Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 août 2018 3 15 /08 /août /2018 06:00
Pendant que Bernard Burtschy en fout plein la musette aux rosés de Provence moi je vous parle de celui du domaine Camaïssette d’Olivier Nasles

Sur face de bouc le 28 juillet Bernard Burtschy  écrivait :

 

« Beaucoup de rosés, de Provence et d'ailleurs, ont atteint un tel niveau de médiocrité qu'il n'est même plus possible de les distinguer des importations à petits prix.

 

Pourtant, il en existe une poignée qui résiste comme celui élaboré par Roselyne Gavoty au domaine éponyme. Et vous pouvez l'oublier plusieurs années en cave, il n'en sera que meilleur.

 

Dans la courte liste, il faut rajouter Château de Roquefort et Sainte Roseline (pas toutes les cuvées) en Côtes de Provence, château Simone à Palette et quelques bandols (Pibarnon, Sorin, Olivette, La bégude, Tempier).

 

Tout le reste ou presque ne vaut pas tripette, même au bord de la piscine. Et quant à la pénurie, vaste rigolade: une "fake news" bien dans l'air du temps. »

 

Et ça foutait le bordel dans le Landerneau des visages pâles, pardon des roses pâles. Moi, vu que le rosé de Provence me laisse aussi froid qu’un glaçon destiné à le rafraîchir,  comme disait Chirac « ça m’en touche une sans faire bouger l’autre… »

 

Et pourtant, n’étant pas à une contradiction près me voilà qui achète à la file 3 rosés : un nature du Luberon, un Thunevin-Calvet qui mettait Laurence dans tous ses états et enfin un rosé des Coteaux d’Aix-en-Provence du domaine Camaïsette, signé Michelle Nasles.

 

 

Michelle Nasles est la maman d’Olivier Nasles qui signe le vin avec elle sur la contre-étiquette.

 

Souvenirs, c’est l’âge !

 

Je pourrais commencer par écrire qu’Olivier Nasles est une huile puisque je l’ai connu lorsqu’à la SIDO je tentais de réveiller les producteurs d’huile d’olive de notre vieux pays ; dans ce monde de vieux endormis il décoiffait. D’ailleurs il prendra la tête de la jeune interprofession de l’huile d’olive : l’AFIDOL

 

 

Olivier est œnologue voir ICI

 

28 octobre 2008

 

Les 3 mêmes questions à Olivier Nasles œnologue engagé

 

« Il parait qu’il est tombé dans une barrique. 4ème génération d’une famille vouée entièrement au vin, il co-exploite aujourd’hui avec sa mère, présidente des Coteaux d’Aix, le domaine de Camaïssette, exploitation de 25 hectares, en AOC et, aussi, en oliviers, sa dernière passion. Depuis1986, il est patron d’un laboratoire d’œnologie, créé lors de son 25ème anniversaire.

 

C’est bien une huile puisque :

 

« En 2004 il siège au CN de l’INAO et depuis 2007 il est Vice-président du CAC (Conseil Agrément et Contrôle) de l’Institut  devenu National de l’Origine et de la Qualité et il est membre de son Conseil Permanent. »

 

Sa position éminente au CAC me permettait de lui tailler un costard :

9 juin 2008

Le CAC 51 : le croskill de la qualité des vins AOC

Lire ICI 

 

Au JO du 18 Février 2017  

          

M. Nasles (Olivier) à Eguilles (Bouches-du-Rhône) est nommé président du comité national de l'agriculture biologique de l'Institut national de l'origine et de la qualité (INAO)

 

 

Olivier Nasles : « Si elle veut survivre, l’oléiculture provençale est condamnée à se réformer »  ICI 

 

25 juillet 2017

 

« La production française représentant moins de 5 % de la consommation nationale, il faut, selon lui, renouveler la vision du travail des oléiculteurs en prenant compte des nouveaux enjeux économiques et écologiques. « Notre production moyenne est ridiculement basse par rapport à des productions marocaine, espagnole, tunisienne. Là où nous allons récolter 200 à 300 litres d’huile pour un hectare, un oléiculteur marocain va en obtenir 1 000 à 1 200 litres. Pourtant certains paysans français sont capables de produire 700 à 800 litres par hectare ! Je prends leur exemple pour les autres producteurs et les avertis : « Certains peuvent le faire, pourquoi pas vous ? »  clame le président du syndicat. Le problème c’est qu’il y a un manque de professionnalisation du secteur. Nous sommes des agriculteurs compétents mais les oliviers sont un complément de récolte. La plupart des oléiculteurs focalisent leurs efforts principalement sur la vigne, les fruits et les légumes ».

 

Fort bien me direz-vous mais le rosé du domaine Camaïssette qu’en penses-tu Ô grand dégustateur ?

 

Eulala, comme dit ma copine Camille, grande vendeuse de vin nu, je ne me sens pas qualifié et j’ai bien envie de demander à Bernard Burtschy car lui en connaît un rayon du côté des rosés de Provence...

 

Il est bio, normal Olivier préside le comité bio de l’INAO, ça va faire plaisir à ma copine Laurence.

 

Je le trouve un peu pâlichon, il m’a coûté 6 euros 10.

 

Il fait 13°

 

Pour l’heure la bouteille est au frigo, elle attend… Rassurez-vous je la boirai…

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

pax 15/08/2018 11:13

La mouche du coche n'est de loin pas un spécialiste et goutte au vin la plus part du temps en bonne compagnie dans l'esprit festif rappelé par François Caribassa dans son "Qu'est ce que boire " que le Taulier nous à fait découvrir dans une de ses chroniques fort bien venues . Dans mes pérégrinations j'ai goutté aux divers rosé de Provence évoqués qui,selon mes souvenirs constituent effectivement le dessus du panier. Dans la chronique on parle des rosés de Provence ou d'ailleurs et je dois dire qu'ailleurs, j'y suis et il commence même depuis bientôt 20 ans à devenir un second " de par cheu nous ) Et bien dans les vignobles du Roussillon on trouve de très belles choses telles toutes à base de grenache gris /syrrah ainsi :
- Chateau Montner rosé à 5,80 €
- Zoé Rosé des frères Parcé à 6,50 €
- Cuvée Constance de Thuvenin Calvet à 8,50 €
- Petit Mot d'Amour du domaine Modat à 11,00 €
Ce dernier tranche un peu sur les précédents car il fait partie de ces vins que je qualifie de " gastronomique " car ils ont ce qu'il faut pour accompagner un plat voir un repas.
Ne pas oublier mais, il est trop connu à présent qu'il est intégré au Domaines Cazes :l e Clos des Paulille qui est enfin ce qu'il doit être rompant avec une médiocrité d'antan sauvé par la magie des lieux.
Les prix indiqués s'entendent départ caves;
So long '

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents