Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 juin 2008 1 30 /06 /juin /2008 00:08


Xavier de Volontat est un homme courtois, pondéré et affable. C'est un Audois et, s'il est un département français que je connais bien, c'est bien l'Aude. Lorque je fus monsieur rapport il était président des VIF et j'ai toujours trouvé auprès de lui une écoute attentive et, même si certains de ses adhérents me considéraient comme un mécréant, bien souvent nos analyses convergeaient et nous partagions la même volonté de voir notre secteur adopter les réformes nécessaires à la nouvelle donne. Le voilà depuis quelque temps Président de l'APGV, représentation collective de la production viticole française, je me devais donc, avec le petit vent de réforme qui soufflotte encore, de le soumettre à mes 3 Questions. Je l'en remercie chaleureusement.

1ière Question :

Bonjour Xavier de Volontat, félicitations, vous venez d’être élu président de l’AGPV (Association Générale de la Production Viticole) : c’est quoi au juste l’AGPV ? Une petite sœur des autres AGP… de la FNSEA où le P se traduit par producteur ou seulement une cousine germaine qui regroupe la diversité des organisations de la Production viticole : CCVF, VIF, CNAOC et CFVDP ?

 

Réponse de Xavier de Volontat :

L’Association Générale de la Production Viticole (AGPV) est une organisation professionnelle déjà vieille de près de 15 ans. Elle est née de la volonté de la coopération viticole, des vignerons indépendants, des syndicats d’AOC et de VDP de créer une structure nationale de concertation et d’échanges sur toutes les problématiques liées à la production viticole française. Déjà, à cette époque, le besoin criant de se retrouver, d’échanger et de réfléchir ensemble était présent. Le parti pris des organisations membres était de créer une structure souple et légère, sans administratifs, avec une présidence tournante chaque année ; le secrétariat étant tenu par une organisation professionnelle différente de celle du président de l’AGPV.

Parler d’une seule et même voix sur un maximum de dossiers était une nécessité pour la production viticole qui a souvent montrée l’exemple de la division et de l’incohérence.

Dès la naissance de l’Association, les organisations professionnelles ont souhaité ouvrir les réflexions au syndicalisme à vocation générale en invitant à chacune des réunions des représentants de la FNSEA et des JA.

Nos relations avec la FNSEA, pendant près de 15 ans, ont tutoyé le chaud et le froid, et ont épousé les courbes d’une vie : des fiançailles au mariage (l’AGPV a été pendant quelques années adhérentes à la FNSEA) suivi, comme souvent, d’un divorce. Aujourd’hui, et pour reprendre mon image, nous avons repris le fil d’une relation commune sans habiter ensemble.

 

2ième Question : Dans sa conclusion à l’interview qu’il a donnée à Vin&Cie avant le Salon des Vins de Loire, Pierre Aguilas, qui a présidé comme vous l’AGPV au titre de la CNAOC, me déclarait : « La seule et unique action importante et urgente c’est que la CNAOC, les VIF, la CFVDP, la CCVF deviennent (au moins pour leur partie politique) qu’un seul syndicat. Ainsi le ministre ne recevrait plus qu’une délégation ultra réduite, mais puissante qui ne risquerait plus d’être démentie dès le lendemain. Mais je rêve... » Qu’en pensez-vous ? Rêvez-vous ? Dans les débats actuels sur la gouvernance de la filière où l’on oppose le tout régional au « supposé » centralisme national est-ce dans l’air du temps ?

 

Réponse de Xavier de Volontat :

Nous sommes un certain nombre à rêver, tous les matins en nous rasant, d’un monde meilleur. Je suis un de ceux là. Mais je suis aussi très réaliste : un seul syndicat regroupant la CCVF, la CNAOC, VIF et la CFVDP pour leur partie politique n’est pas pour aujourd’hui, ni demain, ni après demain. Nos organisations professionnelles ont toute une histoire, parfois très ancienne, une culture interne liée à ce qu’elles sont, des hommes et des femmes animés d’objectifs et d’ambitions pour l’instant très éloignés. Mettre en commun et lâcher quelque peu une partie de leurs prérogatives n’est pas encore d’actualité.

Je suis comme Pierre AGUILAS, je rêve d’un monde meilleur mais je suis aussi pragmatique. Entre le rêve de Pierre de ne voir qu’une seule tête, et la situation d’aujourd’hui, il y a une alternative qui me conviendrait assez : mettons en commun quelques moyens humains, techniques et financiers pour traiter administrativement et politiquement tous les dossiers sur lesquels déjà nous sommes quasi en accord. Et Dieu sait s’ils sont nombreux. Nous manquons d’analyses et d’expertises communes sur des dossiers très importants, nous avons une responsabilité collective envers nos mandants, nous sommes responsables de l’avenir de la production viticole française. Les vignerons français n’ont que faire des querelles d’organisations professionnelles, ils nous demandent de tracer collectivement une route qui leur permettra de vivre et de se développer. Ils nous demandent un souffle nouveau, une ambition collective, une dynamique. Et non de faire s’opposer continuellement des dogmes, comme par exemple le « tout national » et le « tout régional ». Tout le monde sait que la vérité se nourrit souvent des extrêmes pour se situer au milieu. Rien n’est jamais tout blanc ou tout noir, la réalité est souvent plus complexe.


3ième Question
 :

En dehors de votre mobilisation sur la taxe Casdar, qui finance la R&D pour la rendre plus équitable, quels sont les grands dossiers, les questions stratégiques, portés par l’AGPV ? La nouvelle donne de l’OCM ne va-t-elle pas profondément modifier le paysage de la viticulture française ? Enfin, si vous me le permettez, à titre plus personnel, quel regard portez-vous sur la décennie écoulée et êtes-vous confiant dans l’avenir de notre secteur ?

 

Réponse de Xavier de Volontat :

Sur les dossiers stratégiques qui devront être portés par l’AGPV, tout reste à faire. Je proposerai rapidement à l’ensemble des organisations professionnelles  membres de l’AGPV un plan d’actions et les différentes thématiques sur lesquelles je souhaite travailler. La recherche et le développement font bien entendu parti des dossiers prioritaires mais nous ne pouvons être absents des débats de la future loi issue du Grenelle de l’Environnement, nous ne pouvons être absents des débats sur la fiscalité directe et indirecte qui pèsent sur nos exploitations et nos entreprises. Je souhaite aussi et d’une façon très régulière engager des débats et des discussions avec la famille du négoce. Nous avons une multitude d’éléments à réfléchir ensemble, de la contractualisation, des partenariats, des délais de paiement, la segmentation des vins et l’application de la nouvelle OCM vins. Nous devons réfléchir ensemble à l’économie future de notre filière. La nouvelle OCM vins va, me semble-t-il, bouleverser notre filière, ses pratiques, son économie. Il n’est plus temps maintenant de se lamenter ou de se réjouir, il est temps de préparer notre avenir et celle de toutes nos entreprises. Et je reste profondément optimiste sur la capacité d’adaptation de nos entreprises à la nouvelle donne ; certaines s’y préparent ardemment depuis longtemps. Bien entendu, cela va être difficile et délicat pour la plupart mais connaissons-nous aujourd’hui un secteur d’activité où tout va bien, où il n’est pas indispensable de se battre au quotidien, sur les marchés, avec les clients, avec les fournisseurs, avec l’Etat, avec ses salariés, avec le temps et le climat, avec sa banque. Ce dont je suis certain c’est que nous avons assez perdu de temps…



Pour ceux qui ne l'auraient déjà fait samedi lire absolument ma chronique http://www.berthomeau.com/article-20787525.html je sollicite votre avis merci de me le donner pour que je puisse améliorer le service de Vin&Cie l'espace de liberté. Bonne journée.

 

 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents