Vendredi 18 mai 2012 5 18 /05 /Mai /2012 16:00

huîtres 008

 

Ce matin, tout à la fin d’une chronique fleuve, type discours de Brejnev devant le Congrès du PCUS, qui a fait écrire au forgeron de Dana que votre Taulier allait devoir s’adjoindre un cabinet, je posais une question qui est restée sans réponse : « Pourquoi un Muscadet, en voilà une bonne question que je vous pose : « pourquoi votre Taulier a-t-il choisi en ce lendemain d’Ascension un vrai Muscadet Sèvre et Maine sur lie 2009 de Bruno Cormerais et un Miss Terre 2010 de Marc Pesnot pour gober sa douzaine de Gillardeau n°2 ? »


Cette réponse je  vous la donne à la manière du Taulier : par la bande en vous proposant de lire ce qui suit extrait de mes écrits du dimanche (10/12/2006) titré : Débaptiser la Place Royale.  Pour ceux qui l’ignorerait la Place Royale est l’un des lieux symboliques de la bonne ville de Nantes, alors mon Mystère associé à Miss Terre, vin de France issu du Pays Nantais, qui sont une accumulation d’indices qui devraient vous amener à la réponse que j’eus souhaité vous voir me donner. Mais, comme à toute chose malheur est bon, ça me donne l’occasion, au travers d’un texte d’apparence léger, de vous donner le profil d’une espèce fort répandue dans ma région d’origine : le chrétien de gauche engagé. Si avec ça vous n’avez pas encore trouvé, rendez-vous après la chute de mon extrait. Dernier indice : « Patrick Rimbert qui va lui succéder à la mairie était en ma compagnie sur les bancs de la Fac de Droit de Nantes en mai 68. » L’épisode ci-dessous évoqué n’est pas qu’une fiction, les faits ont existés tout comme Joseph Potiron.


562064_370183739707220_219015941490668_1081538_1455194118_n.jpg

Débaptiser la Place Royale


Ma sociologue de Pervenche, toujours en recherche d'une connexion avec le peuple, avait tâté du terrain en arpentant les fermes du canton de la Chapelle et elle avait commis un mémoire sur " le métayage ou la survivance du servage au profit des grands latifundiaires de la noblesse ". Cet opus touffu, gentiment orienté, avait bien évidemment comblé d'aise son comte de père qui comptait parmi les plus grands propriétaires foncier de la région et, à ce titre, présidait la section des bailleurs ruraux. Pour Pervenche, Joseph Potiron, qui l'avait guidé et conseillé pour ce travail, représentait l'image vivante de la pertinence de sa thèse. Depuis elle faisait partie de la famille Potiron. Comme le disait Joseph, avec un sourire, c'était une vraie famille, solide, où le patriarche, Donatien, soixante et onze ans, avait appris à ses sept enfants  " à ne pas être des valets ". Un dimanche, avant de nous rendre au manoir familial, nous avions fait un détour chez les Potiron pour trinquer. Ils rentraient de la messe. Connexion immédiate, nous n'avions pas vu le temps passer et, ce jour-là, nous étions rentrés pompettes et les Enguerrand de Tanguy du Coët avaient déjeuné froid. 

 

Dans ce pays, où la vigne voisine les vaches et des boisselées de blé, la cave est un lieu entre parenthèses. Au café, les joueurs d'aluette, se contentaient de baiser des fillettes, ce qui, dans le langage local, consiste à descendre petit verre après verre, des petites bouteilles d'un tiers de litre à gros culot, emplies de Gros Plant ou de Muscadet. Ils picolaient. A la cave, le rituel était différent. Certes c'était aussi un lieu d'hommes mais le vin tiré directement de la barrique s'apparentait à une geste rituelle, c'était un soutien à la discussion. Dans la pénombre, le dimanche après-midi, tels des conspirateurs, les hommes déliaient leur langue. Ces peu diseux disaient; ils se disaient, ce qu'ils n'osaient dire à l'extérieur. Echappant à la chape qui pèse sur eux depuis des millénaires, ils se laissaient aller. Les maîtres et leurs régisseurs en prenaient pour leur grade, surtout ces derniers, supplétifs visqueux et hypocrites. Ces hommes durs et honnêtes se donnaient la main pour soustraire du grain à la part du maître. Le curé, lui aussi, recevait sa dose, en mots choisis, faut pas blasphémer. Pour lui taper sur le râble, ils raillaient leurs bonnes femmes, culs bénites, auxiliaires dévotes de leur servitude. Et quand le vin les y poussait un peu, les plus chauds, versaient dans leurs exploits de braguette.

 

Chez les Potiron, la JAC aidant, leur prosélytisme un peu naïf, ce tout est politique, avait bien du mal à briser la carapace de servitude affichée par beaucoup de ces hommes méfiants vis à vis de l'action collective. Alors le Joseph il donnait l'exemple, se surexposait, ne se contentant pas de récriminer dans le dos des maîtres. Syndicalement il leur tenait tête. Qui peut imaginer aujourd'hui que le Joseph s'était trimballé dans le patelin avec un drapeau rouge flottant sur son tracteur ? On l'avait traité de communiste, ce qu'il n'était pas. Comme dans l'Espagne de la guerre civile les bonnes âmes lui ont taillé un costard de quasi-violeur de bonnes sœurs. Pour l'heure, avec les deux Bernard, nous dressions des plans de mobilisation pour la grande manif du 24 mai où les paysans, allant au-devant du mouvement populaire, investiraient la Centre-ville pour poser un acte symbolique, rebaptiser la place Royale : place du Peuple.     

 

Tout ça en effet pour saluer l’arrivée de Jean-Marc Ayrault maire de Nantes à la tête du gouvernement.

 

Pour ceux qui souhaiteraient découvrir le nouveau duo du 78 rue de Varenne, Le Ministre et son Directeur de Cabinet ils peuvent visionner une photo réalisée par une amie présente ICI link . J’étions invité à la passation de pouvoirs mais j’avions point envie de me mêler à la courtisanerie


arc120510a_2.jpg

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : les afterwork du taulier
Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires
Retour à l'accueil

Articles récents

Derniers Commentaires

Archives

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés