Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 juillet 2006 3 19 /07 /juillet /2006 08:00

Madame quel est votre mot

Et sur le mot et sur la chose

On va a dit souvent le mot

On vous a fait souvent la chose

Ainsi de la chose et du mot

Vous pouvez dire quelque chose

Et je gagerais que le mot

Vous plaît beaucoup moins que la chose

Pour moi voici quel est mon mot

Et sur le mot et sur la chose

J'avouerais que j'aime le mot

J'avouerais que j'aime la chose

Mais c'est la chose avec le mot

Mais c'est le mot avec la chose

Autrement la chose et le mot

A mes yeux seraient peu de chose

Je crois même en faveur du mot

Pouvoir ajouter quelque chose

Une chose qui donne au mot

Tout l'avantage sur la chose

C'est qu'on peut dire dire encore le mot

Alors qu'on ne fait plus la chose

Et pour peu que vaille le mot

Mon Dieu c'est toujours quelque chose

De là je conclus que le mot

Doit être mis avant la chose

Qu'il ne faut ajouter au mot

Qu'autant que l'on peut quelque chose

Et que pour le jour où le mot

Viendra seul hélas sans la chose

Il faut se réserver le mot

Pour se consoler de la chose

Pour vous je crois qu'avec le mot

Vous voyez toujours autre chose

Vous dites gaiement le mot

Vous méritez si bien la chose.

Que pour vous la chose et le mot

Doivent être la même chose

Et vous n'avez pas dit le mot

Qu'on est déjà prêt à la chose

Mais quand je vous dis que le mot

Doit être mis avant la chose

Vous devez me croire à ce mot

Bien peu connaisseur en la chose

Et bien voici mon dernier mot

Et sur le mot et sur la chose

Madame passez-moi le mot

Et je vous passerai la chose

Gabriel Charles de Lattaignant 1697-1779 prêtre du diocèse de Paris, chanoine honoraire de Reims, doyen de la chambre ecclésiastique...

 

Partager cet article
Repost0
18 juillet 2006 2 18 /07 /juillet /2006 08:00

" Beppe Fenoglio parvint à rester à l'écart et silencieux à une époque où les écrivains tombent facilement dans le piège de se prendre pour des personnages publics. Il sut si bien se défendre qu'il ne reste aujourd'hui de lui qu'une image aux traits sévères et fiers ; ce n'est au fond qu'un masque, derrière lequel se dissimule un être qui continue de à nous être inconnu "

Italo Calvino

Beppe Fenoglio est un écrivain singulier, ne suivant ni modèle, ni genre, il se tint toujours en marge de la vie littéraire italienne pour effectuer un travail de recherche et d'expérimentation très original. Fenoglio c'est un style traduisant l'expérience de sa vie passée dans la région des Langhe.


Né à Alba en 1922, en 1943 il rejoint les partisans pour combattre les troupes fascistes. A la fin de la guerre il choisit de rester à Albe, d'y exercer sa profession de négociant en vin. Il conservera cette profession jusqu'à la fin de sa vie, préférant composer ses livres en marge de son travail, en " gentlemen writer "

J'aime ses livres : je vous recommande deux d'entre eux Le Mauvais sort (1954et Une affaire personnelle (posthume) 

Partager cet article
Repost0
17 juillet 2006 1 17 /07 /juillet /2006 08:01

Alceste Paillard avait le physique de l'emploi de faux-derche, obséquieux, sirupeux, cul béni, mains moites et poignée de mains molle, commençant la plupart de ses phrase par un tout petit peu, regard fuyant et, cerise sur le moka : radin comme pas un. Pour le petit Pochon l'allié rêvé, idéal, de ceux qui ne vous font pas regretter de tutoyer la ligne jaune, et surtout qui n'éveillent pas en vous la moindre parcelle de mauvaise conscience. L'important pour Léon était de le mettre en confiance, faire celui qui depuis le premier jour avait su sentir sous la bogue rugueuse de Paillard, le mal nommé, un homme de conviction, un mal-aimé qui méritait mieux que le poste de trésorier du syndicat de défense, un vigneron méconnu qui ne demandait qu'à sortir en pleine lumière. Léon fit de la commisération positive, en fines couches, gras sur maigre, tel un maître de la Renaissance. Ainsi enduit de considération le Paillard déballa sa marchandise d'un bloc.

Véhément, avec la méchanceté des faibles, il ne se fit pas prier pour dresser les CV publics et privés de ses honorables confrères, n'omettant aucun détail, même les plus croustillants, toujours à charge, du fiel pur jus, rien que du miel pour le petit Pochon. Tout autre que lui se serait précipité dans la brèche, aurait profité du boulevard ouvert par les confidences du délateur à la triste figure. Léon se garda d'une telle hâte, il lui fallait laisser l'aigre mariner dans son jus rance. Bien sûr il assura Paillard de son silence de tombe et qu'il saurait en son temps se souvenir de la confiance qu'il lui avait accordé en effectuant une démarche aussi difficile. Qui trahi trahira ! Léon cantonnerait Paillard dans un rôle d'utilité avant de le renvoyer dans les ténèbres extérieures.  

Afin de sceller l'ignominie, Léon dégaina l'arme fatale pour un grippe-sou : lui demander une faveur, en l'ocurrence l'échange d'une parcelle de vigne, jouxtant l'une des propriétés de Lucienne, contre une autre, enclavée dans son domaine qu'un héritage avait fait tomber dans l'escarcelle du père de Lucienne. Paillard n'y perdrait pas au change, la parcelle de Lucienne avait bien plus de valeur que la sienne. Et pourtant, sitôt la proposition faite il ne pu s'empêcher de demander une compensation, qu'à son grand étonnement Léon lui accorda sans broncher, payant ainsi la première traite de la trahison de ce grand crétin. Pour faire bon poids, avant que Paillard ne descende, il lui glissait un billet dans la main, pour le prix du billet, en sachant pertinemment que Paillard n'avait pas engagé cette folle dépense.

Partager cet article
Repost0
14 juillet 2006 5 14 /07 /juillet /2006 08:00

Petit à petit, toujours dans l'ombre, le petit Pochon tissait sa toile avec une volupté intérieure, araigne patiente mais sans pitié. En dépit de cette stratégie couleur de muraille, et c'était là le but recherché, dans tout le canton et au-delà, tous murmuraient que malgré son air con, le petit Léon il avait le bras long. Plus les jours passaient, à chacune de ses apparitions, le ballet des frelons se mettait en action, tournoyait dans tous les espaces où le nouvel homme d'influence se mouvait affublé de son inaltérable discrétion. Lucienne, plus Lucienne que jamais, distillait dans les petits commerces des informations de première main, lâchait à la moindre occasion que son Léon fort occupé dans ses sphères élevées saurait le moment venu trier entre le bon grain et l'ivraie. Elle alla jusqu'à confier aux dames huppées qu'ils allaient sans doute se Pacser. Bref, l'annonce d'une venue de Léon provoquait de quasi révolutions, tous voulaient tuer le veau gras pour le retour de l'enfant prodigue, sauf les chefs de tribus qui s'inquiétaient en secret de la popularité de ce trublion.

Léon calma le jeu en déclarant le soir du banquet du club des boulistes, avec décontraction et une once de sérieux, que son unique ambition était d'aider ce beau pays où il avait trouvé chaussure à son pied. Lucienne avait rougi. Sa popularité en fut encore grandie. Le clan du TGV prit peur, se réunit en catimini pour décider de ne rien décider vu que, en dépit du souci causé par ce petit con de Pochon, la seule stratégie était d'attendre et voir jusqu'où son bras long irait se nicher. Même les plus remontés craignaient un retour de bâton du Léon si on allait lui chercher noise. Les conjurés se jurèrent d'être muets. Le soir même, Léon fut à peine surpris de voir grimper dans son wagon, à la première station sur le chemin du retour, Alceste Paillard tripatouillant sa casquette comme un collégien surpris à la sortie d'un claque.  

Partager cet article
Repost0
13 juillet 2006 4 13 /07 /juillet /2006 08:08

Dans l'une de mes chroniques j'avais égratigné Gérard Mermet le sociologue auteur de Francoscopie en lui reprochant d'être un ouvrier de la dernière heure sur le sujet de la mutation du monde viticole. Mea culpa, mea maxima culpa, dans une interview au Point avant le Viexpo de 1999 il jugeait le monde du vin " myope et immobile " Merci à Jacques Dupont d'avoir donné un coup de badine sur ma plume en me transmettant ce texte.

Le Point : le vin enregistre une très forte progression des ventes et pourtant votre étude n'est pas très optimiste ?

GM : les gens du vin sont dans une espèce d'euphorie due à la fin de siècle qui effectivement booste les ventes. Cette situation de hausse est artificielle. La consommation du vin s'est divisée par deux en trente ans. Si l'on ne fait rien, ce phénomène va s'accélérer avec l'absence d'intérêt chez les jeunes. Ils se sentent exclus du monde du vin. C'est celui des parents et surtout un monde qui a des codes hermétiques. Sur le plan sociologique, on est à un moment où les jeunes cherchent à transgresser. Et les codes de cette profession viticole vont à l'inverse. Les jeunes n'ont pas décroché de façon définitive, en revanche ils ne considèrent pas le vin comme faisant partie de leur univers.

le Point : Que faudrait-il faire ? Mieux communiquer ?

GM : une des difficultés c'est l'absence de vrai marketing due à l'atomisation de ce secteur. C'est affolant la différence en nombre d'innovations avec les autres produits alimentaires. Le monde du vin apparaît immobile et myope. A côté du marché traditionnel, il devrait y avaoir une approche iconoclaste. Pourquoi pas une cannette à côté de la bouteille classique ? Cela ouvrirait la porte à une consommation nomade. Le vin doit être le clin d'oeil et pas un univers fermé. Le succcès de la vallée du Rhône n'est pas un hasard. C'est un univers moins contraint que Bordeaux dont le symbole est le noeud papillon : c'est du vino-centrisme, de l'élitisme, on se regarde parler. Coca Cola ne s'est jamais contenté de mettre sa bouteille à côté d'une jolie femme, comme le font les champagnes.

le Point : le système d'appellation contrôlée à la française est-il adapté ?

GM : notre système d'AOC n'est pas reconnu à l'étranger. Les français d'ailleurs ne connaissent rien aux appellations et sont peu capables de décoder les informations contenues sur l'étiquette. Il ne faut pas confondre AOC et label. L'AOC ne garantit que l'origine. Elle devrait évoluer vers la garantie de la qualité : c'est le souhait du consommateur.

Partager cet article
Repost0
12 juillet 2006 3 12 /07 /juillet /2006 08:00

Pour mon anniversaire je vous offre ce petit texte loufoque tiré du courrier des lecteurs de la très sérieuse revue New Scientist Mais qui mange les guêpes ? est le titre d'un livre publié au Seuil Science Ouverte rassemblant 100 autres questions idiotes et passionnantes.

Où vont les mouches ?

Lors de nos dernières vacances, nous avons été régulièremnt importunés par des mouches, sauf les jours où le vent se levait, ce qui les faisait fuir. Y a-t-il une vitesse du vent à partir de laquelle les mouches s'en vont ? Et où vont-elles ? Bill Williamson

Réponses à la première question

La sérieuse : " Il y a bien sûr une force du vent à partir de laquelle les mouches ne peuvent plus voler, mais cela dépend aussi de la température, de l'humidité, du sexe et de l'âge de la mouche, ainsi que de son espèce (...) la suite très scientifique à lire dans le bouquin...

La réponse very humour british : " Je peux confirmer que la vitesse maximale des mouches françaises est d'environ 15 km/h. En dessous de cette vitesse, quand on fait du vélo dans les Alpes ou les Pyrénées, les mouches vous harcèlent. Quand on va trop vite pour elles, je suppose qu'elles se reposent en attendant le cycliste suivant. N'étant pas un champion et portant des bagages, j'avais du mal à maintenir cette vitesse en montée. Entre l'épuisement et l'attaque des mouches, j'ai du choisir cette dernière. Steve Lockwood

Conclusion : si les cyclistes prennent de l'EPO c'est pour échapper aux mouches...

 

 

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2006 2 11 /07 /juillet /2006 08:17

Mon texte de chevet :

 

" Le dégagement, c'est l'âme de toute qualité, c'est la vie de toute perfection, c'est l'élégance en action, c'est la grâce en paroles, c'est ce qui enchante le goût, c'est ce qui flatte l'intelligence - c'est ce qui ne s'explique pas.

 

C'est la touche finale apportée à l'ouvrage - c'est une beauté formelle. Les autres qualités embellissent la nature, mais le dégagement les rehausse encore. Il est la perfection des perfections, une beauté qui les transcende toutes avec une grâce universelle.

 

Il tient à je ne sais quoi d'aérien d'indiciblement élégant dans le dire et le faire, et même dans la façon de penser.

 

Il est en grande partie inné ; le reste, il le tient de l'observation. Et jusqu'à présent, personne ne l'a vu obéir à une quelconque autorité. Il est même supérieur à l'art.

 

On l'apparente au charme pour sa séduction ; à l'allure pour son caractère insaisissable ; au brio pour la fierté qui l'accompagne ; au dégagement, donc, pour son caractère affable ; à l'aplomb, pour ce qu'il révèle de facilité. mais tous ces mots ne traduisent que l'impossible tentation de le définir.

 

Ce serait lui faire injure que de le confondre avec la facilité : il se tient bien au-delà, au-delà même de la hardiesse. Bien qu'il suppose la légèreté, c'est une valeur ajoutée à la perfection... "

 

Baltasar Graciàn (né en 1601 meurt en 1658 prêtre au sein de la Compagnie de Jésus en délicatesse permanente avec sa hiérarchie il sera destitué de sa charge pour manquement au devoir d'obéissance) in  Le Héros éditeur Le Promeneur le cabinet des lettres 

Partager cet article
Repost0
10 juillet 2006 1 10 /07 /juillet /2006 08:00

Les premiers temps, dans toutes les manifestations où Lucienne l'emmenait, le jeune Pochon adoptait un profil bas, attentif et discret sur sa chaise, fondu dans l'anonymat des rangs du milieu pendant les AG multiples, agent dormant dans le deuxième cercle des conversations, nul ne faisait attention à lui. Lui s'imprégnait des règles non écrites du lieu, cherchait le bon bout des fils des nombreuses pelottes ou écheveaux, hochait la tête d'un air entendu aux dires des influents, applaudissait lorsqu'il fallait applaudir les envolées des orateurs, glanait avec son air de pas y toucher les rancoeurs des opposants, levait son verre à bon escient. Il se fondait dans le paysage, chemise blanche ouverte, pantalon de Tergal gris de gris acheté chez Armand Thiéry et, bien sûr, des grolles ringardes de chez ringard bien avachies. Dans cette parcelle de la France profonde ce qui vient de Paris n'a que peu de crédit.

Et pourtant, flanqué de la petite Fougère, la Clairette, notre petit Pochon pénétrait sans vergogne le système des honneurs et des prébendes, mettait en place des bretelles de dérivation, pervertissait les fichiers, hacker soft il investissait au  coeur du buiseness le plus rentable, jamais obsolète, celui de la vanité des hommes. Méthodique, il emmagasinait, hiérarchisait, triait l'embrouillamini des ambitions, comptabilisait les points forts et les faiblesses des petits et gros caïmans, dressait la carte des parcours rêvés par ceux qui ambitionnaient d'avoir dans leur poche une carte d'abonnement au TGV, celui qui monte à Paris, l'Olympe des costumes gris, le Saint des saints des parrains, loin du train-train du quotidien du terrain.

La première fois qu'il sortit du bois, lors d'une paisible assemblée générale de la cave coopérative, le petit Pochon le fit avec doigté, sobrement, par la bande. En l'occurence, la bande, c'était Bourré, le directeur de la cave, avec qui il avait su nouer des liens de confiance, un petit service par ci pour le gamin, un petit cadeau par là pour l'intéressé amateur de semences potagères oubliées. Léon lui suggéra de glisser dans le discours du président une petite phrase qui ferait grand bruit : dans la prochaine promotion du poireau, l'infatigable José Tournissan, le promoteur pugnace des vins de pays de la croupe schisteuse du Val Perdu et Oublié, depuis toujours membre du conseil d'administration sans jamais avoir brigué le moindre poste, se verrait attribuer la croix de chevalier. Stupeur dans les rangs assoupis ! Applaudissements nourris des ventres qui criaient famine.

Partager cet article
Repost0
7 juillet 2006 5 07 /07 /juillet /2006 08:50

Le pti scribouillard part en congepés pour trois semaines mais pendant que je ferai le lézard le blog continue. Vous y trouverez à la fois des textes que j'aime, légers ou graves, polisson même pour l'un d'eux, et la résistible ascension du Petit Pochon qui sous ses lignes de pure fiction caresse la réalité hors des sentiers battus. Bonne lecture chers amis abonnés ou de passage sur "Vin&Cie" l'espace de liberté dont le slogan estival est : " pour ne pas bronzer idiot lisez le blog Berthomeau..."

A propos du petit Pochon, fils du gros Pochon président multirécidiviste, je rappelle à ceux d'entre vous qui prendriez le train en marche que les épisodes précédents peuvent être lus dans les chroniques du mois de juin (archives). En résumé, Léon Pochon qui tout en engrangeant les données du CVI cherche l'âme soeur, un beau jour clicque sur une annonce " vigneronne accorte, vigoureuse, cherche tendresse..." C'est Lucienne. Dans le même temps, le jeune Pochon est convoqué par le chef de cabinet du Ministre des Commodités qui lui propose de cornaquer la jeune Claire Fougère comme stagiaire au bureau des interventions et décorations. Tout s'enchaîne et la petite Fougère sussure au petit Pochon " allez Léon parles moi de Lucienne... des vignes... de la vraie vie... tu racontes si bien... soit genti mon Léon d'amour dis-moi comment tu vas devenir un grand chef du Sud..." C'est donc cette résistible ascension que vous découvrirez en sirotant votre rosé bien fré...

A tous mes lecteurs qui me veulent du bien je signale que le geste le plus sympathique qu'ils puissent faire pour que leur enthousiasme soit communicatif c'est de proposer à leurs amis ou relations de venir découvrir mon blog. Le moyen le plus efficace pour ce faire est de gentiment inscrire l'adresse mail de leurs amis ou relations dans la case Inscription à la Newsletter dans la colonne de droite du Blog. Merci à tous ceux qui auront cette sympathique attention. Vous pouvez aussi dans donner l'adresse www.berthomeau.com au journal local ou tout autre vecteur média.

Enfin, je signale aux timides qui n'osent pas se manifester en cliquent sur Commentaire qu'il existe tout en bas de la page du blog, écrit en tout petit, en blanc, entre créer un blog et CGU, une rubrique contact. Il suffit de clicquer dessus pour voir apparaître une page vous permettant d'entrer en contact avec moi sans que vos propos apparaissent sur le blog. N'hésitez pas, chers amis, profitez de ce mois pour nouer des liens. Bonnes vacances à ceux qui sont en vacances ! Bon courage à ceux qui travaillent !

Partager cet article
Repost0
6 juillet 2006 4 06 /07 /juillet /2006 08:00

Monsieur le directeur de l'ANPAA,


Je dois vous faire part de mon admiration pour le combat sans merci que vous menez contre les mots. Quel courage ! Quelle pugnacité ! Permettez-moi quand même de m'étonner du retard à l'allumage de votre dernière bataille : dormiez-vous ? Deux longues années avant d'oser croiser le fer dans les prétoires avec ces malandrins de viticulteurs du Val de Loire. De mauvaises gens, des pervertisseurs de notre belle jeunesse de France, grâce à vous ils ont le rouge au front, votre opprobe les poursuit jusqu'au fond de leur cave et ils n'osent plus s'assoir face à leur femme et leurs enfants.


Monsieur Patrick Elineau, vous qui par le hasard d'une parentelle - cousin de ma première épouse, sa mère était la soeur de votre père - avez assisté à mes premières épousailles, j'espère que votre vocation de chevalier de l'abstinence contrite ne vint pas du spectacle des banquets servis en cette occasion à l'hôtel du Stade à la Mothe-Achard, que les chansons à boire n'ont pas fait monter en vous le courroux, ou est-ce tout bêtement le hasard qui vous fit débarquer à l'ANPAA où vous faites carrière comme d'autre le font chez Coca Cola ou chez Matra missiles. Bref, vous êtes là, et du haut de votre chaire vous pointez votre doigt vers ces gens du vin par qui tous les malheurs du monde, ou presque, arrivent.


Je caricature à peine, mais vos bataillons fournis de l'ANPAA pourquoi ne les jetez-vous pas en vagues successives dans les banlieues pourries, les solitudes glacées pour lutter contre les causes profondes de l'alcoolisme. Non, il est plus facile de ferrailler avec les mots plutôt que contre les maux de notre société. Depuis que vous êtes à la tête de l'ANPAA l'alcoolisme n'a pas reflué, preuve de l'inefficacité de vos armes. Rassurez-vous, monsieur le directeur, je ne suis pas un pourfendeur de la loi Evin, ni un supporter des campagnes de promotion collective, mes écrits en attestent,  je suis tout bêtement un vivant qui sait depuis qu'il est en âge de penser que le premier risque que lui ont fait prendre ses parents c'est de l'avoir mis au monde et ce risque est, avec certitude, mortel.


De grâce, cessez d'être hypocrite, dites que vous êtes prohibitionniste : n'y touchez jamais dites-vous... Pauvre de vous que cette fuite face à la vie que l'on vit. On ne fabrique pas des individus et des citoyens responsables avec de tels principes. Affrontez la réalité, protégez réellement la jeunesse non avec des mots dérisoires, des campagnes sans impact sur les populations à risque, des messages sanitaires dont tout le monde se tamponne. Si avez le culot de croire que les accidents de la vie ne sont pas les vecteurs essentiels des abus vous vous trompez et vous trompez ceux qui payent les impots qui soutiennent votre action. Soyez efficace et utile car la lutte contre l'alcoolisme vaut plus que vos amusettes dans les prétoires.


Je vous laisse Patrick Elineau, je suis de ceux qui, autant que vous, vivent avec le souci du bien commun, surtout n'allez pas vous asseoir à la table du Conseil de Modération vous risqueriez d'être contaminé. Restez dans votre bel isolement, vos certitudes, mais de grâce cessez de stigmatiser ces femmes et ces hommes qui, par leur labeur, leur savoir-faire, leur amour de leur bout de terre, font la vigne et le vin, portent haut l'image de notre beau pays, nous font vivre. Respectez-les, ils vous respecteront. Bonjour chez vous et faites attention en traversant la rue vous risqueriez de vous faire écraser.


Jacques Berthomeau

 

 

 

Partager cet article
Repost0

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents