Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 octobre 2022 1 10 /10 /octobre /2022 07:00

Et si le vin dit de Bordeaux subissait au XXIe siècle le même déclin que le vin de table du Languedoc au XXe siècle ?Et si le vin dit de Bordeaux subissait au XXIe siècle le même déclin que le vin de table du Languedoc au XXe siècle ?Et si le vin dit de Bordeaux subissait au XXIe siècle le même déclin que le vin de table du Languedoc au XXe siècle ?

Ils sont respectivement, président, vice-président, directeur du Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux (CIVB)

 

De ce grand entretien je ne retiens pas grand-chose de nouveau mais, comme il est préférable de ne pas « tirer sur une ambulance », je fais référence ici à la myopie et l’incurie des dirigeants du CIVB et non à la détresse des vignerons de Bordeaux, je ne rajouterai pas mon grain sel sur une situation prévisible masquée par le soi-disant Bordeaux-bashing. L’évitement, la politique de l’autruche, l’incapacité à sentir les nouvelles tendances, en dépit des moyens importants  du CIVB, ont conduit le « ventre mou » des vins de Bordeaux dans la situation du Languedoc du vin de Table. L’histoire repasse parfois les plats mais pas chez les mêmes.

 

Pas de solution unique à la sortie de crise des vins de Bordeaux ICI 

 

Grand entretien avec les dirigeants du Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux (CIVB), faisant le point sur les principaux enjeux d’adaptation du vignoble bordelais aux tendances du marché. Des profils produits à la diversification de la production, en passant par l’arrachage.

Par Alexandre Abellan Le 30 septembre 2022

 

- Quels sont les leviers d’action et de conseil du CIVB auprès de ses opérateurs ? Vous avez réalisé une étude récente sur les profils produits ou une étude sur la vision des cavistes sur les vins de Bordeaux…

 

Allan Sichel (président du CIVB) : Une étude a été faite avec une méthodologie scientifique rigoureuse pour définir 250 vins de Bordeaux prélevés sur les linéaires (prix allant de 5 à 10 €). Ont émergé 20 styles, goûtés par des professionnels et des amateurs. Ce qui est intéressant, c’est que leurs avis convergent : ils ont les mêmes goûts et perceptions, sans utiliser le même vocabulaire. Ces 20 catégories de produits ont été soumis à la dégustation d’un plus grand nombre, professionnels et amateurs. On voit que toutes les catégories ont des notes honorables, autour de 7 sur 10. Tous ces styles de vin ont des amateurs : des gens qui les adorent. Et il y a en aussi qui ne les aiment pas. La difficulté, c’est comment faire en sorte que le consommateur retrouve un vin qu’il aime. À priori, s’il n’a pas goûté un vin, il n’en connaît pas le style.

 

C’est le constat. La bonne nouvelle, c’est que tous les vins de Bordeaux trouvent leurs amateurs. La tendance est aux vins sur le fruit avec moins de tannins, mais on voit qu’il y a des styles boisés et riches qui ont leur public. Au niveau du CIVB, on n’est pas en mesure de dire voici le style de produit qu’il faut faire. Ce que l’on met en avant dans nos actions de promotion et de communication, c’est la diversité de l’offre bordelaise. Et surtout l’élargir sur les produits où Bordeaux n’est pas attendu : les rosés, les crémants, les vins blancs… Mais aussi des vins rouges très légers. On voit des viticulteurs qui produisent avec un certain succès des vins rouges à servir frais. Ce sont des choses à caler avec la grande distribution. L’idée de notre charte de partenariat, publiée au sein de la filière, est d’intensifier la relation entre le viticulteur, le metteur en marché et la chaîne de distribution pour que chaque vin trouve son marché dans un cycle en adéquation avec les attentes des consommateurs.

 

- On entend certains distributeurs préférer rentrer des rosés en IGP Atlantique qu’en Bordeaux, l’appellation serait moins attendue sur cette couleur par les consommateurs. Est-ce un épiphénomène ou une vraie tendance ?

 

Allan Sichel : Bordeaux n’étant pas attendu sur le côté rosé, c’est une bonne raison pour le présenter. Bordeaux est perçu comme un fournisseur de vins rouges, qui représente la moitié des occasions de consommation. Si l’on reste focalisé sur les rouges, Bordeaux n’est même pas considéré sur la moitié des moments de consommation. Montrer que Bordeaux est aussi présent avec des rosés, des blancs frais, des crémants… C’est un axe de développement.

 

Christophe Château (directeur de la communication du CIVB) : Il me semble que les volumes produits en Bordeaux rosé sont très nettement supérieurs à ceux produits en IGP Atlantique. Si c’était une demande très forte, il y aurait un basculement.

 

Bernard Farges (vice-président du CIVB) : On n’a jamais pu vraiment installer l’IGP Atlantique, c’est confidentiel en termes de volumes (à part un opérateur). Mais on regarde d’un bon œil le développement de l’IGP Atlantique. Ça sera une bonne chose. C’est la diversification.

 

La diversification semble justement être le mot sur toutes les lèvres à Bordeaux : crémants, blanc de noirs… Est le mot d’ordre pour que le vignoble bordelais soit plus en phase avec le marché ?

 

Allan Sichel : La diversification des sources de revenus est un axe important de pérennisation et de résilience dans la durée.

 

Bernard Farges : Les chocs climatiques et les chocs commerciaux nous amènent à des niveaux de commercialisation qui sont en dessous de notre capacité de production. Encore que ces trois dernières années les récoltes sont plutôt faibles. Et les commercialisations sont faibles aussi. Le besoin de réduire, de diversifier et de relancer la commercialisation de notre cœur de métier que sont les AOP bordelaises sont les trois voies vers lesquelles nous devons aller. Forcément. Il n’y en a pas une qui va suffire. Dire que l’on va tout diversifier, tout passer en IGP et en rosé, c’est illusoire. Demain, dire que l’on va tout régler par l’arrachage (que l’on n’a pas encore), ce sera illusoire. Dire que par le soutien à la promotion on pourrait remonter à 5 millions hl de commercialisation (d’abord on ne le croirait pas), ce serait illusoire aussi. Il va falloir agir sur tous les leviers. Tous les leviers.

 

- Lors de vos deux dernières assemblées générales en tant que présidents successifs du CIVB, vous avez respectivement appelé à l’arrachage définitif avec l’appui de fonds européens (pour la restructuration et l’investissement) et à la reconversion vertueuse et réversible (en préservant les meilleurs terroirs). S’agit-il de façons différentes de demander la même chose ou de divergences entre production et négoce ?

 

 

Allan Sichel : Il n’y a que Vitisphère et Sud-Ouest qui ont généré la polémique là-dessus. On ne peut pas convertir des terres agricoles pour en faire autre chose sans arracher la vigne. Vous étiez surpris que je ne dise pas le mot arrachage : si je l’avais su avant, je l’aurai facilement exprimé et dit. Nous sommes dans une situation structurelle de surproduction : il faut que l’on réduise le volume de production à Bordeaux. Il faut arracher et il faut trouver des financements pour permettre aux viticulteurs d’entamer cet arrachage. Pour certains c’est la fin de carrière, pour d’autres c’est une conversion vers autre chose. On a des besoin d’utilisation de terrains agricoles (céréales, maraîchage, séquestration carbone, énergies vertes…). Tout ce qu’il faut, c’est que l’on n’arrache pas des vignes pour y mettre des supermarchés : ça serait irréversible.

 

-Poussée par la souffrance, l’impatience est forte dans le vignoble : un arrachage primé est-il envisageable en 2023 ? Que peut-on dire : être rassurant ou rester prudent ?

 

Allan Sichel : Pour moi, c’est très difficile d’être totalement rassurant à ce stade-ci. On a des enjeux d’évolution de réglementation qui sont lourds. Tout ce que je peux garantir, c’est que l’on déploie toute l’énergie pour sensibiliser nos représentants au niveau des ministères et engager des évolutions dont il y a besoin. Ce qui est important, c’est d’avoir une feuille de route, parce que ça concerne Bordeaux. Mais ça ne concerne pas que Bordeaux, le ministère a besoin d’une vision d’ensemble de filière. On travaille aussi pour avoir une ligne de conduite pour toute la filière française.

 

Bernard Farges : Quand en mai, en assemblée générale, on parle d’arrachage, qu’en juillet on en reparle à nouveau (je dis on parce qu’il [Allan Sichel] était au courant de ce que je disais et que j’étais au courant de ce qu’il disait), pourquoi est-ce que l’on n’en parle pas avant ? C’était déjà un sujet l’arrachage, à l’assemblée générale du syndicat des Bordeaux. Jusqu’à présent, on disait qu’il n’y avait pas d’opportunités, que l’on sentait que cela n’allait pas suivre. En mai, on s’est dit que cela suivait ailleurs qu’en Gironde. Peut-être pas pour le faire de suite. Mais ce qui se passe dans la filière viticole française, plutôt bien portante jusqu’en 2018, c’est la succession de chocs : petites récoltes, taxes américaines, fermeture de la Chine, la pandémie, les conséquences de la guerre en Ukraine… Et la déconsommation, très importante en grande distribution.

 

Nous avons les nuages sur la tête depuis un certain temps, d’autres régions les voient arriver clairement : je ne vais pas les citer ici. Il y a une prise de conscience au niveau de la filière viticole et il y aura des propositions de l’ensemble de la filière. Parce que les outils financiers de soutien et réglementaires d’encadrement de la filière n’ont pas bougé depuis, en gros, 2008. Il y a besoin d’adapter les outils urgemment. Sinon, nous aurons été responsables d’avoir tiré la sonnette d’alarme et de ne pas avoir fait de propositions. Il faut trouver des solutions, sociales pour certains : ce n’est pas de gaîté de cœur. Mais c’est indispensable : la filière est à restructurer.

 

Avec des éléments très positifs parfois : en deux mois, on a réussi à bâtir pour la Champagne et la Bourgogne un déplafonnement des rendements butoirs. Lorsque cela a été proposé pour la première fois au mois de mai, certains ont ouvert de grands yeux en disant que ce n’était pas possible de faire péter un dogme. Et bien oui, on fait péter parce que c’est cohérent. Champagne résiste parce qu’ils ont des outils de mise en réserve qui fonctionnent. Ailleurs, ce seront d’autres outils. Bordeaux a travaillé et obtenu un nouvel outil de réserve (le volume régulateur), qui ne sera pas efficace cette année on le sait, mais il sera efficace prochainement, on l’espère. D’autres régions y travaillent, parce que ce sont les outils de régulation dont nous avons besoin. Nous sommes démunis face aux chocs que la filière a subi, subit et subira peut-être (climatiques et commerciaux, comme nous sommes exposés partout).

 

-La vendange 2022 est prometteuse en qualité et réduite en quantité : est-ce un atout pour relancer les ventes et la valorisation ?

 

Allan Sichel : C’est la difficulté entre le cas individuel et le collectif. Collectivement, au niveau de la filière, avec les stocks qu’il y a et les perspectives de commercialisations, on n’a pas besoin d’une grosse récolte. Mais économiquement pour chaque producteur, qu’il y ait une petite récolte, c’est compliqué.

 

Les perspectives sont celles d’un très bon millésime : de la concentration, de la matière... C’est très rassurant sur la manière dont la vigne a pu résister à ces conditions extrêmes. Jamais on n’avait vu ça de manière aussi prolongée, avec une sécheresse aussi forte cumulée à une température aussi élevée. C’est un point encourageant.

 

Fabien Bova (directeur général du CIVB) : La bonne nouvelle, c’est la bonne réputation du millésime 2022 après les difficultés de vente du millésime 2021. L’équilibre entre la production et la capacité de ventes, telles qu’elles ont été démontrées ces dernières années, n’est qu’un équilibre en trompe-l’œil. Puisque les dépenses pour produire si peu sont largement supérieures à une production qui aurait été adaptée à ce volume-là. C’est comme si l’on faisait fonctionner une voiture en permanence dans le mauvais régime. Ce qui nous rassurerait, c’est une revalorisation raisonnable qui permettent de rémunérer d’avantage l’ensemble de la filière en restant dans le marché. Parce que jusqu’ici les petits millésimes ont été suivis d’à-coups sur les cours qui nous ont sortis des marchés. Et nous savons que le temps pour revenir sur les marchés est beaucoup plus long que celui pour en être éjecté et remplacé sur les linéaires.

https://cache.larvf.com/data/photo/w1000_ci/5s/fabien-bova.jpg

Fabien Bova, ingénieur agronome de formation, né en 1958, connaît très bien la Gironde et la filière viticole, en raison des nombreux postes qu’il a occupés dans le département. Il était, depuis 2009, Directeur Général de FranceAgriMer.

 

Il a été notamment directeur de Direction Départementale de l’Agriculture et de la Forêt de la GIRONDE (2001-2004) et de  Direction régionale et départementale de l’agriculture et de la forêt pour l’AQUITAINE et la GIRONDE (2006-2007) avec de faire partie du cabinet du Premier ministre François Fillon en 2007. Il est Chevalier dans l’Ordre National du Mérite (2002) et Chevalier de la Légion d’Honneur (2009).

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2022 7 09 /10 /octobre /2022 07:00

 

Les tomates vont manquer cet hiver (et ce n’est pas plus mal) ICI 

Publié le 16/09/2022 par Konbini

 

La hausse des prix de l’énergie oblige les agriculteurs à changer de stratégie… et les consommateurs devront leur emboîter le pas.

Les légumes cultivés sous serre vont-ils disparaître des étals cet hiver à cause de la crise énergétique ?

Par Eva LERAY

 

Salades, tomates, concombres… Quand ils sont cultivés sous serre, y compris hors saison, ces légumes sont très gourmands en énergie. Face à l’explosion des prix du gaz et de l’électricité, ils pourraient se faire plus rares sur les étals cet hiver. Faut-il craindre une pénurie ?

 

La crise énergétique a un impact aussi sur les producteurs de fruits et légumes. Les plus impactés, logiquement : ceux qui sont cultivés sous des serres, lesquelles fonctionnent « principalement au gaz », nous explique Damien Penguilly, directeur de la station expérimentale Caté à Saint-Pol-de-Léon, (Finistère), site qui cherche des solutions pour faciliter le travail des agriculteurs, et leur permettre de s’adapter au dérèglement climatique. « Je ne vois pas de pénurie pour cet hiver, mais il existe une réelle inquiétude sur les serristes en France, nous dit Laurent Grandin le président de l’Interprofession des fruits et légumes frais (Interfel). 90 % de la production française de tomates et de concombres provient des serres chauffées. » Les factures énergétiques ont déjà augmenté pour les serristes, « surtout pour les producteurs de bananes et les endiviers, gros consommateurs en énergie », précise-t-il. « L’augmentation du prix du gaz met en difficulté les producteurs et pose question », estime Damien Penguilly.

 

La suite ICI 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
8 octobre 2022 6 08 /10 /octobre /2022 07:00

https://www.francetvinfo.fr/pictures/oVoAjXE6GntLkarQg3Tpz51MYhI/fit-in/720x/2022/09/26/phpWMY9aU.jpg

Cet album, Arno savait qu’il serait le dernier. Le plus libre des rockeurs belges, ou le plus européen des rockeurs libres, est parti au printemps dernier d’un de ces cancers sans scrupule qui a déjà emporté Alain Bashung. Tom Waits, auquel on pouvait aimer le comparer pour son blues et sa voix de cailloux, est encore vivant, mais il ne sort plus d’album.

 

Tristesse.

 

Il reste ce disque, posthume, mais qu’Arno semble avoir eu le temps d’achever comme il le souhaitait. Chanté en anglais et en français, comme il l’a toujours fait, avec une dinguerie typiquement belge, une voix de flamand qui semblait toujours avoir trop bu et une mélancolie universelle, Opex n’est pas triste. «J’irais me marier avec le vent, je prends le soleil comme mon amant, avec les nuages je danse le french cancan», chante dès l’ouverture Arnold Charles Ernest Hintjens, avec la joie d’un enfant de soixante-douze ans pour qui «hier c’était le passé, aujourd’hui la vérité».

 

 

Émue, la presse belge salue “Opex”, l’album posthume d’Arno

 

« Ceux qui regardent la mort en face rassemblent leurs proches autour de leur lit. Arno, lui, a préféré les rassembler un peu plus tôt, dans un studio. »

 

C’est avec émotion que les journaux belges, à l’instar de De Morgen, ont découvert Opex, l’ultime album du chanteur ostendais, mort en avril dernier, « son dernier fait d’armes ». Un testament paru ce 30 septembre, où l’on peut donc entendre le saxophone du frère d’Arno Hintjens, Peter, et les beats de son plus jeune fils, Felix. Est aussi convoqué le souvenir de son grand-père Charles, qui a inspiré l’un des titres.

 

Dès la première chanson, La Vérité, le journal flamand est pris aux tripes : « Sa voix est nettement affaiblie, plus rauque que jamais. La musique lui donnait certes le courage d’affronter son cancer en phase terminale, mais en l’entendant livrer presque littéralement son dernier souffle dans ce morceau, on a le cœur qui saigne. »

 

Il y a aussi Take Me Back, où il supplie une femme de lui revenir, One Night With You, une reprise d’Elvis Presley, qui a marqué son enfance, liste De Standaard. Et Boulettes, où il dégaine ce « vocabulaire scabreux qui était son folklore, avec lequel il aimait tant provoquer »

 

 

« On retrouve tout Arno sur ce disque chanté en français comme en anglais, ajoute Le Soir. Son humour potache (Boulettes), sa rage électrique, son blues, sa tendresse, sa poésie. » Et, évoquant la force des derniers albums que nous ont respectivement laissés David Bowie et Alain Bashung, le journal francophone poursuit :

 

« Arno a vraiment réussi ici son ‘Blackstar’, son ‘Bleu pétrole’. Un disque dont il peut être fier là où il est… »

 

Noblesse oblige

 

De Standaard évoque longuement les derniers mois d’Arno quand, se sachant condamné par un cancer du pancréas, il a lutté pour boucler encore un album et deux concerts, à Ostende et à l’Ancienne Belgique, à Bruxelles. « Tomber et se relever, il avançait désormais à ce rythme. »

 

À l’occasion de la sortie d’Opex, le journal flamand de référence raconte aussi comment s’est tenue la dernière interview que leur a accordée le chanteur, son ultime rencontre avec la presse. « Il vit alors ses dernières semaines, et il le sait. On devait se voir deux jours plus tôt au studio, mais il n’en a pas eu la force, raconte le journaliste. Alors il m’a proposé de le rejoindre à son appartement, rue Dansaert [dans le centre de Bruxelles]. Il salue avec difficulté, son corps amaigri ne trouve aucune posture qui ne soit douloureuse. Mais il demande quand même, noblesse oblige*, si je veux boire quelque chose. »

 

« À vrai dire, il n’est plus capable de donner une interview. Il parle lentement désormais. Nous n’aurons pas droit aux tirades enflammées sur Ensor, le rock’n’roll » et la politique auxquelles il se livrait si volontiers”, enchaîne De Standaard.

 

« Il travaille sur un album, le dernier avant de redevenir poussière, alors il aimerait en dire quelque chose. Qu’il est content, par exemple. »

 

* En français dans le texte.

Mais Arno, honnête jusqu’au bout, ne pose pas en stoïcien face à la fin : « Je paie mes conneries du passé », lâche-t-il dans le sobre mais intranquille Court-Circuit dans mon esprit, juste accompagné par le piano de Sofiane Pamart. La même chanson dit aussi : « La vie est trop courte pour être petit. »

 

 

Après ce dernier album, il y aura des disques posthumes d’Arno. « Il ne voulait pas faire comme Johnny ou d’autres (et laisser la famille se déchirer pour les droits). Il m’a demandé de gérer son image et ses œuvres pour le compte de ses héritiers, précise Cyril Prieur. L’an prochain, des concerts hommages sont prévus à l’Ancienne Belgique à Bruxelles, à Ostende et peut-être à Paris. Je travaille avec son équipe sur un projet d’album qui sortirait à ce moment. Arno a beaucoup enregistré, fait beaucoup de reprises. Il y a de la belle matière. »

 

 

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2022 5 07 /10 /octobre /2022 07:00

Le propriétaire Emmanuel Reynaud, au milieu des 110 ha de vignes du Château Rayas, à Chateauneuf-du-Pape.

Le propriétaire Emmanuel Reynaud, au milieu des 110 ha de vignes du Château Rayas, à Chateauneuf-du-Pape. 

Passage plaisant plus tard à château Rayas où Emmanuel Raynaud nous reçoit longuement pour nous expliquer son approche des blancs, même si Rayas, comme le château des  Tours à Vacqueyras sont plus célèbres pour leurs rouges mythiques que pour leurs blancs. Nous n’avons pas goûté collectivement Rayas blanc, mais seulement à trois lors d’une dégustation dans un cadre privé, et nous ne pourrons pas le commenter comme les vins du château et du domaine des Tours qui étaient eux, inclus dans notre dégustation collégiale. Nous pouvons toutefois rappeler que, lors de notre article sur les blancs de Châteauneuf-du-Pape (n°108), les Rayas 2005 et 2001 avaient obtenu les deux meilleures notes… Le 2010, goûté donc en mars dernier, nous a semblé un léger cran en-dessous, mais il est probable qu’il aurait fait partie des trois ou quatre meilleurs vins de notre dégustation de février 2022.

 

 

Pour Emmanuel Raynaud, « cette lourdeur saturante et ce manque de fraîcheur des blancs du Rhône sud sont une image un peu facile qui s’est diffusée au fil des ans sans que personne ne s’attelle sérieusement à démontrer que de nombreuses cuvées n’avaient rien à voir avec cette réputation. » Le vigneron ajoute : « Ici on récolte facilement des fruits bien mûrs. Il faut que ce fruit, qu’on croque sur la vigne, se retrouve dans le verre, avec de la fraîcheur, de la finesse et de la longueur, sans que ça fasse mal à la tête, donc en évitant la part inutile du sulfitage. Pour moi, la plus belle association est celle du grenache blanc et de la clairette, comme à Rayas où ces deux cépages sont, bon an mal an, à égalité dans notre cuvée. Au château des Tours le choix a été différent puisque la cuvée domaine des Tours est une pure clairette et Les Tours (ex-château les Tours) est un pur grenache blanc. À mon avis, le grenache blanc, de plus en plus décrié avec le réchauffement, est un cépage qui reste très intéressant, comme une longue ligne droite de matière dont on ne voit jamais la fin. »

 

D’ailleurs, Emmanuel Raynaud ne semble pas trop se plaindre des évolutions climatiques : « Je ne suis pas certain que l’équilibre des vins change fondamentalement avec le climat actuel. Pour moi c’est plus la quantité de lumière qui est plus fondamentale que la chaleur, et ce soleil plus vif très tôt dans la saison accélère la photosynthèse. Depuis une dizaine d’années, je constate qu’on a à la fois plus de feuilles sur la plante et davantage de sucre dans les fruits qui produisent des jus plus épicés, tant en blanc qu’en rouge. Reste enfin la question de l’élevage et surtout de sa durée, que je souhaite longue, mais dans de très vieux bois : nos barriques ont entre soixante et quatre-vingt ans… » Emmanuel Raynaud reste persuadé que dans ses vins, blancs comme rouges, il faut partager avec leurs dégustateurs ce que la nature a offert au vigneron, donc sans contrarier ce qu’elle a envie de donner telle ou telle année.

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2022 4 06 /10 /octobre /2022 07:00

 

J’ai effectué une mission de conciliation à Châteauneuf-du-Pape « C’était Dallas, il y avait une fausse bataille entre les anciens et les modernes » Jérôme Quiot et Jean-Pierre Boisson, ICI  bien évidemment, j’ai rencontré à peu près tout le monde, c’est un village, sauf Jacques Raynaud, dit des Caves du Château Rayas

 

Ophélie Neiman

 

Au bout d’une route que personne n’a songé à ­goudronner à la sortie de Châteauneuf-du-Pape, alors qu’on se croit perdue, apparaît à travers le branchage sec une petite pancarte rouillée : Caves du Château Rayas. A perte de vue, tout est hors d’âge. La voiture fatiguée, la bâtisse qui n’a rien d’un château, les rares vignes, la forêt, le silence. Les chants des oiseaux se disputent au frottis des branches dans le vent. Et c’est tout.

 

Il est de ces endroits qui vous médusent. « Il y a un grand mystère qui s’en dégage, approuve Emmanuel Reynaud, le propriétaire des lieux. C’est pour la magie de cette lumière, au milieu des bois, que mon arrière-grand-père a acheté le ­domaine en 1880. » C’est la seule phrase qui aurait pu être soufflée pars une agence de communication que prononcera le vigneron. La communication, il n’y connaît rien, s’en moque, n’en a ­jamais eu – pas la peine, les clients viennent à lui. Rayas est un mythe. Le plus grand vin du Rhône assurément. Sans doute l’un des plus grands vins du monde.

 

Le vigneron de Châteauneuf-du-Pape a la ­réputation de ne pas être commode. Plus facile quand même que son oncle, Jacques Reynaud, qui s’est occupé du domaine de 1978 jusqu’à son décès en 1997. Lui retirait les panneaux ­indicateurs. Menaçait de sortir le fusil devant les visiteurs. Et faisait parfois passer un test de dégustation au client, en lui proposant sans rien dire du vin de la coopérative voisine. Si l’amateur faisait part de son désappointement, alors seulement il lui servait du Rayas. Au grand critique américain Robert Parker, qui lui demandait le secret d’un vin si exceptionnel, il aurait répondu : « C’est le vignoble et les petits rendements, imbécile ! »

 

Jacques Néauport

 

 

« Je me souviens qu’en 1989 au château Rayas, du temps de son ancien propriétaire, Jacques Raynaud, son œnologue voulait lui faire ajouter de l’acide tartrique au moment  de la cuvaison. J’étais à ce moment-là avec un spécialiste du microscope, Philippe Pacalet. On n’avait jamais vu dans le moût une population de levures aussi belle et aussi variée. Je crois que Philippe Pacalet a été obligé de diluer trois fois le prélèvement pour y voir quelque chose. On n’arrivait pas à compter les levures, tellement il y avait de monde ! On lui a dit de ne surtout pas tartriquer le vin ! Et maintenant château Rayas 1989, c’est magique ! Château Rayas, c’est un écosystème. Quand vous regardez tout autour, il y a plein de plantes, d’arbres, d’essences différentes et ça sent vraiment très bon ! C’est bien abrité, les vignes sont protégées des merdes des autres. Je crois qu’il y a même des plantes rares. Parce que, justement, Jacques Raynaud était passionné de plantes. Il avait un plein placard d’herbiers et était un admirateur d’un des plus grands entomologistes français, Jean-Henri Fabre. Inversement, dans des crus  prestigieux, si vous regardez au microscope les premiers jus naturels du raisin qui vient d’être vendangé, c’est le désert de Gobi. Il n’y a rien ! Et en général,, le peu de levures qu’il y a, ce sont des cochonneries. Des choses qui fermentent 4 ou 5° d’alcool, pas plus.

 

- Pourtant, le terroir de château Rayas, c’est du sable !

 

 

C’est pour ça qu’il ne faut pas être trop général. Jacques Raynaud disait : « Quand mon père a planté des vignes, c’étaient des terres à patates, ça faisait de très bonne pommes de terre ! » Les terroirs de sable sont très intéressants aussi. Dans les sables, il y a aussi des déclinaisons : sables fins, argileux, la gamme est infinie. Il y a même des sables que l’on appelle lœss. Les rares vins que je connaisse sur lœss font de grandes choses.

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2022 2 04 /10 /octobre /2022 07:00

 

C’est l’une des nombreuses exécrations du hallebardier de B&D : « Le sans sulfite ajouté », ça lui donne de l’urticaire, ça le grattouille, il souffre. Plus encore, oser aborder l'homéopathie va provoquer chez lui de l'acné sénile. 

 

Le SOUFRE !

 

Retour en arrière, au temps du soufre naturel ICI  dans les vignes, on sulfatait.

 

L'essentiel du soufre exploité est d'origine sédimentaire. En Sicile, sur le port de Vigàta cher à Andrea Camilleri un de mes auteurs préférés, le commerce du soufre extrait dans l’île est l’une des activités principales. Sa chronique malicieuse menée avec un suspens sans faille conte le complot ourdi par ses concurrents spoliés par lui du plus riche, du plus crapuleux, du plus haï des négociants de Vigàta : Totò Barbabianca. Comme toujours avec Camilleri c’est un bijou écrit dans une langue aux tournures dialectales siciliennes bien rendue par la traduction française. Si vous le souhaitez, vous pourrez  accéder à d’anciennes chroniques avec les liens répertoriés ci-dessous.

 

À Vigàta, comme partout ailleurs en Sicile, les notables passent beaucoup de temps à discuter, à se chamailler, à dire pis que pendre sur les uns et les autres… Le passage que je vous propose est leste, la fable est racontée par le père Imbornone un ecclésiastique paillard et voué aux feux de l’Enfer.  Elle résume de façon crue la situation qu’est en train de vivre Totò Barbabianca le négociant honnis. ICI

 

Encore le soufre mais là il rime avec souffrance : « soufre et eau de mer deux désinfectants qui n’ont pas leur pareil » ICI  

 

Le texte de Guy de Maupassant ouvrait une porte que je me devais de franchir : celle des conditions d’extraction du soufre. Je le fais encore une fois au travers du texte d’Andrea Camilleri car celui-ci se fonde lui aussi sur un témoignage d’époque. Petit rappel à l’attention de tous ceux qui ne se soucient guère de l’exploitation de la main d’œuvre qui perdure allègrement dans les pays dit émergents. Tout ça pour acheter à des prix bodybuildés par un marketing flamboyant des fringues, des godasses de sport, des ordinateurs, des téléphones portables…  La délocalisation permet dans beaucoup de cas  le surprofit pour une petite poignée de gens comme au bon vieux temps des débuts de la Révolution Industrielle. Camilleri est un grand écrivain car il sait en quelques paragraphes mettre à nu des plaies sans pour autant jouer de ce que nos sociétés raffolent : l’émotion…

 

Très NUPES ce texte de 2012 !

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2022 1 03 /10 /octobre /2022 07:00

Un communiqué de notre ami Lefred-Thouron. | Glougueule

Ce type est exécrable, d’une prétention à la hauteur de sa fatuité, cireur de pompes patenté, pompeur de publicité pour le machin papier glacé de ses patrons, jamais en reste de donner des leçons, aboyeur, adorateur d’Hubert, un convenu, coq de basse-cour juché sur ses richelieu, je garde en garde-manger tous les qualificatifs peu amènes qui pourtant lui vont comme un gant.

 

Mais alors, pourquoi me direz-vous le mettre dans la lumière qu’il recherche désespérément ?

 

Tout bêtement parce que le EN MAGNUM de ses boss B&D tombe régulièrement dans ma messagerie et, comme je suis curieux, c’est l’âge, je jette un coup d’œil sur le sommaire.

 

Celui du 29/09 est un régal.

Le Rin de Rin adore les titres qui ronflent :

 

  • Saint-Émilion, le tunnel et la lumière

 

  • Équipe de France 2023, les fiertés d’un pays

 

  • Et bien sûr sa propre camelote :

 

 

Les mots qui fatiguent ICI 

 

 

Que les petites sangsues qui se goinfrent du désir immodéré de certains ou certaines vigneronnes/vignerons, négociants, coopérateurs… d’acquérir un zeste de notoriété, communicants petits bras touillant des vieilles recettes utilisant un langage éculé, ringard, j’en conviens parfaitement. L’intrusion des influenceuses, ça semble être un nouveau job féminin issue de la mode, pour qui, tu raboules le pognon et je te fais une dégustation aux petits ognons, est le dernier avatar de la pauvreté de l’imagination. Mais si y’a des cons qui désirent jeter leur pognon par les fenêtres, libre à eux…

 

 

Revenons à notre Nicolas qui, en l’occurrence, ne débite pas que des conneries, loin s’en faut, mais qui le fait avec sa misérable hauteur, d’un ton supérieur, suffisant, lui qui, au bilan, n’est guère plus qu’un petit manieur de mots.

 

 

En s’intéressant deux secondes au langage des haut-parleurs du vin (directeurs du marketing, attachés de presse de toutes natures, brand ambassadors, journalistes), on se rend compte que le vignoble est un débutant de la communication. C’est la règle, quand on commence, on reproduit ce qui s’est fait. Mettons qu’il n’y a nul besoin de repartir d’aussi loin en empruntant un langage des plus datés. Le meilleur exemple est l’infernal « cuvée de prestige ». Prestige ? Mais de quoi, de qui ? Ce mot usé jusqu’à la trame en devient transparent, c’est-à-dire invisible, inutile, bientôt laid. Ce n’est pas le seul.

 

 

PODIUM

 


1- « NATURE ». S’emploie toujours avec des guillemets, on voit bien pourquoi. Un vrai modèle de détournement sémantique. Heureusement qu’il y a des vignerons qui n’y croient pas du tout et qui travaillent pour chasser le naturel au galop. Ce qui nous évite le vinaigre, le cul du poney et la pomme blette. Merci à eux.
ADN, dans la phrase : « L’ADN de la maison, c’est le pinot noir (ou le chardonnay, etc.) ». Mais non, mon garçon, l’ADN de ta maison, c’est la marge nette, rien à voir. Un mot pour un autre, la mise en perspective d’univers qui ne se croisent pas, c’est une hérésie. Sauf chez les ampélographes.

 

 

2- IDENTITÉ. Le nouveau mot pour dire étiquette. En général, c’est raté. Les egos conjugués des uns et des autres (on leur a demandé un pur-sang, ils produisent un chameau), le “j’menfoutisme” des studios de création (ça ne changera rien à la facture), le mépris pour ce qui existe (on en voit même qui vire les particules des noms des marques. Pourquoi ? Pour faire peuple ?), tout ceci fait des ravages. Une identité, ça ne se construit pas comme ça, les gars. Il y faut du temps, de la constance, du talent, de l’argent.

 

3- RUCHE. Il arrive que tel domaine convoque la cour et la campagne pour annoncer qu’il a posé trois ruches en bout de rang. On peut aimer le miel tant qu’on veut, la vigne n’est pas une plante mellifère. C’est juste pour dire que les vignes ne sont pas traitées ? Même pas sûr que ce soit une preuve.

 

Le reste est à consulter ICI

 

Conclusion très ryounesque : Il va de soi que j’utilise parfois quelques-uns de ces mots qui fatiguent alignés plus haut. Nonchalance intellectuelle, faiblesse de vocabulaire ? Personne n’est parfait.

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2022 1 03 /10 /octobre /2022 06:00

 

J’ai enfin trouvé comment concilier, sur un blog officiellement consacré au vin, mon goût immodéré pour la lecture et celui, tout aussi immodéré, pour les vins nu : c’est LIVRESSE.

 

Je ne suis pas un modéré !

 

Je m’en explique après vous avoir indiqué pourquoi je rajoute à ma panoplie, déjà si variée, la profession d’éditeur.

 

J’étais à Aix, j’avais épuisé mon stock de livres, alors je suis allé piocher dans les piles de la maison du Grand Port, une maison où il y a, un peu partout, des piles de livres, est une bonne maison.

 

Dans l’une d’elle, coincée au milieu de gros volumes, je repérai une mince reliure noire. Vous connaissez mon goût immodéré pour les petits livres, ceux que je peux glisser dans ses poches pour en faire des compagnons des instants où, en tout lieu, me prend l’irrésistible envie de lire.

 

Blessure  de guerre Gérard Aimonier-Davat

 

Gérard Aimonier-Davat - Babelio

 

Enfoncé dans un fauteuil, les nanas avaient piscine, je l’ai lu d’une seule traite.

 

De Gérard Aimonier-Davat, dans une chronique ICI   à propos de son recueil de nouvelles : Les Galets du Chéran j’écrivais :

 

Je partage cette approche de la nouvelle et, Gérard Aimonier-Davat y excelle y excelle ; la nouvelle de lui que j’ai choisie : le cloppet m’a touché au cœur, j’y ai retrouvé ma part d’enfance, ce vécu dans sa simplicité dépouillée, sans afféteries ni fioritures. De la belle ouvrage, sincère, emprunte de vérité, qui aurait dû être reconnue par un éditeur de notre Paris où tout se joue...

 

Alors, je me suis dit je vais me faire éditeur.

 

En 11 tableaux, comme au temps où les auteurs publiaient dans les journaux, sous forme de feuilletons (1) vous allez à partir de lundi découvrir ce roman que j’ai beaucoup aimé.

 

(1)« Dans une affiche de l’automne 1849 engageant les lecteurs parisiens à s’abonner ou à se réabonner au journal dumasien Le Mois, trône, en majuscules grasses et comme premier argument de vente, Une Nouvelle Troie.

 

Ce roman-feuilleton du « si populaire Dumas[1] » narre les exploits garibaldiens lors des guerres dindépendance sud-américaines, contemporaines du Printemps des peuples européens.

 

Depuis ses premières apparitions sous forme de chroniques puis de fiction, et surtout après l’immense et retentissant succès des Mystères de Paris d’Eugène Sue – publié entre le 19 juin 1842 et le 15 octobre 1843 dans Le Journal des Débats –, le feuilleton, né de la rencontre entre un genre littéraire appelé à devenir dominant et un médium, le journal[2], a investi une grande partie de la presse, politique comme spécialisée. »

 

Je reviens sur mon immodération :

 

33 idées de Semaine presse | dessin de presse, liberté d'expression, presse

 

Prôner la modération c’est vouloir faire de nous des individus éloignés de tous les excès, but certes louable mais qui comporte sa part de risque : celui de l’affadissement de la vie.

 

En effet qu’est-ce donc qu’un « modéré » ?

 

Un individu qui, en permanence, préfère le un tout petit peu, se bride, se contraint, se retient, craint la spontanéité, calcule, arrondi les angles, fuit donc toute forme d’aspérités, compose en permanence, cherche toujours à se situer dans un inatteignable juste milieu, adore par-dessus tout le consensus mou. « Si le sel s’affadit avec quoi le salera-t-on ? »

Pour autant je ne prône pas l’excès, les excès de vitesse, de table, de langage, mais je souhaite que, dans nos sociétés soi-disant encadrées, la porte reste ouverte à l’expérience, à l’apprentissage de la vie, à l’enthousiasme de la jeunesse, aux échappées belles, aux coups de cœurs, aux passions…

 

Peut-on aimer avec modération ?

 

Non !

 

Vivre une passion, amoureuse ou non, être sur son petit nuage, c’est prendre le risque d’en tomber, mais c’est le charme de la vie, ses joies ses peines. Dans notre sphère privée, qui se rétrécit de jour en jour, assumer notre part de risque c’est rester en capacité de choisir sa ligne de vie personnelle. Ce choix individuel ne débouche en rien sur l’individualisme, bien au contraire, avoir main sur sa vie personnelle, la gouverner autant que faire ce peu, reste une bonne école de la citoyenneté.

 

L’excès est privatif de liberté, il débouche sur « la dictature » des purs et durs. La modération nous annihile alors, que faire ?

 

Faut-il comme le clamait Vergniaud, le girondin, à la tribune de la Convention en 1793, « si, sous prétexte de révolution, il faut, pour être patriote, se déclarer le protecteur du meurtre et du brigandage, je suis modéré ! » être un modéré ?

 

Je veux bien le concéder, mais sans grand enthousiasme, pour la bonne cause, face aux ayatollahs de l’hygiénisme et aux prohibitionnistes : « je suis un modéré ! » mais avec beaucoup de modération.

 

photoivresse2.JPG

L’acteur Jean-Luc Bideau

 

« Pourquoi la fête a-t-elle besoin d’alcool ?

Pourquoi l’alcool a-t-il besoin de la fête ?

Quel rôle joue l’alcool dans la société ?

D’où vient son importance dans les mœurs, dans nos vies, dans ma vie ?

Pourquoi marquer les passages, les victoires et les réussites avec de l’alcool ? »

 

L’Ivresse, un champ de bataille (extrait d'Ivresse page 23)

 

« Depuis l’industrialisation, la consommation de boissons alcoolisées est la cible de violentes controverses. Ces affrontements mettent en lumière les conceptions morales des protagonistes par rapport au fonctionnement de la société. Derrière les mots et les images de l’ivresse affleurent les représentations sociales et les fins économiques.

 

Les discours répressifs expriment le plus souvent une tentative de civiliser les buveurs, de discipliner la grande masse des amateurs de bières industrielles, d’infâmes schnaps, de petits vins pépères ou de gros rouges qui tachent. L’histoire des mouvements de tempérance est relativement facile à raconter. Il est bien plus difficile en revanche de relier ces discours à la réalité quotidienne, d’en mesurer les conséquences au plan individuel. On sait que la consommation d’alcool a chuté d manière constante et régulière durant tout le XXe siècle. Mais que sait-on de l’ivresse ? Comment la mesurer, d’ailleurs ? Étalonner l’ivresse est une gageure ; boire est toujours un acte solitaire. Même dans l’instant convivial et amical du « boire ensemble », il y a asymétrie entre les partenaires. Ils ne partagent pas la même expérience gustative, ils n’ont pas les mêmes références, ils n’ont pas le même plaisir. Le plaisir de l’ivresse constitue un aspect essentiel de la consommation de boissons fermentées, en même temps que son élément subversif. La cuite qui insulte le moraliste, est un affront pour l’esthète qui nie son existence. La répression de l’ivresse est telle que ce plaisir ne se communique plus, ou alors très indirectement. Il se dérobe au parler officiel, fuit la lumière du jour. La cuite, depuis de nombreuses années, emprunte les voies souterraines. »

 

 

 

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2022 7 02 /10 /octobre /2022 07:00

François Pinault simple scieur de planches aime le bois dont on fait les  fûts du Clos de Tart. - Le blog de JACQUES BERTHOMEAU

Dans ma mémoire, avant même l’art contemporain puis les grands vins, François Pinault c’est d’abord la Chapelle Darblay. Homme du bois, la forêt c’est la Ministère de l’Agriculture, le 28 juin, 1988 à la faveur d'une augmentation de capital de 250 millions à 300 millions de francs, M. François Pinault, PDG du groupe du même nom, est devenu l'actionnaire majoritaire de la Franco-Canadienne de papiers, la holding de la Chapelle-Darblay. M. Pinault détient désormais un peu moins de 85% du capital, la filiale du Crédit lyonnais Clinvest en possédant 15%. Cascades n'est plus en possession que d'une part résiduelle du capital, de l'ordre de 100000 F. "Sous l'égide de la Franco-Canadienne de papiers, le redressement de la Chapelle-Darblay se poursuit dans le cadre du plan de reprise qui se déroule conformément aux objectifs ", indiquait mardi un communiqué de la direction.

 

A Chapelle Darblay, le vénérable fabricant de papier journal craint pour  son avenir | Les Echos

 

De Pinault à Frérot, la rocambolesque saga de la Chapelle Darblay

 

En rachetant la papeterie Chapelle Darblay pour la revendre immédiatement au groupe Veolia présidé par Antoine Frerot, la Métropole de Rouen écrit un nouveau chapitre de la saga mouvementée de cette usine née dans l’entre-deux guerres. Une histoire émaillée de conflits sociaux mémorables et d’interventionnisme d’Etat dans laquelle on retrouve les noms de Laurent Fabius, d’Alain Madelin, de feu Roland Leroy mais aussi de François Pinault qui doit à la « Chap Pap » une partie de sa fortune. Retour arrière. ICI 

 

30 octobre 2017

François Pinault simple scieur de planches aime le bois dont on fait les fûts du Clos de Tart. ICI 

 

Bouchard Pere et Fils, joyaux des vins de Bourgogne.

 

Un certain petit monde du vin s’esbaudit, les plumes n’y vont pas avec le dos de la cuillère en mettant en commun leurs domaines viticoles les familles Pinault et Henriot, propriétaires respectivement d’Artémis Domaines et de Maisons & Domaines Henriot, donnent naissance à un nouveau géant du vin.

 

À noter que, dans les faits, le nouvel ensemble, qui conserve le nom d’Artémis Domaines, est majoritairement détenu par la famille Pinault aux côtés de laquelle les familles propriétaires de Maisons & Domaines Henriot sont actionnaires minoritaires.

 

Ce rapprochement donne naissance à un ensemble unique dans le monde des vins d’exception.

 

Cette nouvelle entité, qui conserve le nom d’Artémis Domaines, est majoritairement détenue par la famille Pinault aux côtés de laquelle les familles propriétaires de Maisons & Domaines Henriot sont actionnaires minoritaires.

 

Les promoteurs de ce mariage sont plus modestes ils soulignent que  ce rapprochement donne naissance à un ensemble unique dans le monde des vins d’exception.

 

Créé en 1993 à la suite de l’acquisition de Château Latour, Artémis Domaines regroupe des vignobles d’exception, dont trois appellations en monopole sur les cinq que compte le territoire français. Réparties entre Bordeaux, la Bourgogne, les Côtes du Rhône, la Champagne et la Californie, les six propriétés d’Artémis Domaines allient la recherche permanente de l’excellence et le respect de l’environnement. La quasi-totalité d’entre elles sont certifiées en agriculture biologique et cultivent leurs parcelles en suivant les principes de la biodynamie et de l’agroforesterie.

 

Château Latour

Domaine d’Eugénie

Château-Grillet

Eisele Vineyard

Clos de Tart

Champagne Jacquesson

 

Artémis Domaines ARTEMIS DOMAINES, SA À CONSEIL D'ADMINISTRATION est active depuis 01/01/1955. Chiffres clés

 

Chiffre d'affaires

NC

-

Résultat Net

7.8 M€

2016

Trésorerie

5 M€

2016

Profitabilité

NC

 

On ne peut pas dire que la famille Pinault nous abreuve de chiffres récents.

 

Maisons & Domaines Henriot fédère aujourd’hui quatre Maisons emblématiques de leurs terroirs : Champagne Henriot (1808), Bouchard Père & Fils (1731), William Fèvre (1959) et Beaux Frères (1986). Chacune incarne la culture familiale et terrienne de ses fondateurs.

 

C’est une société par actions simplifiée, au capital social de 1 008 000,00 €, dont le siège social est situé au 65 rue d’Anjou, 75008Paris. Son effectif est compris entre 20 et 49 salariés. Sur l'année 2020 elle réalise un chiffre d'affaires de 27 271 700,00€.

 

Dans la réalité la famille Pinault poursuit sa moisson des vieux bijoux de famille de la France profonde des vignes, elle ne prend guère de risques, c’est une opération patrimoniale et non l’érection d’un grand groupe français du vin ayant vocation à dynamiser le secteur. Comme le souligne Frédéric Engerer, directeur général d’Artémis Domaines « Le rapprochement des propriétés de Maisons & Domaines Henriot et d’Artémis Domaines est une formidable opportunité pour rassembler sous une même bannière des trésors de notre patrimoine viticole. C’est la garantie qu’un groupe français assurera dans la durée la préservation de tels joyaux et poursuivra la quête de l’excellence qui a marqué leur prestigieuse histoire. »

 

 

Gilles de Larouzière Henriot, PDG de Maisons & Domaines Henriot, déclare : « Pour les propriétés de notre groupe familial, cette alliance est pleine de promesses. Avec Artémis Domaines, nous partageons un attachement profond pour le patrimoine viticole exceptionnel de la France et l’ambition de mettre pleinement en valeur l’ensemble incomparable que nous constituons par la réunion de nos domaines. Cette opération a vocation à s’inscrire sur plusieurs générations, à l’image du temps long qui fait les grands vins. »

 

Cocorico !

 

Cette opération est effective au 30 septembre 2022.

 

Jacques Dupont évoque lui le mariage de l’année

 

Bouchard, c'est le fleuron de la Bourgogne. Non pas que les vins y soient meilleurs que chez le voisin : la Bourgogne dispose de plusieurs, voire de nombreuses, grandes maisons qui marient les deux métiers : négociants et propriétaires. Latour, Chanson, Drouhin, Jadot, Bichot, désormais aussi Boisset et ses filiales qui, après avoir longtemps figuré en queue de peloton coté qualité, propose des vins de grande qualité. On en oublie. Mais Bouchard père et fils, c'est autre chose, une autre dimension, un patrimoine dont il est presque impossible de faire l'inventaire. Une des plus anciennes maisons de la Côte-d'Or, fondée en 1731, qui s'est beaucoup agrandie au lendemain de la Révolution en rachetant des Biens nationaux. Ce fut le cas, par exemple, de la célèbre « Vigne de l'Enfant Jésus », acquise en 1791, 3,92 ha dans le premier cru beaune grèves.

 

Pas moins de 12 grands crus ICI

 

Collection PINAULT, quand l'architecture rencontre l'art contemporain. -  Iandé

 

François Pinault, le parrain de l’art contemporain

 

Businessman ou collectionneur ?

 

Le milliardaire, propriétaire de la maison de vente aux enchères Christie’s et de près de 3.000 œuvres, allie savamment les deux. Son dernier temple : la Bourse du commerce, à Paris.

 

Le décor est féerique. Deux cloîtres d’un monastère bénédictin posé sur la lagune. La chanteuse Courtney Love, l’actrice Isabelle Huppert, la veuve du Shah d’Iran et tout le gotha de l’art ont traversé le Grand Canal de Venise pour rejoindre l’île San Giorgio Maggiore. Ce soir de mai 2017, tel un doge, François Pinault reçoit 1.500 VIP pour un dîner somptueux. Avec sa femme Maryvonne, le mécène pose tout sourire aux côtés de l’artiste Damien Hirst, dont le show démesuré éclipse totalement la Biennale. Jusqu’en décembre, les deux « musées » de Pinault ont mis en scène son trésor imaginaire, prétendument remonté des eaux : un colosse sans tête de 18 mètres de haut a envahi le hall du Palazzo Grassi, tandis que le bâtiment de la Pointe de la Douane exhibe de pseudo-artefacts antiques recouverts de corail multicolore. Dans ce barnum à mi-chemin entre le Louvre et le film Pirates des Caraïbes, toutes les œuvres sont à vendre. Hirst a assuré depuis avoir déjà récolté 270 millions d’euros. Info ou intox ? Peu importe, Pinault jubile et réconcilie ses deux passions, l’art et le business.

Le mécène et ses artistes

N'est pas mécène qui veut. François Pinault est avant tout un homme d'affaires : l'heureux propriétaire du groupe de luxe Kering qui possède, entre autres, les maisons Gucci, Saint Laurent et Balenciaga. Si sa fortune est estimée à 56 milliards de dollars (environ 47 milliards d'euros), sa collection d'art, débutée il y a plus de cinquante ans, est tout aussi vertigineuse –avec ses quelque 10.000 œuvres, elle est l'une des plus importantes au monde. Elle est aussi résolument tournée vers l'art contemporain: la plus vieille œuvre acquise par François Pinault date de 1960. ICI 

 

LE POINT DE VUE BOURGUIGNON (lire les commentaires)

Le domaine Bouchard Père et Fils désormais sous la houlette de la famille Pinault ICI

La famille Pinault et la famille Henriot, notamment propriétaire du domaine beaunois Bouchard Père et Fils, ont donné naissance ce vendredi à une nouvelle entité rassemblant leurs domaines respectifs. Un nouvel ensemble qui sera piloté par la famille du milliardaire français François Pinault.

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2022 6 01 /10 /octobre /2022 06:00

Une page d’un journal iranien avec une photo de Mahsa Amini, dont le décès est à l’origine des révoltes en Iran.

Malgré la répression, le mouvement de protestation contre le régime en Iran ne faiblit pas. Sur Twitter, une jeune Iranienne est devenue ce week-end le symbole de la bataille pour le droit des femmes. Sa reprise en persan du chant révolutionnaire italien Bella Ciao a ému les internautes du monde entier. Si pour certains c’est une découverte, il ne faut pas oublier que la chanson nous vient du XXe siècle

 

ICI 

 

Voilà dix jours que la contestation grandit partout en Iran, pour dénoncer la mort de Masha Amini, détenue par la police des mœurs pour un foulard mal ajusté sur ses cheveux. Les mouvements de protestation ont éclaté dans les rues du pays le 16 septembre 2022, immédiatement après le décès à l’hôpital de la jeune femme de 22 ans, arrêtée trois jours plus tôt à Téhéran pour « port de vêtements inappropriés » et non-respect du très strict code vestimentaire pour les femmes en République islamique d’Iran. Depuis, la répression du régime est violente, condamnée par les organisations non-gouvernementales internationales, et la colère ne cesse de monter dans la rue, mais pas seulement. La protestation se poursuit aussi sur les réseaux sociaux.

 

 

Alors que le pays est progressivement débranché d’internet par le régime, une vidéo a ému les internautes du monde ces derniers jours, sur Twitter. La séquence, devenue virale, comptait ce lundi 26 septembre 2022 pas moins 51 000 « j’aime » et 27 000 retweets. Postée par le compte @Gandom_Sa007, et relayé en France par Farid Vahid, directeur de l’Observatoire de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient de la Fondation Jean-Jaurès, elle montre une jeune Iranienne, dont on ne connaît pas l’identité, reprenant Bella Ciao en persan. 

 

Cette nouvelle mise en lumière pour ce chant partisan italien n’est pas la première. Dans des circonstances moins dramatiques, cette chanson avait déjà été remise au goût du jour, devenant même un tube planétaire, grâce à sa reprise dans la série espagnole Casa de Papel, diffusée sur Netflix. Mais l’origine de Bella Ciao est bien plus ancienne, et sa création remonte à plus d’un siècle.

 

 

D’abord un chant ouvrier italien

 

Car au tout début, Bella Ciao est un chant ouvrier, dont la datation précise est difficile. Les « mondines », ces ouvrières saisonnières piémontaises qui travaillaient dans les rizières italiennes de la plaine du Pô à la fin du XIXe siècle en seraient à l’origine. À travers ce chant, ces femmes protestent contre leurs dures conditions de travail : courbées toute la journée, de l’eau jusqu’aux genoux, elles devaient désherber les rizières d’Italie du Nord et repiquer des plants de riz, le tout sous surveillance.

 

Les premières strophes de la version originale le racontent : Alla mattina appena alzata (Le matin, à peine levée) / In risaia mi tocca andar (À la rizière je dois aller) / E fra gli insetti e le zanzare (Et entre les insectes et les moustiques) / Un dur lavoro mi tocca far (Un dur labeur je dois faire).

 

Les dernières, sont un appel à leur libération : Ma verrà un giorno che tutte quante (Mais un jour viendra que toutes autant que nous sommes) / Lavoreremo in libertà (Nous travaillerons en liberté).

 

Puis un chant résistant antifasciste

 

À cette période, le chant, très populaire, se transmet à l’oral. Après la Première Guerre mondiale, la chanteuse italienne Giovanna Daffini, qui l’a appris en travaillant dans les rizières, le fait vivre à travers le pays lors de mariages, accompagnée par son mari au violon.

 

Pendant la Seconde Guerre mondiale, elle s’engage dans la Résistance. C’est d’ailleurs dans les rangs des résistants italiens qu’une nouvelle version du chant va naître.

 

L’air ne change pas, mais les paroles se font plus engagées contre le gouvernement fasciste de Benito Mussolini et les nazis installés en Italie pendant la guerre. Elles racontent l’adieu d’un partisan à sa belle : Una mattina mi sono alzato / E ho trovato l’invasor / O partigiano portami via / Ché mi sento di morir / E se io muoio da partigiano / Tu mi devi seppellir […].

 

Ce qui donne en français : « Un matin, je me suis levé / Et j’ai trouvé l’envahisseur / Hé ! Partisan, emmène-moi / Car je me sens mourir / Et si je meurs en partisan / Il faudra que tu m’enterres. […] »

 

Quelques années plus tard, pendant l’après-guerre, le chant traverse les frontières. En 1948, il est entonné à Berlin par des étudiants communistes italiens invités par le Kominform. Ses paroles sont dès lors traduites en plusieurs langues (une soixantaine aujourd’hui), les groupes communistes se l’approprient partout dans le monde… En France, c’est Yves Montand qui le rend populaire en l’interprétant après la crise des missiles de Cuba. Puis, il est souvent chanté par les mouvements de gauche, lors des manifestations.

 

 

Les reprises sont légion : Manu Chao l’interprète en 1999, en espagnol, pour rendre hommage à Adolfo Celdran, qui s’était vu censurer sa reprise en castillan par le régime franquiste en 1969 ; le groupe de punk breton Les Ramoneurs de Menhirs reprennent Bella Ciao en 2009, à grand renfort de binious et on ne compte plus les versions de groupes de punk madrilènes…

Partager cet article
Repost0

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents