Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 novembre 2011 2 15 /11 /novembre /2011 12:00

SmithQuatro-5751.JPGJ’étais à Ferrals-les-Corbières et je ne le regrette pas. Mais quand je lis en commentaire sous la relation qu’en fait Michel Smith link cette lettre : la moutarde me monte au nez.

 

Bonjour,

 

J'étais dans les gradins à « l'université » de Ferrals. J'en ressors encore une fois avec la même impression : trop de blabla... et de moins en moins de vignerons !

Je suis un « jeune » vigneron des Corbières. Depuis mes premiers coups de sécateurs en 2007, je prends un plaisir énorme à tailler et à bichonner mes vieux Carignan. Je confectionne patiemment, mon « Carignan 1515 » ... que je déclare en « vin de table »!

Appellation ou marque ? Peu importe le flacon... c'est le vin qui compte !

J'avoue que plus ça va, plus je me sens mal à l'aise dans le « prêt à porter » de l'appellation Corbières. Dans quelques jours, je vais remplir ma 5ème déclaration de récolte et ça y est, c'est décidé : elle sera pour la première fois 100% Vin de France ! Vive la haute couture et vive la liberté !

En cela, je ne renie en rien mes racines, j'éprouve seulement le besoin de lâcher du lest afin de mieux exprimer l'identité de mes vins, l'identité de ma Corbières.

Et ce n'est qu'un au revoir...

Didier Ferrier


1-    Que ce « jeune » vigneron trouvât qu’il y eu trop de blabla ne me trouble pas. Difficile dans un amphi de se livrer à autre chose qu'à l’exercice de la parole ;

 

2-  Qu’il regrettât qu’il n’y eu pas assez de vignerons dans l'amphi me semble contradictoire avec son regret du peu de contenu des interventions. Ses collègues avaient mieux à faire et contrairement à lui ils n’ont pas perdu leur temps.

 

3-  Ce qui me rend vénère c’est que ce « jeune » vigneron ne se soit pas levé pour dire haut et fort sa frustration. Moi ça m’aurait plu.

 

4-  Il proclame « peu importe le flacon... c'est le vin qui compte ! »  fort bien !

 

5-   Il avoue « que plus ça va, plus je me sens mal à l'aise dans le « prêt à porter » de l'appellation Corbières. » très bien !

 

6-  Il s’écrie « Vive la haute couture et vive la liberté ! » excellent !

 

Donc ce « jeune » comme beaucoup d’autres est le monde a lui tout seul : il exprime mieux que quiconque l’identité de sa Corbière (moi je la mets au singulier). Il fait un vin de haute expression et il lui fallait un espace de liberté et il l’a trouvé. Grand bien lui fasse et je lui souhaite bon vent. Ce que comprends mal c’est qu’il dise que ce n’est qu’un au revoir alors qu’il a choisi son positionnement. Il faudra qu’il m’explique le futur scénario pour que je comprenne bien le sens de ses propos.

 

Pure curiosité intellectuelle car, comme je l’ai affirmé à Ferrals je n’ai nul message à délivrer le devenir de la Corbière ou des Corbières est entre les mains de ceux qui font le vin. Choisir ! Faire ! Moi j’ai le dos en compote et heureusement que Michel m’a pris en photo ça flatte mon ego !

SmithQuatro-5766.JPG

En Corbières je suis 100% addict Embres&Castelmaure et, cher Didier Ferrier, si vous vous êtes tant fait chier (pardon Nadine c’est du français) vous auriez dû me libérer et comme ça je serais allé partager quelques gorgeons avec mes amis car, pour eux,  le temps est à vendre, pas le mien puisque je sais le gaspiller…

noname.jpg

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans les afterwork du taulier
commenter cet article

commentaires

jmPaul 15/11/2011 20:38



Merci Jacques pour cette mise au point et soyons sûrs qu'avec le temps , mon ami Didier sera plus mesuré dans ses critiques sur la collectivité des Corbières qui permet malgré tout la survie de
petits vignerons . Rappelons que le pays Minervois, lui, ne produit plus que des vins de cépages ! 



MMM 15/11/2011 12:25



Bonjour,


Puisqu'il est toujours d'actualité de revenir sur cette journée universitaire de Ferrals , je me permet de poster à nouveau mon commentaire :


FERRALS 2011:


ON N'A PAS LE CUL SORTI DES RONCES!


 


Je participai dernièrement a la journée dite "universitaire" de Ferrals qui a pour objectif de rassembler les vignerons et de donner un sens collectif a leur développement.


Quel univers étonnant nous vivons !


Je suis sûr de ne pas tout avoir compris mais


 


Quel gâchis!


A l'heure ou il faudrait enfin être intelligents et fiers, à l'heure ou les arrachages de vignes ont été d'une violence paysagère désastreuse , à l'heure de la mondialisation insolente, nous
prenons juste conscience et tentons de consolider notre culture méditerranéenne.


Ne cherchons pas la recette en Corbières, la solution en Minervois, l'issue en Fitounie. Nous sommes des Méditerranéens. Point.


 


Notre développement, c'est notre qualité de vie.


Se rassembler oui , mais surtout au rugby, à table, à la pétanque ou à la chasse. Entre facilité et difficulté, notre choix est vite fait....


Nos responsables professionnels sont a la fois des professeurs, des prêtres, des tribuns et des magiciens.


On les retrouve toujours là ou on ne les attend pas. Mais ils sont souvent absents des grandes décisions collectives potentielles. Leur art de durer sous prétexte de mission prévalent sur
leur fonction de représentation, de défense et d'organisation commune.


Comme le dit aujourd'hui Jacques Berthomeau le rapporteur de Cap 2010 : "cette région me fatigue".


Nous avons tout pour réussir : le climat, la diversité et la richesse de nos terroirs, des paysages extraordinaires, une culture et une diète méditerranéenne enviée et un accent a faire rêver.


Cette diversité est telle que nous n'arriverons pas a harmoniser nos atouts sachant que nos vins sont globalement compétitifs.


Même Georges Frêche avec sa bourse généreuse n'a pas réussi a construire un élan de dynamique coopératif.


Alors faut-il vraiment rassembler, conjuguer, grouper ou bien plus simplement et efficacement accompagner les individus ou les groupes d'individus qui veulent se battre pour réussir?


 


Mais au fait, c'est quoi réussir?


Il est difficile de faire le bonheur de l'autre contre son gré !


Ne récolte t-on pas ce que l'on mérite ?


Je retiendrai de cette journée "remue méninges" que ce Languedoc Roussillon est un beau territoire de liberté et de gaspillage.


Cependant il faut donner une chance de plus à tous nos vignerons pour qu'ils comprennent que seule la cohérence et la complémentarité les sauvera.


Mais après tout, s'ils ne l'entendent pas ainsi, "le marché" aura raison de leurs faiblesses.


 


Pourtant le millésime 2011 est superbe.


Les cuvées des vrais vignerons coopérateurs ou indépendants auront comme toujours du succès.


Certaines structures vont en profiter pour grandir, d'autres vont une fois de plus laisser passer une chance de cultiver l'image positive,  le plaisir recherché des consommateurs et la
"richesse" des grands crus.


Il en est ainsi. Demain, quand je me lèverai, je me poserai la question traditionnelle : "qui me paye et pour quoi faire ?" Et je repartirais soutenir, aider, accompagner, voire booster (un mot
typique de chez nous) les candidats au développement.


La vie n'est pas facile.  Mais il existe des Hommes qui croient aux valeurs humaines, des Hommes et des Femmes qui veulent donner (ou vendre) du rêve et du bonheur pour peu que cela leur
permette de vivre bien "au Pays".


Et cela est réconfortant. Rien n'est jamais perdu. Je suis aussi de ceux là.


 


Mais putain que c'est difficile !


Pour persévérer, BUVONS du bon vin de chez nous sans oublier de regarder évoluer les autres. Les rentes de situations sont bel et bien terminées, CROYONS à un avenir meilleur, sincère et
solidaire.


 


Bravo aux braves gens qui ont travaillé sur LA journée de Ferrals autour du thème "Vignerons riches et célèbres"? 


Ils sont riches de courage.



  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents