Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mars 2006 3 29 /03 /mars /2006 10:35

En France selon la formule éculée : on n'a pas de pétrole mais on a... des gisements fiscaux&assimilés. Les esprits fertiles, autrefois de Rivoli émigrés ensuite à Bercy, ont su flairer, dans le terroir tout particulièrement, les petits gisements, ces sources minuscules qui font les grandes rivières. Ainsi sont nées les Taxes Parafiscales, monuments de l'hypocrisie à la française, ce bel argent pompé subrepticement dans la poche de milliers de producteurs pour aller alimenter des fonds divers et variés. Ainsi ont été financé les premières interprofessions : CIVDN, CIVC ou bureaux : BNIC, BNIA, BNICE... Comme les volumes étaient importants, le matelas l'était aussi, quant aux résultats sur le développement du produit : il suffit de consulter les statistiques pour constater que les résultats, hors Champagne et dans une moindre mesure Cognac ( pour ces produits ce sont les marques qui ont tiré le marché), sont en demi-teinte...

Comme du côté de Bruxelles notre para-fiscalité était un peu voyante nos têtes d'oeuf pondirent un concept encore plus élaboré : la Cotisation Volontaire Obligatoire, ou comment faire payer tout le monde en disant que tout le monde est d'accord pour le faire mais qu'il faut tout de même le gros baton de l'Etat pour que tout le monde mette la main à la poche. Je caricature à peine, et je vous assure que pour un nordique normalement constitué c'est plus difficile à comprendre que la hiérarchie de nos appellations, c'est dire. Bien, j'entends déjà certains ricaner : voila que le Berthomeau il fait du poujadisme, il flatte la base. Pour quelqu'un qui a été pendant 5 ans Président d'une Interprofession ce serait de mauvais goût et, comme je suis coquet, j'ai horreur du mauvais goût.

Ce qui est en cause ici n'est pas le principe de l'Interprofession mais à la fois la représentativité économique de ceux qui prétendent la diriger et la quasi-irresponsablité de la technostructure qui prétend la faire fonctionner. Entendons-nous bien, ma réflexion est générale, il existe des Interprofessions qui correspondent assez bien à leur objet social. En revanche, je suis stupéfait par le côté " les présidents passent les directeurs restent " de certaines et la dérive " on fait de la communication pour faire plaisir aux viticulteurs ".

Dans la mécanique actuelle des Bassins, où comme d'habitude on commence par un mécano structurel sans trop savoir qui fait quoi, en empilant les machins, si les Interprofessions étaient au coeur du débat, elles travailleraient à répondre à la seule question qui compte : comment faire en sorte de faire du vin qui se vend là où il se vend ? Mais le sujet n'est pas à l'ordre du jour car la plupart des personnes qui sont autour de la table n'ont jamais vendu une bouteille de vin. Pour gérer il faut être en prise avec la réalité sinon on se fait plaisir et nos consommateurs vont chercher leur plaisir ailleurs les bougres...    

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

ALAIN LERAITRE 31/03/2006 21:17

J'ai lu l'article paru sur les vins de bataille,  je vous remercie d'avoir citer cette période  qui fût  pour moi un grand moment de ma carrière   dommage que votre vision de l'époque n'est pas été sufisament comprise .....................sicèrement   Alain-Leraitre

Michel ELIE 30/03/2006 09:16

Les vignerons ne peuvent souhaiter qu'une chose  : c'est que  Guy  Sarton du Jouchay aille jusqu'au bout de sa démarche de ne plus payer les cotisations interprof. . et de les gérer sur un compte spécial ouvert. Celà fera un précédent et peut être jurisprudence.  En ce moment à BORDEAUX le CIVB lance les poursuites par huissier sur ceux qui ne payent pas  et menacent de bloquer les vins en chai par les services des douanes. Cette dernière mesure ayant été votée il y a peu de temps,  amenèe par  Gérard CESAR, défenseur de la viticulture ..........

borliachon 29/03/2006 15:40

et bien, ça fait du bien de voir que des "têtes" qui décident, analysent, donnent des avis au niveau national qui ont un autre discours que celui que vous pourfendez, mon cher jacques (si je peux me permettre). alors le temps n'est pas à la révolution, mais faut il attendre le fond pour n'avoir plus que cette alternative.
venant de la "base", je ressens plus que jamais le grand décalage existant entre les "producteurs" (dans le sens large) de valeurs et les "exploiteurs" ,au sens propre, de ces premiers.
bien sûr, "il ne faut pas jeter l'eau du bain avec le BB" mais bon qu'y a t il comme alternative pour ceux qui se battent tous les jours?
merci pour vos reflexions journalières, et surtout continuez!
 
 

Anne PARAIS 29/03/2006 14:02

Ceci est vrai mais que dire encore des syndicats qui se sont développés permettant à tout un chacun de trouver un poste de Président et une tribune pour défaire les initiatives prises par son voisin.Oui, toutes ces structures que l'on empile ne servent à rien. maintennat après le CRVA (politique), on va nous créer un bassin pour rassembler des gens qui ne le veulent pas.Oui, l'initiative doit être individuelle. C'est le marché qui doit piloter les interprofessions, qui doit agréer les vins et non des "producteurs" qui sont déconnectés du marché.

jean Clavel 29/03/2006 12:27

Jacques, c'est dans le mille pour aujourd'hui, la révolte des contributeurs principaux de CVO aux interprofessions du Languedoc Roussillon vien d'être officialisée. Il y a un nouveau président régional du négoce du vin en LR (UEVM) il s'appelle Guy Sarton du Jouchay, c'est un battant, il a fait prendre la décision aux négociant de ne plus participar aux Interpro, ANIVIT régio, CIVL, Inter'Oc, CIVR, de ne plus payer les CVO et de la bloquer sur un compte spécial, de ne plus participer aux réunions  du Comité de gestion du Bassin de Production, et donne un délai de 2 mois, pour 1° que les producteurs décident d'empêcher les actions destructrices des installations du négoce, 2° que les Pouvoirs Publics agissent pour empêcher ces destructions. Le Val d'Orbieu groupement de producteur vien de prendre la même décision.
On va peut être arriver à une réflexion plus objective de la situation....
JC

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents