Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juin 2014 2 10 /06 /juin /2014 10:38

UMP.jpg

 

Overdose vont crier, les anti-foots, les alter, les je ne regarde jamais la télé, les allergiques à la Kro cul sur canapé, les bobos, les déçus du bus de Knysna détruit par Adidas, les nostalgiques du temps de Kopaszewski, Wisnieski, Piantoni que des bons Français, les fachos qui n’aiment pas le noir, les râleurs, les Mélanchoniens « C'est l'opium du peuple, cette histoire, a-t-il estimé à quelques jours de l'ouverture de la précédente Coupe du Monde de football. Ça m'a toujours choqué de voir des RMIstes applaudir des millionnaires», mais pas Besancenot qu’est supporter du PSG et qui aime beaucoup Zlatan…


Pour sûr y’en a que pour eux : « Les bleus en passent 8 à la Jamaïque, les bleus montent dans leur avion à Lille-Lesquin, seelfies des bleus dans l’avion, arrivée des bleus à Ribeirao Preto : excellent article des Echos « Un monde vert, un ruisseau noir et quelques Bleus… »


7400483-coupe-du-monde-les-bleus-s-envolent-sereins-pour-le.jpg

 

« Après un long vol en provenance de Lille via Sao Paulo. Dans la chaude nuit du sud-est brésilien, la bande à Deschamps n'aura pas pu profiter du paysage via les hublots. Entre les deux villes, rares sont les endroits éclairés. La région se voue à l'agriculture intensive. Du maïs un peu, mais surtout de la canne à sucre s'étend à perte de vue quand le soleil n'a pas encore cédé sa place à la lune. Ribeirao Preto est une ville universitaire. Mais c'est surtout une ville agricole. Il n'est pas rare de voir des Français ou des Chinois venir discuter prix des denrées au Pinguin, cette célèbre brasserie locale où l'ancien capitaine du Brésil, Socrates, enfant de la ville, avait l'habitude de descendre quelques bières. » link


Vous voyez on peut aussi s’intéresser à la vie du pays en suivant les footeux.


C’est le choix qu’ont fait les vibrions connectés de Socialter avec leur Spécial Brésillink


COUV5.jpg

 

« Hausse des prix, faible croissance, fortes inégalités… Le Brésil d’aujourd’hui connaît d’importantes difficultés. Pourtant, partout dans le pays, des acteurs innovent et mettent en œuvre des initiatives à impact social ou environnemental positif : ils insufflent ainsi une énergie nouvelle pour venir en aide aux laissés-pour-compte du plus grand pays d’Amérique du Sud. Entre deux matches du Mondial, Socialter vous propose un autre regard sur le Brésil, terre de solutions et d’innovations. »


Bien évidemment mes jeunes amis de Socialter, qui aiment tant me faire plaisir, entament leur dossier brésilien par un article d’Hélène Seingiers sur les Fabriques responsables.


ethique.jpg

 

« En 2013 au Bengladesh, l’immeuble Rana Plaza s’écroulait, tuant 1 138 salariés du textile  sous-payés. Pour détricoter un tel système, rien de mieux que la mode éthique. Le Brésil qui dispose de ressources naturelles gigantesques, de droits sociaux de plus en plus respectés et d’une créativité sans limite, se révèle un pionnier du secteur »


Et ça le taulier l’a depuis longtemps flairé  6 septembre 2006 : « Tout ça pour mes Veja »link


Veja2.jpg

 

« Lorsqu’ils se sont demandé dans quel pays développer leur projet de baskets équitables, les deux Français de la marque Veja n’ont pas hésité longtemps. « Au Brésil, on trouve les matières premières nécessaires – du caoutchouc sauvage en Amazonie, du coton bio dans le Nordeste –, et des usines qui respectent les droits des travailleurs », résume François-Ghislain Morillon, assis à l’arrière d’un pick-up sur les chemins cabossés de l’Acre. C’est dans cette région isolée, à l’extrême ouest du Brésil, que se trouvent les rares producteurs de caoutchouc sauvage de la planète. Pour récolter le lait d’hévéa, Erasme Santos ne se rend pas sur une plantation : machette à la main, il se fraie un passage dans la forêt vierge. « Ces arbres sont notre richesse, affirme le producteur en saignant un tronc gris, au milieu d’un fouillis de lianes et d’arbres centenaires. Le commerce équitable paie un bon prix pour le caoutchouc. Cela nous évite de déboiser pour élever du bétail, qui est très rentable ».


Voilà mes nouvelles Veja 2 fois moins chères que les marques bodybuildées au marketing (voir les maillots et les godasses des joueurs du Mondial)


Veja.jpg

 

Autre détail à l’attention des révoltés en Nike (prononcer niqué) et en jeans Levis « Il n’y a rien de plus sale que le coton conventionnel. Comme ce n’est pas comestible, les producteurs les arrosent de produits chimiques… » sans parler de la teinture, du traitement bourrés de cochonneries… link

 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

patrick axelroud 11/06/2014 23:11


Pour le Brésil on peut également lire Sébastien LAPAQUE, un regard neuf et original . Ainsi "La convergence des alisés" "Court voyage équinoxial:carnets brésiliens" ou encore  "
Théorie de Rio de Janeiro" et accessoirement d'autres ouvrages sur le grand Bernanos et le Brésil.( voir wikipédia )

Luc Charlier 11/06/2014 12:49


C'est en partie vrai, les 2 citations. Pour celle d'Alain, qui a été paraphrasée mille fois, elle oublie quand même qu'il y a 4 cellules dans la grille: le pessimiste de caractère, le pessimiste
voulu (rare mais possible), l'optimiste de caractère (heureux homme mais il se trompe assez souvent) et l'optimiste "bidon". On aura compris que je n'aime pas celui-là ... mais je le respecte.
Bien obligé, c'est la majorité des gens que l'on rencontre dans leur personnage "public". Ils changent en privé.

patrick axelroud 11/06/2014 05:38


"Le pessimisme est d'humeur,l'optimisme de volonté"  Emile-Auguste CHARTIER dit "ALAIN"


"Il faut savoir estimer ce que l'on aime pas" Camille SAINT-SAENS démarrant une carrière de critique musical.

Luc Charlier 10/06/2014 13:25


Là, je te rejoins : en 2012, le pays a dépassé la GB en tant que 6ème économie la plus importante au monde (grace à son appartenance au BRIC et à ses liens privilégiés
avec la Chine en particulier). En 2013, sa production agricole a augmenté de 10 % environ au premier trim, et encore de 4 % au deuxième (ai pas les chiffres après). Mais .... c’est du soja
principalement (2ème producteur mondial après les E-U), avec tout ce que cela implique. Et la déforestation majeure en est le prix à payer. D’accord, il y a aussi l’exploitation
forestière, le maïs et la canne à sucre. Enfin, le coût des stades est faramineux, et bien au-delà des budgets prévus.


Pour les grincheux, je le prends pour moi et c’est un constat. Il y a des gens qui appliquent la « pensée positive », naturellement semble-t-il. Tant mieux pour eux, je crois que cela
rend plus heureux, sauf quand on se fait « avoir » par excès de naïveté mais je pense que l’âge et l’expérience amoindrissent ce risque. Et il y a ceux qui ont la pensée positive
voulue, délibérée. Je peux me tromper mais ils me semblent faux, fabriqués, sur le modèle US. Et puis il y a les pessimistes – dont je suis. Je pense qu’on l’est par nature, et sans doute aussi
suite au vécu éducatif. Je ne sais si c’est mieux ou moins bien, mais c’est ainsi. Crois-moi, cela ne facilite pas la vie. On n’y peut rien. Mais c’est souvent plus proche de la réalité.


En mangeant, j’entendais Gérard Holtz « au poste » (on dit ici : « Sur » France Bleu) sur ce sujet. C’est un professionnel irréprochable, respecté et
d’expérience. Pour un grincheux, spontanément et sans aucune jalousie, la réflexion qui vient à l’esprit c’est : « Qu’est-ce qu’il a fait d’utile dans sa vie ? ». On me
répondra : « Il a donné des moments de bonheur aux gens ». Tu vois, j’ai l’autocritique facile aussi.


Enfin, je sais aussi que, du temps de Kubitschek – un autre « volontariste », celui-là – il y a eu le slogan des « 50 années gagnées en 5 ans », il y a eu la construction de
Brasilia et il y a eu ... Pele et ses pieds magiques (+ Garrincha), qui ont sans doute fait plus que l’économie pour donner de la joie aux Brésiliens et rendre célèbre leur pays.


 


Plutôt Platini que Monory, donc.

Luc Charlier 10/06/2014 11:19


Jacques, je sais que c’est un sacrilège dans votre beau pays mais je ne prétends pas : « Je ne regarde pas la télé ». Je n’en ai simplement pas et cela depuis environ 14-15 ans
maintenant (avant mon arrivée ici). Le temps que j’ai ainsi « gagné », je le perds sur mon blog et celui des autres, à me faire traiter tantôt de poujadiste, tantôt de ringard, tantôt
de presque génie (c’est plus rare). On n’a pas besoin de foot pour en savoir un peu plus sur le Brésil. Je viens de terminer un petit ouvrage de vulgarisation historique, voir : http://coumemajou.jimdo.com/2014/06/02/savais-pas/


Pourtant, j’avais lu « Rouge Brésil », en son temps, mais le lien avec le nom du pays m’avait échappé.


 


Je pense que « lire, ça rend moins con » et ... m’y applique. Avouez que Coupe du Monde + Roland-Garros + Wimbledon + TdF, cela fait quand même pas mal de connerie et de drogue en peu
de temps ! 

JACQUES BERTHOMEAU 10/06/2014 11:32



je  ne regarde plus la télé depuis longtemps ce qui ne m'empêche pas de m'intéresser à ce qui se passe dans le monde et au Brésil tout particulièrement : premier producteur de viande de
boeuf et de poulets, biocarburants mais profiter du focus du Mondial n'est pas plus con que de se contenter d'emboîter le pas aux grincheux...


 


 



  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents