Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 septembre 2014 2 30 /09 /septembre /2014 00:09

Red-Grouse-in-heather-2-HRTIFF.jpg

 

Mon amie Carole Colin du restaurant Les Climats rue de Lille m’a annoncé la nouvelle : l’excellent chef Julien Bocus vient d’inscrire la Grouse à la carte link


LC-00941.jpg

LC-00710.jpg

GROUSE D’ÉCOSSE


Suprêmes rôtis aux raisins et jus tourbé. Légumes d'automne et pommes paille.


129932709.XBKPIeZM.RedGrouse0299.jpg

 

Comme je n’ai pas encore eu le temps d’aller saucer je ne puis vous indiquer ce que je boirai avec cette grouse sur les bons conseils du souriant et compétent sommelier Franck-Emmanuel. En effet, la carte 100% bourguignonne est riche, c’est le paradis des vins de Bourgogne :

Et si c'était un morey les Faconnières 2010 de chez Lignier-Michelot...


LC-00370.jpg


CT-Denis---Carole-N-B-copy.jpg

210 vignerons

1 200 références de 17€ à 7 636€

3 550 rouges et 3 350 blancs en caves de jour

12 800 bouteilles en cave de conservation

Les prix sont volontairement très raisonnables. link

 

Je profite de l’occasion pour vous entretenir de ma conception de la chasse


Même en  ce moment si on entend moins les organisations de chasseur dans beaucoup de catégories de la population, qu’elles soient rurales ou urbaines, la chasse, n’a pas bonne presse. Depuis qu’ils se sont invités à l’élection présidentielle ils sont perçus comme un lobby puissant et pas toujours transparent : 1,3 million de chasseurs.


78 rue de Varenne, j’ai géré, au nom de mon Ministre, les listes des chasseurs des chasses du domaine de Chambord, Rambouillet et d’Auberive. Je n’ai jamais tenu un fusil de ma vie et, bien sûr, jamais chassé. J’avoue que je ne vois pas d’intérêt personnel à aller battre la campagne pour tirer du gibier et le discours qui affirme que la « chasse aide à dominer sa peur de la nature sauvage, à se la réapproprier, à l’amadouer, à la sentir vibrer, pleine de sève et de fougue… » s’apparente pour moi à de l’autojustification pure et simple.


Pour autant je peux comprendre la chasse comme la perpétuation d’une forme de prédation, d’une ponction sur le faune sauvage, comme une confrontation loyale mais il ne faut pas trop en rajouter tout de même en assimilant le gibier à une «nourriture éthique» sous le prétexte d’une alimentation industrialisée dominante.


Ici je ne vais ni entrer dans les batailles frontales entre, pour faire simple, le clan Bougrain-Dubourd et le clan des chasseurs des chasses dites traditionnelles, ni rejoindre le parti de ceux qui rejettent la consommation de viande parce que, pour ce faire, il faut tuer un animal.


Mon propos préfère se situer justement au niveau de l’acte de tuer lui-même et, je dois l’avouer, la mort d’un animal sauvage par le fait du tir d’un chasseur me paraît plus belle, plus noble, avec une chance, certes parfois inégale, d’y échapper, que celle de l’animal domestique mené et tué dans un abattoir, car là la mort est programmée, inéluctable, et le caractère massif de cette mise à mort à quelque chose de difficilement supportable.


Bien évidemment, je ne fais pas entrer dans cette approche les malheureux animaux d’élevage lâchés quelques heures avant la chasse dans la nature pour se faire dézinguer par des chasseurs d’abattage et j’ai peu d’intérêt, et même une forme de mépris, pour ceux qui vont chasser des grands animaux en Afrique ou ailleurs.  De plus, je n’aime pas beaucoup ceux qui considèrent la chasse comme une forme de sport de compétition où la performance semble n’être que la seule motivation. La chasse à courre n’est pas non plus ma tasse de thé.


Mon image d’Épinal du vrai chasseur le représente en cueilleur, en préleveur précautionneux des équilibres, en marcheur heureux même lorsqu’il rendre bredouille.

grouse_tcm9-141187.jpg

 

C’est un Jim Harrison pour qui pêche et chasse «constituent le summum en matière de nourriture» car depuis l’époque où, gamin il courrait dans les bois, il adore «manger les poissons et les oiseaux que j’ai réussi à capturer.» et aime aussi «ramasser des baies et des morilles.» Alors quand il écrit que «la bécasse et la grouse, au même titre que la truite et la perche, appartiennent tout naturellement à la vie qu’il mène» je ne le vois qu’en compagnon de son setter Rose avec qui il entretient «une magnifique relation basée sur un langage secret.» Ça me rappelle Justine ma chienne épagneul breton qui avait chassé dans sa prime jeunesse et qui retrouvait tous ses instincts dès que nous nous promenions en plaine. Harrison retrouve en chassant et en pêchant sa condition de « bipède pléistocène » car tout simplement il accommode ce qu’il a tué ou pêché. Alors quand il parle d’une tourte à la grouse, j’en sens presque le fumet qui s’échappera lorsqu’il en fera sauter le chapeau.


Comme vous l’avez déjà compris je suis amateur de gibier à plumes je dois donc assumer qu’un prédateur humain le soustrait à son habitat naturel pour que je puisse le manger. Alors qui mieux que Gérard Oberlé peut  exprimer mon goût pour les oiseaux sauvages comme il le fait dans une lettre du 4 novembre 1999 à Jim Harrison :


« Il y a très longtemps que je ne touche plus à un fusil, mais je n’ai jamais renoncé à la saveur des oiseaux sauvages. Le gibier à poil n’est pas mon ragoût et s’il existe, comme dans les contes romantiques allemands, un tribunal des bêtes, ce n’est pas moi qu’on accusera d’avoir orpheliné Bambi. Je laisse à d’autres les puissantes venaisons, les lièvres à la royale, les hures de sanglier à la Saint-Hubert, les selles de chevreuil et les sauces Grand-Veneur. Mais dans mon livre de l’amitié, je dédie le premier chapitre aux potes chasseurs et cuisiniers qui m’ont régalé de perdreau, de gélinottes, de colverts, de bécasses et de cailles, d’ortolans, de faisans et de ramiers, de bartavelles et de becfigues. »


Je suis tout comme Oberlé qui lui est qualifié par Jim Harrison de «Michael Jordan de la cuisine française» dans le beau livre SAVEURS SAUVAGES 28 chefs cuisinent le gibier.


saveurs-sauvages-28-chefs-cuisinent-le-gibier.jpg

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

Luc Charlier 30/09/2014 09:55


Taulier, un 10 sur 10 pour ce papier qui met le gibier à l’honneur. Ceux qui ont un brin de curiosité peuvent aller voir les quelques derniers billets sur le site
http://coumemajou.jimdo.com/blog-1/ qui héberge un blog passionnant. Je déplore que beaucoup de chefs – argant d’un approvisionnement difficile (bagage etc...) – ne le mettent plus à la carte. Un
excellent cuisinier installé dans le Vaucluse, pays de chasseurs, nous expliquait récemment – il prépare encore le lièvre à la royale suivant « l’ancienne » recette – que ses lièvres
viennent tous d’Ecosse. Il en achète tant qu’il veut dans des poids de l’ordre de 3,100 à 3,500 kg.


 


Quant à la grouse – une espèce voisine du coq de bruyère et du tétras en fait – les touristes londoniens DOIVENT aller la manger chez Rules’ dans le quartier de Covent Garden (à Maiden
Lane, pour être précis). C’est cher, mais le cadre est incroyable (style Grand Véfour du temps de Papa Oliver), le service typique et l’assiette fort bonne (important aussi !). Moi, c’est le
patron du département de microbiologie clinique du University College Hospital, Ruben Grüneberg, qui m’y avait invité, in illo tempore. J’en profite pour rendre hommage à ce grand
connaisseur en vins, gastronome, scientifique et humaniste, dont la famille avait fui l’Allemagne devant la montée de la bête immonde.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents