Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juin 2010 2 22 /06 /juin /2010 00:09

J'exagère bien sûr. L'art du jet post-dégustatif, précis, sans éclaboussure, n'est pas à la portée du premier goûteur venu. Dans les multiples lieux de dégustion au premier regard il est facile de faire le tri entre les grands pros et la piétaille gazouillante. Pour moi y'a du Clint Eastwood, dans un de ses film-culte «Impitoyable», chez ces maîtres dégustateurs : ils ne se vautrent pas au-dessus du baquet, buste droit, décontractés, à l'instant crucial la bouche se fait cul de poule et le vin, en une courbe élégante, s'élance vers sa triste fin. Chapeau les artistes !

Je plaisante à peine mais, ce qui me semble naturel et recommandé en des lieux où il n'y a pas d'autre issue, me semble totalement incongru en d'autres lieux publics, tout particulièrement le restaurant. Rassurez-vous, je ne repasse pas les plats http://www.berthomeau.com/article-lettre-ouverte-au-president-de-l-universite-du-vin-de-suze-la-rousse-a-propos-de-miss-glou-glou-50442183.html mais je vous propose de lire ci-dessous une prise de position militante d'un éminent dégustateur (la lire avant de croquer ma chronique vous sera utile). C'est un vrai bonheur. Je me gondole grave. Comme l’aurais dit le regretté Francis Blanche : « c’est vareuse, c’est vareuse... pardon c’est tunique... » et notre grand Desproges aurait lui sans doute eu des mots uniques pour tailler un costar aux promoteurs du « Recracher le vin au restaurant » nouvelle pratique préconisée, sans malice, par un vigneron à Miss Glou Glou sur son blog

 

« Je suis mille fois d’accord avec miss glou glou. Cette idée, je l’ai depuis longtemps, et j’essaie d’en convaincre les autres. Enchaînant les repas avec de nombreux vins les uns après les autres, c’est un atout pour la santé. J’ai un gobelet en argent (mais l’argent n’est pas obligatoire bien sûr) qui me permet de le faire avec une discrétion totale, puisque quelqu’un à ma table m’a demandé : « mais pourquoi buvez-vous le vin dans cette timbale au lieu de le boire dans votre verre ». Donc, c’est discret. Ensuite, je quitte le repas l’esprit léger, même quand on s’est partagé nettement plus d’une bouteille par personne en moyenne. Enfin, on goûte mieux quand on recrache car l’air qui pénètre en bouche exacerbe le final. De plus, ça devrait intéresser les vignerons, car on boit beaucoup plus quand on recrache : on ouvre toujours une bouteille de plus. Si on veut avoir le délicieux picotement du vin que l’on avale, eh bien, on avale une fois sur trois et on a l’excitation du vin sans la lourdeur. Oui, je recommande l’extension de cette pratique qui n’a que des avantages. » François Audouze

 

Toutes les pratiques entre adultes consentant sont admissibles, défendables, j’en conviens aisément sans pour autant en appeler, comme le vigneron Philippe Gimel du domaine Saint Jean de Barroux, le promoteur de la pratique, au respect de la démocratie ; la pauvre est déjà fort fourbue sans qu’on lui jetât en plus sur le dos une aussi petite cause. En effet, à trop vouloir prouver le risque est grand de donner des arguments à ceux qui guettent la moindre occasion pour stigmatiser la simple pratique de boire du vin, à table ou ailleurs. Le double argument avancé que c’est à la fois bon pour la santé « c’est un atout pour la santé » et « de plus, ça devrait intéresser les vignerons, car on boit beaucoup plus quand on recrache... » Pas mal comme dynamisation du marché – en l’occurrence ici celui des GCC ou des raretés – qui s’apparente, si l’on pousse la logique jusqu’à son terme, pour des vins bien plus modestes vers l’écoulement des surplus dans le caniveau. Nos « amis » les cagoulés du CRAV ont pratiqué, et pratiquent encore parfois, ce sport.

 

Bien sûr, je comprends parfaitement que les Stakhanov de la dégustation, les inimitables goûteurs de vin, l’élite de l’élite quoi, tel François Audouze, qui enchaînent « les repas avec de nombreux vins les uns après les autres » recrachassent une partie des breuvages proposés à leurs yeux, leur nez, leur palais, pour garder intact leur plaisir intellectuel. Toutefois je m’interroge au vue des nourritures solides qui accompagnent les vins – j’insiste sur cet ordre – ne sont-elles pas, par leur richesse, très nuisibles pour la santé des « enchaînés » ?

 

Passe encore, je suis contre les interdits, simplement, laissant à chacun sa liberté de choix, une question bien plus importante me taraude : pourquoi va-t-on au restaurant entre amis, en famille, en amoureux ?

Pour goûter du vin ?

Manifestement non pour une écrasante majorité de gens, leurs motivations sont multiples, depuis la plus simple : se nourrir jusqu’au plaisir de la gastronomie la plus raffinée. Donc si, cédant à la maladie des sondages, nous interrogions à la sortie des restaurants «monsieur et madame tout le monde» je ne pense pas que le pourcentage de ceux ayant choisi d’aller au restaurant pour goûter du vin dépasserait le seuil du significatif. En effet, peu de gens alignent de nombreux vins sur leur table de restaurant, encore heureux quand ils en commandent.

Alors, il me semblerait plus pertinent, plutôt que de militer pour la vidange, même dans un gobelet d’argent – et pourquoi pas chez les étoilés dans des vasques portées par des serviteurs – pour améliorer la santé financière de beaucoup de vignerons de se battre pour que les prix des vins au restaurant soit plus raisonnables, pour un service au verre digne et abordable et la proposition d’emporter chez soi dans de bonnes conditions, comme aux Papilles par exemple, la bouteille non entièrement consommée...

Que les goûteurs de vin fassent comme bon leur semble, au restaurant ou ailleurs, peu me chaut mais de grâce qu’ils veuillent bien nous épargner «l’extension du domaine du vin perdu sans être bu» car vraiment c’est à la fois une bien triste fin que de finir sa vie à l’égout. Certes le vin n’est pas nécessaire à la vie de nos corps mais il est si utile à celle de nos cœurs et de nos âmes par son passage furtif, enivrant parfois, en nos mortelles carcasses que de le pisser me semble de nos jours si coincés, si intellectualisés, un acte profondément «révolutionnaire» 

 

Pour mémoire une chronique de mars 2009 « Il vaut mieux être saoul que con, ça dure moins longtemps» à intégrer dans le Manuel du petit dégustateur borné   http://www.berthomeau.com/article-28979241.html  Il s’agissait ici des dégustateurs patentés et non des dégustateurs distingués...

 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

Michel Smith 24/06/2010 15:02



Crachez, crachez, il en restera toujours quelque chose. Pour ma part, lorsque je n'aime pas un vin dans un restaurant je m'empresse de le vider dans le verre à eau. Et de signaler au sommelier
qu'il me manque du vin. Autre chose : je ne sis si ça a toujours quelque chose à voir avec le sujet qui nous occupe, mais après un bon repas, je refuse de me laver les dents. Je ne veux gâcher ni
le goût de mes truffes, ni celui du bon vin. Et j'invite ma compagne à faire de même.



Patrick de MARI 24/06/2010 08:55



Merci François Maousse...



mauss 24/06/2010 08:32



Patrick Ce Mari


 


Superbe envolée ! It makes my day !


 



Patrick de MARI 24/06/2010 00:04



Oeillades, Président, oeillades...


Par ailleurs, quelques doutes m'assaillent et m'empêchent d'adhérer à la pratique du crachat sélectif au restaurant. Autant j'admets qu'il est plus aisé de se laver les dents dans un verre à pied
que le contraire, autant je me demande s'il est tellement plus festif de glavioter de concert.


"J'ai réservé au Taillevent, venez cracher avec nous..."


Les gros buveurs auront-ils le loisir de remplir, grâce à un entonnoir, les bouteilles qu'ils auront préalablement vidées ? Et quid des gros mangeurs qui devraient pouvoir exiger de disposer de
bassines, voire de seyantes poubelles, à condition bien sûr qu'elles soient communes à chaque table, de façon à privilégier le caractère éminemment convivial de cette pratique.


Je crains même que la SPA ne se plaigne de la baisse sensible de la qualité des "doggy bags"...


Ayant entendu parler de la fréquente générosité de François Audouze, oserais-je accepter une sienne invitation à cracher au bassinet, surtout si la bienséance m'oblige à la rendre...!


Quiconque fréquente les dégustations professionnelles, du genre Primeurs à Bordeaux, sait identifier au premier coup d'oeil l'anglo-saxon en cravate et veste de tweed, invariablement posté à
1,5Om du crachoir, et qui, d'un seul jet, aussi puissant que précis, arrive à moucheter de la tête aux pieds quatre à cinq collègues moins expérimentés ou moins attentifs...!


Cette nouvelle coutume aurait tout naturellement l'effet immédiat de généraliser la tenue de pêcheur d'Islande pour dîner en ville... 


Je laisse à Nadine de Rothschild l'avantage d'en codifier l'usage...


A bientôt le plaisir de commenter en votre compagnie une prochaine idée de génie!



mauss 22/06/2010 04:49



Connaissant relativement bien l'olibrius, sache quand même, Jacques, qu'il reçoit à table de restaurants plus de regards réprobateurs que d'oeillères amoureuses.



  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents