Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 février 2014 7 09 /02 /février /2014 00:09

Bizarre, vous avez dit bizarre, comme c’est étrange de se dénommer Boireau et de n’avoir aucun appétit pour celle-ci. Denis est un amoureux du vin depuis un peu plus d’1/2 siècle, belle fidélité ne trouvez-vous pas ! C’est un fidèle lecteur qui anime un club œnophile au 40 rue du Coteau 91360 à Epinay sur Orge : le Cercle des Amateurs de Vins. Ces messieurs, je ne sais s’il y a des dames, font bien sûr des dégustations, mais aussi des achats groupés, et des visites de vignobles. Denis Boireau fait donc partie de ceux qui participent à l’extension du domaine du vin ce qui lui donne le droit, bien plus que certains critiques patentés, d’exprimer son point de vue sur mon espace de liberté.


 Dive.png

La Dive Bouteille 2014 dans les kitchissimes caves Ackermann

 

Vous le savez tous, notre Taulier a pondu il y a une grosse douzaine d’années un rapport ministériel sur le vin ou il prônait, entre autre, une offre segmentée selon les types de marchés.


Un exemple amusant m’est apparu le week-end dernier alors que je prospectais au salon La Dive Bouteille – salon qui regroupe environ 200 vignerons bios, plus ou moins dans la mouvance des vins natures. On y trouve 90% d’excellents vins où même les plus intransigeants de nos œnologues ne pourraient pas trouver ce qu’ils nomment comiquement «des défauts».


Mais il reste un petit nombre d’irréductibles qui produisent des vins oxydés, goût moisi-terreux, et autres joyeusetés rédhibitoires à mon goût, mais qu’ils ont l’air d’aimer beaucoup. Et le plus drôle c’est qu’il y a une clientèle pour ça ! Dans ma petite tête je les surnomme « la tribu des cheveux sales ».


J’étais avec un ami à qui je faisais découvrir ce salon et nous venions de faire toute une série de trucs grandioses, finissant par les Cairanne de Marcel Richaud. Rendu là, je lui explique que du producteur de type bio – baba cool – post-soixante-huitard, il en reste. Mais comme il est jeune il ne voit pas bien de quoi je parle, en tout cas pour les vins à goût de bouse de vache.


Je l’amène donc devant la dégustation d’un très bel exemple que je préfère ne pas citer. Il y a là trois rastas, deux babas, et deux bobos (tous cheveux sales). Mon ami tend son verre, goûte, fait une drôle de tête, puis se dirige précipitamment vers le crachoir. Comme c’est un gars qui n’a peur de rien, il tend son verre pour le deuxième vin. Drôle de tête à nouveau pour l’odeur, il le goûte quand même, mais ce coup-ci le recrache illico dans son verre sans même chercher à rejoindre le crachoir le plus proche. Son commentaire : « il se lave la bite dans ses cuves ? » Sans être aussi cinglant que ce commentaire, il faut bien admettre qu’il y avait un biotope assez riche dans ce breuvage.


Mais pour conclure je voudrais clamer haut et fort : Laissez-les vivre !


Il y a un marché de niche pour des vins qui puent, les gens qui se sont formés à ce goût aiment ça, ils dépensent 3 ou 4 fois le prix moyen de vente à la bouteille (qui rappelons-le est inférieur à 3 euros), et ça fait vivre quelques vignerons qui nagent dans la conviction que le vin nature doit être oxydé-pourri.


Qui sommes-nous  donc pour critiquer ?

 

Longue vie à la tribu des cheveux sales et à leurs vins !

 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans écrits des autres
commenter cet article

commentaires

jean heritier 09/02/2014 22:32


tous les gouts sont dans la nature ...


il suffit de les respecter......... pas de dogme et personne n'a la vérité

PipoleJ 09/02/2014 19:06


J’ai posté il y a quelques jours un message à propos de l’accident de la femme tuée en velib.


L’internet est intransigeant, et sitôt la touche envoi est-elle actionnée que le mail est irrattrapable. Je viens m’excuser de vous avoir accablé de pathos,
ça n’avait rien à faire dans votre blog et ça avait été très clairement énoncé dans les règles accompagnant le nouveau blog. Merci. Et merci aussi pour le plaisir de vous lire.


Il va sans dire que je sais que ce mail ne sera pas publié, que je m’en réjouis et que c’était le seul moyen de m’excuser auprès de vous.

Alexisc 09/02/2014 00:36


Bah oui mais non! Autant "la tribu des cheveux sales" porte certaines valeurs qui se défendent et qui ont du sens, autant, ils ne doivent pas
s'aveugler dans leur idéologie arc-boutiste. C'est comme tolérer un communiste qui aime Staline. Autant l'idéologie présente un certain attrait, autant l'aveuglement qui suit mène à la ruine. Si
ce n'est pas bon, c'est pas bon.  Et l'effet de mode passera vite parce que n'empêche la qualité, c'est ça qui assure la pérennité.


 


 

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents