Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mars 2011 5 04 /03 /mars /2011 00:09

 

« L’amour est un bouquet de violettes » l’un des tubes de Luis Mariano que maman aimait tant, remis au goût du jour par Roberto Alagna, avec son parfum vieillot, va servir de fond sonore à ma chronique du jour. La violette, star de Toulouse, a en effet un petit côté désuet, un air de rosière effarouchée, la timidité d’une fleur un peu passée de mode et pourtant si naturelle, si parfumée, si envoutante même, qu'elle mérite mieux qu’une petite ritournelle. Alors, croquons-la !

 

Manger des fleurs n'est pas nouveau, depuis l'Antiquité les différentes civilisations ont utilisé les fleurs dans leur gastronomie. Les chefs, de nouveau, utilisent les fleurs, souvent seulement pour faire joli. À la Grande Épicerie du BM il est proposé des barquettes de pensées qui sont, elles aussi de la famille des violacées. Alors, en vous proposant le Millet aux violettes suis-je en train de prendre les vents portants ? Que nenni, ma proposition n’est que le fruit du hasard.

 

Samedi, malgré le gris, bien encapuchonné, je marchais dans les rues de Paris. Alors que je venais de laisser Saint Jacques Haut-le-pas sur ma senestre (sinistra en italien) mon regard de lynx à lunettes fut attiré par la devanture d’une pharmacie. Je fréquente peu les potards dont le goût de plus en plus prononcé pour le commerce me fait douter de l’utilité du numerus clausus dont ils bénéficient dans notre pays françois. Là, je crus un moment que c’était l’étal d’un bouquiniste car sur un chevalet en plexiglas un vieux livre ouvert me tendait les bras.

 

Photos.

  L1000409.JPG

L1000410.JPG

 

Comme vous venez de le constater de visu je tenais là le sujet de cette chronique. Pour moi ce fut bien plus qu’une simple lubie mais une réelle obligation. En effet, le millet fait partie de mon code génétique : à la maison familiale le millet de la tante Valentine, une rareté craquante – le grain de millet même décortiqué garde son intégrité après la cuisson – avec son léger goût de fumé, enchantait mes goûters au retour de l’école.

 

Millet aux violettes



Comment le rendre tout sucre, tout  miel ?

 

                                            L’Enchantement

 

L’abeille visite 7500 fleurs pour produire 1 g de miel !

Cela équivaut à une moyenne de 200 à 300 fleurs à l’heure.

Ses 20 000 sœurs butinent 150 millions de fleurs avant de produire,

Au sein de la ruche, les 20 kg de miel escomptés.

Le miel fait partie des petites douceurs parmi les saveurs sucrées.

Qu’il soit étalé sur les tartines du goûter, incorporé à la pâte des gâteaux

Ou bien encore dans cette savoureuse préparation aux violettes,

il laisse un goût de bonheur sur les papilles.

Et c’est une bonne recette pour rendre son prétendant

 

Au chaudron ! Faire tiédir le lait. Y laisser infuser les violettes 15 minutes et filtrer. Verser les flocons de millet* en pluie dans le lait filtré et faire cuire 10 minutes à feu doux. Ajouter le miel, mélanger puis mettre dans un compotier.

 

Emplettes  et cueillettes

pour 4 personnes

 

50 cl de lait *

4 poignées de violettes bien parfumées

12 cuillérées à soupe de flocons de millet *

4 cuillérées à soupe de miel.

 

L’œil sur la pendule

 

Préparation : 5 minutes

Infusion : 15 minutes

Cuisson : 10 minutes

Temps total : 30 minutes

 

Mon grain de sel

 

* acheter du lait cru de vache Jersiaise et du millet en grains chez Biocoop par exemple.

 

Reste la grande interrogation finale induite par mon titre : peut-on boire un verre de vin pour accompagner un laitage ? Lait et vin font-ils bon ménage ? Même si l’ami Michel Grisard citant Platon en commentaire de mes écrits sur le « péril vieux » nous dit que « le vin est le lait des vieillards » l’accord entre le lacté sucré et le jus de treille fermenté ne va pas de soi. Et pourtant, puisque le riz au lait revient en force sur les cartes de restaurant, j’affirme que le Beaujolais blanc de Pierre-Marie Chermette www.chermette.fr  est en accord avec mon Millet aux violettes.

 

Contreverse ?


C’est vous qui voyez. La maison permet d’apporter son panier, elle n’impose rien. Elle n’a pas de parti-pris.


Tous à vos claviers !

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

Luc Charlier 04/03/2011 11:29



@ Jean Bourjade


Je suis garde-malade aujourd’hui – ma compagne a mal supporté un repas, bien arrosé de vin blanc ... de Franconie, je vous rassure –
et il pleut à grosses gouttes avec, en même temps, du vent en rafales, combinaison rare chez nous : un vrai temps de Belge ! Donc, je suis resté à l’intérieur. On ne voit même pas à
mi-pente du Canigou.


Que le public peu informé se laisse avoir par les médailles dans les concours, passe ; que certains vignerons y voient un outil
promotionnel, ils ont sans doute raison pour une partie de la clientèle et il n’y a aucun mal à cela ; mais que quelqu’un comme vous, dont on sent la passion dans le texte et la fierté de
bien faire, nous dise son bonheur d’être médaillé (et au Mondial de BXL en plus, quel barnum !), cela me surprend. J’en ai fait un peu mon leit-motiv : les concours de vin -  Salon de Paris, Foire de Mâcon, London Wine fair, Vienna ... peu importe – ne sont PAS un gage de qualité.


Une fois encore, et JB sera d’accord avec moi, je préfère vous reprendre directement mais ce n’est pas dirigé contre vous en tant que
personne. Il est probable que nous nous entendrions bien et il est presque sûr que je serais conquis par votre Chermette, mais les médailles, c’est du pipeau à 200 %. Dans le meilleur des cas,
les jurys sont intègres (pas forcément compétents) et les bouteilles disposées au hasard ; dans le pire des cas (souvent), la distribution des flacons est totalement biaisée. Je ne crois par
contre pas que les juges « trichent », ce n’est pas mon propos. Et, dès qu’on demande une participation financière aux flacons pour concourir, l’organisateur amasse un pactole. C’est la
vraie raison d’être de ces cirques.


Un des buts des blogs c’est de permettre la confrontation d’idées divergentes. Ne prenez pas cette intervention pour une animosité à
votre encontre. Simplement, je pense intensément que les vignerons ne doivent pas entrer dans cette supercherie.


Ah oui, j’oubliais : j’adore comme vous les délicieux vins du Beaujolais !



Jean Bourjade 04/03/2011 10:55



Merci d'avoir cité le Beaujolais Blanc des Chermette. Le Beaujolais produit de merveilleux vins blancs en appellations Beaujolais et Beaujolais Villages qui figurent maintenant dans les plus
grands concours internationaux puisqu'ils recoltent même de Grandes Médailles d'Or (cf. Mondial de Bruxelles). Ce sont des vins rares (1% de notre production) mais que nous tentons de
développer sur nos terroirs argilo-calcaires qui sont propices au chardonnay et qui sont situés dans la moitié sud de notre vignoble. Ces vins démontrent la qualité des Beaujolais en général et
sont une piste de revalorisation du vignoble Beaujolais.



Denis Boireau 04/03/2011 09:25



Merci Jacques de m'indiquer cette chronique d'avant que je m'abonne a ce merveilleux blog.


Y a decidemment pas loin de la Mothe-Achard a St-Pere-en Retz.


Mais nous on ne le sucrait pas, le caille. Donc accord avec le Gros Plant + eau fraiche parfait. Notons au passage que le Gros Plant est un des rares vins a rester bon meme a fort taux de
dilution (mais pas jusqu'a l'homeopathie, sinon Luc va s'enerver!).



Denis Boireau 04/03/2011 09:12



Recommander le gros Plant sur un blog d'experts du vin?


Jamais je n'aurai ose le rever, Luc l'a fait!


Et avec a-propos: j'ai encore le souvenir des laits cailles de mon enfance avec le verre de Gros Plant largement rallonge d'eau: accord parfait.



JACQUES BERTHOMEAU 04/03/2011 09:18



Lire les caillebottes de la tante Valentine Denis http://www.berthomeau.com/article-5932159.html



Olivier Borneuf 04/03/2011 08:26



Bonjour Jacques,


Tout d'accord avec Luc sur les pros de la pillule mais revenons-en au sujet : sucré… Il faut plus sucré ! là aussi d'accord avec LC ! Ben moi j'irai bien cherché un vin original type Commandaria
non ? Cela rappelle très bien le miel et parfois la violette, fruit du hasard bien évidemment !


A+



  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents