Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 mars 2021 1 29 /03 /mars /2021 08:00

Les Achards. L'histoire tourmentée du Vieux-Château - Les Sables  d'Olonne.maville.com

Sur ma lancée de ce matin je déroule un petit pan de mes souvenirs d’enfance en vous proposant de lire ce qu’écrivent Michel Lucas et Jean-Claude Chauvet, les anciens guides touristiques de La Mothe-Achard. ICI 

 

Michel Lucas et Jean-Claude Chauvet, anciens guides de La Mothe-Achard. À droite : une carte postale du Vieux-Château avant 1912, avec son étage.

 

Pourquoi :

 

  • C’est sur la place du Vieux Château que sur la bécane de la tante Valentine, en un dérapage incontrôlé sur les gravillons, je me suis brisé le bras gauche.

 

  • C’est sur la place du Vieux Château que j’accompagnais mémé Marie les vendredis de foire où elles vendaient poulets, canards, lapins aux brigands de volaillers.

 

 

  • C’est dans la salle paroissiale du Vieux Château que j’ai connu mes premières amours. (voir 28 octobre 2006 Chantal ICI  déconseillé aux âmes prudes)

 

  • Le Vieux Château appartint au Brandois qui construisirent celui de la Forêt, ruinés ils vendirent leurs biens à un marchand de biens d’Aizenay  Érieau, dont la veuve fit don pour construire l’école d’agriculture où j’ai usé mes fonds de culotte.

 

 

Ce « vieux château », nommé ainsi à la fin du XIXe siècle, était surtout ce que l'on appellerait maintenant un grand logis nobiliaire, un centre d'activités agricoles, planté au milieu d'un domaine foncier de plusieurs métairies. Il connut néanmoins, sur le même emplacement, des configurations architecturales plus démonstratives.

 

« Un château fort indéfendable »

 

On date à 813, le premier donjon carré créé par le seigneur Mathieu Achard.

 

Puis, au XIe siècle, le châtelain, se devant d'assurer une meilleure protection des villageois, rassemblés en contrebas, dans le Bourg-Paillé, on va élever plusieurs tours défensives, fermant une cour carrée, entourée d'enceintes et de douves, alimentées par le ruisseau de l'Auzaire. « Cela n'a pourtant pas suffi, par ces temps très incertains. En 1420, pendant la guerre de Cent Ans, on dut se résoudre à le détruire, afin d'éviter qu'il tombe entre les mains des Anglais. Il était considéré comme indéfendable », explique Michel Lucas.

 

Le château du Brandois détrône le Vieux-Château

 

Trois siècles plus tard, les barons du Brandois reprirent l'initiative. En 1773, ils construisirent le château sur le plan que l'on connaît aujourd'hui, mais avec un étage supplémentaire. Le rez-de-chaussée était occupé par le régisseur du domaine de la Forêt.

 

En 1793, ce fut le QG alternativement des armées des Bleus républicains et des Blancs vendéens.

 

En 1794, il échappa de peu à l'incendie, qui dévasta le bourg mothais.

 

Quand, en 1868, les Brandois décidèrent d'ériger une autre demeure, de style Renaissance, à la Forêt (actuellement le domaine du Brandois), on le nomma le Vieux-Château. Trente ans plus tard, tout près, l'église de style néo-gothique remplaça la chapelle du Vieux-Château, trop petite et trop fragile.

 

Très endetté, le baron dut vendre le Vieux-Château en 1908 à un marchand de biens d'Aizenay. Il disparut des grandes familles et son nouveau titulaire fit enlever son premier étage, inhabitable en 1912.

 

Aujourd'hui, il est devenu la propriété de trois privés. Les écuries ont été occupées par la salle paroissiale et la cantine scolaire, puis par l'Imprimerie mothaise. Sa place est restée très animée jusque dans les années 60. « Les jours de foires, il y avait là la volaille, les canards, les lapins », se souvient Jean-Claude Chauvet.

 

Portrait présumé de Calixte Foucher de Brandois

Claude Marie  (1790 - 1864)

 Portrait présumé de Calixte Foucher de Brandois par Claude Marie Dubufe sur  artnet

La famille Achard de la Mothe qui avait édifié la motte puis un château fortifié avec mur d’enceinte et douves s’éteignit au XIVe siècle. L’héritage revint en 1401 à Guy de Laval qui épousa Marie de Craon, puis à leur fils, le célèbre Gilles de Rays, maréchal de France et compagnon de Jeanne d’Arc, pendu et brûlé à Nantes en 1440.

 

En 1420, le château avait été démoli par les troupes royales de Charles VI. En 1552, Anne de Laval apporta en dot la châtellenie à François de la Trémoille, prince de Talmont. En 1664, La Châtellenie était devenue baronnie. Se succédèrent Madeleine Poictevin du Plessis-Landry qui acheta la baronnie, son fils Pierre Robert de Lézardière mort en 1746, Calixte-Julien Foucher de Brandeau, et en 1768, Calixte Charles Foucher de Brandois (1738-1796). Pour son mariage avec Reine-Emilie de Pont l’Abbé, ce dernier fit construire en 1773 l’actuel Vieux Château sur l’emplacement du château-fort démantelé en 1420. Il fut élu de l’Assemblée Constituante. Mais retiré à Paris, il fut emprisonné aux Cordeliers et n’échappa à la guillotine que par la chute de Robespierre le 9 Thermidor.

 

Pendant la Révolution, La Mothe-Achard vécut des heures tragiques. Le curé Claude Lansier qui avait refusé la Constitution Civile du Clergé fut arrêté en 1791, déporté en Espagne en 1792 et remplacé par le curé constitutionnel Charles Michel. C’est à La Mothe-Achard que Joly rassembla ses troupes pour l’attaque infructueuse des Sables d’Olonne les 24 et 29 mars 1793. Malgré le loyalisme du maire Lansier, le 24 mars 1794, le bourg fut incendié par les Colonnes Incendiaires de Turreau. Seuls l’église et le château qui servaient de garnison furent épargnés. Des 468 habitants de 1791, il n’en restait que 173 en 1801.

 

Après la Révolution, le château qui avait été confisqué et vendu comme bien national revient à la famille Foucher de Brandois. En 1868, Paul Foucher, baron de Brandois (1832-1887), petit-fils de Calixte Charles, fit construire un autre château à La Forêt. En 1908, Olivier de Brandois, maire de La Mothe-Achard, dut vendre le château du bourg devenu « Vieux Château ». M. Erieau d’Aizenay, le nouveau propriétaire, en supprima le 2ème étage en 1912.

Partager cet article
Repost0
29 mars 2021 1 29 /03 /mars /2021 06:00

En regardant la photo : les 2 bâtiments jumeaux encadrant la statue de ND de la forêt en arrière-plan du château, celui de gauche abritait les élèves de l'école, il est aujourd'hui détruit il menaçait ruine, et celui de droite le scolasticat des frères de saint Gabriel. On aperçoit d'ailleurs des ensoutanés à droite... 

Ayant repoussé les désirs du clan des femmes et du curé-doyen : me voir entamer le parcours au petit séminaire pour devenir curé, au nom de mon amour précoce pour les filles, un beau jour j’annonçai que je ne souhaitais pas aller au collège aux Sables d’Olonne mais, à l’école d’agriculture ND de la forêt, et ce au motif, qui fit sourire mon père, de devenir gentleman-farmer. Comme mes désirs étaient des ordres ma mère obtempéra.

 

Ainsi, à 11 ans, je partis, à 500 mètres du Bourg-Pailler, comme interne à l’école d’agriculture ND de la forêt. Je revenais à la maison, une fois par mois le dimanche. Des fenêtres du dortoir j’apercevais le toit du Bourg-Pailler. Nous cumulions un enseignement général avec un enseignement agricole et 3 heures de travaux pratiques tous les jours sauf les samedis-dimanches. Lorsque je suis entré à cette école il n’existait aucun diplôme agricole officiel, celui-ci vint avec Edgar Pisani qui créa le BTA. Le frère supérieur décréta, sans consultation de nos parents, que : les meilleurs passeraient le baccalauréat et les autres, je vous fais grâce du qualificatif, se coltineraient le BTA. Cette manip était possible car, flanqué à notre école, il y avait un scolasticat des frères du Bienheureux Grignon de Montfort, dit de Saint-Gabriel la maison mère. J’étais entré directement en 5e et, lorsque la décision fut prise je terminais ma 4e, le frère supérieur nous fit sauter directement en seconde et, ainsi, après la 1er nous fûmes présentés au dernier examen probatoire (dit 1er partie de bac) en compagnie d’une escouade de scolastiques qui avaient troqué pour l’occasion leur soutane pour des costards ringards. Nous fûmes tous reçus et priés d’aller passer le baccalauréat ailleurs. Ainsi, je me retrouvai à l’Institut Amiral Merveilleux du Vigneau aux Sables d’Olonne.

 

 

J’ai donc effectué mes études secondaires à la vitesse d’un TGV : 6 ans, je me retrouvais bachelier juste avant mes 17 ans. Je n’ai jamais regretté ce choix car il a décidé de mon avenir, en effet, l’aumônier de l’école : l’abbé Blanchet qui voulait faire de moi, comme son neveu Michel Albert, un énarque m’a permis de jeter aux orties  mes oripeaux de gentleman-farmer, de m’inscrire en section Philosophie puis à la Fac de Droit où mai 68 envoya l’ENA aux oubliettes.

 

Dans la présentation qui suit, très orientée car elle l’œuvre de la congrégation, 3 frères sont cités : le frère Buton le fondateur qui m’enseigna la géologie, le frère Guibert qui tenait la ferme qui m’a donné le goût des animaux, et le frère Bécot, prof d’histoire, royaliste et homme du vin, des hybrides, qui a semé les premières graines qui me mèneront aux vins nu.

 

J’ai donc fait mes études au grand air, à la fois soumis à une discipline de fer mais aussi à une forme de liberté que nous nous inventions, ce furent des années sereines et heureuses qui m’ont permis de me forger une colonne vertébrale et de  faire les choix que j’ai fait.

 

Même si nous allions souvent à la messe les principes fondateurs de « donner aux jeunes gens une éducation morale et religieuse et d'apprendre aux fils d’agriculteurs à tirer plus de profits de leurs terres par la mise en œuvre de meilleurs procédés en culture et élevage » ne nous bridaient pas trop.

 

L’école était une référence qui avait fait dire à Jean Yole que l'école était « le lieu de pèlerinage agricole vendéen ».

 

Entre 1940 et 1960 l'école connaît un rayonnement national : augmentation des effectifs (102 élèves en 1948), visite de ministres de l'agriculture, modernisation des installations. C'est à partir de 1960 que l'école connaîtra de grands changements. Cette année-là, une association de parents d’élèves est créée avec pour but la gestion et la définition des orientations de l’établissement. En septembre 1966, l'établissement est transféré à la Roche sur Yon et devient, en janvier 1970, « l'Ecole Secondaire d'Agriculture ». En 1974, elle prend le nom « d'Ecole d'Agriculture des Etablières », les Etablières étant le lieu-dit de son installation aux portes de la Roche sur Yon. Avec les années 70 vient l'ouverture des premières sections de BTS, le départ des frères qui laissent place aux laïcs (1978)

 

J’y ai enseigné en préparant ma thèse de doctorat.

 

  

 

 

 

 

 

En 1922, répondant au don généreux de Mme Érieau, en lien avec le syndicat des agriculteurs de Vendée, s'ouvre à La Mothe-Achard, une école d'agriculture.

 

En Vendée, à mi-chemin entre La Roche-sur-Yon et Les Sables-d'Olonne, un peu avant La Mothe-Achard, se dresse un château Renaissance, entre un étang et une haute futaie qui a donné son nom au vaste domaine environnant (80 hectares), la Forêt. Il appartient à Madame veuve Érieau, d'Aizenay. Son fils unique lui avait demandé d'affecter le domaine à une bonne œuvre s'il ne revenait pas de la guerre de 1914. Il fut effectivement tué et Mme Érieau offrit sa propriété à Saint-Gabriel.

 

À la même époque, le syndicat des agriculteurs de la Vendée, qui projette la création d'une école d'agriculture, s'adresse à Saint-Gabriel et laisse entendre que le domaine de la Forêt lui conviendrait bien. Il fallut beaucoup de temps pour faire comprendre à Mme Érieau que cette école permettrait d'abriter à son ombre, à l'insu des pouvoirs publics dont le sectarisme était toujours virulent, un scolasticat qui serait l'œuvre religieuse à laquelle elle tenait.

 

Ainsi naquirent presque ensemble, à partir de 1922, deux œuvres qui devaient coexister en bonne entente pendant 43 ans. En 1923, la société immobilière et agricole, propriétaire légale du domaine de la Forêt, fait construire, avec l'appui financier du syndicat des agriculteurs de Vendée, un important bâtiment scolaire qui ouvre ses portes en octobre 1924.

 

L'école d'agriculture se développe grâce à son directeur-fondateur, le frère Henri Buton. Il y passera 64 ans et s'identifiera avec elle. Pour atteindre tout le monde paysan vendéen, il organise des cours agricoles par correspondance et des journées du blé et de la vigne. Il crée la première station météorologique de France. Plus tard, pendant les deux décennies d'épanouissement de l'école (1940-1960) où les élèves viennent de tout l'ouest de la France, le Frère Buton et son équipe (dont le frère Bécot, œnologue remarquable, et le frère Guibert, cheville ouvrière de tous les travaux d'aménagement) publient des plaquettes dont l'une L'exploitation familiale agricole, chance de la France (1953) est récompensée par le ministère de l'Agriculture.

 

Frère Henri Buton (1891-2002) fut de ceux qui fondèrent l'école d'agriculture de La Mothe-Achard. Durant plus de quatre décennies, il dispensa ses cours aux futurs agriculteurs et participera au renouvellement des techniques de la profession.

 

Il rédigea aussi plusieurs livres d'agronomie, importants pour l'enseignement agricole de l'époque.

 

Mais saviez-vous qu'Henri Buton était né à Maché ? Qu'il était un fils de marchand de bétail ? Il quitta Maché pour poursuivre ses études à Saint-Gabriel, Saint-Laurent-sur-Sèvre, où il décida de devenir frère de Saint-Gabriel.

 

Parallèlement à son activité d'enseignant, il constitua une remarquable collection de minéraux, fonda la première station météorologique de Vendée au sein de son école, s'adonna avec passion aux recherches d'histoire locale.

 

Après cette très longue vie de recherches et d'écrits, il mourut à l'âge canonique de 111 ans.

 

Page

Page

Page

Page

Page

Page

Page

Partager cet article
Repost0
28 mars 2021 7 28 /03 /mars /2021 06:00

 

Père Lachaise et Paris révolutionnaire | Interkultur Paris

Je le connais mon Jean-François, confiné ou pas, hôte de la rue Cambon*, dans le temple des Comptes, il reste fidèle à ses convictions de jeunesse en venant nous faire une piqure de rappel à propos de la Commune de Paris, une page de notre Histoire méconnue tout à la fois des Parisiens que des Français.

 

 La Commune de Paris, période insurrectionnelle durant laquelle les Parisiens furent maîtres de la capitale, a duré 72 jours, du 18 mars au 28 mai 1871, avant d’être violemment combattue par le gouvernement républicain lors de la Semaine sanglante. Elle est aujourd’hui un mythe fondateur pour les mouvements de gauche.

 

Les Parisiens doublement humiliés

 

En juillet 1870 éclate la guerre franco-prussienne. La France enchaîne les désastres militaires avant d’échouer lamentablement à la bataille de Sedan le 1er septembre. L’humiliation atteint son paroxysme lorsque Napoléon III est fait prisonnier par l’ennemi. Sous la poussée populaire, la IIIème République est proclamée le 4 septembre.

 

Deux semaines plus tard, la capitale est assiégée par les armées prussiennes. Les Parisiens accusent la république bourgeoise et ceux qui l’incarnent, comme le Ministre des Affaires étrangères, Jules Favre, d’être trop conciliants envers la Prusse. Alors que la colère monte chez les ouvriers, le gouvernement en place, à majorité royaliste, choisit de signer un armistice avec le nouvel Empire allemand le 28 janvier 1871. L’Assemblée nationale élue, installée à Bordeaux, se dit prête à accepter le traité de paix imposé par le chancelier Bismarck. Les socialistes parisiens en déplorent les conditions humiliantes : l’Alsace et la Lorraine sont perdues et Paris est déclarée « ville ouverte ».

 

Un mois plus tard, les vainqueurs défilent sur les Champs-Élysées. Les Parisiens se sentent trahis et humiliés. La situation est explosive. Adolphe Thiers, chef du pouvoir exécutif, veut désarmer les Parisiens. Il charge les soldats de l’armée régulière commandée par le général Vinoy de récupérer les canons stockés dans plusieurs quartiers de Paris à Belleville, Ménilmontant et Montmartre. « Thiers, en voulant reprendre les canons de Belleville, a été fin là où il fallait être profond. Il a jeté l’étincelle sur la poudrière. Thiers, c’est l’étourderie préméditée », écrit Victor Hugo dans son journal.

 

L’insurrection débute à Montmartre

 

Le 18 mars 1871, sur la butte Montmartre, les habitants de la capitale – hommes, femmes, enfants, vieillards – affluent pour faire barrage. Les officiers ordonnent de faire feu mais les soldats refusent et se rangent du côté des Parisiens. Des barricades sont montées, les généraux Lecomte et Clément-Thomas sont massacrés.

 

Thiers et l’ensemble des corps constitués fuient alors Paris pour Versailles tandis que le Comité central de la Garde nationale s’installe à l’Hôtel de ville. Sans l’avoir voulu, les révolutionnaires se retrouvent maîtres de la capitale et de ses deux millions d’habitants. Ils organisent des élections le 26 mars. L’extrême gauche obtient la majorité et les élus ouvriers, artisans, journalistes, avocats, médecins ou encore artistes constituent un conseil de 79 membres. Il est appelé « Commune », en souvenir de la Commune qui a renversé le roi Louis XVI en 1792. Symbole de l’insurrection, le drapeau rouge flotte partout dans la ville. Face à la prise de pouvoir de l’extrême-gauche révolutionnaire, patrons et bourgeois quittent la capitale.

 

La Commune de Paris : une utopie sociale

 

Les partisans de la Commune de Paris, « communards » ou « fédérés », réquisitionnent les ateliers de production afin que les ouvriers les gèrent eux-mêmes. Les églises deviennent le lieu de clubs de discussion où hommes et femmes peuvent prendre la parole.

 

L’œuvre sociale de la Commune est audacieuse : elle proclame la séparation de l'Église et de l'État ; l'instruction gratuite, laïque et obligatoire pour les garçons et les filles ; la gratuité de la justice ; l'élection des juges et des hauts fonctionnaires et la suppression de toute distinction entre enfants légitimes et naturels.

 

La Semaine sanglante achève la Commune

 

Mais voilà qu’à peine remis de leurs épreuves, les Parisiens subissent un deuxième siège, celui de l'armée gouvernementale cette fois. Sous le commandement du maréchal Mac-Mahon, 130.000 militaires sont aux portes de Paris au mois d’avril. Les Communards essuient défaite sur défaite.

 

Le 21 mai 1871, les Versaillais entrent dans la capitale. Ils sont en supériorité numérique et font face à quelques dizaines de milliers de fédérés seulement. C'est le début de la « Semaine Sanglante ». En trois jours, la moitié ouest de la capitale est aux mains de l’armée gouvernementale. L’Est résiste plus longtemps mais la défaite semble toutefois inévitable. Paris est à feu et à sang : plusieurs monuments sont en proie à d’importants incendies comme le Palais des Tuileries (qui ne sera jamais reconstruit), le Palais de justice et l’Hôtel de Ville.

 

Après une ultime bataille le 27 mai 1871 au Père-Lachaise, 147 fédérés sont fusillés sur le mur d’enceinte du cimetière. La dernière barricade tombe le lendemain. Ainsi s’achève la Commune de Paris, insurrection qui aura duré 72 jours, du 18 mars au 28 mai 1871. Fier de sa victoire, Mac-Mahon proclame : « Paris est délivré. L'ordre, le travail et la sécurité vont renaître ».

 

En août 1871, Adolphe Thiers est élu président de la IIIème République.

 

Commune de Paris 1871 : le bilan de la tragédie

 

Le mur des Fédérés | Histoire et analyse d'images et oeuvres

 

Le bilan de la Commune de Paris est terrible : 20.000 victimes, 38 000 arrestations et quelques milliers de proscrits et de déportés vers les bagnes de la colonie la plus éloignée de la métropole, la Nouvelle-Calédonie. Ce n’est que dix ans plus tard, en 1880, que viennent les lois d'amnistie et le retour des exilés et des déportés.

 

 

La Commune de Paris hante pour toujours les esprits. Pour la gauche, elle est un mythe fondateur, les socialistes la considérant comme la première manifestation révolutionnaire de la classe ouvrière. Elle survit dans les mémoires en chanson : avec l’Internationale, le plus célèbre des chants révolutionnaires dont les paroles ont été écrites par le poète communard Eugène Pottier, ou Le temps des cerises, dont l’auteur, Jean-Baptiste Clément, a combattu lors de la Semaine sanglante.

 

 

 

*Cambon, d’origine protestante, ce négociant en toiles de Montpellier est élu député de l’Hérault à l’Assemblée législative en 1791. Sa connaissance des problèmes financiers et sa fougue républicaine y retiennent l’attention. Il vote la mort de Louis XVI, et fait partie dès avril 1793 du Comité de salut public. Il préside plusieurs fois la Convention

 

Précédé par sa réputation de financier, il devient en 1793 président du comité des finances. On lui doit la loi sur la confiscation des biens du clergé ; il rédige sur l'administration des finances un rapport remarquable qui contribue puissamment à rétablir l'ordre. Surtout, il s’illustre par la création du Grand livre de la Dette publique (24 août 1793) : la Convention y reconnaît les dettes de l’Ancien Régime – mesure habile, qui veut rallier les rentiers à la Révolution. Après avoir déjà essayé de l'obtenir en 1792, mais arrêté par l'opposition de Robespierre, il obtient par le décret du 2e jour complémentaire an II la suppression du budget des cultes, qui met fin à la Constitution civile du clergé et acte la première séparation de l'Église et de l'État.

 

Il dénonce en particulier le coût de la dette publique française induit par l'engouement pour les rentes viagères, jugées « ruineuses, impolitiques, immorales »

 

Ses adversaires créèrent le terme « camboniser » voulant dire « désorganiser les finances » ou « voler »

L'affrontement Cambon-Robespierre le huit thermidor ICI 

François Hincker

 

« Il y a 100 ans, commun Commune/Comme un espoir mis en chantier/Ils se levèrent pour la Commune/En écoutant chanter Potier »

 

 

Cet espoir-là a été sauvagement assassiné du 21 au 28 mai, par M. Thiers et ses sbires sous le regard bienveillant des Prussiens, après avoir palpité pendant 72 jours et inventé un autre monde. 

 

Ce souvenir a longtemps été entretenu comme un trésor précieux et vivant par ceux qui espéraient voir l’espoir se lever à nouveau. Et puis il a disparu sous l’amoncellement des échecs et des trahisons. 

 

La Commune revit, 150 ans après sous la plume des historiens, comme un événement historique, un moment unique de l’histoire, mais on est loin de la ferveur de ceux qui voulaient avant tout maintenir cet héritage vivant pour transformer le monde dans lequel ils vivaient.

 

Les « Communards » ont montré qu’un peuple rassemblé qui se soulève peut prendre le pouvoir, chasser un gouvernement, même dans les pires conditions, car elles étaient terribles. 

 

Ce n’était pas la première fois que cela arrivait, 1848 n’était pas si loin, mais cette fois le peuple a conservé, trop brièvement, le pouvoir entre ses mains. Il ne s’en est pas fait déposséder immédiatement par la classe dominante, par ceux qui pensent, toujours et naturellement, être les mieux placés pour diriger parce qu’ils sont sur terre pour cela.

 

Les élus du Conseil de la Commune de Paris et les dirigeants du mouvement étaient pour beaucoup d’entre eux des artisans, des ouvriers, des petits commerçants. Ils étaient souvent des militants, socialistes, anarchistes, associationnistes. Ils n’étaient pas forcément français ; Léo Frankel, était hongrois. Les Communards étaient souvent des Communardes, comme Louise Michel.

 

Louise Michel : souvenirs enragés de la Commune - Le Point

 

Ils étaient éduqués, pas par l’école mais par leur formation professionnelle et par leur fréquentation des organisations du mouvement ouvrier.

 

Ils paieront cher le prix de leur audace, celle d’avoir pensé qu’ils pouvaient se gouverner eux-mêmes, sans un chef unique, un empereur, un roi ou un président, mais par des Commissions exerçant le pouvoir par la délibération. Pourtant en quelques semaines ils posèrent des principes d’organisation du travail, de l’éducation, de la société et les traduiront dans des textes plus nombreux et plus importants que les interminables pensums produits par nos Parlements d’aujourd’hui, que plus aucun citoyens ne peut lire ; ils sont d’ailleurs fait pour cela. 

 

Les classes dominantes veilleront scrupuleusement à ce qu’une pareille usurpation ne se reproduise pas de sitôt. 

 

La Commune c’est la tentative d’un peuple de donner corps à une idée, le socialisme. Elle y est brièvement parvenue.

 

Elle a aussi montré que face à l’armée d’une classe dominante soudée par la défense de ses  intérêts, le peuple ne pouvait pas résister bien longtemps.

 

Pour assurer la sa survie il aurait fallu une organisation bien supérieure des classes populaires, en France et dans le monde, car la commune ne fut pas qu’un mouvement parisien. Il aurait fallu non seulement une idée du monde souhaité, celui de l’égalité réelle, de la démocratie permettant aux citoyens d’exercer réellement « le pouvoir du peuple par le peuple et pour le peuple » pour reprendre la définition de la démocratie donnée par A Lincoln, mais une idée de l’organisation d’un Etat capable de faire vivre et de protéger la société transformée, sans l’étouffer ni la laisser s’étioler.

 

Cette conception n’existe toujours pas.

 

Le socialisme ne peut advenir que s’il complète l’analyse du capitalisme faite, brillamment et de façon convaincante, par ses nombreux penseurs, par une analyse de l’Etat, de sa structure, de ce qui fait sa force et sa faiblesse, et de ce que devrait être un Etat socialiste. Les Etats du « socialisme réellement existant » d’Europe et d’ailleurs, aujourd’hui disparus pour beaucoup, n’en furent que les grimaçantes caricatures. Ces bureaucraties tyranniques ne furent pas le produit mécanique de la pensée socialiste ; elles naquirent de la prise du pouvoir par des partis minoritaires dans des pays arriérés, dépourvus de toute conception de ce que pourrait être un Etat socialiste, de sorte qu’ils n’ont pas su faire autre chose que reproduire l’Etat antérieur, en pire.

 

Il y a donc un vaste travail pour ceux qui pensent que le capitalisme n’est pas éternel, que nous ne sommes pas simplement voués à en déplorer les horreurs, mais que le monde peut changer, que le peuple n’est pas seulement un troupeau de moutons menacé par une catastrophe écologique et réduit à mettre un bulletin de vote dans une urne de temps en temps pour choisir entre des candidats dont aucun n’exprime ni ne représente ce que nous voulons. 

 

Il y a du travail pour ceux qui ne pensent pas qu’une société meilleure sortira de la lutte des femmes contre les hommes, des homosexuels contre les hétérosexuels, des races réinventées pour faire revivre les conflits coloniaux disparus, mais de la lutte des tous les opprimés et tous les exploités contre ceux qui profitent de leur domination.

 

La Commune de Paris n’est pas une image pieuse devant laquelle nous devons nous agenouiller, elle fut l’expression du mouvement vivant du socialisme qui demande à être prolongé par et pour tous ceux qui souffrent aujourd’hui.

 

Fichier:Zola 1870.jpg — Wikipédia

Quand Zola, pendant la Commune, tressait des lauriers à Adolphe Thiers ICI

Comme bien d’autres écrivains français, Zola détestait la Commune, ce « rêve malsain ». Dans une chronique du 27 mars 1871, il dresse un portrait impertinent mais laudateur de Thiers, présenté comme un homme de « bon sens » : « La France, à cette heure, peut avoir confiance en lui.  »

Par Pascal Riché

Publié le 26 mars 2021

 

Il y a 150 ans jour, pour jour, Emile Zola est à Versailles, dans la salle de l’Opéra Royal où s’est installée l’Assemblée nationale élue en février. Il a 30 ans, c’est un jeune journaliste prometteur, correspondant parlementaire du journal « La Cloche ». Il écoute le chef du pouvoir exécutif Adolphe Thiers discourir à la tribune. Nous sommes au lendemain des élections à la Commune de Paris, qui ont désigné un conseil massivement favorable à la révolution. Pour les Communards, on le sait, Thiers (« Foutriquet ») est un traître qui a accepté d’acheter la paix à la Prusse contre l’Alsace, la Lorraine et 5 milliards de francs.

 

Le journal « La Cloche », a été fondé trois ans plus tôt par Louis Ulbach pour attaquer Napoléon III. C’est en 1871 un quotidien pamphlétaire parisien. Ulbach a lu « Thérèse Raquin », le premier roman à succès de Zola, il ne l’a pas trop aimé, mais il est impressionné par l’impertinence et la vivacité du jeune homme. Il l’a nommé « correspondant parlementaire » à Bordeaux, où la nouvelle Assemblée nationale a commencé à siéger en février, puis Versailles où elle vient de s’installer.

 

Les chroniques de Zola dans « La Cloche » ont été redécouvertes dans les années 50 (et publiées par la Librairie Fasquelle). Elles ont surpris ses fans : Zola, cette icône de la gauche républicaine, y apparaît comme très critique vis-à-vis de la Commune. S’il n’est pas mécontent que l’insurrection parisienne ait rendu folle la droite parlementaire, qu’il exècre encore plus, il y voit un « rêve malsain », « grotesque et odieux, ridicule et terrifiant ». Il rejoint dans cette détestation Anatole France, Edmond de Goncourt, Gustave Flaubert, George Sand et bien d’autres.

 

Voici sa chronique envoyée à La Cloche le 27 mars, et publiée deux jours plus tard.

https://focus.nouvelobs.com/2020/04/17/0/0/633/30/580/0/75/0/0030fee_yVXwLH9YXNHuWLej3bMQL4L2.jpg

Quel homme que M. Thiers !

 

Il parle, il parle, avec une négligence incroyable, se répétant à chaque mot, hasardant des vérités de M. de La Police, n’ayant à son service que deux ou trois arguments : « Soyez sérieux », et encore : « Faites ceci, faites cela, si vous voulez être une grande Assemblée nationale » ; et ce diable d’homme réussit toujours à avoir raison !

 

Il se fait applaudir par la gauche, il se fait applaudir par la droite, il entraîne par moments la Chambre entière. Quelle est donc sa force à cette commère bavarde qui se perd dans les papotages les plus menus, qui met une idée dans vingt phrases ? Le bon sens, puissance admirable, invincible, à laquelle tout le monde se rend, sans même en avoir une conscience bien nette.

 

Puis, il faut le dire, M. Thiers, expression moyenne du génie français, ne choque personne. Pour définir exactement son action sur l’Assemblée il faudrait le comparer à M. Louis Blanc. Ce dernier, d’une éloquence émue, artiste dans l’art de bien dire, à la voix claire et souple, ne parvient qu’à souffler l’orage. M. Thiers, au contraire, nasillant, causant comme un bon et rusé bourgeois, se fait écouter et convainc ses adversaires eux-mêmes. C’est qu’il est à la portée de tout le monde, c’est qu’il ne blesse aucune conviction, c’est qu’il n’effarouche pas par des qualités excessives le tempérament moyen d’une Assemblée.

 

La France, à cette heure, peut avoir confiance en lui. Il est le seul homme capable de parler à toutes les passions pour les calmer et les dominer. Si M. Thiers, par sa modération, par sa nature qui se refuse aux extrêmes, n’arrivait pas à constituer un centre tout-puissant dans la Chambre, ce serait que la France, frappée de démence, emportée par des passions indomptables, croirait l’heure venue de se dévorer et de s’anéantir elle-même.

 

J’ai de grands espoirs. Il ne me déplaît pas que Paris ait affirmé par une insurrection ses volontés. Cela fera réfléchir M. Thiers et mettra de l’énergie dans sa raison. Et il ne me déplaît pas non plus que Paris insurgé trouve devant lui la calme et froide figure de M. Thiers. Paris ne voudra pas qu’un homme ait plus de bon sens que lui et il ne réclamera plus que des libertés pratiques. Cet homme et cette ville doivent faire un excellent ménage en se complétant l’un par l’autre.

 

Quant à l’Assemblée, voulez-vous mon opinion bien mûrie, bien pesée ? L’Assemblée est une boîte à musique, détraquée, il est vrai, et jouant faux. Toutes les fois que Paris et M. Thiers auront fait un arrangement, ils mettront la boîte à musique entre eux, et lui feront jouer un air quelconque pour égayer la signature du contrat.

https://focus.nouvelobs.com/2019/04/05/0/0/0/0/50/50/0/0/a0548fa_sFMaBGlUg5wkGFrOY6gBD-N9.jpg

Pascal Riché

 

Partager cet article
Repost0
27 mars 2021 6 27 /03 /mars /2021 08:00

La boulangerie avenue Clemenceau, située entre l’épicerie et la quincaillerie, aujourd’hui Pichery.

 

La Mothe-Achard, gravure de Thomas Drake, vers 1850.

La Mothe-Achard en se mariant avec la Chapelle-Achard  sans la commune de Saint-Georges-de-Pointindoux, est devenue les Achards qui (c’est émouvant maman était une fille de la Chapelle, papa un gars de Saint-Georges-de-Pointindoux, établis au Bourg-Pailler à l’entrée de La Mothe, ils ont fait de moi un mothais) avec ses 5189 habitants se prend pour une ville. De mon temps la Mothe se résumait à un gros bourg  où se nichaient à peine 1200 habitants.

 

Y’a plus de Mothais mais des Achardais

 

La Mothe-Achard reste la capitale des Achards.

 

Ça fait un bail que je n’ai mis les pieds dans mon patelin natal et j’avoue que sa mue ne me donne guère envie d’y retourner. Je le ferai sans doute, rien que pour constater s’il reste encore des traces, hormis l’église Saint-Jacques, la grande Halles, la gare… de mon passé.

 

Je n’éprouve aucune nostalgie, ce qui me conduit à évoquer La Mothe-Achard c’est une histoire de boulangerie.

 

Dans Ouest-France je lis « Quant à l’ancienne boulangerie du 17, avenue Clemenceau, elle sera rachetée par la municipalité. Celle-ci compte réaménager l’espace afin de faciliter le passage vers le parking Buton. Ainsi disparaîtra une des deux boulangeries historiques de La Mothe Achard, celle qu’avait développée la famille Remaud dès 1947, et ses successeurs Jean-François Remaud et François Rochereau »

 

 

La famille Remaud fut ma seconde famille, Dominique, Jean-François et Jacques Remaud des frères, je n’oublie pas Geneviève, dites bounette. Madeleine Remaud leur mère était une grande copine de maman, dans la C4 du p’tit Louis le père nous allions souvent à la mer le dimanche. Dominique, devenu pharmacien, et moi, étions du même âge, jusqu’à la fin de nos études supérieures nous avons partagé beaucoup de choses. Les jours de marché, mémé Marie m’achetait une petite brioche ronde à la boulangerie Remaud où nous avions une coche pour le pain. J’allais parfois dans le fournil voir tourner l’énorme pétrisseur circulaire, former les pains qui iraient lever dans le parisien, enfourner les pains avec une grande pelle en bois, les voir ressortir du four croustillant. Les odeurs… un parfum d’enfance.

 

Tout ça c’est du passé, place à la modernité.

 

En 2018, Antoine Picherit a pris la succession de François Rochereau, depuis le 3 juillet, avenue Georges-Clemenceau, à La Mothe-Achard. Son objectif : « La continuité des services, indique-t-il. La boulangerie fournira aussi du pain au kiosque automatique et au magasin de La Chapelle-Achard. »

 

Ce boulanger-pâtissier de 35 ans, issu de la région de Beaupréau, a fait ses premiers pas à l'étranger. Un parcours professionnel unique : « Mes expériences m'ont profondément marqué. J'étais responsable d'une équipe de salariés, puis consultant pour des établissements en Californie, en Turquie, et dernièrement en Arabie Saoudite. » Son arrivée aux Achards correspond à un souhait de rapprochement avec sa compagne et avec le bord de mer.

 

Depuis le 20 avril. Il a migré du 17, avenue Clemenceau, à quelques centaines de mètres plus loin, sur la même avenue vers le centre bourg des Achards. Elle occupera une surface de plus de 250 m², magasin et locaux techniques compris. Y trônait autrefois la gendarmerie.

 

Antoine Picherit, devant le nouveau bâtiment qui accueillera son commerce.

 

Vive la laideur de la vitrine, le fonctionnel prime, c’est un endroit commercialement très bien situé, en plein centre bourg avec un parking assuré. « Ce sont 60 m² qui vont être alloués au magasin, deux grandes baies vitrées vont s’ouvrir sur un hall de vente au décor coloré et lumineux. Vont s’aligner la suite des pains, « avec de nouveaux pains spéciaux et orientés tradition locale », et l’éventail de ses pâtisseries. La partie snack sera sa grande nouveauté, « ce seront des sandwichs, burgers, paninis nourris de salades, que les clients pourront déguster sur place dans une salle adjacente appropriée ».

 

Cette grande surface sera ouverte toute l’année, « pas de fermeture pour congés et nous ouvrirons 6 jours sur 7 ». L’immeuble en retrait de la rue laisse un espace pour une dizaine de places de stationnement. L’enseigne portera le nom de « La Pétrie, Antoine Picherit artisan boulanger-pâtissier ». Elle sera vissée à la façade qui suivra une charte de couleurs basée sur le blanc et le rouge framboise.

 

Success-story : il a doublé le chiffre d’affaires depuis son arrivée, et je compte bien faire au moins autant avec cette nouvelle implantation. En 3 ans, il a innové en installant ses 4 distributeurs automatiques qui fonctionnent à plein régime, au Girouard, à Saint Georges de Pointindoux, à La Mothe Achard et à La Chapelle Achard.

 

C’est New-York !

 

Paris est à la traîne, nous sommes ringards à côté de la Mothe-Achard, mais où sont les gilets jaunes ?

 

 

Mais je ne vais pas chipoter, être mauvais joueur, 11 collaborateurs, 2 nouveaux emplois… C’est la vie, la roue tourne, pas sûr que si je vais faire un tour à la Mothe-Achard après le Covid j’aille acheter mon pain à la Pétrie…

 

Affiche-exposition-Jean-Claude-Chauvet

Les deux boulangeries de La Mothe-Achard ICI 

 

« Le pain constituait l’élément de base de l’alimentation. On n’en perdait pas une bouchée, les restes étaient utilisés pour la soupe », assure le collectionneur. Aux premières loges du lien social, le boulanger était une figure locale.

 

Les Mothais ont toujours connu deux boulangers, établis en plein bourg, face aux halles et éloignés d’à peine quelques dizaines de mètres. Leur histoire est ancienne. Jean-Claude Chauvet a répertorié leur patronyme depuis les années 30.

 

Il n’y avait pas de boulanger à La Chapelle-Achard. Mais on a compté jusqu’à trois dépôts de pain dispersé dans des boutiques du bourg. L’approvisionnement de tous les Achardais était assuré grâce à des tournées quotidiennes qui desservaient tous les hameaux ou les fermes isolées. « Même les boulangers des communes environnantes y participaient. » L’exposition montre, à échelle réelle, un de ces livreurs, juché sur son vélo.

 

En amont, deux professions font vivre le boulanger : le minotier et les agriculteurs. « La minoterie Brianceau a joué un grand rôle localement. Elle a été en activité dès 1914 et jusqu’en 1971. Elle a été démolie en 1992 pour laisser place à l’ancien funérarium, lui-même fermé aujourd’hui », rappelle Jean-Claude Chauvet. Un sac en toile siglé minoterie Brianceau en témoigne.

 

Plus loin dans le temps encore : les moulins. Le Moulin des Landes, qui date de 1816, est de nos jours le seul encore visible. Les trois autres, ceux de la Cossonière, du Chaigne et du Canard, ont été détruits.

 

Cependant, les années 30 voient naître une initiative originale, une coopérative avec les agriculteurs, sise rue de la Gare. C’est M. Lancier, président du syndicat agricole départemental, qui en est l’initiateur. Elle sera fermée en 1958. « Contre 80 kg de blé, on recevait 57 kg de pain pesé ou 60 kg de pain non pesé », décrit Jean-Claude Chauvet.

 

Des objets rares et incongrus

 

Au centre de l’exposition, trône le comptoir de la boulangère, avec sa balance, son tranchoir « car le pain était vendu au poids » et sa coche. La coche du boulanger est une petite baguette en bois de noisetier, fendue en deux, « les coches que le boulanger effectuait servaient à compter les pains vendus à crédit. À la fin de la semaine, le boulanger demandait son dû à son client en vérifiant ses coches. »

Partager cet article
Repost0
27 mars 2021 6 27 /03 /mars /2021 06:00

 

Je n’aurai pas l’outrecuidance de rendre un hommage à Bertrand Tavernier mort, jeudi à 79 ans.

 

C’est un monument du cinéma français qui s'est éteint. Bertrand Tavernier est décédé à Sainte-Maxime, dans le Var, a révélé La Croix. Cette information a ensuite été confirmée par l'Institut Lumière. Le cinéaste était âgé de 79 ans. « Avec son épouse Sarah, ses enfants Nils et Tiffany et ses petits-enfants, l'Institut Lumière et Thierry Frémaux ont la tristesse et la douleur de vous faire part de la disparition, ce jour, de Bertrand Tavernier », a tweeté l'institution dédiée au septième art.

 

J’ai aimé beaucoup de ses films :

 

L’Horloger de Saint-Paul son premier long-métrage en 1974 Que la fête commence, 1975  Le Juge et l’Assassin, 1976 Coup de torchon 1981,Un dimanche à la campagne, 1984 L.627 sorti en 1992, chronique très documentée sur une petite brigade de policiers spécialisée dans la lutte contre la drogue que le manque de moyens matériels conduit au délabrement moral et social. Et L’Appât 1995 portrait de trois jeunes gens piégés par le goût du paraître, prisonniers de l’illusion de l’argent facile, et que leur inculture et un manque de repères conduisent à commettre deux crimes sordides.

 

Mort de Bertrand Tavernier : ses dix films les plus marquants ICI 

Au fil de ses 34 longs-métrages, seuls ou en collaboration, le cinéaste avait abordé plusieurs genres, signé de grands succès populaires et mis en scène des pépites, coups de cœur critiques ou publics. Sélection.

Par Renaud Baronian

Le 25 mars 2021 

 

«L'Horloger de Saint-Paul» (1974)

https://www.telerama.fr/sites/tr_master/files/6dc09f97-87bb-4e6f-849c-bc7a0e323580_2.jpg

Lyonnais de naissance et attaché à sa ville, le réalisateur y situe ce qui sera son premier succès public, ainsi que sa première d'une longue collaboration avec Philippe Noiret. Ce drame puissant, adapté de Georges Simenon, conte comment un homme qui élève seul son fils découvre à quel point il ne le connaît pas lorsqu'il apprend qu'il a commis un meurtre, avant de tenter de se rapprocher de lui. Bouleversant.

 

«Que la Fête commence…» (1975)

Que la fête commence... (1975) par Bertrand Tavernier

Changement radical de registre l'année suivante : Tavernier surprend toute la France avec cette fresque historique qui décrit les débauches insensées dans lesquelles se vautre, au XVIIIe siècle, le duc d'Orléans (Noiret à nouveau) à coups de parties fines, ce qui va provoquer des conspirations contre lui. Un film décoiffant, chaud, fascinant, récompensé de deux Césars.

 

«Coup de torchon» (1981)

Coup De Torchon [VHS]: Philippe Noiret, Isabelle Huppert, Stéphane Audran,  Jean-Pierre Marielle, Eddy Mitchell, Guy Marchand, Irène Skobline, Michel  Beaune, Jean Champion, Victor Garrivier, Gérard Hernandez, Abdoulaye Diop,  Pierre-William Glenn ...

Féru de romans policiers américains, le cinéaste adapte l'un de ses auteurs favoris, Jim Thompson. Transposant l'action dans l'Afrique coloniale des années 1930, il suit ici un flic (Noiret toujours, face à Isabelle Huppert et Guy Marchand) méprisé par tous, qui va subitement assassiner tous les gêneurs avec un cynisme effroyable. Son plus grand succès en salles, avec 2,2 millions d'entrées.

 

«Un dimanche à la campagne» (1984)

UN DIMANCHE A LA CAMPAGNE de BERTRAND TAVERNIER - LA PLUME ET L'IMAGE

En 1912, un vieux peintre connu mais sans génie va remettre sa vie et son œuvre en question à l'occasion de la visite dominicale de ses enfants et petits-enfants. Très touchant, ce succès populaire de Tavernier offre des rôles en or à Sabine Azéma, Louis Ducreux et Michel Aumont, et un nouveau César au réalisateur.

 

«La Vie et rien d'autre» (1989)

Achat La Vie et rien d'autre en Blu Ray - AlloCiné

Après la Première Guerre mondiale, un officier a pour mission de recenser les soldats disparus au front. Il va croiser deux femmes qui recherchent leur compagnon, puis découvrir qu'il s'agit du même homme. Très émouvant et remarquablement interprété par Philippe Noiret, Sabine Azéma et Pascale Vignal, le film a séduit 1,5 million de spectateurs.

 

«L.627» (1992)

https://www.telerama.fr/sites/tr_master/files/97069c36-6472-4b83-8160-ed2349eced60_2.jpg

Retour au polar, mais dans le genre coup de poing : le quotidien d'un groupe de policiers de la brigade des stupéfiants, où la personnalité de chaque membre va se révéler au fil des interventions. Un film très fort tant Tavernier, qui avait souhaité une mise en scène réaliste, y est admirablement parvenu.

 

«L'Appât» (1995)

L'appât - film 1995 - AlloCiné

Thriller choc, cette adaptation d'un fait divers qui avait défrayé la chronique dans les années 1980 suit une jeune fille qui sert d'appât auprès d'hommes mûrs, avant que ses compagnons ne s'introduisent chez eux afin de les cambrioler, ou pire. La froideur de la jeune femme est remarquablement incarnée par Marie Gillain, superbement dirigée par le cinéaste.

 

 

Martin Scorsese et Bertrand Tavernier sur le tournage d’Autour de minuit (1986).

Martin Scorsese et Bertrand Tavernier sur le tournage d’Autour de minuit (1986).Étienne George

L’hommage de Scorsese à Tavernier : « Bertrand était tellement passionné qu’il pouvait vous mettre K.-O. » ICI

 

Martin Scorsese

Publié le 26/03/21

 

Le réalisateur italo-américain avait rencontré Bertrand Tavernier dans les années 1970. Il a même joué pour lui dans “Autour de minuit”. Grand admirateur de sa culture cinématographique, il rend hommage, dans un texte adressé à “Télérama”, à son ami disparu jeudi.

 

La première fois que j’ai rencontré Bertrand Tavernier, c’était au début des années 1970. Il était alors accompagné de son ami et ancien collaborateur Pierre Rissient. Ils avaient vu Mean Streets et le défendaient avec vigueur publiquement. Un soutien qui signifiait beaucoup de choses à mes yeux.

 

J’ai très vite compris que Bertrand connaissait de fond en comble l’histoire du cinéma. Plus encore, il était un passionné du cinéma : passionné par ce qu’il aimait, passionné par ce qu’il détestait, passionné par ses nouvelles découvertes, passionné par les figures injustement oubliées dans l’histoire du cinéma – Bertrand a été celui qui nous a permis de redécouvrir le réalisateur Michael Powell –, passionné par les films qu’il a lui-même réalisés.

 

Bertrand était un cinéaste singulier, à nul autre comparable. J’ai particulièrement aimé son film de 1984, Un dimanche à la campagne. Ce film a été conçu avec tant de subtilité que j’ai l’impression qu’il est sorti tout droit du monde des impressionnistes. J’ai également adoré ses films historiques, comme Que la fête commence et Capitaine Conan, et ses adaptations de Simenon (L’Horloger de Saint-Paul, son premier film) et de Jim Thompson (Coup de torchonadapté de 1275 âmes).

 

En 1983, je déjeunais avec Bertrand et Irwin Winkler quand ils ont décidé, tous les deux, de faire le magnifique Autour de minuit. C’est pour moi un merveilleux souvenir d’avoir fait une petite apparition dans ce film, dans le rôle de l’agent de Dexter Gordon.

 

Bertrand connaissait intimement tous les aspects du cinéma français. C’est une chance incroyable pour nous tous que Bertrand ait partagé son savoir et sa passion dans son documentaire Voyage à travers le cinéma français, une œuvre d’une grande beauté.

 

Il connaissait tout aussi intimement le cinéma américain. Bertrand et Jean-Pierre Coursodon ont coécrit, et régulièrement mis à jour, un dictionnaire exhaustif consacré aux réalisateurs américains (50 ans de cinéma américain). Cet ouvrage majeur mériterait d’être traduit en anglais.

 

Je veux enfin partager une dernière image à propos de Bertrand. Une image bien connue par tous ses amis et par tous ses proches. Bertrand était tellement passionné qu’il pouvait littéralement vous mettre K.-O. Il restait assis, pendant des heures et des heures, argumentant pour ou contre un film, un cinéaste, un musicien, un livre ou une décision politique. Au bout d’un moment, terrassé, vous vous demandiez simplement : mais d’où lui vient toute cette énergie ?

 

Aujourd’hui, il m’est très difficile de me dire que je n’aurai plus jamais la chance de recevoir toute cette incroyable énergie. Que je n’aurai plus jamais la chance de rencontrer un homme aussi extraordinaire, un homme tellement irremplaçable. »

 

Bertrand Tavernier, au Festival de Saint-Sébastien (Espagne), en 2013.

Bertrand Tavernier, au Festival de Saint-Sébastien (Espagne), en 2013. 

Mort de Bertrand Tavernier, inlassable cinéaste et amoureux vorace du septième art ICI 

Au fil de ses indignations, le réalisateur s’est promené d’un genre à l’autre, écrivant plusieurs ouvrages de référence sur le cinéma. Il est mort, jeudi à 79 ans.

Par Véronique Cauhapé

 

Partager cet article
Repost0
25 mars 2021 4 25 /03 /mars /2021 08:00

 

Le boudoir, c’est sans doute le premier gâteau que j’ai croqué car, pour la petite histoire, saviez-vous que le premier biscuit que l’on donne aux bébés est souvent un boudoir pour qu’ils fassent leurs dents de lait ?

 

Et puis, il y eut, les merveilleuses charlottes de maman.

 

Mais alors, le boudoir est-il un frère du biscuit à la cuillère ?

 

Comme souvent il est difficile de déterminer l’inventeur d’une recette, ainsi pour le biscuit à la cuillère qui aurait été inventé par les cuisiniers de Catherine de Médicis, qui auraient eu l'idée de confectionner leurs biscuits aux œufs en utilisant deux cuillères pour écarter la pâte à partir du centre, pour ne pas l'abîmer — d'où leur forme allongée et leur nom. Mais on doit à Antonin Carême, cuisinier de Talleyrand, la mise au point définitive de ce petit gâteau moelleux.

 

 

Le Prince de Talleyrand aimait les biscuits secs mais comme ses dents ne lui permettaient plus de les croquer, il les trempait dans son verre de Madère pour les ramollir. Mais ce n’était guère pratique à cause de la petite taille du verre, et peu élégant. C’est son célèbre Chef de cuisine, Antonin Carême qui a alors eu l’idée d’en créer une version qui s’imbibe facilement sans faire de miettes. « Il imagina, pour préparer des biscuits cuillères plus petits, de suspendre un entonnoir au plafond de la cuisine et de faire ainsi couler la pâte qui formait alors un fin boudin ensuite coupé. C’est ce bricolage qui est à l’origine, plus tard en 1847, de l’invention de la poche à douille » Ducasse

 

 

Antonin Carême aurait alors nommé sa toute nouvelle création «boudoir», un clin d’œil à la diplomatie du même nom conduite par l’homme d’Etat, alors réputé à la cour pour les nombreuses intrigues qu’il menait en secret.

 

 

Le mot boudoir trouve son origine dans le verbe bouder attesté en 1740 dans le Dictionnaire de l'Académie. En 1929, il devient un petit gâteau long recouvert de sucre cristallisé. Il est dégusté souvent avec le champagne.

 

« Le boudoir, comme lieu d’intériorité, est une véritable invention du XVIIIème siècle, que ce soit dans le terme, dans la forme ou dans l’usage. Le terme, apparaît en 1740 dans le dictionnaire de l’Académie Française, qui le dit familier, et le définit comme « petit cabinet où l’on se retire quand on veut être seul ».

 

Le dictionnaire de Trévoux précisera en 1752 : « petit réduit, cabinet fort étroit, auprès de la chambre, ainsi nommé apparemment parce qu’on a coutume de s’y retirer pour être seul, pour bouder sans témoin, lorsque l’on est de mauvaise humeur. »

 

« Monsieur se retirera dans son cabinet pour vaquer à ses affaires, quand Madame ira dans son boudoir pour s’adonner à des plaisirs oniriques, intellectuels, ou plus prosaïquement, charnels. »

Audrey Higelin-Fusté

 

Au 18ème siècle. La pâte était alors couchée avec une grande cuillère (d’où le nom de ce biscuit), ce qui donnait de gros et longs biscuits.

 

Biscuit vient du fait que le biscuit est cuit deux fois (bi-cuit). On le fait cuire une première fois, on le saupoudre de sucre glace et on l’enfourne une seconde fois, ce qui donne une délicieuse croûte. Le mot cuillère vient du fait que l’on se servait à l’époque d’une cuillère pour dresser les biscuits sur la plaque de cuisson, à la place de l’actuelle poche à douille qui n'existait pas encore.

 

En France, la variante la plus connue est le biscuit de Reims à la jolie couleur rose. En Italie, on parle de Savoiaridi.

 

Pour terminer en beauté, écoutons Stéphane Bern expert en tête couronnée :

 

 

La charlotte, le dessert français, doit son nom à une reine d'Angleterre. Il s'agit de Charlotte de Mecklembourg-Strelitz, femme du roi Georges III. Elle est la quintaïeule de la reine actuelle Elizabeth II.

 

Charlotte est avant tout une reine extrêmement populaire auprès des Anglais. Botaniste éclairée, elle s'investit également dans l'éducation des filles et fonde de nombreux orphelinats et maternités. Les plus grands artistes lui rendent hommage, à l'instar de Mozart qui, âgé de 8 ans, lui dédie 6 sonates pour clavecin avec accompagnement de violon.

 

Si elle reçoit les honneurs du monde de la musique, la cuisine n'est pas en reste. Pour elle, un chef réinvente le fameux pudding, fourré à la compote, et le nomme charlotte. Mais ce dessert n'est pas encore celui que nous connaissons aujourd'hui.

 

 

La charlotte est aujourd'hui un dessert qui ravit toute la famille. Une crème bavaroise, des fruits, le tout dans une coque de biscuits à la cuillère. Le moule à charlotte est d'ailleurs considéré par beaucoup de ménages comme un essentiel d'une cuisine française digne de ce nom.

 

Pourtant, aussi étonnant que cela puisse paraître, cet entremet au nom si français nous vient bien d'Angleterre. C'est en effet à l'origine un pudding cuit pendant de longues heures dans un moule aux bords évasés, fait de pain de mie ou de brioche et rempli de compote de fruit, une recette on ne peut plus simple. (1)

 

Il fallait bien qu'un français passe par là pour que ce gâteau de brioche chaud et fourré devienne un entremet léger à déguster froid. C'est Antonin Carême, le père de la pâtisserie moderne française, qui après avoir été au service de la couronne d'Angleterre, rapporte ce pudding en France.

 

(1) Le moule était tapissé de  pain de mie beurré, bread and butter, ou de brioche, puis rempli de compote de pommes ou de prunes. C'était en fait une sorte de pudding, que l'on cuisait  longtemps au four. De la cuisine anglaise, quoi. Très éloigné de notre charlotte  sans cuisson, à base de biscuits à la cuillère et de crème bavaroise.

 

C'est quand il était dans les cuisines du Prince Régent d'Angleterre, le futur George IV, qu'Antonin Carême fit la connaissance de l'ancêtre  british de notre charlotte actuelle. Antonin Carême modifia la recette anglaise, à partir de la nouvelle forme des biscuits cuillère. Il créa l'entremets que nous connaissons : sans cuisson, dans le moule tapissé de biscuits cuillère et rempli d'une crème bavaroise. Il nomma sa création "charlotte à la parisienne", pour la distinguer du dessert anglais. Plus tard, lorsqu'il travailla dans les cuisines du tsar Alexandre (celui qui combattit Napoléon), il la rebaptisa "charlotte à la russe".  C'est le nom officiel qu'elle porte aujourd'hui.

Champagne Vouette et Sorbée, Fidèle Maison Vouette et Sorbée

Partager cet article
Repost0
24 mars 2021 3 24 /03 /mars /2021 08:00

Kylie Minogue Wines | Vin De France Rosé Beautifully pale pink shade

Je ne précise pas le degré auquel ce qui suit doit être lu, à chacun de vous de le mesurer, c’est du brut de Gala et de Voici, du pur jus de marketeur, la fine fleur, du liquide sitôt bu sitôt pissé, de l’incolore, de l’inodore, de la saveur ajoutée… Mais si ça se vend, pourquoi pas, moi ça ne me dérange pas, je n’en bois pas…

 

Après Sting, Gérard Depardieu, Carole Bouquet, Brad Pitt et Angelina Jolie ou encore Sarah Jessica Parker c’est au tour de la star australienne Kylie Minogue de se lancer dans le vin.

 

 

Qui est Kylie Minogue ? ICI 

Elle s'est découvert une appétence pour le vin lors d'un enregistrement à New York. Depuis, la chanteuse australienne Kylie Minogue s'est bien implantée dans le secteur. Et c'est en France qu'elle va désormais vendre plusieurs de ses bouteilles. Dans toute la gamme qu'elle a sortie, Kylie Minogue possède 4 vins français : un Côtes de Provence, un autre vin rosé, un Merlot et un Sauvignon blanc. Elle les a élaborés avec le négociant français de Carcassonne (LGI Wines) et le Britannique Benchmark Drinks. Mais surtout la chanteuse a choisi l'enseigne Carrefour pour les distribuer en exclusivité en France pendant un an.

 

D’après le communiqué annonçant le lancement des produits, la chanteuse aurait découvert « la fraicheur du rosé de Provence pendant les nuits étouffantes à Nashville, lors de l'enregistrement de son 14e album ».

 

 

Les Français pourront découvrir dès le mois d’avril dans les magasins Carrefour ses 2 rosés : un côtes-de-provence 13,95€  et un rosé 5,95€

 

Le merlot et le sauvignon seront quant à eux à découvrir lors de la foire aux vins d’été de l’enseigne qui aura lieu dès la fin mai.

 

Les deux parties se sont mis d’accord sur la création d’une gamme de vins « faciles d’accès, aux arômes généreux et à la structure souple ». Les bouteilles ne prétendent donc pas à la grande sophistication et jouent à fond la carte pop : les bouteilles sont ornées d’une étiquette épurée où le prénom de la star apparaît en gros pour la touche féminine.

 

Les vins de stars sont une des marques de fabrique de Carrefour, puisque l'enseigne écoule déjà ceux de l'actrice Carole Bouquet Passito du Pantelleria, un moelleux italien ou encore ceux du Château de Tigné appartenant à Gérard Depardieu

 

Carrefour selon sa directrice de catégories vins, champagnes et mousseux, Audrey Sonnendrecker veut ainsi redynamiser le marché

 

Une aubaine pour l'enseigne qui veut ainsi redynamiser le marché « qui souffre d'un manque de marques fortes »

 

D'ailleurs, si l'opération fonctionne, Kylie Minogue pourrait ajouter d'autres vins comme un pinot noir du sud-est australien. Il faut dire que la chanteuse ne se lance pas à l'aveugle à l'assaut du marché français, puisque ses deux rosés ont déjà été plébiscités en Irlande et en Australie avec 600.000 unités écoulées.

 

https://static.cnews.fr/sites/default/files/2020_redaction/kylie_minogue_gamme_vins_hd-taille640_603d16b89d5eb.jpg

 

Partager cet article
Repost0
24 mars 2021 3 24 /03 /mars /2021 06:00

 

 

Le gouvernement algérien déplore la non-reconnaissance des « crimes coloniaux » de l’État français.

 

Trois semaines après la remise du rapport Stora sur les relations entre la France et son ancienne colonie, Alger a réagi pour la première fois et dit regretter l’absence d’excuses et de reconnaissance. Loin d’apaiser les relations, cela semble les crisper, relève la presse algérienne. ICI 

 

Les plaies sont encore vives, pour avoir vécu 2 ans en Algérie, à Constantine, j’ai pu en mesurer la profondeur et leur réalité. La colonisation fut brutale et sans pitié, quand à la guerre, elle fut tout aussi sauvage et sanguinaire.

 

Ce qui est relaté dans le roman de Didier Daeninckx : Le Banquet des Affamés, n’a rien d’anecdotique, c’est un véritable viol de la mémoire.

 

Livre: Le Banquet des Affamés, Didier Daeninckx, Gallimard, Blanche,  9782070137879 - Leslibraires.fr

Page 22-23-24

 

Le capitaine qui régnait sur cette horde (ndlr la 1er compagnie des fusiliers de discipline) s’appelait Chabras, et ne valait guère mieux. Il s’était illustré en pacifiant une grande partie du massif voisin de l’Ouarsenis avec des troupes de cette qualité. On racontait qu’il n’assaillait pas que les vivants, que les cimetières aussi l’intéressaient, étant lié par son épouse à des industriels de Marseille (avec succursale à Orléansville) qui arrondissaient grâce au « noir animal » leur fortune assise sur la production sucrière. On sait assez peu qu’avant de se poser en blanc sur les tables raffinées le sucre n’est qu’une mélasse peu engageante dont la teinte varie du marron au verdâtre. Plusieurs procédés permettent de faire perdre à cette substance la couleur des origines. L’une des principales applications du noir animal consiste justement dans sa propriété remarquable à décolorer les liquides. Il se présente sous la forme d’une poudre que l’’on pourrait confondre avec la suie. En fait, on l’obtient en chauffant  des os à haute température, à l’abri de l’air, ce qui explique qu’on l’appelle aussi couramment « charbon animal ». La demande de sucre ne cessant de croître, le commerce des squelettes nés des abattoirs s’est développé dans de telles proportions que l’offre ne satisfaisait plus l’industrie. On a essayé de creuser d’autres mines… Il faudrait disposer de temps et remonter la filière pour trouver l’identité de celui qui eut l’idée d’aller ramasser, dans les cimetières d’Algérie, les ossements ancestraux afin d’opérer, par l’abondance de la matière, une détente sur le prix de la poudre à décolorer le sirop de sucre. On a vu des centaines d’ânes, autant de chameaux razziés dans toutes ces provinces, ployant sous le poids de paniers emplis d’ossements, prendre la piste d’Orléansville où des étuves transformaient des généalogies entières en promesses de douceur. Vous prendrez combien de sucre dans votre chocolat, comtesse ? Trois… Le père, la mère et, tenez, la grand-tante pour faire bonne mesure ! L’empirisme ayant sa part dans les avancées scientifiques, on s’aperçut que les os longilignes offraient le meilleur rendement, que e crâne et les vertèbres donnaient de l’onctuosité aux gélatines ou fournissaient l’azote nécessaire aux terres qui portaient les futures moissons. On doit nous envier, chez les cannibales d’Océanie, d’absorber ce qu’ils délaissent.

 

ALGERIE-TIARET-lt-Vue-animee-de-LA-CASERNE-DE-LA-LEGION

 

Un commerce peu « catholique »

 

Les os des cadavres algériens, au service de l'industrie coloniale! -  Babzman

 

Les ossements humains, exhumés par la charrue coloniale ou par le matériel des ponts et chaussées, vont également servir pour un commerce sordide. Ils auraient été expédiés à Marseille, pour être utilisés dans la fabrication du sucre.

 

L’historien Moulay Belhamissi fait état des navires chargés d’ossements provenant des cimetières musulmans en partance pour Marseille : « Pour du noir animal nécessaire à la fabrication du sucre, les ossements récupérés des cimetières musulmans sont expédiés à Marseille. A l’époque, on réfuta les faits malgré les témoignages. Mais l’arrivée dans le port phocéen, en mars 1833, d’un navire français La Bonne Joséphine », dissipa les derniers doutes. Des os et des crânes humains y furent déchargés.

 

Le docteur Ségaud témoigne à son tour dans le journal Le Sémaphore, le 2 mars 1833 : « J’ai appris par la voix publique, que parmi les os qui servent à la fabrication du charbon animal, il s’en trouve qui appartiennent à l’espèce humaine. À bord de la bombarde, « la bonne Joséphine » venant d’Alger et chargée d’Os, j’ai reconnu plusieurs os faisant partie de la charpente humaine. J’y ai vu des crânes, des cubitus, et des fémurs de la classe adulte récemment déterrés et n’étant pas entièrement privés des parties charnues ».

 

Informé de ce commerce des restes humains, l’Emir Abdelkader fit parvenir partout dans le pays des recommandations interdisant impérativement aux Algériens de consommer le sucre blanc, une consommation qui pourrait, en toute évidence, assimilée à une forme d’anthropophagie. « De troublantes assertions ont couru au sujet de l’utilisation des restes humains. »

 

« A la suite de ces révélations, prises très au sérieux par les autorités politiques de la métropole au point que l’affaire devint rapidement nationale, le ministère de la guerre ordonna à l’intendant civil de la province d’Alger de mener une enquête pour déterminer les origines de ce commerce et pour le faire immédiatement cesser ». (Coloniser-Exterminer - p.169)

 

La « Métropole » informée de l’utilisation des ossements provenant des cimetières musulmans ne semblait pas approuver ce commerce indécent ; mais comme à l’accoutumée, on n’est pas à un scandale près et les promoteurs de l’industrie utilisatrice d’ossements humains ne seront jamais inquiétés…!

 

Les départements français d'Algérie

Département d'Orléansville

 

Le département fut créé par décret du 28 juin 1956. Il comprenait alors 4 arrondissements.

 

Dès le décret du 20 mai 1957, et toujours sous le nom de département d'Orléansville, il se divisait en 6 arrondissements, au lieu de 4.

 

Il a porté aussi le nom de département du Cheliff. En 1958, il comptait 637.000 habitants.

 

Le premier préfet fut Raymond Chevrier, nommé le 6 décembre 1956. Mais les événements du 13 mai 1958 provoquèrent un changement. Convoqué par le général Salan, auquel ont été confiés par le gouvernement Pflimlin les pouvoirs civils et militaires pour le maintien de l’ordre en Algérie, Raymond Chevrier se rend à Alger le 18 mai 1958. Avant d’avoir été reçu par le général Salan, il est arrêté, assigné à résidence à Aïn Taya, puis remis à la disposition du ministre de l’Intérieur. De toute manière, ce sont des généraux qui furent chargés en juin 1958 d'exercer les pouvoirs civils dans les départements algériens : c'est le général Gracieux qui les exerce le 24 juin 1958 et donc succède au préfet Chevrier, puis le général du Passage en 1959, commandant la 9e division d'infanterie.

 

Le préfet Louis Verger fut nommé le 10 mars 1960. Il resta jusqu'au 20 décembre 1960, et devint alors directeur du cabinet civil et militaire du délégué général du gouvernement en Algérie. Enfin, le préfet Mohand Sadek OURABAH fut le dernier titulaire du poste, du 21 décembre 1960 à juin 1962.

L’historien Benjamin Stora (photo d’illustration).

Rapports entre la France et l’Algérie : Benjamin Stora répond aux critiques dans une tribune ICI

 

L’auteur du rapport faisant des propositions pour organiser la réconciliation entre Alger et Paris a publié une tribune dans un quotidien algérien ce matin pour répondre aux critiques et défendre sa méthode.

Partager cet article
Repost0
23 mars 2021 2 23 /03 /mars /2021 08:00

 

Murphy-Goode | Dieline - Design, Branding & Packaging Inspiration

« La cave de Murphy-Goode de la région de Sonoma propose de lancer votre carrière dans la viticulture avec un salaire de 10 000 $ par mois à la clé et un logement gratuit en prime sur une année. Vous aurez également la possibilité de jouir de 30 caisses de vin Murphy-Goode, ça sent le bon plan ! L’entreprise vous promet de belles rencontres et une mise en relation avec des partenaires en commerciaux pour construire votre réseau. Vous serez accompagné dans la direction du domaine. »

The History of Murphy-Goode Winery | Murphy-Goode Wine

Partager cet article
Repost0
22 mars 2021 1 22 /03 /mars /2021 08:00

 

« Encore un que les boches n’auront pas ! »

 

« Combien de fois ai-je entendu ça ? » dans la bouche du pépé Louis après qu’il eut sifflé un godet en compagnie de ceux qui, comme lui, s’étaient tapés leurs jeunes années (certains osent parler de génération  sacrifiée pour nos pioupious du Covid  19) dans les tranchées de ce qui devait être la Der des der,  la boucherie de 14/18.

 

« Un vin comme celui-là, ça monte pas à la tête, ça caresser le cerveau. […] Et c'est toujours ça que les Boches n'auront pas... » Les pieds-bleus, Claude Ponti.

 

Bruno Frappat, dans la Croix, évoquant un livre de Ludovic Halévy (1834-1908) s’était rendu célèbre par les livrets d’opérette écrits, notamment, avec son acolyte Henri Meilhac (1831-1897) pour le compositeur Jacques Offenbach. ICI 

 

Celle-ci aurait pu légitimement être appelée la «Première Guerre». Mais elle n’aura pas eu ce douteux privilège. La guerre de 1870-1871 n’a laissé que peu de traces dans nos mémoires, éclipsée qu’elle fut par la suite des temps et des calamités : par sa conclusion terrible, la Commune ; par la guerre de 1914-1918, dite la Première, ou la Grande, ou… la Der des der ; par la «Seconde», enfin, dont il reste de nombreux survivants. Pourtant elle fut comme une répétition générale, une anticipation atroce.

 

Pourtant aussi, dans de nombreuses familles françaises, surtout à l’est et au nord du pays, les anciens, nos grands-parents, nés juste après, en parlaient encore avec des tremblements d’émotion, dans les années cinquante. Et lorsqu’ils évoquaient les combats et la boucherie de 14-18, souvent ils appelaient les Allemands les «Prussiens», utilisaient des expressions comme celle-ci, vengeresse et entendue si souvent après qu’une soupe a été avalée : «Encore une que les Prussiens n’auront pas.»

 

 

Chez nous, c’était moins subtil, et même que l’appellation BOCHES est gravée dans le premier pont en béton armé construit en Vendée, enjambant le fond du lit de l’Yon long de 20 mètres pour 2,50 m de large. Inauguré en 1907, construit par une entreprise allemande qui exploitait la mine des Thermelières peu avant la grande guerre, il fut surnommé « Pont des Boches ». ICI

 

Les wagonnets chargés de minerai de fer descendaient par gravité jusqu’à l’Yon. Au pont, des chevaux les remontaient jusqu’à la gare de marchandises de Beaupuy, où le minerai partait pour le port des Sables-d’Olonne. « Le procédé, n’a pas quinze ans quand une des premières réalisations européennes, [le Pont], est lancée face à La Berthelière. Les piles en pierre, l’absence de culées et la pose du tablier sur des roulettes de dilatation en font un ouvrage patrimonial qui mériterait quelques égards à la veille de son centenaire. »

 

Au début du XXe siècle, les terres où coulait l’Yon, étaient partagées entre La Ferrière et Dompierre. Et le pont était considéré comme étant sur le territoire de La Ferrière. Un pont oublié…

 

 

Faut-il classer le pont des Boches ?

 

Faut-il changer le nom du pont ?

 

 

On le sait, le nom de  pont des Boches  ​ne fait pas l’unanimité. Certains le considèrent comme péjoratif envers les Allemands. La Ferrière est jumelée depuis 1997 avec Wandlitz, une commune au nord de Berlin. Jean-Luc Soulard, un habitant de La Ferrière, a interpellé la mairie à ce sujet dans un courrier, voyant arriver le 25e anniversaire de l’association l’Aflech qui s’occupe du jumelage. « Je pense que le temps est venu de ne plus utiliser le vocable de boche et d’utiliser le terme le pont de la mine » écrit-il. « Cette période d’anniversaire pourrait être une excellente opportunité pour le faire. Ainsi, nous donnerions un message fort de solidarité et de respect pour nos contemporains de Wandlitz. »

 

 

Et chacun d’envisager une solution plus politiquement correcte en supprimant l’appellation de « pont des Boches »​, au profit de celle de pont de la Mine, « dit des Boches »​.

Partager cet article
Repost0

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents