Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 octobre 2011 1 31 /10 /octobre /2011 00:09

 

agfighter1833.jpg

 

Cette chronique est maintenant une chronique furtive

 

pour plus de précisions s'adresser au taulier par courrier

 

 

berthomeau@gmail.com

 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

Vincent Pousson 31/10/2011



Fredi,


je suis parfaitement d'accord, tu le sais sur cette dimension paysanne et saine du vin, une dimension qui surpasse mille fois à mes yeux celle du vin "objet de spéculation globalisé".


Concernant le "Jumillagate", je ne dis pas que ça ne se fait pas ailleurs mais je n'en ai pas la preuve. Et je ne dis pas non plus que ça ne se fait qu'en Espagne (nous n'allons pas revenir par
exemple sur la promiscuité fut un temps en Italie entre James Suckling et son mentor Ferragamo). Simplement, sur le dossier qui nous occupe aujourd'hui, nous avons quelques "biscuits"…



Hervé Lalau 01/11/2011



Je ne pense pas que M. Pousson accable particulièrement les Esapgnols. Au contraire, on peut les féliciter d'avoir oser sortir le document dont il est question. Si cela était avéré, il n'y a pas
de raison que ce système soit circonscrit à l'Espagne.


Et toujours si cela était avéré, cela éclairerait d'un jour assez comique les déclarations de Mr Parker au sujet de l'indépendance des professionnels...


De là à dire "tous pourris", non bien sûr, mais couper les branches malades est parfois bon pour la survie de l'arbre.


On verra bien la réaction des intésssés. De leur ligne de défense, on pourra déduire l'importance du problème.



Michel SMITH 02/11/2011



Concernant les derniers commentaires, je ne pense pas ques les "institutions vineuses" (régions, syndicats, groupes de vignerons, etc) aient pu tenter de corrompre Bob Parker en France. À ma
connaissance, celui-ci ne passe jamais par elles lors de ses déplacements (ou ceux de ses acolytes) préférant de loin jouer de son indépendance ce que je peux comprendre. En revanche, je sais que
comme moi et d'autres, il est sensible aux amitiés qui ont pu se lier à ses débuts et qu'il se laisse volontiers inviter par quelques grands noms du sérail avec lesquels il entretient un réel
lien.


Ceci pour dire que l'objectivité d'une note ou d'un commentaire n'existe pas dans l'absolu. Petit scibouillard de seconde zone moi-même, avec plus de 30 ans d'expérience en dégustations là où les
critiques n'allaient pas forcément préférant les belles voies toutes tracées, je peux enfin avouer que j'ai des amis dans le vignoble, que je les aime au point de les solliciter parfois pour une
nuit chez eux ou une bécasse bien arrosée et que oui, il m'arrive de me laisser influencer par l'amitié qu'ils me portent et le grand bien que me procurent leurs vins.


Je vous expliquerai tout cela un jour... 



Michel SMITH 02/11/2011



En revanche, moi qui ne suis pas critique, mais simplement journaliste, je peux affirmer que je suis bien content lorsqu'un syndicat ou un comité interprofessionnel m'invite pour déguster la
production d'une ou plusieurs appellations. Avec 2.000 € par mois (ce qui n'est pas si mal par les temps qui courent...), j'aurais du mal à me payer de belles tournées dans le vignoble. Mais il
m'arrive quand même encore de casser ma tirelire et de m'organiser un voyage à moi tout seul. Et même de replir mon coffre à mes frais !



Miguel 02/11/2011



The story goes on…
http://jimsloire.blogspot.com/2011/11/my-questions-to-juan-antonio-ruiz.html



www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute liberté pour l'Extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents