Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 novembre 2014 7 16 /11 /novembre /2014 07:00

La vengeance est un plat qui se mange froid. L’impétueux, l’éruptif, le petit agité ne s’est pas précipité, plutôt que de céder au désir, qui a dû être grand, d'attaquer Fillon, de le tuer, il a préféré réserver ses coups à l'Élysée, et, à travers son secrétaire général, à François Hollande. Ainsi a-t-il trouvé enfin, à quelques jours du congrès qui doit le porter à la présidence de l'UMP, un terrain sûr : l'unité du parti, thème toujours assuré du succès dans un mouvement politique, surtout au moment où la division y est reine. Ses adversaires politiques au pouvoir et ses frères ennemis de l'opposition ne pouvaient pas mieux s’y prendre pour le remettre en selle. Amère leçon d’une histoire de corne cul, cette affaire Jouyon  « Tapez vite, tapez vite! Jean-Pierre, tu as bien conscience que si vous ne tapez pas vite, vous allez le laisser revenir. Alors agissez! » Le problème n'est pas que Fillon ait tenu ces propos autour d’une bonne table, mais qu'aux yeux de certains de ses « amis » de l'UMP il aurait pu les tenir, tant les rapports entre lui et talonnettes agité se sont dégradés au fil du temps. S'il ne l'a pas fait, sans doute l'a-t-il pensé trop fort. Le mal est fait. « C’est du pain bénit  pour le petit Iznogoud, qui ne peut que se draper dans sa dignité outragée, parler de bain de boue en pensant à la rivière de sang qu’il provoquera lorsqu’il accrochera au croc de boucher ceux qui lui ont manqué. Xavier Bertrand le «bon à rien», le «petit assureur», le «médiocre», l’ingrat, pose la bonne question «À force de critiquer tout le monde, une question se pose: qui est-ce qu'il aime, à part lui?» La cruauté est la marque de fabrique de Sarkozy. Il attend son heure pour éliminer ceux qui encombrent son résistible retour. Et Jean-Pierre Jouyet dans cette affaire quel rôle joue-t-il celui de Gaston Lagaffe ou celui d’« un personnage intrigant » qui «manipule tout le monde» ? Mon groin de vieux fouineur me fait pencher du second terme de l’alternative. Jouyet entretien des relations « troubles » avec la droite et avec sa vraie fausse manœuvre il donne des gages à Sarkozy. « François Fillon m’a fait part de sa grave préoccupation concernant l’affaire Bygmalion. Il s’en est déclaré profondément choqué (...) Il a également soulevé la question de la régularité du paiement des pénalités payées par l’UMP pour le dépassement des dépenses autorisées dans le cadre de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy »


Qu’il l’ait dit ou non à ce tordu de Jouyet, lors de ce fameux repas, Fillon a raison de craindre le blitzkrieg du petit nabot. Sûr de lui, ce type ne pratique que ce genre de stratégie : il créé des brèches, s’enfourne dans les failles de ses adversaires, bouscule, renverse et occupe la position gagnée. Face à une telle frénésie il faut avoir des nerfs. Attendre. Le laisser se couper de ses lignes arrière, faire que l’intendance ne suive pas, et de le voir ainsi risquer de manquer de carburant. Sarko a besoin d’avoir en face de lui un adversaire réactif sur qui taper à bras raccourci. L’esquive, l’évitement, sont la seule défense qui fasse que ses coups fusent dans le vide. Juppé l’a compris. Le petit le sent et ça l’énerve alors il fait des rodomontades « il sera élu président de la République en 2017 car c'est simple. « Hollande est mort » « Fillon, c'est fini », et Alain Juppé, idem, même si ça se voit moins : « On me dit que la primaire sera difficile face à Juppé. Qu'on le dise, qu'on le répète, ça m'arrange ! Juppé, c'est le candidat de la gauche et des journalistes. On verra s'ils iront voter Juppé à la primaire. » Ben oui mon lapin Duracell survitaminé, cause toujours tu ne nous intéresse pas car y’a que Juppé ne parait décidé à se laisser enfermé dans le système Sarkozy. Dans son entretien accordé aux « Inrocks », il assume ce que Sarkozy ne veut pas assumer. « Sans ambiguïté, et sans drague des militants sympathisants du mouvement catho-pétainiste de la Manif pour tous, Juppé énonce clairement que la loi instituant le mariage pour tous ne sera pas abrogée, qu'il maintiendra l'accès à la PMA tel qu'il est encadré aujourd'hui et que le régime juridique français de la GPA restera l'interdiction. Juppé ne promet pas de faire ce qui existe déjà, comme Sarkozy, et il s'offre même le luxe de se prononcer pour l'adoption par des couples de même sexe. Là où Sarkozy tergiverse depuis un mois, cachant la réalité de ses intentions auprès des fans de militants/sympathisants de la Manif pour tous qui fréquentent ses meetings, les entourloupant avec un discours dont le sous-titre est suffisamment homophobe pour les rendre hystériques comme ils aiment, Juppé va droit au but, ce qui a été fait ne sera pas défait, prenant ce même courant de pensée à rebrousse-poil. Bref, Juppé ouvre son jeu au centre droit, centre gauche, à vitesse maximum, le tout dans le journal de la branchitude de gauche. Autrement dit, Juppé fait objectivement l'impasse sur le soutien de la Manif pour tous et ses hordes de militants et sympathisants sur-mobilisés. »


B2aiBvUIQAAfEew

 

Ma cote était au zénith dans la Grande Maison comme à Matignon, j’étais l’homme de la situation. Pour autant je ne changeais en rien ma façon de vivre. « Émilie c’est toute ma vie, c’est mon rayon de lumière, je suis sur mon petit nuage et je n’ai pas l’intention de le quitter » avais-je répondu au petit cercle politique du catalan qui me pressait de m’installer rue de Varenne. Ça les avait un peu surpris mais pas vraiment étonnés, Émilie avait fait une forte impression sur le Premier. Sous la couette elle lisait Winter Journal  de Paul Auster. J’aimais ses pieds nus. Un de mes collègues  des VO me téléphonait pour me demander d’accompagner Manuel Valls lors de sa visite ce vendredi à la coopérative la Chablisienne. Ma réponse le laissa pantois « Je ne peux pas j’accompagne Émilie à son jardin sur les toits… Dis au boss de bien tenir son verre par le pied…» Je nourrissais Émilie de fromages ; elle adorait les fromages. Avec elle je vivais dans une sorte d’apnée amoureuse, incapable que j’étais d’exprimer ce que je ressentais. Tout en elle m’allait. J’envoyais un e-mail au PM citant Max Weber qui, le premier, fait état d'une éthique de responsabilité. À méditer et à utiliser « Dans de nombreuses démocraties matures, un homme politique empêtré dans tant de scandales, dont les plus fidèles collaborateurs ou soutiens politiques sont aux prises avec la justice dans des proportions là encore sans doute jamais atteintes, ne pourrait pas prétendre exercer à nouveau la fonction suprême. A défaut de l'être pénalement, Nicolas Sarkozy s'est en quelque sorte rendu moralement inéligible ». En cliquant sur envoi je pensais « Émilie je l’aime » et c’était la première fois qu’un tel sentiment m’habitait vraiment.

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Roman
commenter cet article

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents