Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 avril 2013 4 25 /04 /avril /2013 00:09

1005184-Gobe-mouches.jpg

 

L’annonce faite par Gotti – je sais, c’est facile – « Vins naturels : il est grand temps que la bulle éclate »link me fait me gondoler grave car de bulle j’en’ avions point vue sauf du côté des prix des GCC de Bordeaux. Mais bon, passons, c’est de saison de casser du sucre – pas celui de betterave ajouté aux moûts de nos grandes appellations – sur les vins nus. « De circonvolutions en justifications, la mode des vins naturels démontre chaque jour que ce concept n’est qu’un rideau de fumée. » Mais alors pourquoi  vous z’inquiéter Laurent Gotti, la fumée, même de sarments bourguignons, ça chatouille un peu le nez, ça gratouille un chouïa la gorge, mais ça se dissipe au premier coup de vent et, comme la mode c’est du vent, l’ordre éternel des champs règnera vite à nouveau. Si tout ça ce ne sont que des conneries je ne vois pourquoi vous vous mettez en rogne pour une poignée de minables confettis. Mais, comme le disait le défunt cardinal Marty, avec son timbre rocailleux du Rouergue, autant d’opprobre pour quelques vins « ça m’interroge ».


Pour sûr que les bouteilles ne poussent sur les pieds de vigne – y’a qu’un consultant qui puisse proférer une telle ânerie en se croyant drôle – mais il n’empêche que ce sont des cons dans mon genre qui les achètent. Alors,  pourquoi tant de remous dans votre belle bassine bourguignonne qui, comme chacun le sait, ne fait que du bon, de toute façon ce sont les acheteurs qui trancheront. Là, je sens venir une rafale de bobos, de petits cons et connes qui n’y connaissent rien, pour contrer ma bonne humeur. Ben oui, le client a toujours raison me disait mon paysan de grand-père. Si tout ça ne fait que du vinaigre, Laurent Gotti, nul besoin de vous échiner à percer avec votre plume acérée des baudruches, en plus vous pourriez vous blesser, puisque par nature les baudruches se dégonflent toutes seules.  (figuré) (péjoratif) Personne qui n’a que les apparences des mérites qu’on lui prête et qui se dégonfle aisément.


Bien évidemment, loin de moi l’idée de contester votre droit, puisque vous êtes journaliste, de trouver les naturistes « obscènes » – je plaisante bien sûr car moi je ne suis qu’un modeste chroniqueur qui ne comprends pas grand-chose – mais pourquoi traiter avec autant de hauteur un vigneron de la qualité de Jean-Louis Denoix ? Est-ce parce qu’il n’est que Languedocien et qu’il a, au domaine de l’Aigle, acclimaté du Chardonnay et élevé des vins qui valaient bien ceux de chez vous monsieur Gotti. Sa lettre, que j’ai publiée, a le mérite d’ouvrir le débat ce que vous, je le constate, n’appréciez pas. Serait-ce le monopole de la Bourgogne : là je pousse trop loin le bouchon de l’ironie monsieur Gotti. Quand à votre professionnel émérite, il n’a qu’à changer de fournisseur au lieu de verser des larmes de crocodile. Je puis vous assurer, pour fréquenter les dégustations, ça ne manque pas les vignerons. Mais quand on veut tuer son chien on dit qu’il a la rage. Franchement, tout ça pour ça, pour une poignée de gus et de filles « cultivant une certaine marginalité », ça n’est pas sérieux, c’est disproportionné, genre marteau-pilon pour écraser une mouche. Vous allez m'objecter que les naturistes occupent tout l’espace médiatique. C'est un peu vrai sans doute car la gente blogueuse, et maintenant journalistiqu,e les adule, à quelques exceptions notables cependant. Je comprends que ça vous agace mais, que voulez-vous dans l'univers compassé, un peu chiant, tristouillard des grands amateurs, ils apportent un peu de fraîcheur, je n'ose écrire de naturalilité de peur de me faire enguirlander. Qu’ils soient parfois chiants, même de mauvaise foi aussi, je vous le concède mais pourquoi ne les laissez-vous pas barboter dans leur petite bassine ? Pourquoi vous dérange-t-il autant ? J’ai du mal à comprendre cet excès d’indignité. 


Depuis que je bourlingue dans les plis de nos beaux terroirs, pas que viticoles bien sûr, et ça fait un sérieux bail, sans bien sûr posséder de quelconques compétences en quoi que ce soit, j’ai appris à écouter, à entendre, à ne pas me laisser emporter par la passion ou me caler dans les positions en béton des « sachants ». Je doute. Pour autant je ne saute pas comme un cabri face aux minorités agissantes « nature, nature, nature… », je n’adule pas les déviances, mais je me dis que les réactions surdimensionnées de ceux qui se disent porte-parole de la majorité, dites silencieuse, traduisent souvent un malaise, un abcès de fixation et, les abcès, monsieur Gotti il vaut mieux les percer au plus tôt. Voilà un beau sujet de débat en votre belle Bourgogne monsieur Gotti… J’ai le souvenir d’être allé l’an dernier à l’invitation du BIVB assister à un colloque sur les « Les vins à forte personnalité : une première en Bourgogne qui ouvre des perspectives intéressantes. »link et force a été pour moi de constater que les rennes du carrosse étaient tenues fermes par ceux qui savent maintenir le chariot sur le bon chemin.


Table-ronde-BIVB.Image-fixe002.jpg

 

Ceci écrit, Laurent Gotti, ne prenez pas ça à mal. Si je suis taquin c’est pour la bonne cause : l’extension du domaine du vin et, comme celle-ci prend de multiples chemins pourquoi diable jeter l’anathème sur des gars et des filles qui empruntent un tout petit routin, des chemins de traverse loin des larges voies habituelles. Ça dérange qui au juste ? Le consommateur ? Absolument pas ! Cela jette-t-il un discrédit sur votre belle région, sur les  « vrais » et « bons » vignerons ? Je ne le pense pas. D’ailleurs, pour la plupart, ils font du Vin de France et, ce n’est pas un débat sémantique sur la naturalité qui permettra de trier entre le bon grain et l’ivraie. C’est si Français de se chamailler pour rien ou pas grand-chose. Laissez donc faire, si ces vins que vous vouez aux gémonies ne sont que des imposteurs ils feront long feu.


Après cet écrit Laurent Gotti peut-être me traiterez-vous de gobe-mouches ?


« Le gobe-mouches avale tout, fruits, textes et commentaires. Il rend tout cela en idées, si l’on peut ainsi dire ; et comme je puis savoir, en ouvrant l’estomac d’un oiseau, quelles choses comestibles il a rencontrées, ainsi le discours du gobe-mouches montre des débris encore discernables des vérités qu’il a rencontrées en son vol de gobe-mouches, bec ouvert, sans choix. Je dis vérités, car tout est vrai, oui, même l’écrit d’un fou, car il est vrai qu’il l’a écrit ; et les sottises elles-mêmes forment une part de l’opinion, qui est considérable. »

Alain, Propos.

 

C'est François Desperriers qui va être content 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

luc charlier 01/05/2013 20:49


Il commence à
faire noir sur le Roussillon, je vous offre un .... Gotti-Dämerung wagnérien! Pour clore une diatribe – peu importante – par une amende honorable, je ne connais
M. Gotti ni d’Ève ni d’Adam et il ne s’agissait pas d’une attaque ad hominem. La citation que j’en avais lue ne contenait PAS le mot « guère », soit que je l’eusse mal lue
(amaurose corticale) soit qu’elle ait été omise. Et elle avait pour cette raison provoqué mon ire. Si la phrase réelle est ce qu’il nous signale, mon commentaire était sans aucun propos, j’en
conviens avec lui.


J’allais lui opposer de nombreux chardonnay(s) non-bourguignons et pourtant dignes de plaire aux plus exigeants. Mon sang n’avait fait
qu’un tour – ce qui est rapide chez un presque sexagénaire diabétique au lit vasculaire d’aval déjà fort abîmé – car le nombre d’amputés du goût qui ne reconnaissent qu’à leur coin de planète le
droit de faire bien sur tel ou tel versant de la qualité gastronomique m’irrite au plus haut point.


Je n’ai personnellement plus mis les pieds au Brésil depuis 1987 – il est difficile à quelqu’un qui soigne seul 10 hectares de vigne
de coteau de s’absenter plus de quelques jours, même s’il en avait les moyens financiers – mais je voulais offrir quelques exemples moins lointains d’excellents jus de ce cultivar:


. celui du Clos Windsbühl de Léonard et Olivier Humbrecht


. celui du Kronsberg d’Iphofen au Weingut Hans
Wirsching


. celui de chez Tement en Styrie


. celui de mon presque voisin du Domaine Alary à Caudiès de Fenouillet


. celui de Jacques Tissot à Arbois


. celui que proposait Josko Gravner au Frioule avant qu’il ne commençât ses expériences avec les amphores (plus dégusté depuis
lors)


. ce Manicle perdu au fin fond du Bugey


On pourrait continuer la liste longtemps ....

Laurent Gotti 30/04/2013 17:46


@ Luc Charlier


1 - La phrase précise est "il ne m'est guère difficile d'admettre que de bons chardonnays puissent être produits ailleurs qu'en Bourgogne". Ce qui rend votre commentaire sentencieux hors de
propos...


2 - Je reviens du Brésil où j'ai pû déguster des chardonnays du Rio Grande do Sul et d'amérique du sud en général (la photo qui figure sur mon blog a d'ailleurs été prise chez Miolo). Comme quoi
je soigne mon complexe de supériorité français et bourguignon !     

le terrible cavalier anonyme 28/04/2013 10:17


http://www.dailymotion.com/video/x20v1a_johnny-cash-god-s-gonna-cut-you-dow_music#.UXzWK6KeNrM

luc charlier 26/04/2013 20:34


Il vous est « difficile d’admettre ..... ».


1° combien d’autres goûtez-vous, ou avez-vous goûtés ? De qui, quand, où ?


2° sur quels critères juge-t-on « bon » un chardonnay ?


Même si je pense, avec vous, que la Bourgogne est capable de produire d’excellents chardonnays, cette phrase est d’une suffisance que
seul un Français peut afficher (MES lecteurs, admettre ....) 


Pour mettre du ... Beaune au coeur (oui, je sais il y a une coquille) de vos lecteurs, j’ai bu samedi dernier chez Herwig Van Hove, un
des meilleurs (encore un jugement de valeur) dégustateurs belges, un chardonnay bourguignon qui était réellement excellent. Il s’agissait d’un Puligny-Montrachet les Folatières de 2011, qui
venait de descendre du camion, à Louvain, en provenance du Domaine Pierre André. Il ne faut pas croire la légende qui veut que « le vin voyage mal » et qu’il « faut le laisser
reposer » : c’est de la blague, sauf pour une vénérable vieille bouteille pleine de dépôt et en fin de course, je suis d’accord.


« Il m’est donc moins difficile d’admettre que vous avez parfois raison », et bonjour à VOS innombrables lecteurs.

Laurent Gotti 26/04/2013 11:20


Bonjour M. Berthomeau,


Je vous remercie de vous faire l'écho de mes prises de positions.


Je ne reviens pas sur le fond du débat, je crois que nous sommes à peu près d'accord si vous prenez la peine de me relire attentivement (quelques surinterprétation de mes propos). Je crois
effectivement que le vocable de "vins nus ou "naturistes" est plus honnête. Mais peut-être moins vendeur…


Oui, la baudruche éclatera d'elle-même. Mais avez-vous pensé aux dégâts collatéraux ? Car si le sujet vous fait "gondoler grave", il n'amuse pas vraiment les producteurs qui se donnent du mal à
travailler en bio et à se faire certifier. Car dans l'esprit des consommateurs le raccourci "vins naturels" = vin bio est une pente évidemment … naturelle. Et quand dans la tête de ces mêmes
consommateurs "vins naturels" sera définitivement égal à vins déviants, oxydés, etc., le préjudice touchera également (surtout ?) les vins bio. Cela serait évidemment fort regrettable tant la
démarche bio est pour le coup sérieuse et nécessaire.


A l'occasion parlez-en à Alain Hasard, par exemple, puisque c'est un vigneron dont vous appréciez la perspicacité.


Enfin quelques précisions pour vous éviter de pousser le "bouchon un peu loin dans l'ironie", je suis journaliste en Bourgogne. Ce qui ne veut pas dire que je suis bourguignon. Et encore moins
producteur ou possesseur d'un quelconque cépage en Bourgogne. Dois-je ajouter que je ne suis pas, non plus, marchand de soufre ou d'un quelconque produit œnologique ?


J'ai par ailleurs eu l'occasion de parler du domaine de l'Aigle dans les colonnes de Bourgogne Aujourd'hui. Nos lecteurs savent qu'il ne m'est guère difficile d'admettre que de bons
chardonnays puissent être produits ailleurs qu'en Bourgogne.


M. Berthomeau vous prenez la parole fréquemment, souvent avec brio sur des sujets variés. Aussi je m'étonne que vous soyez chatouillé et gratouillé (ou mieux gondoler) que d'autres la prenne sur
ce qui fait leur quotidien.


Enfin, les poussages de bouchon n'apportent pas grand-chose à l'expression de vos idées. Ils ne suscitent que commentaires et calembours douteux (que le confortable anonymat d'internet encourage)
et n'éclairent pas le débat.


Je précise aussi à françoismb concernant les "donneurs de leçons" que l'on m'a simplement demandé mon avis. Et comme dirait l'autre, c'est mon opinion et je la partage.


Bien à vous et à vos lecteurs,


Laurent Gotti

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents