Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 octobre 2006 7 29 /10 /octobre /2006 00:05

Pendant tout un mois, chaque soir, il en fut ainsi. La première fois, en caressant mes cheveux bouclés épandus sur ses cuisses nues, Chantal m'avait dit " j'aime ta semence, elle a le goût du lait d'amande..." Ce j'aime sonnait à mes oreilles comme une promesse de victoire. Nous allions nous aimer, être heureux. Le 30, l'orage menaçait. Sitôt nos noces de chair Chantal allait à la fontaine et rapportait dans la nasse de ses mains de l'eau qu'elle laissait filer sur ma nuque. Le fil de l'eau fraîche traçait au long de mon échine tiède une trace dure. Je frissonnais. Chantal me souriait. Je prenais peur. " Assieds toi ! " Le ton était faussement léger. Je m'exécutais en pensant que je ne le devrais pas. L'investir. La prendre. L'emplir. Sceller notre union. Qu'elle soit à moi.

D'une voix sourde, elle qui ne disait mot, me parlait. Je n'ai plus le souvenir précis de tout ce qu'elle m'a dit car elle en a tant dit. A aucun moment je ne l'ai interrompu. C'était sobre et juste. Mon coeur s'est mis à battre la chamade lorsque je l'ai entendu me dire " toi tu n'es pas comme les autres. Je ne suis pas sûr que tu sois aussi gentil que tu en as l'air mais je m'en fous. Toi tu ne me prends pas pour un trou à bites. C'est bon tu sais..." Je frôlais la défaillance. Chantal se tordait les mains. " Ce que je vais te dire va te déplaire mais, je t'en supplie, ne dis rien. Laisses moi aller au bout. C'est si dur..." La crainte me tombait dessus. Chantal murmurait " tu es trop bien pour moi..." Je me cabrais. Elle posait une main ferme sur mon bras. " ne te fâche pas ! Ce n'est pas de ta belle gueule dont je parle, c'est de toi. Je ne peux que te décevoir. Je ne veux pas te décevoir..." 

Avant même que je ne me rebiffe Chantal me tirait devant elle. Nous étions nus. Je l'entendais me dire " je te propose un marché. Tu prends ou tu laisses mais, quelle que soit ta réponse, nous ne nous reverrons plus..." J'aurais du gueuler, lui foutre ma main sur la gueule mais je ne sais ni gueuler, ni foutre une main sur la gueule d'une fille. Alors face à ma pleutrerie Chantal a pu aller au bout de son propos " voilà, si tu le veux bien, je t'emmène dans mon lit. Là où tous ces boucs qui me sautent disent me faire l'amour. Allons y faire l'amour... " Elle s'est tu, m'a regardé droit dans les yeux, " tu veux? ". Lâchement j'ai répondu oui.    

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

jean-jacques dÉ Moulins 29/10/2006 09:49

Bonjour,

j'ai visité votre site avec beaucoup d'interet

je voulais savoir s'il est possible de vous ajouter à mes liens. Si cela ne vous dérange pas. Visitez mon site pour cela

http://jean-jacques-president.com/

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents