Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 juin 2018 4 14 /06 /juin /2018 06:00
Vieilles canailles sucrées centenaires les liqueurs : Marie-Brizard (1762) Get (1796) Grand Marnier (1827) Cointreau (1849), Bénédictine (1863)… Le Triple Sec de chez les Boucard…

« Indifférentes aux effets de mode, de nombreuses liqueurs plus que centenaires se sont maintenues sur le devant de la scène et sont devenues des produits incontournables. Leur force ? Avoir su s’adapter à leur époque tout en conservant leur identité. »

 

Liqueur : boisson alcoolisée et sucrée, obtenue grâce à différents procédés : macération, infusion et distillation de fruits ou de plantes. Son degré varie de 15 à 55% et, sauf exception, sa teneur en sucre est d'au moins 100 grammes par litre.

 

Si vous souhaitez tout savoir c’est ICI 

 

Ce matin, je vais me contenter de puiser dans mon stock de vieilles chroniques, une de mai 2008 : 1 mai 2008

 

Le flacon à liqueurs et le buffet Henri II des Boucard

 

Mon père Arsène Berthomeau, entrepreneur de travaux agricoles et de battages au Bourg Pailler de la Mothe-Achard, à ses débuts était associé pour le battage avec Marius Boucard de St Georges de Pointindoux. Parfois j'accompagnais mon père chez les Boucard. Ils habitaient une grande bâtisse dans le bourg. La salle à manger, où l'on nous recevait, était sombre et, occupant presque tout un pan de mur trônait un imposant buffet Henri II. Aller chez les Boucard me plongeait dans des sentiments mêlés : on me faisait boire du thé et je détestais le goût apre de ce breuvage ; le père Jules, le père de Marius, qui chiquait, ce qui donnait à sa moustache une allure de ballet de chiotte, ressemblait à une vieille chouette et me faisait peur ; Marius, lui, me faisait penser à Judas Iscariote et il me mettait mal à l'aise ; enfin, mon imagination, déjà débridée par mes lectures romanesques, me voyait bâtir des récits où, derrière les mystérieuses portes du buffet Henri II se cachaient de lourds secrets. Je me la jouais maison hantée ce qui me valait au retour - étant un grand somnambule - des sommeils agités qui étonnaient toujours la maisonnée. Pourtant, à chaque fois que mon père me le proposait, sans hésiter je le suivais. La raison, outre que j'adorais et que j'adore toujours les lieux incertains, c'est que chez les Boucard, du ventre du fameux buffet Henri II, au lieu de la traditionnelle bouteille de goutte, la femme du père Jules, dont j'ai oublié le prénom, retirait un flacon à liqueurs qui me fascinait. Comme je devais avoir 7 ou 8 ans je carburais à l'orangeade ou à la limonade, pour moi les liqueurs avaient les couleurs du péché.

 

Le flacon avait une forme de pompe à essence de luxe avec son piètement et ses bouchons dorés – pour faire genre cultivé je pourrais écrire qu'il avait des allures Hoppériennes (d'Edward Hopper le peintre) – et il contenait 4 sortes de liqueurs aux couleurs pétantes : jaune orangé ce devait être de l'abricotine, vert menthe pour la liqueur du même nom, bleu de lagon pour celle à base de Curaçao et enfin le gris argenté du Triple Sec.

 

Dans mon souvenir cette dernière appellation devait cingler les gosiers comme la cravache d'un cavalier et elle équivalait en force  à l'un des breuvages favoris de l'inénarrable Capitaine Haddock qui serait, de nos jours hygiénistes, censuré dans une publication destinée à la jeunesse pour apologie de l'ivrognerie, mille millions de mille sabords. Dans sa définition la plus courante le Triple Sec est  une liqueur blanche à base d'orange, d'eau-de-vie et de sucre. Le triple sec et le Curaçao sont synonymes. A noter cependant qu'au Canada, les triples secs sont toujours transparents et les curaçaos colorés (ambrés, oranges, bleus, verts, etc.)

 

Pour voir le flacon et le texte sur le buffet Henri II c’est ICI

 

 

Les liqueurs de pépé et mémé ont de l’avenir, la France aussi !

 9 mai 2016

 

ICI

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

pax 14/06/2018 07:30

En lisant le titre de cette chronique et après celle d'hier je me suis dit, ça y est , c'est le printemps,le Taulier range ses placards ( Osterputz de par cheu nous ) C'est presque ça. Et je partage ce genre de souvenir, et le buffet et les liqueurs. Mais chez ma grand mère de Nancy fille d'un journalier du Berry.
Chez elle mais pas chez mes bourgeois de parents ou on préférait cognac, armagnac ou quelques alcools blancs de distilleries locales telles vielles framboises ou mirabelles ou plus chicos encore alizier, prunelle, à ces produits populaires. Chez ma grand mère, quand elle recevait ses frères, c'est moi qui sortait au moment du café les flacons et les remettait en place par la suite. Je fantasmais sur les bouteilles colorées et ornées des médailles des concours. Mal élevés donc je n'ai goutté que plus tard à tous ces produits n'hésitant pas lors de voyage à visiter les lieux de production et reconnaître que mes snobs de parents étaient passés à coté de fort bonne chose ( il a fallut un voyage en Irlande pour que mon père , pourtant fin gourmet par ailleurs, goutte enfin du xéres. Avant de remonter à cheval on proposa à l'équipage qu'il formait avec ses amis,le coup de l'étrier : un verre de sherry . Il fit la fine bouche pensant à un breuvage sucré , cream ou un truc comme ça à base de cerise. Moi qui faisait le service lui fournit quelques explications pour qu'il boivent et eut, une révélation.
Outre la qualité des produits ces "vieilles canailles" avaient la particularité et le charme,jusqu'à récemment d'être toujours, des entreprises familiales qui avaient su le rester. Pour ceux qui aime les desserts à l'ancienne la crêpes suzette flambée au Grand Marnier selon la recette originale est à privilégier. Quand, fin du fin elle est flambée devant vous, attention au flacon qui doit être capsulé rouge.la capsule jaune, de moindre qualité ne devrait pas quitter la cuisine. Ce Grand Marnier là, pour les chefs radins est réservé aux préparations.
Merci Taulier de m'avoir permis de rouvrir et le buffet de ma grand mère et les portes de ma mémoire.
So long !

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents