Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 octobre 2011 7 30 /10 /octobre /2011 11:28

Comme d’hab. j’chuis à la bourre et je me fais avoiner par le taulier qui m’avait chargé de chroniquer sérieux-grave sur la dissertation beaujoloise du gars du Jura. Vous me direz le bougre, jamais en reste d’une contradiction, l’en a pondu deux chroniques, un vrai productiviste ! link et link Bon alors je me suis dit ma Marie tu ne vas pas faire couleur locale mais mettre en avant la marque de fabrique de ta sainte patronne : l’immaculée conception et disserter sur le «  déloyault » gamay à jus blanc bouté hors de Bourgogne en 1395 par Philippe le Hardi parce qu’il faisait alors concurrence sur les terres bourguignonnes au pinot noir.

  

Donc moi c’est le beaujolais blanc qui est cher à mon cœur et que je n’achète que chez la Pape incontesté du « Désapprendre à déguster » et chantre du «  recevoir plutôt que de prendre. » Bruno Quenioux www.philovino.com  et link

 bjbl1_btl_003.jpg

 Trêve de philosophie mes amis je fonce derechef au bas de la rue Claude Bernard pour faire l’emplette d’un carton de 6 de Beaujolais Blanc 2009 du  Domaine Dominique Cornin soit 66,40 € www.cornin.net

 dominiquecornin.jpg

Là, patatras, gourdasse, bécasse que je suis, je tombe des nues car le Beaujolais blanc c’est du 100% Chardonnay. Be oui, «  l'appellation régionale Beaujolais blanc est née en 1937, sur les terroirs à l'extrême nord du vignoble, aux limites du Mâconnais et au sud-ouest de Villefranche, dans le triangle que composent Liergues, le Bois d'Oingt et Bully. Issus du cépage chardonnay et non plus du gamay noir à jus blanc, le Beaujolais blanc ainsi que le Beaujolais-villages blanc sont des vins rares que façonnent près de 200 vignerons. » domainedominiquecornin.jpg

Bien que je fusse déconfite je me suis dit ma Marie pas de panique : faute avouée est à demie pardonnée. Je suis rentrée quatre à quatre chez le taulier qui m’a mis une bouteille en glace. Ce Beaujolais blanc faut juste le frapper pas le glacer. En attendant on s’est mis à papoter, à dire du mal des unes et des autres… Puis ploc ! Un beau verre… de la fraîcheur : quel tarin ! Quelle exubérance !  Par petites lichettes je tombe sous le charme. J'extasie. J’ai l’impression de me rouler dans un pré constellé de petites fleurs toute blanche et c'est alors que je me suis ruée sur mon clavier.

 

PS : le taulier me signale qu’à la fin de sa seconde chronique des VdeV à propos des photos que vous  ne trouverez nulle part ailleurs (oui, oui) :

 

1-l’une qu’il a censurée  sera offerte à la demande : elle est terrible…  

2 -et qu’une autre, qui est une pure œuvre berthomesque, si elle est identifiée par l’un de vous, vaudra une belle quille de Beaujolais Blanc 2009 du  Domaine Dominique Cornin à l’identificateur.

 

Marie de Saint-Drézéry vigneronne improbable

photoboblanc-copie-1.jpg

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

Michel Smith 30/10/2011 19:27



Jamais trop tôt, toujours trop tard... va savoir.



JACQUES BERTHOMEAU 30/10/2011 19:32



Chui pas le dernier la dernière en l'occurence... avec moi c'est comme ça vient... 



Michel Smith 30/10/2011 13:54



Bon, j'y vais : 


-Oui, je réclame la photo censurée !


-La photo prise par le Taulier serait solon moi celle de la pub du Beaujolais de la gamme "Classiques".



JACQUES BERTHOMEAU 30/10/2011 19:24



Photo envoyée...


Oui Classiques c'est moi qui ai trouvé le nom... et c'était la première tentative d'une marque ombrelle pour des Appellations Régionales. Trop tôt !



  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents