Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 août 2021 2 03 /08 /août /2021 06:00

Les vignes semi-larges sont expérimentées par le Comité Champagne à Plumecoq depuis une vingtaine d’années ainsi que dans 16 autres parcelles en Champagne.

Journal L'Union abonné - L'Union
Ce que donnent les vignes semi-larges expérimentées par le Comité Champagne

Je suis une canaille, en publiant le point de vue de Burtschy je me doutais bien que j’allais agiter le marigot, mais comme je suis un ignare total j’ai préféré jouer les innocents, jeter le pavé dans la mare pour voir les éclaboussures.

 

Je vous en livre provenant de gens compétents, deux vignerons, l’un bordelais qui a un bon carnet de santé vigneronne, l’un bourguignon dont le savoir-faire a fait ses preuves pour hisser ses vins au firmament, le troisième est un bon buveur qui sait être iconoclaste.

 

Mon grain de sel sur la plaie : le champagne des BRSA, ses vins clairs à partir de hauts rendements, c’est de l’industrie, une histoire psalmodiée depuis toujours, des marques iconiques, du marketing, des buveurs ignares.

 

 Peut être une image de 1 personne et intérieur

 

  • Philippe Betschart Vigneron, à Les Graves de Viaud château Les Graves de Viaud, l'émotion Nature.

Fine organic/biodynamic and Vegan Bordeaux wine.

Grand Vin de Terroir biologique et biodynamiques (Demeter). Vins Vegan, Bordeaux - Côtes de Bourg

 

Fantasme total... il n'y a aucune différence de qualité entre 10000 ou 5000 pour des rendements équivalent et d'un point de vue écologique 10000 est une catastrophe.

Revenons à des vignes hautes et larges avec culture inter rang.

Ce qui est certain c'est qu'à 7000 10000 tu es certain de faire tes 80 hl/ha

 

Les Gouttes de Dieu

  • Un vigneron bourguignon qui connait la chanson

 

 

Son laïus et ses arguments sont très bons, ou l'étaient. Enfin disons qu'on nous l'a servi en boucle depuis 40 ans. Un peu daté disons.

 

Je milite aussi pour un abaissement des densités de plantation. 10 000 pieds par ha relèvent du mythe. La Bourgogne, et en partie seulement, très peu de Bordeaux.... quant aux arguments rationnels qui les accompagnent, ils sont établis à posteriori, pour justifier d'un choix qui n'est que pratico-pratique. Une description plutôt qu'une analyse.

 

En fait, toute l'histoire de la Viticulture, ou rien ne se fait par hasard, c'est bien connu. Voir les terroirs, les climats et leurs limites. Quelque chose qui ressemble à une analyse littéraire,  rien d'autre. Une scientisation.

 

On peut faire de très grands vins à faible densité. Claire doit pouvoir en convaincre beaucoup. On peut faire aussi des merdes à très hautes densité. Mais on associé trop souvent la grâce à la peine. Une forme de morale étriquée qui veut que tout se gagne ds et par  la douleur. En fait, encore une fois, la densité n'est qu'un moyen. Ce qui compte, c'est l'intention.

 

Dive.png

 

  • Denis Boireau le lundi 02 août 2021, 09:58 sur Les vignes semi-larges en Champagne : les fossoyeurs de la qualité par Bernard Burtschy…

 

Les vignes larges ont de nombreux avantages en terme de sante de la vigne. Diminuer par deux la densité diminue d'autant, sinon plus, l'effet "camp de concentration" dont souffrent les vignes en monoculture. Elles se portent mieux en faible densite de plantation, et donc ca permet de diminuer les traitements.

 

La question de la qualité, effectivement essentielle pour la survie du modèle économique du Champagne, devrait se concentrer sur la limitation du rendement par pied. La haute densité de plantation est une des solutions pour atteindre ce but, mais surement pas la meilleure d'un point de vue écologique. Par contre du point de vue économique, au prix de l'hectare en Champagne, ça se comprends...

 

9 février 2014

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

pierre 03/08/2021 08:51

une seule certitude Bernard Burtschy est célibataire, un vieux gars comme on disait chez moi, et il a absolument besoin d'un footing le matin! mais à part ça!!!!

William Munny 03/08/2021 07:26

C'est vrai que M. Burtschy est allé un peu vite en besogne. Il faut lire la thèse de Carbonneau des années 70 sur les modes de conduite, et son livre sur les architectures de vigne mais aussi observer. Une vigne rognée, trognée est d'autant plus épaisse que sa hauteur de feuillage est raccourcie. Ce qui est souvent la condition pour mécaniser. La conséquence de cet entassement est une sensibilité aux pathogènes, donc sulfatons !!! Dans la vigne plus larges en gérant la vigueur et la hauteur de feuillage on peut avoir d'autres avantages. Donc il faut éviter toute conclusion, qui est toujours trop hâtive. En outre, je pense que les densités élevées sont la conséquence d'une adaptation à un climat, à une plage de température et à des précipitations: qui changent !!! Quand une année très chaude et sèche, la récolte sèche sur pied, et que l'année suivante fraiche et humide on la perd du fait de cet empilement de végétation, mais aussi de pieds trop proches du sol, on peut aussi se poser la question de la pertinence de nos modes de conduite. Dans cette variable d'architecture, il y a vraiment matière à observation et adaptation. Un dernier exemple, dans les Cinque Terre sur ces pentes abruptes de bord de mer, la vigne en pergola a beaucoup de contraintes mais se "débrouille" assez bien. Alignée sur fil et piquets, et raccourcie, elle doit être irriguée...Donc, cette ouverture qui ne doit pas être une obligation je pense, me parait de l'intelligence. Les vignerons rechercheront ce qui marche le mieux dans ce sable mouvant que sont les évolutions climatiques.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents

  • Hubert de Boüard à la barre !
    Philippe Castéja (à g.) et Hubert de Boüard, à l’ouverture du procès, le lundi 20 septembre 2021 à Bordeaux. © Crédit photo : Guillaume Bonnaud / SUD OUEST En raison de l’actualité judiciaire d’Hubert, Ciné Papy du mercredi est repoussé à demain jeudi. Hubert...
  • Parlons peu mais parlons vin, et de quel vin : La Romanée-Conti où Aubert de Vilaine passe la main…
    Le reproche récurrent que me font certains, chroniquer rarement sur le vin, est justifié, en défense ma réponse est simple : j’ai le sentiment d’avoir fait le tour de la question et que perdurer ce serait tourner en rond. Bien sûr, je pourrais à la manière...
  • L’ÉCHALIER
    Henry Pierre Troussicot L’échalier, petite barrière fixe, dans une haie, entre deux champs, permettant d’aller de l’un à l’autre. Combien de gars de ferme ont fait sauter les échaliers aux filles en les empoignant par la taille, pour aller danser ou autres...
  • Un dimanche ordinaire au Bourg-Pailler…
    Le dimanche au Bourg-Pailler c’était les habits du dimanche pour aller à la grand-messe de 10 heures. Au Bourg-Pailler, la tante Valentine, était le maître des horloges, elle rappelait tout le monde à l’ordre avec une injonction ritournelle « ça monte...
  • Je m’insurge l’âne bâté n’est pas stupide…
    Rien ne vaut l’expérience, les grands auteurs cités plus bas, n’ont jamais mené de leur vie un âne bâté, moi si pendant 8 jours dans les Cévennes sur le sentier Stevenson, c’était une ânesse, et je peux affirmer qu’elle était bien plus intelligente, plus...