Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 mars 2022 3 09 /03 /mars /2022 06:00

Les Promesses de Thomas Kruithof - la critique

Ça fait un bail que je n’ai pas posé mes fesses sur le velours d’un fauteuil  d’une salle de ciné, suis devenu casanier, confinement oblige, je feuillette même pas Télérama, alors j’suis guère au parfum des sorties de film.

 

C’est le titre d’un article du Monde : Reda Kateb : « Le vin est comme un océan et moi, je reste dans un petit coin en baignade surveillée » qui m’a mis la puce à l’oreille.

 

 

VINS & AUTRES PLAISIRS LIQUIDES

 

Le vin, la politique : Reda Kateb incarne un directeur du cabinet de la maire d’une ville de Seine-Saint-Denis, interprétée par Isabelle Huppert, l’Algérie de son père, un cocktail qui colle bien avec la ligne éditoriale de ce blog.

Stickers Silence on Tourne - Art & Stick

 

 

Les Promesses | Festival 2 Cinéma de Valenciennes 2021

 

L’acteur est à l’affiche des « Promesses », avec Isabelle Huppert, un long-métrage qui explore les ressorts de la politique, en pleine campagne présidentielle. Sans se targuer d’être un spécialiste, il évoque volontiers son rapport au vin, fait de souvenirs et de coups de cœur.

 

Propos recueillis par Rémi Barroux ICI

 

Dans Les Promesses, film de Thomas Kruithof, sorti le 26 janvier, l’acteur Reda Kateb incarne un directeur du cabinet de la maire d’une ville de Seine-Saint-Denis, interprétée par Isabelle Huppert. Révélé dans Un prophète (2009), de Jacques Audiard, il a joué dans des dizaines de films, dont Hippocrate, Django, Le Chant du loup, et des séries télévisées aussi passionnantes que Possession ou En thérapie. Il va bientôt tourner en Algérie Omar la Fraise avec le réalisateur Elias Belkeddar. Accompagné (toujours) de son chien, Paulo, un croisé yorkshire et fox-terrier, Reda Kateb, Montreuillois de 45 ans né à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne), évoque la politique et le vin, qu’il aime goûter « sans en être spécialiste », prévient-il.

 

  • Dans « Les Promesses », vous refusez de boire du vinho verde lors d’un déjeuner de travail avec la maire mais vous acceptez moult verres d’une eau-de-vie lors d’une fête de la communauté serbe. Goût personnel ou effet du scénario ?

Le scénario bien sûr mais il est vrai que, pour un vrai déjeuner de travail, je suis plutôt eau pétillante. Pour la soirée serbe, comme c’était la dernière scène à tourner, on en a fait une sorte de fête de fin de tournage. La belle bande de Serbes nous a accueillis dans le café et on a bien goûté cette eau-de-vie.

 

  • Aimez-vous le vin ?

 

Sans être fin connaisseur, j’aime bien. Un petit verre de rouge le soir. Ma première approche du vin, c’était à 17 ans, quand j’étais étudiant en lettres à la Sorbonne. J’étais porteur de hotte lors de vendanges à Château Margaux, dans le Médoc. Cette rencontre avec le travail de la terre reste un bon souvenir même si j’en suis sorti avec le dos brisé. Il y avait des paysans du coin, des routards, des étudiants, une mixité qui me plaît et que je retrouve à Montreuil. J’adorais la pause, vers 10 heures, avec le pâté des Landes, le verre de rouge – de château margaux quand même…

 

« Je me souviens des apéros que je partageais avec mon père. C’était une façon de nous approprier la culture populaire en France. »

 

A mon adolescence, ma mère est partie vivre à côté de Bordeaux. Elle achetait du vin en cubi, à Saint-Emilion, pour le mettre en bouteilles. C’était leur vin de table. Le goût familial était beaucoup entre-deux-mers, médoc, graves, mais ces vins m’ont un peu écœuré, avec un boisé assez fort. J’ai eu envie d’aller chercher autre chose, du côté de la Bourgogne. J’aime beaucoup le pinot noir, les hautes-côtes-de-nuits. C’est un nom qui me fait rêver, comme une belle chanson.

 

  • Cette nouvelle approche du vin, vers quel âge était-ce ?
  •  

Quand j’ai commencé à m’embourgeoiser, dans la trentaine, après le film Un prophète. Avec les repas de travail, les voyages, j’ai eu accès à de bonnes tables. Cela dit, quand je fais des soirées palabres jusqu’à pas d’heure, dans un café de Montreuil avec mes copains, on est plutôt bière. J’ai gardé cette habitude festive de ma période étudiante et même après.

 

  •  Avez-vous des vins préférés ?
  •  

Pour moi, un bon vin est indissociable d’un lieu, d’une histoire et d’un plat à partager. Les vins que j’apprécie sont ceux que je veux goûter avec des amis et qui vont s’accorder au mieux avec notre repas. J’ai un coup de cœur pour les vins blancs secs, les bourgognes – notamment [du domaine] Les Enracinés, un petit mâcon –, les chablis, des languedocs… Des vins italiens aussi, comme le terre-brune sarde ou ceux des Cinque Terre, où j’aime à me promener, du côté de Levante [sur la côte ligure]. Ces vins sont magnifiques sur des pâtes alle vongole ou à la poutargue et aux pistaches, que j’aime cuisiner.

 

  • Etes-vous conseillé pour acheter des bouteilles ?

 

Je possède une armoire à vins que je renouvelle souvent. J’achète et on m’offre. A la fin du tournage des Promesses, on m’a offert quelques bouteilles de meursault et des médocs. J’ai un ami qui m’a fait découvrir des vins nature. On passait des soirées dans un restaurant à Montmartre qui porte bien son nom, Le Grand 8, car on finissait souvent la tête à l’envers, après avoir dégusté par exemple des juras, légers et complexes à la fois. Un autre ami qui vit au Japon m’a aussi initié au vin. Il avait le talent pour parler d’une bouteille, vous mettre sur la piste de votre goût, sans vous saturer d’informations.

 

  • Le vin doit-il raconter une histoire, comme un film ?

 

Oui et la comparaison va plus loin. Il y a des films légers, comme celui du dimanche soir, où on ne veut pas s’engager émotionnellement. Dans le vin, c’est pareil. J’aime bien, de temps en temps, un petit beaujolais qui sait se faire discret avec un plat de bistrot.

 

  • Le champagne n’est-il pas incontournable dans le milieu culturel ?

 

De moins en moins. J’ai connu, il y a douze ans, des rivières de champagne. Aujourd’hui, il arrive souvent qu’on serve de la sangria ou des kirs lors des fêtes de fin de tournage. Pour des raisons de budget et parfois d’image. Mais j’aime beaucoup le Mumm, le Piper-Heidsieck aussi. J’apprécie des champagnes plus modestes mais je ne sais pas encore les trouver. J’aimerais faire un stage d’œnologie pour découvrir ce monde. J’ai l’impression que le vin est comme un océan alors que moi je reste dans un petit coin en baignade surveillée.

 

  • Le vin est souvent stigmatisé pour des raisons culturelles, religieuses ou de santé. Qu’en pensez-vous ?

 

Je me souviens des apéros que je partageais avec mon père [Malek-Eddine Kateb, acteur franco-algérien de théâtre et de cinéma, et neveu de l’écrivain algérien Kateb Yacine]. C’était une façon de nous approprier la culture populaire en France, ses codes, voire de les transformer. Les enfants d’immigrés, à qui il arrive de ressentir une forme d’exclusion sociale devant des pratiques culturelles, peuvent découvrir et apprécier ce qui ne leur est pas promis.

 

Dans une scène des Promesses, lors d’un repas un peu tendu, je raconte une longue anecdote sur Barack Obama à la maire, jouée par Isabelle Huppert. J’ai proposé au réalisateur que je finisse mon récit en croquant un morceau de saint-nectaire, avec du pain et une gorgée de vin rouge. Ce geste veut dire beaucoup pour un enfant d’immigré qui se retrouve à une table bourgeoise. Il signifie : « Je peux comme vous apprécier tout ce qui est bon. » C’est une forme d’appropriation. Comme quand des jeunes de quartier s’habillent en Lacoste. Il n’y a pas de limites et de frontières aux identités. On peut accéder à des choses qui ne nous sont pas destinées et exceller.

 

  • Boire du vin dans les sociétés de culture musulmane pose-t-il problème ?

 

Il y a un rapport parfois schizophrénique, un monde entre ce que l’on montre et ce que l’on est. J’ai bien sûr connu les mariages où on trouvait sur les tables de l’eau, du Coca, pendant que, dehors, les hommes buvaient du vin et de l’alcool sortis des coffres des voitures. Je propose plutôt de relire le grand poète et philosophe persan des XIe et XIIe siècles, également mathématicien, Omar Khayyam. Il a écrit les Rubayat, des quatrains à la gloire du vin, et notamment : « Bois du vin ! Tu ne sais pas d’où tu es venu ! Vis la vie ! Sais-tu, vers où t’en iras-tu ? » Omar Khayyam voit dans ce breuvage quelque chose de mystique, la louange du plaisir ici-bas. Une transcendance [ce poète est également l’auteur de L’Amour, le désir et le vin]. L’alcool produit souvent des excès mais le plaisir, c’est le dosage de son ivresse.

 

  • « Les Promesses », un film sur l’ambition et les décisions d’une maire, ne colle-t-il pas au climat actuel de rejet de la politique ?

 

Non. Les réactions lors de projections et débats dans de très nombreuses villes, par exemple à Clichy-sous-Bois [Seine-Saint-Denis], où a eu lieu le tournage, disent le contraire. Les gens voient dans le film autre chose que le « tous pourris », l’ambition démesurée, la corruption… Ils restaient après les projections pour parler. Ils nous disaient merci de montrer « autre chose que ce début de campagne présidentielle », la notion de dévouement par exemple. Ce film montre, il est vrai, les ressorts intimes des petits travers, des renoncements, de la médiocrité parfois. Mais au milieu de ces tambouilles, il y a un projet très concret de réhabilitation d’une cité – et on voit le véritable impact que peut avoir le politique sur la vie des gens. Cela donne, à l’arrivée, une vision de la banlieue qui, pour une fois, ne passe pas par le prisme de la délinquance, de la police, de l’islamisme dans les quartiers.

 

Je suis en phase avec ce film, une certaine finesse dans la façon de montrer la réalité, une confiance aussi dans le spectateur, de suggérer enfin que des responsables politiques gagneraient à ne pas prendre les gens pour des cons. Au-delà, j’ai aimé jouer un directeur du cabinet qui n’est pas un élu mais se révèle important sur l’échiquier politique – une première pour moi. Et puis j’ai été séduit par le scénario. Je suis très attentif au rythme, aux dialogues. C’est un film de langage, l’action et la mécanique narrative se déroulent par la langue.

 

  • Le film est sorti au début de la campagne présidentielle. Est-ce un hasard ?

 

C’était un choix délibéré. J’étais content de pouvoir évoquer autre chose que ce que l’on entend en ce moment, avec un déficit terrible de propositions, l’instrumentalisation de la peur et de la colère pour cibler des boucs émissaires, alors qu’il faut au contraire instiller une note d’espoir, qui est l’essence même de la politique.

 

  • Au générique apparaît un nouveau « métier » du cinéma : « référent Covid ». Comment avez-vous vécu les confinements ?

 

Le premier avec beaucoup d’incertitudes même si la période a été pour moi assez salutaire. J’avais besoin de me poser un peu après avoir beaucoup tourné, beaucoup voyagé. C’était bien de marquer une pause, d’être plus en famille [Reda Kateb est père d’un garçon de 7 ans, Enzo], de voir mes voisins…

 

On a tourné Les Promesses pendant le deuxième confinement, à l’automne 2020. C’était étrange. On traversait la ville, il n’y avait quasiment personne dans les rues ; que des gens masqués. Ça manquait terriblement de vie alors qu’un tournage, pour ses scènes urbaines, a besoin de figurants mais aussi d’une animation normale, avec des personnes qui bougent et circulent. La production a dû recréer des moments de « la vie d’avant ». C’était comme si la réalité et la fiction étaient inversées…

 

Rémi Barroux

Partager cet article
Repost0
8 mars 2022 2 08 /03 /mars /2022 06:00

Josh Arkey avec des clients dont Sally Quinn (à droite) au Karen's Diner à Sydney.CRÉDIT:RENÉE NOWYTARGER

 

En Australie chez Karen’s Diner c’est du marketinge, de la frime, un coup pour faire du buzz, alors qu’à  Paris c’est un état d’esprit :

 

  • Champions toute catégorie de l’exécrabilité les garçons de café des terrasses parisiennes (bien évidemment, il y a des exceptions qui confirment la règle)

 

  • Sur un registre moins radical, les sommeliers ou ières, les serveurs ou euses des maisons étoilées ou des bistronomiques bobos qui, sur instruction du chef, vous récitent, interrompant souvent la conversation, la composition des œuvres du maître-queue, ou pour les fourgueurs ou euses de jaja, étalent leur science des vins avec des airs compassés, nous sommes tous des ignorants bien sûr, afin de nous fourguer une boutanche avec au cul plein de zéros.

 

Certains penseront que je pousse le bouchon un peu loin, je le fais à dessein pour souligner le formatage du langage : « bonne dégustation » par exemple, le convenu fade des conseils, l’absence de spontanéité, l’incapacité à laisser, ceux qui servent, s’adapter aux désirs du client, corseter la politesse…

 

Pour modérer mes propos je concède qu’une part de la clientèle des établissements cités est chiante, suffisant et méprisante…

 

Bref, pourquoi faire simple quand on peut faire compliquer !

 

Dans les établissements de la chaîne australienne Karen’s Diner, le client n’est pas roi et le personnel est détestable. Un curieux concept, devenu viral sur les réseaux sociaux.

 

Revenons aux kangourous : ICI

 

 

« Nourriture délicieuse, serveurs exécrables. » Telle est la devise de la franchise de restaurant australienne Karen’s Diner. Dans ces établissements au style des diners américains des années 1950, les clients n’ont clairement pas leur mot à dire. The Age ICI a relaté l’expérience vécue par Sally Quinn, une cliente du Karen’s Diner de Sydney. « Le serveur leur a crié dessus quand ils sont arrivés et a jeté les menus sur la table », rapporte le quotidien australien :

 

Il les a également plantés au beau milieu des commandes, a fait tomber le sac de Sally Quinn, s’est moqué de la coiffure de sa fille et n’arrêtait pas de jurer et de faire des gestes obscènes quand les clients lui posaient des questions.”

 

Ce qui semble être une terrible mésaventure s’avère être un nouveau concept de restauration. En effet, les serveurs et serveuses d’un Karen’s Diner ont le droit d’être désagréables et impolis envers la clientèle. D’ailleurs, le panneau affiché sur la devanture du restaurant annonce la couleur : « Prenez place et fermez-la ».

 

Une cliente réprimandée parce que végane

 

C’est grâce aux réseaux sociaux, et notamment à TikTok, que ces restaurants ont vu leur popularité augmenter. Des vidéos tournées au sein du restaurant de Sydney sont devenues virales :

 

Dans celle ci-dessous, la cliente qui a filmé se fait réprimander par une serveuse car elle est végane. L’employée incite toute la clientèle à huer la végétalienne.

 

 

Un humour auquel il vaut mieux avoir été préparé, concède Sally Quinn, qui a été informée du concept avant de se rendre au restaurant :

 

Je n’apprécierais pas du tout de me retrouver ici par hasard, en touriste, sans savoir à quoi m’attendre, en pensant passer un bon moment et simplement manger un burger dans un ‘diner’ à la déco des années 1950.”

 

Selon The Age, le “Karen” de Karen’s Diner fait référence « à un terme d’argot qui désigne ce genre de client pénible qui se croit tout permis et demande à parler au patron pour des détails insignifiants ».

 

Comme le rappelle le site chilien The Clinic, on désigne sous le nom de “Karen” “une femme de la classe moyenne, qui se croit supérieure aux autres parce qu’elle est blanche.”

 

Au sein du Karen’s Diner, les personnes nommées Karen sont d’ailleurs invitées à venir – et à se plaindre – pour obtenir une boisson gratuite sur présentation d’une preuve d’identité.

 

 

Les 10 comportements qui énervent le plus les serveurs des restaurants ICI

 

Voici dix manies qui énervent les serveurs des restaurants ICI

Partager cet article
Repost0
7 mars 2022 1 07 /03 /mars /2022 06:00

Tout près du cap Gris-Nez quand j'ai fini d'pêcher on s'retrouv' chez Léonce on est onze on mesure les poissons en vidant des canons…

Je suis aux petits oignons pour mes fidèles commentateurs.

 

Oui, comme eux, je me souviens de Raoul De Godewarsvelde 

 

23 septembre 2015

Tout près du cap Gris-Nez quand j'ai fini d'pêcher on s'retrouv' chez Léonce on est onze on mesure les poissons en vidant des canons… ICI 

 

Jean-Claude Darnal et Raoul de Godewaersvelde en 1969. Photo archives La Voix du Nord

 

Pour parler de lui  rien ne vaut la plume de la Voix du Nord ICI 

 

Dans les années 1960, Jean-Claude Darnal, Douaisien de naissance, s’est installé à Paris où il écrit pour les plus grands de la variété française. L’été, il remonte dans le Nord et séjourne en famille à Wissant (Pas-de-Calais). À la même époque, Francis Albert Victor Delbarre alias Raoul de Godewarsvelde, installe, lui, ses quartiers d’été à deux pas, au Cap Gris-Nez.

 

Quand la mer monte, c’est l’histoire d’une promesse. Un engagement que Jean-Claude Darnal a pris envers son ami Raoul de Godewarsvelde. Mais c’est aussi, et avant tout, une histoire d’amitié, « le type de rencontre rare, différente, que l’on ne s’explique pas », raconte Uta Taeger, épouse du premier.

 

C’est donc la Côte d’Opale qui sera témoin, un jour d’été 1967, de la rencontre entre ces deux hommes. Eux qui partagent « l’amour de la mer et une même vision de la vie » deviennent vite potes. Et c’est tout naturellement, « avec sa grosse voix et son accent du Nord, que Raoul lance à Jean-Claude « J’veux que tu m’écrives une chanson !».

 

« C’était incroyable, ça a pris tout de suite ! »

 

Promesse est faite. Ce n’est qu’à la fin de l’été 1968 que Jean-Claude Darnal attrape sa guitare pour tenir parole. « Je m’en souviens encore. Ce matin-là, je me suis réveillée seule. En bas, Jean-Claude jouait. Je suis descendue et il m’a demandé mon avis. Ma toute première réaction a été de lui dire que faire rimer monte et honte, c’était vraiment nul ! », se remémore amusée Uta.

 

Sans modifier les paroles, le couple se présente le soir même dans la maison du gardien du phare, là où loge Raoul : « Il y avait un monde fou, comme toujours ! » Son mari a alors un trac énorme. « Quand il a commencé à jouer, c’était incroyable. Ça a pris tout de suite ! » « On était tous dithyrambiques, confirme Frédérique Delbarre, fille du chanteur. Il y avait dans les paroles tout ce que mon père avait fait découvrir à Jean-Claude dans les alentours. »

 

La pêche – « surtout le maquereau » – le bistro chez Léonce, les paysages de la côte, et la mer, surtout la mer. « Quand Jean-Claude eut terminé, il y a eu une ovation. Puis tout le monde s’est précipité en face, au bistro de Léonce, pour la lui faire écouter, finit de se rappeler l’épouse du parolier. Ce jour-là, on était à mille lieues de penser que cette chanson paillarde aurait un succès national ! »

 

Jean-Claude Darnal de Douai (France) - Annonce de décès sur enmemoire.be |  en mémoire

Biographie de Jean-Claude Darnal

 

Jean-Claude Darnal naît le 24 juin 1929 à Douai (Nord). Cet aventurier dans l'âme commence par faire la manche aux terrasses de Saint-Germain-des-Prés, guitare à la main. Il part en 1954 en auto-stop sur les routes, suivant les préceptes de Jack Kerouac et anticipant les futures transhumances hippies. Certaines de ses chansons rencontrent alors le succès, interprétées par Edith Piaf ou Eddie Constantine, et Jean-Claude Darnal interrompt son parcours bohème. De retour en France, il se produit en première partie de Georges Brassens et dans différents cabarets.

 

Le natif du Nord enchaîne alors les succès pour d'autres, comme Les Frères Jacques, Annie Cordy ou Les Compagnons de la Chanson. Certains de ses propres titres sont des succès mineurs, tels « Le tour du monde » ou « Toi qui disais ». Son titre « Le soudard » est interdit sur les ondes en raison de son caractère contestataire. C'est en 1968 que Jean-Claude Darnal compose son titre emblématique, « Quand la mer monte » véritable hymne au nord de la France,   interprétée par Raoul de Godewarsvelde. Ce titre donne son nom en 2004 à un film réalisé par Yolande Moreau et Gilles Porte.

 

Jean-Claude Darnal quitte ensuite le monde de la chanson et devient présentateur d'émissions pour enfants de 1966 à 1970. Il devient également auteur de romans, pièces de théâtre et de scénarios pour le cinéma et la télévision. Ce touche-a-tout discret et attachant écrit son autobiographie, On Va Tout Seul au Paradis. Il est le père de Thomas Darnal clavier de la Mano Negra et de Julie Darnal comédienne et chanteuse. Le 12 avril 2011, la mer reflue définitivement quand Jean-Claude Darnal clôt ses paupières pour toujours.

Partager cet article
Repost0
6 mars 2022 7 06 /03 /mars /2022 08:00

 

Le 18 janvier Timothy Snyder écrivait How to think about war in Ukraine / Comment penser la guerre en Ukraine :

 

 

« On me demande sans cesse si la Russie envahira à nouveau l'Ukraine. Je ne sais pas. La dernière fois que la Russie a attaqué l'Ukraine, en 2014, j'ai fait la bonne prédiction contre la sagesse dominante. Cette fois, nous sommes tous conscients que la Russie pourrait envahir l'Ukraine : après tout, c'est déjà arrivé une fois, il n'y a pas si longtemps, et la Russie a plus de cent mille soldats à la frontière en plus de ceux stationnés dans les régions de l'Ukraine qui il occupe déjà. Mais je ne suis pas sûr de ce qui va se passer ensuite. Je ne suis pas sûr que le Kremlin sache ce qui va se passer ensuite. En effet, je ne suis pas sûr qu'il y ait un accord parmi les élites russes sur ce qui devrait se passer ensuite.

 

Une invasion de l'Ukraine serait une horreur pour les Ukrainiens , qui n'ont rien fait pour la provoquer. L'Ukraine compte environ quatorze mille morts à la guerre et environ deux millions de réfugiés internes de la dernière invasion russe, et les souffrances seraient cette fois bien pires. Les forces déployées par la Russie sont capables d'un niveau de destruction terrifiant. Mais envahir l'Ukraine serait aussi une décision incroyablement stupide de la part de la Russie, et plus de quelques Russes en sont conscients. Cela ressemblerait probablement beaucoup à l'invasion soviétique de l'Afghanistan en 1979 : apparemment réussie au début, puis destructrice du système après quelques années.

 

Mais de quoi s'agit-il ?

 

La suite ICI 

 

 

Le 25 février : Quelques façons d'aider les Ukrainiens

 

 

Une guerre d'agression insensée est en cours. Vous pouvez faire quelque chose.

 

J'utilise cet espace pour partager des idées. Ce soir je vais faire une exception. Je vais en profiter pour faire une suggestion.

 

L'Ukraine a été envahie par la Russie. Toute la journée, les gens m'ont demandé quoi faire. Vous pouvez faire preuve de solidarité. Vous pouvez donner une petite partie de votre argent à une organisation. Cela n'arrêtera pas une guerre. Mais cela aidera les Ukrainiens à s'aider eux-mêmes. Et cela pourrait sauver des vies.

 

L'Ukraine n'est pas un pays riche. Le ménage moyen gagne moins de 7 000 $ par année. Un peu d'argent, envoyé dans la bonne direction, peut faire une différence significative. Et cela pourrait vous donner l'impression que vous avez fait la bonne chose, au moins dans une moindre mesure, au bon moment.

 

La suite ICI 

Historian Timothy Snyder: Ukrainian crisis is not about Ukraine, it's about  Europe - the Lithuania Tribune

mercredi 2 mars 2022

INTERNATIONAL

Ukraine : un peu d’histoire (en lieu et place des mythes) ICI

Par Timothy Snyder

HISTORIEN

 

De l’intérieur comme à l’extérieur, on a souvent tendance à présenter l’histoire de l’Ukraine comme exceptionnelle. Elle ne l’est pourtant que dans la mesure où elle épouse les principales évolutions avec une intensité inhabituelle. C’est la thèse qu’a défendue le grand historien Timothy Snyder lors de la Petryshyn Lecture qu’il a donné il y a quelques jours au département d’études ukrainiennes d’Harvard.

 

Il y a plus de mille ans, des esclavagistes vikings trouvèrent le passage qu’ils cherchaient vers le sud. Celui-ci suivait le fleuve Dniepr, passait par un comptoir commercial appelé Kiev, puis menait à des rapides que même ces Vikings ne pouvaient franchir. Les bateaux étaient alors transportés par les esclaves et des inscriptions furent laissées sur les rives du fleuve qui honoraient les morts. Ces Vikings se faisaient appeler les Rus.

 

L’ancien territoire de la Khazarie se désagrégeait alors. Les Khazars avaient stoppé l’avancée de l’Islam dans le Caucase au VIIIe siècle, à peu près à la même époque que la bataille de Poitiers. Une partie, voire la totalité de l’élite khazare s’était convertie au judaïsme. Les Vikings supplantèrent les Khazars en tant que percepteurs des impôts de Kiev, tandis que coutumes et vocabulaires fusionnèrent. Leurs chefs s’appelaient les « khagans ».

 

Les Vikings avaient compris que la conversion à une religion monothéiste facilitait le contrôle d’un territoire. Les Rus païens envisagèrent, semble-t-il, le judaïsme et l’islam avant de se convertir au christianisme. Leur chef qui, le premier, se serait converti, Valdemar (ou Volodymyr, que les Russes ont appelé Vladimir bien plus tard), avait d’abord régné sur Kiev en tant que païen. Selon des sources arabes, il avait auparavant gouverné une autre ville en tant que musulman.

 

C’est assez curieux, mais somme toute normal. Les Vikings ont contribué à la formation d’États dans toute l’Europe, au moment des conversions millénaires. La Rus de Kiev était conforme à la tradition en matière de politique matrimoniale, envoyant une princesse épouser le roi de France. Ses conflits de succession étaient typiques de la région, tout comme son incapacité à résister aux Mongols au début des années 1240.

 

Par la suite, la plupart des terres des Rus furent récupérées par le Grand-Duché de Lituanie. D’une certaine manière, c’était également normal : la Lituanie était le plus grand pays d’Europe. Kiev transmit ainsi un ensemble de traditions culturelles à Vilnius. Le christianisme avait introduit le Slavon d’église à Kiev. Créé à Byzance pour convertir les Slaves de Moravie, le Slavon d’église fut par la suite introduit en Bulgarie et dans la Rus de Kiev où il a fourni la base d’une langue officielle qui sera adoptée par la Lituanie.

 

La Lituanie fusionna avec la Pologne. Gouvernée depuis Vilnius puis Varsovie aux XIVe, XVe, XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, Kiev demeura un foyer de rayonnement européen. Elle fut confrontée à la question linguistique de la Renaissance : ancien ou moderne ? En Europe occidentale, les langues vernaculaires triomphèrent du latin. À Kiev, les choses étaient, comme d’habitude, plus compliquées : le latin en vint à rivaliser avec le slavon liturgique en tant que langue ancienne, et la langue vernaculaire polonaise éclipsa son équivalent ukrainien parmi les élites. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, le polonais trancha la question linguistique. Il fut par la suite remplacé par le russe, en tant que langue des élites, aux XIXe et XXe siècles. Au XXIe siècle, le russe cède sa place à l’ukrainien dans la politique et la littérature. La question de la langue a été tranchée de manière assez logique.

 

Kiev et les territoires environnants furent affectées par la Réforme : l’Ukraine fut en ce sens représentative, mais de manière originale. Ailleurs, la Réforme opposait le protestantisme à un catholicisme romain renaissant. En Ukraine, la religion dominante était le christianisme oriental, ou l’orthodoxie. Mais les riches magnats ukrainiens invitèrent des protestants à construire des églises, et les nobles polonais qui affluaient étaient des catholiques romains. En 1596, il y eut une tentative de fusion de l’orthodoxie et du catholicisme, ce qui donna naissance à une nouvelle Église, appelée Uniate, ou Église gréco-catholique.

Les guerres de religion qui suivirent furent typiques, même si elles furent aggravées par une accumulation de facteurs. La paysannerie ukrainophone fut opprimée afin de générer un surplus agricole pour les propriétaires terriens polonophones. L’élite du pays parlait une autre langue et pratiquait une autre religion que la majeure partie de la population. Les Cosaques, des hommes libres qui avaient servi comme efficaces cavaliers dans l’extraordinaire armée polono-lituanienne de l’époque, se rebellèrent en 1648. Ils adoptèrent l’ensemble des causes ukrainiennes.

 

Une nouvelle entité, la Moscovie, affirma son indépendance à mesure que l’empire mongol occidental se fragmentait.

 

Certains territoires du nord-est de l’ancienne Rus suivirent une autre voie après l’invasion mongole. À partir d’une ville qui était nouvelle, Moscou (qui n’existait pas sous les Rus), des princes acquirent de l’autorité en percevant des impôts pour les Mongols. Une nouvelle entité, la Moscovie, affirma son indépendance à mesure que l’empire mongol occidental se fragmentait. Elle se déploya d’abord vers le sud, puis vers l’est, à travers une extraordinaire campagne de conquête. En 1648, un explorateur russe atteignit le Pacifique, alors que débutait la rébellion cosaque, à quelque sept mille kilomètres de là. La situation de blocage entre la Pologne-Lituanie et les Cosaques permit à la Moscovie de tourner sa puissance vers l’ouest et de conquérir des territoires.

 

Lorsque la Pologne-Lituanie et la Moscovie firent la paix, à la fin du XVIIe siècle, Kiev se trouvait du côté moscovite. Son académie était le seul établissement d’enseignement supérieur de Russie, et ses diplômés y étaient appréciés. Les ecclésiastiques kiéviens expliquèrent à leurs nouveaux souverains que l’Ukraine et la Russie partageaient une histoire commune, ce qui semblait leur donner le droit de la raconter. La Moscovie fut rebaptisée « Empire russe » en 1721 en référence à l’ancienne Rus, qui avait disparu depuis un demi-millénaire à cette époque. De 1772 à 1795, la Pologne-Lituanie fut découpée jusqu’à ne plus exister, et l’impératrice russe (elle-même allemande) proclama qu’elle avait restauré ce qui avait été perdu : là encore, le mythe d’une Rus restaurée. À la fin du XIXe siècle, les historiens russes proposèrent un récit similaire, qui minimisait le côté asiatique de l’histoire russe et les sept cents ans d’existence de Kiev hors de la Russie. C’est plus ou moins le récit raconté par Poutine aujourd’hui.

 

Dans l’histoire réelle, l’Ukraine n’a jamais cessé d’être une question. Un regain national commença dans l’Empire russe peu de temps après la dissolution des vestiges des institutions cosaques. Au XIXe siècle, son centre était Kiev. L’interdiction de l’utilisation de la langue ukrainienne dans l’Empire russe a poussé ce mouvement national vers la monarchie des Habsbourg, où il a bénéficié d’une presse et d’élections libres. La vie ukrainienne s’est poursuivie en Pologne après la dissolution de la monarchie des Habsbourg en 1918.

 

Après la Première Guerre mondiale, les Ukrainiens tentèrent de créer un État sur les ruines des deux empires. La tentative était typique de l’époque et du lieu, mais les difficultés étaient considérables. Les Ukrainiens se retrouvèrent sous le feu croisé peu enviable des Russes blancs, de l’Armée rouge et de l’armée polonaise. Une grande partie de la « guerre civile russe » se déroula en Ukraine ; à son difficile terme, les bolcheviks eurent besoin d’une réponse à la question ukrainienne. C’est pourquoi, en 1922, l’URSS prit la forme qui fut la sienne, une fédération théorique de républiques nationales. Lorsque Boris Eltsine retira la Russie de l’URSS en 1991, il signa un accord avec les dirigeants soviétiques ukrainiens et biélorusses, lesquels représentaient les entités fondatrices officielles de l’URSS.

 

Les histoires de l’Ukraine et de la Russie sont bien sûr liées, via l’Union soviétique et l’Empire russe, la religion orthodoxe et bien d’autres choses encore. (…) Mais la Russie est, dans son expansion initiale et sa géographie contemporaine, un pays profondément lié à l’Asie ; ce n’est pas le cas de l’Ukraine.

 

L’Ukraine était l’endroit le plus dangereux au monde à l’époque où Hitler et Staline étaient au pouvoir, entre 1933 et 1945. Elle était considérée comme le grenier à blé de Moscou comme de Berlin. La collectivisation de l’agriculture entraîna une famine politique qui provoqua la mort d’environ quatre millions de personnes en Ukraine soviétique en 1932-1933. Un désir similaire de réorienter les réserves alimentaires ukrainiennes anima les plans de guerre d’Hitler. La première grande exécution massive de Juifs par les Allemands, à Kamianats’ Podils’kyi, eut lieu en Ukraine. Le plus important épisode de la Shoah par balles, à Babyn Iar, fut le massacre des Juifs de Kiev.

 

Staline et Hitler débutèrent la Seconde Guerre mondiale en tant qu’alliés de facto contre la Pologne. En 1939, ils s’accordèrent pour que la Pologne soit divisée et que sa moitié orientale soit contrôlée par l’URSS. Pour finir, ces mêmes territoires anciennement polonais (ukrainiens de l’ouest) furent rattachés à l’Ukraine soviétique en 1945, tout comme certaines terres de la Tchécoslovaquie. La Crimée fut intégrée à l’Ukraine neuf ans plus tard. De cette manière, l’Union soviétique définit les frontières de l’Ukraine, tout comme elle définit celles de la Russie et de toutes les républiques qui la composent.

 

Les histoires de l’Ukraine et de la Russie sont bien sûr liées, via l’Union soviétique et l’Empire russe, la religion orthodoxe et bien d’autres choses encore. Les nations ukrainienne et russe modernes sont toutes deux toujours en cours de formation, et il faut s’attendre à ce qu’il y ait des enchevêtrements, aujourd’hui et à l’avenir. Mais la Russie est, dans son expansion initiale et sa géographie contemporaine, un pays profondément lié à l’Asie ; ce n’est pas le cas de l’Ukraine. L’histoire de Kiev et des territoires environnants embrasse certaines tendances européennes moins prononcées en Russie. La Pologne, la Lituanie et les Juifs sont des référents indispensables pour tout récit du passé ukrainien. L’Ukraine ne peut être comprise sans prendre en compte les facteurs européens suivants : les mouvements d’expansion de la Lituanie et de la Pologne, la Renaissance, la Réforme, le renouveau national, les tentatives d’établissement d’un État national. Les points de repères des deux guerres mondiales sont profondément ancrés dans les deux pays, mais surtout en Ukraine.

 

L’histoire de Kiev est, pour ainsi dire, extraordinairement normale. Elle s’inscrit parfaitement dans la périodisation européenne classique. La complexité et l’intensité accrues de ces expériences caractéristiques peuvent toutefois nous aider à mieux appréhender l’ensemble de l’histoire européenne. Certaines de ces références sont différentes, voire absentes, en Russie. Cela peut rendre difficile pour les Russes (même de bonne foi) l’interprétation de l’histoire ukrainienne, ou de l’histoire « partagée » : le « même » événement, par exemple la révolution bolchévique ou le stalinisme, peut sembler différent selon le point de vue.

 

Le mythe de la fraternité éternelle, proposé aujourd’hui de mauvaise foi par le président russe, doit être compris comme relevant de la politique et non de l’histoire. Mais un peu d’histoire peut nous aider à déceler la mauvaise foi, et à comprendre la politique.

 

traduit de l’anglais par Hélène Borraz

NDLR : Ce texte est la retranscription traduite de l’anglais de la Petryshyn Lecture donnée le 18 février à au département d’études ukrainiennes de l’université Harvard. Il n’a pas été relu par le prof. Snyder, et la version orginale en anglais est accessible ici.

Timothy Snyder

HISTORIEN, PROFESSEUR À L'UNIVERSITÉ DE YALE

 

La reconstruction des nations - Pologne, Ukraine,... de Timothy Snyder -  Grand Format - Livre - Decitre

Partager cet article
Repost0
5 mars 2022 6 05 /03 /mars /2022 08:00

Le vent de l’Histoire souffle à nouveau, adieu Francis Fukuyama et « la fin de l’histoire », les Verts ont un coup dans l’aile, foin  des valeurs, place au réalisme, va-t-on assister à un nouveau grand virage où le « chacunisme » va triompher, le réalisme économique s’invite à la table des Grands de ce monde.

 

Deux pièces versées au  dossier :

 

L’une agricole : L'impact de la crise russe pour InVivo - 25/02 ICI 

 

Biographie des dirigeants | InVivo

Ce vendredi 25 février, Thierry Blandinières, directeur général d'InVivo, s'est penché sur l'impact de la crise russe pour sa société, dans l'émission Le Grand Journal de l'Éco du vendredi présentée par Thomas Sasportas

La fin de l'Histoire et le dernier homme : Fukuyama, Francis, Canal,  Denis-Armand: Amazon.fr: Livres

L’autre plus politique : LES VALEURS PROTÈGENT-ELLES DES MISSILES ? ICI

La grande illusion : l’Europe va-t-elle enfin se résoudre à sortir de « sa fin de l’histoire » ? ICI 

 

A trop privilégier les discours -qui plus est hypocrites- sur la défense de ses valeurs plutôt que celle de ses intérêts, l’Europe s’est enfermée dans une bulle d’irréalisme quant aux rapports de force géopolitiques du 21eme siècle.

 

 

Atlantico : Il y a plus de trente ans, l’URSS tombait en Europe entraînant une vague de changement de régime politique dans les pays de l’Est. Francis Fukuyama a alors théorisé « la fin de l’histoire » trop souvent simplifiée et résumée à l'idée que la démocratie libérale et l'économie de marché n'auront désormais plus d'entraves et que la guerre devient de plus en plus improbable. À trop considérer cette fin comme acquise et comme synonyme d’hégémonie occidentale, l’Union européenne s’est-elle enfermée dans une bulle d’irréalisme ?

 

Rodrigo Ballester : En simplifiant cette théorie qui est plus complexe qu’elle n’y paraît, plutôt oui, l’Occident (pas seulement l’Union Européenne) s’est endormi sur les lauriers de la prospérité et du confort et a oublié que l’Histoire avec un grand « H » existait encore et, de surcroît, qu’elle est surtout tragique ou du moins géopolitique. Ceci s’est traduit en Europe par une négligence de la puissance militaire et une naïveté diplomatique ahurissante qui d’une part ignorait certaines réalités ou tendances historiques et, d’autre part, a donné trop de place à la défense des valeurs au détriment des intérêts.

 

 

L’exemple de la Russie est paradigmatique. L’Occident en général a très mal géré la transition post-communiste de l’URSS, en sous-estimant dans les grandes largeurs le sentiment de déclassement du plus grand pays du monde et en assumant que « la démocratie et l’économie de marché » allaient tout régler. En oubliant, par ailleurs, la susceptibilité russe (surtout par rapport à sa zone d’influence qu’elle estime inviolable), l’agressivité qui en découle et le ressentiment envers cet Occident que la Russie perçoit comme un adversaire hostile. Des erreurs de calculs à répétition, une nonchalance géopolitique qui se payent aujourd’hui au prix fort.

 

Il ne s’agit aucunement de justifier l’invasion russe de l’Ukraine, une violation du droit international d’une énorme gravité et une agression aux conséquences incalculables. Je dis simplement qu’une approche plus ferme et réaliste sur le long terme aurait probablement refroidi les ardeurs guerrières de Putin.

 

  • Quelles sont les erreurs stratégiques que l’UE a commises depuis la fin des années 80 et qui ont – d’une certaine manière - amené à notre impuissance actuelle face à l’invasion de l’Ukraine par la Russie ?

 

Rodrigo Ballester : Erreurs stratégiques, faux pas, ou actes délibérés, la listes des gestes perçus comme arbitraires ou comme des provocations par la Russie est longue.

 

Il est évident que l’élargissement de l’OTAN jusqu’aux frontières mêmes de la Russie a été une mené avec une incroyable maladresse en assumant que Moscou avalerait ces couleuvres sans trop rechigner. Le sommet de Bucarest en 2008 au cours duquel l’OTAN ouvrit la porte à l’Ukraine et à la Géorgie reste une fracture majeure pour la Russie et la preuve, à leurs yeux, que l’Occident n’avait que faire des intérêts stratégiques russes. Pourtant, Putin avait été clair et cinglant un an auparavant dans son discours iconique de la Conférence sur la Sécurité de Munich. Il y avait vertement critiqué le monde unipolaire, il y fustigeait l’hypocrisie occidentale, évoquait l’érosion de confiance et se demandait même « contre qui » était mené l’élargissement de l’OTAN. Cinq mois plus tard, Moscou envahissait la Géorgie.

 

La reconnaissance du Kosovo a également été perçue par la Russie comme une violation unilatérale de la stabilité des frontières et l’exemple paradigmatique du « deux poids, deux mesures » occidental. Putin y faisant encore référence il y a quelques jours en annonçant la reconnaissance des républiques séparatistes d’Ukraine, c’est dire si c’est une plaie béante en Russie. Finalement, l’accord d’association entre l’UE et l’Ukraine, qui sur le papier n’avait pas l’air déterminant, déclencha les révoltes de Maïdan.

 

Plus généralement, en ce qui concerne la planification stratégique de l’Europe, il est évident que sa politique énergétique est n’une naïveté coupable. Comment concevoir que l’Europe reste largement dépendante des matières premières de ses adversaires, pourquoi donner cet avantage stratégique à Putin alors que les tensions vont bon train depuis une quinzaine d’années ? Comment enterrer le nucléaire alors qu’en plus d’être une énergie décarbonée, cette énergie réduit la dépendance de l’Europe ? Que penser du très contesté gazoduc Nordstream II, une aberration géopolitique, que l’Allemagne a imposé malgré les réticences de ses voisins européens et les remontrances de plusieurs présidents américains. Ils viennent d’en suspendre la certification, à la bonne heure… Tourner la page du nucléaire tout en construisant ce gazoduc est incompréhensible.

 

Finalement, il est évident que l’Europe dans son ensemble ne sera jamais prise au sérieux tant que son niveau de dépense militaire reste rachitique et qu’elle continue de déléguer sa sécurité totalement sur l’OTAN. L’UE est insignifiante sur tous les tableaux sauf sur le front commercial. C’est important, mais cela ne suffit pas à s’imposer.

 

  • L’Union européenne a-t-elle trop tendance à privilégier la défense de ses valeurs plutôt que celle de ses intérêts stratégiques ? Quitte à donner de grands discours sans les faire suivre d’actes ?

 

Rodrigo Ballester : Pire que cela, quitte à faire de grands discours qui compromettent ses intérêts ! Oui, clairement, l’UE semble obnubilée par le discours moralisant des valeurs et se rêve en autorité morale. Sa politique extérieure (autant celle des institutions européennes que celles de nombreux états) multiplie les positions dogmatiques sur le ton docte et péremptoire des détenteurs de la vérité au détriment de ses intérêts les plus primaires. Cette attitude braque certains états tiers, mais elle mine surtout sa crédibilité auprès de certains autres qui voient la dérive politiquement correcte comme une aubaine géopolitique.

 

Ce messianisme est d’autant plus néfaste qu’il mine également la cohésion interne de l’Union alors que cette dernière est indispensable pour relever les défis géopolitiques qui assaillent l’UE. Comment échafauder une coordination européenne en matière de défense si le Premier Ministre hollandais déclare qu’il veut « mettre la Hongrie à genoux » après l’adoption de la loi sur la protection des mineurs? Comment bâtir la confiance nécessaire et parler d’une seule voix sur la scène internationale alors que Bruxelles retient les fonds de relance à la Pologne ?

 

Il y a un narcissisme fatal dans cette dérive. Alors que le monde suit son cours géopolitique, l’Occident et l’Europe se pâment devant le miroir de leur vertu. Résultat : des déclarations tonitruantes et menaçantes qui débouchent sur des actions qui le sont beaucoup moins. Joe Biden, vient de déclarer sur un ton martial…qu’il n’était pas encore prêt à exclure la Russie du système bancaire Swift, alors que les blindés avancent sur Kiev.

 

Attendons de voir, nous ne sommes qu’au début de ce conflit et il est difficile d’anticiper l’ampleur et l’impact des sanctions, mais pour l’instant, ces mesures semblent timorées face à la détermination et l’agressivité de Moscou. Et si demain c’était Taiwan ?

 

Notons que ce messianisme stérile est bien plus l’apanage de l’Ouest de de l’est de l’Europe. Les anciens pays communistes ont une conscience historique plus réaliste et sont dès lors bien plus pragmatiques.

 

  • Le bouleversement géopolitique entraîné par le retrait Américain en Afghanistan aurait-il dû provoquer un électrochoc en Europe ? Pourquoi cela n’a-t-il pas été le cas ?

 

Rodrigo Ballester : L’électrochoc aurait dû se produire bien avant, à l’aune des avertissements dont Putin n’a jamais été avare, des rodomontades de Trump sur l’OTAN ou simplement en sortant la tête du guidon des valeurs et du commerce quelques instants pour constater que la géopolitique revenait par la grande porte après des années de prospérité et de calme. L’Afghanistan, c’était il y a quelques mois, autant dire quelques secondes à l’échelle de l’histoire, et ce fut plutôt le point culminant de décennies de négligence plutôt que le début d’une prise de conscience salvatrice. Nuançons, tout de même : les discussions sur la puissance européenne ou une politique de défense commune sont sur la table depuis des nombreuses années. Mais les résultats ne sont pas au rendez-vous. La tâche est titanesque, certes, ce n’est pas une mince affaire, mais que cette naïveté ambiante, cette obsession des valeurs et ce refus de voir la réalité en face nous handicapent !

 

À LIRE AUSSI

Ce que l’invasion de l’Ukraine fait voler en éclat dans le discours de la plupart des candidats à la présidentielle 2022

Au vu de la situation actuelle, l’Union européenne peut-elle encore rebondir, sortir de ses illusions, ou est-elle condamnée à couler ? Qu’est ce qui pourrait faire basculer les choses dans un sens plutôt que l’autre ?

 

Rodrigo Ballester : Elle doit rebondir, et elle va rebondir. Soyons clairs, en attaquant l’Ukraine de la sorte, Putin a fait voler en éclats l’ordre géopolitique post Guerre Froide. Devant cette nouvelle donne historique, l’Europe ne peut se réveiller de sa léthargie et de sa candeur, il n’y a pas d’autre choix que ce sursaut majeur, c’est une question existentielle!

 

Il y a des signes encourageants : pour l’instant, l’UE agit comme un seul homme, et attendons notamment de voir la liste finale des sanctions européennes (adoptée il y a quelques heures) pour en estimer l’impact et l’ampleur.

 

Sur le long terme, il me paraît urgent que chaque Etat membre augmente ses dépenses militaires dans le cadre de l’OTAN, diminue rapidement sa dépendance énergétique (notamment à travers le nucléaire). Finalement, il est indispensable que l’UE redécouvre l’une de ses qualités originales : le pragmatisme. La meilleure façon d’unir les européens pour qu’ils relèvent les défis géopolitiques c’est de ne pas les opposer en interne à coups de débats dogmatiques et idéologiques. Franchement, quel est l’intérêt de s’affronter sur des sujets sociétaux alors que la guerre, la vraie, gronde aux frontières de l’Europe ?

 

L’heure est à l’union sacrée face à cette agression sans précédents et pour l’instant, l’UE réussit à parler d’une seule voix. Restons confiants.

Partager cet article
Repost0
5 mars 2022 6 05 /03 /mars /2022 06:00

 

Aujourd’hui, on connaît surtout Frédéric Pajak pour ses livres. Mais son amour pour les journaux ne date pas d'hier, voilà cinquante ans qu’il en fait. Sa dernière création est une revue, «L’Amour», dont le premier numéro vient de paraître. «J’aime les journaux qui ne ressemblent pas à des journaux, qui ont des airs d’expérimentations, de préférence éphémères», explique-t-il dans son éditorial.

 

 

D'amour et d'encre ICI

 

Ça tombe bien, comme Patrick Morier-Genoud j’ai particulièrement aimé les textes de Michel Thévoz et de Julie Bouvard

 

Édition du 12 novembre 2021

 

Il n’est pas de sauveur suprême, et après le bobo, voilà le mimi

 

 

 

Vous ferez comme vous voulez, moi j’ai particulièrement aimé les textes de Michel Thévoz et de Julie Bouvard. Celui de Thévoz, A bas le chef, vivre l’orchestre !, est un encouragement à se passer de chef, en tout, partout, pour tout. C’est un texte subversif: «J’aime l’idée qu’un jour, le premier violon d’un ensemble symphonique, au moment le plus intense du concert, et à la stupéfaction du chef d’orchestre, s’arrête de jouer, qu’il quitte la scène, qu’il quitte l’orchestre, qu’il quitte sa carrière, sa femme, son avoir, la société, l’Occident…» Non, il n’est pas de sauveur suprême.

 

 

 

Dans Après le bobo ou Petite généalogie de l’insensibilité, Julie Bouvard dissèque en entomologiste si parfaitement cruelle «cette vaste ménagerie humaine qu’est Paris». Son étude dépasse bien sûr la ceinture périphérique de la capitale française et s’applique à toutes les grandes villes occidentales – aux petites aussi, il y a des exemples. A côté du bourgeois-bohème, Julie Bouvard a découvert une nouvelle espèce: le mimi, le mignon-misère. «Contrairement au bobo, le mimi n’a pas beaucoup d’argent, si ce n’est pas du tout. (…) Et contrairement au bobo sadique, le mimi est un ravi.» Julie Bouvard ne se moque pas, elle n’est ni humoriste ni chroniqueuse sur France Inter. Elle observe et décrit: «À ce petit monde, ce n’est pas même leur propre personne qui sert de pivot, mais l’image qu’ils se veulent avoir d’elle. (…) Le monde intérieur du nouvel homme, c’est un gigantesque miroir circulaire fermé sur lui-mêmeUn monde insensible «fossilisé dans l’indifférence.» Il faut le voir mieux pour ne plus y croire.

Né à : Suresnes, le 10/12/1955

Biographie :

 

Frédéric Pajak - Babelio

Frédéric Pajak est un dessinateur, écrivain et éditeur franco-suisse.

 

Rédacteur en chef de plusieurs journaux culturels et satiriques, notamment le mensuel culturel Voir, il publie également des dessins dans ses journaux, gagne un prix du scénario à Locarno pour un film en préparation.

 

En 1987, il publie un roman "Le bon larron" publié chez Bernard Campiche éditeur. "L'Immense solitude", paru en 1999, est l'ouvrage qui le fait connaître. Pour ce livre, il reçoit le Prix Michel-Dentan 2000.

 

Au printemps 2006, il publie un roman chez Gallimard, "La Guerre sexuelle".

 

Il a également lancé de nombreuses revues dont "L'Imbécile" et il édite chez Buchet Chastel la collection "Les Cahiers dessinés", dans laquelle il rassemble des peintres, des dessinateurs et des auteurs de bande dessinée.

 

Il remporte le prix Médicis essai 2014 pour le troisième tome du "Manifeste incertain". En 2015, il obtient le Prix suisse de littérature. Frédéric Pajak remporte le Goncourt de la biographie 2019 pour le 7e tome de sa série "Manifeste incertain" paru aux éditions Noir sur blanc en 2018.

 

Il est le fils de l'artiste peintre Jacques Pajak (1930-1965). Marié à la dessinatrice romande Lea Lund, il passe son temps entre Lausanne et Paris.

 

Michel Thévoz, né en 1936, professeur honoraire à l'Université de Lausanne, a été conservateur au Musée cantonal des beaux-arts de Lausanne de 1960 à 1975, puis conservateur de la Collection de l’Art Brut depuis sa fondation en 1976. Il a consacré une vingtaine d’ouvrages à des phénomènes borderline tels que l’académisme, l’art des fous, le spiritisme, le reflet des miroirs, le syndrome vaudois, l’infamie, le suicide. ICI 

Julie Bouvard - Dessinateur projeteur architecture - MAISONS EDEN | LinkedIn

Née à : Moscou, 1979

Biographie :

 

Née à Moscou en 1979, Julie Bouvard a grandi à Paris dans une famille biculturelle.

 

En 2004, elle traduit deux recueils de nouvelles de Natalia Jouravliova (Ed. L’Inventaire).

 

Elle achève une thèse sur la littérature russe du XIXe siècle tout en poursuivant son activité de traductrice. Elle est lauréate du Prix Russophonie 2011 pour sa traduction du "Syndrome de Fritz" de Dmitri Bortnikov.

 

Elle traduit actuellement l’ouvrage d’Edouard Kotcherguine "Le baptême des barreaux" (Ed. Noir sur Blanc).

Responsable éditoriale

Les Cahiers dessinés

nov. 2016 - aujourd’hui · 5 ans 4 mois nov. 2016 ICI 

 

Partager cet article
Repost0
4 mars 2022 5 04 /03 /mars /2022 08:00

 

« Le contexte géopolitique mondial n'a pas été aussi instable et imprévisible depuis des décennies. Aux portes même de l'Europe, chez notre voisin ukrainien, la guerre fait rage depuis que le président russe, Vladimir Poutine, a pris la terrible décision d'envahir le pays, le 24 février dernier, avant de «mettre en alerte» la force de dissuasion nucléaire trois jours plus tard, visant ainsi l'Occident. Une folie conquérante qui planait depuis plusieurs semaines, et qui nous rappelle brusquement que nous ne sommes pas à l'abri d'une guerre d'ampleur. Jamais. »

La «Tsar Bomba», plus puissante bombe nucléaire jamais conçue, exposée à  Moscou | La Presse

Que se passerait-il si une bombe nucléaire tombait sur Paris? ICI 

Robin Tutenges — Édité par Yann Guillou — 28 février 2022

 

Tsar Bomba ICI

 

Ne vous laissez pas avoir par sa sonorité presque enfantine: la Tsar Bomba est la plus puissante bombe de l'Histoire. Développée par l'industrie nucléaire de l'Union soviétique, elle a explosé dans l'atmosphère le 30 octobre 1961 au-dessus du site de Novaya Zemlya, en Russie. Un monstre 3.000 fois plus puissant que les bombes américaines lancées sur les villes d'Hiroshima et Nagasaki.

 

Longue de 8 mètres de long et avec un diamètre de 2 mètres, la Tsar Bomba dégage une puissance supérieure à 50.000 kilotonnes. Si elle venait à tomber sur l'Hôtel de Ville de Paris, les dégâts seraient inimaginables.

 

La boule de feu nucléaire serait alors de 113 kilomètres carrés, tandis qu'un souffle lourd balayerait une surface de 200 kilomètres carrés, détruisant les bâtiments en béton et faisant presque 100% de décès. Au total, plus de 8.000 kilomètres carrés seraient impactés par une telle explosion –quasiment jusqu'à Chartres.

 

Le bilan humain serait à peine croyable: plus de 6 millions de personnes périraient dans la catastrophe, qui ferait également plus de 2,5 millions de blessés. Sans oublier les conséquences des radiations sur une surface bien plus large, ce qui viendrait gonfler ces chiffres morbides sur des années. Le scénario-catastrophe a de quoi faire peur et nous rappelle toute l'inhumanité des guerres et de leurs armes.

Partager cet article
Repost0
4 mars 2022 5 04 /03 /mars /2022 06:00

El Mago de Rene Magritte (1898-1967, Belgium) | Grabados De Calidad Del  Museo Rene Magritte

En lisant les 5 métiers tendances dans la food dans un « PQ » dénommé Demotivateur j’en suis tombé le cul par terre, et ce n’est pas la faute à Voltaire mais à l’insignifiance de notre temps. Cerise sur le gâteau y’a même « une école de commerce dédiée à la Food Business et propose un large panel de cursus afin de permettre à quiconque de s’élever dans l’univers professionnel de la food.

 

Les diplômés de l’école FMS pourront ainsi travailler dans de multiples services tels que le marketing, la vente, la communication, le digital, l’événementiel, les médias, la finance, et tant d’autres. Grâce au double diplôme de l’école, ils accéderont à des postes à responsabilité comme manager, responsable, directeur ou entrepreneur ainsi qu’à des métiers tendances plus spécifiques au domaine de la food, dont nous vous présentons 5 exemples :

Digital Food Manager

Designer culinaire

Manager d’émission de TV culinaire

Spécialiste de tourisme œnogatronomique

Food blogger / Influenceur

 

ICI 

 

Dis-moi d’où vient ton pognon pour tes prestations et je te situerai sur l’échelle de Richter de la crédibilité ?

Partager cet article
Repost0
3 mars 2022 4 03 /03 /mars /2022 08:00

La caricature a été publiée sur le compte Twitter officiel de lUkraineLa caricature a été publiée sur le compte Twitter officiel de l'Ukraine. [© Capture d'écran/ Twitter]

Paul Auster: «En envahissant l'Ukraine, Poutine se comporte comme Hitler»

 

New York

 

Au début, Paul Auster s'est montré quelque peu réticent, et ça se comprend. Car sa famille est originaire des régions aujourd'hui menacées par Poutine. Au-delà de son impact géopolitique, l'invasion de l'Ukraine a donc également un impact émotionnel sur lui. Mais c'est précisément pour cette même raison qu'il se laisse finalement aller à un commentaire glaçant : «J'ai l'impression de revivre l'atmosphère du 1er septembre 1939», à savoir l'invasion de la Pologne par les nazis, événement qui a déclenché la Seconde Guerre mondiale.

 

Poutine-Hitler, même combat ?

 

Hitler a annexé l’Autriche et les Sudètes (Tchécoslovaquie) avant d’envahir la Pologne en 1939. Ses méthodes rappellent la posture belliqueuse de Poutine…

http://www.slate.fr/sites/default/files/styles/1060x523/public/000_323u4pp.jpg

Peut-on raisonnablement comparer la stratégie de Poutine à celle d'Hitler?

Alain Bergounioux et Telos — 25 février 2022 à 7h00

Manœuvres militaires et diplomatiques, combats idéologiques... La posture méthodique et l'offensive militaire du président russe peuvent rappeler celles du leader du Troisième Reich. Jusqu'à quel point?

 

Tout le monde convient que Vladimir Poutine n'est pas Adolf Hitler, le premier entend rétablir l'empire russe, territorialement avec les territoires russophones, internationalement, avec ses zones d'influence, le second voulait imposer une domination totale sur l'Europe et dans le monde, avec un empire fondé sur la race, conquérant et destructeur.

Une mise en perspective peut cependant être utile. Car les points communs ne sont pas négligeables.

 

Le premier tient au fait que ce sont deux dictateurs. Les types d'État ne sont, évidemment, pas les mêmes, mais leur pouvoir personnel est une réalité. Les intellectuels et les politiques français qui évoquent les élections, dans la Russie d'aujourd'hui, ne manquent pas d'audace! Quand les opposants sont en prison ou empêchés de concourir, quand les médias sont étroitement contrôlés, quand les associations de la société civile sont dissoutes, quand elles contestent les affirmations du pouvoir et son histoire officielle, comme récemment l'association Mémorial, il devrait être difficile de parler de démocratie. Ou alors les mots n'ont plus de sens.

 

 


Dans le texte commun, publié par la Chine et la Russie, lors de la rencontre entre Vladimir Poutine et Xi Jingping, lors de l'inauguration des Jeux olympiques à Pékin, la revendication de la «vraie» démocratie pour leurs régimes, opposée à la fausse démocratie occidentale décadente, devrait rappeler toute la propagande sur les «démocraties populaires» dont l'histoire a montré toute la vanité.

Une politique de puissance extrêmement méthodique La suite ICI

 

Partout dans le monde, la solidarité avec l'Ukraine se manifeste dans la  rue | Guerre en Ukraine | Radio-Canada.ca

Partager cet article
Repost0
3 mars 2022 4 03 /03 /mars /2022 06:00

Membre fondateur des 5 du Vin, où je ne me suis jamais senti à ma place au beau milieu des doctes critiques du marigot vineux,  vilain petit canard je l’étais déjà et depuis mon départ rapide de ce blog il s’est « enrichi » de pourfendeurs des vins nus. Comme nous sommes en période de salon de l’agriculture « cela m’en touche une sans faire bouger l’autre » et je laisse le soin à Pax de dépiauter leurs exécrations.

 

Pour autant, dans cet océan convenu, Marie–Louise Banyols, ICI dont le métier fut d’acheter du vin pour le faire vendre, ce qui pas le cas de ses confrères, ouvre les portes et les fenêtres de ce blog sur un univers pas toujours facile à cerner j’en conviens.

 

 

Je cite une partie de sa conclusion : «   Les vins produits de cette manière se ressemblent quel que soit le terroir. Elaborer du vin sans soufre demande des connaissances et une pratique que chaque vigneron doit dominer. Pour autant, ils évoluent dans un contexte où les consommateurs ne semblent pas exigeants, bien au contraire, ils paraissaient très souvent satisfaits si j’en crois les commentaires éloquents que j’entendais autour de moi : des dégustateurs qui ne tarissaient pas d’éloges pour un vin que j’aurais jeté à l’évier. J’avoue que j’ai eu beaucoup de mal à comprendre certaines réactions face à des vins que je jugeais personnellement pas commercialisables. Il est aujourd’hui de plus en plus difficile de ne pas tenir compte des goûts et des tendances actuelles, et, beaucoup de domaines offrent maintenant des vins nature propres et uniques, comme ceux dont j’ai parlé. L’élaboration du vin Nature réussi, aboutissement d’une viticulture propre, ne peut que renforcer la qualité du vin, j’en conviens, mais, je me refuse à participer à cette euphorie générale sans limites, sans culture, qui trouve tout « génial » sous prétexte que c’est nature. »

 

Pour ma part, je sais que l’on va me taxer de suffisance, je ne vois pas au nom, de quoi et de qui, je devrais justifier mes goûts, je ne les impose à personne, je les assume sans prosélytisme, libre à chacun de boire ce qu’il souhaite, de suivre les commentaires des auto-proclamés sachants, de licher des vins formatés, mais de grâce que les soi-disant sachants arrêtent de conchier des vins qu’ils n’ont jamais goûté.

 

Portrait de Marie-Louise Banyols par Fabien Nègre

Merci Marie–Louise pour cette chronique :

 

Ça y est, les salons professionnels refleurissent, et les vignerons abandonnent leurs vignes quelques jours pour y participer, histoire de rattraper  le temps perdu. Ainsi, après deux ans d’interruption pandémique, le Salon du Vin Naturel organisé par l’Association des Producteurs de Vin Naturel (PVN : défense du Vin Naturel pur issu d’une agriculture biologique, respectueuse et équilibrée et élaboré sans aucun additif à la main par de petits vignerons) est revenu à Barcelone les 6 et 7 février derniers, à la « Nau Bostik », dans le quartier de La Sagrera. En Espagne, le mouvement du vin naturel connaît une période de croissance très importante.

 

 

 

Si vous débarquez pour la première fois à la Nau Bostik, vous risquez d’être surpris, tenir un salon de vins dans un tel lieu, peut paraître irréel. Jusqu’en 2006, l’Entrepôt Bostik était l’une des cinquante usines que possédait une multinationale américaine -The Boston Blacking Co. spécialisée dans la colle à chaussures. Il existe une tradition à Barcelone d’occuper des espaces d’usine abandonnés à des fins sociales: le groupe d’entrepôts de l’usine Bostik renaît en 2015 en tant que projet culturel et artistique. Tant l’extérieur comme l’intérieur sont inattendus, et en même temps ça cadre parfaitement avec l’image en général dans le style baba-cool des exposants. Mais il n’y a pas que  l’endroit qui interpelle, la jeunesse des visiteurs, leur look, l’est tout autant…en outre, il n’y manquait ni chiens, ni poussettes, ni enfants!

 

La suite ICI 

 

Partager cet article
Repost0

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents