Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 juin 2022 3 29 /06 /juin /2022 06:00

J’ai connu les « faiseuses d’anges », en mes années étudiantes à Nantes, l’une de mes petites amies était infirmière, souvenir de l’avoir vu pleurer en rentrant de l’hôpital où des jeunes filles avaient eu recours à elles, faute de pouvoir se faire avorter médicalement, ou d’avoir agi seule avec des aiguilles à tricoter ou du persil.

 

Marie-Louise Giraud, la faiseuse d'anges qui a fini guillotinée à Paris ICI 

 

Marie-Louise Giraud est morte à 39 ans

 

30 juillet 1943, ce jour-là, Marie-Louise Giraud, 39 ans, est condamnée à mort pour avoir pratiqué des avortements illégaux à Cherbourg est guillotinée.

 

Le 30 juillet 1943 dans la cour de la prison de la Roquette à Paris, Marie-Louise Giraud, 39 ans, s’approche de la guillotine près de laquelle l’attend le bourreau.

 

Son crime ?

 

Avoir pratiqué 27 avortements illégaux dans la région de Cherbourg (Manche). Elle reste dans l’histoire comme la seule « faiseuse d’anges » exécutée pour ce motif.

 

Une affaire de femmes DVD - Claude Chabrol - DVD Zone 2 - Achat & prix |  fnac

 

Une affaire de femmes film de Claude Chabrol sorti en 1988. Il est adapté du livre du même nom écrit par l'avocat Francis Szpiner et paru aux éditions Balland. Il s'inspire de l'histoire vraie de Marie-Louise Giraud, une des dernières femmes guillotinées en France.

 

Halimi 7111973 Phot Julien Quideau copyr. L'express.JPG

 

Le procès de Bobigny : La cause des femmes. La plaidoirie de Me Gisèle Halimi ICI  

 

Et si je ne parle aujourd’hui, Messieurs, que de l’avortement et de la condition faite à la femme par une loi répressive, une loi d’un autre âge, c’est moins parce que le dossier nous y contraint que parce que cette loi est la pierre de touche de l’oppression qui frappe les femmes.

 

C’est toujours la même classe, celle des femmes pauvres, vulnérables économiquement et socialement, cette classe des sans-argent et des sans-relations qui est frappée.

 

Voilà vingt ans que je plaide, Messieurs, et je pose chaque fois la question et j’autorise le tribunal à m’interrompre s’il peut me contredire. Je n’ai encore jamais plaidé pour la femme d’un haut commis de l’État, ou pour la femme d’un médecin célèbre, ou d’un grand avocat, ou d’un P-D-G de société, ou pour la maîtresse de ces mêmes messieurs.

 

Je pose la question. Cela s’est-il trouvé dans cette enceinte de justice ou ailleurs ? Vous condamnez toujours les mêmes, les « Mme Chevalier ». Ce que nous avons fait, nous, la défense, et ce que le tribunal peut faire, ce que chaque homme conscient de la discrimination qui frappe les mêmes femmes peut faire, c’est se livrer à un sondage très simple. Prenez des jugements de condamnation pour avortement, prenez les tribunaux de France que vous voudrez, les années que vous voudrez, prenez cent femmes condamnées et faites une coupe socio-économique : vous retrouverez toujours les mêmes résultats…

 

Et puis il y eut enfin la loi Veil

 

 
La bataille de Simone Veil pour le droit à l’avortement ICI 

 

Il y a quarante ans, Simone Veil défendait à l’Assemblée son projet de loi sur l’interruption volontaire de grossesse. Retour sur un combat âpre, et même violent, jusqu’à l’adoption de cette loi.

 

La bataille pour le droit à l’avortement commence bien avant l’arrivée de Simone Veil au gouvernement. La question divise la société. Le 5 avril 1971, 343 femmes réclament le droit à l’avortement dans le Nouvel Observateur

 

.

 

«Un million de femmes se font avorter chaque année en France… Je déclare que je suis l’une d’elles»

 

,

 

[écrivent Simone de Beauvoir, Delphine Seyrig, Catherine Deneuve, Françoise Sagan, Jeanne Moreau ]

 

… et d’autres que

 

Charlie Hebdo rebaptisera les

 

«343 salopes»

 

Le manifeste des 343 (salopes), pour le droit à l'avortement | Raconte-moi  l'HistoireDroit à l'IVG : l'histoire du Manifeste des 343 - Elle

Image

La décision de la Cour suprême américaine prétexte d’une manœuvre politique en France 

 

 

 La décision du 22 juin de la Cour suprême a suscité un véritable tollé aux États-Unis, c’est normal. Mais on ne pouvait pas soupçonner qu’elle aurait des conséquences aussi immédiates sur la vie de notre pays. À peine a-t-elle été connue qu’une modification de notre constitution était annoncée. 

 

Pourtant, en France, le droit à l’avortement n’est pas menacé. Il est autorisé pour les femmes majeures ou mineures. Il a été renforcé par une loi récente, promulguée le 2 mars 2022, qui porte de 12 à 14 semaines de grossesse le délai pendant lequel il est possible de recourir à une IVG. Cette même loi a étendu aux sages-femmes la compétence de pratiquer des IVG chirurgicales. Elle a pérennisé l'allongement du délai de recours à l’IVG médicamenteuse (sept semaines contre cinq semaines jusqu’en 2020). Elle précise qu’un pharmacien refusant la délivrance d’un contraceptif en urgence sera en méconnaissance de ses obligations professionnelles. Enfin, un répertoire recensant les professionnels et structures pratiquant l'IVG devra être publié par les agences régionales de santé. Il sera librement accessible.

 

Si le droit à l'avortement est menacé en France, il l’est plus par le délabrement de notre système de santé, le manque de médecins, de sage-femme  et d'infirmiers dans les hôpitaux, le manque de soutien dont bénéficie le planning familial, que par les lois. 

 

Cela ne signifie pas qu'il y ait un consensus en France. Les représentants de différents cultes religieux sont fermement opposés à l’avortement, mais pour le moment, dans notre République laïque, ils ne font pas la loi. Souhaitons que cela dure. Le parti « Les Républicains » s'est illustré par son opposition à l'adoption de la loi du 2 mars 2022, ne sachant plus très bien comment se distinguer du parti d'Emmanuel Macron. Mais ni du côté des partis politiques ni du côté de l'opinion publique française il n'existe de risques réels de remise en cause du droit à l'avortement consacré par la loi du 17 janvier 1975 défendue par Simone Veil. 

 

Pourtant, la toute nouvelle présidente du groupe parlementaire « La République en marche », Aurore Bergé, soutenue par la Première ministre Élisabeth Borne, a indiqué le jour même où était rendue publique la décision de la Cour suprême américaine, qu'elle allait proposer de modifier notre constitution pour y inscrire le droit à l'avortement. Une telle prise de position, évidemment, a reçu l'approbation du Président de la République qui navigue à vue pour essayer de reprendre la main après la défaite sévère qu'il a subie lors de l'élection législative. La République en marche avec ses 154 députés sur un total de 577 sièges, soit un peu moins de 27% des députés élus, tente sans trop de succès de faire vivre l'idée qu'elle reste le parti majoritaire à l’Assemblée, au mépris de l'évidence la plus aveuglante. Elle n’est que le parti ayant obtenu le plus de sièges lors de cette élection, très loin de la majorité des sièges à l'Assemblée nationale, pour ne pas parler de la majorité des électeurs inscrits. 

 

Ne voulant pas passer d'accord avec d'autres partis qui partagent pourtant l'essentiel de son orientation politique, comme les Républicains, ou incapable de le faire, Emmanuel Macron a maladroitement essayé de renvoyer la responsabilité de l’impasse dans laquelle il se trouve sur les autres partis. 

 

Dans ce contexte, la décision de la Cour suprême américaine est une véritable aubaine. Alors qu'il n'y a pas de débat sur le droit à l'avortement en France, Emmanuel Macron va le créer, obligeant les autres partis politiques à se rallier à sa proposition d'inscription du droit à l'avortement dans la constitution de la Vème République, se réservant ensuite de dénoncer comme d'affreux réactionnaires ceux qui refuseront de le faire. Ce faisant, il devra sans doute stigmatiser ceux qui sont le plus proches de lui, c'est à dire Les Républicains, puisque Marine Le Pen a indiqué qu'elle n'était pas opposée à la constitutionnalisation du droit à l'avortement. Quant à la NUPES, elle pourra difficilement faire autre chose qu'appuyer cette proposition après que la France Insoumise a présenté une proposition de loi dans ce sens au cours de la précédente législature, rejetée à l’époque par le camp macroniste. 

 

La grossièreté de la manœuvre politique devrait conduire tous les partis à la rejeter sans équivoque pour ce qu'elle est, une manœuvre politicienne de la pire espèce. Ils pourraient d'ailleurs reprocher en même temps au président de la République de diviser inutilement la société qui l’est déjà suffisamment, sans qu'il soit besoin d'en rajouter. Je ne sache pas que cette proposition ait figuré dans le programme du candidat Macron à la présidence de la République pas plus que dans celui du mouvement Renaissance pour l’élection législative. Une révélation sans doute d’un péril jusque-là inaperçu…

 

Une manœuvre qui doit être rejetée sans équivoque

 

En plus des circonstances, il y a aussi des raisons de fond pour s'opposer à cette proposition d’E Macron. 

 

L’objet d'une constitution est de définir le fonctionnement des pouvoirs publics, les principes d'organisation de l'administration et les conditions dans lesquelles est assurée la séparation des pouvoirs sans laquelle il n'y a pas de démocratie. Elle est là pour garantir que le pouvoir exécutif ne pourra pas empiéter sur le pouvoir législatif et le pouvoir judiciaire ; mais aussi pour assurer qu'il n'y aura pas de gouvernement des juges et préciser les limites dans lesquelles s'exercent le rôle de représentant de la souveraineté populaire du pouvoir législatif. 

 

Évidemment nous avons un peu oublié cela avec la constitution de la Vème République qui donne un pouvoir exorbitant à l'exécutif et réduit le pouvoir législatif au rôle de godillot en période ordinaire. Quant à notre système judiciaire, il est regardé comme une curiosité à l’étranger. 

 

Si une réforme de la Constitution française devait intervenir (ce ne serait que la 25ème depuis 1958), c'est de cela dont elle devrait traiter : comment faire de la France un pays organisé démocratiquement ? Comment faire pour que nos institutions permettent une représentation réelle de la volonté populaire et que des évolutions soient possibles sans affrontements, parfois violents, entre un peuple méprisé et un exécutif méprisant ?

 

Ce n’est pas ce que souhaite Aurore Bergé, au contraire il s’agit pour elle d’éviter un débat sur les institutions au moment où celles-ci montrent leurs limites et où le gouvernement est dans une impasse, pour faire diversion sur un sujet qui ne suscite pas de polémique pour le moment dans notre société.

 

La seconde objection à cette proposition tient à sa nature même. La constitution n'est pas une déclaration des droits mais la description du fonctionnement des institutions qui permettront de les garantir et d'assurer la protection des libertés individuelles contre la tendance à l'oppression des institutions étatiques, quelles qu'elles soient. Le pouvoir exécutif tend naturellement à abuser des prérogatives qui lui sont données ; le pouvoir judiciaire ne l’est pas moins et la décision de la Cour suprême nous le rappelle avec force. Enfin, le pouvoir législatif qui dans certaines circonstances pourraient se considérer comme absolu ne doit pas l’être non plus. « La souveraineté du peuple n’est pas illimitée ; elle est circonscrite dans les bornes que lui tracent la justice et les droits des individus. La volonté de tout un peuple ne peut rendre juste ce qui est injuste. Les représentants d’une nation n’ont pas le droit de faire ce que la nation n’a pas le droit de faire elle-même », écrivait B. Constant

.  

Les révolutionnaires de 1789 avaient sagement distingué la déclaration des droits de l'homme et du citoyen, de la Constitution. D’un côté l'énumération des droits de l’homme considérés comme naturels ; de l'autre les règles d'organisation des pouvoirs publics, du régime politique dans lequel nous souhaitons vivre. 

 

La proposition d'Aurore Bergé, en dehors de son aspect politicien, prolonge la tendance à transformer la constitution en un catalogue de droits et de principes placé sous le contrôle d’un juge, en lieu et place d'un texte fondamental exposant les limites du pouvoir des institutions étatiques et les garanties ainsi apportées aux citoyens. Le projet de constitution européenne élaboré par Valéry Giscard d'Estaing souffrait de ce défaut qui voulait instituer dans le même texte le rôle de la Commission et du Parlement européen, la réduction du champ de compétences des institutions nationales et les origines chrétiennes de la France. C'est entre autres ce que les Français, avec d'autres Européens, ont refusé en 2005. C'est ce que leurs dirigeants leur ont imposé par la voie parlementaire au mépris de l'opinion clairement exprimée par référendum.

 

À rebours de cette tendance, il faut dire clairement que le mariage et ses différentes formes, nos pratiques sexuelles, la protection de l'environnement, de l'eau, de la biodiversité, la politique culturelle, l'idée que nous avons de ce qu'est un beau paysage, l'amitié ou l'amour, bref tout ce qui constitue la toile serrée de notre vie quotidienne, sociale ou individuelle, et la plupart des politiques publiques, n'ont rien à faire dans la Constitution. 

 

Cette boursouflure croissante de la Constitution et des textes juridiques en général, nous enferme dans une camisole qui nous prive progressivement de toute liberté de mouvement. Le seul régulateur de la société devient le juge qui décide non pas comme une simple autorité de mise en œuvre des textes, mais en faisant intervenir ses opinions personnelles, ses orientations politiques, son interprétation des faits et des circonstances, en élargissant sans cesse le champ des principes auxquels il fait appel pour prendre ses décisions.

 

Il faut donc dire très clairement non à cette proposition de la République en marche.

 

Une révision complète de notre constitution est nécessaire, pour nous permettre de retrouver un fonctionnement démocratique. Elle doit être préparée par une commission désignée pour cela par le Parlement, rassemblant les représentants des partis politiques, des membres du Conseil économique, social et environnemental, des syndicalistes et des responsables associatifs. Son projet devrait être soumis aux citoyens par référendum après un examen par le Parlement.

 

L’utilisation politicienne du droit à l'avortement par le parti du Président de la République affaiblit ce droit et la Constitution.

 

Le 27 juin 2022

Jean-François Collin


 

Partager cet article
Repost0

commentaires

P
les USA glissent tranquillement vers une guerre civile et on nous bassine avec la plus grande démocratie<br /> <br /> <br /> « Clarence Thomas est ce que l’on appelle un « originaliste ». Il veut coller à 1790, à l’époque où la Cour suprême a été créée. Il considère qu’à partir du moment où il n’était pas question d’avortement à cette époque, ce droit ne doit pas être protégé. De la même manière, la contraception n’existait pas, comme le mariage gay », explique sur LCI la journaliste Catherine Jentile de Canecaude, ancienne correspondante aux États-Unis, rapporte TF1.<br /> <br /> D’ailleurs dans un argumentaire personnel accompagnant la décision de révocation de l’arrêt Roe v. Wade, cité par 20 minutes , Clarence Thomas a écrit : « Nous devrions revoir toutes les jurisprudences. » Et il précise lesquelles : il s’agit notamment des arrêts « Griswold v. Connecticut » de 1965, qui consacre le droit à la contraception, « Lawrence v. Texas » de 2003, qui rend inconstitutionnelles les lois pénalisant les relations sexuelles entre personnes de même sexe ; et aussi « Obergefell v. Hodges », l’arrêt de 2015 protégeant le mariage pour tous aux États-Unis.
Répondre
P
Comment faire pour que le personnel politique d’un pays comme la France où l’un de ses plus emblématiques philosophes pouvait commencer son « Grand Œuvre » - le Discours de la Méthode - par une telle affirmation « Le bon sens est la chose du monde la mieux partagée » ne confonde pas compromis et compromissions ?<br /> C’est peut être impossible tant ils restent honteux des compromissions consenties pour accéder au pouvoir. Elles paraissent impossibles à effacer comme la tache de Lady Macbeth « Out, damned spot …» (Va-t'en, maudite tache...)<br /> Quel spectacle pour leurs électeurs ! Ils semblent, tous autant qu’ils sont, se comporter comme les Dupont et Dupond que Tintin est obligé de morigéner dans le Trésor de Rackham Le Rouge «Vous n’avez pas honte, à votre âge, de vous disputer pour des queues de cerise?… Allons, c’est fini, n’est-ce pas ? » - Hergé, Le Trésor de Rackham le Rouge, 1943-1944)<br /> Et des politologues pour s’abimer à nous expliquer, pages après pages, émission de télé après émission de télé pourquoi de scrutin en scrutin le premier parti politique est celui des abstentionnistes dont une majorité de jeune. Le nez sur leurs papiers ou devant la caméra, les empêche de voir, sur la page d’â coté ou le confrères dans le studio voisin se dresse la description de l’état du pays.<br /> <br /> Allez, merci de partager ma déprime.<br /> <br /> - un chômage endémique <br /> - dégradation après années du système scolaire<br /> - vœux pieux de ré-industrialisation du pays et de la transition écologique<br /> - effondrement de l’université et de la recherche<br /> - déficit commercial abyssal <br /> <br /> France Stratégie démontre le résultat des chèques fait aux entreprises comme personne avant Macron – forte hausse des dividendes, stagnation de l’investissement et peu d’effets sur l’emploi. Bref, aucun « ruissellement » malgré les Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE), remplacement de l’impôt sur la fortune (ISF) par l’impôt sur la fortune immobilière (IFI), baisse de la fiscalité sur le capital, baisse de l’impôt sur les sociétés, apprentis entièrement payés par l’Etat pendant durant leur première année de travail.<br /> <br /> J.Littauer dans le Charlie Hebdo du 23 juin 2022 termine ainsi son article :<br /> « Manu a renoncé au développement de la France, qui nécessiterait des services publiques efficaces et une main d’œuvre hyper qualifiée à l’image de ce qu’ont su faire les pays scandinaves. Il mène une politique entièrement tournée vers les investisseurs étrangers, à coups de gigantesques baisses d’impôts. Bref, une politique digne d’un pays du tiers-monde. »<br /> <br /> Bon, ceci dit, contrairement à ces deux derniers jours la mer est calme. Allons nager notre mille mètres quotidien. Et quand je pense que certains osent prétendre que la mouche du coche ne se mouille pas…<br /> <br /> P.S. Mille excuses à mon correcteur pour la longueur de ce commentaire
Répondre

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents