Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 octobre 2010 1 11 /10 /octobre /2010 18:23

marcel-lapierre

 

Photo empruntée à mon collègue www.glougueule.fr Merci

 

Marcel Lapierre vient de mourir ce jour. Qui mieux qu’un de ses amis, Sébastien Lapaque, peut parler de lui. Dans son livre écrit en 2004 « Chez Marcel Lapierre » il nous menait sur la route des beaujolais « sinueuse, flâneuse, parée des milles couleurs de l’automne » jusque chez Marcel Lapierre, viticulteur à Villié-Morgon. 


Suivons-le sur ses lignes !

 

« Relief apaisé, tons reposants, harmonie des mauves, des verts, des bruns.

 

« J’aime bien ce chemin. En regardant le paysage, on n’a pas besoin de se poser de questions, les idées viennent toutes seules. »


Au domaine des Chênes, Marcel Lapierre vinifie son morgon comme son grand-père et son père avant lui, en laissant le temps au gamay noir à jus blanc de devenir du vin. Le viticulteur qu’un article du magazine Gault et Millau célébra comme « le pape du morgon » dès 1988, avant qu’il ne devienne un mythe de Lyon à Chicago et de Paris à Tokyo, n’est pas un doctrinaire.


Aucun discours dogmatique chez lui, nulle tentation de moquer ses collègues ni d’éreinter ceux qui inondent chaque année le marché mondial d’un pinard obligatoire baptisé beaujolais bouveau, affreux breuvage gonflé à l’acétate d’isoamyle – le fameux goût de banane. Moraliste d’un genre oublié, Marcel Lapierre sait que les gâcheurs de raisin sont à eux-mêmes leur propre punition. Pourquoi les accabler ?


Mieux vaut se promener. Savourer les retrouvailles quotidiennes avec les chemins de l’enfance qui ont épousé les rêves d’un homme. »


 

Marcel Lapierre était de ces hommes libres dont j’appréciais la démarche tranquille et sereine, loin de la nostalgie stérile du bon vieux temps et de l’intégrisme de certaines chapelles. Marcel Lapierre était vigneron, sans ostentation, avec discernement, il gardait comme un bien précieux sa faculté de jugement. Modeste, il ne se vantait pas d’avoir fait école mais, à l’instant où il quitte notre chemin, celui des encore vivants, c’est son emprunte et sa trace que je veux saluer avec amitié et simplicité.

 

Je m’incline devant la peine et la douleur de Marie Lapierre, qu’elle sache que la mort de Marcel donne tout son sens à sa vie, une belle et forte vie. Que Matthieu, leur fils, soit lui aussi assuré de la tendresse de tous ceux, dont je suis, qui ont porté sur le travail de son père le regard ému et reconnaissant d’amoureux du bien vivre. Bonne route à vous et à tous ceux  pour qui Marcel Lapierre était un être cher.

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

Michel Smith 13/10/2010 15:27



Marcel, tais-toi Marcel, tu gueules trop fort. Mon voisin d'à côté a ton Morgon et une belle tortaure qui va avec, donc ne fais pas de souci. Et puis, y'a des p'tits jeunes qui te suivent qui
sont plein d'entrain. On pensera à toi souvent et comme, de toute façon on te rejoindra tôt ou tard, je sais que tu nous recevras bien. 


Ciao Marcel, le Bojolpif te salue bien bas.



Rocky 13/10/2010 14:49



Ici, l'hommage de Siné à Marcel Lapierre :


http://lazone.sinehebdo.eu/zone-24.html



ISSALY Michel 12/10/2010 08:49



Adieu Marcel, on se retrouvera ailleur, là ou le vrai vin existe encore. Ce sont toujours les meilleurs qui partent les premiers. Mes pensées vont à Marie qui, je le sais, continuera à porter le
message.



  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents