Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 janvier 2014 2 21 /01 /janvier /2014 00:09

Rassurez-vous, ce matin je suis bien dans mon assiette mais je veux réparer une injustice.


En effet, nos jeunes agriculteurs, qui sont vieux à 35 ans (c’est statutaire) nous ont fait le coup « de la fourche à la fourchette » et un groupe de producteurs bio s’est baptisé « de la terre à l’assiette »link 


Du côté des fourches ça sentaient la jacquerie lorsque les paysans les sortaient ; quant à la fourchette, une petite fourche, de l'italien forchetto, je ne vais pas ramener ma fraise sur elle aujourd’hui.


Ce qui m’amène aujourd’hui à plaider c’est l’assiette qui « est un ustensile simple ou raffiné où le produit de la cueillette est servi avant de passer en bouche pour rêver ensemble, revenir sur nos pas, refaire le monde… Si elle est devenue aujourd’hui un symbole de nos inquiétudes alimentaires, ce n’est pas illégitime ; pouvoir choisir ce que l’on mange est bien l’un des plus beaux sens souverains de notre être au monde. » Sébastien Argant in Être à la table du paysage.


Cependant avant d’être un ustensile l’assiette désignait :


-         1260 en droit  le « fait d’assigner une rente sur un fond de terre »

-         1270-1285 « répartition des impôts »

-         1378 « place, rang occupé à table »

-         1630 « un point d’appui »

-         1809 « une position sociale »


Bref laissons cela de côté pour réhabiliter l’assiette face à l’impérialisme du verre.


J’avoue être totalement indifférent à la littérature des amateurs éclairés sur la nécessité de mettre son nez dans un verre estampillé par telle marque ou telle autre. Contrairement au camarade Pousson link je suis resté un fils de paysan qui  se contrefout des vapeurs et des extases de vieilles rombières de certains à propos des verres. Ça fait genre de clamer haut et fort une tendresse particulière pour une presque nouveauté de la vieille maison Lalique, le 100 points réceptacle de vins carillonnés.


J’ai pour balayer d'un revers les verres un argument canon emprunté à un amoureux du paysage Sébastien Argent : l’assiette géographique.


Je le cite (j’ai failli écrire site) :


« Après un éternuement il y a 4,6 milliards d’années, est né la Terre. Plus récemment, le Quaternaire a modelé les assiettes géographiques de nos paysages, base de ce que l’on nomme aujourd’hui terroirs, cultivés longuement et lentement, par l’esprit et les mains, pour la bouche… »


Vous ne trouvez pas c’est beau ?


napa-valley-ridge-1986-1997-by-wayne-thiebaud.jpg

Napa-valley-ridge -1986-1997- by-wayne-thiebaud

 

« Pour tracer les contours de ces assiettes et les rendre visibles, il nous faut aller sur les crêtes, les rebords, là où l’on se retrouve sur le point de basculement, jusqu’à percevoir l’assiette du fond voisin. Sur ces points de vue, il est souvent question de panorama, de pays que l’on peut embrasser d’un seul coup d’œil, de paysage en somme. Dans le langage du géographe, l’assiette s’entend comme le bassin versant, là où l’eau de pluie s’écoule sur toutes les pentes, emportant avec elle un peu de terre jusqu’à son estuaire, où elle flocule dans l’expression mouvante de bouchon vaseux à la confluence de l’eau douce et saumâtre, là où la terre s’en va à la mer. Sur toute la variété de ces pentes, le chasseur-cueilleur résiduel que nous sommes sait encore glaner la diversité des plaisirs de la terre jusqu’en mer, de la noisette à la palourde. »

 

Dernière constatation importante  portée à votre réflexion « Nous sommes progressivement passés d’une récente carte communale de finage documentée de toponymies enracinés de connaissance, au plan d’urbanisme au visage bien lisse et au partage abrupt, un peu trop clair et oublieux de ses origines terreuses. »


Vous comprendrez sans doute mieux maintenant mon allergie pour les digressions, qui se veulent savantes, sur les verres et mon envie de défendre l’assiette mère nourricière de la terre…

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

Vincent Pousson 21/01/2014 17:08


Que chacun boive dans le verre qui lui plaît. Moi, ce qui me dérange en revanche, c'est que boîte qui était devenue en 30 ans le symbole du verre à vin de qualité fasse désormais la pute avec Coca-Cola, rabaissant
du coup le vin au même niveau de non-qualité. Pour "rajeunir son image", il m'aurait été plus agréable qu'elle s'intéresse aux nouvelles écoles du vin, c'est d'ailleurs ce que j'ai écrit ce midi
(cacahant mon propos derrière une jolie paire de fesses).


PS: pour ce qui est en revanche du verre du Sucker américain, je m'en bats les c…

patrick axelroud 21/01/2014 11:05


En matière d'expérience les tests comparatifs m'ont toujours fait marrer  - quelque soit le protocole adopté on n'a jamais pu démontrer une musique de meilleure qualité jouée sur un
Stradivarius plutot que sur un autre violon ; au contraire un infime majorité c'est toujours pronocée pour le non Stradivarius. Quand à l'avantage de carafer sur non carafer un vin , Bacchus en
rit encore ..! Gare aux artéfacts .

Aredius 21/01/2014 10:30


Mais surtout pas ces verres en carton au contact fort déplaisant à la bouche !


C'est peut-être encore pire pour boire le café !


Les Forconi ont animé les rues italiennes en décembre, les assiettes n'ont jamais eu une telle prétention.


 

Denis Boireau 21/01/2014 09:57


Simple experience: on met le meme bon vin dans un verre a moutarde, dans un petit verre ballon, et dans un verre a pied a bords fin; puis on goute: le plaisir est evidemment
decuple avec un bon verre.


Pas besoin d'etre pedant sur le sujet, ni d'etre riche (y avait d'excellents verres a 1 euro a la foire aux vins de Carrefour).


Cette experience est utile pour l'extension du domaine du vin: les debutants sont toujours impressionnes par leur propre capacite a distinguer la difference en fonction du verre. Et
ensuite ils pretent plus d'attention a ce qu'ils boivent.

patrick axelroud 21/01/2014 01:58


Idem pour Baccarat qui a lancé, il y a quelques mois une nouvelle série à un prix qui le rend inutilisable tant la crainte de le casser va vous paralyser.


N'oublions pas "l'Assiette au beurre"dont l'évocation ne sied pas mal dans un espace de liberté ( hihihi )


 

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents