Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juin 2013 5 28 /06 /juin /2013 12:29

Cher Patrick Böttcher,


M’atteler à une tâche, celle qu’en tant que grand Chambellan de ce vendredi du vin tu nous a confiée,  dont je sais par avance, avant même d’avoir tenté de m’imaginer l’accomplir, qu’elle sera vouée à l’échec, me plonge dans une forme profonde d’attrition créative.


Qu’est-ce donc que ce jargon ?


Rien d’autre que l’envie de faire semblant de me coltiner cette tâche pour mieux me laisser-aller à emprunter l’un de ces chemins de traverse que j’aime tant en espérant arriver à l’endroit où toi tu nous as dit d’aller.


C’est clair comme du jus de boudin, mais le boudin est si  injustement décrié par les vegan que cette image me va comme un gant en peau de porc.


Donc, permets-moi Patrick de commencer ce périple en évoquant les mammas « Oh, les mammas sont nos pires ennemies. Ces mammas siciliennes qui font des fils et ensuite les avalent. » écrivait le sicilien Brancati dans son roman les Années perdues publié en 1941 alors qu’avant lui, le pur et austère sarde, Gramsci répondant à sa mère qui s’inquiétait de sa santé écrivait « Oh ! ces mammas, ces mammas ! Si le monde était resté entre leurs mains, les hommes vivraient encore à l’intérieur des cavernes, vêtus seulement de peaux de bouc. »


« Les mammas sardes sont maigres, sèches et silencieuses. Elles ne crient ni ne pleurent. Elles se tiennent droites sur leur seuil, à l’image des blocs de granit qui scandent leur horizon. Rien de l’affalement bruyant ni de la redondance sentimentale de leurs consœurs siciliennes. »


Ce figlio di mamma « tant qu’il n’est pas marié (…) reste chez ses parents, où il se fait servir en tout repos de sa conscience. J’ai vu (c’est Dominique Fernandez le narrateur qui l’écrit dans Le voyage d’Italie *) des gaillards de trente ans, sans travail, sans occupation, attendre tranquillement que la mère ait mijoté les plats du déjeuner (toujours compliqués, même la simple pasta, à cause de la sauce tomate qui doit être faite à la maison : gare à celle qui oserait la sortir d’une boîte !) puis mis le couvert, s’attabler et manger à leur aise, retourner ensuite s’asseoir dans un coin de la pièce pour digérer, pendant qu’elle emporte les assiettes et lave la vaisselle. Jamais il ne leur viendrait à l’idée de prêter main-forte, de rendre tant soit peu de cet aiuto dont ils quémandent sans cesse les bienfaits. L’homme n’entre pas dans la cuisine : de cet axiome dont il a fait un des articles de son code d’honneur, le Latin se sert pour se tenir à jamais exempt des corvées ménagères. »


Bien sûr, j’entends déjà nos amies féministes, emmenées par Sandrine Goeyvaerts, aiguiser le fil de leurs longs couteaux pour couper court à cet insupportable machisme mais je les supplie de les rengainer car cette évocation n’avait que l’humble ambition, cher Patrick, de vanter la naturalité de la sauce tomate des mammas italiennes qui accompagne une belle platée de pasta.


Italie-034.JPG

 

Après ces pertinentes références, je me suis imaginé face à un plat de spaghettis fumants et, dans ma petite Ford intérieure, je me dis vais-je manger ces spaghettis comme Alberto Sordi ?


Italie-035.JPG

 

Là je sens Patrick que tu perds pied et pour te sauver d’une hydrocution mal venue je me permets de faire un petit retour en arrière : octobre 2008, je lisais alors le beau roman de Sandro Veronesi «Chaos calme» chez Grasset (Prix Méditerranée et Nanni Moretti en a fait un film) et, l’effet madeleine de Proust, avait  joué. Si vous voulez savoir pourquoi allez ICIlink .


Patrick puisque je t’ai lancé une bouée ne perd pas le fil de mes divagations qui doucement nous mène à pied sec au port. Juges-en par toi-même en lisant ce qu’écrivait Sandro Veronesi.


Italie-032.JPG

 

« Ah ah !  Ça y est ! crie-t-il à travers la porte. Trente seconde de plus et ils n’étaient plus du tout al dente.


Par la porte arrive le bruit des opérations qu’il accomplit, si net et précis qu’il me semble voir la scène : les spaghettis qui tombent dans la passoire, la casserole posée dans l’évier, les spaghettis qui tombent dans la passoire, la casserole posée dans l’évier, les spaghettis bien égouttés, transvasés dans la poêle avec la sauce et repassés sur le feu resté allumé. Et il y a maintenant un fumet de sauce tomate qui arrive de la cuisine, me chatouille les narines et sort par la fenêtre, si intense et si délicieux qu’il me semble le voir lui aussi – sous forme d’épais nuage comme dans un dessin animé. »


« Il attaque ses spaghettis bille en tête, à croire que son temps est compté. Il ne les enroule pas : il les fourre dans sa bouche comme si c’était du foin, et avec sa fourchette, il se contente de les accompagner au fur et à mesure qu’ils montent. Ça aussi c’est romain, une saine façon de manger populaire – incarnée par Alberto Sordi aux prises avec des macaronis – qu’ici à Milan on prend pour une absence de bonnes manières. »


« Ce n’est pas bon pour vous de ne manger que des sandwiches, vous savez ? Une belle assiette de pâtes al dente, avec de la tomate fraîche et un filet d’huile, est beaucoup plus indiqué pour la santé. »


Il remplit les deux verres de vin, à ras bord, comme à la campagne.


« Goûtez-moi ça. Ce n’est pas un grand cru, mais c’est un bon petit vin pas trafiqué. »


Il me tend un verre, prend le sien, le lève.


« Santé. »


Il boit une gorgée franche, décidée, et vide la moitié de son vin. J’en bois moins. C’est un de ces vins forts, âpres dont on ne comprend pas s’ils le sont par hasard ou de façon délibérée


« Il vous plaît ?


-         Oui. Il est bon.


-         Frascati. C’est ma sœur qui me l’envoie, de Velletri. Qui me l’envoyait : dorénavant, j’irai le chercher moi-même. »


« Un bon petit vin pas trafiqué… » ça doit te plaire mais, pas sûr, cher Patrick, qu’il existât un Frascati nature ?


Donc en attendant de trouver la perle rare, puisque nous sommes à quelques encablures d’un Tour de France qui a pris la mer – je n’ai pas osé écrire a pris l’eau – pour partir de Porto-Vecchio en Corse, une Grande Boucle qui reste populaire, en dépit des « pots belges » modernes, aussi bien dans la Péninsule que dans le Plat Pays, j’ai  décidé, toujours pour te faire patienter, d’évoquer l’Ange de Coppi.


Italie-039.JPG

 

C’est un livre d’Ugo Riccarelli chez Phébus qui exalte la beauté des athlètes qui avaient du sport la plus haute idée, pour pousser le bouchon au plus loin des athlètes nature !


Me suivre peut paraître une forme absolue du non-sens mais, si tu te laisses aller Patrick tu  ne pourras que constater que nous allons bien au contraire dans le bon sens et le bon sens ne saurait mentir comme dirait Lance Armstrong et Bernard Tapie réunis (ce dernier a fait aussi dans le genre avec La Vie Claire une chaîne de magasins bio)


« Ce soir-là, Biagio Cavanna l’aveugle, et ses mains de magicien vint les rejoindre. « Ils se saluèrent chaleureusement, prenant toujours bien garde de ne jamais évoquer les histoires extra-conjugales de Fausto avec la signora Giulia, la Dame blanche. Ettore Milano était là lui aussi et ils discutèrent ensemble des projets futurs, de la belle journée qui s’annonçait et, d’ici peu, du voyage en France pour les Six jours de Paris.


Coppi guida Cavanna jusqu’à sa chambre . [...]


Cavanna avait le sourire de celui qui voit, de celui qui peut tout distinguer à partir d’une pensée.


-          Les diables sont des anges déchus, dit-il au Champion, ce sont des êtres qui errent sans paix de par le monde. Et celui-là, c’est sûr, a hâte de retourner par le monde. Et celui-là c’est sûr, a la hâte de retourner d’où il vient. Il ne peut pas courir, il veut fuir. Tu t’es mesuré à tant d’autres diables, tant d’autres démons. Louison Bobet, Koblet, Trompe-la-Mort (surnom de Robic), Magni. Tu te souviens de Van Steenbergen ? Ou de Gino, le maudit Toscan, et de Ferdi Kübler, rejeté dans le décor sans qu’il ait le temps de dire amen ? Rappelle-toi Archambaud, des minutes que tu sas mises dans le nez, et de tous les autres qui restent sagement alignés derrière ta roue. Laisse tomber, Fausto, celui-là a un autre destin, il s’en fiche de courir, il veut fuir. »


Avec Fausto, nous sommes loin des bodybuildés à l’EPO, tiroir-caisse sur 2 roues, mais c’était bien joli de batifoler ainsi avec les forçats de la route, je devais partir déjeuner avec Fleur chez Simone fille du vent. Je posai donc mon ouvrage pour me rendre chez Simone qui est à deux pas de chez moi. C’est un caviste nature de chez nature qui vient avec des associés d’ouvrir un resto à côté au 33 Bd Arago. J’y ai déjà becté le soir de la fête de la musique avec mon ogresse préférée. J’arrivai cool Raoul chez Simone avec une bouteille sous le bras pour dégustation impromptue et je m’installais en commandant un verre de Puzelat.


La suite, cher Patrick, fut ce que le Taulier adore par-dessus tout : un enchaînement indescriptible de circonstances étranges et heureuses qui m’ont apporté sur un plateau, sans le moindre effort, tel Salomé recevant la tête de saint Jean-Baptiste, le fameux vin nature italien que tu appelais de tes vœux. La chance ne sourit pas qu’aux audacieux, elle n’a aucune pudeur à venir draguer des gars comme moi qui ne savent rien faire de leurs dix doigts. Ça en est honteux mais j’avoue que j’aime ça. J’en jouis sans retenue ni honte bue.


Le résultat est là. Un pur vin de Sicile recommandé par mes amis de la cave SIMONE. Pas encore bu mais suivant le bon vieil adage de mémé Marie la bonne viande on la trouve chez un bon boucher.


A bientôt Patrick pour une virée chez Cantillon.


Sincères amitiés.


Jacques

 


Italie-037.JPGItalie-038.JPG

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Vendredi du Vin
commenter cet article

commentaires

restaurant italien 05/07/2013 12:10


j'adore tes photos! Merci bcp pour ton article :D

regis tomassian 30/06/2013 05:18


Sur Wikipedia il y a un S ,le Larousse accepte les deux moi je prefere avec un S c'est plus gourmand cela préfigure la  Sauce

Michel Smith 29/06/2013 10:37


Je confirme : la pub sur ton blog, Roger, n'arrangepas sa lecture. Elle laisse même des traces sournoises après la lecture sous forme de "fenêtres" Trois Suisses ou autres...

Feuilly 29/06/2013 09:14


J'y songe... d'ailleurs, ce n'est pas la première fois que des lecteurs m'en font la remarque. C'est vrai qu'on a l'impression que la publicité pollue un brin, pour ne pas dire plus.

Feuilly 29/06/2013 09:00


Bien sûr, cela n'est pas nécessaire, mais les publicités ne sont pas de mon choix : elles sont générées par overblog qui ne me demande pas mon avis. Seule solution : les supprimer. Pourquoi pas ?

JACQUES BERTHOMEAU 29/06/2013 09:03



Faux je suis sur overblog et nul n'est obligé d'accepter la publicité et c'est mon cas... il suffit de refuser mais refuser c'est dur... 



  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents