Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 novembre 2021 4 18 /11 /novembre /2021 07:00

Liberté d'expression en France — Wikiberal

Comme je suis enrhumé depuis 8 jours, un rhume carabiné, alors je me suis confiné et j’occupe mon temps à tartiner des chroniques tout en sniffant des huiles essentielles, eucalyptus et cyclamen, lichant des grogs, inondant des kleenex.

 

Il est « heureux », Robert Ménard. Le maire d’extrême droite de Béziers (Hérault), s’est félicité de la visite d’Emmanuel Macron ce mardi. Selon l’édile, le président se montre « courageux » et « pas sectaire » de venir dans sa ville.

 

« Merci d’être ici, je suis ravi », a-t-il déclaré en accueillant le président à l’entrée de l’entreprise Genvia pour une visite visant à mettre un coup de projecteur sur le rôle de l’hydrogène dans les années à venir. « Moi aussi », a répondu Emmanuel Macron, qui a également salué l’épouse du maire, Emmanuelle Ménard, députée non-inscrite et proche du RN. « C’est une belle surprise que vous nous faites en venant à Béziers », lui a-t-elle dit.

 

Beziers.jpg

 

Les Ménard ne sont pas ma tasse de thé mais ils sont élus à Béziers ville sinistrée : Didier Daeninckx édité chez Verdier Retour à Béziers. ICI , je ne supportais guère Robert Ménard au temps de Reporters sans frontière, même tarif pour Zemmour, produit médiatique, pour autant la seule façon de les contrer, c’est l’ancien basketteur qui vous parle, c’est de le faire sur leur terrain : la politique. Les marquer à la culotte, ne pas les lâcher, les pousser à la faute. La meilleure défense c’est l’attaque.

(Photo Edouard Caupeil pour Libération)

Venue d’Eric Zemmour: «La censure de la Ville de Genève est médiocre»

LIBERTÉ D'EXPRESSION

 ABONNÉ

Pour Nicolas Gardères, avocat français de gauche et infatigable militant des libertés fondamentales, limiter l'expression est plus risqué qu'en tolérer les dérives, qu'il faut combattre sur le terrain politique et non judiciaire.

 

Voltaire n’a jamais dit à l’abbé Le Riche: «Je déteste ce que vous écrivez, mais je donnerai ma vie pour que vous puissiez continuer à écrire.» Mais la phrase apocryphe résume sa pensée. Et sans aucun doute celle de Nicolas Gardères, dont la robe d’avocat est taillée dans le cuir le plus épais qui soit. Ni cynique, ni provocateur, cet homme de gauche, libéral-libertaire et membre d’Europe écologie Les Verts (EE-LV), est au contraire un idéaliste, l’un des rares spécimens contemporains à défendre ses adversaires idéologiques au nom de principes.

 

«Je défends leurs libertés fondamentales et je combats leurs idées politiques», proclame celui qui est aussi maître de conférences à Sciences Po Paris. Liberté d’expression, d’association ou dévoiement de la laïcité à des fins islamophobes l’ont conduit à plaider au tribunal en faveur de ces «fils de p...» de «fachos» ou de ces «cons d’islamistes». Il raconte cette expérience dans un livre: «Voyage d’un avocat au pays des infréquentables» (L’Observatoire, 2019).

 

Disant, par boutade, être devenu avocat grâce à Jean-Marie Le Pen, personnage similaire à son grand-père Raymond, avec qui il a vécu et débattu durant sa jeunesse, Nicolas Gardères acquiert ainsi le goût du dialogue, ce «lieu psychique positif dominé par l’altérité, là où il n’y avait que la frustration, de la solitude et de l’entre-soi». Il déplore l’avènement d’une société qui redoute le «débat, la raison et la science» et qui pour «écraser l’infâme» recourt à l’arme pénale en «un aveu de faiblesse collectif, presque une soumission à la supériorité de l’ennemi».

 

  • Le Temps: L’exécutif de la Ville de Genève vient d’annoncer qu’Eric Zemmour n’est pas le bienvenu à Genève et refuse de louer aux organisateurs la salle dans laquelle il devait s’exprimer. Que vous inspire cette prise de position?

 

Nicolas Gardères: Éric Zemmour est un adversaire et même un ennemi qu’il faut combattre. Cela ne me choque pas qu’une autorité politique fasse valoir son opposition politique. Lui signifier qu’il n’est pas le bienvenu est certes rugueux, mais ça ne lui interdit pas de s’exprimer. En revanche, user de subterfuges administratifs pour justifier une décision qui relève en réalité de la censure est médiocre. C’est aussi insultant envers la population.

  • Pourquoi?

C’est une insulte à son intelligence. Comme si on voulait la protéger contre ces paroles dangereuses, comme si on ne faisait pas confiance à sa maturité, à sa capacité de raisonnement.

  • Pourquoi faudrait-il tolérer ses hymnes à l’intolérance?

Le célèbre linguiste Noam Chomsky dit que croire à la liberté d’expression, c’est croire à celle des individus que l'on méprise. Si elle ne consiste qu’à laisser s’exprimer les voix bourgeoises, centristes, lénifiantes, elle n’existe pas. Un espace sans conflit est une dictature. Dans une démocratie fondée sur la raison et l’argument, prendre les libertés fondamentales au sérieux, c’est accepter qu’elles soient difficiles, choquantes, risquées. Il faut accepter qu’en son sein s’expriment des personnes qui souhaitent en saper les fondements, tout en redoublant d’efforts pour combattre l’extrême-droite dans le champ politique. Si on restreint les libertés dès que le navire tangue, tout cela n’est que tartufferie.

  • En quoi est-il dangereux de restreindre la liberté d’expression?

C’est une dégradation collective dont le propre est de s’étendre peu à peu pour atteindre tous les champs de l’espace public et du débat. Depuis peu, on constate à l’évidence que le sujet ne se limite plus aux néo-nazis. Il suffit de songer aux conférences annulées des philosophes Elisabeth Badinter et Sylviane Agacinski, l’épouse de Lionel Jospin qui est défavorable à la procréation médicalement assistée pour toutes les femmes. Il est incontestable que la liberté d’expression est grignotée.

  • Pourquoi les attaques contre la liberté d’expression émanent-elles plutôt de la gauche? Elle serait devenue la porte-parole de la «démocratie lacrymale», le relais de toutes les offenses qui se nivellent «dans le flot et les larmes de tout un chacun»?

Ce phénomène est plutôt récent. Historiquement, c’est la droite qui censurait les critiques de l’Etat, de l’Eglise ou de l’armée, tout ce qui était susceptible de bouleverser l’ordre bourgeois, notamment dans l’art. C’était logique, car la droite s’appuie par définition sur des idées peu ambitieuses; elle ne croit pas en la possibilité d’améliorer le genre humain. A gauche, c’est l’inverse, il y a un idéal à défendre. Durant le XXe siècle, cette pression s’est incarnée au travers de grands chantiers législatifs visant l’égalité formelle. Or, la plupart de ces objectifs ont été atteints. Il ne reste plus que l’égalité réelle, un combat beaucoup plus difficile à mener. Cela se traduit par une multitude de lois sans envergure qui consistent à protéger tel ou tel groupe de personnes se sentant victime.

  • Vous fustigez aussi le traitement médiatique «contre-productif» du Rassemblement national, qui s’exprime sans rencontrer d’obstacles, si ce n’est des «cris d’orfraie, tantôt geignards, tantôt agressifs» devenus inaudibles.

Sous Jean-Marie Le Pen, le «cordon sanitaire» face à l’extrême-droite prévalait. Comme lorsque Jacques Chirac a refusé de débattre face à lui en 2002. Cette tactique est devenue problématique avec la «dédiabolisation» entamée par Marine Le Pen et Florian Philippot. Les médias ont accompagné cette mue discursive, ce qui s’est traduit par une surreprésentation de l’extrême-droite, qui déroule sans adversaire. En 2017, le grand mérite d’Emmanuel Macron est d’avoir su affronter Marine Le Pen sans la traiter de nazie. Il a été meilleur qu’elle parce qu’il l’a prise au sérieux. Il l’a mise K.O. sur le terrain politique, montrant à toute la France à quel point elle est peu crédible pour briguer les plus hautes fonctions. 

  • Pourquoi jugez-vous que la réponse pénale, «l’arme des vaincus, des défaitistes», est mauvaise face aux dérives sémantiques et au projet de l’extrême-droite?

Au-delà des appels au meurtre et des propos attentatoires à l’honneur d’une personne précise, je ne crois pas aux délits d’opinion, surtout ceux visant un groupe social. D’abord, parce qu’il s’agit de lois «démissionnaires»: on délègue au juge pénal le règlement immédiat d’un problème qui relève du travail politique à long terme. C’est donc une question de principe. Mais aussi d’efficacité. On restreint la liberté d’expression pour aucun résultat. Au contraire, la sanction pénale renforce le discours et alimente le martyr: «Regardez, on me juge parce que j’énonce une vérité qui dérange.» Eric Zemmour a été condamné. Sans doute continuera-t-il de commettre des infractions. Est-il pour autant frappé d’opprobre sociale? Non, il a purgé sa peine et a le droit de s’exprimer comme tout un chacun, sauf à considérer que les personnes condamnées perdent ce droit.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

P
A part quelques bobos aussi grincheux que chagrins , émigrés volontaires dans nos belles campagnes, qui tient encore compte des coquelinades de celui qui se prend pour le roi de la basse-cour ?

" En général, nos jugements nous jugent nous-mêmes bien plus qu'ils ne jugent les choses "

Charles- Augustin Sainte-Beuve
Répondre

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents