Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 mai 2010 7 16 /05 /mai /2010 00:09

Détournement de courrier, substitution de destinataire, la Toile est un milieu impitoyable où la fin justifie les moyens.

Pour autant suis-je un terroriste ?

Un terroiriste, sûrement, mais dans le cas présent je ne suis qu’un petit télégraphiste qui se fait un devoir de porter à qui de droit un message glané sur les pages du Nouvel Observateur de cette semaine.

Pourquoi me direz-vous ?

Tout d’abord, afin qu’Hervé ne me taille pas en pièces, loin de moi l'idée de vouloir accabler Jean-Pierre Coffe, d’en faire un bouc-émissaire, ou de crier avec les loups ou de lui jeter la première pierre. Non, je me contente de lui transférer ce message pour qu’il se fasse le porte-parole de ceux qui ne demandent quelques centimes de plus aux consommateurs. Si je me permets de le faire c’est qu’un jour, au 232 rue de Rivoli, j’ai discuté avec Jean-Pierre Coffe lorsque celui-ci avait accepté de se faire le héraut des vins du Gard. Tel était son état d’esprit : faire que les vignerons vivent au pays du fruit de leur travail. Ce jour-là j’avais un témoin : Denis Verdier.

Ensuite, l’auteur de la lettre au Nouvel Obs., Dominique Granier, vigneron,  www.masmontel.fr , président de la Chambre d’Agriculture du Gard, est à la fois un ami, un fidèle lecteur de mon blog, et surtout un homme de conviction qui ne m’en voudra pas d’avoir opéré ce rapt pour la bonne cause.

Enfin, du côté du Nouvel Obs. d’Olivennes qui verse de plus en plus avec JP Lannelongue dans le ELLE bis, bonne conscience en bandoulière, avec ses nombreuses pages de babioles à pleins d’euros avec plein de zéros c’est comme qui dirait un gros pan sur le bec d’un abonné exaspéré.

Bonne lecture dominicale. Merci Dominique.

 

img151.jpg

De sortie dans la banlieue profonde vendredi dernier, du côté du Plessis-Trévise, vu sur des panneaux publicitaires une promo d'enfer pour je cite SHIRAZ Domaine de la Baume Vin de Pays d'Oc 0,99 euros. Qui dit mieux ! Dites-moi combien vaut le vin qui est dans la bouteille ? Au temps où La Baume appartenait à des Australiens ils écrivaient Syrah sur l'étiquette et vendaient cher maintenant que c'est français c'est bien plus chic de jouer english et d'écouler sous le niveau de l'euro... 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

tchoo 17/05/2010 15:48



J'ai la chance de pouvoir acheter mes légumes directement au producteur, soit 3 fois moins cher que le prix du supermarché du coin, et le groupe de paysans qui les vends double le prix auquel il
le vendait  à ces mêmes magasin.


C'est du gagnant-gagnant, mais il y a quelques choses qui ne tourne pas ronds au royaume de france.


 



Pierre 16/05/2010 22:03



Jacques Verpoorten, tu as raison. Je ne sais pas pour aujourd'hui mais saches qu'il y a quelques années, un (autre) gardois, à l'époque producteur de fruits avait dirigé des pourparlers avec la
GD pour arriver à un prix moyen "gagnant-gagnant" sur la saison, pour les pommes, et que celle-ci n'avait (évidemment) pas accepté.


Une de nos devises, dans le Gard, au moins pour les volumes que nous pourrions vendre en circuit court (le grand problème reste le vrac—en étant optimistes, 70 % de la production, toutes filières
confondues) c'est "Cultivons nos consommateurs à notre porte". Une devise que nous pourrions d'ailleurs proposer aux consommateurs : "Cultivons nos producteurs à notre porte”.



Pierre 16/05/2010 21:57



Rocky, tu n'auras pas manqué de voir qu'il y a dans le texte une parenthèse :«(au moins ceux qui ont le choix)» qui est là pour signifier que l'auteur a parfaitement conscience de la
limite que tu signales.



Jacques Verpoorten 16/05/2010 20:22



Les producteurs laitiers de Wallonie ( en Belgique, pour ceux qui l'ignoreraient) se sont groupés et ont pris des accords avec ,d'une part, une coopérative pour empaqueter leurs litres, d'autre
part, des grandes surfaces pour présenter leurs laits de ferme à un prix légèrement supérieur aux concurrents ( d'où ? ) et ainsi pouvoir
vendre en gagnant  , oui , un peu , et dépasser ainsi leurs coûts de production...


Et la presse en a suffisamment parlé , évitant aussi les frais de publicité !!!


Pourquoi ne pas faire de même avec les fruits, les légumes à proposer aux Grandes Surfaces...   à moins qu'elles ne soient pas aussi coopératives
qu'en Belgique              Jacques Verpoorten



Reggio 16/05/2010 18:14



C'est évident qu'acheter des fraises ou autres à son producteur de voisin est devenu une action de commerce équitable. Granier a bougrement raison et il n'y a pas que les gens de chez Max
Havelmachin qui ont le droit de vendre du propre et du correct, même si on est pas bio et tout le tralala...Rocky, roquet ?


Adiù



  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents