Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 septembre 2010 3 01 /09 /septembre /2010 00:09

Avec septembre reviennent les mois en R et autrefois les huîtres, pour les connaisseurs ne se consommaient que ces mois-là après qu'elles eussent fait leur laitance. Ce matin, loin de ma terre natale, je profite de ce basculement pour venir au secours de mon grand voisin nantais le Muscadet qui va aussi mal que le FC. Nantes, grandeur et décadence d’une belle et grande appellation et d’un grand et beau club. Rien n’est jamais perdu tout est à reconstruire alors toujours prêt à servir. En attendant un beau texte de Maurice Des Ombiaux sur Les Vins blancs publié en 1928.

 

« Les huîtres appellent le vin blanc. S’il y a des grands vins blancs traditionnels pour leur faire cortège, il y a aussi les Vouvray, le Montlouis, le Rochecorbon, dont s’enorgueillit la Touraine à juste titre, et d’autres encore, moins connus, comme le Muscadet qui croît du côté de Nantes et de Saint-Nazaire et dont M. Aristide Briand fait ses délices.

Il est très sec et laisse à l’arrière-goût un léger appel de Muscat. Il n’a pas son pareil pour servir d’accompagnement à une douzaine de Portugaises bien fraîches. On le soutire dans des fillettes. Son fin goût de muscat, se mariant avec celui de la pierre à fusil, charme ceux qui en boivent pour la première fois par l’inattendu de l’aventure et par une si merveilleuse expression de terroir. L’Anjou donne aussi des vins blancs de grande réputation. Mais la palme revient de Pouilly-sur-Loire, de Château-Laroche et de Chavignol, du cépage appelé Sauvignon. Le Sauvignon produit aussi le Château d’Yquem mais tandis que l’Yquem est doux, liquoreux et doré, le Blanc-fumé est sec, extra-sec, comme le silex, avec un léger goût de fumée extrêmement délicat. C’est le vin le plus blanc qui soit, tellement blanc que, dans le verre, il a presque l’aspect d’eau ou vert d’eau, dit-on de lui.

Ce goût de fumée et de silex, soulignant le goût sauvage et le parfum d’océan des Claires ou des Marennes vertes, quel régal pour le gourmand !

Les loges de Pouilly, de Girames, la loge aux moines, le clos de la Comtesse ondoie merveilleusement une sole au gratin ou tout autre poisson.

Il ne faut pas confondre les Pouilly donnés par le Sauvignon et ceux des autres cépages. Il y a entre eux à peu près la même différence qu’il y a en Bourgogne entre les vins fins qui proviennent du pineau et les vins communs issus du gamay.

Ces produits du Sauvignon se mettent au rang des plus grands vins blancs, et tel amateur sceptique auparavant, a reconnu, après les avoir tâtés comme chez M.Lubin, qu’ils se présentent comme des grands seigneurs de la treille française, la première entre toutes !

Il y a des amateurs qui feront un déjeuner au vin blanc ; il y en a même qui s’en tiendront, pour un repas plus substantiel, au seul vin de champagne, variant les goûts selon les mets, depuis le demi-sec jusqu’au brut. »

 

 

Maurice Des Ombiaux

 

Ecrivain
Beauraing 16.03.1868 - Paris (France) 21.09.1943

« Ses humanités achevées (1884), Maurice Des Ombiaux est poussé par son père à entreprendre des études notariales. Mais, déjà attiré par le renouveau littéraire des années 1880, il se lance dans la littérature. D'abord auteur de quelques pièces en vers et en prose dont il tire plusieurs recueils, ainsi que d'un drame symboliste, Les Amants de Taillemark (1892), il part ensuite à la recherche de son style, affiche des opinions extrémistes et quitte La Jeune Belgique pour Le Coq rouge, mouvement qui se veut le défenseur de la liberté en art (1895).

 

Après avoir pourfendu Edmond Picard, champion de l'âme belge, il opte pour la prose ainsi que pour une veine réaliste et populaire qui correspond mieux à sa nature. Il dévoile ses talents de conteur gaillard et sentimental. En fait, Des Ombiaux plonge aux sources de son enfance lorsque lui étaient racontées les vieilles légendes locales. Ses meilleurs écrits atteignent aux sommets du roman naturaliste (Mihien d'Avène et surtout Le Maugré), considérés par Lemonnier et Maeterlinck comme des chefs-d'oeuvre. Entre 1898 et 1914, il publie plus d'un ouvrage par an tout en consacrant des études à des artistes wallons. Critique d'art, il signe ainsi un Essai sur l'Art wallon, collabore à la revue Jeune Wallonie. Fondateur, avec Jules Destrée, son ami d'enfance, d'une Fédération des Artistes wallons, il est aussi à la base de la Société des Amis de l'Art wallon.

 

Coorganisateur de la première exposition d'Art wallon (Charleroi, 1911), il ne cessera de montrer que la Wallonie, trop souvent négligée au profit de la Flandre, est en réalité un des berceaux de l'art en Occident. Il révèle ou vulgarise quelques-unes des illustrations de notre patrimoine artistique : l'école de Tournai, qui influença l'art flamand, l'école de l'abbaye de Lobbes, Roger de le Pasture, Victor Rousseau... Il exige que l'apport artistique de la Wallonie soit reconnu et sa filiation française proclamée. Occupé par le seul passé wallon, Des Ombiaux ne se livrera jamais à une peinture de la Wallonie industrielle, même s'il ne resta pas insensible aux villes (Namur, Liège...).

 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

Luc Charlier 02/09/2010 18:34



Oui, Pontet-Canet « rings a bell » ! Merci pour cette précision.


Ben, mouè, c’est l’inverse : ayant chroniqué pendant plus de 20 ans, j’ai dégusté Yquem sans doute 20 ou 30 fois, mais toujours
trop jeune et jamais plus d’un demi-verre. Une seule exception : 1984, année de naissance de mon fils aîné où l’on m’a offert une bouteille. Ce n’était pas le millésime du siècle.


De toutes façons, mon goût personnel va plus vers le chenin, et surtout le riesling, pour les vins moelleux.


Il reste dans ma cave – du temps où je me faisais rétribuer en « liquide doré » mes exposés sur le vin dans la lointaine
Belgique : Climens 1988, 1989 et 1990 en quantité acceptable. Ils sont à vendre.



Passarini Samuel 02/09/2010 17:25



Bonjour, Luc,


 


Vos réponses sont toujours sympa, pour information le vin de Muscadelle que vous aviez apprécié, vient très probablement du Château du Champ des Treilles,
http://www.champdestreilles.com,


Propriété conduite par Corinne et Jean-Michel COMME, lequel est également le régisseur du Château Pontet-Canet.


Si dans ma vie j’ai eu la chance de déguster 5 flacons D’Yquem 2, 1936 et 3, 1937, qui m’avaient été offerts très curieusement, le donateur ne les croyant plus
buvables (j’avais aussi quelques grands crus rouges mais hélas, tous imbuvables), la dernière 1937 bue pour Noël 2007 était passée, encore buvable mais sans acidité, du jus de fruit. Sinon je
n’ai pas les moyens de m’offrir des trésors de ce niveau de qualité (même sans Muscadelle)


J’étais un peu mari, hier après mon envoi, d’avoir parlé D’Yquem, sans un mot pour le Comte Alexandre de Lur Saluces, (que je ne connais pas, sinon dans les
textes) dont on peut imaginer le désespoir d’avoir été trahi par les siens et d’être contraint de se séparer d’un tel joyau.


J’ai cette citation aussi : Le Sauternes, l’extravagance du parfait. (Gaston Marchou).


A bientôt, sur un autre thème.


Cordialement.


Samuel




Luc Charlier 02/09/2010 11:25



You just slip out the back, Jack


Make a new plan, Stan


You don’t need to be coy, Roy ...


Don’t break a dam, SAM !         


 


(Le vieux Paulo, s’il lisait mes ajouts, il en avalerait sa kippa!)


 


Je ne sais d’où tu tires tout ce savoir, Sammy. On boit le vin des riches, à la Conf’ maintenant ?


C’est une blague évidemment et ton « Eloge de la muscadelle » me va très bien. Un des collaborateurs locaux du bientôt défunt INAO des P.O., délocalisation et ODG obligent, l’excellent François Constand, m’a fait déguster le
vin, 100 % muscadelle, qu’un pote à lui élabore dans la région de l’Entre-Deux-Mers. Mazette, que c’était bon : jaune or-orange, nez ouvert avec une légère prise de bois (pas de prise de
tête), bien gras et complexe. Je ne me souviens plus du nom du producteur (Shame on me !), mais on peut le lui demander (f.constand@inao.gouv.fr).



Luc Charlier 02/09/2010 11:00



Eh oui, Beauraing, cet incontournable lieu d’histoire et de culture. On y aurait bien trouvé une petite place pour les Bouddhas de
Bâmyân, si on avait su !


 


Quant à « faire ses humanités », en français cela signifie terminer le collège et le lycée. Il n’y a pas de bac en Belgique.
Par contre, nous trions les immondices et déchets ménagers dans au moins trois « bacs à ordures » différents. Car ainsi se nomment les poubelles au royaume d’Albert.


 


Quand on demandait à Jacques Brel – au vu de son immense talent, on lui pardonne les quelques excès commis envers les Flamands, pour
être d’accord avec ses attaques contre les Flamingants – d’où il était, au début de sa carrière, il répondait évasivement : « Oh, du nord », avec une minusule, évidemment.


 


« Zonder liefde, warme liefde


Waait de wind, de stomme wind


Zonder liefde, warme liefde,


Weent de zee, de grijze zee


Zonder liefde, warme liefde


Lijdt het licht, het donk’re licht


En schuurt het zand over mijn land


Mijn platte land, mijn Vlaanderland ...”


 


[Sans cet amour, ce chaud amour, le vent tourbillonne, ce vent stupide


Sans cet amour, ce chaud amour, pleure la mer, la grise mer


Sans cet amour, ce chaud amour, même la lumière souffre, cette sombre lumière


Et le sable déferle sur mon pays


Mon plat pays, mon flamand pays ...]


 


Admirez les figures de style : anthropomorphisme du vent, sentimentalisation de la mer et de la lumière, oxymoron (digne du
« clair-obscur », non ?).


 


Nique ta mère, j’fais d’la mu’zik !


 



Lalau 02/09/2010 08:34



J'aime bien la première ligne du CV de cet ilmlustre wallingant: Beauraing, 1868, Paris (France), 1943


Ben oui, Beauraing, il n'y en a qu'un, et tout le monde l'envie au pays noir de Charleroi, tandis que Paris, il vaut mieux préciser où c'est...


Désolé pour ce persiflage... j'ai glissé, chef!



  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents