Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 novembre 2013 1 25 /11 /novembre /2013 10:00

J’ai longuement hésité.


Sur cet espace de liberté, chacun sait d’où je viens, ce que j’ai fait dans la vie, ce que je suis, mais je ne me risque jamais sur le terrain de la stricte politique, celui de l’affrontement partisan. Bien sûr je m’intéresse à la vie de la cité, je suis partie prenante aux débats, j’y  prends ma part sans faire preuve de prosélytisme, du moins je l’espère. Mais au-delà  des choix politiques, économiques, philosophiques ou religieux, il y a un noyau dur de notre vie ensemble, le respect de valeurs essentielles, sur lequel j’estime qu’il est impossible de transiger. Depuis des mois je me sens mal à l’aise face à la libération de certaines paroles de plus en plus nauséabondes.


J’ai honte.


Que faire ?


Que dois-je faire ?


Si je me suis décidé à publier l’interview de Robert Badinter aux Inrocks c’est que cet homme est courageux. Je l’ai vu plaider en 1981, à la tribune de l’Assemblée Nationale, avec passion et justesse, l’abolition de la peine de mort. Faut-il rappeler que l’opinion publique était alors majoritairement contre. Et pourtant, même si le débat a été vif, je l’ai suivi dans son intégralité, il y eut des orateurs éloquents parmi les abolitionnistes : Raymond Forni (PS), Guy Ducoloné (PC), Philippe Seguin (RPR), parmi d’autres. L’abolition a été votée par la totalité des députés de gauche, par un tiers des députés de l’UDF et un quart du RPR, dont Jacques Chirac. La loi a été votée par le Sénat, très hostile au gouvernement de la gauche, dans les mêmes termes que l’Assemblée nationale.link


Pour moi ses réponses sont parole de sage et elles disent, bien mieux que je ne saurais le faire, ce qui agite le corps social de notre pays. Elles devraient servir à alimenter une réelle réflexion, à sortir des pures invectives, des affrontements stériles, à débattre réellement sur notre capacité à nous en sortir ensemble. C’est mon souhait le plus ardent.


Enfant de la paix retrouvée je redoute pour mes enfants, et nous tous, l’état de guerre intérieure larvée que nous vivons. Plus qu’une recherche de responsabilités, celle des autres bien sûr, de la désignation de bouc-émissaires, l’important est d’exercer pleinement notre responsabilité individuelle au lieu de nous abriter trop facilement sous le paravent du collectif.


290_41666_vignette_rbadinter1.jpg

 

« La peur ronge notre société », disiez-vous récemment. A quoi tient cette peur selon vous ? Peut-on la conjurer ?

 

Robert Badinter - Il y a une angoisse permanente chez nos concitoyens ; cette peur, constante, s’explique par la présence de 4,8 millions de chômeurs, à temps complet ou partiel. Dans beaucoup de foyers, on redoute de perdre son emploi, de n’en plus retrouver, on s’inquiète pour l’avenir des enfants, pour le sort du conjoint. Si vous regardez l’histoire de la République depuis 1977, toutes les élections nationales ont été perdues par le parti au pouvoir, le chômage ne cessant de progresser. J’appelle cela la loi de l’insomnie : vous êtes fiévreux, vous ne dormez pas, vous passez la nuit à vous retourner, du côté gauche puis du côté droit, toujours en vain. Le corps social français est atteint de la maladie du chômage. Vous avez donc l’inquiétude, et pire encore, une mélancolie profonde. « Cela ira encore plus mal demain qu’aujourd’hui. » C’est le sentiment de fond de la société française.

 

La suite ICI link 

 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

Luc Charlier 25/11/2013 19:16


En plus, les philosophes, hein .... Il n’y a pas une seule heure de philo dans tout le cursus des « humanités » en Belgique, quelle que soit la section choisie. C’est une branche qui
n’existe pas. Moi, par intérêt perso, j’en ai parcouru quelques-uns. Baruch de Spinoza m’a fait rire un peu et Arthur Schopenhauer reste mon maître à penser. Qui a compris quoi que ce soit à Kant
(en traduction ou en allemand, j’ai tenté les deux) ? Quel ramassis de confusion mentale et de masturbation intello ! LOL !!!!


Les médecins célèbres, depuis 50 ans, ne servent qu’à enrichir les actionnaires des multinationales pharmaceutiques en allongeant toujours plus une vie qui ne vaut rien et en inventant des
maladies qui n’existent pas ou en leur donnant un nouveau nom.


Les physiciens, là, j’avoue mon incompétence crasse.


Eh, à prendre avec des pincettes mais ce n’est pas loin de ce que je pense réellement.


 


Heureusement, Shakira est à Perpignan et la tramontane l’inspire ! Je sens que je vais me mettre au foot, moi. 

Luc Charlier 25/11/2013 19:07


Denis, la provoc marche mais tu vois ce que je veux dire. Tu as toi-même été au-delà de ma pensée: je n'ai pas écrit QUE deux (mais c'est ce que je sous-entendais, einverstanden). Quant à
l'ortho, Jacques, c'est à Simone que je pensais (pas Nina), vous l'avez compris.

Denis Boireau 25/11/2013 14:49


Luc, penser que la France n'aurait eu QUE 2 grands hommes (Ach Mensch! Hier kein richtiges wort auf Franzoesich!) depuis la seconde guerre mondiale est tres reducteur.


D'accord avec toi pour rejeter de cette liste les vedettes des medias-sports-spectacles, mais on a eu des philosophes, des physiciens, des medecins, etc. dont l'apport a l'humanite, ou au moins
aux Francais, pourrait bien s'evaluer au meme niveau de valeur que ceux des admirables Veil et Badinter.

Luc Charlier 25/11/2013 14:08


Je ne me sens pas la compétence de commenter ces propos-ci, mais bien de donner un point de vue sur leur auteur. La France a connu deux grands hommes* depuis la guerre 40-45, et l’un d’eux était
et une femme : Badinter et Weil. A ce niveau de qualité, ni le sexe ni le genre n’ont d’importance mais je souligne cette parité, qui n’est pas le fruit du hasard. La dernière a supprimé la
« peine de vie », le premier cité la « peine de mort ». Notons au passage que ces deux personnes sont d’origine juive, encore une pierre dans le jardin des xénophobes. Pour en
revenir à Badinter, il a chaque fois pris des positions personnelles sur les sujets qu’il a commentés, après un examen mûr et attentif des éléments connus, sans se rallier forcément à un courant
de pensée figé. Il n’est certainement pas un dogmatique. Il me semble qu’il faut faire grand cas de son analyse.


(* : je m’excuse auprès de tes lecteurs sportifs, je crois ces deux personnages plus importants que Killy, Prost ou Platini, dommage pour TF1.)

JACQUES BERTHOMEAU 25/11/2013 14:11



Luc c'est Veil pour Simone la Ministre et Weil pour Simone la philosophe morte en 1943



Michel Smith 25/11/2013 10:58


Badinter a raison. Et ça fout la trouille, je le comprends. Malheureusement le chômage est installé et il va empirer. D'où le risque d'affrontement. Même schéma qu'à la fin des années 30 ? Ou
est-ce une déduction trop facile ? Le fascisme repassera-t-il ? Espérons que non.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents