et  démissionne  de  ses  fonctions  le 20  janvier  1946

 

Un  premier  projet  ayant  été  rejeté  le  5  mai  1946un  nouveau  texte  prévoit deux  chambres  (dont  le  Conseil  de  la  République  qui  joue  un  rôle  consultatif)  et  une  légère extension  des  pouvoirs  du  président.  Le  16  juin  1946,  dans  son  discours  de  Bayeuxle  général de  Gaulle  se  prononce  sans  succès  pour  un  exécutif  fort  dans  un  régime  de  caractère présidentiel

 

Le  second  référendum  13  octobre  1946,  permet  l'adoption  de  la  Constitution  de la  IVème  République.  Le  10  novembre,  l'Assemblée  nationale  est  élue  pour  cinq  ans  à  la proportionnelle  départementale.  Le  parti  communiste  est  le  groupe  le  plus  important  devant  le MRP et  la  SFIO  qui  recule. 

 

Le 16  janvier  1947  Vincent  Auriol  est  élu  à  la  présidence  de  la République  par les deux  chambres réunies  en  congrès  à  Versailles.  Le  nouveau  gouvernement  présidé  par  Ramadier  est  confronté aux  difficultés  de  ravitaillement  et  à  l'inflation  qui  crée  mécontentement  et  revendications salariales.  Interpellé  par  les  députés  sur  la  politique  des  salaires,  le  gouvernement  obtient  la confiance  le  4  mai.  Toutefois  l'opposition  du  parti  communiste  entraîne  le  départ  de  ses ministres  du  gouvernement.  Dans  le  même  temps  de  Gaulle  crée  le  14  avril  1947  le Rassemblement  du  Peuple  français,  instrument  de  reconquête  du  pouvoir.  Désormais  le gouvernement doit  faire  face  à  l’opposition des communistes et des gaullistes.

 

Acte de décès de la IVe République

 

Après une dernière et longue crise ministérielle, chute de Félix Gaillard, 15 avril 1958, la constitution du gouvernement Pierre Pflimlin 12 mai provoque l'émeute d'Alger, où s'installe, avec l'accord de l'armée, un Comité de salut public (crise du 13 mai 1958) présidé par le général Massu.

 

Ces événements favorisent le retour au pouvoir du général de Gaulle, qui apparaît alors comme seul capable de rétablir l'ordre. Après la démission de P. Pflimlin 28 mai, il devient président du Conseil, le 1er juin, constitue un gouvernement d'union nationale et obtient les pleins pouvoirs pour régler le problème algérien et préparer une nouvelle Constitution.

 

Naissance de la Ve République

 

La Constitution de 1958 est approuvée par le référendum du 28 septembre 1958. La IVe République prend officiellement fin le jour de la promulgation de cette Constitution 4 octobre 1958. Le 8 janvier 1959, le président Coty transmet ses pouvoirs au général de Gaulle, élu le 21 décembre 1958 à la présidence de Ve République.

 

Élection du président de la République au suffrage universel direct

 

Avec 82 % de « Oui », le référendum sur l’élection du président de la République au suffrage universel direct est approuvé par les Français, le 28 septembre 1962.

 

La continuité, la fermeté, l'efficacité

 

Deux jours plus tôt, le 26 septembre, le général de Gaulle les a exhortés à voter « Oui » dans une allocution radiotélévisée :

 

« Françaises, Français ! Après-demain, en toute clarté et en toute sérénité, vous allez par votre vote engager le sort du pays. La question, qu’en ma qualité de président de la République et m’appuyant sur la Constitution, je pose aux citoyens français, est aussi nette et simple que possible : "Voulez-vous, dorénavant, élire vous-mêmes votre Président au suffrage universel ?” La raison de cette proposition, c’est qu’à l’époque moderne, il faut une tête à un grand État […] la continuité, la fermeté, l’efficacité, instaurées au sommet de l’État, sont les conditions nécessaires de la rénovation que nous avons commencée […]. »

Le général de Gaulle et le président Coty à l'Elysée

En finir avec la Vème République !

 

Crise finale de la Vème République

 

Cette élection présidentielle traduit plus encore que celles qui l’ont précédée, l’épuisement des institutions de la Ve République, leur caractère délétère, le besoin urgent de notre pays d’en finir avec elles et de redéfinir un régime qui soit plus démocratique, dans lequel l’équilibre des pouvoirs serait respecté, dans lequel le peuple français pourrait exprimer sa volonté autrement qu’en dégageant tous les cinq ans celui qui a été à la fois tout-puissant et impuissant, ou par des émeutes qui ont leur vertu mais débouchent rarement sur une solution politique faisant prévaloir ses intérêts.

Quels sont les symptômes de cet effondrement de la Vème République dans laquelle l’élection du Président de la République au suffrage universel détermine l’ensemble de l’organisation politique ?

 

La multiplication des candidatures, d’abord, à gauche comme à droite et à l’extrême droite. La plupart des candidats ne proposent aucune politique clairement définie et beaucoup d’entre eux doutent à ce point d’eux-mêmes qu’ils ne présentent pas une candidature mais une « intention de candidature » (j’envisage de… j’ai envie de…) proposée aux sondages.

 

L’effondrement des partis politiques, ensuite. Beaucoup de candidats se présentent sans le soutien d’un parti politique. De Gaulle qui voulait la fin du « régime des partis » (mais qui n’a jamais oublié d’avoir le sien) serait satisfait. Les partis organisent de moins en moins la vie politique, mais la démocratie n’en sort pas renforcée, bien au contraire. JL Mélenchon ne dispose que d’un parti qu’il qualifie de « gazeux » ; Anne Hidalgo a été désignée par un parti sans militants, réduit à quelques milliers d’élus. Arnaud Montebourg et Christiane Taubira ne bénéficient du soutien d’aucun parti. Celui de Zemmour n’existe pas vraiment. On hésite à qualifier la République en marche de parti, tant ce rassemblement de personnes recrutées sur entretien professionnel montre chaque jour un peu plus son inconsistance ; le débat grotesque sur le passe-vaccinal en cours à l’Assemblée en est un bon exemple.

 

L’absence de véritable campagne électorale enfin. La disparition des partis politiques s’ajoutant à la poursuite de l’épidémie de Covid, utilisée par le pouvoir pour réduire au maximum les libertés publiques, réduisent la campagne électorale à l’occupation des « réseaux sociaux ». Mais la visibilité sur les réseaux sociaux doit plus au bon usage des robots et des trolls qu’à l’ancrage territorial des mouvements politiques censés s’exprimer par ce moyen. Qu’importe, candidats et journalistes se persuadent qu’il s’agit de la vraie vie car ils y retrouvent leur image et l’écho de leurs messages.

 

Les réseaux d’influence dans les médias écrits et audiovisuels font le reste. Il faut passer le plus souvent possible à la radio et à la télévision. Pourtant, certains habitués des plateaux de télévision devraient se demander pourquoi les intentions de vote en faveur de Philippe Poutou ou Nathalie Artaud ne sont très éloignées de celles dont sont crédités A Montebourg, Fabien Roussel, A Hidalgo ou Christiane Taubira, entre 1% et 4% selon les moments et les sondeurs.

 

Le défaut de légitimité démocratique et d’ancrage dans le pays du candidat ou de la candidate qui sera élu(e) quel qu’il soit ne fera qu’aggraver un peu plus la crise démocratique du pays.

 

Il n’y aura pas de miracle

 

La candidature de Christiane Taubira n’est, dans ce contexte, qu’une candidature de plus, bien qu’elle s’en défende.

 

D’abord parce qu’elle ne réglera pas le problème de la division de la gauche si l’on considère que c’est bien celui-là qu’il faut régler prioritairement.

 

Jean-Luc Mélenchon n’acceptera pas de participer à une primaire, populaire ou pas. Il en a toujours contesté le principe même.  Peut-être, d’ailleurs, a-t-il tort puisqu’il est le mieux placé dans les enquêtes d’opinion pour porter les couleurs de la Gauche dans cette élection. Mais ce n’est pas son tempérament et même s’il a abandonné son discours opposant le peuple à la gauche, pour se rapprocher d’un positionnement assez classique de rassemblement des oppositions au gouvernement Macron, il ne veut pas que sa candidature puisse être comparée à celle des rejetons du Parti socialiste, après avoir tant fait pour faire oublier qu’il en était lui-même un pur produit.

 

On voit mal Yannick Jadot qui s’est déjà effacé au profit de Benoît Hamon lors du précédent scrutin, avec le résultat que l’on connaît, accepter de remettre en jeu sa candidature durement acquise dans le cadre d’une élection primaire, après avoir proposé à toutes le formations politiques d’essayer de trouver un accord pour une candidature commune, ce qu’elles avaient refusé dans un bel ensemble. De plus, il sait trop bien que s’il ouvre la perspective d’une remise en cause de sa candidature au profit d’un éventuel rassemblement, Sandrine Rousseau relancera immédiatement l’offensive pour essayer de reprendre ce qu’elle n’a pas obtenu par la primaire d’EELV.

 

Fabien Roussel est un des rares candidat à gauche disposant d’un parti, des parrainages et du financement nécessaire pour aller au bout de ce qu’il a entrepris et il n’a aucune raison de se rallier à plus faibles que lui.

 

Dès lors, la candidature de Christiane Taubira ne peut pas être autre chose qu’une candidature s’ajoutant à celle des autres héritiers du « Hollandisme », après la déroute du parti socialiste dont est responsable l’avant-dernier Président de la République.

 

Les déclarations récentes de Christiane Taubira, celle qui annonce sa possible candidature à l’élection présidentielle puis ses vœux de nouvel an, pas plus que la tribune qu’elle a signée dans « Le Monde » ne donnent d’indications sur ce qu’elle pense des questions politiques essentielles auxquelles nous sommes confrontés : crise sociale et politique, peur du déclassement individuel et collectif, relation de la Nation avec l’Union européenne. Elle se borne à proposer l’union de la gauche derrière elle, en renvoyant à plus tard les questions qui la divisent, considérant que ce qui réunit les diverses tendances de la gauche est plus important que ce qui les divise. Mais c’est précisément parce que ces problèmes politiques majeurs n’ont jamais été tranchés depuis 1983, que la gauche se trouve dans cette situation désastreuse aujourd’hui.

 

La candidature d’Arnaud Montebourg était l’ultime tentative de reconstruire une gauche populaire en utilisant l’élection présidentielle

 

Sa candidature a été contestée par ceux qui y voyaient un facteur de division supplémentaire d’une gauche déjà divisée. Elle se distinguait pourtant de celle de Christiane Taubira sur plusieurs points, avant qu’il ne s’écarte de plus en plus nettement de son objectif initial. Il s’adressait prioritairement au bloc populaire constitué des ouvriers, des employés, de la masse des fonctionnaires qui font vivre les services publics malgré la prolifération des « managers publics » ; il parlait aux commerçants et aux artisans qui peinent à vivre de leur travail. Il s’adressait à ces couches populaires comme au cœur battant de la société française et non comme à des bandes de gens incultes acquis à la pensée de Marine Le Pen et d’Éric Zemmour, comme le pensent la moyenne bourgeoisie urbaine, les médias, la fondation Terra nova et le parti socialiste qui a adopté ce point de vue avant d’en mourir.

 

Arnaud Montebourg mettait en avant par ailleurs la nécessaire réforme de la Ve République et la reconquête d’une partie de la souveraineté nationale en mettant un coup d’arrêt à la construction d’une Europe fédérale dont l’Allemagne a été à peu près le seul bénéficiaire, en particulier depuis la création de l’euro et l’élargissement à l’Europe centrale. Il prônait aussi la démondialisation, indispensable à toute politique écologique sérieuse.

 

Il n’a pas réussi à se faire entendre et a échoué en voulant rechausser les bottes de Jean-Pierre Chevènement (lequel avait déjà fait naufrage dans sa tentative « d’union des souverainistes des deux rives »), avant « d’offrir sa candidature » à la reconstitution de la traditionnelle « union de la gauche face au péril fasciste ».

 

Cet échec n’invalide pas pour autant les éléments principaux du diagnostic qu’il portait sur la situation politique du pays ni la pertinence des questions principales qu’il voulait poser au cours de cette campagne.

 

Ignorer l’élection présidentielle et préparer les élections législatives pour s’attaquer enfin aux vrais problèmes du pays

 

L’union de la gauche est impossible et d’un certain point de vue c’est tant mieux car elle ne pourrait se faire que sur un compromis laissant de côté tous les sujets auxquels il faut apporter une réponse.

 

Il ne sera pas possible de modifier nos institutions ou notre relation avec l’union européenne et l’organisation mondiale de l’économie, par surprise, après avoir introduit un président de la République par effraction.

 

Ce qui manque à notre pays, ce n’est pas une candidature de gauche supplémentaire, ce sont des femmes et des hommes décidés à construire une nouvelle formation politique authentiquement socialiste, capable de mener le combat pour une France républicaine, démocratique, sociale, laïque et souveraine dans une Europe confédérale.

 

Cette force politique devrait refuser le cadre même de l’élection présidentielle, contester la Vème République, proposer un chemin qui permette d’en modifier le fonctionnement, non par un grand soir démocratique qui surgirait de la convocation d’une assemblée constituante que nous risquons d’attendre longtemps, mais en proposant des amendements constitutionnels qui permettront de découpler l’élection du Président de la république de celle de l’assemblée nationale, d’instaurer un scrutin proportionnel, de redonner à l’assemblée nationale la maîtrise de son agenda, ce qui interdirait à M Macron de faire adopter un mercredi son projet de loi de passe-vaccinal et d’en imposer l’approbation par l’assemblée nationale le lundi suivant (il n’a pas tout à fait réussi en raison de l’amateurisme de ses députés).

 

Une candidature de gauche devrait décrire comment la France va imposer le respect de sa souveraineté, qui est l’autre nom de la démocratie, dans une Union européenne qui prendrait un tour confédéral, comme le souhaitent les peuples européens, et non fédéral comme le souhaitent les institutions européennes, les couches supérieures urbaines et le grand capital européen et mondial.

 

Une candidature de gauche oserait engager le débat sur l’euro qui fonctionne au bénéfice exclusif de l’Allemagne depuis sa création et au détriment, notamment, de la France, de l’Italie ou de l’Espagne. L’euro a accéléré le transfert de la production et des richesses de l’Europe du Sud vers le Nord. Il n’est pas incongru de demander une révision des règles de fonctionnement de cette union monétaire, inadaptées aux différences profondes des économies européennes. Certains économistes, comme Stiglitz, ont proposé une union monétaire plus souple, comprenant des sous-zones de solidarité monétaire plus homogènes économiquement, et non une monnaie unique imposée à des pays présentant des écarts de compétitivité et de niveaux de vie bien supérieurs à ceux que l’on trouve entre l’Europe et un grand nombre de ses partenaires. Au nom de quoi ce débat serait-il interdit et ceux qui posent des questions seraient-ils immédiatement désignés comme des populistes « frexiteurs » avec lesquels il ne faut pas parler ?

 

Il n’y aura décidément pas de sauveur ou de sauveuse suprême, pas de raccourci pour reconstruire le socialisme dévasté par le Mitterrandisme et ses héritiers.

 

L’élection présidentielle qui se présente comme la rencontre entre une personnalité et les Français est devenue un concours de beauté interdisant le débat démocratique. Il faudrait appeler à la boycotter jusqu’à ce qu’une réforme institutionnelle permettant un retour à la démocratie lui redonne sa juste place.

 

Dans cette perspective, le scrutin important est celui qui suivra pour élire les députés à l’Assemblée nationale.

 

Les deux candidats à l’élection présidentielle qui arriveront au second tour, auront réunis sur leur nom moins de 20% des électeurs inscrits au premier tour. Quelle est la légitimité d’une personne aussi mal élue pour rassembler derrière elle les Français une fois arrivée au pouvoir. Elle n’existe pas. C’est ce qu’a vécu E Macron, Jupiter tôt descendu de son olympe pour trembler devant les gilets jaunes et dont le principal objectif est maintenant « d’emmerder les non-vaccinés ». On conviendra que c’est un objectif politique limité pour un Président de la République.

 

Les mêmes causes produiront les mêmes effets. C’est pourquoi il faut mener campagne non pour tel ou tel candidat, mais contre l’élection présidentielle qui constitue un poison pour la démocratie et le fonctionnement de la société française.

 

Vivement la VIème République !

 

Jean-François Collin

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2022 6 08 /01 /janvier /2022 06:00

À mon grand regret les pétoncles noirs avaient disparu des étals des poissonniers, jusqu’au jour  où je reçu d’Agrology  15 rue de Prague 75012 Paris 01 58 51 05 49 « Pour votre réveillon, vous pouvez commander les très beaux produits de la mer de Renaud Sigrist. »

 

Peut être une image de 1 personne et intérieur

 

Renaud Sigrist est ostréiculteur, producteur de coquillages et poissonnier à la Trinité sur Mer dans le Morbihan. Renaud fournit coquillages, crustacés et poissons "pêche petits bateaux" à une clientèle de chefs et restaurateurs à Paris, parmi lesquels le Bristol, la Réserve, le Clarence, les Enfants du marché, le Plaza Athénée, Table, Alliance, le Mazenay, le Bélisaire, etc.

 

Panier de 1 kg. Les coquillages sont pêchés par une quarantaine de pêcheurs à pieds professionnels puis purifiés (dessablés, nettoyés, triés) Pétoncles Noirs - 22 €

 

J’achète

 

Les pétoncles seraient-elles des petites sœurs des coquilles Saint-Jacques ? ICI 

 

La réponse est non même si elles ont un petit air de famille. Sur ce sujet je ne vais pas vous embrouiller dans les méandres des classifications des naturalistes. L'histoire de la dénomination du pétoncle est complexe. « Jusqu'à la fin du XVIIIe siècle, il a servi pour nommer une grande diversité de coquillages avant que Jean-Baptiste de Lamarck n'en fasse un genre précis (Pectunculus). Les pétoncles de Lamarck et des naturalistes du XIXe siècle ne correspondent toutefois pas du tout aux coquillages que nous connaissons aujourd'hui sous ce nom. »

 

Sans Titre 11

Le pétoncle noir, perle rare de la rade ICI

  

Autrefois très présent en Bretagne, le pétoncle noir a disparu des marchés. Un aquaculteur relance sa production afin de fournir en naissain les conchyliculteurs.

 

Ce sont peut-être les souvenirs d’enfance de la maison familiale de Brélès (29) qui ont conduit Mathieu Hussenot à se passionner pour le milieu marin. Il faut croire que le Finistérien se plaît à habiter sur des pointes, car après une jeunesse passée sur l’extrémité du département du «bout du monde», il pose son sac à Hanvec (29), commune qui a la particularité de posséder dans un même temps campagne et accès direct sur la rade de Brest. À la pointe de Glugeau, cet ancien élève de divers lycées agricoles bretons travaille dans un 1er temps pour le projet Perle (porté par le Comité régional de la conchyliculture Bretagne Nord), qui consiste à étudier un repeuplement de l’huître plate dans la rade. En 2015, le site se libère, l’occasion pour lui de démarrer sa propre ferme. Ici, pas de machine à traite ou de tracteur, mais une activité de naissage de mollusques: huîtres plates, palourdes et pétoncles noirs.

 

Marinière de pétoncles noirs à la sarriette - Cuisine de la mer

CUISSON

 

  • Les pétoncles sont ouvertes à chaud sans aucune adjonction.

 

 

  • Stockage au frigo sous protection

 

 

  • Avant le service attiédissement sous papillote

 

 

  • Confection d’une persillade : persil haché, ail, huile d’olive…

 

 

 

  • Chaque convive se sert et peut consommer les pétoncles soit nature, soit arrosés de persillade…

 

Le pétoncle noir bientôt de retour en Bretagne ?

 

 

Longtemps pêché sur la côte atlantique française – principalement en rade de Brest, dans les Pertuis charentais et le bassin d’Arcachon –, le pétoncle noir (Mimachlamys varia) se fait de plus en plus rare.

 

Peu connu, il a pour cousin le pétoncle blanc, souvent appelé « vanneau » et plus largement consommé. Tous deux appartiennent à la famille des pectinidés, celle de la coquille Saint-Jacques. Moins répandu, le pétoncle noir fait l’objet d’une consommation plus restreinte et surtout locale. Les amateurs lui trouvent des qualités gustatives supérieures à celles du pétoncle blanc, du fait de son goût à mi-chemin entre la coquille et l’huître.

 

Au cours des dernières décennies, les stocks de Mimachlamys varia se sont effondrés, sous l’action conjointe de la surpêche et de la dégradation ou perte d’habitat. Dans les années 1970, la pêcherie du pétoncle noir produisait 700 tonnes en rade de Brest. Cette production est tombée à 70 tonnes dans les années 2010 ; la pêcherie a été fermée en 2018, faute de stocks suffisants.

 

Aujourd’hui, l’avenir de cette exploitation par la pêche est incertain, notamment en rade de Brest.

 

Réintroduire l’espèce durablement ICI 

 

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2022 5 07 /01 /janvier /2022 06:00

Biais de confirmation : pourquoi est-il si difficile de convaincre quelqu'un qui se trompe ?

« Le biais de confirmation, c’est la tendance instinctive de l’esprit humain à rechercher en priorité les informations qui confirment sa manière de penser, et à négliger tout ce qui pourrait la remettre en cause. En somme, il s’agit d’une altération de la lucidité, voire de la mauvaise foi plus ou moins assumée.

 

À défaut de pouvoir éviter totalement le biais de confirmation, il est possible d’atténuer cette persévérance dans l’erreur !

 

Pour commencer, le simple fait de connaitre l’existence de ce biais, permet plus facilement d’en prendre conscience. En sachant qu’il faut se méfier de ses « sentiments », vous allez mieux analyser et traiter l’information.

 

Essayez de préserver une espèce de neutralité mêlée de bienveillance pour les sujets sur lesquels on s’investit. Chercher la bonne distance, lister les questions à se poser qui permettent de cribler le sujet comme au cours d’un travail d’investigation scientifique. Être attentif à la cohérence des informations qui vous sont communiquées, ne considérez vraies que les hypothèses qui ont résisté à votre travail d’investigation ! Ce travail se fait d’autant mieux que vous n’êtes pas seul pour le réaliser.

 

heuristique google

“Va demander à ton moteur de recherche”, une sorte d’heuristique que l’on utilise souvent plutôt que de raisonner ICI

 

« … il faut faire très attention au biais de confirmation. On trouve facilement des théories et des preuves qui confirment ce que nous croyons, en évitant celles qui le contredisent. C’est pareil avec le consensus et la tendance à penser que la théorie que nous défendons a plus de valeur parce qu'elle est la plus répandue, ou  plus commune parmi ceux qui nous entourent, sans préciser qui sont exactement « tous ceux qui pensent comme ça ». c’est une erreur que nous incite à commettre le cerveau quand nous ne prenons pas la peine de raisonner davantage. Souvent, quand beaucoup de gens pensent la même chose, cela signifie simplement que beaucoup de gens se trompent. »

 

Dolores Redondo La face nord du cœur

 

Comme le rappelle fort justement Étienne Klein : « pour se rendre compte qu’on est incompétent, il faut être compétent ».

 

Biais de confirmation : nous croyons ce que nous voulons croire

 

Biais  de  confirmation : nous  croyons  ce  que  nous voulons  croire ICI

Partager cet article
Repost0
6 janvier 2022 4 06 /01 /janvier /2022 11:00

Mon cher Hubert je compatis à vos déboires judiciaires à votre place je  quitterais les hautes sphères de l'INAO… - Le blog de JACQUES BERTHOMEAU

Je me doutais bien que notre Hubert, suite à ses déboires judiciaires, en habile manœuvrier, n’allait pas rester les deux pieds dans le même sabot, en l’occurrence ses belles bottes blanches.

 

« Hubert outragé ! Hubert brisé ! Hubert martyrisé ! Non ! Hubert libéré d’un classement vérolé !

 

L’équation était simple : les deux historiques Ausone et Cheval Blanc ayant refusé de concourir pour le nouveau classement 2022, Hubert jouant à merveille l’outragé en a profité pour les rejoindre en se retirant de la procédure du classement.

 

Son double A, comme Angelus et le A du pavois n’avait nul besoin de confirmation, il deviendrait ainsi éternel.

 

Le communiqué du 5 janvier est une pépite d’hypocrisie.

 

Quelques remarques :

 

  • Le classement de 2012 est toujours en attente de l’arrêt de la cour administrative d’appel : le A d’Hubert est donc encore provisoire.

 

  • Hubert perd sa mise pour concourir.

 

  • Peut-il à ce stade se retirer ?

 

  • Enfin, Hubert peut-il resté jurat de Saint-Emilion après sa condamnation définitive ?

 

 

Aucune description de photo disponible.

Partager cet article
Repost0
6 janvier 2022 4 06 /01 /janvier /2022 06:00

Norman Rockwell Saturday Evening Post 1947

"Boy on a High Dive" Norman Rockwell

Longtemps j’ai hésité, tel un débutant au bout de la planche du grand plongeoir, avant de me livrer à cet exercice périlleux : oser procéder à un extrait sec de la prose de 3 expertes du Figaro-Vins Ella, Alicia, Valérie.

 

Mettrais-je en doute la capacité des femmes à être expertes en vin ?

 

Bien sûr que non, le sexe n’a rien à voir à l’affaire, c’eut été des mâles j’aurais disséqué leurs commentaires de la même manière, sans doute avec plus d’ironie.

 

De 95,5 à 100 l’étagement des notes prouve, s’il en était besoin, l’inanité du système sur 100, puisque ramené à sur 10, l’écart entre la meilleure note et la plus faible est d’un demi-point, soit l’épaisseur du trait.

 

Celui des prix est conforme à la position de ces châteaux sur le marché.

 

Enfin, je vous laisse le soin de goûter, d’apprécier, de vous délecter de la richesse du vocabulaire, nos amis étasuniens, adeptes des ateliers d’écriture, ont fait des émules : les ronciers, longueur frissonnante, fruits tremblants, sensualité d’une dentelle noire luxueuse, corseté, flaques d’eau salée, tanins musclés, twist végétal, vif comme un flirt, fleurs de carotte…

 

L'extrait sec total ou matières sèches totales est l'ensemble de toutes les substances qui, dans des conditions physiques déterminées, ne se volatilisent pas. Pesée du résidu laissé par l'évaporation de la boisson spiritueuse sur un bain- marie bouillant et traitement dans une étuve à dessiccation.

 

"Boy on a High Dive" se trouve dans le bureau de Steven Spielberg. Celui-ci, ainsi que son compère George Lucas, sont de grands admirateurs de Rockwell et possèdent une belle collection de ses œuvres.

 

Quand on demande à Spielberg quel est son oeuvre favorite de Rockwell, il répond :

 

« Bon, disons cela comme ça : "Boy on a high Dive" est le Rockwell qui, chaque fois que je suis prêt à faire un film, chaque fois que je vais commencer à le mettre en scène, me prend aux tripes en me disant, c'est moi sur cette planche. Car chaque film donne cette sensation d'être comme ce gamin sur le plongeoir. Chaque film »

 

Bonne lecture, l’intégralité du palmarès des Saint-Emilion les plus exceptionnels du millésime 2018 ICI 

 

Nouveau Classement de Saint-Emilion: Valandraud va-t-il décrocher l'ultime  récompense? - Star Wine List

 

Château Cheval Blanc 2018

Saint-Émilion

Note Le Figaro : 100/100

Prix : 770€

 

« Notes de petits fruits rouges croquants, de ronciers et de fleurs sauvages. […] Ce petit je-ne-sais-quoi en plus qui serait au-delà de la soie, du satin et du velours, avec une longueur frissonnante, à tomber en pâmoison. »

 

Château Figeac 2018

Saint-Émilion

Note Le Figaro : 99/100

Prix : 280€

 

« Une invitation au voyage, avec un nez somptueux de fruits tremblants, allant de rouges à noirs en passant par le bleu. Des notes de cassis, de sureau, de groseille, qui se prolongent par des fleurs douces et grisantes […] le 2018 possède la sensualité d’une dentelle noire luxueuse, corsetant son corps fin, somptueux et ciselé. Un fruit noir voluptueux, d’une fraîcheur incroyable… »

 

Château Angélus 2018

Saint-Émilion

Note Le Figaro : 98/100

Prix : 470€

 

« Un boisé très finement amené déclenche des murmures de sous-bois, fumés, épices, avec une profondeur insondable et une longueur sinueuse, vive et féline. »

 

Château Canon 2018

Saint-Émilion

Note Le Figaro : 98/100

Prix : 165€

 

« Hypnotisant en bouche, on se recueille pour savourer et profiter de ce vin éthéré, puissant, salivant. Aussi léger et dense qu’un kilo de plumes, et d’une extraordinaire fraîcheur, qui n’est pas sans rappeler celle des paysages de montagne aux pics enneigés, ou encore des flaques d’eau salée au bord d’un océan froid. »

 

Château Pavie 2018

Saint-Émilion

Note Le Figaro : 98/100

Prix : 402€

 

« Un vin titanesque...On devine le terroir magnifique de ce vin à la tension minérale et racée, éminemment altière… En bouche, une vague de fruits noirs, des notes réglissées et animales, et des tanins musclés, qui auront encore besoin d’au moins une décennie avant de pouvoir révéler l’étendue de leur classicisme et de leur grandeur. »

 

Château Bélair-Monange 2018

Saint-Émilion

Note Le Figaro : 97,5/100

Prix : 180€

 

« Des notes de canneberge, et un beau twist végétal… le vin est rond, dense, crémeux et ciselé… »

 

Château Pavie-Decesse 2018

Saint-Émilion

Note Le Figaro : 97/100

Prix : 140€

 

« … arômes noirs d’encre, de pierre et d’iris, aussi caressant qu’une fourrure de panthère noire. En bouche, on retrouve cette même atmosphère sombre, avec un beau fruit noir élégant, exalté… »

 

Château Canon la Gaffelière 2018

Saint-Émilion

Note Le Figaro : 96/100

Prix : 95€

 

« Un nez pur, ouvert et séduisant, légèrement cendré, minéral, sur les fruits bleus et les baies roses, vif comme un flirt. En bouche, il s’élance avec force et majesté, puissant comme un chevalier… »

 

Château la Gaffelière 2018

Saint-Émilion

Note Le Figaro : 96/100

Prix : 79€

 

« Le nez s’ouvre avec discrétion, une délicatesse végétale de petites fleurs, et toutes les plus agréables odeurs d’une ferme : du foin, des herbes fourragées, des fleurs de carotte... »

 

Château Corbin 2018

Saint-Émilion

Note Le Figaro : 95,5/100

Prix : 41€

 

« Un nez opulent, flamboyant et exotique aux notes de pruneau, d’épices et de fleurs charnelles… »

 

Nouveau Classement de Saint-Emilion: Valandraud va-t-il décrocher l’ultime récompense? ICI 

 

- Qu’est-ce qui vous motive aujourd’hui?

« Le jeu! On va jouer la classification pour passer en Premier Grand Cru Classé « A ». »

 

- Que ferez-vous si vous n’obtenez pas le rang de « A » à la prochaine classification?

« Je serai bien content pour B. Du coup, on re-tentera dans 10 ans notre candidature. J’aurai alors 80 ans. Si je suis en bonne santé, je serai toujours au boulot. »

Partager cet article
Repost0
4 janvier 2022 2 04 /01 /janvier /2022 06:00

7 MORTS SUR ORDONNANCEfilm 7 morts sur ordonnance de Jacques Rouffio avec Jane Birkin, Gérard  depardieu, Michel Piccoli, Marina Vlady, Charles Vanel

Le 2 janvier, soit un dimanche lendemain du Nouvel An, à 17:52 j’ai reçu 2 fiches de Ciné Papy, je me suis dit, y’a du Stakhanov en lui (Pour avoir extrait, dans la nuit du 30 au 31 août 1935, 102 tonnes de charbon en 5 heures et 45 minutes – 14 fois la norme fixée par l'Etat – Stakhanov est devenu une icône de la propagande communiste et un homme comblé, avec accès à tous les privilèges de la nomenklatura stalinienne ICI

 

La mouche du coche ne doit pas prendre la mouche de ce parallèle, bien au contraire puisqu’il m’a permis de tirer du fond de ma pauvre mémoire, en chroniquant sur 7 morts sur ordonnance, le souvenir de la chute d’un chirurgien notable de chef-lieu, officiant tout à la fois dans une clinique tenue par des bonnes sœurs et à l’hôpital départemental.

Sept morts sur ordonnance en Blu Ray : Sept morts sur ordonnance - AlloCiné

 

En quelques mots, l’homme était une étoile montante du RPR, ambitieux, arrogant, vivant sur un grand pied : majordome, Jaguar pour lui, coupé italien pour madame, elle-même anesthésiste. Comme certains le savent peut-être, les actes médicaux comme chirurgicaux sont codés par la Sécurité Sociale dans une nomenclature complexe : la Classification Commune des Actes Médicaux (CCAM) qui regroupe les actes médicaux pratiqués en France par les médecins, les chirurgiens-dentistes et les sages-femmes. Ce code sert notamment à calculer le remboursement de la Sécurité Sociale et des mutuelles.

 

En gros, c’est sur cette base, s’il est en secteur 1, que les honoraires du chirurgien sont fixés ; en secteur 2 les honoraires sont à sa discrétion mais bien évidemment la SS  ne crache pas au bassinet et les Mutuelles compensent en fonction de vos cotisations.

 

DVDFr - Sept morts sur ordonnance : le test complet du Blu-ray

 

Bref, monsieur et madame opéraient en secteur 1 donc, s’ils voulaient s’assurer d’honoraires juteux, il fallait, si je puis dire, surcoder l’acte chirurgical, les honoraires de l’anesthésiste bénéficiaient eux aussi du surcodage.   

 

Ils ne s’en privèrent pas, le Dr AD y allait de bon cœur, il n’avait ou presque que des cas compliqués. Tout allait bien dans le meilleur des mondes jusqu’au jour où une assistante opératoire s’en aperçu. Elle s’en ouvrit aux collègues du Dr AD avec au départ aucun succès. Puis, ayant constitué un dossier elle remua ciel et terre, elle fut menacée, une simple petite main ne pouvait avoir l’impudence de s’attaquer à un notable bien en cour avec le pouvoir en place. L’arrogance du Dr AD causa sa perte, la SS mit son nez dans le dossier, l’un des chirurgiens, un grand orthopédiste, prit fait et cause pour ce qu’on appellerait aujourd’hui une lanceuse d’alerte (bravo  Kikou !), enfin après bien des atermoiements le Conseil de l’ordre sévit. Les époux AD s’exilèrent du côté de la patrie de JP Soisson, où, si mes souvenirs sont bons, ils repiquèrent au truc.

 

J’ai cherché sur la Toile des traces de l’affaire je n’en ai pas trouvé mais grâce à Ciné Papy j’ai pu rendre un tardif hommage à celle qui ruina la carrière politique d’un notable.

 

Le film est sorti en salle le 3 décembre 1975, je venais tout juste de m’installer à Paris après mon service national en Algérie et je ne sais plus quand-est-ce que je l’ai vu, cependant je fis immédiatement un lien avec les époux AD, l’étude du milieu médical affairiste, même si  le fait-divers, survenu à Reims, à partir duquel le romancier et scénariste Georges Conchon a bâti le drame, n’a rien à voir avec eux.

 

J’aimais bien Georges Conchon voir ICI   

 

En 1960 il réussit le concours de secrétaire des débats au Sénat. Il exercera cette activité, selon lui « formatrice et alimentaire », jusqu’à sa retraite en 1980. Si j’évoque ce job alimentaire c’est qu’un fonctionnaire du Ministère, à mes tous début, alors que je touchais des clopinettes, m’avait dit « Berthomeau présentez-vous concours de secrétaire des débats au Sénat ! » Je postulai donc. Le chef des services des débats me convoqua pour sonder mes motivations. Ma réponse le laissa coi, en gros j’avouai, avec les formes, que c’était pour le blé. Un samedi le Sénat fit un galop d’essai où je me rendis. Passer ma vie dans la naphtaline du Sénat, très peu pour moi, je m’abstins lors du concours, peut-être ai-je eu tort je serais peut-être devenu un écrivain reconnu (L.O.L)

 

Résultat de recherche d'images pour "le sucre georges conchon photos"

 

Enfin, pour clore ce long avant-propos deux anecdotes :

 

Quand Rouffio fait lire le scénario de 7 morts sur ordonnance à Michel Piccoli celui-ci n’hésite pas une seconde à s’engager dans ce qu’il appellera un film moral. Les deux hommes tourneront ensuite, entre autres, Le sucre et La passante du sans-souci.

 

« Pour trouver l’argent nécessaire au tournage du film, il a fallu faire une coproduction avec l’Espagne. Toutes les scènes de salles d’opération ont été tournées à Madrid. Un défi pour les deux chirurgiens (Piccoli et Depardieu) qui devaient exécuter des gestes techniques entourés de figurants espagnols qui ne comprenaient pas ce qu’ils disaient. »

7 MORTS SUR ORDONNANCE

Pourquoi ce film ?

 

Toute vérité n'est pas bonne à dire. C'est pour cela que Jacques Brel les chantait : « les bourgeois c'est comme les cochons plus ça devient vieux plus ça devient bête. Les bourgeois c'est comme les cochons plus ça devient vieux plus ça devient c… »

 

Mais ça, ça reste bon enfant, un rien potache.

 

Car les bourgeois, du moins certains d’entre eux, et plus souvent qu’à leur tour, malgré leur aspect bon chic bon genre, savent être de fieffés salauds. Comme l’illustre le film de la présente fiche.

 

Quelle est l’histoire ?

 

Dans la ville de Clermont-Ferrand, à dix ans de distance, deux chirurgiens vont connaître le même destin : ils seront tous deux victimes de manœuvres, rumeurs, pressions et réprobations.  Ils finiront par se suicider.

 

Les deux médecins, des chirurgiens, sont pourtant aussi différents qu'il est possible de l'être. En revanche, se sont de remarquables professionnels. Ils sont rigoureux et fidèles à leur serment d’Hippocrate, ils se refusent à tout compromis.

C'est ce qui gêne le professeur Brézé et son clan (trois fils et un gendre, tous médecins) pour les pertes de clients que subit la clinique qu'il dirige.

 

Mathy est un psychiatre en bonnes relations avec tout le monde. Il est le seul à connaître tous les éléments de l'affaire, mais ceux-ci ne se dévoilent que peu à peu après plusieurs fausses pistes.

 

Réalisation

 

C’est un cinéaste assez rare avec une filmographie courte abordant des sujets de société gênants « avec un certain sens de la cruauté et de la bouffonnerie » diront ses enfants, sur les dérives du monde médical et de la spéculation financière. Aucun de ses films ne laissent indifférents quand la fréquentation des salles de cinéma ne se limite pas à la série des « Charlots », des « Bidasses » ou aujourd’hui des « Tuche ». Souvenons-nous de « Le Sucre » 1972

 

Scénariste

 

C’est Georges Conchon qui si colle. Wikipédia précise :

 

Sept Morts sur ordonnance s'inspire d'un tragique fait divers : le suicide à Reims le 18 septembre 1969 d'un chirurgien présentant des similitudes avec le suicide d'un autre de ses confrères survenu dans la même ville, le 23 mars 1952. Dans le cadre d'une histoire de cercle de jeux, ces deux chirurgiens rémois réputés qui ont en commun leur probité, sont victimes d’une campagne de calomnies et de chantage du puissant mandarin local dont ils écornaient la clientèle et le prestige. Ces pressions les poussent à abattre leur famille (le premier sa femme, le second sa femme et ses trois enfants) à coups de carabine puis à se suicider avec la même arme.

 

Le personnage du Dr. Brézé joué par Charles Vanel ferait référence à Joseph Bouvier, éminent médecin et maire de Reims durant l'occupation allemande.

 

Partant de cette histoire vraie, le scénariste Georges Conchon s'est lancé dans un véritable travail d'enquête. Il s'est rendu à Reims, dans la ville même où avait eu lieu ce double suicide, et a fréquenté un bar où avaient coutume de se rencontrer les notables locaux, ceci afin de glaner un maximum d'informations qui pouvaient lui être utiles pour l'écriture du scénario.

 

L’article « Joseph Bouvier » de Wikipédia indique qu’aucun lien de cause à effet n’a pu être établi mettant en cause ce médecin et notable.

 

Qui fait quoi ?

 

Michel Piccoli :                 le docteur Losseray

 

Une nouvelle fois Ciné Papy est très réservé à propos d’un acteur, ici Michel Piccoli. Encensé par la critique, plébiscité par le public, il fait autorité dans le monde du cinéma et affiche ouvertement son engagement politique.

 

Cependant Ciné papy ne peut s’empêcher de fonctionner selon le principe de «  Rien à Jeter » de Brassens. C’est le titre de la merveilleuse chanson ou il nous émerveille en énumérant  les  atouts de sa Belle. Puis il nous charme avec le refrain : « Tout est bon chez elle, y a rien jeter, Sur l'île déserte il faut tout emporter.» Mais comme pour Brassens cela ne fonctionne, pour moi qu’avec les élus de ce cœur d’artichaut de Ciné papy. Cela ne fonctionne pas dans le monde « profane », même dans ce qu’il a de plus délicieux comme celui du cinéma.

 

Plusieurs lecteurs seront peut-être fâchés et trouverons idiot ce borné rédacteur de fiches qui n’y connaît finalement pas grand-chose. Peut-être mais c’est comme ça. Ciné papy doit manquer de sensibilité pour ne pas accéder aux qualités d’acteur de Michel Piccoli. Comme disait l’autre avec une certaine impudence : « Je n’ai pas de glande pour Piccoli. »

 

Il ne s’agit ici que du seul jeu de l’acteur car, très engagé, les films auxquels il a participé ont souvent été des films de combat vivifiant et incontestables au niveau des valeurs qu’ils défendaient.

 

Laissons l’église au milieu du village et avouons que je revois, chaque fois avec le même plaisir « Dom Juan ou le Festin de Pierre » 1965 téléfilm de Marcel Bluwal. Il en est de même pour « Habemus Papam » 2011 de Nanni Moretti. Un écart de 46 ans qui lui permit d’avoir une carrière des plus remplies avec de superbes débuts au théâtre jouant de grands textes de très grands auteurs. Mais ça, c’est une autre histoire.

 

Gérard Depardieu :                  le docteur Jean-Pierre Berg

 

Ciné papy a déjà eu l’occasion de dire tout le bien qu’il pensait de ce fabuleux acteur capable du pire comme du meilleur. On se reportera à la fiche de « Quand j’étais chanteur » 2006. Peut-être à très bientôt à son sujet. En effet, on annonce un « Maigret » interprété par lui. Dure succession après des Harry Baur, Charles Laughton, Gino Cervi, Jean Gabin, Michael Gambon, Richard Harris, Pierre Renoir entre autres mais aussi Bruno Cremer qui, sauf erreur est le seul à avoir interprété plusieurs roman de Simenon mettant en scène le fameux commissaire.

 

Jane Birkin :                      Mme Jane Berg

 

Peu d’atome crochu avec cette artiste qui doit tout à cet expert en provocation qu’était le génial Serge Gainsbourg. Pour moi elle reste quand même une excellente comédienne qui, dans toute ses apparitions publiques parle français avec un léger accent anglais qui se voudrait amusant ou touchant, au choix de l’auditeur, alors qu’elle, parle français comme nous tous sans son accent. Passons.

 

Marina Vlady :                            Mme Losseray

 

De même que Picasso n’était pas un peintre mais un démiurge polymorphe, Brigitte Bardot n’est pas une actrice mais un phénomène. Elle doit la vie à son amie Marina Vlady. Celle-ci avait réussie à la convaincre de traiter un cancer alors que BB se montrait plus que réticente. Tout cela pour dire que pendant que BB faisait tourner la tête au monde entier, Ciné papy alors adolescent, n’avait d’yeux que pour cette jeune blonde ingénue qu’était alors Marina Vlady.

 

Laissons parler Wikipédia ce gâteux de Ciné papy se trouvant soudain « tout chose » à évoquer cette partie de sa vie.

 

« Marina Vlady débute au cinéma en 1949 dans le rôle de « Marie-Tempête » et perce dès 1954 dans « Avant le déluge » * d'André Cayatte .Remarquée notamment pour sa beauté, elle devient aussitôt une des principales jeunes premières du cinéma français, aussi à l'aise dans la comédie que dans le drame et le film noir, même si « La Sorcière » 1956 d'André Michel avec Maurice Ronet .L'un des films dont elle demeure très fière, ne rencontre pas un grand succès public.

 

Elle tourne ensuite plusieurs films diversement accueillis sous la direction de Robert Hossein, avec qui elle forme un des couples très en vue, notamment « Toi, le venin »  1959 . Selon le Dictionnaire du cinéma français , le premier de ces films, « Les salauds vont en enfer » 1955, écrit par Frédéric Dard, « a au moins le mérite de la nouveauté » et un « climat étrange, violent, érotique » qui le caractérise. Le couple se retrouve aussi dans « Crime et Châtiment » 1956 de Georges Lampin, « La Sentence » 1959 * de Jean Valère et « Les Canailles » 1960 de Maurice Labro d'après James Hadley Chase. Les quatre films de Hossein lui permettent de relancer une image de marque qui avait beaucoup de mal à convaincre le public. »

 

En 1961, « La Princesse de Clèves » de Jean Delannoy, adaptation luxueuse de l'œuvre de Madame de La Fayette, mais qu'une certaine critique française juge « trop académique », réaffirme son statut de star capable de porter un film sur ses seules épaules.

 

Le film met en évidence la « distinction » de Marina Vlady jusque-là plutôt considérée comme une sorte de « bombe érotique » dotée d'un tempérament dramatique.

 

Suivent « Adorable Menteuse » 1962 et « On a volé la Joconde » 1966 de Michel Deville » et le très cynique « Les Bonnes Causes » 1963 *du vétéran Christian-Jaque. Illustrant l’étendue de ses talents d’actrice et qu’une beauté peut aussi être intelligente ce qui n’était pas reconnu comme évident à l’époque.

 

Fantasque mais résolue, elle quitta tous et tout, pour épouser en troisièmes noces Vladimir Vyssotski (1938-1980), poète, acteur et chanteur russe, espèce de « Brassens tragique » avec lequel elle vit douze années en URSS jusqu'à la mort prématurée de celui-ci, à 42 ans, en 1980. En 2006, elle chantera son amour pour Vladimir Vyssotski au théâtre des Bouffes-du-Nord dans un récital intitulé Vladimir ou le vol arrêté, titre issu de son livre éponyme paru en 1987

 

Elle a également tourné pour son ami Orson Welles. Une tête on vous dit.

 

Mais je ne peux clore cette rubrique sans évoquer son rôle de la maîtresse du Régent  dans « Que la fête commence... » 1976, * de Bertrand Tavernier tant ce réalisateur, cette façon de raconter une page de l’histoire de France et le casting réuni qui comporte tant des acteurs préféré de Ciné papy.

 

* Vraisemblablement l’objet de prochaines fiches

 

Charles Vanel :                 le professeur Brézé

 

C’est notre Spencer Tracy auquel Ciné papy trouve une certaine ressemblance dans l’allure physique et le jeu.

 

Charles Vanel a eu l'une des carrières les plus longues et polyvalentes du cinéma français, s'étalant sur huit décennies. Nous vous épargnerons la litanie de ses films dont certains sont devenus culte.

 

Ciné papy se rappelle son rôle de bravache et faux caïd dans  ce vertigineux « Le Salaire de la Peur » 1953 d’Henri Georges Clouzot avec lequel il tourna également, comme l’indique son titre « Les Diaboliques » 1955. La façon ou pitoyablement il se dégonfle dans la deuxième moitié du « Salaire de la peur » est un grand moment de cinéma et un fabuleux numéro d’acteur. Pour ce  rôle, il obtint le prix du meilleurs acteurs à Cannes ( Devant Yves Montand – Na !)

 

Avec sa longévité on ne s’étonnera pas de voir tous les metteurs en scène qui ont voulu l’avoir dans leurs films jusqu’à Hitchcock dans « La Main au collet » 1955 avec Grace Kelly et Gary Grant

 

Michel Auclair :                le docteur Mathy

 

Acteur sympathique avec une belle présence dans ses seconds rôles « essentiels » au cinéma.  C’est aussi un important acteur de théâtre avec, à son répertoire : Paul Claudel, William Shakespeare, Arthur Miller, Jean Racine, Molière, Henrik Ibsen et Victor Hugo.. Au cinéma il joua selon la formule consacrée, «  pour les plus grands » René Clément, Henri-Georges Clouzot, André Cayatte, Jean Delannoy, Leenhardt et Jacques Deray. Pendant les années 1950, 1960 et 1970, il apparaît occasionnellement dans des productions internationales, «  Drôle de frimousse » 1956 de Stanley Donen, avec Fred Astaire et Audrey Hepburn, ou « Chacal »1973 de Fred Zinnemann.

 

Ciné papy ne se lasse pas de le revoir dans son rôle de troublions façon Jean Edern Hallier dans « Le Bon Plaisir » 1984  de Francis Girod

 

Coline Serreau :               Sonia, associée de Mme Losseray

 

Elle est plus connue comme réalisatrice que comme actrice ? En 1975, elle se lance dans la réalisation cinématographique ou, très vite elle connaît un vrai succès auprès de la critique. En 1985, « Trois hommes et un couffin » apparaît sur les écrans de cinéma. Avec plus de 12 millions d'entrées, il compte parmi les records du nombre d'entrées pour un film français.

 

Monique Mélinand :                 Mme Giret

 

J’aurai beaucoup de mal à citer un film – toute petite programmation – ou une pièce de théâtre, où sa présence m’aurait frappé. Cela fait des années que Ciné papy ne va plus au théâtre. A la télévision, chez soi,  on peut monter le son. Au théâtre, difficile de crier « Plus fort ! » Je la connais surtout pour avoir été la compagne de Louis Jouvet. Avec Madeleine Ozeray elle faisait partie de la troupe de Jouvet, notamment lors de sa tournée en Amérique Latine durant la guerre. A la défection de Madeleine Ozeray, elle devint la compagne de Jouvet qui savait parler aux femmes et emporta le morceau avec un billet doux « Tu dines avec moi oui ou merde ! » resté dans les annales.

 

Une particularité de cette actrice qui meurt en 2012. A cette date elle était la seule actrice française à avoir connu une carrière cinématographique longue de 84 ans, ce entre 1927 et 2011. Elle devance ainsi Paulette Dubost (81 ans de carrière), Gisèle Casadesus et Paulette Frantz (80 ans de carrière chacune), Danielle Darrieux (78 ans), Denise Grey (77 ans), Micheline Presle (76 ans), Judith Magre (74 ans) et Brigitte Auber (73 ans).

 

C’est qu’on vit vieux dans le monde du spectacle car beaucoup «  ne meurent pas en scène » comme Molière mais jouent très tard.

 

Cela justifie les observations de Ciné papy notées  dans la fiche « Le Diable par la queue » 1969 qui soulignait, la mort jeune de Clotilde Jouano et Xavier Gelin tous deux morts avant 55 ans

 

Valérie Mairesse :                     Mlle Lambert, infirmière

 

Actrice de poids dirait cette langue de pute de Ciné papy qui précise, ici, que c’est affectueux car Valérie assume ses formes qui ne l’empêchent pas de tourner tant pour le cinéma que la télévision ou le théâtre. Elle a débuté avec la troupe du « Splendide » dont elle a été écarté ce qui ne lui a permis d’entamer une riche carrière même s’il s’agit parfois de second rôles pas toujours essentiel. Continue Valérie. On t’aime.

 

 

Quelques bons moments :

 

Au moins celui où l’on voit Gérard Depardieu, autant par provocation que par plaisanterie, virevolter  comme Gérard Philippe dans « Fanfan la Tulipe » 1952 de Christian-Jaque en escaladant  la façade de la clinique dont on voudrait lui interdire l’entrée.

 

NDLR ICI 

 

En 1975, Jacques Rouffio réunit un plateau de stars pour son film Sept morts sur ordonnance

Une image du bonheur pour les époux Berg (Gérard Depardieu et Jane Birkin), venus chercher leurs enfants à l’école (en 37 ans, la rue Godefroy-de-Bouillon, où se trouve le lycée du même nom, n’a guère changé).? © photos d’archives la montagne rené charpin

 

« L'équipe reste près de deux semaines dans la capitale auvergnate, entre juin et juillet. L'Hôtel-Dieu est le lieu de tous les coups bas entre ces mandarins qui ne s'aiment pas. La scène où Berg (Gérard Depardieu) escalade la façade de l'Hôtel-Dieu restera dans les mémoires. La rue Godefroy-de-Bouillon (devant le lycée, près de la place Delille) n'a pas changé et on peut aujourd'hui encore imaginer Gérard Depardieu au volant de son coupé Mercédes, attendant ses enfants à la sortie de l'école et voir accourir son épouse (Jane Birkin). Sur la route de Riom, le château de Maupertuis accueille, un soir, toute la jet-set du coin pour jouer les figurants. Ceux qui seront coupés au montage seront un peu aigres… »

 

Une réplique

 

«  Moi mes prostates ne saignent pas » signe d’une belle opération selon les règles de l’art, que Depardieu rétorque, à chaque fois qu’il est mis en cause par le professeur Brézé devant ses fils.

 

Dans la série « paysage à retrouver »

 

Comme pour « Le Roi de cœur » 1966 ou « Les Dimanches de Ville-d’Avray » 1962 (voir fiches de Ciné papy) le film de la présente fiche, a été tourné en 1975 partiellement en décor naturel à Clermont-Ferrand. Les amateurs pourront y retrouver des aspects détruits de la ville victime de l’urbanisation et de l’appétit des promoteurs.

 

Dans la série «  De qui se moque-t-on ? »

 

Regardez bien les pendules qui apparaissent ça et là dans les décors, du moins celles qui n’ont rien à voir avec le déroulement de l’histoire comme par exemple et particulièrement dans « Le Train sifflera trois fois » 1952 (voir fiche de Ciné papy). Elle ne marque pas l’heure réelle de l’histoire. Il se peut même que dans une scène qui pour diverses raisons n’a pu faire l’objet d’un plan séquence et donc a été tourné par plans successifs, la même pendule, mais si, celle au-dessus de la porte menant à un vestiaire, en haut à gauche de l’écran, affiche une heure différente si elle est en état de marche ou la même heure si elle et arrêtée . Qui n’a pas fait son boulot, l’accessoiriste, le responsable des décors, l’ensemblier, la script ?

 

Mais de qui se moque  ton ? (LOL)

 

 

Pax

Partager cet article
Repost0
3 janvier 2022 1 03 /01 /janvier /2022 06:00

Barre (bateau) — Wikipédia

C’est quoi une filière ?

 

L’INSEE la définit ainsi : « La filière désigne couramment l'ensemble des activités complémentaires qui concourent, d'amont en aval, à la réalisation d'un produit fini. On parle ainsi de filière électronique (du silicium à l'ordinateur en passant par les composants) ou de filière automobile (de l'acier au véhicule en passant par les équipements). La filière intègre en général plusieurs branches. »

 

Dans le cadre des États généraux de l’Alimentation, les 35 principales filières agricoles et agroalimentaires * ont planché pour se fixer une stratégie.

 

  • Filière betterave à sucre
  • Filière céréalière
  • Filière Pomme de terre
  • Filière fruits et légumes frais et transformés
  • Filière horticole
  • Filière oléagineux
  • Filière pomme de terre
  • Filière lait
  • Filière semence
  • Filières viandes (bovine, ovine, porcine, lapin...)
  • Filière volailles
  • Filière foie gras
  • Filière œufs
  • Filière vitivinicole
  • Filière cidre…

 

Les interprofessions des différents secteurs sont, en principe, des lieux privilégiés permettant aux différents acteurs de se rencontrer pour élaborer des plans de filières propres à leurs activités.

 

Je n’ironiserai pas sur la pertinence des fameux plans de filières mais force est de constater que la gouvernance des filières est une illusion qu’entretiennent de concert les pouvoirs publics et les organisations professionnelles dites représentatives.

 

25 Interprofessions vinicoles ICI « à la différence d’autres filières agricoles organisées nationalement, les Interprofessions vinicoles françaises se sont construites autour de vins d’Appellation d’Origine et d’Indication Géographique, et d’une Interprofession nationale pour les vins n’en bénéficiant pas »

 

Tout ce beau monde se retrouve au CNIV, à la CNAOC, à FranceAgrimer, à l’INAO, à Vin&Société, dans le bureau  du Ministre de l’Agriculture, à la DGCCRF… etc.

 

Qui font-ils ?

 

Je le sais mais je n’ai ni le courage d’écrire une ligne en réponse, ni l’envie d’ironiser sur les séjours parisiens des présidents.

 

Ce dont je puis vous assurer c’est que tout ce beau monde, dont la représentativité est formelle, n’a jamais gouverné la filière qui, je l’ai en son temps démontré, n’a nul besoin d’être gouvernée.

 

Tant que l’on se bercera d’illusions sur la réalité de notre offre de vins, sa segmentation par prix, sur l’irruption d’une nouvelle génération de consommateurs, chez nous comme dans les grands pays consommateurs, en laissant accroire que tout le monde vit et travaille sur le même bateau, nous raterons à nouveau le coche de la nouvelle donne de la demande de vin.

 

Le grand-prêtre rock-and-roll« non –œnologue » Stéphane Derenoncourt proclame dans Vitisphère pour répondre au soi-disant Bordeaux-Bashing « Jusqu'à présent, nous avons vendu du vin. Maintenant, il faut vendre des idées. Bordeaux en a » Je ne jouerai pas au MacArthur en répondant « Les batailles perdues se résument en deux mots : trop tard. »

 

Ceci écrit je vous laisse découvrir l’éditorial de la patronne de Vitisphère Marion Sepeau Ivaldi : pour gouverner le navire encore faudrait-il qu’il y ait un gouvernail et que les hommes de quart sachent quel est le cap ?

Trois domaines par jour ont disparu sur la décennie

Par Marion Sepeau Ivaldi Le 17 décembre 2021

 

Le recensement agricole est toujours un moment où l’on prend la mesure des changements. 11 000 domaines viticoles ont disparu en 10 ans. Ainsi, 3 domaines par jour pendant une décennie ont été rayés de la carte. Ce rythme plus que soutenu donne à voir la mutation qui se déroule sous nos yeux. Sans bruit.

 

Dans le même temps, la surface moyenne d’une exploitation viticole est désormais de 19 hectares. La quête de rentabilité, de consolidation de la marge, la faiblesse du nombre de repreneurs concourent à cet agrandissement.

 

Quelle gouvernance de la filière dans ce contexte d’érosion ?

 

C’est un sujet qui sera sans nul doute dans l’actualité des dix prochaines années. Car de nombreux autres départs à la retraite se profilent. Les adhérents, en plus petits nombres, seront-ils toujours enclins à financer la mosaïque syndicale vitivinicole ?

 

D’autant que la perte de confiance dans les institutions perdure, que l’investissement des nouvelles générations dans le syndicalisme est plus faible, que le pouvoir d’influence de ces organisations s’est atténué. Si les exploitations disparaissent sans bruit, les organisations professionnelles devraient tendre l’oreille. La gouvernance a elle aussi besoin de mutation.

Partager cet article
Repost0

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents