Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 août 2011 7 28 /08 /août /2011 00:09

Je suis né à la Mothe-Achard en Vendée. Combien de fois ai-je du décliner sur des paperasses inutiles cette origine géographique, je ne sais. Certains lecteurs rencontrés me parlent de l’évocation fréquente de mes racines dans mes chroniques. Certes j’ai raciné pendant mes vertes années dans la glaise du bas-bocage mais depuis je vis ailleurs sans me sentir déraciné. La Vendée c’est le premier bout de ma vie, mon élevage de sauvageon, mes premières expériences, tout ce à quoi je me réfère lorsque j’évoque mes origines. Pour autant je ne tire d’elles aucun sentiment identitaire. Toute l’idéologie récupératrice autour du conflit entre les Vendéens et la République me hérisse le poil. Pire ceux qui me qualifient de Chouan. Comme le rappelle Louis Chaigne « il est superflu de rappeler que les Vendéens ne sauraient être confondus avec les Chouans. Le Chouannerie est essentiellement bretonne et normande. » Quand à la Vendée contemporaine elle ne se réduit pas au Puy-du-Fou et je n’en dirai pas plus ici.

photoV2.jpg 

Je préfère évoquer ici les mots de mon enfance, ils ne manquent pas de pittoresque et de réalisme :

Brenuser : prendre plaisir à des petits riens ;

Faire zire et un zirous : être répugnant par sa saleté ;

Faire do symétries : faire des manières ;

Garocher : lancer une pierre ;

Écimoiser : enlever les toiles d’araignée ;

Petouner : murmurer en étant mécontent ;

Bredasser : bavarder ;

Subler : siffler ;

Égrafigner : égratigner ;

Écrapoutir : écraser ;

Un plat rimé : un plat brûlé ;

Rabater : faire du bruit avec un bâton ;

Buffer : souffler

Une tralée : une file de gens ;

Une rabinée : une demi-journée de travail...

 

Ce qui donne en deux phrases « Y’avait une tralée de bonnes femmes à la sortie d’la messe qui brenusaient en petounant et en bredassant sur la Léonie qui faisait do symétries alors que son bouhomme n’était qu’un grand zirou qui passe son temps à subler, à rabater dans les bouéssons, à écrapoutir do limaces toute la rabinée. La Léonie f’rait mieux d’écimoiser sa souillarde et d’faire d’la mogette pas rimée... »

 

Pour mettre une touche post-moderne à ce billet je vous offre l’œuvre impérissable MC Circulaire le chantre du rap rural vendéen évoqué par Emmanuel Giraud à propos de San-Erasmo. C’est lourd comme une plâtrée de mogettes rimées mais bon s’il y a des amateurs moi ça ne m’émeut pas.

 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

Xav 31/08/2011 11:44



Nos ancêtres ce sont fait avoir ??
 Non, ils sont les seuls à avoir respecté la constitution de l'an 1 en se révoltant contre un gouvernement tyrannique qui imposait par le force et le sang son idéologie destructrice.
 Leur république (celle de 1792 à 1794) soit disant moderne a détruit l'économie en voulant la réformer, engendré la haine entre les gens et fait coulé le sang des français pour exporter son
idéologie... Les pires atrocités ont étés commises au nom de la république et cette révolution n'a été accepté par la population française qu'un siècle plus tard...  


Les paysans vendéens, n'ont pas vu la couleur des terres prises aux nobles et au clergé, le
tout ayant été ponctionné par une élite bourgeoise, bien moins proche des paysans que ne l'était la noblesse. Cette révolution, les a ruiné, à nié leurs convictions religieuses et en plus de
cela, leurs fils devaient servir de chair à canon pour défendre une idéologie qui leur a tant fait de mal.. Ils se sont révoltés et la république les a massacrés. Que la république soit ferme
contre ces "armées de brigands" soit, mais plus rien ne justifiait les massacres quand les colonnes infernales sont arrivés en Vendée. L'armée catholique et royale n'était plus une menace mais la
république, n'a pas réfléchit, elle a agit avec la plus grande cruauté pour décimer cette population qui avait osé contester sa légitimité.


Rien ne justifie les colonnes, rien ne justifie Carrier, pourtant la République l'a fait !
Toute personne qui osait contester la feuille de route de la république et de son comité n'avait d'autre choix que voir sa tête être coupée... Je crois que l'on peut être fier de notre origine
républicaine... !!  "La République ou la mort"...  


Certes, la noblesse refusait de se moderniser, se réformer malgré l'insistance de Louis XVI
(qui n'avait rien d'un tyran) et elle a payé le prix de sa volonté de garder ses acquis mais la révolution française a été une terrible erreur qui a conduit à plus d'un siècle d'instabilité.
 Aujourd'hui, la monarchie n'a absolument plus aucune légitimité mais la république devrait avoir honte de ce qu'elle a fait... Les vendéens se sont révoltés contre la dérive dictatoriale de
la République, dérive qui a pris fin, une fois que toutes les têtes avaient étés coupées...  Ils avaient raison dans leur action, et si la République n'a pas commis de génocide vendéen,
certains républicains ont tout imaginé pour essayer de réduire a néant ces vendéens.  La terreur devrait être une honte de la république française mais elle n'est qu'un "court passage,
justifié par le contexte" dans nos manuels scolaires. Il y a quelques années à peine , j'étais au collège et ma vision de la révolution française était très positive. Aujourd'hui, cela à bien
changé...  D'ailleurs pour l'anecdote, les républicains vendéens des herbiers ont aussi étés tués par les colonnes infernales. Des habitants des herbiers, ville républicaine se sont plaint
de voir leurs familles être tués alors qu'ils étaient de bon républicains mais la République n'a pas fait la différence, le fait d'être vendéen était suffisant pour être massacré...



HPT 29/08/2011 12:25



Quand on à traîné galoche dans les parée de nos champs, gardé les vaches dans les pâtis prés des filles de la ferme ou tourné autour de la brûleuse ou de la batteuse, les racines sont trop
profondes...


Quant à l'idéologie des "guerres de Vendée" , je suis comme Jacques, ça ma hérisse le poil et je pense quand même que nos ancêtres se sont bien fait avoir.    cf. Chaissac, "le vendéen
est un suiveur", il est même capable de se battre contre son intérêt!   Mais ça c'est une autre histoire.


HPT 



le petit télégraphiste 28/08/2011 10:03



Dominique Brault Quatre des mots vendéens de
votre enfance font partie de mon vocabulaire de Québécoise. Une trâlée (toujours suivie d'enfants) désigne une famille nombreuse. Les enfants sont parfois grafignés parce qu.ils se sont fait
garocher de la garnotte (du gravier). Et ils pensent sûrement


Dominique Brault ‎...à écrapoutir quelque
chose dans la figure de leurs adversaires!


Jacques Berthomeau Le patois vendéen issu pour
parti du Poitou a beaucoup de point commun avec le vocabulaire du Québec avec le même accent aussi...


 









Dominique Brault Oui, un grand nombre de nos
ancêtres venaient de cette région. C'est quand même émouvant de constater que ces mots ont survécu quatre siècles!





Dédié à tous ceux qui affirment que les blogs ne créent pas de liens !



  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents