Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 août 2016 5 26 /08 /août /2016 06:00
Le REX le cinéma de mon enfance peint par Henri-Pierre Troussicot

Le REX le cinéma de mon enfance peint par Henri-Pierre Troussicot

Combien de fois ai-je du décliner sur des paperasses inutiles cette origine géographique, je ne sais. Certains lecteurs rencontrés me parlent de l’évocation fréquente de mes racines dans mes chroniques. Certes j’ai raciné pendant mes vertes années dans la glaise du bas-bocage mais depuis je vis ailleurs sans me sentir déraciné. La Vendée c’est le premier bout de ma vie, mon élevage de sauvageon, mes premières expériences, tout ce à quoi je me réfère lorsque j’évoque mes origines. Pour autant je ne tire d’elles aucun sentiment identitaire. Toute l’idéologie récupératrice autour du conflit entre les Vendéens et la République me hérisse le poil. Pire ceux qui me qualifient de Chouan. Comme le rappelle Louis Chaigne « il est superflu de rappeler que les Vendéens ne sauraient être confondus avec les Chouans. Le Chouannerie est essentiellement bretonne et normande. » Quand à la Vendée contemporaine elle ne se réduit pas au Puy-du-Fou et je n’en dirai pas plus ici.

 

La route du Bourg-Pailler

 

Je préfère évoquer ici les mots de mon enfance, ils ne manquent pas de pittoresque et de réalisme : ICI 

 

Les vins chouans n'existent pas !

 

Confondre le soulèvement de la Vendée militaire et la Chouannerie est une erreur historique grave, entretenue par le Vicomte et son barnum du Puy du Fou. Si les deux mouvements ont pour origine des causes identiques : religieuses et refus de la conscription, l'insurrection vendéenne (1) fut déclenchée par les paysans et le petit peuple (2), ses premiers chefs sont issus du peuple : Cathelineau est colporteur, Stofflet est voiturier, les nobles et le clergé prirent le train en marche (3) ; la chouannerie bretonne et bas-normande fut, elle, un mouvement de petits nobles miséreux : « dans aucun pays la noblesse ne pullule comme en Bretagne. A la Réformation de 1668, on y compte seize à dix-sept mille individus nobles, sans parler de deux mille deux cents familles usurpatrices, contre lesquelles il y eut arrêt. Chez les familles, peu de grandes fortunes de trente à quarante mille livres de rente. Nombreux sont les nobles qui mendient des pensions pour subsister, pensions rares. La plupart vivent comme les paysans, habillés comme eux, souvent aigris comme eux.

 

La suite ICI

 

Des caves et des hommes en Vendée lire ICI 

 

« Tout « honnête homme » en Vendée se doit d'avoir « sa cave ». Les meilleures caves sont connues et deviennent l'objet d'une concurrence acharnée tant pour la quantité et la qualité des vins que pour l'esthétique et l'originalité du lieu. Marcel H., d'Antigny, nous explique avec insistance qu'elle ne fut sa surprise quand des nouveaux amis du Nord de la France vinrent leur rendre visite en juillet 1984 en avouant qu'ils ne savaient pas ce que signifiait "descendre à la cave" et encore moins ce qu'était une "cave". Par la suite, il leur fit faire une "tournée des caves" des copains au cours de laquelle ses amis purent prendre des photos et goûter aux vins de pays en général prohibés par la loi : variétés Noa, Oberlin... »

 

La Quichenotte ICI

 

« Marcel Lachiver dans son Dictionnaire du Monde Rural Les mots du passé la décrit ainsi : « Du pays de Retz (Loire-Atlantique) à la Vendée et aux îles de la Charente-Maritime, grande cape de mousseline empesée en forme de cornette allongée vers l’avant, employée surtout pour la fenaison. Les femmes du Marais Breton, qui tenaient beaucoup à la fraîcheur de leur teint, en faisait un élégant usage. »

 

La Vigne arrachée Extrait de la  Terre qui meurt de René Bazin, chapitre IX.

 

Le roman a pour cadre le Marais Vendéen dit Breton, « territoire qui s'étend de Saint-Gilles à l'île de Bouin « La Vendée viticole de l'entre-deux guerres, en superficie, se classait au 10ième rang des départements viticoles.

 

« Cette vigne avait un âge dont nul ne se souvenait. Chaque année, depuis qu'il avait conscience des choses, Driot avait taillé la vigne, biné la vigne, cueilli le raisin de la vigne, bu le vin de la vigne. Et elle mourait. Chaque fois que, sur le pivot d'une racine, il donnait le coup de grâce, qui tranchait la vie définitivement, il éprouvait une peine; chaque fois que, par la chevelure depuis deux ans inculte, il empoignait ce bois inutile et le jetait sur le tas que formaient les autres souches arrachées, il haussait les épaules, de dépit et de rage. Mortes les veines cachées par où montait pour tous la joie du vin nouveau ! Mortes les branches mères que le poids des grappes inclinait, dont le pampre ruisselait à terre et traînait comme une robe d'or ! Jamais plus la fleur de la vigne, avec ses étoiles pâles et ses gouttes de miel, n'attirerait les moucherons d'été, et ne répandrait dans la campagne et jusqu'à la Fromentière son parfum de réséda ! Jamais les enfants de la métairie, ceux qui viendraient, ne passeraient la main par les trous de la haie pour saisir les grappes du bord ! Jamais plus les femmes n'emporteraient les hottées de vendange ! Le vin, d'ici longtemps serait plus rare à la ferme, et ne serait plus de "chez nous". Quelque chose de familial, une richesse héréditaire et sacrée périssait avec la vigne, servante ancienne et fidèle des Lumineau.

 

Ils avaient, l'un et l'autre, le sentiment si profond de cette perte, que le père ne put s'empêcher de dire, à la nuit tombante, en relevant une dernière fois sa pioche pour la mettre sur son épaule : " Vilain métier, Driot, que nous avons fait aujourd'hui ! ".

 

Cependant, il y avait une grande différence entre la tristesse du père et celle de l'enfant. Toussaint Lumineau, en arrachant la vigne, pensait déjà au jour où il l'a replanterait ; il avait vu, dans sa muette et lente méditation, son successeur à la Fromentière cueillant aussi la vendange et buvant le muscadet de son clos renouvelé. Il possédait cet amour fort et éprouvé qui renaît en espoirs à chaque coup du malheur. Chez André, l'espérance ne parlait pas de même, parce que l'amour avait faibli.

 

 

1973    Les Pompier de la Mothe-Achard Michel Jolly, Romain Guilbaud, Roland Arnaud André Huet, René Deniot, Yves Vincent, Michel Arnaud, Claude Lesage, Ruchaud, Bernard Guicheteau, ?, Jacques Arnaud,           Gilbert Pérocheau, Rouillé, Charlot Mollé, Houillé, Francis Dubreuil, Cabanétos, Pierre Brizard, Denis Chevillon;

1973 Les Pompier de la Mothe-Achard Michel Jolly, Romain Guilbaud, Roland Arnaud André Huet, René Deniot, Yves Vincent, Michel Arnaud, Claude Lesage, Ruchaud, Bernard Guicheteau, ?, Jacques Arnaud, Gilbert Pérocheau, Rouillé, Charlot Mollé, Houillé, Francis Dubreuil, Cabanétos, Pierre Brizard, Denis Chevillon;

"mur" mercerie de chez Louise Proud prises vers 1985... par HPT

"mur" mercerie de chez Louise Proud prises vers 1985... par HPT

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents