Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 décembre 2010 7 26 /12 /décembre /2010 02:00

De cette soirée je n’ai plus guerre de souvenirs, Luc le belge doté d’une vertigineuse descente assaisonnée d’un maniement pointu de la dialectique me saoula. Le bougre, en costume trois pièces anthracite lustré sur chemise blanche en tergal dotée d’une lavallière cramoisie, dès que je posai mon cul sur le haut tabouret du bar me confia d’un air contrit qu’il était le représentant des champagnes Mercier pour l’Amérique latine. Son problème, et les problèmes il les collectionnait comme d’autres les timbres postes, c’est qu’il abhorrait le mousseux de Reims, surtout le demi-sec fort à la mode en ces contrées andines. Alors nous carburâmes au whisky. Je déteste ce breuvage au goût de punaise mais mon état m’inclinait à boire n’importe quoi. Sans même s’inquiéter de qui j’étais Luc le Belge embrayait sur l’amour de sa vie le père Léon Trotski. Intarissable, je le laissais s’épancher sur la révolution permanente sans évoquer mon aversion pour les petits cons se réclamant de la IVe Internationale qui m’avaient fait chier lorsque je me bousillais les mains sur les chaînes du quai André Citroën. Mon seul regret c’est qu’en ces années 70 Sharon Stone n’avait pas encore manié le pic à glace car ça m’aurait permis de le vanner. Le barman, comme tous les loufiats un chouïa indics, pointait ses grandes oreilles en notre direction tout en faisant semblant de récurer ses verres. Deux pouffiasses peroxydées nous zieutaient en battant de leurs faux-cils noirs qui me faisaient l’effet de mygales en rut. Le long flot verbal alambiqué du belge conjugué au jus d’alambic écossais m’enfonçait doucement dans un magma de plus en plus visqueux, tiède et putride. Pour lui faire plaisir je pissais dans un seau à champagne placé à l’à pic de mon tabouret. Ensuite je ne sais plus.

 

Mon éveil s’apparenta à un violent mal de mer dans un lit de palace. Toutes mes écoutilles grinçaient. Je me sentais guenille en charpie. Ma première tentative de mise sur pied se solda par un affaissement sur la descente de lit. Jambes de coton, bouche fétide, je rampais jusqu’au bidet où je dégobillais. Tout mon corps suintait d’un jus jaune. J’étais à poils. Mon crâne éclatait sous des coups de masse portés sur des coins d’acier luisants. Du café ! Retour à quatre pattes jusqu’au téléphone : j’appelais le service « un broc ! ». Demi-tour, la douche glacée, je braillais comme un goret. Des spasmes, des frissons monstrueux, le garçon d’étage me contemplait comme si j’étais un spectre. J’étais un spectre emmitouflé dans un peignoir blanc. Le café brûlant empestait le gland. Un bain bouillant coulait en faisant gémir la tuyauterie, de la bile coulait aux commissures de mes lèvres, en miettes je coulais en maudissant le ciel et le roi des Belges. La mer se calmait. Impression agréable d’un grand ménage de printemps, récuré, astiqué, vidé, je planais dans une béatitude langoureuse. On frappait. Éva entrait. Je bandais sous le drap tendu. Elle s’asseyait sur le bord du lit et m’annonçait que mon compagnon de libation venait de se faire faucher par un camion militaire en traversant Huerfanos. Ma tête pensait « Mort d’un commis voyageur », Arthur Miller, death of  a salesman, pauvre Willy Loman ; mes mains pensaient « je vais lui enlever sa petite culotte » ; Éva me demandait si je souhaitais récupérer la malle de démonstration de Luc le Belge ; mon esprit louvoyait entre la compassion et le dégoût de moi-même. J’optai pour l’hommage à mon compagnon d’un soir : jeter à bas le capitalisme. Ce fut fait sans passion mais avec rage. 51KAXMEDMJL__SL500_AA300_.jpg

Nous le mîmes dans un cercueil plombé que nous l’embarquâmes sur un cargo mixte en partance pour Rotterdam. J’éclusai le stock de Mercier demi-sec tout en me consacrant, tel un Papon des Andes, sans état d’âme, à ma nouvelle mission : l’organisation de la grande grève des camionneurs d’octobre 1972 qui verra 70 000 camions, des milliers d’autobus cessé de rouler, alors que les petits commerces baisseront leur rideau de fer. Bloquer ce pays tout en longueur, paralyser les usines, tarir les exportations, affamer le pays... Moine civil, tel un fonctionnaire zélé je planifiais le grand bordel sous la haute autorité des barbouzes et des culottes de peau américains. Je n’y mettais ni entrain, ni bonne volonté, simplement donner le change pour le soir aller goûter un repos bien mérité dans les bras de Francesca. Pour protéger mes arrières la belle, pleine de ressources, me logeait avec ses domestiques. Éva fermait les yeux. Les époux Sepúlveda faisant chambre à part nous faisions lit commun jusqu’à l’aube dans le lit même de Francesca. Après l’amour je lui parlais du complot. Elle m’écoutait en posant sa tête sur ma poitrine plate. Fataliste je lui confiais que de toute façon le régime tomberait comme un fruit mûr car les mineurs avec leurs débrayages, leurs grèves à répétition précipitaient le pays dans un désastre programmé. Même l’appoint, en novembre 1971, de Castro lorsqu’il vint au Chili et tempêta contre les mineurs de la mine de Chuquicamata, les traitant d'agitateurs « démagogues » en les tançant : « cent tonnes de moins par jour c’est une perte de 36 millions de dollars par an » ne sauverait pas le régime. Francesca attendait que je me taise et, avec une constance triste, elle me posait toujours la même question « Quand vas-tu m’épouser ? »

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Roman
commenter cet article

commentaires

Luc Charlier 27/12/2010 10:29



Tout est juste, Jacques, sauf qu’on est « à poil » sans « s ». Ce n’est pas logique, tu as raison, mais comme je
n’étais pas sûr de l’auretograffe, je suis allé vérifier. « Certus modi scribouillandi non eram, ergo verificabam », dit-on dans ma cuisine.


Mais comment diable as-tu pu deviner le lien indéfectible qui m’unit à la famille Mercier ? Le Cardinal Désiré-Joseph (un peu
comme Sese Seko Kuku Ngbendu wa za Banga donc) Mercier, 16ème archevèque de Malines, Professeur de philosophie (non pas théologie, nota bene) à la noble Université de Louvain,
fut un monument de la résistance à l’invasion allemande de la première guerre mondiale. Grand thomiste, malheureusement myope, ce qui est fort gênant avec ses convictions, il entreprit de rédiger
– en français, youpie pour tes lecteurs ! – le « Code social chrétien », s’inscrivant ainsi comme un des premiers « cathos de gauche ». Au verso de sa médaille
(d’indulgences), on retrouve le souhait d’éradiquer tout ce qui est germain au Plat Pays. Nous le nommons donc « Vlamingenhater », « celui qui déteste les
Flamands ».


Jacques Mercier ensuite, un pur produit des Pères Jésuites de Mouscron, devenu « faon ironique » chez les scouts, animera de
nombreuses émissions pseudo-humoristiques sur les ondes radio et télé belges, dont le célèbre « Allo, quoi tu veux ? » avec Stéphane Steeman. Le point d’orgue de sa carrière
fut sa décoration au grade d’officier de l’Ordre de Léopold. Je l’envie, moi qui n’ai même pas le Mérite Agricole.


Michel Mercier ensuite. Comme c’est un ministre en exercice du nain, que je ne suis qu’un étranger sur votre territoire national et
n’ai pas envie d’avoir la DCRI sur le dos, je n’en dirai pas plus.


Et Eugène Mercier enfin, fondateur de la maison d’Epernay. Je suis entièrement d’accord avec sa devise : « Boire du
champagne Mercier nuit gravement à votre santé ! ».



JACQUES BERTHOMEAU 27/12/2010 10:38



Grâce pour les Nains... Je ne suis pas friand des références au physique...Merci de trouver une autre appellation ou d'omettre ...



  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents